Chroniques CD – Juillet 2020

POWERWOLF

Best Of The Blessed

Label : Napalm Records

Sortie : 03 juillet 2020

Ce genre d’album est fait soit pour ceux qui ne connaissent pas le groupe et qui du coup vont découvrir les meilleurs morceaux du groupe, soit pour les fans inconditionnels qui veulent tout sur leur groupe préféré.

Et pour ces derniers, Powerwolf les a choyés car en plus des titres best of, il y a des titres joués d’une manière alternative. Eh oui, tout çà pour que la meute ait des nouvelles du clan avant qu’ils ne reviennent en live mettre les salles en délire.

Trois CD à écouter très fort ! Heu… bah oui, c’est tout car, même s’il y a des surprises et 34 morceaux, c’est quand même un album avec des titres qu’on connaît, quoi ! Moi, je veux un nouveau bébé, pas qu’on me montre que les autres sont biens. A signaler, la pochette qui est, comme d’habitude, superbe. Une bonne raison d’avoir ce disque dans sa
collection !

THE DIRTY DENIMS

Ready Steady Go !

Label : Handclap Records

Sortie : 03 juillet 2020

Coup de cœur Seb 747

C’est avec « Ready, Steady, Go ! » que commence cet album des Dirty Denims. Et dès le second titre, « Last Call for Alcohol » me voilà comme le Loup de Tex AVERY, je deviens complètement dingue, je me mets à hurler à la lune, je tape du poing sur la table, ma langue sort de ma bouche, mes yeux sortent de leurs orbites. Mon voisin du dessous tape du balai pour me faire arrêter, mais je ne me contrôle plus tellement j’adore ! Du coup, il monte me voir et devient, comme moi, complètement dingue de ce groupe hollandais et se met à acheter tout le merch’ disponible. Évidemment, ceci n’est qu’un rêve, vous vous en doutez. Quoique, en me réveillant ce matin pour faire ma chronique, je suis surpris de voir mon salon en complet désordre. Allez savoir pourquoi…

Dans un genre pub rock à la AC/DC, venus de Eindhoven, les Dirty Denims respectent la parité hommes/femmes. Le groupe est mené de main de maître(sse) par la frontwoman Mirjam Sieben, sorte de Joan Jett punk. Elle est entourée  de Marc Eijkhout à la basse, de Suzanne Driessen à la batterie et de Jeroen Teunis à la deuxième guitare.

Ce hard-rock que l’on pourrait qualifier de simpliste, avec un backbeat blues, vous déboite la nuque. Entre l’infernal « Thunder From Down Under » (un hommage aux légendes des antipodes, AC/DC) en style powerpop, au style pop-organ de « Too Much Information » (qui est une chanson sur les gens ayant des conversations bruyantes dans le bus ou le train, ou pendant les concerts), voire au rapide « Roll the Dice », tout est fait pour vous faire headbanguer. Le dansant « Messin Around » que Joan Jett aurait pu inventer si elle c’était mise au punk rock, le rageant « Creatures of the Night » ou bien le trop court (2’20) « Band not a Brand » que les Ramones aurait pu faire, et le final « Beautiful (My Darling) », on ne s’ennuie pas une seule seconde.

D’accord, ils n’ont pas inventé la poudre, tout est relativement simpliste, mais c’est tellement bien fait, que ce genre de musique peut être très gratifiant et vous fait passer un sacré bon moment. Par les temps qui courent, ce n’est pas une sinécure.

POLTERGEIST

Feather Of Truth

Label : Nuclear Blast

Sortie : 03 juillet 2020

Yes, un album de speed thrash metal ! Comme je suis content…. Volume à donf en mode vengeance pour les aboiements en discontinu des chiens des voisins !

Putain, c’est trop bon ! Heu non pas la zique, ne plus entendre les chiens hurler et voir les voisins les mains sur les oreilles crier maman même quand la fête des mères est passée !! Heu… comment ça je m’égare ???

