Tagged: METAL

VULCAIN + COSMOSONIC : Live Report @ le Bouffon de la Taverne de Genève (ch) – 27 janvier 2018

VULCAIN

Report by Seb 747

Premier concert de l’année pour moi ce soir et me voilà reparti au Bouffon de la Taverne à Genève. En cette fin d’après-midi, je m’en vais retrouver mes années de jeunesse. En effet, VULCAIN, le groupe fondé par les frères PUZIO dans les 80’s est de retour à Genève, ville où ils avaient enregistré leurs premiers vinyles. Mais passons-là la nostalgie et revenons au déroulement de ce concert.

Connaissant les lieux par cœur, je sais que qu’il ne faut pas que je tarde si je ne veux pas avoir à me garer à des kilomètres…  et ce d’autant plus que ce soir ça pourrait bien être full ! Des orages ont été annoncés pour toute la journée mais, les forces métalliques étant avec nous, ils ne se sont pas manifestés. De toute façon, qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il neige, cela ne m’aurait pas empêché, contre vents et marées, d’aller voir VULCAIN. Surtout sur une date aussi proche de chez moi !

Arrivés sur place, on nous dit qu’il va falloir attendre un peu avant que le concert ne commence. Une petite demie-heure plus tard, nous sommes de retour et vu le nombre de personnes qui patientent devant l’entrée, je me dis qu’il va falloir jouer des coudes pour bien se placer. Je m’attendais à voir du monde mais pas autant que ça ! Je me faufile vite dans la salle où le premier groupe attaque ses premiers accords. Chouette, je suis pile poil devant !

DISINTEGRATOR

C’est par « Atomic Death » que DISINTEGRATOR, groupe de heavy thrash originaire de Genève nous accueille.  Lunettes noires, fausse moustache – histoire d’être raccord avec ses camarades, tous barbus et moustachus – le chanteur attaque pied au plancher et… paroles dans la main. Mdr.

Manque de bol pour les photos, la machine à fog est de retour ! On y voit à peine à deux mètres avec la fumée et le jeu de lumières est  quasi inexistant… En plus, ça devient limite respirable dans cette config’ de salle. Je ne suis pas sûr du bon usage du fog dans ces circonstances mais bon, les goûts et les couleurs…

Cela n’empêche pas les DISINTEGRATOR de frapper un grand coup et de nous montrer ce qu’ils valent ! Le style pratiqué par ces cinq genevois est un thrash qui tâche, entre SLAYER et ANTHRAX avec des légères incursions chez PANTERA. On sent tout de suite la motivation de ces musiciens remontés comme des coucous (suisses, bien entendu).

Le chanteur jette sa moustache dans le public dès l’entame du second morceau en nous rassurant « Ne vous inquiétez pas, c’est une fausse ». Une bonne ambiance règne sur scène et les musiciens, même si leur musique est bien exécutée, ne se prennent pas au sérieux. Le batteur, porte même un T-shirt du PMU et un chapeau de paille orne sa tête. Et voilà que notre nouvel ami chanteur jette ses lunettes noires dans le public en annonçant que c’est un cadeau. Elles reviennent sur scène et il les rejette en insistant sur le côté gratuit. Tout le monde se marre.

Comme la place pour les cinq membres du groupe est relativement petite, ils ne bougent que très peu mais cela ne les empêchent pas de headbanguer comme des malades.

Les titres s’enchaînent et la bonne humeur du groupe est contagieuse ; d’ailleurs, quatre péruviens venus de derrière le public, viennent secouer leurs crinières devant la scène durant trois de leur morceaux, impressionnant le groupe !

C’est sur un cover de TED NUGENT « Cat Scratch Fever » que se termine ce set fort intéressant, même si le son très moyen nous a empêché d’apprécier ce groupe à sa juste valeur. Dommage.

COSMOSONIC

Maintenant, c’est au tour de COSMOSONIC de s’installer sur scène, et pour moi, le temps de dire bonjour aux copains et copines. Vu le monde dans la salle, la pause hydratation, ce sera pour plus tard. Comme j’ai déjà vu le groupe à l’Usine en première partie de MONSTER MAGNET en juin dernier, je sais déjà à quoi m’en tenir. Ou pas.

