Tagged: LE BARACAT

VINCE RED, the voice of angels : Interview Vidéo

VINCE RED INTERVIEW

VINCE RED

C’est lors de son passage au Baracat’ fin mai que j’ai eu la chance de rencontrer VINCE RED.

C’était une pure découverte pour moi et comme ce que j’ai entendu m’a donné envie de poursuivre, je vous délivre une petite interview de cette formation toute en émotions.

 

 

Et pour ceux qui souhaitent découvrir VINCE RED,
voici une vidéo officielle !

RAKEL TRAXX + DRENALIZE + VINCE RED : Live Report @ le Baracat’ de St Maurice Colombier – 27 mai 2016

RAKEL 1

RAKEL TRAXX

Heu non, je n’ai pas déménagé à Besançon, ni à Monbeliard ! Je n’ai pas non plus de relation avec Rémy le programmateur musical du Baracat’ ! C’est juste que ce fourbe a toujours le don de programmer des groupes que je veux voir – ou revoir – et que je suis faible !!!!

Bon, vous l’avez compris, ce soir c’est direction Saint-Maurice Colombier et plus précisément le Baracat’. Ti-Rickou maisoooooon !!

Là, il faut que j’assure car il y a trois groupes et que forcément ça va commencer à l’heure. Et je ne veux pas rater le premier groupe car, dixit Rémy, c’est très bien et ça devrait me plaire. Voilà, c’est malin, je me suis mis la pression et du coup j’arrive à me perdre à Saint- Maurice Colombier ! Si, si, je ne déconne pas, j’ai suivi le canal dans le mauvais sens !!

VINCE RED

VINCE RED

Bon, même pas grave, j’avais de la marge et non seulement je ne suis pas en retard mais en plus j’ai même le temps de dire bonjour aux RAKEL TRAXX qui prennent le frais en terrasse et de dire bonsoir à Rémi et à Hervé (qui sont surpris que je sois à l’heure !) avant que VINCE RED monte sur scène.

On va commencer tout en douceur, en acoustique ; guitare et caisse à savon, un guitariste chanteur et une chanteuse accompagnés par un gars à la caisse à savon. Du rock, folk. C’est plutôt agréable et bien fait. J’aime bien la voix. On sent que c’est jeune comme projet et qu’ils se cherchent encore un peu mais en tout cas, c’est une formation à suivre.

Après une demie-heure d’un set vraiment très intéressant, c’est la pause. Je vais en apprendre plus sur VINCE RED. Entre autres qu’il était le guitariste de LIPS ADDICTION, un groupe de hard FM (leur EP 4 titres est par ailleurs très sympa).

Je profite de la pause pour re-papoter avec les RAKEL. Ils m’annoncent que je vais avoir leur nouvel album à écouter ! D’ailleurs, vous aussi vous pouvez ! En l’achetant dès maintenant, vous aurez un lien pour le télécharger et lorsque le CD sera dispo vers le 11 septembre normalement – avec une marge d’heure marseillaise de six mois bien-sûr (lol !), vous le recevrez.

DRENALIZE 3

DRENALIZE

Bon, c’est à DRENALIZE de jouer. Je suis impatient de les voir en live après la tarte que m’a mis leur album. Tiens, il n’y a pas le bassiste et c’est donc le chanteur qui s’y colle. Mais bon, au moins ils sont là et ils jouent ! Après pour le jeu de scène du chanteur, c’est sûr que c’est beaucoup moins pratique.

Allez, on ne s’arrête pas sur ce point de détail. Leurs morceaux sont toujours aussi bons et en live ça le fait, même si ce soir exceptionnellement le son n’est pas vraiment au top.

Sinon scéniquement, on sent que c’est encore en rodage. Mais je ne me fais pas de soucis, ça viendra à force de tourner. En tout cas, le public, bien présent, prend une bonne dose de hard-rock classieux délivré par de jeunes musicos qui ont la niaque.

Allez c’est fini. Je ne regrette pas d’être venu moi ! Une confirmation de ce que je pensais, DRENALIZE est un groupe qui, s’ils continuent sur ce chemin devrait allez loin.

Evidemment, à la fin de leur set, j’en profite pour les coincer pour une petite interview. Je sais, je suis trop bon !! Et pendant que j’y suis, j’enchaîne avec une interview de VINCE RED (et dire que certains pensent que je fais le webzine juste pour avoir des places gratos !!).

