Category: Live reports

BILLY ZE KICK : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (Savoie) – Vendredi 06 mars 2020

BILLY ZE KICK @ le Brin de Zinc – Barberaz

Report et Photos by Ti-Rickou

– Chérie, tu te rappelles de BILLY ZE KICK ?

– Laisse tomber avec tes westerns pourris, tu sais bien que je déteste ça !

– Heu… j’ai dit BILLY ZE KICK, pas Billy le Kid. Le groupe qui a fait « Mangez-moi, mangez-moi », le morceau que tout le monde chantait, enfants, papys et mamies, policiers avant que tout le monde se rende compte que ça parlait de champignons magiques ?… Tu sais le genre de truc qui te faisait voir des dragons roses avant que Pokémon Go existe. Si, le groupe qui réunissait aussi bien les amateurs de reggae que les amateurs de rock ?!!

– Ah oui… J’y suis ! « OCB », c’est d’eux aussi, non ?

BILLY ZE KICK @ le Brin de Zinc – Barberaz

– Oui, chérie c’est eux , arrête de chanter s’il te plait ! ils existent toujours et non seulement ils existent toujours mais en plus ils passent en concert au Brin de Zinc. Ce serait cool qu’on y aille ?… Mouais, vu comment tu es déchaînée tout d’un coup, je pense que tu es OK… Et puis, il faut bien écouter notre gouvernement qui nous dit qu’il ne faut pas avoir peur et qu’il faut continuer à vivre normalement.

Allez go, direction le BDZ ! Ca fait mega longtemps que je n’y suis pas allé et là, on n’a pas intérêt à se planter car il n’y a pas de première partie et ce serait franchement bêta de faire tout ce chemin pour louper le début.

Allez, vu que je suis motivé, on arrive en avance. Le temps de papoter avec les copains du BDZ et de voir arriver petit à petit les gens. C’est marrant, ce n’est pas du tout le public auquel je m’attendais. Mais forcément le public de BILLY ZE KICK a à peu près notre âge. Voilà, on est toujours jeunes mais dans notre tête.

BILLY ZE KICK @ le Brin de Zinc – Barberaz

Je regarde la scène et je m’aperçois qu’il y a deux beaux champignons rouges, énormes, gonflables. Tout de suite, on est dans le thème. Le truc qui m’inquiète un peu, c’est qu’il n’y a pas de batterie, qu’il n’y a pas d’amplis de guitare. En fait, il y a juste une espèce de platine scratch et un micro… Après renseignement, j’ai confirmation que les Gamins en Folie sont partis et que BILLY est donc seule sur scène.

Mais bon, pas le temps de se poser trop de question, BILLY ZE KICK déboule sur scène avec un déguisement de gros microbe de toutes les couleurs. Elle dégage énormément d’énergie et on part direct dans les tubes qui ont fait les succès du groupe. Ca tombe bien car le public est là pour ça. Il veut chanter à tue-tête « Mangez-moi, mangez-moi », « OCB », « l’Adjudant Géreux », « Encraoudi Encraouda », etc. Tout le monde est aux taquets et connait les paroles par cœur. Même des gens qui n’étaient pas nés à l’époque. C’est vraiment surnaturel ce soir au Brin de Zinc !

BILLY ZE KICK @ le Brin de Zinc – Barberaz

BILLY n’est pas exactement toute seule car de temps en temps, elle a un copain qui monte sur scène pour l’accompagner sur certains morceaux. Bon, il y a même des gens qui ne sont pas ses copains qui veulent aussi être avec elle sur scène.

Bref, on continue dans le grand n’importe nawak mais c’est super fun et mega sympa.

Je découvre les morceaux des autres albums parce que j’avoue que je n’avais que survolé ce que le groupe avait fait après le premier disque. Je trouve quand même que tout ça manque un peu, voire beaucoup, de guitare électrique et de batterie. Trop de scratch et de samples tuent le scratch et le sample. Mais bon, à première vue BILLY n’avait pas vraiment le choix si elle voulait remonter sur scène et quoi qu’il en soit, moi je suis super content d’être là.

