MAD SIN : Live Report au Brin de Zinc de Barberaz (23 mars 2014)

MAD SIN

Bon, les Dieux du Rock ne m’ont pas favorisé, car après quinze jours de beau temps, la neige est de nouveau annoncée. Et bien sûr, le concert de ce soir est à Chambéry. Heu, j’y vais ? J’y vais pas ?… D’un autre côté, c’est quand même MAD SIN !!! Donc, fuck le risque de neige et direction le Brin de Zinc. Comment ça, je e prends des risques pour un groupe de phsychobilly ? Bande d’incrédules, on en reparlera plus tard !!

Vu que je m’attends au pire, je pars tôt ; et comme tout se passe bien, j’arrive tôt.
Cool, je ne vais pas louper la première partie ! Heu.. si… parce qu’il n’y en a pas ! En plus, les MAD SIN ne sont pas revenus de l’hôtel. C’est quand même pas juste, pour une fois que je suis en avance, ce sont eux qui sont en retard ! Je vous le dis, les Dieux du Rock ne m’aiment pas.

Enfin, vers les 22h, ils arrivent. Les bières sont posées sur la scène et des bouteilles d’eau aussi (quand même..). Ce qui est bon signe, c’est que le Brin de Zinc bien rempli est en train de se chauffer à blanc.

MAD SIN 3

La contrebasse posée au sol s’allume, des gyrophares posés sur les enceintes aussi. Et là, sur le côté gauche de la scène, les musiciens, comme une équipe de foot avant un match, se tapent dans les mains pour se souder avant de monter sur scène. Et c’est parti pour une pure folie ! Les musiciens, du guitariste au contrebassiste, y vont à donf du style « les freins, c’est pour les lâches ». Sans parler du chanteur qui malgré, son volume impressionnant se met à genoux, bouge à droite, à gauche, fait des jumps au public qui explose littéralement ! Ca bouge de folie. Je vois des gars et des filles flotter sur la foule.

Les morceaux s’enchaînent à un rythme fou. Le psychobilly des MAD SIN se fait dur. Leurs différents albums ne sont pas oubliés et on a même quelques covers, dont un chanté par le contrebassiste… Le même qui, pendant un morceau décide d’aller faire un tour dans le public… avec, bien sûr, sa contrebasse lumineuse ! Pratique au milieu d’une centaine de personnes !! Et en plus, la contrebasse lumineuse tire un feu d’artifice !!!! Je me demande si, après avoir résisté au pyromane notoire ADAM BOMB, le Brin de Zinc va tenir. Eh oui ! même pas peur ! Le concert continue donc avec une méchante odeur de feu d’artifice fraîchement tiré dans l’air.

MAD SIN 5

Mais c’est déjà l’heure du rappel. Et c’est reparti pour un gros délire avec le chanteur qui se fait son show. Quel putain de frontman !!

Et voilà, une heure et des brouettes d’un concert de dingue et c’est fini.

Le public composé de rockers, de psychos, de stoners et de metalleux – il y en a même un qui était au concert de MESSALINE hier soir ! Comme quoi, je ne suis pas le seul dingue – est aux anges.. et épuisé ! Un tour au merch, rapide le tour, il n’y a que des T-Shirts.

Le temps de prendre quelque poses avec le groupe et retour dans la réalité – quelques grêlons/flocons me disent qu’il faut bouger et vite ! – et c’est bien fini. Non, je n’ai pas rêver : le train MAD SIN m’a littéralement explosé.

 

BILAN DE LA SOIREE

Waouh !!! Un putain de concert ! Une prestation énorme des MAD SIN ! Leur musique est vraiment à eux et le côté psychobilly sur scène est vraiment durci sur la plupart des morceaux.

Et le chanteur, quelle voix !!!

MAD SIN 1

Tous les musiciens sont excellents et se donnent à 100 %. En plus, depuis le temps qu’ils tournent, leur prestation est méga rodée. En tout cas, une méga baffe. Un groupe à voir vraiment en live, même si ce n’est pas votre style de prédilection.

Et puis le public aussi.. A fond dans le concert. Une ambiance de dingue mais toujours fun. Et ça, c’est méga important !

Un grand merci au BDZ pour cette programmation. C’est vraiment un des rares endroits qui arrive à me faire prendre la route par risque de neige.

Voilà. Fin d’un week-end qui m’a emmené du blues-rock le vendredi, au heavy-métal le samedi et jusqu’au psychobilly le dimanche. Et dire que certains croient que je ne suis pas ouvert !

MAD SIN 2