Tagged: GROUPES SUEDOIS

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA + BLACK MIRRORS : Live Report @ l’Undertown de Meyrin (ch) – 07 décembre 2018

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ l’Undertown – Meyrin (ch)

Report by SEB 747 – Photos : STEVE*74

Aujourd’hui, 7 décembre, c’est la Saint-Ambroise. Et, d’après le proverbe, s’il neige, alors de dix-huit jours de froid nous sommes en danger. Heureusement pour nous, pas de neige à l’horizon. Le manteau hivernal n’est pas encore arrivé. C’est cool, cela nous permettra d’aller au concert sans problèmes sur la route.

Un concert ? Mais quel concert, vous demandez-vous ? Eh bien, cher lecteurs et lectrices, ce soir, un orchestre de vol de nuit suédois pose ses valises à Meyrin. Accompagnés par un miroir noir bruxellois et une attaque de macaques neuchâtelois. Mais qu’est-ce que c’est que ce binz ?  De quoi il nous parle ? Attendez, vous verrez bien. Et puis, comme on dit, tout vient à point à qui sait attendre.

C’est sous une pluie diluvienne en direction de nos voisins suisses, que nous partons, afin d’assister à un show qui s’avérera incroyable.

Arrivés sur place, nous faisons, une fois n’est pas coutume, la queue pour descendre dans l’antre de l’Undertown. Cependant, une fois à l’intérieur, je me pose la question de savoir où le public a bien pu aller ce soir. Certes, ce ne sont que des fans, mais tout de même, j’ai l’impression qu’il n’y a pas grand monde.

MACAKATAC @ l’Undertown – Meyrin (ch)

Mais à peine le temps de tergiverser avec les copains que les neuchâtelois de MACAKATAC entament leur set. Lunettes noires pour tous les membres du groupe, barbes de hipsters au menton, les primates surprennent par leur look atypique, qui ne reflète en aucun cas leur musique.

MIRCO PARATA, bassiste chanteur venant de l’ICMP de Londres, attaque par un « Call Of The Monkeys » pas piqué des hannetons. Les guitares tenues par NICOLAS MORARD et ROMAIN LUDER font un bel effet dans l’Undertown. LAURENT GONZALEZ aux percussions et AXEL VUILLE à la batterie sont le plus souvent dans le noir mais soutiennent bien la rythmique donnée par MIRCO.

Musicalement, nous nous situons dans un style proche d’un rock blues d’influence anglaise mélangé avec une pointe de grunge. Les morceaux sont relativement courts et s’enchaînent sans traîner. MIRCO nous interpellant tout le temps en anglais, garde – tout comme ses copains guitaristes – ses lunettes noires tout le long du show.

C’est sympa à écouter, mais je reconnais que je n’ai pas trop adhéré à leur univers musical. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans, même si certains morceaux, tel que « Green voltage » m’ont bien plus. A noter qu’une partie des revenus va à la Ligue contre le Cancer et à une association de défense des singes. C’est louable de la part de ces musiciens. Dommage qu’ils ne nous l’aient pas signalé durant le show. Peut-être voulaient-ils rester humble ? Bref, MACAKATAC est un groupe à découvrir… si le grunge et ses litanies dépressives ne vous font pas fuir !

Petit entracte pour discuter avec les copains et se rendre compte que, finalement, ce n’est pas si mal rempli que ça. Les retardataires sont arrivés en cours de route. Surprenant, quand l’on connait la précision suisse. Ou alors, ce n’était que des français. Lol !

BLACK MIRRORS @ l’Undertown – Meyrin (ch)

Tiens, c’est étrange, il y a un type seul sur scène qui a l’air de continuer à faire la balance. Ah ben non, c’est le guitariste des BLACK MIRRORS. C’était une blague belge ? Arrivent en courant la rythmique, la basse, la batterie, laissant le micro seul sur scène. Euh les gars… Y’a pas quelqu’un qui manque ? D’un seul coup, venue de nulle part, une chanteuse débarque devant le micro. Habillée comme une amérindienne, maquillée comme une shaman, elle entame une litanie que n’aurait pas renié les autochtones d’Amérique du Nord.

Forts de leur récent album « Look Into The Black Mirror » (publié par Napalm Records et leur premier long métrage après deux EP), les BLACK MIRRORS évoluent dans une sorte de blues dur avec des nuances de stoner teinté d’occult rock. Certains éléments psychédéliques montrent clairement leur intention première, à savoir celle de suivre les traces d’un certain BLUES PILLS plus connu.

Mais qu’est-ce que c’est que cette chanteuse ? Incroyable ! Elle est habitée par les titres qu’elle interprète. C’est totalement démentiel ! Même lorsqu’elle ne prend pas le micro, elle continue à danser sur les riffs de ses musiciens. On est en droit de se demander si elle n’est pas habitée par un quelconque esprit malin, qui prendrait du plaisir à la faire bouger dans tous les sens. Elle donne vraiment l’impression d’être une marionnette manipulée par des fils invisibles.
Pour moi, Marcella Di TROIA à un superbe timbre de voix. J’aime bien son côté psychédélique et dynamique en même temps.

Pierre LATEUR le riffeur est relativement discret, même s’il s’éclate bien sur ses riffs, tandis que Loïc VIDETTA, le bassiste, semble survolté. Et ce n’est pas les coups de marteau de Paul MOREAU qui le feront ralentir. La dynamique du groupe fait plaisir à voir, et m’impressionne. J’avoue que je ne connaissais pas le groupe, et que je deviens vite fan.
Ce côté Stoner psychédélique « flower power » à la mode Indiens d’Amérique, est vraiment très intéressant. Il m’est difficile de ne pas être captivé par la présence scénique de Marcella. C’est elle qui monopolise la scène sous les riffs et la rythmique.

