Tagged: GROUPE DE HARD FRANCAIS

MYRATH + MANIGANCE : Live Report @ l’Undertown de Meyrin (ch) – 23 mars 2018

MYRATH @ l’Undertown – 23 mars 2018

Report by Seb 747

Tiens, ça fait un petit bout de temps que je ne suis pas allé en Suisse pour un concert, moi ! Aussi, en cette fin de semaine, je prends la direction de Meyrin, pour aller voir MANIGANCE et les tunisiens de MYRATH. Il y a déjà deux ans déjà et quasiment jour pour jour, je les avais vus en première partie de SYMPHONY X et j’avais été plus que conquis. Sauf tempête ou temps apocalyptique, je ne pouvais pas manquer cette date, d’autant plus que les revoir en tête d’affiche me manquait depuis 2013. Et, cerise sur le gâteau, ils ont emmené leurs copains béarnais de MANIGANCE sur toutes leurs dates européennes. Si ce n’est pas cool ça !

Après avoir écumé toute l’Allemagne, être passés par l’Est de l’Europe et une date à Milan la veille, le groupe a décidé de venir jouer à Meyrin afin de continuer de savourer sa tournée appelée le « Shehili Tour ». Celle-ci voit MYRATH passer par le sud de la France, après avoir commencé au début du mois de mars par Paris et après avoir sillonné l’Espagne, finir à Nantes. Un mois bien rempli ! À la mi-avril, ils s’envoleront pour trois dates au Japon, en compagnie d’ORPHANED LAND et de DARKANE. Une belle tournée en perspective.

Récupérant mes acolytes de concert, histoire de ne pas faire le voyage tout seul et de remplir un peu plus l’Undertown, nous prenons la direction de Meyrin, tout près de l’aéroport de Genève.
Connaissant la route par cœur, et la salle aussi, je sais pertinemment que je vais trouver où me garer. C’est cool. Le parking est grand et c’est une aubaine de pouvoir ranger son char sans avoir à tourner deux heures autour du lieu – et de faire comme Ti Rickou, rater la première partie !

Le soleil, relativement absent toute cette semaine, a décidé de nous accompagner sur la route. Trop sympa ! Faudra penser à le remercier. Mdr.

C’est quoi ce souk ? Le parking est quasiment plein ! C’est du jamais vu. On va finir par rater MANIGANCE ! Bon, la voiture est garée, et nous partons vite en direction de la salle. A notre arrivée, mes inquiétudes quant-à la quantité de spectateurs présents ce soir s’avère fausse : la foule est nombreuse, c’est de bon augure. Je n’en reviens toujours pas, c’est bien la première fois où je dois faire la queue pour rentrer dans l’Undertown. Mais, ouf, la première partie n’a pas encore commencé.

MANIGANCE @ l’Undertown – 23 mars 2018

Le temps de retrouver les copains qui sont venus en masse voir nos amis tunisiens et béarnais, que MANIGANCE entre sur scène. Au cas où vous ne le sauriez pas, le groupe a changé de chanteur. DIDIER DELSAUX, le chanteur historique, après des soucis vocaux, a préféré ne pas s’engager sur la tournée. Il a été remplacé par CARINE PINTO. Cela me rappelle un certain groupe grenoblois qui a lui aussi changé pour une copine au chant.

Bon, ne dissertons pas plus, et revenons sur la musique. Ce soir, ils nous présentent leur dernier opus sorti au début de l’hiver intitulé : « Machine Nation ». Dès les premiers riffs de « Face contre terre », tiré de leur nouvel album, nous découvrons que le son des musiciens est très fort. La batterie est bien en place dans le mix de la salle et les guitares mordantes ainsi que la basse sont mises en avant.

MANIGANCE @ l’Undertown – 23 mars 2018

CARINE arrive sur scène et la différence de voix se fait entendre mais sans vraiment être un problème. Le seul souci, c’est qu’elle n’est quasiment pas audible à cause du mix. Mais le public reste sous le charme. Les chevelures se secouent et les nuques se déplacent de bas en haut, ce qui veut bien dire que les spectateurs apprécient la nouvelle mouture.

