Tagged: GROUPE ALLEMAND

STALLION + HARMORAGE : Live Report au Blogg de Lyon – 07 septembre 2017

STALLION

Ce soir, c’est direction Lyon et le Blogg, pas loin de Gerland. J’aime bien cette salle, c’est pratique pour s’y garer et surtout je sais y allez.

Heu, je crois que je vais être à la bourre… Bah, pas forcément, il y a plein de copains dehors sur la terrasse ! Bien sûr, je dis bonjour et on papote. Au bout d’un moment quand même, je leur demande à quelle heure commence le premier groupe de l’affiche…. Et là, ils me répondent que justement ledit groupe est en train de finir son set ! On ne rigole pas ! Bref, la salle est tellement bien isolée que je ne m’étais pas aperçu qu’il y avait un groupe en train de jouer. Sniff. Louper un groupe sans m’en apercevoir, ça c’est fait.

HARMORAGE

Bon du coup, on papote encore un peu mais je rentre vite pour ne pas louper le deuxième groupe. Voilà, c’est bon. Ce sont les lyonnais de HARMORAGE. Je les avais, on va dire entre aperçus dans un fest très tard dans la nuit et pas forcément dans les meilleures conditions possibles. J’avais quand même trouvé ça assez violent et j’avais été perturbé par la voix. Depuis, j’ai lu qu’ils faisaient dans du heavy metal mais bon, là, c’est plutôt du heavy burné, voir du metal limite extrême quand même !

Le chant est en français… même s’il est difficilement audible. Il y a un problème sur la voix, on ne l’entend presque pas ! Vu que c’est la deuxième fois que ça me le fait, je ne suis pas sûr que ça vienne de la sono en fin de compte.

Sinon, musicalement, ce n’est pas mal. Même si j’en rajoute une couche, j’ai vraiment du mal avec la voix en décalage pour moi avec la musique. J’avoue que je m’attendais à du un peu brutal mais là c’est juste un truc heu.. trop brutos pour moi.

En revanche, les musiciens sont aux taquets, à fond même, version « les freins, c’est pour les lâches » et ça c’est un bon point.

Mais bon, ce n’est quand même pas mon truc et au bout d’un moment je décroche. Au bout de quelques morceaux, je vais dehors rejoindre les copains qui ont craqué avant moi (pas de noms, je protège mes sources, lol !).

STALLION

Bon, juste le temps de manger un petit hamburger mega top bon du Blogg (juste un petit … bon d’accord, il n’y avait plus de double !) et c’est reparti pour le dernier groupe de la soirée, les allemands de STALLION et leur heavy speed thrashant !!

Visuellement, on est partis pour remonter le temps et on s’arrête aux années 80. Les musiciens sont parés de bracelets à clous,  de ceintures cloutées, de cartouchières. Le chanteur a un beau moule burnes rayé. Donc visuellement, on y est !

Et musicalement aussi ! Du speed heavy thrash avec la voix qui va bien, des morceaux à te faire headbanger à te niquer la nuque – chose que le public du Blogg fait très bien d’ailleurs. Les musiciens sont à fond dans l’univers speed metal, ça bouge à mort, ça pose un peu… et ça bastonne toujours ! Et bien-sûr, comme à l’époque, la voix est audible et très claire et leurs morceaux sont parfaits pour ça. Tiens au fait, le son s’est vraiment amélioré.

La setlist est composée par les titres de leurs albums et en live ça déboîte bien sa mère-grand dans les orties !! En plus, les paroles sont bien et, sans équivoque possible, elles se positionnent contre le fascisme.

Bref, du metal speed comme on l’aime. C’est bien fait, sur scène ça bouge toujours, ils sont vraiment dans leur univers. Eh oui, c’est ça le speed metal !! Ca fait du bien d’en prendre une bonne dose car, à part au Rising Fest de Dijon, ce genre de groupe n’est que rarement programmé. En plus, après avoir assisté aux concerts de BLAZING WAR MACHINE et de JINJER, c’est presque de la comptine pour enfants ! Dire qu’il y a trente ans, on trouvait ça violent, lol !!