OK. Ca joue vite et fort. On a bien le côté speed et le côté thrash avec la voix. Et même si c’est rapide, c’est mélodique, la voix est audible et les morceaux sont écoutables. Tiens, c’est bizarre, je viens de voir ma chérie monter le son en douce… et elle, ce n’est pas pour faire chier les voisins mais parce que ce style elle en est fan. Eh oui, pour les trucs violents, voir avec ma femme !!

Oui chérie, c’est mega bon, ça déchire… Bien sûr… Et la marmotte, elle me met un CD de Frontiers Music dans la jaquette !

En conclusion, pendant que les fans de hard FM iront jouer sur l’autoroute, les fans de thrash speed se rueront sur ce Poltergeist. Allez, c’est fini. Les chiens n’aboient plus, ils ont dû avoir peur !

MARYANN COTTON

Hallelujah

Label : El Puerto Records

Sortie : 03 juillet 2020

Coup de cœur Seb 747

Les passionnés d’histoire criminelle connaissent la célèbre empoisonneuse anglaise, Mary Ann Cotton. Mais, ce n’est pas d’elle que nous allons parler. En effet, Maryann Cotton (notez la dissimilitude dans le nom, lol) est aussi le nom d’un groupe de shock-rock américain. Certains crieront au plagia et détesteront ! D’autres, comme moi, aimeront.

Mais de quoi il parle ? Eh bien ce disque ressemble trait pour trait à un best of du roi du shock-rock, le bien nommé Alice Cooper, avec une toute, toute, petite touche de Mötley Crüe. De la musique à la voix, enfin, surtout la voix, tout fait penser au maître. D’ailleurs, ce n’est pas sans raison que ce dernier en est le parrain. En sachant cela, les puristes se calmeront peut-être un peu. Toutefois, il est vrai que si on ferme les yeux, on croirait entendre le Coop. J’avoue qu’en tant qu’inconditionnel de Mr Furnier, je suis fan. Certes, beaucoup de titres sont influencés, mais c’est vraiment bien fait, et les solos de guitares de Sebastian Sly sont incisifs, l’un des meilleurs titres étant le dernier « My Own Way ». Un mélange sublime d’Alice rencontrant la musique de Queen.

Certes, cet album n’est pas original pour un sou. Mais rappelez-vous les haros jetés par les spécialistes sur Krokus dans les 80’s à cause de sa ressemblance avec AC/DC et regardez le nombre de groupe qui leur ressemblent maintenant. Alice pourra mourir, le plus tard possible, tranquillement, son remplaçant est tout trouvé !

SIN CIRCUS

SIN CIRCUS : VII

Label : Autoproduit

Sortie : 07 juillet 2020

Coup de coeur Seb 747

Venus de Blackpool en Angleterre, les Sin Circus viennent de sortir leur nouvel album après un premier EP sorti il y a 3 ans déjà. A cause de la pandémie, ils ont décidé de le mettre en ligne avant de le sortir en physique une fois que celle-ci sera contenue.

Maintenant, que vaut ce Sin Circus ? La perfide Albion nous ayant toujours réservé des surprises, je m’attends encore à un bon groupe. Et effectivement, c’est un bon groupe. Teinté de hard-rock moderne (comprenez musique hard et heavy, sur refrains énervés), le cirque du péché séduit.

Dès le premier titre « Animal », vous vous prenez une claque à travers la figure et ça fait mal ! Vicky Spencer, la chanteuse à un timbre de voix très agréable, mélodique et nerveux. On sent une rage contenue qui dès le troisième titre « Pied Piper » vous explose en pleine face. Elle vous achève ensuite avec le titre « Void », morceau qui dure plus de 3 minutes avec une rage sans nulle autre pareille. La colère rugissante s’exprime sur « The Gunslinger » mais tout en continuant à rester mélodique sur les refrains, quitte à être entêtant.

Tout le long de l’album, les mélodies sont hyper tranchantes, les grattes sont omniprésentes et la basse n’est pas éteinte derrière les frappes de batterie. La musique du groupe me fait parfois penser au groupe In This Moment, voire parfois à Evanescence en moins lyrique et parfois même à Korn sur le début de « The Silence ».