BLACK MIRRORS @ l’Undertown – Meyrin (ch)

La reprise du « Kick Out The Jam » du MC5, reste intéressante, même si, pour les puristes, certaines attaques manquent cruellement. Cependant, on leur pardonne bien volontiers, tellement leur prestation est vivante. Cela change par rapport à certains groupes qui restent statiques sur scène.
Une chose semble certaine, et comme le dit si bien leur bio, si JANIS JOPLIN, JACK WHITE, ANOUK, NIRVANA et les QUEENS OF THE STONE AGE n’avaient jamais eu la chance de se reproduire, alors BLACK MIRRORS serait leur création favorite.

Bon, re-papotage avec les copains et petit tour au stand de merch’ pour discuter de la prestation de nos nouveaux copains belges. C’est moi ou il y a plus de monde devant la scène que tout à l’heure ? Le peu de spectateurs présents en début de soirée semble n’avoir été qu’une illusion !

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ l’Undertown – Meyrin (ch)

Ca y est, le groupe vedette de ce soir va bientôt commencer. A peine le temps de reprendre une place devant les planches que les lumières s’éteignent pour laisser la place à BJÖRN « Speed » STRID, vocaliste de THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA – et accessoirement de SOILWORK– et ses acolytes. S’appeler comme ça et jouer à deux pas d’un aéroport, il faut le faire ! Et non, ce n’est pas une blague belge… d’autant plus qu’ils sont suédois. Lol !

Trève de galéjades et reprenons notre sérieux. C’est le batteur JONAS KÄLLSBÄCK qui pose le premier le pied sur l’estrade suivi par RICHARD LARSSON qui s’installe derrière ses claviers. Les « Airline Anna », choristes du groupe depuis l’an passé, sont bien mises en évidence sur le fond de la scène, tandis que SEBASTIAN FORSLUND, le percussionniste-guitariste, se place sur la droite derrière ses congas. David ANDERSSON le guitariste (aussi membre de SOILWORK) et SHARLEE D’ANGELO à la basse (ARCH ENNEMY) entament les premières notes d’un concert mémorable. BJÖRN débarque sous les acclamations du public, dans un beau costume mauve en raccord avec celui des deux « Airline Anna (ANNA-MIA BONDE & ANNA BRYGÅRD) ».

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ l’Undertown – Meyrin (ch)

Le public conquis d’avance s’enflamme dès les premières notes de « Sometimes the World Ain’t Enough ». Et c’est parti pour l’embarquement dans un grand spectacle, au super son sur des chansons ultra-mélodiques martelées à tue-tête. Tout est juste comme il faut, à part peut-être BJÖRN, qui semble avoir des problèmes de voix. Mais qu’à cela ne tienne, il continue son show, donnant tout ce qu’il possède à son public qui le lui rend bien. Et puis, ce n’est pas moi qui irait faire un reproche à un chanteur de cette stature !

SHARLEE et DAVID font le show, même si ce dernier se la joue plus discret. Les Airlines Anna, en véritables hôtesses de l’air, contribuent, elles aussi, à nous faire passer un bon moment dans ce fauteuil d’orchestre. Le sourire aux lèvres ne quitte pas leur visage. Mais bien évidemment, tout ce spectacle ne serait rien sans son pilote. BJÖRN a beau sembler être en perte de voix, il nous embarque aisément dans le mode de NIGHT FLIGHT ORCHESTRA.

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ l’Undertown – Meyrin (ch)

L’osmose entre les musiciens frôle la perfection. Les riffs sont faits sur mesure : pas trop serrés, pas trop décontractés. Tout est paramétré pour que nous passions un voyage agréable. Avec la rythmique emmenée par JONAS et SHARLEE, les guitares acérées de DAVID, les nappes de claviers de RICHARD et le son des congas et de guitare de SEBASTIAN, THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA ont cette facilité à manier les titres aiguisés comme des couperets qui tranchent dans le graillon des spectateurs présents ce soir.

Dire que ce groupe n’était à l’origine qu’une occasion de se divertir en proposant un retour aux années 70-80 !! Pourquoi mes jambes et mon torse se mettent à bouger ? Je n’arrive pas à m’arrêter ! Le boogie de NFO est contagieux ! Je suis aux taquets, n’arrêtant pas de siffloter les refrains qui trottent dans ma tête. C’est géant !

Les interventions de BJÖRN sont peu nombreuses. Place est faite à la musique, mais toujours à bon escient.

Cette énergie que possèdent les membres du groupe ne diminue pas. SHARLEE va se frotter au public avec sa basse, se faisant une place derrière BJÖRN campé sur ses bottes en croco qui toise le public du haut de son mètre 96.

Le son est au top niveau et les lumières sont bien trouvées, même si une grosse lumière blanche qui nous aveugle, nous empêche d’apprécier à sa juste valeur NFO. Cependant, il faut bien dire que, musicalement, ce sont des vacances pour nos oreilles. Ces musiciens gentlemen (ils sont presque tous en costume trois pièces) jouent un rock mélodique, accompagné de synthétiseurs, qui respire parfois l’esprit du funk et du disco. Les influences de THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA sont les grands modèles du rock américain des années soixante-dix et quatre-vingt. Cela signifie : grandes mélodies, gros riffs, gros synthés et gros chœurs aussi loin que l’oreille peut atteindre. Le groupe se sent tellement à l’aise qu’ils jouent vraiment libérés.