Heu, qu’est-ce qu’elle nous fait la dame ? Elle recommence le concert ? Elle recommence les morceaux mais sous un angle différent, c’est très surprenant. Comme ses changements de costumes un peu en mode Arturo Brachetti mais c’est plus simple quand tu n’as que tes chapeaux à changer. Je suis un peu dégouté parce que j’attendais le tricorne mais il n’est pas arrivé.

BILLY ZE KICK @ le Brin de Zinc – Barberaz

En tout cas, ça fait plaisir de voir le BDZ plein comme un œuf. Eh oui, ce soir encore c’est full ! Pourquoi je dis ce soir encore ? Parce que hier, avec les copains et copines de MISS AMERICA c’était déjà le cas. Et c’est amplement mérité pour ce lieu magique.

Bon ça tire quand même à sa fin, les gens se précipitent au stand merch’pour acheter T-shirts, CDs et le hampignon magique rose mais vraiment magique car il s’agit d’une clé USB avec les albums de BILLY ZE KICK. Le temps de faire dédicacer le premier album et il est temps de partir.

En tout cas, je ne regrette pas d’être venu car chanter ces morceaux avec deux cent copains, c’est trop fun. En plus, BILLY a toujours une putain de pêche et une énergie très communicative.

Un grand merci à Thomas et toute son équipe pour, encore une fois, nous avoir permis de vivre une soirée hors du commun.

BILLY ZE KICK @ le Brin de Zinc – Barberaz

GALDERIA + CRITICAL PINT : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (Savoie) – Samedi 29 février 2020

GALDERIA @ le Brin de Zinc – Barberaz

Report by Seb 747 – Photos : Steve*74

Deux jours avant cette date, je reçois un message de mon copain Steve*74 qui m’annonce que nous avons nos accréditations pour le concert de ce soir. Ça tombe bien, parce que sinon, j’aurais eu droit à une énième diffusion de The Voice à la télé.

« Au fait, on va voir quoi ? ». « Galderia ? Ce ne serait pas le groupe que nous avions vu il y a de ça quelques hivers ? ». Mais oui, c’était en février 2018 et, encore une fois au Brin de Zinc. D’ailleurs j’en avais déjà fait le report. »

Alors, le retour des hommes cosmiques en Savoie ? Ca se fête, évidemment ! D’autant plus qu’il faudra attendre quatre ans pour avoir une autre date de concert un 29 février !

Nous voici partis, direction Barberaz, où nous commençons à avoir nos petites habitudes. Le temps chaotique de ces derniers jours qui nous a empêché d’aller au concert de ANVIL deux jours avant, semble s’être apaisé. C’est une bonne nouvelle tout de même. La route sera plus tranquille, même si la pluie s’invite aussi. Bah, du moment que ce n’est pas apocalyptique, ça nous va. Tiens, c’est bizarre, il n’y a personne sur la route. C’est l’histoire du Coronavirus qui fait cet effet ? Dans tous les cas, ça nous arrange bien, puisque nous avons mis moins d’une heure pour arriver. Pas si mal !

Sur place, nous ne traînons pas, étant donné que le BDZ était plein lors de la dernière venue des GALDERIA. D’ailleurs, ça ne manque pas, à peine les portes ouvertes qu’il est déjà bien rempli, et impossible de passer incognito, on nous repère de suite. Nos têtes commencent à être bien connues. lol. Trève de bavardage, il est temps de passer aux choses sérieuses.

CRITICAL PINT @ le Brin de Zinc – Barberaz

La première partie s’appelle CRITICAL PINT et ce sont les locaux de la soirée. Sur le site du Brin de Zinc, ils sont connotés heavy-metal et hard-rock. J’ai hâte de voir !

Je ne vais pas attendre longtemps, ça commence déjà. Tiens, pourquoi ils me disent quelque chose ? Il me semble que je les ai déjà vus… Mais oui ! Élémentaire, mon cher Watson ! C’était au réservoir de Belley en première partie de DRENALIZE et HELL IN THE CLUB ! A l’époque, je n’avais pas trop accroché, même si j’avais trouvé ça sympathique.

Mais ce soir, dès le premier titre « MDMA », je suis conquis. Un savant mélange de stoner et de south rock avec une pointe de blues et un soupçon de grunge. Que du bon. TOM DEPOORTER le batteur, MAXIME HERAUT le guitariste solo, THIBAUT MAZUIR à la basse et ALEX PALMIER le guitariste chanteur composent ce groupe aixois.