Encore un groupe à chanteuse, me direz-vous. Oui, mais quelle voix ! Et puis, moi, j’aime bien. Alors certes, certains growls passent par ci par là et pourrait en déstabiliser plus d’un, mais Vicky est une excellente chanteuse et sait rester mélodique quand le titre en a besoin. « Seven » en étant le parfait exemple.

Si les screams ne vous font pas hérisser les poils, si la mélodie est un atout pour vous, alors mettez vos deux oreilles sur cet excellent album.

A noter que les musiciens sont masqués comme le Crimson Glory des années 80 et que cela doit sûrement faire son effet sur scène.

BLOODY HEELS

Ignite The Sky

Label : Frontiers Music

Sortie : 10 juillet 2020

Album mega, mega coup de cœur !

Les hard-rockeurs lettons de Bloody Heels ont récemment rejoint le groupe de jeunes talents en pleine expansion du label Frontiers, et il suffit d’écouter ce « Ignite the sky » pour savoir pourquoi !

Du putain de hard-rock, sleaze à souhait, un mélange entre du hard-rock 80 et Crashdïet, Crazy Lixx et Kissin Dynamite, bien secoué et arrosé à la sauce spéciale Bloody Heels ! Les morceaux donnent envie de faire la fête, la voix est chaude et un tout petit peu râpeuse, les refrains te donnent envie de les reprendre à tue-tête et vont te hanter bien longtemps.

Bien-sûr, il faut aimer le style, mais moi j’adore et je trouve que cet album est vraiment bien équilibré entre sleaze et hard-rock, mélodie et puissance. Tout ce que j’adore !

Notez bien ce nom : Bloody Heels, un putain de groupe à suivre ! Qui a dit qu’il n’y avait pas de relève ? Long live rock’n’roll les copains, le rock n’est pas mort car on b… encore. Coup de cœur, limite infarctus of course !!!

SHINING BLACK

featuring Boals & Thorsen

Label : Frontiers Music

Sortie : 10 juillet 2020

Le nom du groupe ne vous dit rien ? C’est normal, c’est un nouveau groupe. En revanche, c’est fait par le chanteur Mark Boals (Yngwie Malmsteen, Ring Of Fire, Royal Hunt) et le guitariste Ölaf Thorson (Labyrinth, Vision Divine). Là, ça vous parle déjà plus ? On se doute bien, qu’ils ne vont pas faire du black, death metal, même mélodique, lol !

Et c’est bien à du hard rock mélodique que nous avons à faire ! Bien-sûr, pas de révolution du style mais c’est bien fait, les arrangements sont bons, la voix est belle et l’album est agréable à écouter. Bref, il manque juste un petit quelque chose pour en faire un must du genre. Peut-être pour le prochain album ? En tout cas, j’adore la pochette qui est superbe !

DEE CALHOUN

Godless

Label : Argonauta Records

Sortie : 10 juillet 2020

Non, ce n’est pas un chanteur de musique orientale, c’est le chanteur de the Iron Man et de Spiral Grave, Dee Calhoun qui sort un album acoustique (donc Steve*74 et autres copains allergiques à ce style, allez faire un tour au bord du lac !).

Sinon pour ceux qui, au contraire, aiment les ambiances intimistes, une voix chaude et une ambiance post- apocalyptique, bienvenue dans le monde de Godless. Bon, il vaut quand même mieux avoir le moral au beau-fixe avant de se lancer dans l’écoute de cet album ! Les amoureux de western se diront certainement que ça ferait une parfaite bande son. Voilà, je suis content de l’avoir découvert mais pas sûr que je le réécoute. En plus, le ciel est devenu tout noir et les corbeaux volent bas. Pas de bonne augure cela, lol !!

MICHAEL GRANT
& THE ASSASSINS

Always The Villain

Label : Frontiers Music

Sortie : 10 juillet 2020

Coup de cœur Ti-Rickou

Tiens, un nouveau groupe… Alors là, juste en regardent la pochette, je suis bien incapable de vous dire de quel style il s’agit. D’un autre côté, c’est sur Frontiers Records, donc il y a normalement peu de chances que ce soit du thrash ou du death metal, lol. En plus, Grant a été guitariste sur la tournée de L.A. Guns pendant cinq ans et a également enregistré un album avec ce groupe, donc je suis plutôt impatient de découvrir ce « Always the Villain ».