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ l’Undertown – Meyrin (ch)

Le public, très en voix ce soir, n’a de cesse d’acclamer les premières mesures de tous ces hits. Les « Airline Anna », font la différence ! En plus de leurs sourires, elles apportent un vrai plus au groupe. Et chaque titre possède un refrain que vous pouvez chanter immédiatement car les mélodies vocales sont parfaitement intégrées aux chansons et renforcées par les chœurs.

Le public reste béat d’admiration devant la prestation du groupe. Il y a quelque chose pour tout le monde ici. Des titres de « Skyline Whispers », avec « Living for the Nightime », de « Amber Galactic » – avec pas moins de quatre titres interprétés – et même des morceaux de leur premier album qui date de 2012. Mais, bien sûr, c’est leur dernier full length qui est mis en valeur ce soir, avec sept extraits.

La densité des hits est énorme. Non seulement par leur grande variété, mais aussi, grâce à la finesse technique d’interprétation des musiciens. C’est vraiment impressionnant !

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ l’Undertown – Meyrin (ch)

Ce concert, dépasse toutes mes attentes. Je suis, comme une grosse partie du public, complètement conquis. Malheureusement pour moi, le concert me semble trop court. J’en aurais bien repris une dose. Notamment avec « All The Ladies », tiré de « Skyline Whispers », qui a été un peu laissé de côté. Mais, ça, c’est juste parce que j’aime bien râler.

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA nous a montré ce soir un groupe qui a laissé son statut de « projet parallèle de musiciens connus », loin derrière lui, et de manière tellement convaincante que le nom tombe à la pure formalité.

Une fois le show terminé, nous avons droit à la visite de SEBASTIAN et de RICHARD, mais malheureusement, pas des autres. Ceux-ci étant « Too lazy », d’après RICHARD.

Il est temps pour nous de refranchir la frontière en s’accompagnant de « Sometimes the World Ain’t Enough », le dernier opus de NIGHT FLIGHT ORCHESTRA.

THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ l’Undertown – Meyrin (ch)

Incoming search terms:

  • goupe hard rock suedois 2010

ECLIPSE + ONE DESIRE + SHOTGUN REVOLUTION : Live Report @ Le Grand Casino de Bâle – 30 avril 2017

ECLIPSE

Report par Steve*74

Comme trop souvent, les groupes que je désire voir et écouter sur scène jouent loin de chez moi. Ce soir rebelote ; soit je vais en Italie au Frontiers Festival, soit je me dirige à nouveau vers la Suisse et Bâle pour un concert un peu plus intimiste.

Après mûre réflexion j’opte pour la simplicité et me décide pour le concert d’ECLIPSE au Grand Casino de Bâle.

D’habitude les concerts se font essentiellement au Z-7 de Pratteln mais ce soir c’est vers un nouvel endroit que je me dirige. Après avoir facilement trouvé le lieu, je m’apprête à rentrer dans un casino et là je vais de surprises en surprises. Pour rentrer dans l’établissement, il faut montrer patte blanche. Une pièce d’identité est demandée et vérifiée par un employé. Ce soir, c’est interdit aux mineurs, même accompagnés d’adultes… et interdit aussi à ceux qui portent par exemple un pantalon de survêtement. Je le sais car un jeune français s’est vu refusé l’entrée pour ces raisons alors qu’il avait acheté sa place et fait plus de 300 kilomètres pour venir. Dur dur pour lui, mais ici on ne rigole pas avec le règlement !!!

Une fois ce premier contrôle passé, j’entre vraiment dans les lieux et là, je me retrouve vraiment dans le casino avec des tables de jeux, des machines à sous et tout ce qui ressemble à des jeux vous permettant de perdre votre argent dans un cadre idyllique et suave. Le plus dur est de trouver la salle où se passe le concert, car il y a 3 étages. Finalement, j’aperçois quelques chevelus qui attendent dans un coin.

Oui, gagné c’est bien là l’entrée de la salle de concert ! Vérification des tickets et tampon sur le poignet fait, j’entre enfin dans l’endroit espéré et là changement de décor et d’ambiance garantis. Je pénètre dans un autre monde, dans un univers qui m’est familier, celui d’une salle de concert. Ouf !!

Je découvre une belle salle qui peut accueillir plusieurs centaines de spectateurs et la scène n’a pas la taille d’une boite à chaussures. Tout est réuni pour passer un agréable moment avec une bonne ambiance.

Ici à Bâle, on ne rigole pas non plus avec les horaires, on respecte le planning et les spectateurs en appliquant simplement ce qui est prévu. Certaines salles françaises devraient s’en inspirer. A bon entendeur, salut !

SHOTGUN REVOLUTION

Ce soir, l’affiche est 100% scandinave et je m’attends à voir des géants blonds barbus et chevelus. En gros des vikings…

Et bien c’est raté !! Pour débuter la soirée nous avons les danois de SHOTGUN REVOLUTION. Plus exactement ils viennent de Copenhague, la capitale. Ils jouent du hard-rock et revendiquent des influences 70’s comme LED ZEP, DEEP PURPLE ou BLACK SABBATH. Mais, soucieux de ne pas passer pour des has been, ils s’inspirent de groupes plus actuels comme METALLICA ou ALTER BRIDGE.

Pour jouer ils ont droit à une scène réduite mais cela ne les gêne pas car ils sont plutôt statiques et se concentrent sur la musique. Depuis 2010, date de sortie de leur premier album, ils tournent. DITLEV ULRIKSEN, le chanteur, le visage masqué par une barbe grisonnante et une casquette vissée sur son crâne, emmène ses troupes sans faillir.

