Tagged: LIVE

METALGRESIFEST 2018 : Live Report @ Saint-Vincent de Mercuze (38) – 26 mai 2018

KISSIN’DYNAMITE @ MetalGresifest 2018

Aller à la montagne quand il neige, que c’est verglacé et qu’il pèle grave, ce n’est pas un truc qui me motive, mais aller à la montagne quand il fait vingt-huit degrés, là c’est méga cool… surtout quand c’est pour le MetalGresifest !! Et puis, cette année, l’affiche  alterne des groupes que j’aime et des groupes que je vais me faire une joie de découvrir.

Je vais donc essayer d’être à l’heure. On ne rigole pas, René ! Bon, il y a pas mal de voitures garées, c’est un bon signe pour les orga et l’ambiance. Il y a plein de copains dehors, cool, je ne dois pas être en retard. Sauf que – oui, tu peux rigoler René – si ! J’ai loupé le premier groupe EYEZERY. Oups, une découverte que je ne ferai pas aujourd’hui !! Enfin, pas en live. Chronique du EP bientôt  normalement !!

Tiens, ils ont changé la scène de place et l’ont mis à l’opposé de la salle. Pas con !

BLACKBIRDS @ MetalGresifest 2018

Je me place pour BLACKBIRDS qui sera donc ma première découverte de la soirée. C’est un groupe qui vient de Gap, donc je risque de ne pas avoir beaucoup l’occasion de les voir en live. Tiens, ils ont une chanteuse. Irait-on vers du metal symphonique ? Non, pas du tout. On va dire qu’ils oeuvrent dans du rock metal. En tout cas, c’est bien fait. Ils communiquent bien avec le public et leurs morceaux sont agréables. J’aime bien la voix de MELINE, la chanteuse des BLACKBIRDS  qui resplendit dans sa robe rouge. J’aime aussi l’univers du groupe.

En plus, le son est bon. Est-ce du au fait d’avoir changé la scène de place ou au travail de l’ingénieur son (ou les deux), en tout cas le son est meilleur que sur les éditions précédentes et pour ce style, c’est vraiment important.  

Je dois dire que je suis bien content d’avoir vu les BLACKBIRDS en live, moi ! Ce fest commence bien !

Bon, première pause papotage en plein air avec les potes. C’est vrai qu’on est bien, là. Il fait bon. Ca fait du bien, même si dans la salle il fait chaud mais que ça reste respirable.

GENERAL CLUSTER @ MetalGresifest 2018

Allez, j’y retourne ! Je vais enfin découvrir les grenoblois de GENERAL CLUSTER en live. Je dis enfin car il y a une véritable malédiction avec eux, je n’ai jamais réussi à les voir en concert ! Et ce n’est pas l’envie qui m’en manque au vu des échos méga positifs que j’en ai eu. Sans compter que, en plus, je suis friand de stoner.

Cette fois-ci, c’est la bonne. Et ça attaque fort ! Directement les baffes dans ma tronche sans préliminaire !! Whaou ! Putain ! C’est bon et efficace. Sa déboîte carrément sa grand-mère en ski ! Leurs morceaux sont de véritables tueries, du stoner comme je l’aime ! C’est mélodique, c’est puissant, j’adore ! 

La fin du set me voit donc heureux mais là, j’ai un peu chaud. Je profite de la pause pour me réhydrater. Cool, deux groupes que je vois et que j’aime.

JC JESS @ MetalGresifest 2018

Allez, je suis réhydraté. J’y retourne pour un groupe que je n’ai pas vu en live depuis vachement longtemps, lol !!! Ceux qui lisent le webzine régulièrement ont compris. Pour les autres, c’est le groupe qui ouvrait pour le concert des THUNDERMOTHER au Rock’n’Eat Live de Lyon et c’est juste mon dernier report en date.

Donc, pour ceux qui ne l’ont pas encore lu, c’est JC JESS qui monte sur scène. Et JC JESS, c’est du heavy metal mélodique avec un super guitariste qui chante en anglais. Ils sont en promotion de leur nouveau CD qui est sorti en début d’année.

Ils ont l’habitude de la scène et comme ils jouent pas trop loin de chez eux, ils sont aux taquets. Heu, qu’est-ce je peux dire d’autre que je n’ai pas déjà dit ? Ah oui, ABEL, le bassiste, ne joue pas avec sa chemise porte-bonheur qui est maintenant en Suède sur les épaules de la guitariste de THUNDERMOTHER. Ben oui, elle a craqué dessus (on parle bien de la chemise !!). Mais bon, ABEL est fort et même sans sa chemise festive, il peut jouer !!

