Tagged: GROUPES ALLEMANDS

PRETTY MAIDS + PINK CREAM 69 : Live Report @l’Ilyade de Seyssinet-Pariset (38) – 20 mars 2018

PRETTY MAIDS @ l’Ilyade

Bon, à chaque fois qu’il y a une affiche qui me branche à Grenoble, je suis toujours partagé d’une part par mon envie d’y aller et de l’autre par l’angoisse de me mettre dans le bordel de Grenoble. Mais là, les copains de Metallian ont gagné, ils ont fait trop fort avec leur affiche ! En plus, ce n’est ni à la Belle Electrique ni à l’Ampérage où il est méga galère de se garer mais à l’Ilyade de Seyssinet. Le truc cool c’est que la salle est très bien et qu’en plus il y a plein de parkings tout autour… Et du coup pour se garer, c’est fingers in the nose.

Allez, go Ti-RIckou ! Là, il est hors de question d’arriver à la bourre car pour vous avouer la vérité, c’est surtout PINK CREAM 69 que je ne veux absolument pas louper. Et c’est eux qui ouvrent ! Ce n’est pas que je n’aime pas PRETTY MAIDS, mais là si je loupe les PINK CREAM 69, je me l’attrape et je me la mords. De toute façon, je ne peux pas louper un groupe lyonnais…

« Euh chéri, ils ne sont pas lyonnais ! Ils ne sont même pas français les PINK CREAM 69 ! »

« Quoi, le 69 ça ne veut pas dire Lyon ? On m’aurait menti, lol !!! »

Bon, trêve de plaisanterie. Je pars en avance et j’arrive non pas en retard mais en avance, bande de mauvaises langues ! Et là j’ai la bonne surprise de découvrir que la salle est plus que bien remplie. Ils sont venus, ils sont tous là : les stéphanois, les clermontois, ça vient même de Dijon, de Bourg en Bresse. Et même les lyonnais sont bien représentés. Putain, ça fait vachement plaisir ; déjà pour Metallian et en plus de revoir des copains que je n’avais pas revus depuis Mathusalem (non, Mathusalem n’est pas un groupe !… Quoique ça aurait pu !).

PINK CREAM 69 @ l’Ilyade

La soirée commence sous de très bons hospices et je suis déjà placé pour ne pas en louper une miette. Et c’est parti ! Les allemands de PINK CREAM 69 débarquent sur scène et d’entrée, il y a un truc qui claque. Tous les musiciens sont tout de noir vêtus sauf DAVID READMAN, le chanteur qui porte une grande chemise blanche. C’est peut être un détail, mais scéniquement, c’est pas con !

Bon, je vais butter le suspect tout de suite, je voulais les voir et…. et j’ai bigrement bien fait ! Car d’entrée de jeu, c’est une série de tartes in the face.

Le son est parfait, leurs morceaux en live sont de purs brûlots qui forcent tes cheveux à bouger tout seuls. Le chanteur a une voix magnifique même en live. Le bassiste barbu est très impressionnant scéniquement.

Bon bref, c’est parfait, ça joue. C’est vrai qu’ils sont aidés par leur set list qui enflamme l’Ilyade.

Le public, comme moi, est aux anges d’avoir fait le déplacement. Même ceux qui sont surtout venus pour PRETTY MAIDS, se laissent emportés par le tourbillon, la mélodie et la fougue des allemands.

J’ai du mal à dire autre chose que wouah ! C’est vrai que j’étais aux taquets mais franchement je ne pensais pas me prendre une telle tarte. C’est carrément impressionnant !

PINK CREAM 69 @ l’Ilyade

Mais bon, il y a un méchant qui coupe le son. Quoi, c’est déjà fini ? Non mais ils rigolent ! PINK CREAM, PINK CREAM !!!! Bon, même pas ça marche. Les lumières se rallument, c’est fini.