C’est du hard-rock. Plutôt moderne. Mais ce n’est pas gênant car les morceaux sont top. Il y a un gros son et j’adore la voix et l’approche de notre musique de Grant. L’album est frais et différent.

A découvrir pour les plus ouverts d’entre vous car c’est clair qu’on n’est pas dans du hard-rock à papa mais dans du hard-rock de l’an 2020. Sans grosse voix beurk bien-sûr !!

Grosse bonne surprise pour ma part. Allez, je leur mets un coup de cœur. Voilà.

TOKYO MOTOR FIST

Lions

Label : Frontiers Music

Sortie : 10 juillet 2020

Coups de cœur Ti-Rickou !!

Tokyo Motor Fist est une alliance artistique entre le chanteur de Danger Danger, Ted Poley et le guitariste/producteur Steve Brown de Trixter.

Ce deuxième album est lui-aussi rock, hard FM, mais de très haute volée. Les fans de Danger Danger et ceux de Trixter peuvent y aller les yeux fermés, vous êtes en terrain connu avec de belles mélodies, une voix parfaite, de superbes solos de gratte, tout ça dans l’esprit des deux groupes précités et de Bon Jovi, Def Leppard et consorts.

Parfait pour tracer la route vers la mer, les cheveux dans le vent. « Lions », c’est l’album des vacances 2020 et c’est un coup de cœur… d’autant plus que la pochette est sublime !

ENUFF Z’NUFF

Generation Brainwashed

Label : Frontiers Music

Sortie : 10 juillet 2020

Oh putain, ils sont de retour !!! Heu… comment ?… Qui ? Les Américains de Enuff z’Nuff, ce groupe originaire de Chicago qui est en activité depuis… 1984 (eh oui, quand même !). C’est leur quinzième album au compteur et ils ont des fans fous furieux aux quatre coins de la planète. Il faut dire que c’est un groupe difficile à caser dans une catégorie ; un peu dans la veine de Cheap Trick ou de Queen pour le délire…

C’est rock-hard, teinté de pop, de cœur, de gros délires, d’énergie positive mais ce n’est pas ce « Generation Brainwshed » qui va faire avancer le truc. Il faut juste écouter et se laisser aller dans leur univers carrément barré.

En plus, ils ont fait appel à un tas de guests pour leur album : Mike Portnoy, Daxx “Cheap Trick” Nielsen, Steve Ramone, Tony Fennell, Joël Norman, Brian Ray, Ace Frehley (ce dernier pour attirer les fans de Kiss, je suppose).

Bref, tout ça c’est du plus moi. J’adhère à leur délire, même sans guests. Un groupe et un album pour les plus ouverts d’entre nous. Allez, coup de cœur obligatoire.

P.S. : ne tenez pas compte de la pochette trop nulle, kitch et pas du tout représentative du contenu.

ADDICTED

Night Revolution

Label : autoproduit

Sortie : 11 juillet 2020

Coup de cœur Seb 747

Addicted n’est pas le combo de death varois, ni le groupe heavy des Grisons, ayant tous les deux sorti un album 12 ans plus tôt. Non, Addicted est un combo italien originaire de Pavia, une petite bourgade de Lombardie, dans le nord du pays. Menés de main de maître, voire maitresse serait-t-on tenté de dire, par Serena Peruffo la chanteuse, le groupe fait dans le sleaze rock. Inspirés, non pas par le côté « bling bling » des Américains, mais plutôt par le côté « Dirty » des Scandinaves.

C’est avec le titre « Night Revolution », qui donne son nom à l’album, juste après une petite intro bien sentie, qu’Addicted commence son combat et envoie d’entrée d’album du lourd. Trois uppercuts, avec notamment le nerveux « Suicide in Love » et le très entrainant « Insane », au rabâchage scandé « One, two, free, four, five, six insane ! » qui coup sur coup m’expédie dans les cordes. La séduisante semi-ballade « Easily Forgetable » me fait baisser la garde. Addicted devient addictif et ne relâche pas l’adversaire en enchaînant les frappes douloureuses avec l’excellent titre « Heroin(e) », et son
refrain entêtant, suivit par le lancinant « Anthem ». Le compte à rebours est lancé, il m’est difficile de me relever surtout avec enchaînement de « Break the Chains » qui m’asphyxie. La respiration devient difficile, le K.O. n’est pas loin. « Bloody Tears », envoie un direct dans la face, le rapide « On the Road of Life » un crochet dans le foie, et « 1000 Eternities in Hell » m’envoie au tapis.