Bon, j’arrête mes délires. JC JESS délivre une bonne prestation qui est appréciée par le public de plus en plus nombreux dans la salle (on est déjà environ 200). Whoua, content de les avoir revus ! Eux aussi vont avoir une chronique tardive de leur album à venir… enfin dès que Steve*74 l’aura finie. Non, non, Steve, pas de pression ! 

Retour à la case bar et papotage avec les copains pendant le changement de plateau.

WORRY BLAST @ MetalGresifest 2018

Là, il faut bien boire et s’hydrater car c’est au tour des suisses de WORRY BLAST de jouer et qu’on va transpirer grave ! Yes, je suis aux taquets car les groupes de hard-rock suisses, j’aime et WORRY BLAST, je suis carrément fan. C’est le moment d’aller faire le kangourou. Headbanguing obligatoire ! 

Et ça part comme j’aime. Leur hard-rock binaire à la AIRBOURNE, AC/DC et consorts me met sur ressorts et mes cheveux bougent tout seuls. Leurs morceaux sont de petites pépites de hard-boogy, surtout ceux des deux premiers albums. Mais rassurez-vous, même sur leur dernier il y a encore une influence. Faut pas déconner non plus en poussant mémé sur une luge en chocolat !!

Les WORRY BLAST ont tout compris. Leur set est énergique, visuel, participatif. Ils font tomber une pluie de faux dollars à leur effigie sur la scène et ils bougent ! Bref, encore une grosse baffe pour moi ! J’ai bien fait de boire avant (heu… de l’eau bien-sûr ! La vodka, ça ne désaltère pas, lol !). Encore un très bon set de nos copains suisses.

Retour à la case c’est bon. Comment ? Le Perrier commence à manquer ? Pas grave, tant qu’il y a du jus de houblon !! Heu, la bière ça ne désaltère pas, bande de bananes !!

 

JADED HEART @ MetalGresifest 2018

Allez, retour dans la salle pour JADED HEART. C’est marrant, la dernière fois que je les ai vus en live, c’était ici même il y a trois ans… Depuis, il y a eu un album que j’ai beaucoup aimé et j’ai hâte de les revoir. Pour ceux qui ne les connaissent pas, JADED HEART est un groupe allemand fondé en 1994 et qui fait du hard-rock mélodique. Ils ont sorti fin mars un excellent album (avec une pochette géniale d’un bad clown avec un couteau) dont j’ai hâte d’écouter les morceaux en direct live.

JADED HEART en live, c’est efficace et vraiment bien fait. Ils ont une grosse expérience et ça se voit. En plus, une bonne partie du public est venu pour eux donc l’ambiance est bonne.

Le son reste toujours bon. Ca fait plaisir. Je rentre du coup encore plus facilement dans leur univers que la dernière fois. Mais c’est peut-être du aussi à la set list… Enfin, je suis content. J’aime la voix du chanteur, JOHAN FAHLBERG et je me suis habitué à ce line-up.

Du coup, je préfère cette prestation à celle d’il y a trois ans. 

JADED HEART @ MetalGresifest 2018

Bon, dernière pause. Je voulais de l’eau mais plus de Perrier pour de bon cette fois-ci. C’est fou, non ? Obligé de boire de la bière, lol !! En tout cas, il faut bien s’hydrater car ça va encore remuer sa mère- grand dans le Génépi ! Heu, non mon copain, la vodka c’est pas une eau russe !

Bon allez, j’y retourne. Tiens, il y a du changement dans la salle, les premiers rangs sont squattés par des filles !! Eh oui, du hard heavy sleaze avec des beaux gosses sur scène, ça marche sur les copines ! Alors que soyons honnêtes, nous, on s’en fout, même quand ce sont des suédoises, on veut être devant quand même !!

KISSIN’DYNAMITE @ MetalGresifest 2018

Le dernier groupe, et pas des moindres vu que c’est la tête d’affiche, monte sur scène : KISSIN’ DYNAMITE !! Là, je suis direct en hyper espace Mr Spock. J’adore les KISSIN ! Leurs morceaux donnent envie de bouger, de sauter, de chanter (heu, attention à ta cheville, chérie !). C’est puissamment festif et ce n’est pas les copines qui me vrillent les oreilles et me niquent les pieds qui diront le contraire !!!

