Tagged: HARD FRANCAIS

BAND OF GYPSIES + MESSALINE : Live Report @ Le Brin de Zinc de Barberaz – 22 octobre 2016

messaline-2

MESSALINE

Report de Steve*74

Comme vous le savez tous, le temps passe vite, trop même pour certains. Depuis un mois je parcours la Suisse pour différents concerts et je n’ai pas vu les jours défiler. Il est temps de remettre les choses en place et de reprendre les bonnes vieilles habitudes qui me tendent les bras comme un vieil amour retrouvé. Direction le Brin de Zinc ce vendredi avec un atout majeur : c’est que la voiture connait la route, pas besoin de GPS sur ce coup là !

Quand j’arrive juste à l’heure devant la salle, j’ai l’impression de m’être trompé de jour. Il n’y a presque personne dans le parking ni devant la porte d’entrée. Pas même un fumeur égaré. L’avantage c’est que pour une fois je peux choisir où me garer, mais au fond de moi j’angoisse un peu pour les gentils organisateurs.

messaline-5

MESSALINE

Finalement, les spectateurs habitués du lieu savent qu’ici on ne commence jamais à l’heure indiquée. Ils arrivent par vagues bien après l’heure légale annoncée. Vis à vis de la Suisse c’est un énorme changement. Et quand MESSALINE arrive enfin sur scène, la salle s’est bien remplie. Je suis rassuré car un concert devant quelques spectateurs épars ce n’est pas trop cool.

Ils débutent le show par « Dernières sommations », une sorte d’avertissement pour le public qui va en prendre plein les oreilles pendant 10 titres. D’entrée, on sent les musiciens remontés comme des coucous suisses… qu’ils ne sont pas (ils sont bressans et ils le revendiquent).

La dernière fois que j’ai vu le groupe en live, c’était en première partie de FREEDOM  CALL à Lyon en mai 2013 (oui, je me répéte mais le temps passe vite). Depuis pas mal d’eau a coulé sous les ponts avec un nouveau batteur et un nouveau CD à défendre sur scène.

ERIC, le chanteur fait le spectacle à lui tout seul. Ses deux comparses guitariste et bassiste restant sagement dans leurs coins. Le chant est pour une fois en français même si en live je n’ai pas pu comprendre toutes les paroles. A noter que MICKAEL, le guitariste assure les choeurs sur les refrains pour donner plus de puissance à l’ensemble.

Avec « Fouilles de sarcophage », je découvre sur scène un morceau de « Illusions barbares », le dernier opus de MESSALINE. Il est suivi de « A Jérusalem » et de mon titre préféré « Mehlinn-Hâ ». Pour ces morceaux, ERIC a revêtu sa tenue de templier. Oui, la même que ceux qui partaient faire les croisades au Moyen-orient il y a presque mille ans (sur ce coup là, je ne sais pas si le temps est vite passé !!). Regardez la pochette du dernier disque pour mieux comprendre si vous ne la connaissez pas.

A la fin de ce triptyque, ERIC retrouve son look de hard-rockeur pour nous emmener vers un horizon totalement différent. Fini le moyen âge et l’histoire, place à une actualité brûlante avec « Barbie tue Rick ». Musicalement ça reste cohérent mais bonjour le grand écart entre les sujets abordés !!

Nous sommes des gens heureux car nous avons le droit et la joie d’écouter un vieux morceau « Fin de règne », jamais joué auparavant sur scène. C’est bien, il faut savoir innover et faire évoluer son répertoire en piochant dans son répertoire des nouveautés anciennes.

Bonne prestation d’ensemble. Je suis content de les avoir revu et je suis prêt à repartir pour de nouvelles aventures avec eux. A bientôt, I hope to see you soon, boys.

band-of-gypsies-1

BAND OF GYPSIES

Maintenant que le public est à bonne température, place maintenant à BAND OF GYPSIES, avec un tribute à JIMI HENDRIX. Le sujet est plus que délicat, car comme vous le savez certainement, ici on ne chronique pas les tribute bands. Ceci dit, ce soir ce n’est définitivement pas un traditionnel tribute band comme on peut l’entendre habituellement.

Tout d’abord, il est constitué autour d’HASSAN HAJDI, guitariste du groupe ANGE depuis 1997. Le monsieur donne aussi des cours de guitares au Mai à Nancy. Autour de lui, BENOIT CAZZULINI, batteur lui aussi d’ANGE et JC BAUER à la basse qui, lui, a notamment joué avec PATRICK RONDAT. Nous n’avons donc pas à faire à des débutants ou à des musiciens en mal d’inspiration mais bien à des musiciens reconnus qui n’ont plus rien à prouver.