Les musiciens sont très motivés et bougent bien sur scène. Les lights sont plus que corrects pour une première partie. La charme et la prestance de CARINE séduisent un Undertown plein à craquer. Les riffs de FRANCOIS MERLE et BRUNO RAMOS, les deux guitaristes historiques (ou presque) se font piquants. PATRICK SORIA derrière ses fûts frappe comme un dément et on n’entend quasiment que lui. STEPHANE LACOUDE, le bassiste, bouge de partout, nous fait des poses et les infrasons qui sortent de sa basse nous assomment.

Moi, qui n’avait jamais eu l’occasion de les voir sur scène, je suis captivé. Les musiciens sont motivés comme jamais. BRUNO fait preuve d’une grande dextérité et se frotte souvent au public pour nous montrer ses penchants de shreddeur. CARINE n’est pas en reste non plus et tient bien son public. FRANCOIS, quant-à lui, reste un peu plus discret. Il est moins démonstratif, plus en retenue. STEPHANE, lui, n’hésite pas non plus à prendre le devant de la scène. Scéniquement, MANIGANCE, ça le fait !

Ce qu’il y a de bien avec MANIGANCE, pour ceux qui ne connaissent pas encore le groupe (il y en a ?), c’est que tous les morceaux sont interprétés dans la langue de Molière. Forcément, chanter en français dans la partie romande de la Suisse, ça fait son effet !

MANIGANCE @ l’Undertown – 23 mars 2018

« Mourir en héros », « Machination », « Volte-Face », voici quelques-uns des titres joués ce soir, et cerise sur le cake, tous les musiciens chantent les chœurs… Ce qui renforce la bonne impression que m’a fait le groupe.

MANIGANCE a jeté feu et flammes, sué sang et eaux, pour séduire un public qui n’en demandait pas tant. C’est avec le titre « Larmes de l’Univers », tiré de l’album « Récidive » sorti en 2011, que les musiciens quittent la scène sous les acclamations d’un public ravi d’avoir assisté à un show de bonne qualité. Très bon entame de concert, donc, même si l’on pourrait reprocher une voix trop en retrait dans le mix. Mais c’est juste pour râler un peu. Sinon, la prestation de MANIGANCE a fait ce qui devait être fait, à savoir : le job !

MYRATH @ l’Undertown – 23 mars 2018

Une demie-heure plus tard, les lumières s’éteignent. Le clavier ELYES BOUCHOUCHA s’est fait attendre. Il a eu un retard d’avion. Il aurait presque pu sauter en vol, puisque nous sommes très proches de l‘aéroport, mais il a préféré rester sage et venir en entier au concert ! Mdr.

La fosse s’est encore remplie et se faire une place devant la scène est compliqué. Dès que les lights se rallument, on voit une danseuse du ventre de dos. Elle se retourne sur les premières notes de « Born to Survive » tiré de l’album « Legacy » datant de 2016. Le charme opère de suite. Les musiciens sont tout sourire. Enfin, surtout ZAHER ZORGATI, le chanteur. Toujours autant en voix !

Les décors extra-musicaux sont somptueux. On se croirait dans une médina avec plein de métalleux autour. Trop classe !

Nos copains venu d’Ezzahra ne veulent pas se brûler les ailes et jouent sans complexe tous leurs classiques afin de conquérir d’entrée de jeu les spectateurs. « Storm Of Lies », un autre morceau de « Legacy » qui sera bien représenté ce soir avec huit titres sur les quinze joués, en fait partie.

MYRATH @ l’Undertown – 23 mars 2018

La danseuse du ventre revient nous charmer sur « Dance », un morceau totalement inédit. ANIS JOUINI, à la basse aussi ronflante qu’entêtante, se laisse charmer pendant que ZAHER nous démontre ses capacités vocales sous les coups de massue de MORGAN BERTHET. MALEK BEN ARBIA, derrière sa guitare et ses lunettes noires qui ne quitteront pas son visage, fait riffer sa gratte sous un déluge de nappes de claviers jouées par ELYES.

Comme le dit si bien l’expression : « Être joyeux empêche de devenir vieux » et c’est bien pour ça que le groupe nous envoie sa bonne humeur. C’est sympa comme attention ! Mdr.

On se régale et les nombreux spectateurs aussi. Aucun reproche à faire, que ce soit au niveau du son, ou des lumières. Quasi parfait.