Trente-cinq minutes plus tard, après cette Révolution nocturne je m’avoue vaincu. K.O. après la dixième reprise ! Si vous aimez le sleaze sale et addictif, avec des voix féminines, alors écoutez cet album, vous ne tiendrez pas plus longtemps que moi !!

RUMAHOY

Time II : Party

Label : Napalm Records

Sortie : 17 juillet 2020

Coup de cœur Ti-Rickou

Oyé moussaillons ! Vous n’êtes pas comme mon copain Serge, vous adorez le metal pirate joyeux, alors embarquez sans réfléchir avec Rumahoy et laissez-vous aller !

Vous allez visiter tous les pubs du monde pour découvrir l’endroit où on fait le mieux la fête. Leur metal est festif et entraînant et leurs refrains se chantent à tue-tête. Alors bien-sûr, il y a aussi un petit côté folk mais même ça, c’est bon.

Il est vrai que j’avais bien craqué sur leur clip Eh bien, ils continuent à me faire craquer et j’ai franchement hâte de les voir en live pour m’éclater comme un petit fou sur leurs morceaux. Enfin, en attendant, il me reste à ré-écouter ce petit bijou de bonne humeur en barre.

Forcément album coup de cœur. Désolé Serge, mais c’est trop bon !! Allez regarde, même la pochette, elle donne envie !!!

MASSIVE WAGONS

House of Noise

Label : Earache

Sortie : 17 juillet 2020

Coup de coeur Seb 747

Ayant pris une grosse claque lors de leur précédent album « Full Nelson » sorti en 2018 et qui s’était classé dans le Top 20 au Royaume-Uni, cela fait un petit moment que j’attends le nouvel opus des rockeurs de Lancaster (Angleterre), les Massive Wagons. « House of Noise » est leur cinquième album studio, le deuxième sur Earache. Du coup, je piaffe d’impatience lorsque j’appuie sur play.

Et Paf, re-grosse claque ! C’est un véritable chef-d’œuvre comportant 12 pistes et tout autant de chansons à hurler, accompagnées de paroles encore plus accrocheuses et comprenant tellement de riffs monstrueux et de rythmes puissants qu’il donnera sûrement aux airs guitaristes et aux airs batteurs les plus ardents plusieurs jours de R.T.T. !

« In It Together », le titre d’ouverture commence par un riff de guitare et un rythme de batterie rappelant les groupes pop-punk de la fin des années 90/2000 comme Green Day ou un Bowling For Soup plus rugueux voire un Sum41 ou un The Offspring, notamment sur le timbre de voix de Barry « Baz »Mills.

L’un des points forts de Massive Wagons est que tout au long de tous les hymnes rock à tempo élevé, qui rappellent souvent The Wildhearts, ils parviennent également à conserver un certain humour, comme sur l’épicé « The Curry Song » qui sera un excellent atout en live ou encore « Hallescrewya » qui confirme qu’ils ne se prennent pas au sérieux.

Que ce soit avec « Bangin in Your Stereo » qui te donne une envie folle de headbanguer devant ton poste de radio, « Freak City » et son refrain difficile à reprendre ou alors en yaourt, le menaçant « Hero » au son bluesy à la AC/DC en plus sombre, ou bien l’énervé « Professional Creep », toutes les chansons ici sont clairement conçues pour la scène et la participation du public.

« Matter of Time » la ballade de fin permet de reposer l’auditeur qui n’a qu’une envie, ré-appuyer sur play.

En tant que groupe, les Massive Wagons dégagent une personnalité sympathique et, bien que les médisants puissent à juste titre signaler un manque d’originalité car il y a un grand nombre de groupes à qui les comparer (Bowling For Soup ou The Darkness), vous ne pourrez pas vous empêcher de les adorer.