Allez, le temps de refaire le match avec les copains qui, comme moi, ont pris une grosse baffe, de papoter un peu avec tous les autres du mega événement inter temporel qui se passera le 21 avril au CCO de Villeurbanne, le Metal Thunder Jackets (non, ce n’est pas une pub subliminale mais une vérité vraie !). Bon d’accord, là je suis lourd. Bon ben, puisque c’est comme ça je me casse : j’ai vu PINK CREAM 69, j’ai fait la pub pour mon fest…

PRETTY MAIDS @ l’Ilyade

Mais non, c’est une blague, je ne veux pas louper les danois de PRETTY MAIDS ! De toute façon, je ne pourrais pas même si je le voulais car RICKY MARX m’aurait assassiné !  Pour ceux qui ne le savent pas RICKY – actuel membre de NOW OR NEVER – a fait partie de PRETTY MAIDS. Voilà pour votre culture, bande de bananes pas cuites !

Bon, allez pas le temps de récupérer notre souffle que c’est reparti ! Honnêtement, il va falloir qu’ils fassent fort après nos copains germains. Et ça commence.

La plupart des musiciens ont un chapeau sur la tête et putain, ça ne les empêchent pas d’envoyer le bois ! Eux aussi n’ont pas fait le déplacement pour venir goûter la cuisine locale.

PRETTY MAIDS @ l’Ilyade

Contrairement à ce que j’avais pensé, je rentre facilement dans leur univers. Eux-aussi, ils ont une set list béton, une présence scénique terrible et ils envoient ma grand mère jouer sur la voie lactée avec leurs putains de riffs.

Ils ont aussi le chanteur qui va bien. On n’est pas dans le même registre un peu plus heavy mais c’est clair que ça le fait.

L’ambiance est magique à l’Ilyade, ça chante, ça crie, bref ça s’éclate mais sans les bourrins de base qui viennent te pourrir un concert en décidant de slammer. Pas de ça ici mon bon monsieur. Magique ! On peut profiter du concert, apprécier les morceaux et encore une fois prendre de bonnes baffes dans la tronche (c’est vrai que le petit hardos a un côté maso !).

Encore une fois, ça va passer vraiment trop trop vite. Alors c’est clair qu’avec un groupe comme PRETTY MAIDS et le bas de catalogue qu’ils ont, beaucoup de gens dans la salle ont trouvé qu’ils n’avaient pas jouer les morceaux qu’ils préfèrent eux. Mais bon, ils ne pouvaient pas non plus nous faire un concert de six heures !

Bien sûr, dès le concert fini, tout le monde se retrouve au merchandising et comme d’habitude avec Metallian Prod, les musicos viennent faire des photos, signer des autographes et rencontrer leur public. Moi, j’ai fait ça avec PINK CREAM 69.

Après, la fatigue et la route à venir m’ont fait à regrets dire au revoir aux copains et partir retrouver ma voiture… Ou pas ! Le premier qui rit, je lui tire la barbichette ! Je vous avais dit que la salle était entourée de parkings… sombres… dans la nuit noire. Et évidement, je me suis gouré de sens pour repartir… Et bien entendu, ma voiture n’était pas là ! Il y a un moment où je ne retrouvais même plus la salle. Heureusement qu’ADRIEN LIBORIO (ex-HOLY CROSS), un copain, m’a aidé avec son GPS pour que je retrouve la piscine. Et oui, Ti-Rickou à une heure du matin, il cherche la piscine….

PRETTY MAIDS @ l’Ilyade

Bon, j’ai fini par retrouver la salle, refait un coucou aux copains à qui j’ai redonné le sourire en racontant ma mésaventure.

Allez, je peux enfin mettre un CD de PINK CREAM 69 dans mon autoradio et continuer tout seul cette mega soirée. C’est clair je n’aime pas aller à Grenoble mais musicalement, je ne suis jamais déçu.

Bien-sûr, un mega merci à Metallian Prod pour cette soirée.

PS : la soirée aurait été encore plus parfaite si PRETTY MAIDS avait fait monter RICKY MARX pour faire un morceau… mais bon…

PINK CREAM 69 @ l’Ilyade

GAMMA RAY + SERIOUS BLACK + NEONFLY : Live Report au Kao de Lyon – 24 novembre 2015

GAMMA RAY 7

GAMMA RAY

Bon allez, direction Lyon et plus précisément le Kao à Gerland. Et sortie du périphérique Porte de Gerland, « Heu, c’est bizarre ces voitures garées n’importe comment ici… » ? Re-heu, « c’est pas bon, mais pas bon du tout ! ». En clair, ça veut dire qu’il y a match au stade et que comme par hasard, la salle est juste à côté. Et c’est gagné ! En plus, c’est un match pour la Champions’s Ligue, il y a tout Lyon qui va débarquer. Ca va être coton pour se garer.

