Tagged: concert

NICK OLIVERI : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 29 juillet 2018

NICK OLIVERI

 

  • Tu n’as pas chaud, chérie ?
  • Ah si, il fait vraiment trop chaud !
  • Heu… tu ne crois pas qu’il ferait meilleur à Chambéry ?
  • Ben si évidement ! Mais tu veux y faire quoi au juste…
  • Ben, t’aurais pas envie d’aller au Brin de Zinc, par hasard, toi ?Heu… C’est une idée comme ça… Parce qu’il fait meilleur là-bas et que ça fait un bail qu’on n’y est pas allés… Et qu’en plus, il y a NICK OLIVERI qui y passe !
  • NICK quoi ?
  • NICK OLIVERI… KYUSS… QUEENS OF THE STONE AGE… le fou furieux ! 

Et voilà comment on se retrouve devant le BDZ, yes !! Même moi, je suis étonné par le monde qui attend devant la salle un dimanche ! Etonné aussi par le manque de têtes connues pour cet événement. Quand un copain me demande si Steve*74 vient, je lui répond que l’acoustique et Steve ça fait deux. Oups, j’avais peut-être oublié un petit détail, c’est de préciser à ma femme aussi que c’était en acoustique !

Sauvé par le gong ou plutôt en l’occurrence par NICK OLIVERI qui est dehors et qui vient papoter avec moi. Ca c’est méga cool de faire connaissance avec lui !

Je ne vois le temps passé que quand on vient le chercher pour qu’il monte sur scène. Tout seul avec sa guitare. Heu ça aussi, je ne l’avais pas forcément précisé. Mais avec lui un simple show acoustique, c’est forcément du death acoustique car comment décrire autrement ce à quoi on a droit ? Il est tout bonnement hallucinant !!

Sa performance est époustouflante. Il est comme possédé et chaque morceau, il le vit intensément.

NICK OLIVERI

Après je ne reconnais pas tous les morceaux qu’il interprète mais il pioche dans tout son énorme répertoire. Une grande partie du public – dont certains sont venus de très très loin pour cette date – reprend les refrains avec lui. Il y a une mega ambiance dans un BDZ bien fourni. Et même quand certains dépassent les limites de la bienséance en montant sur scène et en le perturbant pendant son morceau, il reste zen et cool… Plus qu’une partie du public qui en ferait bien de la chair à pâté ! Mais il en faudrait plus que cet intermède pour perturber NICK OLIVERI. 

Moi, je suis impressionné par son énergie, ses expressions de visage, ses changements de voix. C’est vraiment une grosse baffe. Et en plus, je n’ose imaginer ce que ça pourrait donner en version électrique avec un band avec lui.

Bon, il a été assez calme aujourd’hui, il n’a pas terminé naked… au grand désarroi des copines présentes ! Eh oui, ça lui arrive, il a des tendances naturistes, le monsieur !  

Allez, comme je le dis souvent, tout a une fin sauf la banane qui en a deux. On sort prendre l’air, papoter avec les potes, échanger nos impressions entre ceux qui ont adoré et ceux qui ont adoré les deux premiers morceaux. Mais le sentiment général est que c’était un show vraiment intense, à ne pas louper. Ce mec est, dans le bon sens du terme, carrément barge.

Et bien-sûr après le concert, il se plie au jeu des photos et des autographes. C’est impressionnant de voir le contraste entre le personnage sur scène et en off. Il est adorable et dégage l’impression qu’il est quelqu’un de foncièrement bon. En espérant que je puisse enfin le voir avec une de ses formations en électrique. Sur Lyon, ce serait vraiment top ! 

Allez, le temps de prendre congé de THOMAS, le gérant du Brin de Zinc, qui me dit de revenir le 10 août pour le concert de NASHVILLE PUSSY. Malheureusement, ce ne sera pas jouable pour moi mais W.T.R.* sera bien-sûr présent. Tu peux y aller Steve, ce n’est pas en acoustique, lol !!

NICK OLIVERI

 

STING + SCOTT SHARRARD + 58 SHOTS : Live Report @ Guitare en Scène 2018 – 22 juillet 2018

© Alexandre Coesnon Photography

Bon allez, retour à la case Saint-Julien-en-Genevois pour le dernier jour de l’édition 2018 de Guitare en Scène.

Je suis un peu dégoutté d’avoir loupé le samedi car non seulement il y avait HOLOPHONICS, CHRISTOPHE GODIN et, dans une moindre mesure pour moi, ZUCCHERO mais j’ai appris en arrivant que ULI JON ROTH avait fait le boeuf avec CHRISTOPHE GODIN !