CRITICAL PINT @ le Brin de Zinc – Barberaz

Le second morceau qui porte le doux nom de « Flying Away » est aussi entraînant que le premier. C’est sur le solo de fin qu’ALEX, emporté par son enthousiasme, en débranche sa guitare. Heureusement pour lui, ça ne s’est pas entendu. Ouf !

La musique de nos copains aixois, est, comme je le disais, vraiment bonne. TOM qui tient la batterie de main de maître, THIBAUT qui fait groover sa basse de sa hauteur sous les riffs de MAX ou sous la slide d’ALEX aux belles moustaches, font chavirer le public tout acquis à leur cause. Eh bien, que de progrès depuis trois ans !

Les titres qui suivent sont tous aussi entraînants les uns que les autres. De « Never Stop Drinkin’ », une chanson à boire, à « Brand New Day », de « Clumsy Cowboy », une chanson sur un cowboy maladroit, à « Dirty Lies », je passe un agréable moment. Ma tête ne peut pas s’empêcher de faire des mouvements de haut en bas. D’ailleurs, je ne suis pas le seul, une bonne partie du Brin de Zinc fait de même.

« Cette chanson parle d’un fléau qui touche beaucoup de mondes », commence Alex. « Le coronavirus !», lance le public mort de rire. « Oui, mais non. On va parler de la flemme ! ». C’est « Procrastinator » qui déboule dans les enceintes. Morceau puissant et groovy à souhait qui remue un Brin de Zinc un tantinet dissipé.

Les musiciens s’entendent comme larrons en foires ; l’ambiance sur scène est fun. ALEX fait un bisou à MAXIME qui lance un « c’est dégueulasse ! » sous les rires du public savoyard, et des musiciens.

Il est l’heure de rentrer en enfer avec « Welcome To Hell ». C’est un nouveau morceau qui promet, si le reste de l’album à venir est du même acabit. Les titres suivant, sont tout aussi intéressants que les précédents et permettent au groupe de continuer à conquérir le public.

Les CRITICAL PINT finissent leur set en beauté avec « Devil’s You », encore un titre bien infernal.

CRITICAL PINT @ le Brin de Zinc – Barberaz

Pendant l’interlude, nous avons droit à un petit set acoustique de reprises de BON JOVI, avec SEB le guitariste chanteur de GALDERIA et PACO le G.O. de la soirée. Force est de constater, qu’il est toujours agréable d’entendre chanter ces vieux titres. Le public savoyard ne s’en prive pas d’ailleurs. Nous avons droit à d’autres covers de groupes comme LYNYRD SKYNYRD, AC/DC… mais c’est un set très court, étant donné que SEB doit jouer en électrique juste après. Pendant le dernier titre, je regarde les autres musiciens de GALDERIA, hilares, qui s’éclatent comme des fous sur le côté de la scène. L’ambiance entre les membres du groupe semble détendue avant d’arpenter la scène.

GALDERIA @ le Brin de Zinc – Barberaz

Ca y est, c’est au tour desdits GALDERIA de monter sur scène. La première chose qui me frappe par rapport à la dernière fois, c’est l’absence de clavier. Du coup, SEB, qui n’a plus de crinière, a récupéré une guitare.

« Shining Unity », le tout premier titre joué ce soir est une bombe, suivi par un « High Up In The Air », hyper fédérateur. J’ai l’impression, que jouer à deux guitares, rend la musique de GALDERIA beaucoup plus heavy que la dernière fois. Ce qui, je l’avoue n’est pas pour me déplaire.

Instantanément, le public se connecte avec l’univers du groupe. Il est vrai que tous les titres se retiennent bien et sont hyper-entraînants. Comme en 2018, les morceaux sont impeccablement interprétés et c’est toujours aussi bon.

BOB, le bassiste, est toujours aussi présent sur scène. TOM, à la lead, prend plus de place que lors de leur dernier passage et sa voix est toujours aussi élevée, ce qui contraste bien avec celle de SEB un peu plus grave. JC le batteur fou, s’éclate bien derrière ses camarades. Il aurait plus de bras que nécessaire que ça ne m’étonnerait qu’à moitié… Mais après vérification, il n’en est rien, lol !