Bon, trente minutes plus tard, j’arrive enfin devant le KAO… à pieds. Cool, il y a encore une queue devant. C’est bon, je ne suis pas en retard ! Re-heu again, c’est quoi cette musique ? Soit ils font encore les balances, soit ils ont commencé alors que tout le monde n’est pas rentré. Malheureusement re-gagné again sur la deuxième possibilité. Tout ça à cause des nouvelles mesures qui font que les agents de sécu sont obligés de vous passer au détecteur de métaux !

Du coup, les bonjours pour les copains ce sera pour plus tard. Je fonce vers le devant de la scène en priant les Dieux du Métal pour qu’on n’en soit pas au troisième morceau car sinon vous n’aurez pas de photos. Là, je suis vraiment dégoûté car être à l’heure et louper le début du concert, c’est ce que je déteste le plus.

NEONFLY 3

NEONFLY

Surtout que là, les franco-anglais de NEONFLY, ce n’est carrément pas le groupe à louper. Ils sont tout ce que j’aime dans cette musique. Ils jouent un hard-rock classique mais avec un son moderne. Sans être déguisés, ils ont un vrai look. Et en plus, ils savent tenir vraiment une scène et leurs morceaux sont de pures bombes.

Bref, je rentre direct dans l’ambiance de leur show, tout comme les spectateurs qui ont eux-aussi réussi à rentrer. Là, on ne va pas le regretter !

La prestation de NEONFLY est vraiment de haut vol. En plus, ils ont su se créer un univers… on va dire Inca. Bref, je prends direct une bonne tarte dans ma tronche. Je ne m’attendais pas à avoir du hard-rock de ce style dans cette soirée plutôt branchée metal allemand.

En tout cas, j’ai du mal à m’en remettre. Comme mes copines d’ailleurs… mais pas pour les mêmes raisons ! C’est pas juste, ils ont tout pour eux !! Le genre de  groupe à pouvoir se retrouver au sommet un jour, quoi !

Allez, là j’ai le temps de dire bonjour aux copains et aux copines tout en ne m’éloignant pas trop de l’avant scène.

SERIOUS BLACK 2

SERIOUS BLACK

Bon là, c‘est au tour de SERIOUS BLACK de monter sur scène. Vu le nombre de fois où je les ai vus, je suis en terrain connu. Mais je ne vais pas être déçu pour autant ! J’aime leurs morceaux, leurs présence sur scène, la voix de leur chanteur. Qui est toujours un putain de frontman !

Bref, chronique d’une bonne prestation annoncée. Je trouve même que c’est encore meilleur que la fois précédente où je les ai vus. C’est vraiment un groupe qui monte et ce n’est pas pour rien. Le Kao bien rempli – du moins le bas – est de mon avis : il commence à faire vraiment chaud dans la salle.

Allez, je profite de la pause pour aller faire un petit tour et je ne peux pas résister à coincer le guitariste de NEONFLY pour lui faire une interview. Non, mon anglais ne s’est pas amélioré, c’est surtout que le guitariste en question est à moitié français ! Ca aide !!

GAMMA RAY 1

GAMMA RAY

Du coup, ma pause va être de courte durée car c’est au tour de GAMMA RAY de rentrer sur scène. Et vu que la salle est bien chauffée, ça va démarrer au quart de tour. Il faut dire que le happy métal de nos copains germaniques n’engendre pas la staticité. C’est dans une ambiance qui bouge bien que le concert commence.

Et ça ne va pas s’arrêter car leur set list est vraiment un condensé de leur carrière. KAY HANSEN est toujours impérial, il s’amuse comme un gamin.

La seule inconnue était leur nouveau chanteur, mais bon, moi perso, je l’aime bien. Sa voix passe bien, donc pas de problème. Après, comparé aux autres shows de GAMMA RAY que j’ai vus, je trouve leur set list bougrement efficace.

