Tagged: HEAVY METAL

ROSS THE BOSS + BULLET + CRYSTAL VIPER : Live Report @ l’Ilyade de Seyssinet-Pariset (38) – 19 octobre 2018

ROSS THE BOSS @ L’Ilyade – Seyssinet

Bon, après consultation du trafic autoroutier et surtout de la non fermeture de l’autoroute ce soir, je pars encore une fois en direction de Seyssinet et de l’Ilyade pour une affiche qui vaut bien de payer 1,56 euro le litre d’essence ! A l’affiche ce soir, il y a un groupe que j’adore et que je n’ai – lui aussi – encore jamais vu en live : CRYSTAL VIPER. Et, ne rigolez pas, c’est ce groupe qui ouvre la soirée ! Pressiooon !

Même si après il y a BULLET que j’adore et que je veux revoir et que la tête d’affiche n’est autre que ROSS THE BOSS, si je me plante, je me les mords (si, si !).

Bon, le temps passe, le temps passe… surtout que j’ai oublié que c’est le premier jour des vacances scolaires et que je ne sais pas pourquoi ils se dirigent tous vers Grenoble !

CRYSTAL VIPER @ L’Ilyade – Seyssinet

Allez, ça va être juste mais je dois être bon, garé et… qu’est-ce que je vois ? J’ai plein de copains encore sur le parking à côté de leurs voitures ! Je leur demande s’ils n’en ont rien à faire de CRYSTAL VIPER et ils m’expliquent que ça n’ouvre que dans une demie-heure. En fin de compte, même pas en retard, même pas à l’heure mais en avance le Ti-Rickou !

J’ai même le temps de flyer pour le concert de VULCAIN à Lyon le 24 novembre et de me préparer pour l’arrivée de CRYSTAL VIPER sur scène.

Rien qu’à l’intro, je sais que ça va bien se passer. Le son est bon et ça démarre très très fort. Les musiciens déboulent à donf’. La chanteuse (euh oui, je ne vous avais pas dit, c’est une chanteuse !) a la même voix en live que sur album et leurs morceaux passent le baptême du live sans problème.

Putain c’est bon ! Comment ça, je ne suis pas objectif ? Je m’en tamponne ! Moi j’aime leur façon de faire sonner leur heavy et le mariage chant / musique fonctionne à merveille. Ils ont une vraie originalité.

Je vais être gâté par la set list ; il y a plein de morceaux que j’adore. La seule chose que je ne vais pas aimé c’est que ça va être trop court ! Il faut peut-être que je m’arrête de crier : « CRYSTAL VIPER, CRYSTAL VIPER !! » ?

Bon, le temps d’aller faire un tour dehors, que les CRYSTAL VIPER sont déjà dans la salle au stand merch’. Alors là Ti-Rickou en mode super groupie. Je fais venir Steve*74 pour qu’il me prenne en photo avec le groupe et avec la chanteuse. Je suis aux anges !!

BULLET @ L’Ilyade – Seyssinet

Même pas le temps de re-descendre de mon nuage, c’est à BULLET d’attaquer. Et les bougres, ils ne sont pas venus pour aller faire du ski mais bien pour balancer le bois. Bon, OK, BULLET aussi c’est un groupe que j’adore vraiment. En plus, je n’avais pas pu aller les voir lors de leur dernier passage à Saint-Etienne donc là, je suis en séance rattrapage.

Je vais m’en prendre non seulement plein les oreilles mais aussi plein les yeux car BULLET sur scène ça déménage sa mère-grand dans les noyers !

En plus, Nath (du Rising Fest) vient de me donner à moi et à Metalfreak (Soil Chronicles) un challenge photo : prendre le téton du guitariste en photo. Je ne sais pas pourquoi, les copines sont aux taquets. Mission pas facile car il bouge tout le temps et que son perf’ lui ne s’entrouvre pas souvent ! Sinon le chanteur est très impressionnant vocalement et… physiquement.

