Tagged: BARBERAZ

ADAM BOMB + DOUBLE UP SHOT : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 07 novembre 2018

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc (73)

Normalement, quand tu vas à un concert, tu es content. Parfois aussi, le groupe te motive encore plus donc tu es TRES content de faire le trajet. Et là, ce soir, j’ai plusieurs raisons d’être méga heureux d’y aller. La première, c’est que ça fait plusieurs années que je n’ai pas revu ADAM BOMB en live, la seconde c’est que je vais découvrir un nouveau groupe DOUBLE UP SHOT que j’ai vraiment hâte d’entendre, la troisième c’est que j’adore le BDZ et la quatrième, c’est que c’est l’anniversaire de Thomas, le patron. Du coup, je sais qu’il va y avoir plein de copains !

Bon Ti-Rickou, la mission que tu as acceptée c’est d’arriver à l’heure pour ne pas louper le début des hostilités. Timing tendu mais il y a encore pas mal de monde dehors quand j’arrive. C’est donc que – normalement – je ne suis pas à la bourre !

Et qui est devant la porte pour m’accueillir, un boa autour du cou et un pitbull de poche dans les bras (un caniche quoi !) : ADAM BOMB !! C’est cool, il a l’air en pleine forme. C’est mega gentil de venir nous dire bonjour avant qu’on entre dans la salle. Euh… C’est dingue, je l’avais oubliée celle-là… ce n’est pas pour nous accueillir qu’il est là mais pour nous vendre ses fameux tickets de tombola. Ce soir, il y a un CD et un T-shirt à gagner. Comment est-ce que j’ai pu oublier ça ? Le sieur ADAM BOMB, que ce soit dans une salle de 50, de 200 ou de 500 personnes, il fait toujours sa petite tombola !!

Tiens, ABEL et CHARLIE descendent des loges et se dirigent vers l’intérieur de la salle. On a juste le temps de se dire bonjour parce qu’ils montent sur scène ! Ah oui, je ne vous ai pas dit, le groupe qui ouvre ce soir, le premier groupe qui fait là son premier live, n’est autre que le nouveau groupe d’ABEL CABRITA (NOW OR NEVER, EXXCITE, JC JESS…) et de DIRTY CHARLIE (SLEEKSTAIN) ! Ces deux musiciens sont très connus dans la région, tout comme ils sont connus pour être de joyeux fous furieux. Ils ont récemment décidé de se mettre ensemble avec trois autres jeunes musiciens dans le même état d’esprit qu’eux pour former un pur groupe de sleaze.

J’ai plus que hâte de voir ce que DOUBLE UP SHOT donne, moi ! Allez, c’est parti. Le premier commentaire que j’entends de la part d’une copine c’est, « Putain c’est un vrai groupe de cheveux » !! C’est clair que visuellement déjà, pour un groupe de sleaze, c’est totalement raccord.

Quand ils commencent à jouer, c’est raccord aussi. Ils ont tous été bercés par les GUNS ‘N’ ROSES, les L.A. GUNS, les FASTER PUSSYCAT et consorts. On les croirait débarqués d’une capsule temporelle en direct de L.A. vers la fin des 80. Moi, putain, j’adore !!! Ils ont totalement l’esprit de fête à donf’, version gros délires.

Au niveau scénique, on pouvait compter sur ABEL et CHARLIE pour faire le show. Les musiciens qui les ont rejoints, même s’ils sont pour l’instant un peu moins à l’aise – mais c’est normal puisque ce n’est que leur premier concert – ne dépareillent vraiment pas. J’aime bien leurs morceaux (dans la veine de leurs influences, of course). Ca tombe bien, c’est ce que j’aime !

Un début de soirée comme je les aime. J’espère vraiment qu’ils vont continuer. Perso, je les reverrai le plus souvent possible car un groupe de sleaze qui dépote, ça commençait à manquer dans notre région. Bon les mecs, il faut nous sortir un album ou un EP rapidement quand même !