Après deux titres de « Tales of the Sands » datant de 2011, c’est un autre morceau de leur dernier album en date que nous interprète nos amis tunisiens, « Get Your Freedom Back ». Il sera suivi par deux autres morceaux de « Legacy ».

MYRATH @ l’Undertown – 23 mars 2018

Méchant comme une teigne le groupe ne lâche pas prise une fois sa proie, en l’occurrence, le public, entre ses mains. C’est marrant, celui-ci n’a pas l’air de s’en plaindre. Il faut avouer que la prestation musicale est tout bonnement excellente. C’est l’olympe, nous prenons notre pied comme jamais !

ZAHER n’hésite pas, à plusieurs reprises, à tendre son micro au public. ANIS vient jouer à côté de MALEK et bouge de droite à gauche de la scène. « Sour Sigh », titre de « Tales of the Sands », succède à « Madness », seul titre de 2010. Les musiciens sont hyper professionnels et le sourire ne quitte pas leurs visages Tout le monde s’éclate sur scène. « The Unburnt » sort des enceintes de l’Undertown. Avec toujours cette perfection qui tient le public en haleine.

On sentait bien que les musiciens en avaient gardé sous le coude. Ils nous dégotent leur botte secrète en interprétant le titre « Tales Of The Sands » devant un parterre complètement acquis à sa cause et qui reprend le refrain en chœur. C’est la fin du set pour MYRATH, qui quitte la scène.

Les musiciens laissent la foule mijoter dans son jus pendant au moins cinq bonnes minutes avant de revenir pour nous interpréter « Jasmin » et « Believer », deux superbes titres issus de leur dernier album en date. Mais ne vous inquiétez pas, avec l’autre inédit, intitulé « No Holding Back », qu’ils jouent juste après, et celui du début de ce concert, leur futur opus ne devrait pas tarder à sortir ! Nos amis tunisiens finissent par nous achever sur « Beyond The stars » (Tales of the Sands 2011).

MYRATH @ l’Undertown – 23 mars 2018

Peu de temps après, la danseuse est déjà là à prendre des photos avec les spectateurs. Elle sera suivie de très près par les autres membres du groupe et de MANIGANCE aussi, ne cessant de serrer des mains et de prendre des photos avec les fans.

Ce soir, MYRATH a vaincu les derniers sceptiques du groupe et conquis de nouveaux fans sans aucun doute !

MISS AMERICA + VIOLENT HEART : Live Report @ au Transclub de Villeurbanne (69) – 19 novembre 2017

MISS AMERICA

Bon, pas trop le temps de récupérer. Je repars cette fois direction Villeurbanne et le Transbordeur pour, une fois n’est pas coutume, un concert le dimanche. Et en plus, pour voir les MISS AMERICA, un groupe que j’ai découvert seulement il y a une dizaine de jours ! Le fait qu’ils passent dans la région juste après que j’ai craqué pour leur EP est un signe : il faut que je les vois live !

VIOLENT HEART

Bon, le concert commence à 19h. J’arrive à 19h05, je suis bon. Euh… eh ben non. Le Transbo à l’heure suisse ! Il y a déjà un groupe qui joue sur la scène du Transclub : VIOLENT HEART. Ce n’est pas vrai, je n’y crois pas, la première partie a déjà commencé ! Alors, on n’attend pas Ti-Rickou ?

VIOLENT HEART, c’est un groupe de jeunes du Vaucluse. Pour le style, c’est on va dire rock légèrement métal, rock moderne. Voilà, un peu de tout ça. Pas mal fait du tout. Le chanteur a une belle voix, les musiciens sont raccords, ils bougent bien sur scène. Ils s’éclatent, heureux d’être sur la scène du Transclub ce soir.

J’ai un peu de mal à rentrer dans leur univers mais bon. Ils vont finir leur set en reprenant un titre de BLACK SABBATH en instrumental et à leur sauce, alors forcément, ils m’ont un peu gagné dans leur camp.

Allez, c’est la pause. Je ne vais pas pouvoir papoter avec plein de copains et de copines car ce soir, il n’y en a pas. Je suis triste. En plus, pas de bon truck food, je suis encore plus triste.

MISS AMERICA

Allez, je suis venu pour eux, ils arrivent, ils vont arriver. L’hymne américain diffusé dans la sono nous indique que ça va commencer. Et c’est parti pour MISS AMERICA !