C’est bizarre mais je l’avais un peu subodoré et j’aurais bien aimé voir çà, moi !

58 SHOTS @ Guitare en Scène 2018

Mais bon pas le temps de me poser cent mille questions, ça commence sur la scène village. Les finalistes du tremplin, les 58 SHOTS, vont réveiller tout le monde ! Et moi, 58 SHOTS, eh ben, je suis fan !

Rien de tel pour commencer une soirée fest que leur hard-rock mâtiné de AC/DC et de LED ZEPP (bref que de bonnes influences) ! Ce soir, ils ont décidé de la jouer « les freins, c’est pour les lâches » et « le rock’n’roll, c’est bon pour les neurones » : ils démarrent à fond la caisse.

Leur guitariste chanteur a un putain de charisme et une putain de voix rock’n’roll. Leurs morceaux attirent les festivaliers déjà entrés sur le fest comme des mouches devant la scène. Ceux qui ne les connaissent pas se prennent une grande tarte dans la tronche.

Il faut dire que c’est juste excellent ! Pas de fioritures, juste du putain de rock’n’roll comme on l’affectionne.

Les festivaliers habitués à découvrir des groupes qui déboîtent leur grand-mère sont aux anges. Bien-sûr, pour ceux qui sont venus,  comme c’est souvent le cas le dimanche, pour la tète d’affiche – c’est-à-dire STING – ne vont pas forcément se mettre en avant-scène, lol ! Mais bon, 58 SHOTS s’en bat totalement.

58 SHOTS @ Guitare en Scène 2018

Ils continuent à dérouler leur set, ils s’amusent, ils s’éclatent, bref, ils sont en finale ! Et ils y mettent tout ce qu’ils ont. Ils profitent de la scène et du son et ça fonctionne grave… A tel point qu’on apprendra après le concert que ce sont eux les vainqueurs du tremplin cette année.

A la fin de leur set, le monde qui les rejoint à la tente pour acheter du merch’ leur prouve qu’en plus d’avoir gagner, ils ont conquis de nouveaux fans. Moi bien-sûr, je ne suis pas déçu, bien au contraire. Ils me confirment ce soir que c’est un groupe à suivre et j’attends avec impatience leur nouvel album.

Bon, ça repart sur la même scène avec des suisses, ou plutôt des franco-suisses : THE TWO. Euh… comment on va dire ? Ben, ils sont deux, ils ont des guitares métal à caisse ouverte (aucune idée de comment ça s’appelle) et ils jouent en acoustique.

Musicalement, c’est un mélange de blues et de folk. Bon c’est sûr qu’après les fous furieux de 58 SHOTS, ca change d’ambiance mais c’est bien fait, pas désagréable. On est OK, je ne vais pas me précipiter pour acheter le CD mais je ne m’enfuis pas non plus. Le genre de découverte que Guitare en Scène adore nous proposer.

ALEX FRANCIS @ Guitare en Scène 2018

Bon, c’est fini pour aujourd’hui pour la scène village. Direction maintenant la scène chapiteau, pour une totale découverte pour moi : ALEX FRANCIS… que je ne connais bien sur ni d’Eve ni d’Adam. Comment ? Comme d’habitude je n’ai pas bossé mon dossier ? Sniff !!

Du coup, ça va être la surprise. Heu… oui… là, effectivement… c’est une surprise ! Comment dire ? C’est assez… dansant, comme dirait ma femme. Un peu funk, un peu soul. Bien dans la thématique de la tête d’affiche. Le public qui commence à être présent en grand nombre sous le chapiteau apprécie.

Moi franchement, même si je trouve ça bien fait, ce n’est pas du tout, mais alors pas du tout mon truc. En plus, c’est l’heure de me faire un repas indien. Miam !!

Euh… pas miam ! Il y a une queue énorme. Je n’ai pas précisé que ce soir, le fest affiche sold out ! Et évidement, je ne suis pas le seul à avoir eu la mauvaise idée de manger maintenant. 

Bon, je vais faire un tour pour dire bonjour à mes copains luthiers car à Guitare en Scène, il y a des stands de disques et des luthiers; luthiers de la région qui proposent des guitares, des basses et des ukulélés, plus dingues et plus beaux que tous les autres. Le temps de papoter avec CHRISTOPHE GODIN, qui lui aussi faisait un tour au stand luthiers, le temps passe vite.

