SLEEKSTAIN, le glam dans la peau : Interview

 

SLEEKSTAIN (Crédits Photos : Alexandre Coesnon Photography)

SLEEKSTAIN

Ti-Rickou
Bon, les SLEEKSTAIN, d’abord la question vitale : vous êtes d’où exactement, suisses or not suisses ?

Sleekstain
Not suisses, tous français de Haute-Savoie. C’est vrai qu’on a souvent été crédité comme groupe suisse comme on est frontaliers avec Genève, mais on s’est quand même toujours revendiqué comme un groupe français.

Ti-Rickou
La première fois que je vous ai vus sur scène, c’était au Kao en 2010 et déjà en bien bonne compagnie. Le fait d’avoir ouvert pour L.A. Guns et Pretty Boy Floyd, ça vous a ouvert des portes  ?

SLEEKSTAIN (Crédits Photos : Jennifer Buat - Jenny Jen.com)

(Crédits Photos : Jennifer Buat – Jenny Jen.com)

Sleekstain
Effectivement, on a eu l’opportunité de partager la scène avec les L.A.Guns et Pretty Boy Floyd pendant sept dates en France et Belgique. C’était génial ! On a pu jouer dans de belles salles, quasiment pleines à chaque fois. On était inconnus du public, donc la tâche n’était pas facile..  Mais ça s’est toujours bien passé.

La tournée nous a permis de nous faire connaître dans le reste de la France.. ainsi qu’un petit peu en Belgique.  Mais sinon, je ne pense pas que cette tournée nous ait ouvert des portes. On n’a jamais retrouvé une date de concert ou quoique soit d’autre, grâce à cette semaine de tournée.

Le point positif est l’expérience qu’on a pu acquérir grâce aux rythmes des concerts. Et ça nous a aussi encouragés à continuer dans ce que nous faisions. Après ce tour, on s’est tous dit : « C’est ça qu’on veut faire, et on va continuer de bosser pour essayer de revivre de tels moments !».

 Ti-Rickou 
Votre mini LP, que j’ai trouvé d’ailleurs excellent, vous en avez vendu beaucoup ?

Sleekstain
Depuis sa sortie en avril 2010, on en a vendu environ 700.

Ti-Rickou
Vous avez tourné votre vidéo clip il n’y a pas longtemps. Vous avez fait appel pour cela à des figurants sur votre page Facebook. Ce sont donc des gens qui forcement vous connaissent plus ou moins qui ont répondu à l‘appel. Est-ce que c’est un avantage pour la spontanéité du clip ?

SLEEKSTAIN (Crédits photos : Axel Phelipon)

(Crédits photos : Axel Phelipon)

Sleekstain
Le but du clip était d’avoir un effet de foule, et donc pour ça on avait besoin de plus ou moins de monde. La seule façon de rassembler était de faire appel à des potes et personnes qui auraient vraiment l’envie de partager ce moment avec nous. La journée s’est vraiment bien déroulée. On a alterner des moments de sérieux avec des moments plus relax, à boire de la bière et raconter deux ou trois conneries ! Au bout du compte, la plupart des personnes présentes sur le tournage nous ont dit le lendemain qu’ils étaient pressés de revenir pour une future vidéo (si il y avait) . Donc, notre but n’était pas de rechercher tel ou tel type de personne pour notre clip, mais juste de tourner un passage de la vidéo avec du monde pour avoir l’effet de foule. En plus, certaines personnes qui aiment Sleekstain seront ravis d’être sur la vidéo, je pense.

 Ti-Rickou

Bon allez, l’album arrive. Vous pouvez m’en parlez un petit peu. Vous restez dans le même esprit que le mini-LP ou ça change  ?

Sleekstain
On vient de finaliser l’album, il contient 10 chansons de pur Hard/Sleaze/Rock, enfin dans ce genre là quoi. On a ré-enregistré deux titres de la démo car on les pensait indispensables pour figurer sur notre premier album. Donc je pense que oui, ça reste dans la lignée de notre mini LP.

Ti-Rickou
Vous allez entamer une tournée en Angleterre avec des gens comme Crashdiet, Jett
Black, vous pensez que ça va être plus facile de vous faire connaitre à l’étranger qu’en France ? Qu’ils sont plus réceptifs que nous ?

SLEEKSTAIN (Crédits Photos : Jennifer Buat / Jenny Jen .com)

(Crédits Photos : Jennifer Buat / Jenny Jen .com)

Sleekstain
On  verra… On est jamais allé en Angleterre, donc je ne sais pas comment est le public là-bas ou ailleurs. Ce que je sais, c’est qu’on va vraiment tout mettre en œuvre pour se faire remarquer et assurer le show pendant chaque seconde. On va jouer avec des groupes qu’on admire, donc on va vraiment essayer d’accrocher avec leur public et de prendre du plaisir sur toutes les dates. L’occasion est trop belle pour passer à côté. Au fait, je tiens à rajouter qu’on ne va pas jouer qu’en Angleterre, on suit Crashdïet sur leur tournée européene en Allemagne, Hollande, Suisse, Italie, Espagne.. et toutes les dates ne sont pas encore annoncées !

Ti-Rickou
Quels sont vos sentiments sur la scène hard/glam française et plus particulièrement la scène Rhône-Alpes ?

SLEEKSTAIN - Assomoir de Saint-Etienne (Crédits photos : Ti-Rickou)

SLEEKSTAIN – Assomoir de Saint-Etienne (Crédits photos : Ti-Rickou)

Sleekstain
Actuellement, on sent qu’il y a un renouveau. On nous dit qu’il y a dix ans il n’y avait aucun groupe dans cet esprit là en France, et que maintenant il commence à en exister de plus en plus (Rakel Traxx, Aesthesia, Frenchkiss..). Tant mieux donc. Le groupe Blackrain est un très bon exemple de la scène française actuelle, et en plus ils sont originaires de Haute-Savoie ! On essaye de s’en inspirer pour atteindre un niveau aussi important. On veut même aller beaucoup plus loin. On aimerait vraiment vivre de notre musique et emmener Sleekstain sur la scène internationale.

Ti-Rickou
A part Sleekstain, quels sont vos groupes de glam ou de hard-rock préférés ?

Sleekstain
Dans le groupe, malgré quelques divergences, on écoute principalement les mêmes groupes. Des groupes comme : AC/DC, Guns ‘N’ Roses, Skid Row, Mötley Crüe, Aerosmith, mais aussi des groupes plus récents comme Papa Roach, Avenged Sevenfold, Black Stone Cherry, Buckcherry, Crashdïet, Hardcore Superstar, Vains of Jenna, Blackrain…

Ti-Rickou
Bon, merci pour cette interview et à bientôt sur scène dans notre région !

Sleekstain
Merci à toi, et à bientôt. Au plaisir de te croiser lors d’un futur concert !

SLEEKSTAIN (Crédits Photos : Jennifer Buat / Jenny Jen .com)

(Crédits Photos : Jennifer Buat / Jenny Jen .com)