Les KISSIN DYNAMITE, le live ils aiment et ils maîtrisent. En plus, c’est leur début de tournée donc ils ont la pêche ! 

HANNES BRAUN a un putain de charisme et… les cheveux au vent. Heu, comment c’est le ventilo ?! Leur jeu de scène est à la fois fun et esthétique et il y a une vraie recherche scénique.

Bon, c’est fini ou pas ? Dans le doute, le public se met à scander tout ce qu’il peut. Yes, il y a un rappel ! Le chanteur met sa cape rouge (pas la même que la dernière fois que je les ai vus, moins épaisse et moins chaude. Pas fou, le roi !!), prend un spectre et c’est parti pour le morceau que les copines en général et ma femme en particulier attendaient, « I will be King. Et là, c’est la folie douce ! Mes oreilles vrillent again ! Whaou, ce morceau, c’est de la dynamite comme dirait Ovomaltine ! Ils auraient pu s’arrêter là mais ils sont gentils. ils veulent qu’ont redescendent un peu avant de terminer, on a donc droit à du rab ! Bah, on prend.

Bon là, c’est vraiment fini. Snirf, trop bien les KISSIN DYNAMITE !

KISSIN’DYNAMITE @ MetalGresifest 2018

Bien-sûr tout le monde se regroupe au stand merch’ (tout petit stand pour les KISSIN’ avec seulement deux CDs !!) où ils ne vont pas tarder – surtout le chanteur – à venir pour faire des photos, signer et papoter… comme tous les groupes du fest, d’ailleurs. Voilà qui termine en beauté cette édition 2018 du MetalGresifest. Vivement 2019 !!

Un grand merci à l’orga pour leur prog’ et pour ce fest rafraîchissant. Et bien sûr à l’année prochaine my friends !!!

Heu… problème les copains : quelqu’un sait où est la touche « stop » sur ma femme ? Elle chante « I Will be King » à tue-tête dans la voiture et pour conduire, là c’est pas facile !!!!!

KISSIN’DYNAMITE @ MetalGresifest 2018

THUNDERMOTHER + JC JESS : Live Report @ le Rock’n’Eat Live de Lyon – 14 mai 2018

THUNDERMOTHER @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

I’m happy, pour une fois qu’un groupe dont j’apprécie vraiment le dernier album s’arrête à Lyon ! Je suis trop content de voir les suédoises de THUNDERMOTHER… même un lundi !! En plus, ce sont les copains de JC JESS qui vont, presque au pied levé, assurer la première partie. Rien de tel pour me redonner le sourire ! Cerise sur le gâteau, c’est au Rock’n’Eat Live, lieu que j’affectionne particulièrement que ça se passe !

René, là tu peux me croire, je suis forcément à l’heure ! La bonne nouvelle, c’est qu’il y a déjà – bien qu’on soit un lundi – pas mal de gens qui se sont déplacés. Comme quoi, mettez quatre suédoises à l’affiche et le tour est joué, lol !

JC JESS @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

JC JESS est heureux de pouvoir enfin jouer au Rock’n’Eat. En effet, ils y étaient programmés il y a peu mais ils avaient du annuler quelques jours avant. Malgré une journée de taff et la route pour venir d’Annecy, ils sont bien décidés à se rattraper, déterminés à gagner le public lyonnais et à mettre le feu à la salle (en mode figuré, bien-sûr !).

Moi, je suis bien content de les voir en début de soirée car la dernière fois au Marnaz Metal Fest, ils avaient joués très très tard et je n’avais pas forcément pu en profiter pleinement.

JC JESS @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

JC JESS @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

Allez, ils attaquent avec leur heavy metal, une set list composée d’anciens morceaux et de nouveaux morceaux issus de leur dernier album. Ils s’adaptent bien à la taille de la scène.  Ils sont bien-sûr aux taquets, pas trop perturbés – à part ABEL CABRITA, leur bassiste – par la présence des suédoises dans la salle ! Ils nous font un très bon show qui permet au public de se mettre en condition.

Pas facile de chroniquer un groupe comme JC JESS pour moi car déjà je ne suis pas forcément objectif (j’aime son touché de guitare et sa voix) et qu’en plus, comme je les ai vus il y n’y a pas très longtemps, ce n’est pas évident d’avoir de nouvelles choses à raconter… Sauf que, à chaque fois que je les vois, je trouve ça de mieux en mieux !!