En bref, nos copains marseillais nous délivrent un show survitaminé. SEB est en pleine forme vocale, même après son petit show acoustique. On le sent plus déterminé qu’avant, mu par une puissance… universelle (?). C’est dingue ce que leurs morceaux me font penser aux premiers HELLOWEEN, voire GAMMA RAY. J’ai parfois l’impression que la voix de SEB a des airs de KAI HANSEN et celle de TOM ressemblerait plus à celle de MICHAEL KISKE. Mon pote Steve*74 pencherait, quant-à lui, plus pour FREEDOM CALL. Bah, de toutes façons, ces deux groupes ne sont pas si éloignés que ça.

SEB nous annonce qu’ils sont en pleine composition de leur futur album et que normalement, ils ne devraient pas tourner mais qu’ils ont exceptionnellement, décidé de venir jouer pour nous ce soir. Forcément, le public les en remercie chaleureusement !

GALDERIA @ le Brin de Zinc – Barberaz

Il est l’heure de « From Gaia To Galderia », le morceau chanté par BOB qui délaisse sa basse – récupérée par SEB – pour prendre le micro. Il n’y a pas à dire, c’est un sacré chanteur. Il est vrai aussi qu’il chante dans plusieurs autres groupes marseillais.

Leur débauche d’énergie et le plaisir qu’ils prennent en jouant sont communicatifs. Leurs morceaux sont hyper efficaces. Ils te rentrent dans la tête très facilement. Sur scène, la puissance et l’énergie ne se tarissent pas et le set se déroule à un rythme monstrueux. Nos copains marseillais nous emmènent au-delà des vents cosmiques, avant de nous parler d‘universalité et de nous transporter sur une aura bleue.

Les musiciens, toujours au top et malgré l’heure tardive, terminent leur set sur « Far Space », après nous avoir joué « Call To The World » qui a démonté le Brin de Zinc.

GALDERIA @ le Brin de Zinc – Barberaz

Le titre terminé, le groupe descend des planches après avoir salué son public. Cependant, comme régulièrement au BDZ, les spectateurs en redemandent. Alors, les GALDERIA reprennent la scène pour rejouer un des titres qu’il a déjà interprété. Cette fois, c’est bel et bien fini. Malheureusement.

SEB, comme la première fois où je l’ai vu, se rend directement au stand de merch’, discuter avec ses fans. Avant d’aller le retrouver, nous en profitons pour discuter un peu avec BOB, resté sur scène. Nous parlons de sa ville et du groupe. Tout ça le plus simplement du monde.

En osmose parfaite avec un public transcendé, le combo a assuré et marqué encore une fois des points ce soir.

GALDERIA @ le Brin de Zinc – Barberaz

Comme il se fait tard, nous prenons congé de nos copains marseillais et rentrons à la maison en écoutant leur dernier album « Return Of The Cosmic Men », en attendant de pouvoir se délecter de leur futur LP à venir.

Un grand merci à PACO d’avoir organisé ce concert et à GALDERIA pour avoir bien voulu interrompre la composition de leur futur album pour revenir nous faire cet excellent show ! Un grand merci aussi à THOMAS, le gérant du BDZ qui nous permet de faire vivre notre musique !

ANVIL : Live Report @ le Rock’n’Eat Live de Lyon – Jeudi 27 février 2020

ANVIL @ le Rock’n’Eat Live – Lyon

Report et Photos by Ti-Rickou

Cool, les canadiens de ANVIL sont de retour à Lyon, ils passent au Rock’n’Eat et, vu les claques qu’ils m’ont toujours mis en live, il est hors de question que cette fois encore je les manque !

Donc le jour J, direction le Rock‘n’Eat avec mon copain Christian d’Adipocère et sa femme. Et pour une fois, pas de pression. Il y a trois groupes donc pas de risque de louper le début d’ANVIL. Heu… RAMAYA, le groupe italien qui les accompagne sur la tournée, n’a pas joué hier… Pas bon signe. Ca change un peu la donne. Du coup, même si on se gare assez facilement et qu’on se magne pour arriver, bah c’est loupé, les parisiens de HARSH ont déjà fini de jouer. La seule bonne nouvelle, c’est que ANVIL n’a pas commencé !