Dès le premier morceau « Bleeding », le ton est donné. Les riffs sont plutôt lents mais sans compromis. Au fil des morceaux, le tempo s’accélère. Le public, un peu clairsemé au début du set, apprécie.

SHOTGUN REVOLUTION

Il faut préciser maintenant que le son sera bon toute la soirée !! Un plus indéniable.

Vis-à-vis de la formation du dernier CD, un deuxième guitariste vient épauler et diversifier les rythmiques de MARTIN FRANCK. Le dernier morceau « City of fire » envoie du lourd, la machine est lancée. Dommage qu’ils s’arrêtent maintenant…

Ils ont sorti l’année dernière leur quatrième disque produit par FLEMMING RASMUSSEN, qui travaille notamment avec METALLICA. A la fin du concert, ils seront présents et disponibles au stand merchandising. Encore un groupe à suivre.

ONE DESIRE

Le changement de matériel et de batterie est effectué assez rapidement et, à l’heure annoncée par le programme situé à l’entrée, les finlandais de ONE DESIRE foulent le plancher de la scène.

Fondé en 2012 par le batteur OSSI SIVULA, le groupe ne décolle réellement qu’en 2014 quand OSSI rencontre le guitariste producteur JIMMY WESTERLUND. Celui rentre de Los Angeles avec une expérience importante. Avec eux deux, le groupe trouve la bonne formule et vient de sortir son premier disque sur le célèbre label italien Frontiers Records, une référence dans le genre.

Maintenant, j’ai hâte de vérifier en live si les espoirs placés sur eux se confirment.

Première surprise, la présence ce soir d’un claviériste. Sur disque il y en a bien un, mais officiellement il n’existe pas. Ce musicien supplémentaire va étoffer le son général du quatuor par ses rythmiques, parfois surprenantes (limite techno sur certains passages), mais cela ne choque pas et il ne sera jamais mis en avant.

Ce qui n’est pas le cas bien entendu d’ANDRE LINMAN le chanteur, guitariste sur certains titres. Sa voix mélodieuse se mariant fort bien avec le hard-rock classique de ses compères. Si vous aimez ce chanteur, allez jeter une oreille sur son précédent groupe, STURM UND DRANG, avec qui il a sorti trois galettes.

Ce soir musicalement on peut noter que leur melodic-rock propage de la joie dans une assistance plus nombreuse qu’au début. La salle est maintenant bien remplie, tant mieux ! C’est un hard-rock mélodique de haute-volée rempli de feeling. Les riffs sont dynamiques et les refrains entêtants, impossible ensuite d’oublier les mélodies qui nous trottent dans la tête toute la soirée.

JIMMY avec ses lunettes noires et ses cheveux bruns frisottés me fait irrésistiblement penser à NEIL SCHON de JOURNEY. Je note quelques références avec ce groupe ou encore avec PRETTY MAIDS et ECLIPSE (ça tombe bien !) et je constate que l’expérience acquise par les musiciens paye car ce soir, il nous délivre un superbe show !

Pour le terminer, nous avons droit à une reprise de BLACK STONE CHERRY.

Un set parfait et un groupe à revoir en vedette pour les apprécier plus longuement… surtout s’ils progressent encore !!

ECLIPSE

C’est maintenant au tour des suédois d’ECLIPSE d’arpenter la scène du Grand Casino. Il ne manque que des norvégiens pour compléter cette soirée entièrement scandinave ! Malgré le jeune âge de ses musiciens, le groupe affiche au compteur une discographie imposante. Formé en 1999 à Stockholm par ERIK MARTENSSON (chant) et MAGNUS HENRIKSSON (guitares), ils sortent un premier disque en 2001 « The truth and a little more ». C’est le début d’une grande aventure qui perdure toujours aujourd’hui pour notre plus grand plaisir.

Ce soir encore ils vont nous asséner un hard-rock mélodique, jouissif pour les oreilles. Dès le premier morceau, « Vertigo » extrait du dernier album en titre, nous nageons allègrement dans les eaux claires de la mélodie et du riff imparable.

Sur « Killing me », ERIK empoigne aussi une guitare pour épaissir un peu la rythmique et laisser à MAGNUS plus d’espace pour ses solos. Je ne sais si c’est le prénom qui veut ça, mais après le ERIK GRONWALL de HEAT, je trouve que notre ERIK de ce soir a des similitudes avec l’autre. Même carrure, blond, les cheveux courts, et une présence sur scène importante, la comparaison est facile. Si dans votre entourage vous connaissez un ERIC blond, demandez-lui de chanter pour voir , lol !!!!

Cet homme a plusieurs cordes à son arc. Il pratique au sein d’ECLIPSE le chant et la guitare, mais avec MAGNUS il participe à l’écriture et à la production d’autres artistes. Il a notamment participé en 2015 au projet de NORDIC UNION avec RONNIE ATKINS (le chanteur de PRETTY MAIDS). Ces activités parallèles lui donne un surplus non négligeable d’expérience qu’il met bien entendu à profit pour son groupe.

Inutile de préciser que tout est parfaitement millimétré, huilé, et que la setlist de ce soir fonctionne à merveille. Après la superbe ballade « Hurt » et son intro calme et reposante à guitare acoustique et chant, voici venu l’éternel solo de batterie. PHILIP CRUSNER nouvel arrivant dans la troupe s’appuie sur une bande son de musique classique pour nous délivrer ainsi un solo moins rébarbatif pour les non batteurs. C’est nettement plus agréable de cette façon et les spectateurs participent à cet exercice de bon cœur.

Son prédécesseur à ce poste MAGNUS ULFSTED, lui occupe maintenant le poste de bassiste. Efficace et discret, il est lui aussi un membre indispensable à la maison ECLIPSE.