THUNDERMOTHER @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

Allez, petite pause pour se rafraîchir pendant le changement rapide de plateau. Les copines sont repoussées au fond de la salle, les copains et les photographes se pressent contre la scène (tiens c’est bizarre, je ne sais pas pourquoi, moi !

Les kangourous peuvent se mettre à headbanguer, les THUNDERMOTHER ne sont pas venues de Suède pour aller manger dans un bouchon ! Elles sont carrément là pour nous balancer des gnons ! Elles attaquent leur set et wouah, ça part méga fort !

Tiens, je reconnais la chemise de la guitariste, moi ! Ben oui, elle a craqué sur la chemise d’ABEL et lui, trop gentil, la lui a donné. Eh oui, c’est l’état d’esprit de ce soir, rock’n’roll et fun ! 

THUNDERMOTHER @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

THUNDERMOTHER @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

Bon, les filles ne sont pas là uniquement pour agrandir leur garde-robe mais bien pour faire une distribution de grosses baffes ! La machine à riffs est en route ! Pour ceux qui ne connaissent pas le style, on va dire que dans la famille AC/DC, AIRBOURNE, on aimerait les filles. C’est vrai que leurs morceaux sont très inspirés du hard boogy australien. Moi, j’en suis très heureux (qu’est-ce que je suis heureux ce soir !!) car à la sauce THUNDERMOTHER, j’ai les cheveux qui bougent tous seuls. Et je ne suis pas le seul ! Heabanguing en mode automatique et obligatoire !

THUNDERMOTHER @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

Les morceaux du premier album sont des putains de tueries et ceux de leur petit dernier aussi. Malgré un changement de line up, les THUNDERMOTHER ont réussi à sortir un putain d’album et en live, je ne vous explique même pas comment ça dépote sa grand-mère dans les traboules ! Le premier qui me dit que ce n’est pas original, que c’est ceci, que c’est cela, je lui réponds que je n’en ai rien à taper, que ce qui m’importe c’est que leur musique me donne envie de taper du pied et de chanter avec elles leurs refrains. Et sur ce coup-là, on ne s’en prive pas !

En plus, elles sont réellement heureuses de jouer à Lyon. Elles s’éclatent. Elles partagent avec le public. Tout le monde prend sa baffe. Bref, elles nous délivrent un show fun, rock’n’roll et vrai. 

Les THUNDERMOTHER nous prouvent ce soir qu’elles sont vraiment un groupe à suivre et surtout à voir en live.

Une fois terminé, elles ne vont pas terminer tranquillement dans leurs loges, elles viennent signer des autographes et bien-sûr faire des photos avec les copains… Beaucoup de photos ! … Je ne comprends pas pourquoi, moi, lol ! Elles n’ont pas du tout envie que ça s’arrête et de partir. Ca tombe bien, nous non plus ! Je vous le dis les copains, l’after va être long !!!

Voilà, c’est la fin d’une soirée comme j’en aimerai beaucoup plus, une soirée où on a du mal à laisser les copains et à quitter la salle.

Long live rock’n’roll et long live le Rock’n’Eat !

THUNDERMOTHER @ le ROCK’N’EAT LIVE – LYON

 

TRANSPORT LEAGUE + CLOUDFALLS : Live Report @ le Rock’n’Eat Live de Lyon – 06 mai 2018

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Quand j’ai vu que les suédois de TRANSPORT LEAGUE, groupe de stoner doom, passaient à Lyon, j’étais déjà aux taquets Mais quand en plus, je me suis aperçu que c’était CLOUDFALLS, un groupe lyonnais que je veux découvrir, qui ouvrait, j’étais déjà parti, garé et devant la scène pour ne pas louper le début du set !

Et c’est parti pour du… heu… on va dire du metal moderne ou plutôt metal alternatif avec voix claire. Il y a plein d’influences dans leur musique, NICKELBACK entre autres, influences qu’ils ont bien mélangées. Il en ressort des compos agréables à écouter. La voix de THEO est pile poil nickel pour le style.

CLOUDFALLS @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Je passe un petit moment à comprendre le sens des différents panneaux placés derrière chaque musicien. Ce sont des symboles stylisés et chaque musicien en a un rappel inversé (ou un truc de ce genre) sur son T-shirt. C’est très conceptuel mais c’est rigolo, ça fait un peu ambiance Power Rangers : Force Rouge ! Force Bleue !!! Lol. 