Dès les premiers accords, c’est à un nouveau titre auquel nous avons droit – d’ailleurs, c’est marqué « nouveau » sur leur set list. Mdr ! La puissance qui se dégage du groupe est phénoménale. Je me rappelais vaguement de ce qu’était leur musique mais là, des souvenirs remontent à la surface de mon cerveau et me frappent à grand coups de riffs d’une impressionnante lourdeur… D’autant plus, qu’étant collé au bord de la scène, je me les prends en pleine face !

Le son s’est amélioré même si, par instants, quelques bugs viennent perturber l’écoute. DADA, le chanteur – et également membre de BAK XIII – est totalement possédé par ses chansons et on ne peut s’empêcher de le regarder. Les expressions de son visage sont démentielles. Il est totalement hanté par ses morceaux. En plus, il a une voix qui décoiffe et fait courber l’échine. Le public très nombreux réagit bien aux nombreuses chansons.

BISON, le massif bassiste fait des ronds de basse sans précédents. Il ne joue qu’avec ses doigts, ce qui ajoute de la puissance aux morceaux. Je pense même que « ZUCKIGNOLE » le guitariste est accordé aussi bas que lui.

La lourdeur des titres impressionne encore plus dans cette salle. Le public est exsangue, livide, complètement vidé de toute son énergie par la musique énorme de ces musicos. Je jette un coup d’œil et je vois tout ce beau monde headbanguer à s’en briser la nuque, fermant les yeux pour mieux apprécier cette musique. C’est phénoménal !

Tiens, je viens juste de remarquer qu’ils avaient changé de deuxième guitariste et que, comme en juin, ils ont invité CESAR l’harmoniciste de THE TRAP pour jouer sur « Save Me ». Super morceau. Et quel musicien ! On se régale.

La suite n’est pas sans éloges et le groupe donne tout ce qu’il a. On a même droit à un autre inédit appelé « dernier » sur la setlist. Re mdr.

Eux aussi, ne se prennent pas trop au sérieux et, perso, je trouve ça cool. Les musiciens se montrent très dynamiques sur scène et les frappes du batteur, tellement planqué que j’ai du mal à savoir si c’est le même que la dernière fois, alourdissent encore plus le propos. C’est sur le titre « A Night With The Devil » (surnommé Zuzu sur la set list) que le Cosmos Sonique fini de nous achever.

VULCAIN

C’est maintenant à VULCAIN, le groupe vedette de ce soir, d’arpenter la scène et de faire vibrer le public.

La foule trépigne d’impatience, l’ambiance est brûlante et il fait de plus en plus chaud. Tiens, les quatre péruviens de tout à l’heure sont devant la scène. Ils ont l’air chaud-bouillants, eux aussi. Bon, il faut dire, que l’alcool à l’air de couler à flots ! Le public se chauffe dès l’arrivée des musiciens.

Nous voici pris dans la forge de VULCAIN qui entame bille en tête par « Rock ‘n’ Roll Secours », le fameux titre éponyme du premier full-length. Il n’en faut pas plus pour que le public montre son enthousiasme en se télescopant joyeusement dans les premiers rangs. J’ai tout comme l’impression que ça va se compliquer pour les photos. Lol.

Alors que « Blueberry Blues » finit de résonner, nous sommes pris d’assaut par « Avec Vous ». « Un hommage au public, sans qui nous ne serions pas là », nous dit DANIEL PUZIO, guitariste de son état. Tiré de leur dernier album en date « V8 » qui date déjà d’il y a 4 ans, ce morceau finit de faire bouger la foule.

Il faut dire que les hits qui s’enchaînent les uns derrière les autres, ne sont pas piqués des hannetons ! « Call Of Duty », un autre titre de 2013, « Les Damnés » où le public hurle à tue-tête et scande les refrains… Tout ça mis bout à bout régale un public bien présent dans une salle remplie à ras bord. Et voilà que nos amis péruviens se lancent dans du crowdsurfing, vite suivis par le reste des fous furieux qui constituent une bonne partie des premiers rangs. On a même du mal à se tenir debout, c’est pour dire !