DARK SARAH

Grim

Label : Napalm Records

Sortie : 17 Juillet 2020

On part pour la Finlande afin de découvrir – ou retrouver – les Dark Sarah pour leur 4e album, « Grim ». Et ce « Grim » est aussi facile à décrire que les trois autres, lol !! Heu, on va dire du goth, fantastic metal horror, film, lyrique avec un chant féminin.

Enfin, de la musique qui pourrait aller avec « Twilight » où les vampires seraient leurs copains et où ils lutteraient contre de méchants loups-garous. Ils habiteraient dans un gigantesque château gothique avec des gargouilles comme gardes et des hiboux pour messagers et les vampires y organiseraient de grandes fêtes à la lueur des torches !! Heu… comment ça, je suis hors-sujet ??

Pas sûr car ce « Grim » te permet de te faire ton propre film, dans l’univers que tu veux !! Eh oui, c’est un vrai voyage sans passeport et sans fumée. Un album quand même conseillé aux plus goths d’entre nous. Pour les autres, fans de gros monstres et de grosses voix, passez votre chemin car ici c’est horreur oui mais chic et mélancolique !

Allez, le beau vampire ne mord pas sa belle et la laisse vivre en paix. Putain, c’est beau comme un film de blonde !!… Ou alors, il l’a mord et la garde avec lui pour la nuit des temps… et là, c’est une tragédie… A moins qu’il se trompe et morde le chien qui devient le premier clebs vampire qui, comble de l’horreur se retrouve sur un marché chinois et contamine la moitié de l’humanité !! Arrgh !! Mais si, c’est possible… mais là, c’est une comédie à la Monty Python ! Enfin, à toi de te faire ta propre histoire… ou pas, lol !!!

THE EROTICS

Let’s Kill Rock ‘n’ Roll

Label : Vile Vinyl
Records

Sortie : 20 juillet 2020

Coup de coeur Seb 747

Début 2020, les New-Yorkais de The Erotics ont commencé à écrire et à répéter un lot de nouvelles chansons pour ce qui deviendrait leur prochain album. Alors que le groupe répétait frénétiquement et définissait tous les détails des morceaux, s’efforçant de fermer les écoutilles pour la date du studio qui approchait rapidement, ils ont eu une idée démentielle. Histoire de corser un peu la chose, le groupe ne jouant pas la facilité, The Erotics a décidé de faire la seule chose qui leur était sensée : jeter la prudence au vent et inviter un contingent de fans dévoués au Don Fury Studio de Troy à New-York, pour participer à un enregistrement en direct. Le 20 Février dernier, ce n’est pas à un titre auquel les fans ont eu droit, ni deux, ni trois mais bien quatorze ! Et que des inédits ! C’est donc aujourd’hui que sort cette incroyable expérience.

Mais The Erotics, qu’est-ce que c’est ? Eh bien mon jeune ami, The Erotics c’est dur, c’est brut, mais avec un punch à la Rocky Balboa. C’est louche, c’est glamour mais avec, bien sûr, cette sale attitude punk-rock qui leur sied bien. Ils se décrivent comme « Alice Cooper avant qu’il ne découvre la religion ». Imagine le truc ! La jeunesse du Coop avec un son moderne, actuel. Composés de Mike Trash, Johnny Riott, Doug Renolds et Tony Culligan, les vétérans d’Albany dans l’état de New-York, en sont déjà à leur onzième album depuis 1997.

Passons là la présentation et parlons un peu de l’album. Un peu moins de deux minutes après le bien nommé instrumental « Nothing to Sing About », The Erotics fait sauter le couvercle de la marmite, déjà bien chaude, du studio plein d’acclamations, d’applaudissements et de sueur. « Let’s Kill Rock ‘n’ Roll » et « Lie my Way into Hell » mettent tout de suite dans l’ambiance : une véritable tuerie, une orgie de riffs monstrueux sur une voix rugueuse à souhaits. C’est à cet instant précis que l’on se rend compte que certains ont eu une « sacrée soirée » comme dirait Michel Drucker. Et plus l’album défile, plus on regrette de n’avoir pu assister à cet enregistrement.