En tout cas, ils sont plutôt pas mal à l’aise sur scène et ils ont l’air de s’éclater, contents d’être là et de jouer. Le guitariste blessé est obligé de jouer assis mais le bassiste, lui, s’en donne à coeur joie. Il chante aussi sur quelques morceaux et sa voix heavy à souhait rehausse bien les compos.

C’est fun, bien fait, c’est frais. Parfait pour commencer un concert. Un petit groupe à suivre.

Bon, une petite pause sandwich au poulet du Rock’n’Eat (une tuerie !) et c’est reparti.

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Là, changement d’ambiance. Les suédois montent sur scène et quelque chose change dans l’air, l’ambiance devient plus pesante, il y a comme une odeur de soufre pour célébrer l’arrivée de TRANSPORT LEAGUE et de leurs morceaux très « Satan est notre copain ».

Ils nous balancent d’entrée de jeu leur doom renforcé au stoner. Woauh ! Ca bastonne sa mère-grand dans la cave !! Ces mecs ne sont pas là pour manger des bugnes mais pour les distribuer ! Gros riffs, voix passée au Jack. Tu as les cheveux qui bougent tous seuls mais ça passe d’abord par tes pieds. Ca monte, les vibrations t’envahissent jusqu’aux oreilles. La transe peut commencer.

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Les musicos sont à donf dans leur musique, leur univers… Limite de me foutre la trouille ! Et putain, je dois être maso mais j’aime ça ! Au moins, ils ne font pas semblant !

En plus, ça joue grave et comme il y a du stoner dans leur doom, ce n’est pas monotone du tout. Leur set list très variée pioche dans leurs différents albums et ça donne une variété musicale… enfin, dans le style, of course !

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Bon, la grand-mère n’a pas survécu mais moi je suis aux anges, même si là on est dans le côté obscur de la force. Whaou, je vais mettre un peu de temps à redescendre dans le monde réel, moi ! Heureux de les avoir vus en live car, si en CD c’est bon, en live c’est une tuerie !

Incroyable que les fans de CLUTCH et de SAINT-VICTUS ne soient pas venus car c’était un concert à ne pas louper !

Allez, le temps de papoter des prochaines affiches avec Mike et Pedro et je quitte le Rock’n’Eat Live heureux. Bizarre, j’ai la désagréable sensation qu’on me guette… Je ne suis peut-être pas encore bien redescendu, moi ! Le doom est une drogue vachement puissante !!Heureusement, Saint-Christophe veille sur moi dans la voiture, lol !!!!

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

HEAVYLUTION + SKINX : Live Report à la Salle de la Nivolière de Leyment (01) – 05 mai 2018

HEAVYLUTION

Bon, il y a des concerts où tu vas pour l’affiche…. Normal pour un concert. Il y a des concerts où tu vas aussi pour soutenir les gens qui organisent ledit concert ou pour soutenir le fest qu’ils organisent. La condition sinequanone pour moi reste qu’il y ait au moins un groupe de compo sur l’affiche car, vous le savez forcément, le webzine a pour parti pris de ne pas chroniquer les cover bands ou les tribute bands. Ceci étant dit, je me rends ce soir à Leyment non seulement parce qu’il y a les copains stephanois de HEAVYLUTION que je n’ai pas vus depuis longtemps – voire même trop longtemps – en live et parce que c’est une soirée organisée par AMM pour promouvoir le LEYM’FEST 2018.

Ti-Rickou soutient depuis le début ce fest et ses organisateurs, donc je suis cohérent avec  moi-même – quand je suis dispo et que ce n’est pas une soirée tribute –  et c’est toujours avec un grand plaisir que je vais dans leurs soirées. En plus souvent, CHRISTOPHE GINET arrive à dégoter des groupes de compos que je ne connais pas et que je suis mega content de découvrir. C’est le cas ce soir avec SKINX.

Bon, René ne rigole pas, même avant de partir, je pense que pour ma découverte de la soirée, ça va être chaud. Mais bon, on va voir si les Dieux du Heavy Metal sont avec moi ou pas.

En plus là, je me gare méga fastoche. Sur le parking, je tombe sur des copains qui ont fait une courte apparition au concert et qui s’en vont. Pas parce qu’ils n’ont pas aimé mais parce que même s’ils étaient pris ce soir, ils ont tenu à passer, même pas longtemps, pour soutenir les copains. Vous pensez si j’apprécie cet état d’esprit !

SKINX

Enfin, j’arrive à rentrer dans la salle croyant que c’est HEAVYLUTION qui a déjà commencé à jouer (vu que la papote avec les potes a duré un petit moment quand même !) mais heureusement pour moi, les Dieux du Metal sont vraiment avec moi et c’est encore SKINX qui joue.