HASSAN explique aux médias qu’il a découvert le rock avec HENDRIX et que maintenant qu’il a touché un peu à tout dans la musique, il désire se faire plaisir et jouer en live la musique qui a influencé sa jeunesse. C’est un hommage qu’il rend à HENDRIX.

Pour être franc avec vous, je ne suis pas hyper fan d’HENDRIX, même si je reconnais volontiers la technique du monsieur, sa créativité ou son apport essentiel à la musique qui nous intéresse aujourd’hui.

Ce soir, le trio ne reprend pas les morceaux note à note, non ici il s’approprie le répertoire et adapte les titres avec de fréquentes incursions jazzy. Le son de la guitare si caractéristique chez HENDRIX n’est pas présent ce soir. La basse à un rôle omniprésent, JC s’éclate sur scène. Sa basse à 5 cordes n’est pas un objet de décoration, le bougre sait bien l’utiliser. Les morceaux tout en gardant la trame originale ont une couleur particulière. Les puristes risquent de détester mais les mélomanes vont adorer.

Je reconnais tout de même quelques classiques comme « Fire » ou encore la célèbre reprise de BOB DYLAN « All along the watchtower ».

L’heure tourne et au moment du rappel, HASSAN annonce qu’ils ne peuvent pas jouer tous les titres initialement prévus faute de temps. Eh oui les amis, il faudrait penser à faire débuter les soirées à l’heure et non avec 45 minutes de retard !!! Nous pourrions nous montrer frustrés… Mais les spectateurs attendent avec envie la suite…

Pour finir, ils nous proposent un « Purple haze » de folie pour clore un concert mémorable. Ce n’est pas tous les jours qu’HENDRIX occupe la vedette d’un concert !

band-of-gypsies-4

BAND OF GYPSIES

En conclusion, un bon concert avec une interprétation personnelle et magistrale d’un répertoire indémodable et mythique. Il ne manquait, à mon avis que « Hey Joe » pour conclure ce show de façon définitive.

Si ce report vous a donné envie de les écouter, sachez qu’un projet d’enregistrement est en cours. Surveillez les différents médias pour ne pas rater l’événement quand il se produira.

Petit rappel, cette chronique est l’exception qui confirme la règle. N’allez surtout pas croire que nous allons  dorénavant chroniquer les tribute bands. A bon entendeur, salut !!

HELLECTROKUTERS + LOSING ALL + SHOEILAGER : Live Report au Boeuf sur le Toit de Lons-le-Saunier – 19 décembre 2015

HELLECTROKUTERS L1-

HELLECTROKUTERS

Allez, ce soir ça change car je mets le cap vers une destination pour l’instant inédite pour les concerts : Lons-le-Saunier et plus précisément une nouvelle salle : le Boeuf sur le Toit.

Et si je vais là-bas, c’est qu’ils ont la bonne idée de faire passer BUTCHO avec ses copains d’HELLECTROKUTERS. Et moi, je ne résiste pas à HELLECTROKUTERS !

Je suis tellement pressé de les voir que j’arrive une plombe avant l’ouverture des portes. Du coup, je vais me les peler sévère ! Ca c’est une résolution à prendre pour 2016, n’arriver ni trop en avance, ni trop en retard !

Bon, à peine les portes ouvertes, je craque littéralement sur cette salle ! Elle est superbe ! Toute en largeur, une grande scène avec une avancée (j’en connais un qui va pouvoir s’éclater comme un petit fou !), des balcons… Sans anticiper sur la qualité de son, ça présage du très bon !

SHOEILAGER

SHOEILAGER

Allez, venus de Chalons-en-Champagne, les SHOEILAGER ouvrent les hostilités. Et putain, ça oui, je suis preneur ! Du hard-rock français 80, mélange de BLASPHEME, MANIGANCE et consorts, c’est clair que je suis client ! Surtout si c’est fait comme ça ! Je craque sur la voix du chanteur, les morceaux sont vraiment percutants. En plus, les musiciens loin d’être embêtés par la taille de la scène, l’utilisent totalement. La seule chose que je ne comprenne pas, c’est comment j’ai pu passer à côté de ce groupe alors qu’ils ont déjà deux albums et pas mal de concerts à leur compteur.