Déjà visuellement, ça le fait grave. La batteuse MORGANE TAYLOR a un perf’ rouge et un bandeau américain dans les cheveux, la bassiste MATHILDE MALAUSSENA, elle, saute de partout. DIMITRI WALLAS, le guitariste et TOMMY ROVES, le guitariste chanteur sont eux aussi raccords.

Musicalement et bien c’est raccord aussi. Leurs morceaux hard-rock, rock ‘n’ roll, sont de vraies petites pépites. Tu as envie de chanter et de t’éclater avec eux pendant que la bassiste continue à se démener comme une diablesse et que la batteuse frappe comme si sa nourriture en dépendait ! C’est sûr que chez MISS AMERICA, les filles ne sont pas là pour la déco !

Bien sûr, ils s’éclatent grave, rigolent entre eux mais leur show est bigrement bien rodé tout en étant naturel. Je suis vraiment épaté par leur prestation car pour un jeune groupe, ce que j’avais pressenti est là sous mes yeux, ils assurent méga bien ! Moi, je suis vraiment heureux de les découvrir, dans cette salle du Transclub en plus, avec un son excellent et sur une grande scène.

Je découvre leur univers et je pense réellement que ce groupe à un méga potentiel et qu’il y en a qui se mordront forcément les doigts de ne pas avoir été là avec moi ce soir. Même leur jeu de scène est bigrement efficace !

Bref, rien à redire de leur prestation, ni au niveau musical (non, ce n’est pas parce qu’il y a deux filles dans le groupe !), j’adore réellement la voix de TOMMY ROVES, ni au niveau scénique. Il y a une cohésion de groupe qui est impressionnante.

Le concert touche à sa fin et moi j’ai un putain de goût de reviens-y. J’ai vraiment craqué pour MISS AMERICA. Et le premier qui me dit que c’est normal que je craque pour une miss américaine, il s’arrange avec ma femme (eh eh !).

Bon, vu qu’il n’est pas encore 21h30, je me dis que je peux aller papoter un peu avec eux mais ils sont pris d’assaut pour signer leur EP et faire des photos avec les spectateurs qui sont visiblement, tout comme moi d’ailleurs, bien contents d’être venus. De toute façon, on était mieux là qu’à regarder le grand film de TF1. Et puis, vue l’heure, on ne serait pas couchés plus tard !

En tout cas, un concert qui donne la banane et qui ne me laissera pas super fatigué demain matin. Un grand merci aux Derniers Couchés pour cette soirée !!!

MISS AMERICA

SILVERTRAIN + MESSALINE : Live Report @ Les Arts dans l’R de Peronnas – 21 décembre 2016

SILVERTRAIN

Je n’aurais jamais pensé que je pourrais dire un jour : « Dernier concert de l’année, youpi ! » mais vue l’accumulation de ces dernières semaines, j’en suis malgré tout là.

Quoi, tu m’as enregistré chérie ?!!

Mais ce soir, quelle chance, le concert n’est pas trop loin de chez moi ! Heureusement car perso, je n’ai pas encore récupéré du concert d’hier.

Mais bon, comment louper mes copains de MESSALINE et les SILVERTRAIN dans un superbe endroit comme Les Arts dans l’R à Peronnas. Non seulement cette salle est méga sympa mais en plus, c’est cool pour y aller, cool pour se garer.. le top, quoi ! J’adore aller là-bas, m’asseoir en commandant un café et papoter avec les copains en attendant le début du concert. Tiens, je m’embourgeoise, moi !

MESSALINE

Allez, je ne vais pas attendre longtemps. MESSALINE ouvre les festivités avec un ERIC MARTELAT masqué (bon, moi je l’ai reconnu. Je suis trop fort !!) et habillé en templier, une capuche sur la tête. Une entame de set théâtralisée en osmose avec le lieu.

MESSALINE joue sur ses terres devant un public qui est venu ce soir en grande partie pour eux. Et c’est donc à une set list spéciale que nous allons avoir droit.

En plus, comme d’habitude aux Arts dans l’R, le son est excellent.