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc (73)

Allez, un petit tour au bar pour chanter « happy birthday to you » à Thomas. Comme j’ai quelques minutes, je fais un tour à l’annexe (le K7), situé juste à côté du BDZ, pour saluer mon copain Franck. Bon, je n’ai pas le temps d’y manger, il faut que j’y retourne !

L’impression que j’ai eu en arrivant se révèle juste, ADAM BOMB est en grande forme ! En plus, son nouveau line up batteur et bassiste est mega bien. Ils ont vraiment l’air de s’entendre avec ADAM ce qui explique aussi qu’il soit aussi détendu.

Pour ceux qui ne connaissent absolument pas ADAM BOMB, c’est juste un fou furieux extrêmement doué à la guitare. Il a failli jouer dans KISS. AXEL ROSE, lui, l’avait trouvé trop bon pour qu’il intègre les Gunners au début du groupe.

Tout ça pour vous situer le niveau du monsieur !

Un concert d’ADAM BOMB, c’est un show très visuel : il fout le feu aux cymbales, il fout le feu à sa guitare, bref, on ne s’ennuie pas une seconde ! Au niveau musical, il nous fait des covers de dingue, que ce soit de VAN HALEN, de KISS ou de plein d’autres. Il y a des morceaux à lui aussi, bien-sûr, des morceaux avec des paroles carrément dingues. Ce que j’aime dans ses concerts, c’est entendre les filles reprendre en choeur son « Je t’aime bébé… suc… ma bi… ». C’est plus fort que moi, ça me fait toujours tordre de rire.

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc (73)

A un moment, il fait une pause au milieu du concert pour effectuer le tirage de la tombola. Bon, il le fait à la Méthode ADAM BOM : je jette la boîte en l’air et je chope un ticket au passage. Putain, c’est pas moi qui ai gagné ! Pas de T shirt ni de CD pour Ti-Rickou, sniff… Je repars avec ma tringle à rideau… et un médiator quand même !

Depuis le temps que je n’ai pas vu ADAM, il a un peu modifié sa liste de covers et sa set list de compos car entre-temps il a fait un nouvel album. C’est donc une découverte pour moi, lol, même si après la dixième fois où je l’ai vu, j’ai arrêté de compter, lol !

Après, ADAM BOMB, c’est soit le pire soit le meilleur et, ce soir, on a droit au meilleur. Ce concert est dans le top 3 de ceux que j’ai vu de lui. Je ne me lasse pas de l’entendre faire ses solos. Ce mec est vraiment un guitar heroe mésestimé. Tous les guitaristes savent comment c’est compliqué de reprendre du EDDY VAN HALEN, alors croyez-moi,  il faut absolument l’écouter faire « Eruption » !

Je ne suis pas tout seul à m’éclater grâce à ADAM, le BDZ – bien rempli ce soir par ceux qui voulaient le voir et ceux qui voulaient aussi découvrir DOUBLE UP SHOT – s’éclatent eux aussi comme des petits fous. Le temps passe vite et je ne me méfie pas, le show est en train de se terminer quand je manque me faire griller comme une merguez par sa guitare feu d’artifice !!!

Allez, la fête du glam sleaze, des fûts moule-burnes et des copines est malheureusement terminée, mais je vous le dis cash : « Putain, ça fait trop de bien ce genre de soirée ! ».  Bien-sûr, on prend un peu de temps pour papoter avec tout le monde. Bon perso, je n’ai plus rien à faire signer à ADAM et, même si je n’ai pas gagné à la tombola, je lui pardonne !!

Je prends congés de Steve*74, de Seb 747, de Metalfreak (Soil Chronicles) et de la star de la soirée, Thomas que je remercie encore pour cette soirée. Et je me sauve avant qu’Abel ne m’oblige à reprendre encore une fois son cul en photo…. Je ne vais quand même pas faire comme Metalfreak et lui dire que je n’ai plus de pellicule !!!

