STEVE ‘N’ SEAGULLS : Live Report au Kao de Lyon – 30 novembre 2016

STEVE ‘N’ SEAGULLS

– Dis-moi, tu vas voir qui ce soir ?
– Je vais au Ninkasi Kao voir STEVE ‘N’ SEAGULLS !!
– STEVEN SEGALL, l’acteur de cinéma qui fait des films de bagarre ??
– Heu, j’ai dit STEVE ‘N’ SEAGULLS. Des finlandais qui reprennent des classiques de rock-hard à leur sauce country-folk avec plein d’instruments.
– Tu vas voir un tribute band ???
– Vade rétro Satanas !!! Déjà, on serait plutôt dans un cover band et pas un tribute car ils reprennent des morceaux de différents groupes et en plus, ça n’a rien à voir avec un cover band car ils prennent des morceaux connus, certes, mais ils se les approprient, les transforment et leur donnent une autre vie. Bon, trêve de bavardage et go to the Kao car si ça continue, je vais louper le début… au moins la première partie.

Et non, je n’ai rien loupé du tout ! Je suis même en avance. Les portes s’ouvrent juste au moment où j’arrive et il y a une énorme fille d’attente devant (pour cette date, ce n’est pas full à l’ouverture, mais ça devrait l’être ou pas loin avant le début du show).

Tiens, c’est bizarre, il y a une énorme partie de public masculin.. Ca sent la testostérone, ça ! Bon, j’arrive au guichet et là, problème. Ils ne me trouvent pas sur la liste !! Ballot. Surtout que le premier groupe commence à jouer. Un groupe… enfin un batteur et un guitariste chanteur avec une sèche. Ca a l’air bien… vu de loin. Je n’y crois pas, même quand je suis en avance, je loupe la première partie ! Alléluia, ça y est, c’est bon, le problème est arrangé, je peux entrer dans la salle !

Maintenant, autre problème : le Kao est plein comme un oeuf et le public est très compact. Et je vous garantis que pour accéder devant aller prendre des photos, pour le coup, c’est carrément coton. Mais bon, je suis très fort et les gens sont surtout très gentils.

Ouf, j’y suis et je peux profiter de la fin du groupe de première partie ! Heu… à vrai dire, c’était bien de loin ! Pas que ce soit mauvais mais cette formule batterie-guitariste chanteur ou chanteuse est très en vogue en ce moment et BOTTLE NEXT ne révolutionne pas le genre. Son approche un peu propre est vite lassante. Typiquement le genre de groupe que j’aurais oublié dans quinze jours…. Plutôt huit jours, d’ailleurs.

STEVE ‘N’ SEAGULLS

Comment ça, je ne suis jamais content ? Si, là je le suis parce que STEVE ‘N’ SEAGULLS monte sur scène. Et c’est parti ! Ils sont comme dans leurs clips, salopettes, chapeaux, joyeux, délirants, fun. Ouah ! En plus d’être un concert, c’est un blind test. Autour de moi, j’entends les gens crier : « C’est du MAIDEN, c’est du METALLICA, C’est du GUNS ‘N’ ROSES, c’est du DEEP PURPLE » ! Bon, il y en a qui se gourent malgré tout, lol ! Mais ce n’est pas grave, tout le monde est aux taquets.

Il y a une putain d’ambiance ce soir au Kao. Les gens bougent, dansent, reprennent les refrains en choeur.

Sur scène, ils sont comme à une fête de village avec leurs amis, leurs familles : ils s’amusent et dansent. Et pourtant, ils jouent grave ! Le travail pour se ré-approprier les morceaux tout en leur laissant leur identité est énorme. Ils maîtrisent en plus un nombre impressionnant d’instruments : mandoline, guitare, accordéon, guitare à plat et même flûte traversière. La facilité avec laquelle ils passent de l’un à l’autre m’épate. Il y a une vraie intelligence dans les arrangements, et marier un morceau de METALLICA avec un accordéon, c’est juste trop fort !

STEVE ‘N’ SEAGULLS

Le chanteur principal – le blond – est vraiment parfait. J’adore sa voix. J’aime un peu moins quand c’est le brun qui chante mais c’est peut-être que j’aime plus AC/DC que OFFSPRING. D’ailleurs, la copine qui est à côté de moi réagit en sens contraire. Peut-être parce qu’elle devait à peine être une spermato quand les groupes originaux sortaient leurs morceaux, lol ! Elle est surtout sur le côté festif de leur musique et moins sur le côté adaptation des morceaux… à part ceux d’OFFSPRING, bien sûr !

Bon, je ne vais pas vous faire le détail des titres joués (voir setlist) mais les moments les plus forts sont bien sûr les covers de MAIDEN, de METALLICA et bien sûr d’AC/DC, avec en point d’orgue un « Thunderstruck » dantesque.

Là, ça sent la fin. Le public en redemande et il est entendu. C’est une version hallucinante de « Born to be wild » qui nous est accordée, une version qui nous emmène loin. Trop bon leur délire !

Voilà, c’est fini. Je voulais absolument les voir en live pour confirmer (ou pas) l’excellente impression que j’avais eu d’eux via leurs clips, bah c’est fait ! Et c’est même encore meilleur !! Une mention spéciale au colosse en salopette qui m’a vraiment épaté pour sa dextérité sur tant d’instruments différents. Et bien-sûr, à tout le groupe pour leur fraîcheur, leur joie de jouer… et pour m’avoir fait ré-apprécier du METALLICA !!!

Les gens en très grande majorité sont comme moi et sortent de la salle avec un grand sourire banane qui en dit long. Maintenant, je suis impatient de voir et d’entendre ce qu’ils vont donner lorsqu’ils feront leurs propres compos… en espérant qu’à l’instar d’un APOCALYPTICA, ils arriveront à s’affirmer et qu’on en est qu’au début de STEVE ‘N’ SEAGULLS. Eh oui, car à moins de ne vraiment pas avoir d’inspiration ou d’imagination, on ne peut pas jouer toute sa vie les morceaux des autres ! En tout cas, les mecs, moi je rejoue quand vous voulez !!

STEVE ‘N’ SEAGULLS