SCOTT SHARRARD @ Guitare en Scène 2018

C’est maintenant au tour de SCOTT SHARRARD de monter sur la grande scène. Comment, ça ne vous dit rien ? Il a longtemps été le guitariste du GREG ALLMAN BAND. Ah, là ça vous parle un peu plus !! Donc là, je suis aux taquets. Il faut dire que SCOTT SHARRARD est aussi une des raisons de ma présence ce soir, hormis le fait que j’adore Guitare en Scène bien-sûr ! Je ne veux pas louper une miette de sa prestation.

Vu le pedigree du monsieur, on se doute qu’il ne va pas faire du jazz ni du black metal mais bien du blues-rock ou du blues. Euh, là, dès le début ça va plutôt être dans un style blues moderne, propre. Pas le style ALLMAN mais bon, les solos sont superbes (non chérie, ils ne sont pas un peu trop longs !), les musicos qui sont avec lui eh bien, ça joue, hein !

Au fur et à mesure des morceaux, on repart un peu plus à ce quoi je m’attendais, du blues-rock. Moi, je suis en admiration devant son jeu. Après il peut être un peu trop technique pour certains. Mais encore une fois, Guitare en Scène propose des musiciens qu’on n’a pas l’habitude de voir et c’est pour ça que ce fest est aussi réputé. Perso, je ne suis pas sûr que je pourrai revoir SCOTT SHARRARD en live de sitôt…  Si je le revois. Et puis moi, les guitaristes, surtout de ce calibre, j’adore ça ! Une bien belle découverte pour moi

Maintenant, direction nourriture ! Euh… ça va être plutôt compliqué de se rendre jusqu’au stand car là le chapiteau et tous les alentours sont full de chez full. En revanche; devant les stands, il y a maintenant beaucoup moins la queue ! Allez, on va manger quand même assez vite.

© Alexandre Coesnon Photography

Même si je ne suis pas un afficionado de STING, ce serait ballot de louper le début. Je suis un peu anxieux de savoir ce que ça va donner avec SHAGGY.

Allez c’est parti « Englishman in New York », ouais je connais ! Euh, je connais… pas forcément dans cette version. Là, on est plutôt en mode calypso. Déjà que STING n’a jamais caché son amour pour le reggae alors là avec SHAGGY, ça se voit encore plus !

Le ton est donné. On va avoir droit à des morceaux de STING, de POLICE et de SHAGGY. Le public est content car, du coup, il n’aura pas droit au même concert que lors de la dernière prestation de STING à Guitare en Scène.

© Alexandre Coesnon Photography

Moi, je suis très dubitatif. Bon, STING a toujours sa voix, les mélodies sont toujours efficaces. Après, il y a certains morceaux de POLICE qui sont moins impactés par le style calypso que d’autres mais même dans ces versions, ça reste mega efficace. Je suis dans la même position que quand je découvre un groupe de métal qui a un chanteur – ou une chanteuse – avec une belle voix et dont j’aime bien les morceaux mais où, à un moment, il y en a un qui vient faire une voix growl. Là c’est bizarre, les « yo, yo » de SHAGGY me font à peu près le même effet !

Mais bon, je ne suis pas le public cible. C’est vrai que le dimanche une énorme partie du public se déplace exclusivement pour la tête d’affiche. Moi la tête d’affiche, c’était un plus… et ce plus, c’est quand même STING ! Faut pas déconner quand même ! Sans oublier que les ligths et le son sont à tomber !

© Alexandre Coesnon Photography

Allez, c’est la fin. Il fait encore chaud mais on est bien. Je n’ai pas envie de partir, de quitter le site mais il le faut bien car de toute façon je ne peux pas rester jusqu’à l’année prochaine, ça ne va pas être possible, lol ! En tout cas, cette journée aura été une journée riche en découvertes pour moi. Merci Guitare en Scène !

 

PS : merci Alexandre Coesnon pour les clichés de STING et SHAGGY !!

THE DEAD DAISIES + JOE SATRIANI + MISS AMERICA : Live Report @ Guitare en Scène 2018 à Saint-Julien-en-Genevois (74) – 19 JUILLET 2018

THE DEAD DAISIES @ Guitare en Scène 2018

Alors que les copains se remettent du Hellfest, du Rockfest et autres Bang Your Head, moi je continue ma saison de fest. Eh oui, ce soir c’est le premier jour de Guitare en Scène à Saint-Julien-en-Genevois. Yep, je suis aux taquets !! Bon, j’ai intérêt car là, il ne faut absolument pas que je sois à la bourre, j’ai des interviews de calées. Pression.