VULCAIN

On continue avec « Derrière les Cartes », titre tiré de l’album « Transition ». Là, la foule se calme un peu. Ça laisse le temps à DANIEL de nous proposer un inédit. Celui-ci s’appelle « Vinyle » et est bien ancré dans le style du forgeron. Quasiment tous les albums sont passés en revue ce soir, à part peut-être « Stoppe la Machine », dernier album du groupe avant la reformation.

Les deux frangins s’en donnent à cœur joie et multiplient les riffs ravageurs. VINCENT PUZIO a, comme son frère, en permanence le sourire. On sent qu’il est heureux d’être sur scène.

MARC VAREZ, se lève de derrière sa batterie, les baguettes sur le front. Ça y est, les index et les auriculaires levés du premier rang, les riffs de DANIEL suivis des ronds de basse de VINCENT annoncent l’arrivée du « Fils de Lucifer ». Le public hurle son bonheur ! L’ambiance devant la scène est incroyable. Le public enchaîne les pogos, c’est de la folie.

« Limite », titre de « V8 », vient calmer un peu l’ambiance. Il est vrai que ce sont surtout les vieux morceaux des 80’s qui ont la faveur de la salle.

« Genève ! » interpelle MARC. « Ça fait longtemps qu’on n’est pas revenus vous voir ! On a gardé de bons souvenir avec vous… et les filles aussi d’ailleurs ! On vous remercie d’être là ce soir. À cette époque, votre télévision nous avait permis d’enregistrer un clip ! Ce titre s’appelle : « Soviet Suprême » ! ». Et voilà que les pogos reprennent de plus belle ! L’ambiance est complètement chaotique. C’est à se demander comment font les frères PUZIO pour garder leur calme.  Les deux roadies qui se tiennent en arrière de scène font bien leur boulot. Virant de scène les canettes de bières écrasées, les vestes qui se retrouvent sur scène et les fans un peu trop fans justement.

VULCAIN

C’est à force de forger qu’on devient forgeron et ça se voit. Ce soir, les premières pages du hard-rock français nous sont présentées. La légende est toujours en marche !

« Overdose » et un autre inédit, « Héros », en hommage à nos chers disparus font monter la pression. Une fois n’est pas coutume, le groupe anime la foule comme personne d’autre. La température n’a même pas besoin de monter, elle est déjà brûlante ! Les crowdsurfing et les pogos continuent de s’enchaîner. Il devient de plus en plus compliqué de prendre correctement des photos.

« En Vrac », viendra calmer l’ardeur des afficionados avant qu’ils ne se reprennent sur « Vulcain ». La puissance que le groupe déchaîne dans le public est surprenante, mais peu étonnante quand on connait la pouvoir de feu du forgeron des enfers. Et puis, le public est bien entraîné par nos amis péruviens qui connaissent les paroles par cœur. Du coup, lorsque je relirai les interviews de musiciens internationaux parlant de l’ambiance de dingue qui règne dans les concerts en Amérique du Sud, je serais d’avis de les croire, parce que, vu le foutoir qu’ils mettent à quatre, j’imagine ce que ce doit être quand ils sont des milliers !

« L’Enfer » conclut le set sous les hurlements de la foule bien compacte.

Efficace, énergique, bon esprit, même si encore une fois le son laisse à désirer, les VULCAIN ont mis l’ambiance. Ils quittent d’ailleurs la scène tout sourire. Mais, évidemment, le public en redemande et manifeste sa joie avec fracas. « Cabrooon ! » « Alcooooolllll !! » « Vooooouuuuulllllkkkkkiiiiinnnnn !!! » hurle un des péruviens. Le reste du public le suit et continue d’acclamer le nom du groupe dans une ambiance survoltée.

Les musiciens regagnent la scène, toujours avec cette banane qui ne quitte pas leur visages. « Vous en voulez encore ? » demande DANIEL. « Ouais !! » répond la foule qui hurle de joie. Déboule donc dans les enceintes du Bouffon de la Taverne deux hits incontournables du groupe, j’ai nommé « Bosser » et « Ebony ».