BULLET semble tout droit débarquer des années 80 « Heavy metal dans la peau ». Mais cela ne fait pas cliché ni déguisement, ce sont des vrais heabangueurs. Et ce n’est pas Antoine (ELECTRIC SHOCK, SILVERWIND, etc.) qui dira le contraire vu qu’il chante presque aussi fort que le chanteur !

Putain d’ambiance à l’Ilyade ! Le public est vraiment au top, comme la prestation de nos copains suédois. Heu moi encore une fois, je trouve ça trop court.

Bon allez, re-petit tour à l’extérieur. BULLET aussi va être rapidement de retour dans la salle à son stand merch’ pour faire du gribouillage sur nos disques et faire des photos avec nous.

ROSS THE BOSS @ L’Ilyade – Seyssinet

Du coup, on ne voit pas le temps passer et c’est déjà à ROSS THE BOSS de venir sur scène. Bizarrement, c’est celui qui me branchait le moins sur l’affiche. Pas que je n’aime pas ROSS THE BOSS, que j’ai d’ailleurs vu l’an dernier en live avec les DICTATORS, mais musicalement, même si sous le nom de ROSS THE BOSS, il fait du heavy metal de bonne facture, je n’étais pas enthousiasmé autant que ça. Mais bon, à suivre.

Allez, les musiciens avec qui il joue tiennent bien sur la route. Le chanteur a une superbe voix. En revanche, je me demande quand ils vont se mettre à jouer des morceaux de leurs albums à eux car là, pour l’instant c’est le répertoire de MANOWAR (pour les lapereaux de quatre jours, ROSS THE BOSS était leur guitariste et ce n’est donc pas un tribute band !). Un copain vient me dire qu’il y a quelques jours à Barcelone, ils n’ont joué que du MANOWAR.

Bon, nous on va quand même avoir deux titres de ROSS THE BOSS.  Alors bien-sûr, une bonne partie de la salle est contente car ils ont des morceaux de MANOWAR.

Moi perso, je trouve dommage qu’ayant fait plusieurs albums avec des compos, ils ne les utilisent pas plus en live… Pas que je n’aime pas MANOWAR mais pour moi, encore une fois, je ne suis pas passéiste. Si j’aime certains morceaux, en plus des compos, c’est aussi en grande partie de la manière dont ils sont joués. MANOWAR à l’époque, non seulement ils jouaient très fort mais ils avaient le look qui allait avec les morceaux. Et le line up était lui aussi totalement différent. Et donc, sans volonté de minimiser la valeur des musiciens qui jouent avec ROSS THE BOSS, je n’en vois pas l’utilité… Surtout sur autant de morceaux ! Deux ou trois, ça aurait été parfait. Mais bon, ça me permet de revoir ROSS à la guitare et ça c’est top.

ROSS THE BOSS @ L’Ilyade – Seyssinet

Le concert se termine. Les copains sont méga contents. ROSS THE BOSS va lui-aussi venir dans la salle et je vais pouvoir re-papoter un peu avec lui… et même refaire une petite photo (Steve, si tu peux prévoir des piles pour ton flash la prochaine fois, ce serait bien) !

Une fois encore Metallian Prod. nous a gâtés et nous a fait une affiche parfaite, merci !

 

SONS OF APOLLO + DILEMMA : Live Report @ le Radiant Bellevue de Caluire (69) – 16 octobre 2018