Bon théoriquement, je sais y aller, ça le fait et je sais où me garer. Normalement, c’est finger in the nose, l’histoire ! On ne va pas parler des gens qui font faire des travaux sur les autoroutes alors que tout le monde les emprunte mais bon j’ai tout de même réussi à être à peu près à l’heure !

J’ai dit à peu prês car le temps que je finisse mon interview avec MISS AMERICA et celle de JOHN CORABI pour les DEAD DAISIES (heu comment, j’ai de la chance ? Nan nan, je mérite, c’est tout !) ROSENDALE sur la petite scène extérieure a déjà terminé son set. Oups ! Loupé un groupe quand je suis déjà dans l’enceinte je ne suis pas sûr que ça me soit déjà arrivé. Je suis very sorry ! Et pourtant j’ai essayé – et je n’avais pas forcément le choix – d’être rapide mais premièrement, c’est difficile d’empêcher JOHN de parler et deuxièmement, je n’avais pas forcément envie qu’il s’arrête !

A Guitare en Scène, tout est bien rodé pour que rien ne vienne perturber le running order, même les meet and greet. Oui, vous savez, les meet and greet, les trucs où les gens doivent payer pour approcher les artistes qu’ils aiment ? Là, il y en a deux : un pour DEAD DAISIES et un pour SATRIANI. Mais Guitare en Scène prouve encore une fois que ce n’est pas un festival comme les autres car ces meet and greet sont complètement gratuits ! Ils ont été organisés en tirage au sort parmi ceux qui le souhaitaient et qui avaient un billet. Foi de Ti-Rickou, c’est la première fois que je vois ça ! Je trouve ça totalement génial ! Ca me réconcilie même avec les meet and greet, tiens.

THE DEAD DAISIES @ Guitare en Scène 2018

Allez, le moment pour lequel je suis surtout venu arrive : les DEAD DAISIES pour une date unique en France montent sur la grande scène. Et putain c’est parti ! Comment dire ? Comment décrire DOUG ALDRICH, JOHN CORABI, MARCO MENDOZA, Dean CASTRONOVO et DAVID LOWY ensemble ? C’est une pure tuerie ! Non seulement ça joue – et ça joue grave – mais en plus, c’est visuel ! Ils se roulent sur scène, ils bougent, ils posent, ils s’amusent. Il y a une vraie envie de jouer.

Et d’entrée le public présent sous le chapiteau s’en prend non seulement plein les oreilles (non ce n’est pas trop fort, c’est juste du rock ‘n’ roll) mais aussi plein les yeux. Moi forcément je suis fan, j’adore les morceaux de DEAD DAISIES et même quand ils nous font des covers, eh ben ce sont de putains de tueries ! Dieu sait que je ne suis pas trop covers mais lorsque DEAD DAISIES remet les vieilles recettes au goût du jour, qu’est ce que c’est bon !

Bien sûr j’adore la voix, la prestance de JOHN CORABI (ça, c’est clair !) et c’est vrai qu’avec ses acolytes ça le met vraiment en valeur. Et là, sur cette scène, c’est purement magique. Bon, je ne parle même pas de MARCO MENDOZA qui, bien-sûr, comme à son habitude fait le show. Il doit avoir du sang de kangourou dans les veines car il saute beaucoup sur lui-même, lol !

Et je termine par le sieur DOUG ALDRICH. Ce mec est tout simplement magique. Quel guitariste et quelle présence ! Quand on le voit jouer, on a l’impression que c’est simple… Et quelle putain d’interprétation sur un cover de DEEP PURPLE. Mais pourquoi il ne l’ont pas pris lui les DEEP PURPLE ? Tant qu’à remplacer BLACKMORE par quelqu’un, au moins lui il est dans l’esprit, il ne fait pas du jazz ! Comment je n’aime pas STEVE MORSE… Bon d’accord, mais surtout pas dans DEEP PURPLE ! Enfin bref, vous l’avez compris et vous l’avez déjà lu si vous suivez le webzine, DOUG c’est vraiment un de mes petits chouchous !

Dans THE DEAD DAISIES, les cinq compères forment vraiment un tout. Le show de ce soir est en plus tout simplement énorme ! Ouais, je ne déconne pas les copains, là c’est vraiment mons-tru-eux ! Et ce ne sont pas ceux qui sont là ce soir qui diront le contraire ! Ouah !!! Guitare en Scène, ça commence très très fort !

Moi il faut que je redescende un peu quand même. Pourquoi ils ne veulent pas que je leur refasse une interview ou que j’aille re-papoter avec eux ?!!! Même pas drôle !