Bon, j’avoue que même si je prends plaisir à venir écouter STALLION, ce n’est pas forcément non plus le style que je me passe en boucle à la maison. Je prends plaisir à les écouter ce soir mais ça s’arrête un peu là.

Allez, c’est terminé. Séance rattrapage de discographie et séance photo avec le groupe. Les STALLION sont heureux d’être là, ils discutent et prennent la pose sans hésiter. C’est clair qu’ils sont adorables et très dispos !

Il est temps de reprendre la route, surtout que j’ai un album de STALLION pour rendre le chemin plus court !

Un grand merci au Blogg pour leur soirée metal gratuite !! Et à la prochaine, les copains !!

STALLION

Incoming search terms:

  • groupe stallion

STORMHUNTER, quand le heavy fait la fête ! : Interview

STORMHUNTER INTERVIEW 1

STORMHUNTER

Musicalement, c’est cool. Scéniquement, ça le fait aussi. Et humainement, ces mecs sont de vrais crèmes.

Du coup, comme ils sont restés deux jours pour faire la fête au Rising Fest de Dijon, j’ai pensé que quitte à papoter, autant leur faire une interview.

Et croyez-moi, avec eux, on est dans l’interview à la Scoubidou !
Bref, les STORMHUNTER, j’aiiiiime !

 

Interview vidéo réalisée le 26 octobre 2015

 

 

STORMHUNTER INTERVIEW 2

RISING FEST : Live Report à la Vapeur de Dijon (part. 1) – 25 septembre 2015

RISING STEEL D3

RISING STEEL

Bon, comme chaque année depuis trois ans à la même époque c’est direction Dijon. Et ce n’est pas pour faire le plein de moutarde, mais plutôt le plein de heavy métal car au Rising Heavy Metal Fest, il y est, comme son nom l’indique, mis à l’honneur.

Petit inconvénient, ça commence tôt,très tôt pour un vendredi. Surtout quand on a plus d’une heure trente de route à faire.. Heu, non, je ne me cherche pas d’excuses, mais dès le départ, je savais qu’avec un démarrage à 17h50 pour le premier groupe, ça allait être chaud patate pour y être à l’heure !

Mais non, je n’ai pas raté le premier groupe, bande de mauvaises langues ! Bon, d’accord j’ai raté le début mais j’ai quand même eu droit au vingt minutes de show restantes ! Je ne prends donc même pas le temps de dire bonjour aux potes et je me précipite pour voir et entendre mes copains de Grenoble, les RISING STEEL qui ont la tâche d’ouvrir ce cinquième fest. Moi, RISING STEEL, j’aime vraiment, et la Petite Vapeur (les hostilités ont lieu dans la petite salle ce soir) aussi.

FABRICE et les siens sont en forme et leur heavy des familles est très efficace. Ceux qui sont arrivés à l’heure ne vont pas être déçus car ils sont directement dans l’ordre du jour « heavy métal for ever » !!

Bon vu que j’ai quand même loupé une bonne partie de leur passage, ça va me sembler vraiment très court. Ben ouais, c’est déjà fini ! Je suis dégoûté car les copains ont donné un gros set. Mais bon, je me console en me disant que j’aurais sûrement l’occasion de les revoir bientôt.

deafening the silence

DEAFENING SILENCE

Heu, je n’ai toujours pas le temps de voir les potes car je croise les BARRAKUDA et que je file leur faire une interview. Rapide l’interview car les changements de plateau le sont aussi !!!

Pas le temps de souffler que c’est au tour de DEAFENING SILENCE, en provenance de Metz, de monter sur scène devant un public de plus en plus nombreux et bien chauffé par RISING STEEL.
Là, on est plutôt dans du heavy speed en anglais.