VULCAIN finit sur les rotules mais pas sans rendre un dernier hommage à LEMMY avec « We are the Roadcrew ». Les deux roadies viennent au-devant de la scène, ainsi que BISON, le bassiste des COSMOSONIC pour chanter en chœur. Je suis aux anges, d’autant plus que DANIEL chante les paroles en français.

Ça y est, c’est fini. « Vous avez le temps pour une dernière chanson ? » demande DANIEL. MARC est descendu de sa batterie et vient avec ses camarades chanter le dernier morceau. Et quel titre, vous demandez-vous ? Eh bien, c’est élémentaire mon cher Watson, la fameuse « Digue du Cul » ! C’est sur cette immortelle chanson que VULCAIN conclut son set tout simplement grandiose et dans une ambiance de folie. Ils ont tout simplement cassé la baraque !

La sortie de la salle se faisant avec une petite bousculade, il est temps pour nous de rentrer. Et qu’est-ce qu’on écoute sur le chemin du retour ? Le dernier VULCAIN, bien sûr.

Un grand merci à Legu Legu pour cette mémorable soirée !

 

PS post parution de Ti-Rickou : on nous signale en régie que les péruviens sont en fait des équatoriens. Seb, je te mets à l’espagnol rapide !!! 

VULCAIN

ULTRA VOMIT + LE REPARATEUR : Live Report @ la Tannerie de Bourg en Bresse – 18 novembre 2017

ULTRA VOMIT

Allez, ce soir c’est un retour à la case Tannerie de Bourg-en-Bresse. Le truc, c’est de se démerder pour ne pas être ni trop en avance ni trop à la bourre. Pourquoi ? Parce que ce soir la Tannerie joue à guichets fermés, le concert étant sold out depuis Mathusalem. Donc le problème c’est que, même s’il y a un immense parking, ça risque d’être coton pour trouver une gâche… Et comme il pleut, ce n’est pas forcément la peine d’attendre sous la pluie que les portes s’ouvrent et que le public s’engouffre dans la salle. Après, ne pas arriver trop tard pour pouvoir se faufiler dans une salle blindée.

Mission accomplie ! Les Dieux du hard-rock sont avec moi ! Et le public aussi. Ce sont en majorité des jeunes venus là pour s’éclater mais très respectueux et dans un super état d’esprit.

LE REPARATEUR

Donc je suis devant la scène quand LE REPARATEUR ouvre les hostilités de la soirée. Bon moi, LE REPARATEUR, pour ceux qui suivent les reports, j’aime. Leur duo batterie guitare est méga efficace, leurs paroles sont corrosives et fun, leurs morceaux donnent la pêche et l’envie de faire la fête. C’est en bref, le groupe idéal pour ouvrir pour ULTRA VOMIT.

En plus, ce soir le son est vraiment très bon. LE REPARATEUR y va à fond. Une grande partie du public apprécie et communique avec le groupe qui lui aussi communique avec le public. Bref, tout le monde communique et ça donne une ambiance fun et festive. Le public comme je l’avais pressenti s’éclate à fond sur les morceaux du REPARATEUR. Un spécial PS pour leur cover de « Société, tu m’auras pas de RENAUD SECHAN (pas HANTSON !). Le concert se termine et j’aime toujours autant LE REPARATEUR.

Bon, là c’est le moment de se questionner petit Jedi : je bouge pour aller m’hydrater ou pas – car pas sûr que ce soit très simple de revenir à ma gâche. Mais bon, l’appel de la soif est la plus forte, advienne que pourra ! Je vais tenter le coup. Ceci me permet de dire bonjour à des copains et copines qui étaient à quatre mètres de moi et auxquels je ne pouvais pas accéder, de prendre un petit coup d’air frais, voire très frais car le contraste entre la bouilloire de la salle et le froid polaire de l’extérieur est saisissant.

ULTRA VOMIT

Je ne vais pas attendre que tous les copains de la salle finissent eux-aussi de s’hydrater pour y retourner. Je ne veux pas louper une miette du début d’ULTRA VOMIT car même la mise en place des instruments et l’essai que tout va bien est un spectacle en soi et le public montre qu’il est chaud bouillant.