SONS OF APOLLO @ le Radiant Bellevue – Caluire

Report by SEB 747

Ce soir, je fais cavalier seul, mon ami Steve*74 ne pouvant être présent avec moi. Sniff !
Mais ne vous emballez pas trop, j’ai prévu de la compagnie histoire de ne pas rater le chemin de retour. C’est ce qu’il y a de bien avec les copains quand les goûts musicaux s’accordent. Il faut dire, que ce soir, l’affiche est belle : les SONS OF APOLLO sont venus nous rendre visite. Comment ça, tu ne connais pas ? Eh bien, cher lecteur, les S.O.A. c’est DEREK SHERINIAN (ex-DREAM THEATER, BLACK COUNTRY COMMUNION) aux claviers, RON BUMBLEFOOT THALL (ex-GUNS‘N’ROSES, BUMBLEFOOT) derrière la guitare, BILLY SHEEHANN (MR BIG, ex-DAVID LEE ROTH BAND) à la basse, MIKE PORTNOY (ex-DREAM THEATER, TRANSATLANTIC, THE WINERY DOGS…) aux fûts et JEFF SCOTT SOTO (TALISMAN, ex-YNGWIE MALMSTEEN, ex-JOURNEY, ex-AXEL RUDY PELL…) au chant. En bref, le super groupe du moment !

Le voyage se fait tranquillement, sans trop se presser. Le temps de trouver la salle et un endroit où se garer, et nous voilà prêt à en découdre. Pas besoin de faire la queue pour rentrer, l’entrée de la salle étant suffisamment grande. En plus, nous sommes en avance ! A peine entré, je découvre un superbe merchandising avec plein de goodies au nom du groupe. Et pour un tarif peu excessif quand on connait le gabarit de ces musiciens !

DILEMMA @ le Radiant Bellevue – Caluire

Tiens, une cloche sonne… C’est pour nous dire qu’il faut rentrer. Le premier groupe,  DILEMMA, d’origine germano-britannique, commence. Évidemment, je me précipite devant la scène pour avoir une bonne place. Oui mais voilà, dès les premières notes, je me dis que j’ai fait une erreur. Le groupe joue bien, voire très bien. Musicalement, cela ne joue vraiment pas mal. Pas mal, oui. Mais pour un musicien ! Chose que je ne suis pas ! Et en plus, pas moyen de faire demi-tour, le parterre est saturé. Damned ! Je suis fait !

En fait, leur musique est loin d’être une déflagration sonore qui pète les vitres de la Mère Michelle et qui fout une trouille d’enfer à son chat, parti se planquer dans la niche du chien. C’est du rock progressif, mais ultra doux. Le chanteur britannique, qui ressemble à ED SHEERAN à une voix gentille et adorable… et c’est là où j’ai du mal. Ce n’est absolument pas mon truc. Donc, je me concentre sur les autres musiciens.

Il y a un guitariste qui a de faux airs à HUGH LAURIE (Dr HOUSE) et les copines n’ont d’yeux que pour lui. Le batteur, qui a joué avec NEAL MORSE, remisé sur le côté droit de la scène, est un gros nounours au groove impassible. Le bassiste semble peu concerné ou trop concentré et le clavier, fondateur du groupe, est hyper centralisé sur ses partitions. Trop prog’ pour moi même si, je l’avoue, j’ai hoché de la tête sur deux trois morceaux.

C’est marrant, à la fin de leur set, j’ai regardé la tête que faisaient certains des spectateurs et j’ai bien l’impression qu’ils étaient comme moi, dubitatifs. En tout cas, la prestation du groupe a laissé une bonne partie du public pantois.

SONS OF APOLLO @ le Radiant Bellevue – Caluire

Allez, il est temps de se réhydrater au bar en attendant que les fils d’Apollon (Apollo en Anglais) ne daignent monter sur scène. C’est qu’il ferait presque soif !

Le groupe est attendu comme le Messie, il ne reste quasiment plus de places devant la scène. Cependant, ce qu’il y a de bien dans le Radiant, c’est que sa configuration permet aux plus éloignés dans la fosse de bien voir. La scène est en effet relativement large et haute.

Les lumières s’éteignent sous la clameur de la foule. Et c’est au son du « Intruder » de VAN HALEN que les descendants du plus beau des Dieux de l’Olympe montent sur scène. C’est MIKE et DEREK qui arrivent les premiers, suivis de RON. Une lumière verte se focalise sur lui, laissant la salle toujours dans le noir. Sur sa guitare à double manche, il nous cueille avec les premiers riffs de « God of the Sun ». Les lumières s’allument et on voit enfin le groupe en entier, BILLY et sa basse – aussi à double manche – DEREK et ses claviers au son si typique, MIKE, caché derrière son impressionnant kit de batterie.