Alors, décrire leur musique, surtout leur style est un peu compliqué mais on va dire qu’ils sont dans du hard rock ‘n’ roll. C’est bien énergique, le chanteur a une voix un peu grave mais audible. Non, je rigole, ce n’est pas brutal et le chanteur a la voix qui va bien ! Les morceaux te permettent de rentrer dans leur set et tes cheveux ont envie de bouger tout seuls ce qui est toujours bon signe. Ca joue bien, leurs compos sont originales.

Visuellement, le chanteur est très à l’aise sur scène et fait le show. Perso, j’aurais bien vu leur concert depuis le début ! Mais au moins, j’ai pu en voir une partie ce qui est déjà pas mal. Bref, bonne découverte et à revoir en entier !

HEAVYLUTION

Bon, j’ai le temps de dire bonjour aux copains, de papoter un petit peu avant que HEAVYLUTION ne commence à jouer. Ils vont jouer devant pas mal de monde car ce soir et j’en suis content pour les orga. En effet, pas mal de spectateurs ont fait le déplacement.

C’est donc dans une salle bien fournie et avec des petits hardos bien chauds que PAUL, le chanteur de HEAVYLUTION entrent avec ses copains sur scène.

Allez, d’entrée, comme d’hab’, HEAVYLUTION ça tape fort. Les fans de JUDAS, MAIDEN and co sont d’entrée dans le bain. HEAVYLUTION c’est clair, c’est du heavy metal typé 80 comme on l’aime ! Leurs morceaux sont juste taillés pour le live et leur expérience de la scène fait qu’effectivement tu te prends une grosse patate dans la tronche d’entrée de jeu.

HEAVYLUTION

En plus, PAUL a une mega superbe voix qui avec le temps s’est encore bonifiée. Comment je ne suis pas objectif ? Mais je t’emmerde !!! C’est vrai qu’ayant suivi le groupe depuis ses débuts, je constate qu’ils sont toujours en évolution constante. Et là encore, ce soir, ils me le prouvent.

HEAVYLUTION

Malgré un petit changement de line up, il n’y a pas de problème, HEAVYLUTION ça roule ! Moi, j’ai toujours hâte de terminer mes photos pour pouvoir profiter et m’éclater pleinement sur leur musique. Je ne suis pas le seul bien-sûr. Leyment adhère à fond à leur musique… sauf effectivement ceux qui ne sont venus que pour MOTORFOIN, le tribute à MOTORHEAD. On les reconnait facilement : ils ont des vestes à patches avec MOTORHEAD et la plupart d’entre eux sont dehors !

Moi, hors de question que je sorte. je prends trop de plaisir à écouter les morceaux des copains en live car ils ont deux ou trois perles que je ne me lasse pas d’écouter.

HEAVYLUTION

Allez, les stéphanois ont encore une fois jouer le jeu à fond, prouver qu’ils sont une valeur sûre et montante de notre musique et gagner de nouveaux fans.

Bon, moi une fois leur show terminé, j’en profite pour papoter avec les copains, prendre connaissance de l’affiche définitive du Leym’Fest 2018, affiche bien dans le style du fest avec des groupes régionaux de qualité et NIGHTMARE en tête d’affiche. Je leur souhaite autant de succès que ce soir !

Bon, les jeunes de MOTORFOIN entament leur set. Moi, j’en ai terminé avec mon report. De toute façon, ça tombe bien, je suis fatigué et en plus j’ai un autre concert demain. Je prends congés des potes, content d’être venu à cette soirée sur la Route du Leym’Fest.

Sauf que d’un seul coup, au moment où je pars, j’entends des accords qui ne sont pas de MORTORHEAD. Je regarde mes copains « Heu, je croyais que c’était un tribute à MOTORHEAD et pas à AC/DC ?  » Eh oui, ils font un cover d’AC/DC version MOTORHEAD. Attention, je ne suis pas en train de faire une chronique, je donne mon avis. Ca me donne à penser qu’ils pourraient bientôt se lancer dans de la compo car faire ce genre d’exercice, ça ouvre la porte à ça. Et moi, je serais curieux d’entendre ça !

Allez, il n’y a pas de pluie, les étoiles brillent et j’ai « Ace of Spades » dans la voiture pour la route. Ca, c’est de la soirée hard-rock !

HEAVYLUTION