Les musiciens redescendent de scène, une petit musique passe quand sur l’écran, géant apparaît un message ; << Mesdames et Messieurs, veuillez patienter un instant, les musiciens testent leurs instruments >>. La température monte encore d’un cran dans la salle, ça va commencer ! La musique des dessins animés de Warner Bros retentit. Sur l’écran, il y a la présentation des musiciens à la mode Looney Tunes.

Là c’est parti ! La couleur est annoncée, avec ULTRA VOMIT, ce n’est pas seulement un groupe en live, mais un cartoon disjoncté qui se met en branle. Les musiciens sont à donf dans leur univers, ils attaquent avec des vannes pour que le public réagisse comme un seul homme. Ils vont nous expliquer les bonnes manières ce qui va susciter un mouvement de folie. Ils ont déjà bien commencé à chauffer le public en commençant par dire << Bonjour, Bour’ en Bre >> au lieu de Bourk-en-Bresse comme le lui dit une nana…. Nana à laquelle il répond : << Ha, c’est Bourk en Bresse, en fait ? Comme si il y a avait un K ? OK, mais on s’en bat les couilles ! >>. Bon il faut bien dire en même temps que c’est bien moins dangereux que d’arriver dans un Transbordeur blindé à Lyon en criant : << Bonjour Saint-Etienne >> ! Si, si, ils l’ont fait, j’étais là !!

ULTRA VOMIT

Ils attaquent par un morceau de leur dernier album en nous expliquant qu’on est tous à l’intérieur d’un chien géant. Ils alternent  anciens morceaux et morceaux de leur fabuleux dernier album.

C’est difficile de retranscrire ce qui se passe sur scène car je parlais de cartoon tout à l’heure mais c’est vraiment une suite interrompue de gags, de jeux avec le public et de jeux entre eux. Un combat virtuel organisé entre côté droit et côté gauche de la scène pour « Pipi versus Caca », un échange d’instruments entre musiciens, des échanges de chanteur… Bref, c’est un parfait bordel organisé !

Ils nous font évidement leur version de « Une souris verte ». Eh oui, le public métal est un grand enfant, il adore reprendre la souris verte avec ULTRA VOMIT ! Du coup, la scène se transforme en plongeoir d’où les gens sautent à plat ventre dans le public (petite mention spéciale à la trop mignonne licorne).

Bref, c’est une ambiance de folie totale mais toujours bon enfant.

On va avoir droit, bien-sûr, à tous les morceaux qu’on aime d’ULTRA VOMIT, sans oublier nos canards. On a chaud (trop chaud), on est naze mais on est heureux et on ne veut pas que ça se termine.

« Khamthaar » va nous rebooster un coup si tant est qu’il y en ait besoin avant qu’on finisse en beauté et à donf’ avec un petit air de MAIDEN sur « Evier metal ». Bien-sûr un concert d’ULTRA VOMIT ne serait pas un concert d’ULTRA VOMIT s’ils ne continuaient pas à faire participer le public jusqu’au bout. Ils font monter quelques personnes du public pour remplacer les musiciens sur scène pendant qu’eux descendaient dans la salle pour une photo de groupe.

En plus de faire le spectacle, ULTRA VOMIT est un putain de groupe de musicos qui maîtrisent parfaitement leurs instruments. Un peu comme dans un cirque où les clowns doivent maîtriser toutes les disciplines pour arriver à faire rire. A ceux qui veulent confiner ULTRA VOMIT dans un rôle de clowns et qui ne comprennent pas le succès du groupe, je les invite à assister à un de leur concert pour comprendre. Le plus d’ULTRA VOMIT, c’est qu’ils ont compris qu’un concert ce n’est pas simplement se contenter de jouer des notes mais que c’est aussi un spectacle. Et en plus, eux le font avec sincérité et toujours une énorme banane au visage.

ULTRA VOMIT

Banane au visage peut être le mot qui va coller au public qui sort de la salle et qui se précipite au stand merch’ pour avoir un souvenir de ce moment. Les musiciens d’ULTRA VOMIT les rejoignent très vite et ces fous furieux s’empressent d’aller signer, poser, papoter avec leurs fans. Ceci est la marque d’un groupe qui a tout compris.