Le seul bémol pour moi est que la scène est un peu petite pour leur permettre de vraiment s’éclater. Mais bon, c’est mon côté rabat-joie…

Je me remets à hurler les refrains en choeur, comme tout le monde. Bien sûr, on va avoir droit à un rappel, on ne va pas les laisser partir comme ça car grâce à leur happy metal, on se sent bien. D’ailleurs moi, je ne comprends pas qu’ils ne veuillent pas jouer jusqu’au bout de la nuit ! Lol ! Les fainéants ! Re-lol !

GAMMA RAY 4

GAMMA RAY

GAMMA RAY 5

GAMMA RAY

Allez, bien sûr ça doit se finir un jour mais pas tout à fait vu que NEONFLY et SERIOUS BLACK sont déjà à leurs stands merch pour papoter et faire des photos avec nous.

De toute façon, on est pour une fois pas pressés de sortir de la salle car tant que les spectateurs du match de foot ne sont pas partis, on en va pas pourvoir bouger. Mais bon, comme l’OL a perdu, ils ne vont pas avoir le coeur à faire la fête. Et puis, on est aussi bien au chaud avec les copains !

Malgré le fait qu’on ait attendu un petit bout de temps et que la salle doit fermer, on n’a pas aperçu KAY HANSEN et les siens… Mais bon, là il est vraiment tard et on va continuer la soirée dans la voiture à headbanguer comme des dingues. A la plus grande surprise des footeux !

GAMMA RAY 6

GAMMA RAY

Allez, encore une bien bonne soirée de passée en compagnie de GAMMA RAY. Un grand merci à Base Prod pour cette soirée. En tout cas, on rentre avec la banane et pour moi, c’est ça qui est important.

RISING FEST (part.2) : Live report à la Vapeur de Dijon – 26 septembre 2015

10450744_875138269184789_2205641600505185919_n

Bon, après une nuit courte et perturbée par le retour des groupes à l’hôtel, il faut quand même se lever pour le petit dej’. Tiens, les voisins de la chambre d’à côté ressemblent au profil d’un groupe qui jouerait ce soir… Gagné, ce sont les italiens d’ASGARD ! On papote un peu et on se dit à ce soir. Ils sont très cool et très calmes, j’ai hâte de voir en live ce que ça donne !

En attendant, comme beaucoup de métalleux qui ont dormi sur place, c’est direction le centre-ville de Dijon pour la minute culturelle… et pour goûter les spécialités locales !!! Eh oui, il ne faut pas se laisser abattre ! La balade va être de courte durée car les hostilités reprennent tôt, le premier groupe ouvrant à 14h45. Et au Rising Fest, ils sont ponctuels.

DEPHTS OF MADNESS

DEPHTS OF MADNESS

Donc direction la Vapeur pour, cette fois-ci, la grande salle. Je suis trop fort ! J’ai même le temps de dire bonjour aux copains et aux copines avant le début du fest !

Et pour ouvrir cette deuxième journée, ce sont les DEPHTS OF MADNESS, un groupe de Dijon, qui s’y collent.

Là, on est dans la famille heavy-métal à la MAIDEN, HELLOWEEN. Les DEPHTS OF MADNESS jouent à domicile devant leur public et ils vont y aller à fond !

Le chanteur a une putain de voix et en plus, il a une présence magnétique sur scène ! Il en profite pour jouer avec le public qui apprécie. Les autres musicos assurent très bien aussi. Les morceaux sont sympas et les covers choisis font mouche.

Bref, un très bon choix pour démarrer le fest. J’ai franchement bien aimé, moi !

… D’ailleurs je n’ai pas pu résister à leur demander une petite interview !

ELVENSTORM 2-

ELVENSTORM

Allez, c’est vite reparti avec un autre groupe français qui nous vient de Grenoble, ELVENSTORM. Là, on est dans du heavy-metal avec une chanteuse dont le pied de micro est clouté et surmonté d’un crucifix.

D’entrée de jeu, ils montrent qu’ils ne sont pas là pour faire du macramé. Je ne les avais pas revus depuis la sortie de leur dernier album et je constate que leurs nouveaux titres se marient bien à leurs anciens morceaux.

Ca dépote bien et le son pas terrible en première partie de set (la chanteuse est difficilement audible) s’améliore sur la seconde… Le public qui commence à arriver rentre dans l’ambiance directement… sauf ceux qui n’aiment pas la voix bien sûr !