L’heure tourne inexorablement et c’est déjà l’heure de la fin sous les applaudissements avec « Bleed and scream ». Si vous aimez un hard rock classique puissant aux mélodies imparables, précipitez-vous pour les écouter ou les entendre en live même si sur cette tournée, ils ont soigneusement oublié la France !!! Comme c’est bizarre…

Après quelques minutes d’un repos bien mérité, ils seront frais et dispos au stand merchandising pour le plaisir des nombreux fans venus faire dédicacer CDs ou billets de concert – entres autres.

Encore une fois, je ne regrette pas les nombreux kilomètres avalés sur l’autoroute pour venir assister à des concerts de cette qualité. Mieux, j’en redemande !!

ECLIPSE

DYNAMITE + SNURFU : Live Report au Hard-Rock Café de Lyon – 04 avril 2017

DYNAMITE

Bon allez, direction Lyon, mais pour un lieu que je ne connais pas encore : le Hard-Rock Café. Hé oui, il y a un Hard-Rock Café à Lyon ! Pas depuis longtemps mais il y en a un. Et depuis son ouverture, je n’ai pas encore eu l’occasion d’y mettre les pieds – et les oreilles, of course – donc quand j’ai vu que les suédois de DYNAMITE allaient y jouer, impossible de résister !!

Bon, je sais où est le Hard-Rock Café et le parking n’est pas full. Yes, 20h tapantes, je suis arrivé ! Et en plus je ne suis pas à la bourre car un van sur lequel est écrit DYNAMITE s’arrête pile devant moi et qu’une bande de chevelus en sort.

Pile-poil dans les temps. La première partie, les suisses de SNURFU, n’ont pas commencé à jouer et je peux même papoter avec eux avant qu’ils montent sur scène.

La salle avec la scène est sympa, plein de souvenirs au mur (eh oui, on est dans un Hard-Rock Café !!), des objets ayant appartenu à des musiciens plus ou moins rock et bien-sûr des objets de musiciens métal : la guitare de SLAYER, les baguettes de IAN PAICE (heu, elles iraient bien avec ma peau de batterie signée elle-aussi par IAN !!)..

SNURFU

Bon allez, SNURFU attaque et déjà le son est méga bon !!! Les lights sont cool, bref ça commence bien. Les suisses attaquent fort, c’est méga bon. Ils ont une putain de présence en live.

Le chanteur a une méga voix et il emmène tout le monde avec lui.

Le public bien présent (mélange hétéroclite de touristes, de jeunes et un peu de fans des GUNS ou d’AC/DC, mais bizarrement pas les têtes que je croise habituellement en concert. Il y a beaucoup de filles aussi – on voit qu’on n’est pas dans un concert de métal extrême !! Ca saute, ça bouge, ça chante, c’est méga fun.

SNURFU

En revanche, pour vous dire le style musical de SNURFU, je suis vachement embêté. C’est un mélange de hard-rock, de métal moderne (sans la grosse voix. Là, c’est chanté), de stoner avec des pointes de blues… Bref, on va dire du rock et c’est vraiment très bien ! C’est varié tout en étant homogène et quand un morceau se termine l’autre commence différemment mais forment un tout auquel j’adhère. Bon, si vous ne captez rien, allez les écouter ! Quant-à moi, j’ai passé un très bon moment et j’ai découvert un groupe suisse de plus. Eh oui, pour ceux qui ne le savent pas, la Suisse c’est l’autre pays… du hard-rock !

Bon, petite pause qui me fait naviguer dans le Hard-Rock Café, les yeux sur les murs pour regarder à qui est le blouson, à qui est la guitare… Bref, pas pratique pour pas se vautrer ! Il est très bien fait ce Hard-Rock Café, moderne et lumineux, bien dans la norme de l’enseigne.

DYNAMITE

Je n’ai malheureusement pas le temps de faire un tour à la boutique ni de dévorer un monstrueux burger car les DYNAMITE arrivent sur scène. Je quitte le bar et MOTLEY CRUE (ça c’est du hard !!), je passe le sas et je rentre dans la salle avec la scène. Parfait, j’arrive juste pour le début des suédois !

Et là, tel un gang de motards arborant leurs couleurs dans le dos et leurs écussons sur le devant de leurs blousons, les DYNAMITE démarrent sur les chapeaux de roue. J’ai comme une onde qui me traverse le corps des orteils aux cheveux – cheveux qui bougent tout seuls sous l’effet Kiss Cool d’un hard-rock boogy qui te lave la tête et te nique la nuque. Bref, du fuckin’ rock’n’roll à la AC/DC, AIRBOURNE et consorts. Un mélange de morceaux énervés et de hard-rock binaire. C’est basique mais bigrement efficace… et à la sauce suédoise, s’il vous plaît !! Leurs morceaux sont purement excellents. Les musicos sont à fond et non seulement ça joue grave mais ils font le show et se donne à 200 pour cent !

Le chanteur a une putain de voix, le batteur et le bassiste font la paire, le guitariste est top… Que demander de plus ? Le public est chaud bouillant, ça chante, ça saute, ça s’éclate dans la bonne humeur. Très festif comme ambiance ! Pas de lourdingues bourrés qui slamment ou pogotent, c’est vraiment une ambiance magique. Je suis aux anges.

DYNAMITE

Le groupe nous plonge dans leurs deux albums et je découvre en live des morceaux qui font du bien à mes esgourdes. Je suis sous le charme, hors du temps.

« Quoi, c’est fini ? Noooon !! Allez, un rappel ! Heu non, une photo. Il faut croire que je suis trop gourmand quand il s’agit de mes cages à miel, moi !