Bon, c’est bien fait, j’aime bien la voix du chanteur quand il ne va pas dans les aigus. Les autres musicos assurent bien aussi, mais perso, j’ai toujours du mal avec se style de heavy trop speed pour moi. Bref, si je n’arrive pas à rentrer dedans, le public qui lui continue à affluer réagit bien à leur prestation. Peut-être un peu trop bien pour certains d’ailleurs.

Bon là, j’ai un peu de temps pour dire bonjour aux copains, qui sont pour certains venus de loin, voire de très loin. Il y a des gens d’Alsace, de Perpignan, de Paris, de Montpellier, de Chambéry, de Grenoble et même de Lyon ! Bref, beaucoup de mains à serrer mais j’ai quand même le temps de voir que cette année encore le boeuf bourguignon est de la fête ! Trop cool !!

BARRAKUDA 2

BARRAKUDA

Mais bon, pas le temps de le goûter car c’est déjà aux parisiens de BARRAKUDA, oui les BARRAKUDA à qui j’ai fait une interview au début. Il faut suivre un peu !! Eux, je voulais vraiment les voir en live et donc lorsqu’ils débutent, je suis aux taquets. 

Et c’est parti pour du hard-rock boogie des familles en français fait par de vrais fous furieux ! Putain, ils envoient du lourd ! Le chanteur ne tient pas en place, il est carrément déchaîné et dégage une énergie incroyable. Il fonce dans le public et s’éclate avec certains… qui n’attendaient que ça !

En clair, c’est barré pour une grosse partie de n’importe nawak purement rock ‘n’ roll. La salle leur est acquise et l’ambiance est d’enfer. Le groupe est impérial. Les morceaux de leur EP sont des tueries sur scène. Bref, c’est l’Ovni de la soirée qui met tout le monde d’accord, même les plus true des heavy-métaleux. Vive BARRAKUDA !! Putain, la tarte !

Bon, c’est l’heure d’une pause bien méritée et un dilemme s’impose : bœuf bourguignon ou méga sandwich au pâté persillé ? Eh oui, ici on est bichonnés, pas de merguez ou de chipo mais de la vraie nourriture pour gourmets !! Bon, je suis enfin rassasié, je vais pouvoir y retourner. Comment, je ne vous ai pas dit ce que j’avais choisi ?!! Ben les deux, of course !!

stormhunter 1

STORMHUNTER

Maintenant, c’est aux allemands de STORMHUNTER de monter sur scène. Re-changement de décor. Retour au pays du heavy métal et là, on est dans la grande tradition allemande du heavy power speed.

Et les STORMHUNTER, ils le font bien.

En plus, leurs morceaux sont taillés pour le live ! Bien sûr, la salle est aux anges. L’ambiance et le son sont top.

STORMHUNTER va nous faire un délire. Un des guitaristes qui parle français vient au chant et nous dit que comme il n’y a pas moins de quatre groupes contenant le mot « storm » dans ce fest, ils nous ont préparé une petite connerie. Eh oui, c’est un cover de « Comme un ouragan » revu et corrigé à leur sauce ! Ils enchaînent sur un morceau plus de circonstance, « Antisocial » de TRUST. Ce qui va bien sûr déchaîner l’hystérie dans la salle !

Les allemenands pratiquent le heavy de la manière que j’aime, avec un sens de l’auto-dérision et du délire. Leur show va se terminer en nous laissant à tous une grosse banane.

Bon là j’hésite, je me rafraîchi ou je retourne dire bonjour au boeuf bourguignon ? Allez, c’est réfléchi, je retourne me rafraîchir avant l’arrivée du dernier groupe de la soirée.

ADX 01

ADX

Et le dernier groupe de la soirée, c’est ADX. Heu… c’est ADX là ? Ils n’étaient pas comme ça la dernière fois que je les ai vus. Bon d’accord, ça fait au moins trente ans. Donc c’est facile, les membres d’origine, ce sont ceux qui n’ont pas les cheveux longs ! 