Message perso : Abel, on t’a menti, avec les groupes de sleaze, ce sont les filles qui se mettent à poil, pas les musiciens !!!

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc (73)

THE DARRELL BATH BAND : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 14 octobre 2018

THE DARRELL BATH BAND @ le Brin de Zinc – Barberaz

Report et photos de Steve*74

D’habitude en octobre la pluie fait son apparition et les feuilles mortes tombent doucement des arbres et recouvrent petit à petit les chaussées ou pelouses. En 2018, rien de tout cela… Il fait toujours un temps estival et ce sont les concerts qui se ramassent à la pelle. Il y en a tellement que j’ai du mal à suivre et je dois malheureusement faire des choix forcement arbitraires.

Après un concert blues vendredi et les 58 Shots la veille avec Seb 747, ce soir direction Barberaz, situé dans la banlieue chambérienne, pour un concert rock. Oui je sais il faut savoir varier les plaisirs sinon une certaine monotonie vous gagne doucement et subrepticement, et votre sens critique disparaît progressivement faute d’ouverture musicale. Enfin c’est mon avis et ma façon de faire.

Après un trajet sans encombre, je trouve très facilement de la place pour me garer alors que d’habitude c’est un peu plus difficile. Mes craintes seront confirmées un peu plus tard dans la soirée par un public un peu clairsemé. D’un autre côté, il faut reconnaître que le dimanche soir n’est pas forcément le meilleur jour de la semaine pour ce genre d’activité.

THE DARRELL BATH BAND @ le Brin de Zinc – Barberaz

Pas de première partie pour épauler la vedette du soir : DARRELL BATH BAND. Cet homme même s’il n’est pas hyper-connu dans nos contrées est dans son pays un musicien renommé. Pour vous situer le bonhomme, je vous dirais simplement qu’il a débuté sa carrière avec le groupe punk les BOYS, puis ensuite avec les VIBRATORS ou les UK SUBS. Ensuite, il se tourne naturellement vers le rock et joue pour IAN HUNTER, l’ancien chanteur de MOTT THE HOOPLE (groupe que j’adore), c’est aussi une des raisons de ma venue au Brin de Zinc ce soir. Il a aussi joué avec les QUIREBOYS, CRYBABYS et les DOGS D’AMOUR. La carte de visite du monsieur est plus qu’intéressante et elle nécessite un déplacement dans les terres savoyardes.

Il se présente aujourd’hui sur scène en formule trio. Quand on rajoute Band à son nom on s’attend au moins à un quatuor, mais je dois certainement chipoter. CHRIS McDOUGALL, bassiste, et ROBBIE RUSHTON, batteur (lui aussi ex-CRYBABYS), l’accompagnent. Un instrumental pour se mettre en jambes et c’est parti pour 1h30 de rock’n’roll parfois bluesy.

La voix est comme on l’imagine râpeuse à souhait. Venant d’un rockeur qui a écumé toutes les scènes et les pubs britanniques, elle est cassée à souhait. Cela sied à merveille au style musical proposé. Une voix fluette aurait été un sacrilège et tant pis pour ses cordes vocales.

ROBBIE assure une assisse solide et sans faille tandis que les lignes de basse que CHRIS tisse apportent le complément idéal pour une rythmique irréprochable. ROBBIE donne de sa personne alors que CHRIS coiffé d’un beau chapeau noir est assez imperturbable.

Ce qui vous vous en doutez n’est pas le cas de DARRELL ! Le rock délivré suinte et coule dans ses veines depuis si longtemps qu’il fait corps avec. D’ailleurs dans son sang coule aussi une certaine dose d’alcool. Entre les morceaux, il porte en effet assez souvent un verre à ses lèvres et descend même de scène pour aller au bar chercher une boisson. Non, non je vous rassure, ce n’est pas une bouteille d’eau !! Cela entraîne un petit manque de punch un peu dommageable à mon avis, surtout que son copain CHRIS à la basse est toujours aussi calme et ne bouge pas un sourcil de tout le concert. Heureusement que ROBBIE est plus expressif !!