SONS OF APOLLO @ le Radiant Bellevue – Caluire

JEFF arrive en courant et attaque le morceau de ses superbes vocaux. Il semble en pleine forme et remonté comme jamais. Il harangue déjà le public et n’arrête pas de bouger dans tous les sens.

Après un « Signs of the Time » et un « Divine Addiction » du feu de Dieu, deux autres titres de l’excellent « Psychotic Symphony », nous avons droit à un cover de DREAM THEATER, « Just Let me Breathe ».

Le set se déroule comme du papier à musique. J’en prends plein les yeux et les oreilles.
À la fin de « Labyrinth », BILLY se retrouve seul sur scène pour un solo de basse de folie.
JEFF continue de haranguer son public. « Did you hear that ? Did you hear that ? », hurle-t-il dans son micro, en regardant les incroyables musiciens avec qui il joue. Il donne l’impression de vivre un rêve éveillé.

SONS OF APOLLO @ le Radiant Bellevue – Caluire

« Lost in Oblivion » retentit dans l’enceinte du Radiant, faisant vibrer les murs. Une interprétation ultra-rapide avec un groupe sur-motivé. Les musiciens headbanguent, RON s’éclate dans ses solos, BILLY fait vibrer ses cordes, sous les coups de butoir de MIKE, arrondi par les claviers de DEREK. Ce set est vraiment impressionnant.

C’est au tour de JEFF, introduit par MIKE, de se retrouver seul sur scène pour chanter « The Prophet’s Song » de QUEEN. Et a cappella s’il vous plait ! C’est dans ces moments qu’on découvre quelle voix exceptionnelle possède ce chanteur. Et on comprend pourquoi DEREK et MIKE l’ont embauché. Il scotche littéralement un Radiant rempli à ras-bord.

RON est venu rejoindre JEFF sur scène pour interpréter « Save me », un autre cover de QUEEN. « Tu m’as l’air assoiffé, tiens goûte cette bière ! », lui dit JEFF en apportant son verre. RON commence à goûter : « T’en penses quoi ? ». « Pas mal », lui dit RON en finissant carrément le verre et en jouant un morceau en même temps, sous l’hilarité générale. JEFF, même s’il en rigole, n’en demeure pas moins dépité.

« Alive », joué de suite après cette magique reprise, détruit tout sur son passage. Ces refrains sombres et ses solos de folie font remuer un Radiant qui restait encore sous le choc du morceau de QUEEN. Dès la fin du morceau, JEFF s’adresse à nous :
« Je vous laisse avec ces quatre excellents musiciens. Moi, je vais changer de T-Shirt, prendre une douche, reprendre un verre et appeler ma mère pour lui dire combien vous êtes bon. » mdr !

JEFF s’éclipse et c’est RON qui commence. Sur le thème de la Panthère Rose d‘HENRY MANCINI nous avons droit à un show exceptionnel des quatre ultra-talentueux musiciens. Après avoir eu droit à deux titres instrumentaux des SONS (« Opus Maximus, » et « Figaro’s Whore »), on se dit que JEFF va bien finir par revenir.

Eh non, c’est DEREK, seul sur scène, qui nous démontre ses talents. Des instrumentaux réalisé par des gars aussi doués, c’est agréable. Par contre, qu’est-ce que c’est long, long comme un jour sans pain.

SONS OF APOLLO @ le Radiant Bellevue – Caluire

Après pas loin de vingt bonnes minutes, JEFF réapparaît, propre comme un sou neuf. Il porte un T-Shirt flanqué du nom du groupe, au dos duquel est inscrit son nom et son année de naissance (65). Enfin ! Ouf de soulagement dans la salle. Mais il ne nous a pas dit s’il avait appelé sa mère du coup. lol.