Enfin je m’en fous, je suis en train de récupérer mon retard et je ne boude pas mon plaisir ! Et le premier qui me dit qu’ils n’ont pas inventé le hard-rock, je lui répondrais que je m’en tamponne le coquillard parce que moi, j’ai les cheveux qui bougent tout seuls… comme ceux du public présent d’ailleurs.  C’est clair qu’avec leur morceau d’entrée « Cauchemar », ils ont mis tout le monde d’accord ! En plus, j’avais raison, le son est vraiment excellent. Whaa ! je prends une bonne tarte comme je les aime. Alors je suis peut-être un peu maso, mais putain, ça fait du bien !

Quoi ? Ils ont déjà terminé ? Beuh, je suis triste, moi ! Mais qu’est-ce que je suis content, je dormirais moins con ce soir car j’ai découvert SHOEILAGER !! Et pour tout fan de hard-rock français des eighties, ça valait vraiment le déplacement !… En plus, Lons-le-Saunier, c’est moins loin que Chalons-en-Champagne !

Bref, un groupe à peine découvert et tout de suite adopté ! En plus, ils n’ont pas fait le déplacement tout seul, leur fan-club les a suivis et sont bien présents dans la salle. Et ça, c’est énorme !

Bon, ce n’est pas tout, mais moi je vais faire un tour dehors pour voir si on peut manger un boeuf… sur le toit ou pas ! C’est vrai ça, un nom comme ça, ça donne faim ! Et ils ont tout prévu : un méga hamburger avec un double steack, des oignons et des champignons avec la sauce que vous voulez, pour pas cher, c’est vraiment trop top ! Ca requinque un petit hardos. Si on rajoute à ça des consos pas chères, il y a tout pour me rendre heureux ! Non, je ne pense pas qu’à mon ventre ! Je suis un homme, c’est tout !

LOSING ALL 1

LOSING ALL

Allez, il est temps de retourner à l’intérieur. C’est au tour des locaux de LOSING ALL de prendre le relais. Vu que je connais bien l’ingénieur du son aux platines, que c’est lui qui enregistre en ce moment leur album, et que je sais qu’il n’enregistre que des groupes qu’il aime, je suis plutôt confiant. Heu… le bougre ! Il aurait pu me prévenir qu’ils oeuvraient dans un style on va dire métal moderne avec des touches de hardcore ! Et les touches, elles sont assez présentes quand même ! Quand on n’est pas prévenu, ça fait drôle !

Bon, mis à part ça, c’est clair que c’est bien fait. Le chanteur a une très belle voix – sauf quand il prend sa grosse voix bien-sûr, mais c’est une question de goût personnel –  et il dégage une méga énergie sur scène. C’est assez impressionnant. Les autres musiciens assurent leurs parties.

Musicalement, ça tient plus que la route, mais vous vous doutez bien que ce n’est pas ma pinte de houblon… Ce qui ne m’empêche pas de reconnaître que c’est un groupe intéressant. Heu, bien sûr, je ne vais pas forcément mettre leur disque dans la voiture pour rentrer… C’est un coup à rouler à 200 km/h et avoir des embrouilles, ça !!

HELLECTROKUTERS L3-

HELLECTROKUTERS

J’en profite donc pour aller faire un interview d’HELLECTROKUTERS car je viens de me rendre compte que je ne leur en avais jamais fait ! C’est bêta ! Je ne pouvais que réparer ça ! Ensuite, je descends pour papoter avec les membres du fan-club de SCHOEILAGER, rejoint par le chanteur et le guitariste dudit groupe. Du coup, je ne vois pas le temps passer.

Allez, c’est au tour d’HELLECTROKUTERS de venir clôturer cette soirée. Et j’en étais sûr, ils vont y aller à fond les manettes, version « les freins, c’est pour les lâches » ! Difficile de décrire ces énergumènes en live, surtout sur un espace aussi grand.

Le guitariste est vraiment hallucinant d’énergie et nous donne un show royal. BUTCHO est bien sûr impérial. Leur fuckin’ rock’n’roll met le feu à la poudre pour le plus grand plaisir du nombreux public présent ce soir – public qui pour grande partie les découvre ce soir en live et adhère spontanément.

Quand je vous disais que cette salle était géniale, on n’a même pas trop chaud et le son est toujours méga bon. J’ai du mal à rester concentrer, je m’en tape. J’ai les cheveux qui bougent tout seuls et ça c’est le plus important !