DARRELL est un personnage sympathique avec qui l’on peut parler même avant le concert, ce qui n’est pas si courant. En vieux briscard, il n’appréhende pas la scène. Mieux, il la foule depuis si longtemps qu’il en a fait un deuxième chez soi. Il y est aussi à l’aise que dans son salon.

THE DARRELL BATH BAND @ le Brin de Zinc – Barberaz

Musicalement nous sommes un peu à un croisement entre certains titres d’un IAN HUNTER et des DOGS D’AMOUR. Il exécute quelques solos, chose plutôt rare dans le milieu purement rock. Il sait manifestement écrire de bonnes chansons et jouer de la guitare. Ce n’est pas un guitare hero comme le milieu métal en compte dans ses rangs mais le bougre se défend bien dans son style.

Les morceaux défilent devant un public réceptif et différent de celui que je côtoie habituellement dans les concerts plus hard, mais il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier, c’est connu. Le changement c’est maintenant nous disait un homme politique, pour moi le changement ce sont des concerts de cet acabit qui le sont. Pas de pogos dans la salle et des spectateurs calmes, c’est aussi une des raisons pour laquelle je passe un sympathique moment. Ce n’est pas le concert de l’année mais c’est agréable et il aurait mérité un peu plus de monde à cette soirée. Je ne regrette pas mon déplacement et d’avoir raté le film du dimanche soir à la télé !!

Pour conclure, l’esprit du rock a plané ce dimanche soir au Brin de Zinc. Il y avait du rock, de l’alcool, ne manquait que des filles…. DARRELL perpétue cette formule et la reprend à son compte. Avec lui, la légende du rock n’est pas prête de s’arrêter, mieux elle continuera encore longtemps avec des tels personnages. Alors la prochaine qu’il passe vers chez vous, ne le manquez pas !!

THE DARRELL BATH BAND @ le Brin de Zinc – Barberaz

FAR FROM ALASKA + RESTLESS : Live Report au Brin de Zinc de Barberaz (73) – 01 octobre 2018

FAR FROM ALASKA @ le Brin de Zinc

Report by Seb 747
Photos : Steve*74

Cela faisait un bon bout de temps que je n’avais pas mis les pieds au Brin de Zinc. Aussi, lorsque je regarde mon agenda et que je constate que des brésiliens sont venus nous voir de si loin, je prends mon ami Steve*74 sur la route et roule ma poule en direction de Barberaz ! 

La route, je la connais par cœur et, même s’il existe beaucoup de trajets annexes pour s’y rendre, j’arrive à l’heure. Il faut préciser, que ce n’est pas moi le chauffeur, donc difficile pour moi de prendre des chemins de traverses ! Bon, ce n’est pas tout de parler de la pluie et du beau temps (plutôt de la pluie d’ailleurs ce soir), il faudrait peut-être commencer le report.

RESTLESS @ le Brin de Zinc

Ce soir, c’est avec « Sweet Girl », suivi par « War » que le combo chambérien de stoner RESTLESS nous accueille. Composé de trois membres, le groupe donne de suite l’aubade à un public qui se récupère un uppercut dans la face et ce, sans préambules !! Les morceaux sont lourds et pesants (ils ont écouté BLACK SABBATH durant leur prime jeunesse) et par moment empreints d’un spleen profond.

Le bassiste chanteur à la voix du tonnerre qui gronde, possède une chevelure ayant de faux airs à PHIL LYNOTT, le côté métisse en moins. Le guitariste, avec sa Gretsch usée jusqu’au bois, nous applique des riffs lents et écrasants. Sa voix complète bien celle de son comparse. Le frappeur, derrière ses fûts, avec ses baguettes complètement ravagées, fait trembler les murs du BDZ.