Voilà, un concert de plus d’ULTRA VOMIT, une cure de jouvence et de bien-être. Ils devraient vraiment être remboursés par la Sécu ! Et même, je les vois bien nous représenter à l’Eurovision Au moins, même si on termine dans les vingtièmes, on se sera éclater ! En attendant, demain ils seront à l’Olympia… qu’est-ce qui va pouvoir les arrêter ?

Un grand merci à la Tannerie, non seulement pour ce concert mais aussi pour cette grosse semaine métal qui a fait le grand écart entre le hard boogy, le hardcore et le métal joyeux. C’est quand vous voulez les copains !

Chroniques CD 2016, Part. 2 (juillet à décembre) : Archives

JUILLET 2016

CRAZY_LIXX_sotlm_COVER_HICRAZY LIXX

Sound of the Live Minority

Label : Frontiers Music
Sortie : 08 juillet 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Après 4 albums et 10 ans d’existence Crazy Lixx nous sort (enfin !) son album live. Le CD a été enregistré au Bang Your Head Festival de Balingen en 2015.

Moi perso, je suis content car le sleaze des suédois, j’adore !

… Et c’est plus facile pour chroniquer un live car du coup, il ne reste qu’à dire si le son est bon : il est bon, voire très bon. Si on entend bien le public ? La réponse est oui mais que ce n’est pas gênant pour l’écoute. Si la tracklist est bien choisie ? La réponse est encore oui : les 14 morceaux donnent une parfaite image de ce que fait Crazy Lixx. Et en plus, il y a mes morceaux préférés !

Ah oui, une autre question : est-ce qu’Andreas Eriksson à la guitare, çà le fait ? La réponse est une fois de plus oui et ce n’est pas un militaire qui gagne la tringle à rideau de ma sœur.

Bon, on arrête les questions. C’est juste un putain d’album live d’un putain de groupe de sleaze comme on l’aime !

Et bien sûr, c’est un coups de cœur !!

Long live Crazy Lixx, un groupe qui fait du bien dans les esgourdes !

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

TRICK_OR_TREAT_rh_p2_COVER_HITRICK OR TREAT

Rabbits Hill – Part.2

Label : Frontiers Music
Sortie : 08 juillet 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

J’avoue que je suis très content, et impatient même, d’écouter ce nouvel album des italiens de Trick or Treat car j’apprécie énormément ce groupe et que j’avais vraiment aimé leur album précédent.
… Et que le petit nouveau, c’est « Rabbits Hill – pt 2 ». Yes, la suite !!!

Déjà, la pochette est trop délire, dans le style lapin démoniaque sorti d’un « Sacré Graal » des Monty Python, mais version destroy of course !!

Le contenu ne va pas me décevoir non plus : du métal power epic comme je l’aime, inspiré et mariant douceur et puissance et nous emmenant le temps de l’écoute dans un autre univers.

Et cette voix ! Je craque carrément !!

Oui c’est vrai que je suis un bon client pour ce style mais là, en plus, c’est vraiment bien fait et les morceaux sont homogènes.

Bref, je repars en suivant le lapin blanc pour péter la gueule à la méchante reine !!!

Bien sûr, un coup de as de cœur !!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

1468487981_coverDARE

Sacred Ground

Label : Legend Records
Sortie : 15 juillet 2016

Lorsque j’ai découvert Dare – sous l’insistance de mes potes – il y a bien longtemps maintenant, j’ai été conquis aussi bien par leurs albums plus hard-rock que par leurs albums plus FM. Ils avaient tous un point en commun : les morceaux étaient magnifiques, beaux à faire fondre un petit hardos.

Et puis, leurs deux derniers album les ont fait basculer de l’autre côté de la force AOR. Surtout le dernier. De l’AOR moyennement inspiré. Et si on pleurait, c’était d’ennui.

Donc, c’est avec une anxiété non feinte que je me lance dans l’écoute de ce petit dernier… « Sacred Ground »… Va t’on retrouver de la pêche, du mordant, bref un peu de hard-rock ?

Heu… Bon voilà, il est un petit peu plus rock que le précédent. J’ai dit un tout petit peu ! Un peu plus inspiré (il n’y a pas grand mal !).

Le côté positif, c’est que les morceaux sont beaux et que ta belle-mère ne va pas hurler « Vade Retro Satanas ».