Le Rock‘n’Eat est plein comme un œuf. Cool pour les groupes ! Il y a plein de copains qui sont venus de partout, Saint-Etienne, Grenoble, Bourg en Bresse, Annecy et il y a même un peu de lyonnais !!! Tout le monde est chaud et prêt à prendre des baffes en faisant un retour dans les 80’s.

ANVIL @ le Rock’n’Eat Live – Lyon

Allez, c’est parti. Le batteur et le bassiste sont sur scène et LIPS est dans le public et il parle dans sa guitare pour nous dire bonsoir. C’est mon morceau favori, l’instrumental « March of the crabes » qui ouvre les hostilités.

LIPS est toujours au centre du public. Même pas peur ! Ledit public est aux anges, le touche mais le laisse jouer !! Wouah, quelle entrée en matière ! A la fin du morceau, il rejoint ses camarades et c’est reparti en version « les freins, c’est pour les lâches »! ROB REINERE est toujours mega impressionnant derrière ses fûts. Putain, ça fait plaisir de le retrouver !!!

LIPS fait toujours le fou et danse des gigues avec le bassiste. Il fait toujours des sourires. Bref, il s’éclate à donf’. Il fait bien sûr un morceau avec un vibromasseur (dans les 80’s, c’était sa marque de fabrique) en guise de médiator.

Le Rock’n’Eat est en ébullition, surtout sur les vieux morceaux donc je ne vous explique pas la folie quand vient le tour de « Metal and metal » qui clôture le set ! C’est de la folie pure, tout le monde chante « Metal and metal », putain c’est beau !!!

Voilà, c’est l’heure du rappel. Eh oui, on en reveut du heavy metal canadien, nous ! « ANVIL, ANVIL, ANVIL », crie la foule ! Yeees, on a gagné, ils reviennent ! Et là, c’est mon pote Christian qui est aux anges car ils nous jouent « Forge in fire », son morceau préféré à lui. Heu… pas qu’à lui d’ailleurs, dans le pit et jusqu’au bar c’est du délire !!

Allez, un dernier petit morceau pour la route est là c’est fini.

ANVIL @ le Rock’n’Eat Live – Lyon

Le groupe profite du moment photos : photos dos au public, photos pour le public… Public qui bien sûr se rue sur leur stand merch’. Heu, c’est pas donné ! Les T-shirts à 25 euros, les sweats à 50, les photos à 10… En revanche, même s’ils vendent des photos signées, le groupe va venir faire des photos et serrer
des mains. Même pas peur du Coronavirus, lol ! Ils sont heureux d’avoir joué et d’être là tout simplement. Moi aussi, je suis heureux. C’est toujours important de soutenir ce genre de groupes – rares – qui sacrifie tout pour aller jouer leur musique partout dans le monde (voir le documentaire sur le groupe).

Il est temps pour moi de dire au revoir aux copains. Et c’est parti, on the road again avec « Metal on metal » à donf’!!!!!!!!!!!!!

Un putain de merci au Rock ‘n’ Eat pour cette soirée !

Un PS pour HARSH : vraiment dégoûté de vous avoir loupés, surtout après avoir écouté votre EP. A très bientôt sur la route les mecs !!!!

ANVIL @ le Rock’n’Eat Live – Lyon

VISIONS OF ATLANTIS + CHAOS MAGIC + MORLAS MEMORIA : Live Report au CCO de Villeurbanne – Dimanche 16 février 2020

VISIONS OF ATLANTIS @ le CCO de Villeurbanne

Report et Photos by Ti-Rickou

Bon, après le Transbo, le Kao, le Rock ‘n’ Eat Live, c’est maintenant le tour du CCO. L’année concert sera bien lancée car à Lyon, c’est vrai, ça tourne essentiellement autour de ces quatre salles pour notre style de musique.

Donc, direction Villeurbanne. Je pars de bonne heure en espérant passer avant les bouchons, trouver une place pour me garer sans trop galérer et surtout arriver à l’heure pour ne pas rater le premier groupe de cette soirée metal symphonique à chant féminin.