Donc un set trop court pour ceux qui ont aimé et trop long pour les autres.

LIZZIES

LIZZIES

Normalement, c’était les DARKTRIBE qui devaient jouer ensuite mais comme ils ont eu de méchantes galères sur la route, ils viennent juste d’arriver. C’est donc les espagnoles de LIZZIES qui ont accepté de jouer à leur tour pour leur permettre de souffler un peu.

Les LIZZIES montent sur scène. C’est un des groupes que je ne voulais pas manquer. Heu non, pas parce que c’est un groupe de filles (même si j’aime les groupes de filles) ! C’est juste parce que c’est très bien et que je voulais les voir sur scène. Et je ne vais pas être déçu : les copines envoient le bois avec leur hard heavy ! 

En plus, elles assurent grave en live. Le show est sobre mais efficace. Ca bouge bien dans la fosse et le public apprécie. Les LIZZIES aussi ! Leurs morceaux, ça le fait grave en live ! Whaouw ! Un set qui passe à la vitesse d’un pot de moutarde dans un TGV ! Trop, trop court !!

Dès la fin de leur show, je fonce à leur stand merch pour leur acheter un CD, malheureusement elles n’ont que des vinyls !! Sniff, même pas juste !

Bon allez, pause réhydratation.

DARKTRIBE

DARKTRIBE

Je laisse le bœuf bourguignon pour tout à l’heure et retour dans la salle pour les DARKTRIBE, groupe français des Alpes-Maritimes. Ils n’ont pas eu tant de temps que ça pour se reposer un peu de la route avant de jouer, mais sur scène ils assurent et ça ne se voit pas. 

Ils sont heureux d’être là et de jouer à Dijon. Leur power métal mélodique est beau et ils le jouent bien.

Mais bizarrement, je ne rentre pas dedans. Pourtant, c’est bien fait, bien chanté.. En plus, j’aime bien leurs CDs et je voulais les voir en live, mais à un moment je décroche. Peut-être la chaleur…

ASGARD 1

ASGARD

D’ailleurs, je me rends directement au stand hydratation. Pour le boeuf bourguignon, eh ben c’est mort ! J’ai bien fait d’hésiter tout à l’heure, moi ! Au stand, je retrouve les joyeux drilles de STORMHUNTER qui sont restés cette deuxième journée pour voir jouer leur potes. Cà c’est méga fun ! Bon d’accord, eux ils ont bien compris combien s’est important de bien s’hydrater, lol !

C’est au tour de mes voisins de chambre, les italiens de ASGARD de jouer. Et là, putain d’entrée ça joue grave !

Le chanteur est un fou furieux, tout comme ses petits copains de scène d’ailleurs ! Ca démarre sur les chapeaux de roues. Leur heavy est puissant et efficace, festif et communicatif. Ca bouge vraiment dans la fosse, le public est aux taquets.

Des fans offrent même un drapeau français avec ASGARD marqué dessus au groupe qui est fou de joie ! Sur scène aussi, ça bouge de plus en plus.

Whaouw ! Mes gentils voisins se transforment en fous furieux sur scène et leurs morceaux sont vraiment bons ! Une méga bonne surprise et vraiment j’en aurais bien pris une louche de plus !!!

STORMWARRIOR

STORMWARRIOR

Mais bon il reste encore deux groupes à passer dont le suivant, les allemands de STORMWARRIOR. Encore un groupe que j’adore et que je voulais voir en live.

Et c’est parti pour du heavy-métal influencé par la scène allemande HELLOWEEN, RUNNING WILD et consorts.

STORMWARRIOR 2

STORMWARRIOR

Le public est chaud bouillant et du coup ça démarre à fond de train. Ca joue grave mais, encore une fois, bizarrement au fil des morceaux, ben je décroche petit à petit.

Et je suis parti. Bon, on est bien d’accord, ce n’est pas que ce soit mal fait, mais en live là ce soir, il m’a manqué un petit truc…

SAM_4265

C’est maintenant le moment que petits et grands attendent. Tout le monde dehors pour la cartonnade ! Pour ceux qui n’ont pas suivi le report de l’an dernier, la cartonnade consiste à fabriquer une armure, un casque et une arme pour pouvoir combattre ses copains. En clair, il y existe des dingues qui passent des heures et des heures à faire de superbes costumes pour qu’ils soient réduits en miettes en quelques secondes !