RAKEL 2

RAKEL TRAXX

J’enchaîne direct avec les copains de RAKEL TRAXX qui ont débuté leur set. Comme d’hab’ sur les chapeaux de roue ! Heu comment ça avec le nombre de fois où je les ai vus, ce n’est pas grave si j’en loupe un morceau ?! Ben si parce qu’en plus c’est la première fois que je les vois avec leur nouveau bassiste. Il est tout neuf puisque ce n’est que son deuxième concert avec eux. En plus, on va avoir droit à des nouveaux morceaux et le sleaze du soleil, je n’en ai jamais assez, moi !

Bonne nouvelle, le petit nouveau s’est très bien intégré et en plus bizarrement, il n’est physiquement pas trop éloigné de TRIXTER. Les nouveaux morceaux sont très bons et le groupe n’est visiblement pas perturbé par ce changement de line-up.

Donc, rock ‘n’ roll party au Baracat’ ou comme d’habitude, l’ambiance est très bonne. Le public s’éclate sur les morceaux fun des RACKEL TRAXX qui ont bien fait de passer puisqu’ils mettent le feu !

On a droit à un petit cover de SLADE ou de QUIET RIOT pour certains. Leur « Cum’ on feel the noize »  est quand même plus dans l’esprit de QUIET RIOT, il faut bien l’avouer !

Voilà en gros une heure de set hard-rock ‘n’ roll qui déchire. Les RAKEL TRAXX ont encore prouvé qu’ils sont un groupe sur qui on peut compter pour l’avenir de notre musique. Perso, j’ai vraiment hâte de l’écouter leur petit dernier et de vous en faire partager la chronique.

Allez, il est déjà tard. Le temps de papoter avec les groupes au stand de merch’, de prendre congés de Rémy et des patrons du Baracat’, de leur dire combien je suis content d’avoir été ici pour ce dernier concert avant les vacances et voilà, il est grand temps de « in the road again » car comme vous allez finir par le savoir, le Baracat’, c’est très bien mais c’est très, très loin !!!!!

Une spéciale dédicace aux copines Patricia et Jocelyne ainsi qu’à Angus que j’ai eu beaucoup de plaisir à revoir.

Ah oui, n’oubliez pas le nouveau bébé des RAKEL TRAXX, il s’appelle « Dirty dollz » ! …Et ses papas se portent bien.

Long live rock’n’roll !!!

WIZZO : Live Report au Baracat’ de St-Maurice Colombier – 19 février 2016

WIZZO 1

Bon, là je me pose un cas de conscience : même si nos charmants hommes politiques ont redessiné les régions, Montbéliard n’entre pas dans mon terrain de jeu – ma zone de concerts en clair. Mais d’un autre côté, j’aime vraiment bien le Baracat’ et son équipe et à vrai dire je n’y suis pas retourné depuis la réouverture. Si on rajoute à ça qu’il y a très longtemps que je veux voir WIZZO en live, ça donne, vous l’avez compris, direction St-Maurice Colombier, son église, sa rivière et bien sûr le Baracat’ ! Eh oui, je triche, c’est pas à Montbéliard même. De toute façon, Ti-Rickou est un rebelle !

Ca me fait toujours tout drôle d’arriver dans un village de campagne et de voir plein de petits hard-rockeurs. C’est ça l’effet magique du hard-rock.

Bon, je suis assez en avance pour pouvoir attraper les WIZZO et leur faire une petite interview. Mais je suis gentil, je les laisse quand même finir de manger. Je suis méga content de pouvoir enfin les rencontrer et pendant que STONE AGE, un tribute band aux ROLLING STONES chauffe la salle, j’en profite pour un petit délire avec les copains.

WIZZO 6

Et je suis presque synchro, je termine mon interview presque au moment où ils terminent de jouer. Heureusement parce que je ne voudrais pas empêcher WIZZO de jouer quand même ! En plus, encore une fois la magie Baracat’ a fonctionné, on est plus de cent dans la salle et l’ambiance est bien chaude !

Et là, effectivement, ça valait le coup de faire le déplacement car comment dire ? WIZZO sur scène putain, ça décoiffe ! Musicalement on est dans le hard-rock qu’on aime avec des touches boogie-rock, une voix qui le fait bien et visuellement et scéniquement, je vous le dis tout net, ces mecs sont de vrais dingues ! Quelle transformation entre les mecs que j’ai eu en face de moi à l’interview, très « gentils délireurs ». Je ne m’attendais pas à avoir des monstres comme ça sur scène !