MESSALINE

JIMMY, le petit nouveau du groupe est parfaitement à l’aise derrière ses fûts. Il forme une partie rythmique solide avec JAYME à la basse, un JAYME toujours très en place. MICKAEL à la guitare est bien-sûr impérial. Quel guitariste ! La classe et la technicité dans la décontraction. ERIC, encore dans la thématique du lieu, fait des sketchs entre les morceaux et le public joue le jeu. On a droit à des morceaux rarement interprétés en live en plus de leurs classiques et des morceaux du dernier album en date. 

Ce soir, MESSALINE nous délivre un cocktail de fun, d’humour et bien-sûr de hard-rock !

MESSALINE

On aime ou on n’aime pas MESSALINE, mais ce qui est sur c’est que c’est un groupe original, avec sa propre personnalité, des textes qui sont travaillés voire recherchés, pas simplistes et qui nous racontent de belles histoires. Ca faisait maintenant un petit bout de temps que je ne les avais pas revus en live, et là  – dans de telles conditions en plus – je trouve ça méga cool  de finir mon année de concerts avec eux.

Le set se termine et pour une fois, magie de ce lieu, je peux rester assis avec les copains pour papoter. Oui, vraiment, je crois que là je m’embourgeoise ! 

SILVERTRAIN

On ne va pas attendre trop longtemps car il est déjà l’heure pour SILVERTRAIN de monter sur scène. Et là, c’est le moment de vérité car SILVERTRAIN  n’a eu que quatre semaines pour trouver un nouveau guitariste et un nouveau bassiste et leur faire apprendre les morceaux. Heu, en plus ils ont choisi la complication car je vient d’apprendre que ces musiciens n’habitent pas du tout dans la même zone géographique ! J’avoue que je suis un peu inquiet…

Eh bien, je n’aurais pas du car les deux nouveaux assurent vraiment ! J’ai peine à croire qu’ils n’ont répété qu’une seule fois ensemble ! Musicalement, ça le fait. Le guitariste est à l’aise comme un poisson dans l’eau sur scène et fait la paire avec PHIL, le chanteur, pour faire le spectacle.

SILVERTRAIN

Et visiblement, PHIL est très heureux d’être là et de jouer dans ces conditions avec un public qui est lui-aussi heureux de les voir. En plus, vue la taille de la scène, le groupe peut se lâcher et croyez-moi, il y va à fond !

Mais pour PHIL, il semble que la scène ne soit pas encore assez grande car il descend dans la salle. Il a besoin de se rapprocher du public et le public bien-sûr est heureux de ce moment. Il nous montre qu’en plus d’avoir une putain de voix et d’être un pur showman, il ne fait pas semblant et se donne à 100 %.

SILVERTRAIN

SILVERTRAIN

En plus, avec ce son; les nouveaux morceaux sont encore plus efficaces. Il faut avouer que depuis la dernière fois, j’ai eu le temps d’écouter le CD et donc de me familiariser avec. Yes, c’est trop bien !

Mon dernier groupe live de 2016, c’est SILVERTRAIN et c’est méchamment bon. Je crois que là, le groupe a trouvé son équilibre.

Sniff, c’est fini. PHIL fait venir MESSALINE sur scène pour prendre une photo de groupe. Je les laisse dédicacer et faire des photos avec le public qui ne s’en prive pas mais on ne va pas se quitter comme ça, parce que moi, je veux leur faire une interview !

Bon, le moment arrive de se quitter car il est vraiment très tard. Putain, je n’avais pas vu l’heure, moi ! En fait, il n’est pas tard, il est tôt le matin. Trop bien la soirée !

Merci à Ralph et Laetitia des Arts dans l’R de nous avoir programmé cette date au top avec les copains de MESSALINE et mes nouveaux copains de SILVERTRAIN qui comme le phénix prêt à renaître de ses cendres sont eux, prêts pour en découdre !

Allez les copains, à l’année prochaine pour les nouvelles aventures de Ti-Rickou au pays des hard-rockeurs heureux et des métalleux gentils !!

See you soon my friends !!!

MESSALINE ET SILVERTRAIN

SILVERTRAIN : Live Report @ le Thunderbird Lounge de Saint-Etienne – 10 novembre 2016

silvertrain-5

SILVERTRAIN

Tiens chérie, ça fait longtemps qu’on n’a pas été passer deux-trois jours à Saint-Étienne…. Heu… comment, c’est quoi le groupe qui passe, femme de peu de foi !  Non, ce n’est pas juste pour un concert sinon je n’aurais pas dit deux jours (bah oui) ! C’est pour deux soirs de concerts !! C’est cool, hein ?!!