Du coup, direction leur stand merch’ pour récupérer les CD de DYNAMITE. Heu… Il n’y en a plus du tout du premier album ! Dégoûté. Heureusement qu’il en reste du dernier !!

Un peu de papotage avec le groupe et voilà, c’est terminé pour ma première soirée au Hard-Rock Café de Lyon. En espérant qu’il y en ait beaucoup d’autres car des concerts dans ces conditions, c’est quand ils veulent ! Et puis, même sans ça, il y a des mégas putains de hamburgers et de sandwiches à venir dévorer, et en semaine c’est top parce que ça reste ouvert tard et qu’il n’y a pas la foule. Le bon plan !!

Allez, direction la voiture et DYNAMITE à donf pour la route, Oh yeah !!!

PS : heu, les copains, DYNAMITE c’était énorme et il y avait plein de filles. Vous étiez où ce soir ????

DYNAMITE

BRIENZERSEE FESTIVAL : Live Report @ Brienz (Suisse) – 05 août 2016

QUIET RIOT 1

QUIET RIOT

Report by Seb 747

Lorsqu’un bon ami à moi me parle de cette date, je me pose des questions ; plus de 6 heures de routes aller/retour de chez moi, ça fait une trotte. Mais quand on aime on ne compte pas… Et que ne ferais-je pas pour faire plaisir à mon Ti-Rickou préféré, lol !! Et puis, je suis en vacances, alors…

BRIENZERSEEFESTJe sacrifie donc ma journée du vendredi pour faire la route jusqu’à Brienz, en Suisse, où sce tient ce festival qui dure 3 jours. Malheureusement je ne peux faire qu’une seule journée sur les 3, mais quelle journée ! Il y a les suisses de BACKFACE, puis les Suédois de DYNAMITE et ceux d’ECLIPSE (avec le guitariste de W.E.T.) puis les américains de QUIET RIOT (avec JIZZY PEARL – ex-LOVE/HATE et RATT – au chant, CHUCK WRIGHT à la basse, FRANKIE BANALI à la batterie et ALEX GROSSI à la guitare) pour finir par les suisses de TIMELESS. Bref que du bon !

Le temps n’est malheureusement pas au beau fixe, ce qui semble être le cas pour beaucoup de festivals cet été. Malgré cela, et après une longue route à travers les paysages helvétiques, j’arrive sur le site. Quelle vue mes aïeux ! Ils sont incroyables ces suisses ; un festival rock à l’autre bout du pays dans une ville située entre 2 lacs et au bord d’une plage, il fallait oser le faire !

BRIENZDès mon arrivée, on nous oblige moi et mes copains, à nous garer dans un champ plus que boueux moyennant un petit billet de 10 CHF. Dur retour à la réalité, on est en Suisse alémanique ici et malheureusement pour nous, tout se paie. Ils ont même une navette qui passe toutes les 10 minutes pour nous emmener sur le site. Mais comme nous sommes d’excellents marcheurs et que le site est à 5 minutes, nous décidons de nous y rendre à pied. Il faut dire que même si apparemment la navette est gratuite, je me méfie un peu !

Là, je me dis qu’on va pouvoir rentrer facile, qu’il suffira de montrer nos tickets et qu’on nous laissera rentrer. Eh non, il faut changer son billet par un joli bracelet fluo de couleur orange, histoire de ne pas se perdre, mdr ! 

Du coup, on rate la fin de la prestation des suisses de BACKFACE. Bah, on est plutôt venus pour les autres groupes alors… La pluie fait son apparition mais, ouf, le concert se déroule sous un immense chapiteau blanc. Même pas peur ! C’est devant une imposante foule attablée (restauration oblige !) sur d’immenses tables en bois que nous découvrons la scène.

DYNAMITE 1

DYNAMITE

A peine le temps d’observer les lieux que les hostilités démarrent avec DYNAMITE. Ce groupe issu de la ville de Växjö en Suède, et composé de MATTIS KARLSSON au chant et à la guitare, SEBASTIEN HED-PLIKAS à la guitare rythmique, JONAS HAGSTROM à la batterie et ADAM BUTLER à la basse, s’est formé en 2012 et a déjà 2 albums dans sa besace.

Lorsqu’ils démarrent, je constate qu’il y a une forte communauté de fans suédois sur le devant des barrières. Composé de copines de tous âges (de 20 ans à 60 ans en gros) avec leurs compagnons respectifs (sniff, impossible de draguer !), ils sont à fond sur le groupe. Portant des vestes sans manches à son effigie, ils manifestent d’entrée de jeu leur enthousiasme et affichent un drapeau de la Suède sur la barrière devant de la scène.

Ne connaissant pas les efforts musicaux du groupe, j’y vais sans appréhension. Aïe ça fait mal ! Bon sang ! Quel style ! C’est très similaire à AC/DC mais avec une légère touche suédoise (forcément). Le beau MATTIS avec ses yeux verts nous démontre qu’il aurait largement pu remplacer BRIAN JOHNSON sur la dernière tournée d’AC/DC. C’est un grand frontman, de par sa taille et de par son talent.

DYNAMITE 2

DYNAMITE

SEBASTIAN, quant-à lui est plus discret, contrairement à son compagnon ADAM qui bouge de partout. Jonas, lui, en grand nounours qu’il est, semble prendre un plaisir sans fin à tourmenter sa batterie.

Les rythmiques à la AC/DC font mouche à tous les coups et le public, très hétéroclite répond aisément aux sollicitations du groupe. Nos amis suédois nous montrent l’étendue de leurs talents avec des refrains qui s’incrustent dans votre tête pour ne plus en sortir sur des titres comme « Hail Rock‘n’Roll », « Midnight Lady » ou « Dynamite ».