HELLECTROKUTERS en live, ça dépote sa grand-mère. Ils n’ont pas fait le déplacement de Paris pour rien ! Ils sont là pour jouer du rock ‘n’ roll et putain, ils sont vachement efficaces ! Perso, je ne m’en lasse pas.

Du coup, bien sûr, quand ça se termine on a l’impression d’avoir été passé dans une machine à laver. Et en plus, on aime ça ! Whaa !!

Ca y est, c’est fini. Une soirée parfaite comme je les aime : un lieu au top, des groupes qui y vont à fond, des orgas méga cools.

Bref, j’espère que 2016 commencera comme 2015 se termine ! J’aurais été dégoûté que ce ne soit pas super ce soir car à moins d’un rajout de date de dernière minute, c’est mon dernier concert live de 2015.

Allez, see you les gens, on se retrouve en live en 2016 !

HELLECTROKUTERS L5

HELLECTROKUTERS

HALLOWEEN METAL FEST III : Live Report à l’Ampérage de Grenoble – 31 octobre 2014

vanden plas 2-1

VANDEN PLAS

Trop facile d’être à l’heure ! Bon d’accord, c’est plus simple vu que le showcase acoustique de VANDEN PLAS n’est qu »à dix minutes ! Cerise sur le gâteau, comme il est encore tôt, je n’ai même aucun problème pour garer ma caisse. Ce qui est assez exceptionnel ici.

J’arrive devant la salle et là… il y a pleins de monstres et de créatures bizarres ! Bon, il n’y  a pas de clowns donc même pas peur ! Ce soir, on est le 31 octobre et c’est Halloween of course ! C’est même le nom de la soirée où je vais : Halloween Metal Fest. Bref, une soirée métal avec pleins de métalleux qui se lâchent ! Trop top !

Moi, j’aime beaucoup l’Ampérage comme salle de concert. C’est un lieu très métal par nature. Bon ce soir, c’est très branché Halloween pour le décor. Dans la zone fumeur à l’extérieur – mais dans l’enceinte de la salle… c’est bon, vous suivez ? – il y a des croix de pierres tombales avec une photo différente sur chacune d’elles… majoritairement des réactionnaires notoires. Même en photo sur une croix, ils me font peur ! Je préfère affronter Catwoman malgré son fouet ! Heu, comment je rêve si je crois que je peux jouer avec Catwoman ? Aïe, pas la tête ! Pfff ! Y’en a qui n’ont pas besoin de se déguiser pour être des méchantes sorcières !!!

ossonor 1

OSSONOR

Bon OK. Je rentre dans la salle parce que ça va commencer. Même à l’intérieur beaucoup de gens sont costumés. Un, c’est fun et deux, l’entrée est moins chère quand on est déguisé. Pas con !

Même le groupe qui entre en scène le premier, je ne suis pas sûr que ce soit leur look normal, lol !!! En tout cas, la chanteuse est terrible dans son costume et avec son maquillage ! Les autres  musiciens sont  grimés eux aussi et le guitariste fait presque peur !

ossonor 2

OSSONOR

Ah oui, je ne vous les ai pas présentés : ce sont les grenoblois de OSSONOR qui sont en train de déverser leur métal. Et c’est bien fait ! Pour ma part, je préfère quand le chant est plus appuyé que lorsqu’il est plus lyrique, mais c’est mon goût perso.

En tout cas, c’est bien en place et ils sont à l’aise devant le public. Le public qui commence d’ailleurs à bien remplir la salle apprécie. Bref, une très bonne entame de soirée.

ELTHARIA

ELTHARIA

La soirée continue avec un autre groupe de la région : ELTHARIA. Je suis toujours surpris par le vivier de groupes de métal sur Grenoble et sa région. De la quantité de groupes… et de leur qualité ! C’est vraiment impressionnant. Et là encore, c’est le cas.

Le métal de ELTHARIA est bien joué. Le groupe est lui-aussi bien en place sur scène. Perso, j’aime bien le chanteur, je trouve qu’il a un certain charisme et j’aime bien sa voix. Les musicos savent se servir de leurs instruments. Mais, j’ai un peu décroché au fil du set. Pas que ce soit mal fait, loin de là, mais il me manque le petit truc qui m’aurait fait rester au pied de la scène.

