MONSTER MAGNET + COSMOSONIC : Live Report @ l’Usine de Genève – 01 juin 2017

MONSTER MAGNET

Report by Seb 747

Et encore une fois, direction l’Helvétie voisine pour assister à un concert qui s’annonce déjà anthologique. Eh oui, les MONSTER MAGNET, le groupe de DAVE WYNDORF, ont décidé de poser leurs valises chez nos cousins genevois. Pour une fois que ça ne se passe pas à perpète les oies, je ne vais pas me plaindre !

En plus, en ce moment, mes concerts se passe sous un soleil radieux. C’est que ça deviendrait presque une habitude ! A quand les trajets interminables sous des temps apocalyptiques, qui font de nous des métalleux fiers et courageux ? Euh, non, en fait, je préfère le soleil moi, lol !!

COSMOSONIC

Trop content de ne pas partir de bonne heure, je rate une partie du set des suisses de COSMOSONIC. Tiens ? Le syndrome Ti-Rickou serait-il de retour ? Bon, qu’à cela ne tienne, je me faufile vite devant la scène, laissant mes copains à l’entrée. Pas bien grave, je les retrouverai… au bar, mdr.

Du coup, à peine le temps de sortir l’appareil photo que je me prends un coup de massue en pleine tronche. Quelle puissance ! Quelle lourdeur ! Le son des helvètes est massif pour ne pas dire écrasant. Nous sommes ici en présence d’un groupe de stoner rock super lourd. Et je ne parle pas de la densité présente sur la scène, mais bien du son de COSMOSONIC.

DADA le chanteur qui, par ailleurs, porte un T-shirt de TURBONEGRO que je lui aurais volontiers piqué, possède une voix mélangeant PHIL ANSELMO de PANTERA et PEPPER KEENAN de C.O.C. C’est vous dire le pédigrée ! BISON à la basse est un furieux. Les sons qui sortent de son instrument sont tout bonnement incroyable de puissance. BARBARA, la guitariste, n’est pas en reste non plus. Ses rythmiques sont pesantes et robustes. MOUSSU, le batteur rasta, a une frappe groovy et écrasante à la fois. Le second guitariste, au sacré nom de scène – ZUCKIGNOLE – est un riffeur de première.

COSMOSONIC

Quelle énergie ! Quelle puissance de feu ! Les murs de l’Usine résonnent ! On est en présence d’un groupe genevois qui mérite amplement de faire cette première partie.

Tiens ? Ils ont un invité sur scène. Mais je le reconnais, c’est l‘harmoniciste de THE TRAP ! Waouh, c’est un super morceau qui nous est joué là ! La présence du musicien est un plus dans l’interprétation de ce titre. Il rajoute un côté bluesy et rafraîchissant.

Le set se finit, toujours sur cette sensation de pesanteur sans nom. Les musiciens quittent la scène avec la banane en remerciant chaleureusement leur public. Ils ont assuré une première partie énorme !

MONSTER MAGNET

Histoire de me remettre les idées en place, je retrouve, comme je l’avais pressenti, mes copains au bar. Il est évident, qu’avec une telle chaleur, rien de tel qu’une bonne bière pour se rafraîchir les idées, pendant que les roadies de MONSTER MAGNET règlent le son.
C’est la première fois que je vais découvrir le groupe et je suis trop content d’être là, moi.

Les lumières se font faiblardes et le public se rue devant la scène. Pas le temps de déguster mon verre qu’il me faut prendre place. Les MONSTER MAGNET sont en place et ne vont pas tarder à commencer.

MONSTER MAGNET, pour ceux qui ne le sauraient pas, est un groupe de stoner rock américain, originaire de Red Bank dans le New-Jersey. Il est mené par DAVE WYNDORF, un chanteur à la personnalité excessive, qui fut un temps le porte-parole d’un mouvement réclamant ironiquement la légalisation des drogues dures. C’est dire le personnage… 

Il est accompagné depuis 1999 par PHIL CAVAINO le guitariste et BOB PANTELLA arrivé, lui, en 2004 à la batterie. Les deux autres complices sont GARRETT SWEENY à la seconde guitare depuis 2010 et CHRIS KOSNICK qui tient la basse depuis 2013.

« Dopes to Infinity », le premier morceau nous plonge dans l’ambiance. Puis « Radiation Day » est enchaîné sans temps mort. A peine le temps de digérer ces premières sensations que déjà le groupe attaque le morceau suivant. DAVE est à fond, penché sur son pied de micro, gratte en bandoulière, hurlant ses mélodies à tout va.

MONSTER MAGNET

Ici, pas de décors chiadés, juste le logo du groupe qui sert de backdrop et des images psychédéliques qui tournent en boucle. Simple et efficace, tout simplement.

Et voici qu’arrive « Powertrip ». Le son colossal qui écrase le devant de la scène oblige les fans à secouer la tête dans tous les sens. Les lumières sont blafardes et l’atmosphère est suffocante. Idéal pour le style, mais pas top pour les photos, lol… ou pas ! 

En tout cas, le set est excellent. Les américains nous refilent un orgasme auditif. On prend tous notre pied ce soir !