Le groupe à la main lourde et assène le public de titres massifs, presque étouffants. Ça envoie le steak dans les riffs. C’est hyper intéressant. Ils me font penser à du ORANGE GOBLIN, par moment.

Les morceaux, moins rentre-dedans, tels que « Requiem » par exemple, amènent une mélancolie complètement maîtrisée, et renforcent le côté pesant. J’aime beaucoup et je prends mon pied avec délectation !

Toute bonne chose ayant une fin (sauf la banane qui en a deux. Oui, on sait Ti-Rickou !) c’est sur « Worthless », un autre titre rapide et lourd, que le groupe tire sa révérence, laissant sa place aux brésiliens.

FAR FROM ALASKA @ le Brin de Zinc

Le Brésil est un grand pays connu essentiellement pour ses footballeurs, la samba et le carnaval de Rio. Seuls quelques groupes métal comme SEPULTURA ou encore ANGRA ont montré le bout de leur nez dans nos vertes contrées, aussi quand un nouveau combo débarque à Chambéry, on y court sans hésiter !

Ce soir, nos brésiliens se nomment FAR FROM ALASKA. Formés en 2012 à Natal, dans l’état de Rio Grande du Nord, c’est un groupe de rock stoner garage avec de puissantes voix féminines, des riffs de tueur et des synthés de dingue. Ils commencent à faire leur trou au niveau international. En effet, ils ont remporté le prix « We Are the Future » à la 50ème édition du Midem à Cannes et ils ont joué l’an passé sur la scène principale du Download Festival à Paris.
Composé de EMMILY BARRETO au chant, CRIS BOTARELLI à la basse et aux claviers, RAFAEL BRASIL à la guitare et LAURO KIRSCH à la batterie, le groupe est auteur de deux albums entre 2014 et 2017. 

FAR FROM ALASKA @ le Brin de Zinc

Mais, arrêtons d’enfiler les perles, et commençons par le commencement, à savoir : le concert en lui-même. Vêtue d’une veste de survêt’, lunettes rondes sur le nez, EMMILY me surprend par son côté totalement atypique. Mais dès qu’elle se met à chanter, elle s’installe dans la peau d’un personnage totalement différent de celui qu’elle semble être réellement lorsqu’elle est hors de scène. Elle a le diable au corps, c’est certain, mais en plus, elle déborde d’énergie.

Dès le second titre, elle pose la veste, puis les lunettes, arborant, tout comme CRIS un T-Shirt noir revendicatif. Bon, c’est écrit en portugais et j’ai dû chercher la traduction sur le net, je l’avoue ! Mais il est vrai que cela m’a interpellé tout au long du concert. Sur l’un, il est écrit : « Toque como uma garota » qui voudrait dire « Toucher comme une fille » et sur l’autre, celui d’EMMILY, « Lute como uma garota » qui veut dire « Se battre comme une fille ». À première vue, elles sont fières d’appartenir à la gente féminine !

FAR FROM ALASKA @ le Brin de Zinc

La voix d’EMMILY, soutenue souvent par celle de CRIS – et parfois par celle de RAFAEL – énergique et charismatique, fait littéralement fondre le Brin de Zinc.

Nos nouvelles copines brésiliennes font même l’effort de parler deux trois mots en Français : « Soupaire ? Ça va ? Bienne ? Meurciii ! ». Cela finit de convaincre le public et de plus en plus d’adeptes viennent s’installer devant la scène. La salle commence à vibrer au son des musiciens.

C’est étrange, voilà que ma tête fait instantanément des mouvements de haut en bas. Et, en y regardant de plus près, une bonne partie du public fait la même chose. Ils sont, tout comme moi, devenus accro.

FAR FROM ALASKA @ le Brin de Zinc

EMMILY a souvent les yeux qui se révulsent, levant ceux-ci au ciel, interprétant ses titres avec une fascinante intensité. Elle s’entoure le cou avec le fil de son micro, se met à genoux, sa longue chevelure sur le visage, et continue de chanter. Son micro a l’air de faire partie de son corps, elle prend toute la scène.