Le chanteur est un putain de frontman mais il n’y a pas que lui. Tous ses copains sont vraiment à fond dans leur prestation et leurs morceaux sont de véritables hymnes à headbanguer. En plus, ils communiquent vraiment avec la salle… et elle le leur rend bien ! Il y a une putain d’ambiance et ça, ça fait du bien.

WIZZO 3

Bon, on va avoir droit à un petit morceau des STEPPENWOLF pour finir la distribution de tartes dans la tronche. Mais bien sûr, vous l’aurez compris, on est un peu maso et on en re-veut nous, des baffes dans la tronche de WIZZO. Ca tombe bien parce que eux aussi ils veulent continuer la distribution . Et comme ils nous l’expliquent, la setlist prévue pour ce soir est maintenant finie mais ce n’est pas grave parce qu’ils vont quand même nous en envoyer d’autres !

Les bougres, ils ont plein de munitions ! Ils vont aller puiser chez nos amis suisses de GOTTHARD (eh ouais, ça c’est du cover qui n’est pas fait tous les jours !). Ca tombe bien, c’est le T-Shirt de groupe que je porte ce soir, trop fort !

WIZZO c’est ça, le pur esprit rock. Problème de guitare ? Pas grave, on va faire des « oh oh oh » en choeur pendant que ça s’arrange. C’est tout ce que j’aime dans un groupe : du fun, du rock ‘n’ roll et pas de prise de tête !

Ils vont même faire venir le chanteur de STONE AGE pour bien sûr devinez quoi, un petit délire ROLLING STONES… à la sauce WIZZO évidemment !

WIZZO 4

Allez, il est tard. Ils sont en train de chercher par quoi ils vont continuer quand le patron leur fait signe que ce sera le dernier morceau. Difficile en ce moment, pour un groupe de hard-rock, de terminer un concert sans nous faire un hommage à LEMMY de MOTORHEAD. Sérieux, si tous les groupes que je vais voir live en ce moment mettaient leur reprise de MOTORHEAD sur une compil à la mémoire de LEMMY, on aurait largement de quoi faire un double CD ! Allez leur « Born to raise Hell » n’est pas le morceau le plus repris par des groupes et leur version sur-vitaminée nous achève pour le compte !

Bon, le temps de récupérer enfin leur CD et un T-Shirt, de leur dire à bientôt dans, cette fois-ci, mon terrain de jeu, c’est à dire le Rhône-Alpes. Eh oui, les copains, j’en profite pour faire de la pub : ils vont passer par chez nous, et vue la claque que j’ai pris ce soir, un conseil, ne les rater pas !!

Bien sûr je ne vais pas partir sans dire au revoir aux patrons du Baracat’ et à mon copain Rémy que je suis méga content d’avoir revu. Encore une fois je les remercie pour ce qu’ils font car leur programmation est vraiment trop top ! Dommage que maintenant ils n’aient plus le droit qu’à six concerts par an !

Ca y est, c’est fini. Sniff. Il faut reprendre la route mais la soirée WIZZO n’est pas fini car j’ai le CD à fond dans la voiture, na, na ,na !! Comment ça chérie ? Il faut que mon pied arrête d’enfoncer la pédale d’accélération ?! Born to raise hell, born to raise hell !!!

WIZZO 7

PUSSY SISSTER : Live Report au Baracat’ de St-Maurice Colombier (30 mai 2014)

PUSSY SISSTER 4

Bon ce soir, pris d’une envie subite de cancoillotte, je décide d’aller faire un tour dans le Doubs. Bon vous n’y croyez pas ? Vous avez bien raison ! Si je me dirige du côté de Montbéliard, c’est bien sûr pour un concert.

Le temps d’arriver au Bacarat’, le bar-concert où ont lieu les festivités de ce soir et vous n’allez pas y croire, je suis en avance ! Je suis même très en avance. Je ne louperai pas la première partie. J’ai même le temps de découvrir le lieu assez improbable dans ce décor très bucolique avec une vraie salle de concert, une scène digne de ce nom et une petite salle à côté avec un écran géant !

Ca n’annonce que du bon tout ça !