C’est sur « Lines in the Sand », un cover de DREAM THEATER, que les SONS finissent d’achever un Radiant qui n’en peut plus. Chaud comme la braise, il en redemande. Il est donc temps pour un rappel. RON revient seul sur scène pour un solo de guitare (encore un), heureusement pas trop long.

Mais où JEFF peut-il bien se cacher ? Nous l’entendons mais il n’est pas sur scène. Le voilà qui réapparaît dans les gradins, chambrant RON avec un verre de bière. « Tu en veux ?, Elle est bonne, tu sais ! ». Et c’est en le regardant, alors que RON est sur la scène, qu’il finit son verre. La vengeance est un plat qui se mange froid, comme le dit si bien l’expression. Lol.

SONS OF APOLLO @ le Radiant Bellevue – Caluire

Après un « And the Cradle Will Rock… », un cover de VAN HALEN entamée dans le public, c’est « Coming Home », un autre titre des Fils d’Apollon, qui voit le jour et finit de combler l’ambiance du Radiant. JEFF en profite pour refaire chanter le public, en le félicitant et en lui disant combien il est incroyable. « I comiiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnn hooohoooommmmeeee !!! » nous crie-t-il dans son micro. Et c’est la fin de ce monumental set.

Gardons les pieds sur terre. Après plus de deux heures d’un show intense, la prestation du groupe a été sans faille, pro jusqu’au bout des ongles. L’indéniable talent des cinq protagonistes ne peut être mis en doute. Ce sont d’incroyables musiciens, dignes progénitures du Dieu de la musique ! En plus, nous avons eu droit à tous les morceaux de « Psychotic Symphony », l’album des SONS OF APOLLO sorti l’an passé. Ce n’est pas courant, avouez-le, qu’un groupe – voire un super-groupe – venant tout juste de sortir un album, l’interprète en intégralité.

Si je devais avoir une critique sur ce concert totalement jouissif, ce serait un peu moins d’instrumentaux. Mais c’est juste histoire de râler parce qu’on a passé une super soirée. Pour rentrer à la maison, c’est évidemment sur « Psychotic Symphony » que nous roulons pour ne pas oublier ce concert fabuleux.

SONS OF APOLLO @ le Radiant Bellevue – Caluire

JOHN GALLAGHER, la voix de RAVEN : Interview Vidéo

John GALLAGHER – RAVEN

On m’aurait dit dans les années 80 qu’en 2018 je ferai une interview de JOHN GALLAGHER, le chanteur de RAVEN, sérieux, je ne l’aurais pas cru ! 

Un grand merci à Corinne grâce à qui cette interview a pu se faire – et un autre grand merci pour avoir prêté ta voix pour la traduction instantanée !

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à regarder cette vidéo que nous à la faire !!!

  

Interview réalisée le 07 octobre 2018 au Transbordeur de Villeurbanne

John GALLAGHER – RAVEN

DGM + AMON SETHIS : Live Report @ le Rock’n’Eat Live de Lyon (69) – 11 octobre 2018

DGM @ le Rock’n’Eat Live – Lyon

Il y a des groupes que tu adores mais que tu n’arrives pas à voir en live, soit parce qu’ils passent dans un rayon trop éloigné, soit parce que, quand ils passent dans un périmètre accessible, tu es dans l’impossibilité d’aller les voir. C’est exactement ce qui m’est arrivé avec les italiens de DGM. Alors, même si mon agenda de concerts est bien blindé, là il est hors de question que je les loupe à nouveau !

En plus, il y a mes copains grenoblois d’AMON SETHIS qui jouent en première partie ainsi qu’un groupe que je ne connais absolument pas et que ça me fera l’occasion de découvrir.  Et, cerise sur le cake, ça se passe dans un endroit que j’aime et où je sais aller : le Rock’n’Eat Live !