Et, si seulement il n’y avait qu’elle… Nous pourrions nous concentrer sur sa prestation, en suivant de loin les autres musiciens. Mais CRIS, malgré un doigt sous attelle (comme quoi, être musicien est un métier dangereux, mdr), a autant d’énergie à revendre que sa comparse, ce qui pousse RAFAEL à se déhancher un peu plus qu’il ne semble le vouloir. EMMILY et CRIS, ont la danse dans le sang et sont complètement allumées. La chaleur du Brésil se sent dans leurs gènes. Elles sont en train de démonter un Brin de Zinc, qui n’en demandait pas tant ! 

Les relents punks et les synthés très présents donnent un côté techno qui déstabilise un peu mon ami Steve*74. Moi j’adore le côté rentre-dedans, frôlant l’indus parfois. Cependant, lorsque la basse prime sur le reste avec un gros son saturé, les morceaux reprennent de la niaque et ont une réelle volonté d’envoyer du bois. Ils reprennent ce côté stoner au garage rock. Ils sont intenses et puissants.

Et voilà qu’EMMILY nous annonce un titre qu’ils n’ont pas écrit. C’est un cover de BOB MARLEY, « Iron Lion Zion ». C’est complètement déjanté et ça a sûrement fait se retourner BOB dans sa tombe ! Perso, je préfère amplement cette version !  Après les chaleurs du Brésil et le froid de l’Alaska, les FAR FROM ALASKA nous emmènent en Jamaïque. Décidément, c’est une histoire de réchauffement climatique ! Lol.

Le groupe remercie les spectateurs présents et le staff du Brin de Zinc. Il en profite pour souhaiter un « Joyeux Anniversaire » au propriétaire (qui fête ses 3 ans en tant que patron du lieu), en chantant en portugais la chanson que tout le monde connait. Le public enchaîne en Français. Quelle ambiance ! Fun est le mot qui convient. Les musiciens semblent être contents d’être parmi nous et ça se ressent jusqu’au fond de la salle.

FAR FROM ALASKA @ le Brin de Zinc

Avec le groupe précédent, je me disais que le batteur faisait trembler les murs mais maintenant, avec LAURO, c’est même le sol qui vibre ! C’est impressionnant ! Bon, il faut aussi dire que les filles du groupe sont totalement possédées et sautent comme des cabris. Allez-y mollo, le proprio vient de refaire la déco !! Lol.

CRIS, lorsqu’elle ne joue pas de synthé, ni ne tient sa basse, ni ne chante (elle sait faire plein de choses), va jouer de la guitare lap steel. Les sonorités qui sortent de cet instrument résonnent comme jamais dans le BDZ. RAFAEL, lui, sort des riffs de tueur et amène une ambiance lourde aux morceaux.

Le titre « Cobra » voit EMMILY danser comme le serpent portant ce nom, sortant de son panier et oscillant dans le sens de la musique, prêt à frapper (par la musique, bien entendu) au moment opportun. Moi, perso, j’adore. Il faut dire que la prestation de FAR FROM ALASKA est très intense.

FAR FROM ALASKA @ le Brin de Zinc

Les filles n’hésitent pas à faire leur promo sur scène, invitant les spectateurs à s’accaparer leur dernier CD et nous indiquant qu’il n’y en aurait pas pour tout le monde. « Il en reste quatro ! » « Katre ? » « OK » « Katre ! » ou de récupérer un T-Shirt au stand merch’. Et tout ça avec le sourire, s’il vous plait ! 

EMMILY nous annonce le dernier morceau pour ce soir, « Monochrome » et, après avoir une fois de plus enfoncé le clou avec un titre totalement déjanté, le groupe quitte la scène pour se diriger vers le merchandising. Oui, mais voilà, le public chambérien ne l’entend pas de cette oreille ! Il en veut encore, obligeant les membres de FAR FROM ALASKA à faire demi-tour. Du coup, nous avons droit à un autre titre. C’est génial ! La fin du show donne l’occasion d’écarquiller les yeux devant une formation qui à atomisé le Brin de Zinc.