Et vous n’allez pas le croire ! Quatrième concert et pas de retard pour Ti-moi !!! J’ai en plus le temps de dire bonjour aux copains présents. Na !!

MORLAS MEMORIA @ le CCO de Villeurbanne

Allez, c’est parti. Les allemands de MORLAS MEMORIA ouvrent les hostilités. Mon copain Serge aurait été aux anges : du metal symphonique avec chant lyrique féminin ! Belle voix, bien fait. Pas original mais pour le genre assez agréable. Ca joue et les morceaux se laissent écouter. Heu… la robe à paillettes de la chanteuse, ça fait un peu étrange quand même, lol !

C’est au troisième morceau que ça se corse pour moi ; le guitariste se met à faire la grosse voix beurk caca pour mes pauvres oreilles qui n’ont pas méritées un tel traitement… surtout en n’y étant pas préparées. Même si je comprends le côté contraste, j’y suis carrément réfractaire. Encore plus qu’à la flûte traversière dont la chanteuse se sert un peu sur quelques morceaux.

Allez zou, je disparais !

CHAOS MAGIC @ le CCO de Villeurbanne

Papotage à l’extérieur avec des copains venus pour la tête d’affiche. Le temps passe plus vite quand on papote !!

Allez, c’est au tour de CHAOS MAGIC, le groupe de la chanteuse chilienne CATERINA NIX de monter sur scène. D’entrée de jeu, c’est plus hard FM, hard prog’, hard symphonique. Le chant aussi est moins lyrique, plus hard. Yes, là je suis beaucoup plus client ! Les morceaux sont très bons, la voix est superbe et même la voix masculine est cool. Pas de gargouillis vocaux, un vrai chanteur de hard-rock. Le mariage est parfait.

Visuellement aussi ça la fait. Le public présent accroche bien au spectacle. Il y a un clavier guitare qui fait aussi le show. Si j’ai bien compris, il a été le clavier d’un petit chanteur de heavy metal du nom de… BRUCE DICKINSON ! En tout cas ce qui est sûr c’est qu’il a une présence scénique de quelqu’un qui a traîné ses guêtres sur pas mal de scènes !

Putain, c’est vraiment très bon ! Franchement, tu n’as pas envie d’en louper une miette ! Une mega bonne découverte pour moi. Et cette voix… trop belle !! Je suis sous le charme, moi !

Les autres zicos aussi sont excellents. En écrivant ce report, j’ai encore des morceaux qui me restent dans la tête et c’est plutôt bon signe !

Allez, c’est fini. Sniff ! Dernière pause. J’en profite pour faire signer la set list et faire un selfie avec CATERINA. Rickou en mode groupie, quoi !

VISIONS OF ATLANTIS @ le CCO de Villeurbanne

Bon, c’est le moment de rentrer dans la salle pour le dernier groupe, VISIONS OF ATLANTIS. Ca fait un bout de temps que je ne les ai pas vus, moi. Je suis donc aux taquets pour l’arrivée sur scène de CLEMENTINE DELAUNEY et des siens.

Et c’est parti pour du metal symphonique de haut vol. Je suis fan de la voix de CLEMENTINE et des morceaux du groupe. En live, c’est carrément magique. Tous les musiciens sont parfaits, la voix masculine est ici aussi chantée et sert les morceaux sans être obligé de brailler. Les VISIONS OF ATLANTIS sont en forme.

VISIONS OF ATLANTIS @ le CCO de Villeurbanne

CLEMENTINE est chez elle et veut montrer à ses copains italiens du groupe qu’à Lyon ça bouge aussi ! Si, si, c’est possible et même si, malheureusement, on n’est pas assez nombreux, on est tous aux taquets pour profiter du spectacle !

Tiens un morceau avec juste CLEMENTINE sur scène et seulement un piano en accompagnement… Whaou, quelle voix et quel superbe moment !

Et c’est reparti de plus belle. On est là, heureux.

Voilà un dimanche comme je les aime, moi. Un grand merci aux Sounds Like Hell pour cette soirée magique !!! Vivement le prochain concert !!!

VISIONS OF ATLANTIS @ le CCO de Villeurbanne