SCREAMING LEADAllez, les SCREAMING LEAD ouvrent les hostilités avec du thrash old school style « Metallica et Megadeth sont mes copains ». Jeune groupe gagnant d’un tremplin local, ils sont déjà bien en place et leurs morceaux sont bien efficaces et plutôt bien faits. Après, le bémol vient plutôt du look des musicos. Mais bon, le look, ce n’est pas le plus difficile à acquérir. Si, si, y’en a qui ont des super looks et qui jouent comme des patates ; et là effectivement c’est plus problématique ! Mais là, étant donné le jeune âge des memebres du groupe, ça devrait s’arranger rapidement. Quoi, je chipote ?!!

J’ai juste le temps de goûter à la bière noire locale et d’aller faire pipi dans le canal. C »est pratique ça, c’est juste en face. Mais moi je n’ai pas, comme d’autres que je ne balancerais pas, essayé de viser les canards ! Allez ! Il est temps de quitter la minute Chasse et pêche et de retrouver le but de notre présence ce soir, les glam-rockeurs allemands de PUSSY SISSTER !

PUSSY SISSTER 3

Et d’entrée de jeu, ça le fait ! Le son est bon et le groupe attaque avec des morceaux pêchus qui mettent le feu aux plus de cent personnes présentes dans la salle. L’ambiance est très bonne : ça danse, ça tape des mains et ça reprend en choeur. Les filles sont heureuses car le chanteur, en plus d’avoir une méga présence sur scène, est un putain de beau gosse. Et en plus, il chante bien, ça tombe bien !

On a droit à des morceaux de leurs différents CD, et ça tombe aussi bien aussi, parce que à part d’aller sur internet pour trouver les premiers, voilà. C’est vraiment dommage car il y a vraiment des pépites !

La partie rythmique soutenue par un batteur bien musclé (même pas jaloux !) est très efficace. Les morceaux passent vraiment bien auprès du public… Même auprès des gens qui les découvrent ce soir.

Bon, c’est vrai qu’entre les morceaux, ils parlent beaucoup, mais c’est normal, c’est la spécialité des groupes allemands. De DORO à FREEDOM CALL en passant par GAMMA RAY, dès qu’ils ont un micro, ils ont pleins d’histoires à nous raconter ! Heu, en France, vu notre niveau d’anglais, ce n’est pas forcément compris à sa juste valeur, lol !

Mais ils sont tellement contents d’être là et de jouer en France devant un public aussi nombreux. C’est clair que quand ils ont débarqué en fin d’après-midi et qu’ils ont vu le village, ils étaient loin de penser qu’il y aurait autant de monde ! Moi aussi à vrai dire. Mais bon, les gens ont bien fait de faire le déplacement car les PUSSY SISSTER nous sortent une grosse prestation.

Bref, un concert qui défile bien plus vite que le cours du ruisseau d’en face. Et c’est malheureusement déjà fini.

Bien sûr, ils vont aller à leur stand merchandising. Et là, cruelle désillusion pour moi, ils n’ont pas emmené de CD à vendre. Il paraît qu’en Allemagne, sur les concerts, les gens n’achètent que des T-shirts et des muggs ! Mais on n’est pas allemands, nous ! Les CD, on en achète encore !…. Surtout quand on peut les faire dédicacer !!! Pas grave, je ferai signer ma set-list, na !

Allez, c’est pas tout de rigoler, mais on a un peu de route à faire. La prochaine fois, je saurais qu’il y a un gîte juste à côté ; c’est pratique, ça peut servir !

BILAN DE LA SOIREE

LOGO BARACATUne méga découverte que le Bacarat’. Un méga lieu qui a déjà accueilli des groupes tels que Pat MC MANUS, KEVIN K, ADAM BOMB, etc. Des patrons adorables qui font des concerts tous les quinze jours et qui sont vraiment branchés rock. En plus, ils arrivent à faire venir énormément de gens pour faire découvrir des groupes de qualité. Et là, chapeau bas !

Une bien bonne idée d’avoir fait passer les PUSSY SISSTER car c’est vraiment un groupe à voir en live. En plus, des groupes de glam qui passent vers chez nous, c’est pas monnaie courante !

Ce qui est clair, c’est que je ne regrette pas mes cinq heures de route.

Un merci tout particulier à Rémy qui s’investit à fond pour ce genre de soirée. See U later et long live rock’n’roll my friend !