Toute la rage de Mike Trash, le leader, est dévoilée au long de cet album, sous les riffs de Rachel Toxic et de la rythmique tenue par Billy Beer et Johnny Riott. Aucun des titres n’est mou, tout est en high level, sans compromis. Même les ballades « Wrong Kind of Love Song », et « When you Fly Away », qui ressemblent un peu aux Dog’s d’Amour, sont enragées. Mélodiques, mais rageuses. Trop bon !

Sur le dernier titre de l’album, Trash remercie le public d’être venu et présente le morceau le plus lourd des 14 : « Fighting Like Cats & Dogs », une chanson que Motorhead aurait été fier de raconter.

« Let’s Kill Rock ‘n’ Roll », c’est plus riffu et plus punky que votre tarif érotique habituel. C’est direct dans la tronche, et tout simplement génial. Sortez et achetez un exemplaire de cet album dès maintenant ! Vive The Erotics !

BLAZING RUST

Line Of Danger

Label : Steel Records

Sortie : 24 juillet 2020

Méga coup de coeur Ti-Rickou !

Les copains fans de heavy metal des familles, de bon heavy qui régale nos cages à miel, direction la Russie et plus particulièrement St Pétersbourg. Oui, oui, il y a des groupes russes de heavy et Blazing Rust en est un parfait exemple. D’ailleurs, son second album est là pour le prouver.

Blazing Rust fait dans le heavy 80 inspiré. Le chant est en anglais et moi, je suis bien fan de la voix et des mélodies, des morceaux qui vous font ressortir votre veste à patches et votre fut moule-burnes.

8 morceaux que vous allez ré-écouter en boucle, c’est moi qui vous le dit ! Allez, un petit shot de vodka et un putain de coup de cœur pour cet album !

THUNDERMOTHER

Heat Wave

Label : AFM Records

Sortie : 31 juillet 2020

Mega coup de cœur !

Yes, yes, yes, les copines suédoises sont de retour avec leur 4e album ! Je suis mega, mega fan (Heu non, pas juste parce que ce sont des suédoises) ! J’adore la voix, le côté AC/DC et leurs prestations de tueuses en live. Pour la petite histoire, Angry Anderson craque aussi sur ce groupe et il les avait pris pour ouvrir la tournée européenne des Rose Tattoo. Malheureusement, la tournée a avorté pour cause de Coronavirus.

En tous cas, pour attendre de revoir les filles en live, ce « Heat Wave » est parfait. Du pur hard-rock boogy à la mode suédoise. Les Thundermother vont te remettre la tête à l’envers à coups de putain de riffs à faire fondre la banquise.

A signaler qu’elles se sont toutes investies dans l’écriture de cet album… et ça s’entend ! Il est plus mature, plus Thundermother.

Allez les fans de groupes de filles qui envoient le bois, les fans de groupes qui sentent le bush et le kangourou, foncez sur cet album des nouvelles reines du hard-rock ! Et pour les mauvais coucheurs qui trouvent que si ce n’étaient pas des filles, on n’en parlerait pas, eh bien c’est votre choix, allez juste brûler en enfer et aller y écouter Belzebuth.

Pour ma part, je suis trop heureux de les retrouver. Alors, évidemment, c’est un mega coup de cœur pour ce « Heat Weave » !!!

DEE SNIDER

For The Love Of Metal Live

Label : Napalm Records

Sortie : 31 juillet 2020

Coup de cœur Ti-Rickou

Il y a très, très longtemps, avant un concert de Motörhead avec mes potes, j’ai rencontré Lemmy. Il portait un badge sur son perf’ avec un T.S. Lorsque un de mes potes lui a demandé ce que c’était que ce groupe, il a répondu : « Simplement le plus grand groupe de rock’n’roll ». Alors évidemment, j’ai tout fait pour avoir un disque de Twisted Sister (d’abord un maxi 45t puis une 2e et ensuite l’album) et aller les voir en live ! Et Lemmy avait raison, c’était un putain groupe de fous furieux ! Du pur hard-rock, limite glam – surtout dans le maquillage et les costumes. Whouah, la putain de baffe !!!