JOE SATRIANI @ Guitare en Scène 2018

Bon allez, là ça va vite, ça va bientôt être au tour de JOE SATRIANI. Heu comment je suis moins motivé ? C’est pas vrai, j’aime bien JOE. C’est même celui que je préfère dans le style « les chanteurs sont des connards, j’en mets pas » ! Mais il faut préciser que je l’ai vu un certain nombre de fois. Tellement que je suis incapable d’en tenir le compte !

Mais ce soir, c’est un show spécial pour Guitare en Scène et puis à Guitare en Scène, il se passe toujours des choses.

Tiens, d’entrée de jeu son line up fonctionne très bien. Bon choix de set list. Et bien-sûr, en plus, il est ravi de rejouer ici et forcément ça se ressent dans son jeu. Le public est forcément ravi. A Guitare en Scène, le public, la guitare il connait et il aime. Et JOE SATRIANI, c’est un peu un des Dieux du Temple.

Moi, bizarrement, je rentre beaucoup plus dans le show de ce soir que dans les derniers que j’avais vus de lui. D’habitude au bout de trois ou quatre morceaux, je commence à me lasser un peu mais là,, comme un papillon sur une lampe, je reste scotché et ce, jusqu’à la fin.

 

JAM SESSION (JOE SATRIANI-DOUG ALDRICH-ULI JON ROTH) @ Guitare en Scène 2018

Eh non, ce n’est pas la fin, c’est juste un entracte ! Et il ré-attaque sur « Surfin with the Alien » ! Là, je fond carrément. C’est sans aucun doute pour moi, le meilleur album de rock-hard instrumental qui n’ait jamais été fait et en live ces morceaux, c’est une vraie tuerie. Et comme JOE est en forme, je ne vous explique même pas ! C’est juste à vous dégoûter de même essayer d’apprendre à jouer de la six cordes ! C’est tellement simple quand c’est lui qui joue. Ti-Rickou est aux anges !

JAM SESSION (JOE SATRIANI-DOUG ALDRICH-ULI JON ROTH) @ Guitare en Scène 2018

Et c’est parti pour l’annonce des invités spéciaux. Heu tiens, c’est bizarre, c’est DOUG ALDRICH qui vient ! Yes, une double dose de DOUG ! Qui c’est qui est méga content ? !! DOUG et JOE, putain ça va saigner ! Le troisième… oh putain je suis mort ! Ma femme va me tuer ! C’est, je n’y crois pas, ULRICH JON ROTH. Pour ceux qui n’ont pas suivi l’actualité du hard-rock depuis 40 ans, ce n’est ni plus ni moins que le premier guitariste mythique de SCORPIONS. Et pourquoi je suis mort ? Parce que c’est juste LE guitariste préféré de ma femme.

JAM SESSION (JOE SATRIANI-DOUG ALDRICH-ULI JON ROTH) @ Guitare en Scène 2018

Allez, là j’ai hâte, comme tout le public d’ailleurs, de savoir ce qu’ils vont nous faire. Et avec ULI ROTH, devinez par quoi on va commencer ? JIMI HENDRIX of course ! Et c’est un petit hardos qui gagne un… bracelet à clous !!! Je ne suis pas un afficionado de HENDRIX mais ULI JON ROTH a toujours réussi à me le faire oublier. Et là, avec ses deux compères, ça me fait redécouvrir le morceau sous un angle différent.

Putain ça joue ! En plus, c’est ULI qui est au chant. JOE SATRIANI et DOUG ALDRICH s’amusent comme des petits fous. Ils alternent tous les trois des solos et ça devient – si c’était possible – encore plus une putain de tuerie. Ouah !

JOE n’arrête pas de sourire, il s’amuse comme un gamin. Il a le sourire banane sur le visage. C’est vraiment méga cool de le voir comme ça, tellement décontracté et heureux de jouer avec ses copains. 

Mais qu’est-ce qu’ils me font là ? Smoke on the water ?!!! Avec une rythmique à trois ?!!! Putain, putain, putain !!! Ca, c’est du DEEP PURPLE ! Ca, c’est du « Smoke on the Water ». C’est DOUG qui se colle au chant. Grâce aux dernière prestations de DEEP PURPLE, j’avais presque oublié comment ce morceau devait sonner et là ouais, on comprend pourquoi ce titre est devenu l’un des hymnes du hard-rock ! En plus, les trois musiciens alternent les solos et ils le font tout en respectant l’esprit de RITCHIE BLACKMORE. Ca me met les larmes aux yeux ! Ca repart un peu dans le milieu du morceau avec des solos dans le style des trois compères et ça se termine par une apothéose de rythmique et « Smoke on the Water » hurlé par tout le public de Guitare en Scène.