En tout cas, je suis content d’avoir découvert un autre groupe. Et puis, ça aurait pu être un groupe de death métal mélodique ! Euh, non, mais ça je m’en doutais que ce ne serait pas le cas parce que le nom du groupe n’est pas écrit en gothique. En plus, la soirée des gros méchants c’est demain soir. Putain, ça tombe bien, demain j’ai piscine !!

WHISPERING TALES

WHISPERING TALES

Bon, le temps de rigoler avec des trolls et d’éviter Cruella et le groupe suivant arrive sur scène. Changement de décor. Les musiciens sont en costumes Borsalino et la chanteuse porte une tenue époque prohibition.

En provenance de la Canebière, les WHISPERING TALES sont là pour nous délivrer un métal lyrique conceptuel. Si vous achetez leur CD, il y a un lien pour télécharger un livre… qui bien sûr est le complément du CD. Vous avez suivi ? Cool ! J’en connais qui n’ont pas réussi !

Musicalement, on est vraiment dans du métal lyrique mais pas mou. Après, je trouve la voix très aiguë, et donc le côté lyrique est vraiment trop mis en avant, ce qui est plutôt du au son je pense.

WHISPERING TALES 2

WHISPERING TALES

WHISPERING TALES a un univers bien à lui – ils réussissent quand même à nous transporter dans les années 30 à Marseille – et ça c’est un truc que tous les groupes n’ont pas. Après bien sûr, il faut aimer le style.

Encore deux groupes à venir et l’heure est déjà bien avancée. La salle est maintenant blindée de chez full ! C’est cool mais du coup, c’est une étuve digne d’un sauna norvégien !!!

J’en profite pour rejoindre un copain, Cyril de Rock Azylum qui a quelqu’un a me faire rencontrer… un guitariste qui jouait dans un groupe de hard-rock américain de fous furieux dans les années 80… Un indice : son groupe jetait des quartiers de viande dans le public à l’époque…. Bon, là vous avez dû trouver ! Non ? Tant pis, vous aurez la réponse dans mon prochain report !!! En attendant, je suis dans le même état qu’un gamin qui rencontrerait le Père Noël ! Si, si !!

amon sethis 1

AMON SETHIS

Bon, c’est pas tout mais il me faut redescendre des loges car les organisateurs de la soirée, les AMON SETHIS entrent sur scène. Je parlais plus haut d’un groupe avec un univers bien à lui et bien là, on est en plein dedans. Du métal tendance oriental, basé sur l’Égypte ancienne. On part direct dans un voyage musical et visuel.

Leur guitariste ayant du déclarer forfait – il a préféré aller à l’hôpital pour se faire opérer de la main (on lui souhaite d’ailleurs un bon rétablissement) – c’est donc avec un guitariste qui a eu deux jours pour apprendre les morceaux qu’ils se produisent. Et les musiciens d’AMON SETHIS sont aux taquets !

Ca faisait très longtemps que je ne les avais pas vus sur scène et le changement est vraiment flagrant. Pour le visuel, ça commence dès le morceau d’ouverture, où un livre ancien est enflammé – pour de faux, bien sûr ! Par contre, la set list, elle, a bel et bien commencer à flamber aussi, et ça mon petit doigt me dit que ce n’était pas prévu, lol ! Musicalement, la compo des morceaux est beaucoup plus aboutie et le choix de la set list est franchement réussi.

amon sethis 2

AMON SETHIS

Bref, le niveau est vraiment monté de plusieurs crans. En plus, ils ne sont pas dans leurs conditions maximales (remember, le guitariste).

Serge, le guitariste de CHEMICAL WEDDING  vient un peu plus tard prendre part à la fête pour deux morceaux. Euh… Ils auraient peut-être du lui dire qu’un pharaon allait monter sur scène, ça lui a  fait un choc !!

L’ambiance est bouillante et méga fun en même temps. Ouais, à part une poignée de méchants Gremlins qui décident que pogoter/slammer dans une salle bondée, c’est tordant !! C’est le moment pour nos copains d’AMON SETHIS de finir leur show car il reste encore un groupe à venir. En tout cas, moi j’ai pris une bonne baffe. Les morceaux de leur dernier CD sont très bons. Moi, je me les reverrais dès que possible avec plaisir.

Allez, petit tour au stand de merch des groupes !