Je rigole mais je suis un peu comme tous ceux qui les ont vu il y a très longtemps, on garde toujours l’image de l’époque et du coup ça ne correspond plus à ce qu’on voit maintenant. Bon, ce n’est pas de leur faute, on est bien d’accord, mais pour l’objectivité, ce n’est franchement pas facile.

Leurs morceaux des dernières années passent très bien sur leur set list. Les anciens morceaux sont repris en choeur par une grande partie du public et là, la salle est quand même bien remplie. Certains refrains me donnent quand même le frisson mais dans l’ensemble, pour moi comme pour les plus anciens, c’est plus difficile. Même si ADX nous offre une honnête prestation scénique. Je ne sais pas si c’est l’heure tardive ou la fatigue mais j’ai du mal à être dedans. Je voulais absolument les revoir… Je les ai revus.

Maintenant il est très tard. Je vais dire au revoir aux copains, car on se retrouve demain en début d’après-midi pour la suite du festival. Allez, c’est fini. Je vais pouvoir aller faire dodo… ou pas car bien sûr je me retrouve dans l’hôtel avec une bonne partie des groupes et nos copains allemands qui, comme tout le monde le sait, adorent faire une troisième mi-temps !

Mais bon, ça doit être ça l’esprit rock ‘n’ roll !!

 

Bilan de la soirée

risisng steel d 4RISING STEEL 

A chaque fois que je les vois, toujours la même claque. Ils ont fait une très grosse impression ce soir. Vraiment le groupe à suivre de près.

 

 

 

 

DEAFENING THE SILENCE 2DEAFENING SILENCE

Vous l’avez compris, je n’ai pas forcément accroché..

 

 

 

 

BARRAKUDA 3BARRAKUDA

Mon coup de coeur de la soirée. Ils m’ont fait vraiment une très forte impression. Vivement qu’ils sortent leur nouveau disque. BARRAKUDA, c’est vraiment du lourd.

 

 

 

STORMHUNTER 2STORMHUNTER

Le heavy power speed joyeux comme je l’aime, sans prise de tête et festif. En plus, comme ils sont restés faire la fête pendant deux jours, j’ai pu leur caler une petite interview, bande de veinards !

 

 

 

adx 2ADX  

Comme dirait TRUST : « Le temps efface tout, c’est dégueulasse ». J’aurai mieux fait de rester sur mon souvenir, d’autant plus que je ne suis pas passéiste et que je prends plus de baffes avec des nouveaux groupes qu’avec des groupes d’un autre temps.

PUSSY SISSTER : Live Report au Baracat’ de St-Maurice Colombier (30 mai 2014)

PUSSY SISSTER 4

Bon ce soir, pris d’une envie subite de cancoillotte, je décide d’aller faire un tour dans le Doubs. Bon vous n’y croyez pas ? Vous avez bien raison ! Si je me dirige du côté de Montbéliard, c’est bien sûr pour un concert.

Le temps d’arriver au Bacarat’, le bar-concert où ont lieu les festivités de ce soir et vous n’allez pas y croire, je suis en avance ! Je suis même très en avance. Je ne louperai pas la première partie. J’ai même le temps de découvrir le lieu assez improbable dans ce décor très bucolique avec une vraie salle de concert, une scène digne de ce nom et une petite salle à côté avec un écran géant !

Ca n’annonce que du bon tout ça !

SCREAMING LEADAllez, les SCREAMING LEAD ouvrent les hostilités avec du thrash old school style « Metallica et Megadeth sont mes copains ». Jeune groupe gagnant d’un tremplin local, ils sont déjà bien en place et leurs morceaux sont bien efficaces et plutôt bien faits. Après, le bémol vient plutôt du look des musicos. Mais bon, le look, ce n’est pas le plus difficile à acquérir. Si, si, y’en a qui ont des super looks et qui jouent comme des patates ; et là effectivement c’est plus problématique ! Mais là, étant donné le jeune âge des memebres du groupe, ça devrait s’arranger rapidement. Quoi, je chipote ?!!