Ouah, quel moment énorme ! Voilà pourquoi j’aime ce fest. Je pense que c’est encore un des seuls festivals où ce genre de chose se produit et où des musiciens montent sur scène pour jouer et s’amuser juste pour le fun, pour jouer ensemble. Et quand ce sont des musiciens de ce calibre, c’est juste hallucinant.

MISS AMERICA @ Guitare en Scène 2018

Bon, ce n’est pas tout mais il est déjà plus de minuit ! Il ne faut surtout pas que j’oublie d’aller voir MISS AMERICA qui vient de commencer, presque dans la lancée, à jouer sur la scène Village. Ce serait bêta que je les loupe quand même ! Je n’ai déjà pas pu aller les voir hier soir au Rock’n’Eat Live… En plus, je leur ai fait une interview dans l’après-midi. Allez, une bouteille d’eau, je regroupe mes dernières forces et je les rejoints.

Bien-sûr, je ne vais pas être déçu. MISS AMERICA, ben c’est mon coup de coeur de ces derniers mois. Le groupe que j’ai découvert grâce à leur EP et que j’ai eu la chance de voir quelques jours après en live. Et depuis, je ne les lâche plus !

Et là sur la scène de Guitare en Scène, eh bien encore une fois, ils vont me mettre une bonne tarte.

J’aime leurs compos, très rock qui se retiennent facile et qui te restent dans la tête. Leur prestation live est très efficace, pour un jeune groupe comme ça, c’est vraiment rare.

La bassiste bouge vraiment beaucoup ainsi que le guitariste et le guitariste chanteur. Eh bon, le fait qu’il y ait aussi une fille à la batterie, c’est bien sympa.

Ils ont déjà une grande habitude des live et encore une fois, il n’y a pas photo, ça paye.

Il n’y a pas que moi qui craque. Les courageux qui sont restés tard, voire très tôt, pour les voir ne vont pas être déçus. Les MISS AMERICA, c’est clair, vont se faire de nouveaux fans ce soir.

MISS AMERICA @ Guitare en Scène 2018

Malgré l’heure tardive, il fait encore très chaud sur le site. On est bien, on est avec les copains et je n’ai pas forcément envie que la magie s’arrête. Mais bon, si ça continue je vais devoir arriver avec les croissants pour ne pas me faire engueuler !

Un grand merci aux orgas pour leur gentillesse et leur mega programmation dans un lieu superbe et avec une capacité qui reste à taille humaine, une scène où on voit de partout et où le son est superbe.

Cette journée sous le signe du hard-rock a encore été un grand succès. Guitare en Scène n’est pas prêt de ne plus me voir !

JAM SESSION (JOE SATRIANI-DOUG ALDRICH-ULI JON ROTH) @ Guitare en Scène 2018

ENSIFERUM + ULTRA VOMIT + LES TAMBOURS DU BRONX : Live Report @ le Plane’R’Fest de Colombier-Saugnieu (69) – 07 juillet 2018

ENSIFERUM @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Je rêvais de dire ça un jour : « Ce soir, c’est destination Montcul ». Et, même si ce n’est pas le Montcul immortalisé par Pierre Bonte, ça le fait quand même ! Et qu’est-ce que je vais faire à Montcul (bon là, je vous promets, je n’en fais plus) ? Je vais au Plane ‘R’ Fest, qui se situe à Montcul, sur la commune de Colombier-Saugnieu, pas loin de l’aéroport de Saint-Exupéry, en fait.

Bon le Plane ‘R’ Fest je connais, j’ai fait la première édition, je sais où c’est. Nickel. René, tu ne vas pas me chambrer cette fois-ci ! Heu… je ne pensais vraiment pas me perdre à Montcul… Ce n’est pas de ma faute, l’emplacement du site à changé ! Si, si, René, je te jure !

Alors là le temps de tourner dans les champs, dans les prés et de trouver le parking, pour le premier groupe – vainqueur du tremplin – c’est mort. 

GOATFATHER @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Maintenant, le challenge, c’est de ne pas louper GOATFATHER. Mission accomplie ! Bon en fait, ils ont quand même un peu commencé, faut pas déconner. Mais l’important, c’est qu’ils n’aient pas fini ! Et même si j’arrive en plein milieu de leur show, je rentre directement dans leur univers : du stoner burné, j’adore ça ! Grosse rythmique, grosse voix, humm un régal pour moi.