Et les New-Yorkais ne vont pas me lâcher pendant 5 albums de délire. Après, j’avoue, j’ai quand même lâché et puis ils se sont séparés.

Enfin, il y a quelques années, ils se sont remis ensemble. Pour ceux qui cherchent le rapport avec Dee Snider, c’est simple : c’est lui le chanteur ! Voilà, vous l’avez le rapport ! Il n’a jamais arrêté la musique et le hard-rock puisqu’il a aussi été le chanteur de Widowmaker, de Desperado et de Dee Snider of course !

Il fait des live avec des morceaux de Twisted et des morceaux à lui et même un cover d’AC/DC. Et c’est très exactement ce qu’il y a sur la partie audio de ce CD avec en plus toutefois, un nouveau morceau studio.

C’est donc déjà un achat obligatoire pour les fans des Sœurs Tordues car bien-sûr, tous les standards du groupe sont là, de même que les standards solo. En plus, il y a un blue-ray avec des interviews et plein de surprises.

Alors, bande de p’tits graisseux, pour aller au Camping des Flots Bleus, cet album, il te le faut et tu pourras même le partager avec Gros Rougeau !! Vous l’aurez deviné, c’est un album coup de cœur. Lussa les graisseux ! Et merci encore du conseil Monsieur Lemmy !

STARBLIND

Black Bubbling Ooze

Label : Pure Steel Records

Sortie : 31 juillet 2020

Les Suédois de Starblind nous reviennent avec un 4e album et un nouveau chanteur. Ils évoluent toujours dans un style heavy metal à la Iron Maiden et Judas Priest sont mes parents. Il y a pire comme influences quand même !

En plus, c’est mega bien fait. Les morceaux sont inspirés, la voix est top, la prod’ date des 80’s. Tout pour plaire aux fans du style. En revanche, si vous détestez Maiden, passez votre chemin. En résumé, un album pas original pour deux sous mais bien fait. Alors, n’est-ce pas le plus important ? Heavy Metal for ever, les petits graisseux !!!

WARKINGS

Revenge

Label : Napalm Records

Sortie : 31 juillet 2020

Coup de coeur Ti-Rickou

La pochette est sublime mais c’est clair, je ne pense pas que ça va être du hard-FM car elle donne le ton : « les quatre anciens rois, une tribune romaine, un Viking sauvage, un noble croisé et un Spartiate martial, rassemblés dans les salles dorées de Walhalla se sont échappés des royaumes de l’obscurité et ont volé leurs âmes au Seigneur des Abysses. Dans une fureur sanguinaire, les démons cherchent à se venger des WARKINGS, mais les légats d’Odin sont plus
que prêts à vaincre les monarques du crépuscule avec leurs hymnes percutants ». Et donc, c’est du heavy metal épique.

Et ça tombe bien car moi, j’aime ce style. En plus, là, c’est mega bien fait. Tu as envie de mettre ton armure et d’aller les aider à péter la gueule aux méchants ! Bon, dans une version plus réaliste, tu as envie de headbanguer comme un petit fou ! Chez les Warkings, ça joue grave et la voix est superbe. Un album à avoir dans sa collection et un coup de cœur guerrier pour moi.

DUN RINGILL

Library of Death

Label : Argonauta Records

Sortie : 31 juillet 2020 

Si je me fie à la fiche jointe à l’album, Dun Ringill c’est du doom-rock, dark-rock…

Bon, c’est vrai qu’il y a un côté doom, une lourdeur dans les riffs, mais la voix est quand même bien grosse. Audible quand même mais bien metal. Tout comme les morceaux. Un peu Black Sabbath qui serait né en suède et se serait penché sur les légendes locales.

En tout cas, cet album devrait plaire aux fans d’ambiance lourde et de voix virile ! Perso, la voix me gave un peu à la longue mais je comprends le côté contraste… jusqu’à ce que mon côté midinette reprenne le dessus ! Dommage car musicalement, c’est très bon et qu’avec une voix un tout petit peu moins border, ça m’aurait sans doute plus plu !!

Leave a comment