J’ai juste le temps de goûter à la bière noire locale et d’aller faire pipi dans le canal. C »est pratique ça, c’est juste en face. Mais moi je n’ai pas, comme d’autres que je ne balancerais pas, essayé de viser les canards ! Allez ! Il est temps de quitter la minute Chasse et pêche et de retrouver le but de notre présence ce soir, les glam-rockeurs allemands de PUSSY SISSTER !

PUSSY SISSTER 3

Et d’entrée de jeu, ça le fait ! Le son est bon et le groupe attaque avec des morceaux pêchus qui mettent le feu aux plus de cent personnes présentes dans la salle. L’ambiance est très bonne : ça danse, ça tape des mains et ça reprend en choeur. Les filles sont heureuses car le chanteur, en plus d’avoir une méga présence sur scène, est un putain de beau gosse. Et en plus, il chante bien, ça tombe bien !

On a droit à des morceaux de leurs différents CD, et ça tombe aussi bien aussi, parce que à part d’aller sur internet pour trouver les premiers, voilà. C’est vraiment dommage car il y a vraiment des pépites !

La partie rythmique soutenue par un batteur bien musclé (même pas jaloux !) est très efficace. Les morceaux passent vraiment bien auprès du public… Même auprès des gens qui les découvrent ce soir.

Bon, c’est vrai qu’entre les morceaux, ils parlent beaucoup, mais c’est normal, c’est la spécialité des groupes allemands. De DORO à FREEDOM CALL en passant par GAMMA RAY, dès qu’ils ont un micro, ils ont pleins d’histoires à nous raconter ! Heu, en France, vu notre niveau d’anglais, ce n’est pas forcément compris à sa juste valeur, lol !

Mais ils sont tellement contents d’être là et de jouer en France devant un public aussi nombreux. C’est clair que quand ils ont débarqué en fin d’après-midi et qu’ils ont vu le village, ils étaient loin de penser qu’il y aurait autant de monde ! Moi aussi à vrai dire. Mais bon, les gens ont bien fait de faire le déplacement car les PUSSY SISSTER nous sortent une grosse prestation.

Bref, un concert qui défile bien plus vite que le cours du ruisseau d’en face. Et c’est malheureusement déjà fini.

Bien sûr, ils vont aller à leur stand merchandising. Et là, cruelle désillusion pour moi, ils n’ont pas emmené de CD à vendre. Il paraît qu’en Allemagne, sur les concerts, les gens n’achètent que des T-shirts et des muggs ! Mais on n’est pas allemands, nous ! Les CD, on en achète encore !…. Surtout quand on peut les faire dédicacer !!! Pas grave, je ferai signer ma set-list, na !

Allez, c’est pas tout de rigoler, mais on a un peu de route à faire. La prochaine fois, je saurais qu’il y a un gîte juste à côté ; c’est pratique, ça peut servir !

BILAN DE LA SOIREE

LOGO BARACATUne méga découverte que le Bacarat’. Un méga lieu qui a déjà accueilli des groupes tels que Pat MC MANUS, KEVIN K, ADAM BOMB, etc. Des patrons adorables qui font des concerts tous les quinze jours et qui sont vraiment branchés rock. En plus, ils arrivent à faire venir énormément de gens pour faire découvrir des groupes de qualité. Et là, chapeau bas !

Une bien bonne idée d’avoir fait passer les PUSSY SISSTER car c’est vraiment un groupe à voir en live. En plus, des groupes de glam qui passent vers chez nous, c’est pas monnaie courante !

Ce qui est clair, c’est que je ne regrette pas mes cinq heures de route.

Un merci tout particulier à Rémy qui s’investit à fond pour ce genre de soirée. See U later et long live rock’n’roll my friend !