En plus, je suis là pour le morceau dédicacé à TOF de CHEMICAL WEDDING. Un bel hommage qu’ils lui rendent. Séquence émotion.

Bon, pour ceux qui ne connaissent pas, les GOATFATHER, ça déménage sa grand-mère sérieux dans les champs. D’ailleurs, je suis sûr que c’est elle qui a piqué les panneaux d’indication pour accéder au fest !

Je suis désolé car évidement ça va faire un peu court mais bon dès que je peux, je vous fais un report complet, je vous le promets.

En tout cas, bon début de fest pour moi.

ZE GRAN ZEFT @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Allez, maintenant c’est au tour de ZE GRAN ZEFT un groupe que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam, bref que je ne connais pas du tout. J’ai encore bien bossé mes fiches, moi ! Heu, déjà visuellement c’est étrange. Un look un peu à la SPARKS sans moustaches, habillés tout en blanc. Le batteur porte une casquette et des lunettes bizarres. Il me fait penser à un Muppet. Je ne sais pas pourquoi mais déjà je ne la sens pas forcément bien l’histoire.

Ils commencent à jouer. Et personnellement, je ne la sens pas forcément mieux, l’histoire. Comment dire ? Ce n’est pas que c’est mal fait mais on a affaire à un croisement entre les RATM et les RED HOT CHILI PEPPERS avec un couche de metal moderne et une voix parfois rapée.

Alors effectivement, il peut y avoir plusieurs angles de vue, totalement différents. Le premier, c’est de dire que c’est hyper original et adorer. Le second – et je suis plutôt là-dedans – c’est d’aller se réfugier très loin au bar. Ce qui est intéressant avec ce groupe, c’est qu’il ne laisse personne indifférent… même si du coup, ils vont laisser chacun sur ses positions.

LES TAMBOURS DU BRONX @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Allez, la case découverte est faite. Maintenant je me prépare pour les TAMBOURS DU BRONX. Non, je ne déconne absolument pas, les TAMBOURS DU BRONX, les mecs qui tapent sur des bidons ! On m’aurait dit à leurs débuts que je les verrais en live, je ne l’aurai pas cru. Mais là, ils sont en formation métal avec le renfort de mecs de LOFOFORA, de FLAYED et du cogneur en chef, maître de la foudre, le bien-nommé FRANKIE COSTANZA. Enfin un groupe dans lequel il joue et où je vais pouvoir rester jusqu’au bout, lol !!

Bon, je suis prêt et si eux ils ont changé et que moi j’ai changé… Stop, on n’est pas dans Rocky ! On se concentre Même s’il fait très  chaud !

Tiens, les organisateurs montent sur scène. Pas sûr que ce soit pour nous annoncer qu’on va avoir METALLICA en plus, moi… Et malheureusement, c’est gagné. ENSIFERUM ne pourra pas jouer ce soir, leurs bagages étant en train de visiter l’Allemagne sans eux. Le problème, c’est qu’il y a dedans du matériel important pour le show. Petite compensation, ils viendront après le show des TAMBOURS DU BRONX faire une dédicace. La seule bonne nouvelle, c’est qu’on va se coucher moins tard.

Allez, c’est parti. LES TAMBOURS DU BRONX montent sur scène et là, visuellement, eh ben ça le fait. Ils ont des vraies têtes, un clavier masqué et notre FRANKIE national. Et là, ça part vraiment très fort ! Franchement, je suis impressionné. Ca le fait grave ! L’ensemble dégage une puissance incroyable et en plus ça donne un sentiment de festif. C’est bizarre, voire étrange comme sentiment, mais en tout cas, là aussi ça déboîte sa grand-mère tout au fond du trou… de Montc… Noooon !!!!!

Alors là, je ne vous explique pas, les petits sauvageons vont se faire plaisir. Ca remue sec sur le terrain. On a même un wall of death !!

C’est clair que je n’avais pas pensé que j’apprécierai autant, moi ! Je n’irai peut-être pas acheter l’album mais en tout cas, en live, c’est très recommandable. Je ne m’enfuis même pas, je profite carrément du spectacle.

Comme je l’ai déjà dit, l’ensemble est très visuel et les musiciens outre d’avoir de vraies têtes sont très expressifs. Ils ont une façon de taper sur leurs fûts qui est vraiment impressionnante.

Allez, c’est fait. J’ai vu LES TAMBOURS en live et j’en suis content.

