LONEWOLF, le métal jusqu’au bout des crocs : Interview

C’est après notre rencontre au Rising Fest de Dijon fin septembre et la fin de leur tournée internationale que les Lonewolf ont bien voulu répondre à quelques questions.

LONEWOLF INT. 5

Ti-Rickou : Contents du concert au Rising Fest ?

Lonewolf : Nous avons passé un super moment ! Nous jouons peu en France et il est vrai que l’ambiance qu’il y avait ce soir-là nous a fait chaud au cœur.

Ti-Rickou : Il y a un bus complet qui est venu de Strasbourg juste pour vous. De vrais fans qui font 400 bornes pour vous voir ! Vous les avez envoûtés ?

Lonewolf : (Rires) C’est extraordinaire de voir ça ! On ne les remerciera jamais assez pour ça. La plupart des personnes de ce bus font parties de la Wolf Division (une page Facebook créée par les fans et pour les fans du groupe). Le bus est déjà venu pour trois dates que nous avons fait en France ! On dit souvent que le métal est une grande famille et bien là, nous pouvons le confirmer !!!

LONEWOLF INT. 4

Ti-Rickou : Vous avez six albums à votre actif, comment voyez-vous l’évolution de votre musique ?

Lonewolf : Depuis l’album « Army Of The Damned » je pense (Antoine) que nous avons trouvé notre propre style. Les influences du début sont, bien entendu, toujours là (Running Wild, Grave Digger…) mais un côté plus mélodique (guitares harmonisées, mélodies plus présentes…) a fait son apparition. Il est difficile de prévoir l’évolution de notre musique, nous enregistrons ce qu’il nous semble le mieux, ce qu’il nous passe par la tête au moment présent !

Ti-Rickou : Vous jouez énormément à l’étranger, n’est-ce pas frustrant d’être plus apprécié ailleurs que chez soi ?

Lonewolf : Tout dépend de l’intérêt qui est porté à l’égard de la musique métal . La France a toujours été un pays où il est difficile de « percer » si tu joues du métal. A l’étranger (en Allemagne par exemple) la culture métal est ancrée. Il est donc naturel pour nous que la plupart des concerts que l’on nous propose se situe ailleurs qu’en France ! Je ne te cache pas que l’on aimerait quand même jouer un peu plus par chez nous et pourquoi pas un jour au Hellfest ! (rires).

DSC_0091

Ti-Rickou : Vous êtes basés sur Grenoble. D‘après vous, est-ce que c’est un vrai handicap de ne pas être sur Paris ?

Lonewolf : Absolument pas !

Ti-Rickou : Pensez-vous que le fait de venir du bassin Rhône-Alpin donne une couleur différente à votre heavy métal ?

Lonewolf : Oui… si nous parlions de montagnes, de ski, de raclette ou de choucroute (n’oublions pas que notre bassiste est Alsacien) dans nos paroles (rires) !! Plus sérieusement, la provenance d’un groupe ne change en rien du moment qu’il pratique un métal digne de ce nom !

Ti-Rickou : On vous compare souvent à Running Wild, vous n’en avez pas  marre ?

Lonewolf : Oui et non… Comme je l’évoquais plus haut, nous avons trouvé notre propre style. Dans Lonewolf, seul notre chanteur/guitariste Jens est un fan inconditionnel de Running Wild ! Bien-sûr le reste du groupe aime aussi mais pas au même point que Jens (rires) ! Pour ma part, je ne vois que quelques ressemblances avec Running Wild depuis l’album « Army Of The Damned ». Il est parfois simple pour certains de cataloguer Lonewolf comme simple copie de Running Wild ce qui est je pense totalement faux…

LONEWOLF INT. 6

Ti-Rickou : Est-ce que vous aimez des groupes de métal français ?

Lonewolf : Evidemment : Hürlement, Elvenstorm, Sortilège, Killers, Loudblast, Carcariass, Blazing War Machine, Ellipsis, Whisky of Blood, Deficiency..

Ti-Rickou : Que pensez-vous de la scène métal française en général et en Rhône-Alpes en    particulier ?

Lonewolf : Je pense que la région Rhône-Alpes est assez dynamique au niveau du métal. Il y a plusieurs groupes de styles très différents à Grenoble dont certains sont connus à l’échelle internationale. Par ailleurs, nous avons la chance d’avoir eu d’assez nombreux concerts organisés dans la région, de grands groupes passent à Lyon, même si je trouve que les concerts ont tendance (tout du moins à Grenoble) à se tarir au fil du temps.

LONEWOLF INT. 1

Ti-Rickou : Et pour finir, la question con : est-ce que faire du heavy, ça aide avec les filles ?

Lonewolf : Etant donné que nous sommes tous les quatre en couple, je ne répondrais pas à cette question… de peur des représailles (rires) !!!

Ti-Rickou : Merci les gars ! Au plaisir de vous revoir sur scène !

images