Le groupe se redirige, pour de bon cette fois, vers son merchandising, pour signer et discuter en anglais… et un peu en français – heureusement pour nous, puisque nous n’avons pas fait portugais en deuxième langue. Lol ! Dans tous les cas, ces musiciens nous ont montré qu’ils étaient heureux d’être parmi nous. Une sacrée découverte, à revoir au plus vite.

Un grand merci au Brin de Zinc pour nous concocter des programmations aussi incroyables et encore bravo Thomas pour ces trois années !

FAR FROM ALASKA @ le Brin de Zinc

NASHVILLE PUSSY : Live Report @ Le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 10 août 2018

NASHVILLE PUSSY @ le Brin de Zinc – 10 août 2018

Report de Steve*74
Photos : Melany Wild 

En regardant la programmation des concerts pendant l’été, on trouve d’habitude une majorité de dates dans des festivals en tout genre. Disséminés aux quatre coins de l’hexagone, ils permettent aux autochtones ou touristes d’allier vacances et concerts. Alors qu’une quiétude certaine me gagne, je tombe sur une annonce plus que surprenante : les NASHVILLE PUSSY au Brin de Zinc, en plein mois d’août !! Après avoir relu deux fois l’info et m’être pincé le bras, je réalise que je ne rêve pas. Aucune hésitation à avoir, direction Chambéry !

Bien que mes acolytes du webzine soient absents pour cause de vacances, moi, vaillant comme un grenadier de la garde napoléonienne, je reste fidèle au poste ! Les Dieux sont décidément de mon côté, alors que ces derniers jours une douce canicule régnait sur la région, la pluie de la veille a bien fait baisser la température ambiante. Je respire car l’atmosphère du BDZ sera respirable ce soir.

NASHVILLE PUSSY @ le Brin de Zinc – 10 août 2018

Eh oui, aujourd’hui la salle annonce sold-out, comme quoi une bonne programmation fait venir du monde quelle que soit la saison ! J’arrive donc tôt pour être bien placé pour les photos car il n’y a pas de crash barrières et passé le troisième rang on ne voit plus vraiment très bien. D’ailleurs d’autres photographes ont eu la même idée et trônent déjà devant la scène.

Avec juste quelques minutes de retard sur l’horaire annoncé, la musique de l’intro retentit pendant que les musiciens traversent la salle en fendant le public. Les loges étant situées à l’extérieur, ils ne peuvent qu’emprunter ce chemin pour rejoindre la scène. Personnellement, j’aime beaucoup cette proximité, je trouve ça nettement plus sympathique.

Ah oui, j’ai oublié de préciser qu’il n’y pas de première partie pour nous permettent de chauffer nos cervicales avant nos amis américains.

NASHVILLE PUSSY @ le Brin de Zinc – 10 août 2018

Arrivés sur scène et dos au public, ils vérifient l’accordage et attendent la fin de l’intro avant de nous envoyer un direct dans les dents avec « Kicked in the teeth ». D’entrée, ils sont à fond et n’observent pas de round d’observation. Ils ne connaissent pas le rodage ni la pédale de frein. Le second morceau « Piece of ass », résume à lui tout seul la teneur des textes de la soirée. Nous n’avons pas en face de nous des philosophes. Ils vont à l’essentiel et parlent vrai, sans fioritures et tant pis pour les oreilles chastes. Heureusement qu’une grande partie du public ne parle pas l’anglais.