C’est vraiment excellent, je ne regrette pas mes 3 heures de route.

Tiens ? Le groupe s’arrête au bout d’une demie-heure. Quoi, déjà ? Non, en fait ils font une pause car tous les groupes présents ce soir jouent 1h30. Oui, j’ai bien dit tous. Pas de groupes vedettes ce soir, tout le monde est logé à la même enseigne… Et c’est tant mieux pour le rock !

DYNAMITE 3

DYNAMITE

On en prend plein la tête. Et paf, un petit « Blackout Station » dans les dents. Et boom, c’est « Burn it Down » qui déboule. Quelle claque mes aïeux ! Un petit blues avec « Streetfighting Blues », inquiétant de groove. C’est du pur AC/DC ! Que d’excellents titres !

Après un « Lock‘n’load » et une seconde pause de quelques petites minutes, le groupe redémarre sur les chapeaux de roues pour finir par trois excellents titres. Et c’est sur « Gone Wild » que DYNAMITE nous fait ses adieux. Un groupe à revoir c’est certain !

Nous faisons un petit tour sur les bords du lac afin de voir les différents stands et d’apprécier la vue… Même si la pluie à décider de nous mouiller ! Décidément, les « open air » sont humides cet été ! Après avoir entraperçu CHUCK WRIGHT et ALEX GROSSI qui se baladent comme nous, on se dirige vers le stand des DYNAMITE histoire de les saluer et de remercier ADAM de m’avoir donné sa setlist. Quand on leur dit qu’on a fait plus de 3 heures de route pour venir les voir, eux nous rétorquent qu’ils en ont fait 21 et qu’ils ont un peu mal au dos. Respect !

ECLIPSE 3

ECLIPSE

Changement du kit de batterie qui est sur roulettes – c’est plus pratique – et voilà que ECLIPSE débarque sur scène. Le groupe fondé en 1999 par ERIK MARTENSSON et son copain d’enfance (comme il nous le dira plus tard) MAGNUS HENRIKSSON possède déjà 6 albums à son actif. Avec leur titre « Runaways », ils ont même participé aux qualifs de l’Eurovision suédois en février 2016. Bon, ils ont fini 5e et n’ont pas été retenus…

Dès que les premières notes commencent, on monte d’un cran. Le niveau musical des suédois de Stockholm est nettement plus élevé. DYNAMITE était très bon dans son style, mais musicalement ECLIPSE, c’est tout autre chose !

Producteur de W.E.T. (WORK OF ART ECLIPSE TALISMAN), GIANT, JIMI JAMISON (SURVIVOR) pour n’en citer que quelques-uns, ERIK le beau chanteur blond qui joue également avec ni plus ni moins que JEFF SCOTT SOTO au sein de W.E.T., nous démontre qu’il est aussi un excellent compositeur. Ces compos sont tous autant de brûlots qu’on ne peut l’imaginer ! Non seulement ils rentrent dans votre tête pour ne plus en sortir, mais il suffit d’une seule écoute du refrain pour que vous vous surpreniez à le reprendre en chœur. Et ce, même si vous ne connaissiez même pas les chansons ! Impressionnant.

ECLIPSE 5

ECLIPSE

ECLIPSE 4

ECLIPSE

Et que dire de MAGNUS HENRIKSSON son grand copain guitariste si ce n’est qu’il est lui aussi un super gratteux. Il nous abat de super solos qui n’ont rien à envier à personne. Il jouera même à genoux et n’hésitera pas à utiliser une bouteille de bière en guise de bottleneck.

Le registre melodic-rock dans lequel ECLIPSE évolue est tout simplement monstrueux. Ce qui étonne le plus, c’est qu’ils ont l’air très jeunes mais qu’ils ont une maîtrise impressionnante de leur art.

PHILIP CRUSNER batteur du groupe depuis 2015 qui avait remplacé MAGNUS ULFSTEDT est devenu depuis le nouveau bassiste (on ne peut pas faire plus compliqué ?) est un taureau furieux. Malgré la forte dose de mélodicité du groupe, il fait pulser les morceaux avec ses frappes ce qui permet de donner une sacrée énergie aux titres.

MAGNUS ULFSTEDT, lui, prend souvent les chœurs. Il est le pilier zen du groupe.

Petit coup d’œil sur les spectateurs où nos copains suédois de tout à l’heure, sont toujours à fond. Ils ne sont qu’une petite dizaine, mais font un barouf d’enfer !

ECLIPSE 2

ECLIPSE

ECLIPSE 1

ECLIPSE

« Les suédois aiment le rock mais pas autant que vous aimez le rock » nous dit ERIK en nous rappelant leur amère participation à l’Eurovision. Les titres menés à bâtons rompus sont repris en chœurs par le public présent. Il y a du monde sous le chapiteau, les mélodies et les rythmes saisissants du groupe entraînent les spectateurs dans une magique mélopée mélodique. « Vous savez, Stockholm c’est beau mais pas aussi beau que chez vous » rappelle Erik au public. Et la foule hurle son bonheur. C’est vrai qu’en réfléchissant bien, même si je ne connais pas Stockholm, je crois qu’il n’a pas tort.

C’est vraiment très bon et je suis de plus en plus séduit par leur musique. Leurs titres n’arrêtent pas de trottiner dans mon crâne. Je headbangue comme un fou (ma nuque ne me remercie pas, bouh !), je fais comme tous les autres, je reprends en chœurs les refrains alors que je ne connaissais aucun morceau du groupe auparavant. Ils sont très forts. Les quatre musiciens se donnent à 1000 pour cent. Je me demande comment ils tiennent encore debout après tout ce temps… Surtout ERIK qui nous offre un sacré spectacle en tournoyant sur lui-même avec son pied de micro lorsqu’il n’a pas sa guitare en mains.