Du coup, j’ai le temps de me ravitailler car la pause va être assez longue, vu que c’est le dernier concert de la soirée. Il va y avoir un changement de plateau assez long.

ULTRA VOMIT @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Ah, les gentils organisateurs reviennent sur scène ! J’espere que cette fois-ci ce n’est  pas ULTRA VOMIT qui annule ! Là, je vais faire la gueule. Eh non, ils viennent au contraire nous annoncer une bonne nouvelle : ENSIFERUM a décidé de jouer quand même…  même si du coup, ils vont nous le faire en acoustique. Heu… j’analyse deux secondes l’info… Ils vont nous faire un concert folk métal acoustique ? Je ne vais pas le dire trop fort mais je suis sûr que je vais préférer à une version électrique, moi ! Bon, du coup on est reparti pour se coucher très tard ! Même pas grave, quand on aime, on ne compte pas.

Pendant ce temps-là, les roads sont en train de tester le matos d’ULTRA VOMIT avec leurs belles casquettes et leurs sweats noirs. Ca c’est pour les non-initiés car nous on sait que le show a déjà commencé. Eh oui, ce sont les ULTRA VOMIT qui font les clowns et testent eux-même leur matos !

Allez, ils repartent. L’écran balance un visuel identique à un cartoon de Warner Bross mais qui représentent tous les membres du groupe avec leurs surnoms. Les licornes, les gros pandas peuvent sortir, le cartoon va commencer ! Eh oui, ULTRA VOMIT c’est bien plus qu’un simple concert, c’est vraiment un cartoon 3D en réel qui met pleinement en valeur leurs morceaux carrément délirants. Alors on aime ou on n’aime pas mais c’est clair que vue la réaction du public, ça fonctionne grave ! Comme d’hab’.

En plus, les morceaux du groupe se prêtent merveilleusement bien au lieu. MANAR et les siens vont bien-sûr user et abuser de Montcul et en profitent pour le placer à toutes les sauces. En même temps, difficile de résister à demander : « Comment ça va, Montcul ? » !!! Et un « Pipi versus caca » en wall of death comme délire, à Montcul on ne pouvait pas trouver mieux.

ULTRA VOMIT @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Comme d’habitude, le public présent en très grand nombre entre à la perfection dans leur délire. ULTRA VOMIT, c’est une immense récréation pour les fans de métal qui ont toujours leurs âmes d’enfants. Les grincheux qui trouvent que c’est vraiment n’importe quoi, l’autoroute est au fond de … Montcul, bien sur !

Bref, le groupe est vraiment en grande forme. Le show est encore plus rôdé mais il laisse toujours une part à l’impro du moment. Moi je suis fan, c’est clair et perso, je suis mega content qu ils remplissent encore une fois l’Olympia plusieurs mois à l’avance (ça c’est encore pour le banc des grincheux).

Bon allez, encore une tarte énorme par Nicolas « Fetus », Emmanuel « Manard », Fabien « Flockos » et Matthieu !

ENSIFERUM @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Maintenant, c’est l’heure de la dernière pause de la soirée. L’attente ne va pas être tellement longue, le temps de sortir les tabourets, lol !

Allez, c’est parti pour ENSIFERUM en acoustique. J’en étais sûr, ça me plait vraiment, l’histoire ! C’est festif et super cool ! En plus, ils sont heureux comme des gamins. Ils nous expliquent qu’ils n’ont jamais fait ça ailleurs qu’en Finlande mais qu’ils sont là parce qu’ils aiment la musique et que jamais à ce jour ils n’ont annulé un concert.

Du coup, ça donne une intensité énorme au concert. L’ensemble du public encore présent en très grand nombre malgré l’heure tardive comprend qu’on est en train de vivre un moment qui ne se reproduira pas forcément. Et quitte à me répéter, c’est mega bon leur truc ! Là, on sent vraiment le folk metal festif. Je ne regrette absolument pas d’être là.

ENSIFERUM en acoustique c’est génial ! L’acoustique, est un exercice qui ne cache pas les défauts et là, eh ben on s’aperçoit que ça joue vraiment ! Le public participe, il est heureux.

ENSIFERUM @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Une fin de fest superbe pour cette édition 2018 du Plane ‘R’ Fest !

Le temps de dire au revoir aux copains et je m’en vais, en jurant bien que l’année prochaine je jetterai un coup d’oeil avide à la programmation du festival de Montcul !

Un grand merci aux organisateurs et vivement le prochain Plane ‘R’Fest !

ENSIFERUM @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018