RUYTER SUYS, la guitariste arbore un short et des bas ou plutôt des collants à résille, tandis que BONNIE BUITRAGO, la bassiste porte un haut transparent avec quelques dessins dessus, le tout en partie caché par une veste sans manche. On montre tout en cachant. On provoque par les paroles, par l’habillement, par les postures et le jeu de scène mais on ne dépasse jamais les limites, tout du moins face au public

Musicalement, c’est du bon gros hard rock’n’roll croisé avec du sudiste, Comme ils sont natifs d’Athens en Georgie, c’est logique qu’ils insufflent le souffle chaud du sudiste à leurs morceaux, il coule dans leurs veines. C’est le contraire qui aurait été anormal.

NASHVILLE PUSSY @ le Brin de Zinc – 10 août 2018

BLAINE CARTWRIGHT, le guitariste chanteur, ne communique pas beaucoup avec les spectateurs. Avec son légendaire chapeau vissé sur la tête, il reste concentré sur son chant. C’est l’élément statique de la formation, les deux filles bougeant dans tous les sens. RUYTER en véritable tigresse ou lionne avec sa crinière blonde qui lui cache le visage et qui volette à chacun de ses nombreux mouvements remporte haut la main la palme de l’énergie dépensée ce soir. Elle n’a pas inventé le système du mouvement perpétuel mais elle l’applique à la lettre sans relâche. Quelle énergie !!

La température a monté de plusieurs degrés et des traces de sueur apparaissent chez mes voisins ainsi que sur les visages des musiciens. Pour se rafraîchir BLAINE et RUYTER boivent de l’eau !! Je vis un rêve éveillé !! Auraient-ils tellement changé ?? Quelques morceaux plus tard, je suis rassuré, je retrouve ceux que j’ai connu, des gens qui boivent de la bière et du whiskey.

BLAINE qui décidément doit avoir chaud et soif, enlève son chapeau pour y verser dedans une bouteille complète de bière et ensuite de le renverser pour boire tel un basque le précieux liquide qui dégouline de son couvre-chef. Et quoi que vous pensiez, il remet son chapeau sur son crâne une fois la dernière goutte tombée. Amis de la poésie, passez votre chemin… Son principal jeu de scène quand il pose sa guitare consiste à faire basculer le pied de micro vers le premier rang des spectateurs avant de le rattraper au dernier moment par le fil. Après quelques frayeurs au début, plus personne ne bouge lors de ses nouvelles tentatives de jets.

NASHVILLE PUSSY @ le Brin de Zinc – 10 août 2018

C’est définitivement un groupe live avec des morceaux survitaminés qui prennent une dimension autre que sur disque. C’est la première fois que j’assiste à un concert avec BEN THOMAS à la batterie. Le bougre assure avec BONNIE une rythmique sans faille qui laisse de la place à RUYTER pour ses solos incandescents. Qu’importe la taille de la scène ou du nombre de spectateurs, ils font le show pour notre plus grand plaisir !

Toujours en finesse avec « Struttin’ cock » et un « Go motherfucker go » pour finir en beauté ce concert. RUYTER, toujours elle, se met à genoux, crache une rasade de whiskey sur une partie du public et arrache une à une les cordes de sa guitare pendant les derniers accords du titre.

Forcément les dernières notes sont discordantes mais tout le monde s’en fiche royalement et même en redemande !! Un peu comme Jules César à l’époque, ils peuvent aussi dire Veni, vidi, vici (je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu). Ils ont définitivement mis tout le public dans leur poche.

NASHVILLE PUSSY @ le Brin de Zinc – 10 août 2018

Comme il fait beau et chaud presque tout le monde reste dehors pour boire un verre ou décortiquer le concert auquel nous venons d’assister. Le fait de rester nous permettra de rencontrer tous les musiciens qui viendront à la rencontre de tous pour les traditionnels selfies et dédicaces. Vive la proximité de cette salle qui permet des rencontres interdites dans les grosses structures !

Encore un concert à marquer d’une pierre blanche. Un grand merci au Brin de Zinc de nous proposer de telles soirées. A refaire les gars !

NASHVILLE PUSSY @ le Brin de Zinc – 10 août 2018