Ils ont déjà joué bien une heure et demie quand même et ils ne sont même pas essoufflés, moi par contre… Ce soir, ECLIPSE nous a prouvé qu’ils ne sont pas les plus brillants espoirs du hard rock mélodique mais bel et bien une solide valeur du melodic rock et que dans l’avenir, il va falloir compter sur eux.

QUIET RIOT 2

QUIET RIOT

Le temps de récupérer de ces deux concerts intenses que QUIET RIOT installe son matériel. Ça y est, voilà pourquoi j’ai fait plus de trois heures de route !

Evidemment, il n’y a plus les célèbres membres originaux, CARLOS CAVAZZO (qui a arrêté sa carrière il y a deux ans après avoir joué avec RATT en 2010), RUDY SARZO (qui a récemment rejoint le groupe DEVIL CITY ANGELS) et évidemment KEVIN DUBROW, le chanteur charismatique (malheureusement décédé). Mais qu’à cela ne tienne, FRANKIE (batteur des débuts) et CHUCK (bassiste sur l’album « Metal Health » de 1984 ainsi qu’ALEX (qui a tourné avec QUIET RIOT entre 2004 et 2006) ont décidé de continuer le groupe pour rendre hommage à KEVIN, disparu tragiquement en novembre 2007 suite à une overdose de cocaïne. Après plusieurs essais de chanteurs, ils se sont focalisé sur JIZZY en 2010 et personnellement, je pense que c’est celui qu’il fallait tellement sont timbre est proche du sieur DUBROW.

Et c’est partit pour plus d‘1h30 de show. Et quel spectacle ! QUIET RIOT, c’est des hymnes du hard-rock interprétés à la perfection par un JIZZY remonté comme une horloge helvétique.

QUIET RIOT 7

QUIET RIOT

QUIET RIOT 6

QUIET RIOT

Dès « Run for Cover », on sent qu’on va avoir droit à un super show. JIZZY anime la scène et ne tient pas en place. Ça va être coton pour prendre des photos, teins ! D’autant plus qu’après un « Slick Black Cadillac » c’est « Mama we’re all Crazee Now », la fameuse reprise de SLADE qui débarque. Et on n’en est qu’au troisième morceau !

D’un seul coup, je remarque que la foule est devenue massive. J’avais repéré tout à l’heure un groupe de jeunes adultes atteints de trisomie qui s’éclatait pendant les prestations d’avant. Sur les barrières, ils headbanguent à tout va, au grand étonnement du groupe qui les salue humblement. Evidemment, les baguettes sont pour eux et les médiators aussi. Respect.

Trois titres s’ensuivent avant le hit « Condition Critical ». La foule est en délire. Ça secoue la tête de tous les côtés. Et dire que ça va être comme ça pendant une heure et demie !

C’est alors que FRANKIE décide de sortir de derrière son kit de batterie afin de rendre hommage à RANDY RHOADS (1er guitariste du groupe avant d’intégrer le OZZY OSBOURNE BAND) et KEVIN DUBROW. Il nous parle de ses deux anciens amis et demande une minute de silence en leur honneur. Devant la scène tout le monde s’est tu. Impressionnant ce calme.

QUIET RIOT 4

QUIET RIOT

QUIET RIOT 5

QUIET RIOT

Passer ce moment de recueillement, c’est « Party all Night » qui nous arrive en pleine poire. Et c’est reparti à fond la caisse pour les hits des 80’s ! FRANKIE nous en fait des tonnes derrière son kit, CHUCK et ALEX s’éclatent à fond et profitent de ces moments en accumulant l’énergie que leur donne le public. « It Sucks to be You » nous chante un JIZZY hyper heureux d’être là.

Deux tires plus tard, c’est la ballade « The Wild and the Young » qui est jouée. Enfin un moment de calme ! «  Do you wanna be crazy ? » nous demande JIZZY ? Hein ?… Moi qui pensais pouvoir me reposer un peu ! C’est « Let’s go Crazy » qui nous arrive, et justement, c’est de la folie côté public. Quasiment toutes les tables sont vides.

Et c’est la fin du show. Déjà ? Evidemment non ! JIZZY revient sur scène et nous demande « Do you wanna make some noise ? ». La seconde reprise de SLADE arrive avec « Cum’on Feel the Noize » qui sera suivi d’un « Metal Health (Bang your Head) » de folie.

Ça y est, c’est fini ! Le groupe salue la foule, serre des mains et s’en retourne dans les loges, content d’être venu. Seulement voilà, le public en redemande, et pas qu’un peu ! Normalement, le show est fini, mais devant tant de ferveur, le groupe revient pour nous jouer un « Highway to Hell » de toute beauté. Tout le monde est aux anges, ébahi par ce show du groupe. Et tous sont unanimes : ce soir, QUIET RIOT a mis le feu au lac !

QUIET RIOT 3

QUIET RIOT

Comme il n’est déjà pas loin d’une heure du matin et qu’il nous reste plus de trois heures de route, nous décidons de ne pas assister au concert de TIMELESS, même si le camping à l’air de bien se remplir. Perso, passer la nuit dans la boue, très peu pour moi. D’autant plus que la pluie a décidé de redoubler d’efforts !

En tout cas, je ne regrette en rien le trajet pour venir ici, j’ai pu assister à un concert de folie sur un site à couper le souffle.

Vivement l’année prochaine !