Les compos s’enchaînent et le temps passe très vite. « Mindfucker », un tout nouveau titre qui tout en te retournant le ciboulot te met une grosse baffe à travers la face puis « Look to your Orb for the Warning » sont envoyés coup sur coup. Les musiciens se montrent dynamiques et engagés, voire même parfois enragés.

Une chape de plomb s’abat sur le public. Il fait de plus en plus chaud. Les ventilateurs tournent à plein régime. DAVE tout en sueur, se frotte régulièrement sur le public, allant même jusqu’à se pencher dangereusement sur eux. Sa voix se fait quelquefois caverneuse et enflamme l’Usine. Des tonnes de réverb sont utilisées, ajoutant un gros côté psychédélique aux morceaux.

C’est un voyage à travers l’espace et les galaxies auquel nous avons droit ce soir. Ces titres volent votre souffle et électrisent l’atmosphère. Le pit se retrouve K.O. par le jeu abyssal de DAVE. La légende est toujours en marche ! 

Après avoir terrassé ses fans avec « Twin Earth », c’est le splendide morceau « I want more » qui sort des baffles de l’Usine. DAVE, à genoux, électrise son public. Le son est absolument monumental, massif, et ténébreux. Votre chroniqueur en reste stupéfait ! 

MONSTER MAGNET

« Take me to the sunspot », now I wanna go home !”, nous hurle Dave. C’est « Dinosaur Vacuum » que le groupe se décide à jouer. Ce titre est fortement influencé par HAWKWIND, groupe de space-rock des 70’s. Du coup, je suis aux anges ! J’adore ce groupe ! Le morceau me met carrément la chair de poule ! C’est trop bon. Que de classiques qui enragent le pit crescendo. Le concert est vraiment d’excellente facture.

Et c’est sur « Spine of God » que le groupe quitte la scène. Les lumières s’éteignent sous les larsens des guitares. C’est déjà fini ? C’est que j’en reprendrais bien une dose, moi ? Sur la set liste en face de moi, il manque encore des titres. Donc on aura droit à un rappel. Cool !!

Les gars de Red Bank se font désirer puisque l‘Usine hurle depuis une bonne dizaine de minutes. Mais, ça y est, les revoilà qui redescendent l’escalier qui donne sur la scène. C’était pour mieux atomisé l’usine que les MONSTER MAGNET se sont fait attendre. Dès l’entame de « Negasonic », le public genevois, jusqu’ici relativement sage – nous sommes en Suisse – se met à pogoter devant la scène. Mais sans excès. Et surtout sans grosses bousculades. Une brutalité toujours contrôlée. Suisse oblige.

La fin du show donne l’occasion d’écarquiller les yeux devant une formation qui pulvérise les classiques devant un auditoire sonné. Tout bonnement ahurissant de qualité. Toute l’attention des spectateurs est focalisée sur DAVE, et ce malgré l’incontournable talent de ses musiciens. C’est vraiment un incroyable frontman.

MONSTER MAGNET

« Tractor » de l’album « Powertrip » est joué maintenant. Et voilà que l’Usine explose. Exactement ce qu’il fallait pour élever nos esprits à un niveau jamais atteint. Pendant un court instant, je me laisse tracter par le morceau. Oh miracle, je suis en train de discuter avec LEMMY et RONNIE DIO. Et voilà que CHRIS CORNELL se mêle à la conversation ! Alléluia !!! Oups, je m’égare, là ! MONSTER MAGNET me fait tourner le cerveau ! Redescendons sur terre, il faut conclure ce report !

Les premières notes de « Space Lord » résonnent dans la salle. « Hey Mother fuckers everywhere ! », interpelle Dave. « Brother and Sister, Ladies And Gentlemen’s, Mother Fuckers Everywhere ! », continue-t-il. « You will sing with me ! ». Et le public de hurler le refrain en chœur « Space Lord Mother Fucker ! » pendant plus de cinq minutes. Quelle fin de set ! Toute en puissance et en psyché.

Dave décide de prendre plein de photos du public. Quel délire ! C’est complètement dingue ce concert ! J’ai l’impression que le gros truck que j’ai vu à l’entrée tout à l’heure, est en fait un vaisseau spatial. Il va emmener tout le groupe vers d’autres horizons pour d’autres scènes. 

Bon, je crois qu’il est temps de rentrer, la chaleur me fait délirer – ou est-ce l’abus de bière ? – d’autant plus que la sécurité à l’air de s’être levée du mauvais pied. Il faut dire aussi que dès la fin du set, des spectateurs se sont jetés sur le pied de micro de DAVE pour piquer les médiators. Du coup, la set list que je voulais récupérer a été chiffonnée manu militari par un roadie et jetée de l’autre côté de la scène.

Pas grave, je vais rentrer dans mon vaisseau spatial en écoutant les récentes rééditions des albums cultes de MONSTER MAGNET.

MONSTER MAGNET

Bilan de la soirée

COSMOSONIC : Encore un groupe suisse inconnu pour moi, qui devient une grosse découverte. À revoir rapidement.

MONSTER MAGNET : Tout simplement SPACIAL !!!!!

Un grand merci à Post Tenebras Rock, l’organisateur de cette sublime soirée !!