Bon, ça c’est fait. Le départ pour les trois jours aussi. La flotte qu’on n’a pas eu pendant trois mois et qui s’abat sur la région comme par hasard maintenant aussi. La galère pour trouver une place pour se gare, même dans un parking, fait aussi. Qu’est-ce qu’il manque à mon bonheur ? Ben oui, louper le premier groupe ! Et c’est gagné ! Putain, ça faisait longtemps !!

Heureusement, il y a trois groupes ce soir au Thunderbird et SILVERTRAIN passe en tête d’affiche.

Je peux donc voir les locaux de SCIENCES OF NOISE. Heu, c’est frais, vraiment tout frais cela, ma brave dame ! Ca se cherche encore. Pour le style ? Heu… on va dire du stoner moderne avec une voix caverneuse. Bon, je vais les laisser finir leur répète live et j’en profite pour aller manger un méga sandwich pita falafels chez le copain d’en face.

silvertrain-3

SILVERTRAIN

Bon allez, je suis paré pour redescendre voir le groupe pour lequel je suis venu ce soir : SILVERTRAIN. Pour ceux qui n’auraient pas suivi (pas bien !! Surtout de ne pas avoir lu le report du passage de SILVERTRAIN à la Puce à l’Oreille du côté de Clermont-Ferrand) et qui se demanderaient s’il y a un rapport avec le groupe français des années 80, oui il y en a un. C’est Phil, le chanteur qui a relancé la machine il y a quelques années. Depuis, le groupe a sorti deux albums, dont le petit dernier qui est encore brûlant (tellement brûlant que je ne l’ai pas encore chroniqué !).

Le SILVERTRAIN de maintenant est forcément différent du SILVERTRAIN d’il y a plus de trente ans. Mais ça, je le sais aujourd’hui alors que je n’avais pas forcément imprimer le truc l’autre fois. Du coup, j’avais forcément été surpris.

Là, pas de problème. Je suis là pour le SILVERTRAIN de 2016. Heu, si je suis quand même surpris ! Ce n’est plus le même batteur, ni le même bassiste que lors du concert à la Puce à l’oreille.

Mais bon, pas le temps de tergiverser, c’est parti ! Et directement avec des titres du petit nouveau. Ouah, ça donne vraiment ! Ils sont parfaits pour le live ! En plus, le Thunderbird donne un son très rock et ça sonne vraiment bien. La nouvelle partie rythmique est très solide, le batteur malgré son jeune âge, assure grave, même scéniquement, Phil est toujours aussi à l’aise même dans un espace restreint. Bien sûr, j’adore sa voix. On a droit à des morceaux des autres albums et je trouve la set list méga efficace. Le public, même si malheureusement la salle n’est qu’à moitié pleine, s’éclate avec eux. Il y a une superbe ambiance.

Allez, ils nous jouent les morceaux homonymes, ça sent la fin. Ou pas ! Of course, on en redemande et on a droit à deux bonus.

Ca y est, c’est fini. Sniff !! C’était trop bien. J’ai réellement préféré le show de  ce soir, et puis il faut dire que les morceaux de leur dernier CD sont vraiment très bons. SILVERTRAIN, vous allez les voir pour ce qu’ils étaient et vous retournez les voir pour ce qu’ils sont aujourd’hui, c’est-à-dire un groupe qui fait du hard-rock en 2017 !

Bon, j’ai le temps de dire au revoir à James et à Elise et bizarre, quand je leur dis « à demain », j’ai bien vu qu’ils ne m’avaient pas cru. Je prends congé de SILVERTRAIN et on se donne RDV au 21 décembre aux Arts dans l’R de Péronnas. Cette fois, ce sera sur une plus grande scène et avec les copains de MESSALINE. Bref, Noël se fera le 21 décembre cette année !!

Comment ça, je viens de les voir ? Bon, déjà, il y aura plus d’un mois d’écart et puis moi, quand j’aime, je ne compte pas !! Non mais !

Long live rock’n’roll !!!

Of course !!

silvertrain-4

SILVERTRAIN