Et c’est parti, direction Lyon ! Je pars en avance, pas de problème. Heu… sauf que l’itinéraire choisi par mon nouveau GPS me fait passer par un tunnel… fermé pour travaux ! Je dois avoir la même malédiction que mon copain JEEP MANGOVER sauf que moi ce n’est pas avec les trains ! La petite histoire me fait quand même perdre plus de trois quart d’heure. Comble de bonheur, quand je finis par arriver, je ne trouve pas de place, tout est blindé. Du coup, je tourne et je retourne à peu près le même temps. Là, je commence à flipper grave. Je ne suis même pas sûr d’arriver à temps pour AMON SETHIS. Je commence à regretter de ne pas être allé voir 58 SHOTS au Blogg, moi (heu… j’ai appris le lendemain que j’avais bien fait car malheureusement ils n’ont pas pu arriver jusqu’à Lyon. C’était décidément une soirée Scoubidou..)!

AMON SETHIS @ le Rock’n’Eat Live – Lyon

Bon, j’arrive quand même à me garer. Il y a un groupe sur scène, il est en train de terminer. Sauvé, ce n’est pas AMON SETHIS mais le premier groupe de la soirée ! Je suis un peu dégoûté mais au moins je n’ai pas raté AMON SETHIS.

AMON SETHIS commence le set, là sans flamme ; le Rock’n’Eat ne s’y prête pas. Pour ceux qui ne les ont jamais vu, leur entrée en scène traditionnelle se fait avec l’enflammage d’un pupitre.

Maintenant que je suis posé, je m’aperçois qu’il y a des trucs que je n’avais pas forcément suivi. Il y a eu du moov’ chez AMON SETHIS. Même si je connais le batteur derrière les fûts (salut Pierre !), ce n’est pas lui qui y joue d’habitude. Et en ce qui concerne le bassiste, soit il a vraiment changé soit ce n’est pas non plus le même. Ca fait tout drôle quand tu as l’habitude d’un line up car d’un coup tu n’as plus tes repères.

Heureusement, musicalement, il n’y a pas de changement. Tant mieux car j’adore vraiment les morceaux d’AMON SETHIS, leur univers spécial « Toutenkharton est mon copain ». Ca me fait quand même drôle de les voir sur une petite scène car pour la mise en scène et le jeu de scène, c’est moins pratique. Mais bien-sûr, ils se débrouillent avec l’espace et nous délivrent un set de qualité.  Je suis content de les avoir revus. Une dose d’AMON SETHIS, ça fait toujours du bien !

DGM @ le Rock’n’Eat Live – Lyon

Allez, le temps de papoter un peu avec les copains, le temps du changement de plateau et je rompt la malédiction, je vois DGM en live !

Je suis comme un gamin. C’est un truc de connaître et d’écouter des morceaux sur disque, c’est autre chose de les voir jouer en live ! Et je ne vais vraiment pas être déçu ! Je me rends compte qu’en live, ça joue encore plus que sur CD. Leurs morceaux sont vraiment terribles. Pour du rock prog’, ce n’est pas du tout chiant et ce n’est pas fait que pour les musiciens.

DGM en live, ça le fait vraiment ! On voit qu’ils prennent du plaisir à jouer devant un public… même si, malheureusement, le public aurait pu être un peu plus nombreux. Surtout pour un groupe de cette qualité ! 

Personnellement, je ne perds pas une miette du concert. J’observe le jeu des musiciens et j’admire la voix du chanteur. Effectivement, DGM ne fait pas dans l’esbroufe. Ils n’en ont pas besoin car la qualité est là.

Evidemment, quand tu es content et que tout va bien, tu n’as pas envie que ça se termine mais, comme je le dis souvent, tout a une fin sauf la banane qui en a deux.

Ils ne vont toutefois pas nous laisser partir comme ça. On finit à leur stand merch’ pour papoter un peu, prendre des photos… Bref, je peux faire ma groupie ! A un moment quand même, je m’aperçois qu’on n’est plus trop nombreux, qu’il est tard, et je me dis qu’il faut quand même que je me rentre.

Un grand merci au Rock’n’Eat Live d’avoir fait cette affiche et de m’avoir enfin permis de voir DGM !

DGM @ le Rock’n’Eat Live – Lyon