COVEN + DEMON HEAD : Live Report @ Rock’n’Eat Live de Lyon (69)

COVEN @ Rock ‘n’ Eat Live – Lyon

Report et Photos by Ti-Rickou

Bon, dire qu’il fait chaud est un euphémisme. On est en pleine canicule et rien qu’à l’idée de m’aventurer à Lyon où il fait un temps à faire cuire des œufs sur le capot de sa voiture et où on suffoque littéralement, je n’ai qu’une envie : me coller sous la douche. D’un autre côté, je n’aurais jamais imaginer que les américains de COVEN, groupe branché Satan est mon copain et qui a sorti leur album en… 1969 passerait en 2019 en concert à Lyon ! Pas surprenant que Lyon ait été choisie pour une date de ce sabbat vu que la ville serait, si mes sources sont exactes, la capitale française de l’église luciférienne (si, si, ça existe !). Si on rajoute à ça que des gentils copains me proposent de m’emmener, je ne résiste plus du tout à l’appel du Rock ‘n’ Eat !

Bon ce qui est cool en juillet c’est que Lyon on s’y gare finger in the noze. Ce qui est dingue, et carrément bien, c’est qu’il fait plus chaud dehors qu’à l’intérieur du Rock ‘n’ Eat.

DEMON HEAD @ Rock ‘n’ Eat Live – Lyon

Je n’ai pas le temps de me poser 10.000 questions, il y a de la musique. Merde, ils ont commencé à l’heure et les danois de DEMON HEAD ont déjà commencé. Bien-sûr, je me précipite pour les voir ! La salle est très blindée. Du coup, il n’est pas forcément facile de passer mais ça fait un putain de plaisir de voir autant de monde en semaine pour cette affiche !

En 69, les DEMON HEAD ne devaient même pas être des spermatozoïdes dans les couilles de leurs pères. Ils sont jeunes mais on comprend de suite pourquoi ils ouvrent pour COVEN. Eux-aussi sont branchés diabolic rock ! Musicalement c’est tout ce que ma chérie aime, du hard-rock 70 psyché. Le genre de truc où elle irait jouer à colin-maillard sur l’autoroute. Moi, c’est tout le contraire, j’adore ! En plus les nouveaux groupes qui évoluent dans ce style ne sont pas légion.

DEMON HEAD @ Rock ‘n’ Eat Live – Lyon

J’adore la voix, j’adore leurs morceaux qui partent un peu dans toutes les directions avec des solos d’orgue et une voix un peu aiguë.

Je regrette sincèrement de ne pas avoir vu toute leur prestation car DEMON HEAD est un groupe à découvrir d’urgence. Et surtout, je ne pense pas qu’ils vont forcément revenir jouer dans le coin de sitôt, sniff !

Allez, papotage avec les quelques copains présents ce soir pendant le changement de plateau. L’affiche a attiré du monde de bien plus loin que nos contrées car COVEN n’a que deux dates en France. Et en plus, effet vacances (?), il y a beaucoup d’étrangers (des parisiens (lol), des allemands, des belges…). Les gens n’ont pas hésité à se déplacer très nombreux pour les voir.

COVEN @ Rock ‘n’ Eat Live – Lyon

Il faut dire que COVEN est un groupe culte. Pourquoi ? Parce que ça a été un des premiers groupes a utiliser le signe des cornes sur scène et a pratiquer ouvertement un rock anti-chrétien. Ils ont été précurseurs de ce genre de métal. En plus, leur album n’est pas facile, voire très difficile à trouver en vinyl et forcément ce qui est rare devient très vite culte.

Allez, on va voir ce que ça donne en 2019 car les musiciens, oui ce doit être eux, sont encapuchonnés et portent un cercueil sur scène. Hum, ça commence bien ! Et il y a quoi dans le cercueil ? Il y a la chanteuse ! Bon, alors c’est facile, pour ceux qui se posent la question de savoir qui il reste de la formation d’origine, elle les a tous mangés et les a remplacés par des petits jeunes.

Ce qui est hallucinant, c’est la pêche et la voix qu’elle a par rapport à son âge. La mise en scène a été vraiment étudiée. Elle arrive avec un masque sur le visage, masque qu’elle va garder pendant quelques morceaux.

L’ambiance eh ben, c’est Satan m’habite, Lucifer (pas MorningStar) est mon copain. Sa musique n’a pas pris une ride. Bien sûr, c’est forcément très psyché hard-rock. A l’époque, on n’était pas obligé d’avoir une voix gutturale et des guitares saturées à l’extrême pour faire du satanic metal.

Moi, je suis vraiment sous le charme. Leur prestation met en transe le public qui est, comme moi, subjugué par la prestation du groupe. Si ce n’était l’âge des musiciens, on pourrait croire qu’ils jouent ces morceaux depuis 50 ans !

Incroyable voyage inter-temporel. Un show donné à 200 % qui laisse tout le monde sur le cul. Quand le groupe nous dit que c’est fini et qu’il quitte la scène, le Rock ‘n’ Eat ne bouge pas et se met à entonner pour un rappel. Cela va durer plusieurs minutes, jusqu’à ce que malheureusement on se rendent compte qu’ils ne reviendront pas. Dommage, on en aurait tous bien repris une louche car putain que c’était bon !

Allez, petit tour au merch’. COVEN, pas d’albums à acheter. En revanche, des posters de la chanteuse (assez chers quand même, même si dédicacés). Les musiciens sont en train de démontrer le cercueil et la chanteuse ne passera pas par le stand merch’. Dommage.

Il est minuit, l’heure des sorcières, il fait méga méga chaud dehors. Les gens sont dans les squares à la recherche d’un peu de fraîcheur. Il y a des balais qui volent et des chats noirs sur les trottoirs. Un grand merci au Rock ‘n’ Eat pour avoir permis cette putain de soirée qui met en valeur un style de moins en moins courant.

PS : Un grand merci à Christian et Sylvie d’Adipocère pour m’avoir entraîné dans ce voyage !