Tout le monde se regroupe, musique à plein ballon et c’est… bagaaaaarrreee !!!

Et sous les chants du public qui reprend les morceaux de heavy en choeur, adieu beau casque dragon, adieu belle tête de loup, adieu très belle guitare avec fumigènes intégrés – eh oui, les chevaliers modernes peuvent avoir des guitares en guise d’arme, bananes ! Trop fun et pas long. Vive la cartonnade !!!

Yes, on s’est bien éclatés ! Maintenant tout le monde dedans – heu, je n’ai pas dit « Jacques a dit » ! Bon je déconne, il commence à faire frisquet et c’est il est un peu tard aussi alors c’est l’heure de la tête d’affiche qui sera aussi le dernier Storm quelque chose des deux jours. Eh oui, c’était la thématique du Rising Fest 2015 !

brainstorm 1

BRAINSTORM

Les allemands de BRAINSTORM montent sur scène devant une foule bien nombreuse et plus que prête à se réchauffer ! Et c’est parti pour un putain de power métal des familles ! D’entrée de jeu, ça le fait.

Le public est comme un dingue. Surtout une qui est tellement fan du groupe qu’elle organise un fest pour les faire jouer. Sans la nommer, merci Nath !! Du coup, le groupe est encore plus heureux de jouer. 

Ils vont piocher dans leur nombreux CDs pour nous produire une putain de set list ! Pas de doute, les BRAINSTORM nous offrent ce soir une grosse prestation. Et là, c’est carrément la cerise sur le fest !!!

Voilà, il est très tard et j’ai de la route à faire, mais je n’arrive pas à partir. Je suis comme à la maison ici : des copains, les STORMHUNTER qui sont toujours en train de s’hydrater – trop prudents nos allemands !! – de la bonne zique, des bénévoles trop adorables…

Et le pire, c’est que je sais que l’an prochain il n’y aura probablement pas de nouvelle édition du Rising Fest car la Vapeur sera en travaux et qu’il n’y a, pour l’instant, aucun autre lieu pour accueillir le fest. Et voilà, c’est malin, j’ai les yeux embués, moi !

 

BILAN DE LA DEUXIEME JOURNEE

 

DEPHTS OF MADNESS VIGNETTEDEPHTS OF MADNESS

Très bonne découverte que ce groupe. A suivre de près.

 

 

 

ELVENSTORMELVENSTORM

Les nouveaux morceaux sont efficaces en live mais bizarrement, j’ai préféré la prestation du groupe au Thunderbird de Saint-Etienne. Mais bon, j’aime toujours !

 

 

LIZZIES VIGNETTELIZZIES

Une méga bonne découverte en live. Les filles envoient grave. Un des bons moments du fest.

 

 

DARKTRIBE VIGNETTEDARKTRIBE

Je n’ai pas accroché. Bizarre. Je suis un peu déçu de la prestation live par rapport au CD. En tout cas, bonne prestation au regard des plus de dix heures de route qu’ils ont fait juste avant de monter sur scène !

 

ASGARD VIGNETTEASGARD

La baffe de la soirée. Ma découverte de la soirée. Trop top ! Vivement un CD ! Merci pour ce moment e arriverderci pronto !

 

 

stormwarrior vignetteSTORMWARRIOR

Heu… eux aussi, je les préfère en CD. Est-ce du au son, à la fatigue ou alors tout simplement parce que j’en attendais plus ? Mais voilà, je suis un peu déçu.

 

 

brainstorm vignetteBRAINSTORM

Eux, je ne suis pas déçu ! Très bonne prestation live. Superbe ambiance !!

 

 

 

 

 

Un grand merci à toute l’orga de la Phoenix Rising Asso qui, comme d’habitude, nous offre un super fest dans de bonnes conditions avec des groupes qu’on ne voit pas souvent voire jamais dans nos régions.

En plus la nourriture est très bonne, les bénévoles super adorables et ce sont de vrais passionnés. J’espère qu’on se reverra vite !

Ti-Rickou en soutien pour un Rising Fest 6 !!!!

Long live rock ‘n’ roll que je transforme cette fois-ci en long live Rising Fest !!!!!