VANDEN PLAS 2-4

VANDEN PLAS

Il est maintenant minuit et quart et VANDEN PLAS commence à jouer. Heu, comment je les ai déjà vus toute à l’heure ! Là, c’est le concert électrique avec l’ensemble du groupe !, Ce n’est pas du tout pareil !

Le show ce soir est plus orienté sur leurs trois derniers albums donc c’est du métal prog’ à la VANDEN PLAS. Ils ont bien récupéré et sont en pleine forme. Leur set est impeccable. J’adore la voix d’Andy ! Günther au clavier est un tueur et leur prestation est bien musclée. Je ne regrette pas de ne pas entendre de morceaux plus anciens car j’ai eu la chance d’en entendre cet aprèm pendant leur showcase acoustique !

Les VANDEN PLAS communiquent bien avec la salle et on voit qu’ils sont heureux de jouer à Grenoble. La salle, elle, a changé de public dans les cinq premiers rangs. Beaucoup de fans du groupe et de musiciens. Bon allez, c’est presque la fin.

VANDEN PLAS 2-2

VANDEN PLAS

Un rappel et là c’est bien fini. Nos copains allemands nous ont prouvé qu’ils étaient toujours là et que dans le style, VANDEN PLAS est vraiment dans les tous meilleurs. En plus, les morceaux de « Chronicles of the immortals » : « Vision One », « Godmaker », « Black Knight », en live, ça le fait grave.

Bon le temps de dire au revoir à tout le monde, de remercier la KHEOPS ASSO pour avoir organiser ce fest et il me faut vraiment partir.

Pas de monstres ni de méchants clowns à l’horizon ? Cool ! Allez, je me mets un petit « J’avais des hauts, j’avais des bas » version VANDEN PLAS pour bien terminer la soirée.

VANDEN PLAS 2-3

VANDEN PLAS

MANIGANCE + URGENT : Live Report au Brin De Zinc de Chambéry – 29 octobre 2014

Live Report de STEVE 7.4

L’association Rock Brigade doit avoir comme devise le dicton populaire qui affirme que « l’appétit vient en mangeant ». Quatre jours après l’organisation de leur tout premier concert, ils remettent le couvert avec MANIGANCE et URGENT au Brin de Zinc de Chambéry.

Urgent 2

C’est le sympathique groupe grenoblois URGENT qui ouvre les hostilités ce soir avec « Root » un morceau de leur premier album. Le ton est donné, le répertoire sera du hard rock mélodique à tendance heavy.

Les morceaux sont assez typés 80’s avec de temps en temps des touches un peu plus actuelles. Ils peuvent aussi évoluer vers des titres plus speed comme « Twisted ». L’assise rythmique est sobre mais assure de bonnes bases aux deux guitaristes qui se répartissent équitablement les solos. Le chanteur chauffe le public avec une voix mélodique qui est plus dans un registre hard que heavy. Et comme à part un guitariste tout le monde, batteur compris, fait des chœurs, le chant y gagne en puissance.

Urgent 1

Le show est bien huilé car n’oublions pas qu’URGENT est une formation qui a de la bouteille, presque vingt-cinq ans de longévité. Durant toutes ces années seulement deux albums ont vu le jour, ce qui est peu…. Allez les gars un petit effort pour une nouvelle galette serait de bon ton. L’espoir est permis car ce soir le groupe va interpréter trois nouveaux titres.

YVAN le chanteur annonce un invité mystère, qui sera DIDIER de MANIGANCE, pour une reprise des PRETTY MAIDS « Red, hot and heavy » A priori DIDIER ne connait pas bien le morceau car il ne chante que sur les refrains, mais l’initiative est sympathique. C’est aussi un clin d’œil au passé et au titre honorifique que MANIGANCE a remporté aux trophées de Hard-Rock Magazine comme meilleur groupe français en 2003. En effet lors de cette cérémonie de remise des prix à La Locomotive de Paris, le groupe avait eu l’honneur de jouer « Future world » avec les musiciens de PRETTY MAIDS..

Urgent  & Didier 3

Le dernier morceau, pour la plus grande joie du public est encore une reprise, d’EUROPE cette fois…. Trois reprises sur dix titres, cela peut paraître beaucoup, alors on aime ou on n’aime pas le principe. Une bonne prestation qui laisse augurer des lendemains qui chantent.

Et maintenant, place à MANIGANCE. Pour ceux qui ne connaissent pas, la scène du Brin de Zinc n’est pas bien grande et caser six musiciens n’est pas chose facile surtout quand la batterie avec sa double grosse caisse squatte une bonne partie de la place. JEAN LAHARGUE, le clavier se retrouve coincé en fond de scène entre le mur, la batterie et les racks, il ne bougera pas de tout le concert. Heureusement qu’il ne pèse pas cent vingt kilos car sinon il ne pouvait jouer faute de place !!!

Manigance 1

Faire du métal chanté dans la langue de Molière à toujours été un sacerdoce. Encensé dans les années 80 avec TRUST et ensuite SORTILEGE, ADX, VULCAIN… le genre est par la suite retombé dans les oubliettes. Seuls quelques gardiens du temple ont continué à entretenir une flamme parfois vacillante.

Depuis 1997 et la démo « Signe de vie » les palois de MANIGANCE ont relevé le challenge et chantent eux aussi en français. Le débat sur le choix de la langue pose souvent question dans un contexte franco/français alors que par exemple nous écoutons RAMMSTEIN sans nous poser la question de savoir si l’anglais convient mieux que l’allemand.

Par contre comme le public pour une fois comprend les paroles, l’écriture des textes demande plus d’exigences et doit être plus travaillée, plus précise et laisser de côté les éternels clichés sexe, drogues, alcool et filles (n’est pas STEEL PANTHER qui veut). DIDIER se tire à merveilles de ces embûches avec des textes de qualité et évite les sujets racoleurs.

Manigance 3

C’est aussi un pari réussi car le groupe s’exporte, du moins par disques, à l’étranger en se classant dans les hits du Japon par exemple.

« Pur sang » en introduction, suivi de « Volte face » mettent tout de suite en avant le dernier album qui vient de sortir. Nous sommes en terre heavy power mélodique, qu’on se le dise.

Les morceaux s’enchaînent sans temps morts, ils sont longs et travaillés, faisant la part belle aux guitares avec de nombreux breaks et changements de rythmes. Tout au long du concert les guitares seront en avant, exit sur scène le côté prog’ de certains albums, le groupe est revenu à une musique plus directe, moins alambiquée, en un mot plus simple. Parfaite intégration  pour les deux petits nouveaux, le bassiste STEPHANE LACOUDE et le batteur GUILLAUME RODRIGUEZ qui a un jeu de batterie remarquable et remarqué par certains.

Le son c’est à noter est puissant mais reste très bon.

FRANCOIS et BRUNO, les deux guitaristes bougent bien et occupent très souvent le devant de la scène, un peu au détriment de DIDIER DELSAUX, le chanteur qui se retrouve parfois en retrait.

Manigance 4

« Les fleurs du mal » chanté avec seulement le clavier est à mon avis le seul moment un peu faible du concert. En étant du genre pénible, j’ai trouvé le chant un peu forcé avec une voix paraissant fatiguée, mais sur les autres morceaux cette faiblesse passagère ne se fera plus sentir.

Le décoiffant « Ultime Atome », remet tout de suite les pendules à l’heure. Sur ce morceau du dernier album le clavier, qui je vous le rappelle, ne peut toujours pas bouger, va chanter avec une voix death sur les refrains lorsque DIDIER lui tend le micro. Je vous rassure cela est très court et ce passage growl s’inscrit bien dans l’esprit du morceau. Ils n’ont pas viré leur cuti et changer de style, Ouf !!!

Pendant le rappel, «Dernier hommage» un vent de folie gagne le groupe, FRANCOIS MERLE descend de scène pour aller jouer à côté d’une des rares filles (est-ce vraiment un hasard ??? ) présentes ce soir dans la salle. Ensuite c’est au tour de DIDIER d’aller dire bonjour au public et plus précisément à YVAN, le chanteur d’URGENT qui manifestement est fan de MANIGANCE et le montre avec son T-Shirt. GUILLAUME, derrière sa batterie finit le morceau debout … Le clavier lui est toujours puni dans son coin !!!… et participe à la fête de loin….

Manigance 2

Une partie des fans chantent les refrains avec ferveur pour la plus grande joie des musiciens qui affichent des sourires de plaisir et de connivence avec le public.

Malgré un emploi du temps serré, les musiciens resteront dans la salle pour dédicacer photos, CDs et parler avec les fans.

Je finirais ce report comme je l’ai commencé, par un dicton que j’adresse à Rock Brigade « jamais deux sans trois ». Alors à quand le prochain concert ???

***

Et pour finir deux vidéos de l’ami MANINROCK !!!

.


.