Du coup, il n’y a plus qu’à attendre leur prochain opus… mais à ce rythme-là, on aura un CD de hard rock à la Dare en 2030 !!!

 couleur-fixe_pt-308

valientalbummayVALIENT THORR

Old Salt

Label : Napalm Records
Sortie : 29 juillet 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Voilà ce dont j’avais besoin pour un retour de vacances, un nouveau CD de Valient Thorr !! Du stoner hard-rock de ces fous furieux d’américains.

Rien qu’avec la pochette, je retrouve la banane.

Et let’s go pour une écoute à fond les ballons pour couvrir le bruit des tondeuses à gazon et autres travaux effectués par mes voisins.

Putain, Ca fait du bien ! Cette énergie, cette puissance, cette folie !! 11 morceaux de pur bonheur qui te ramonent les cages à miel et te te remettent la tête à l’endroit !

Ce « Old Salt » est du pur bonheur en barre.

Et que dire de la voix de Valient himself à part : foncez sur cet album, c’est une tuerie !

Bien sûr, album coup de cœur… dans ta tronche, of course !!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

Zodiac-GrainofSoul_FrontCover_Originalsize-CMYK.inddZODIAC

Grain of Soul

Label : Napalm Records
Sortie : 29 juillet 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Et voilà le nouveau CD des hard-rockers stoner doom allemands de Zodiac.

Je bute le suspect d’entrée : c’est une putain de tuerie !

Ce « Grain of Soul », c’est du hard comme je l’adore à l’ancienne, à une époque où les morceaux étaient épiques, musicaux, mélodiques et puissants, où les chanteurs avaient une méga voix, où les guitares pouvaient être à la fois incisives et belles à faire fondre un iceberg.

Avec ce CD, Zodiac devrait plaire à tous les fans de hard 70, Sabbath, Zeppelin et consorts. En plus, la prod’ sur cet album devrait même plaire à ceux pour qui le son est important.

Moi de toute façon, je n’ai qu’une hâte, c’est de me le remettre ! Je ne l’ai pas encore dit, mais c’est un putain de coup de cœur… mais vous l’aviez compris !

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

AOUT 2016

 

KING_COMPANY_1KING COMPANY

One for the Road

Label : Frontiers Music
Sortie : 26 août 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

En direct de Finlande, les King Company ont du être bercés sous un arc-en-ciel tant l’influence de Rainbow est présente dans cet album. Mais moi, perso, ça ne me dérange vraiment pas. Bien au contraire.

Ceci étant dit, ce « One for the road » de la pochette au contenu est vraiment plus que recommandable !

J’adore la voix du chanteur, les morceaux se dégustent sans faim.

Achat indispensable pour tous les fans de Rainbow, Whitesnake et consorts.

Pour ma part, l’écouter c’est l’adopter ! Coup de cœur de moi, of course !!!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

CRUZH_coverCRUZH

Cruzh

Label : Frontiers Music
Sortie : 26 août 2016

Vous aimez le hard-FM de qualité, Def Leppard, Bon Jovi, Winger et consorts ? Cruzh aussi ! Et ils nous le prouvent avec 11 titres de hard-FM de qualité, de belles ballades, de beaux solos de guitare, de belles notes de piano, des choeurs bien placés…

Heu, chérie, reviens, c’est vachement bien !

Bon d’accord, c’est typé bande FM, mais c’est un CD parfait pour la voiture, sur la route des vacances.

Heu… Comment ? Tu préfères y aller à pied ??!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

TESLA_liveTESLA

Mechanical Resonance Live !

Label : Frontiers Music
Sortie : 26 août 2016

Toujours simple de chroniquer ce genre d’album. Pour le 30e anniversaire de « Mechanical Resonance », Tesla a décidé de rejouer l’album et de l’enregistré live !

Donc voilà, les morceaux on les connait et ils sont bons. Le son est bon, donc pas de surprise. Ceux qui connaissent Tesla vont se le procurer, pour les autres ça fera une bonne entrée en matière.

Quant-à moi, je viens de me rendre compte qu’il y a trente ans qui sont passés…. Putain trente ans !! Ils sont vieux !!!!!!

Vidéo à venir

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

PALACE_motu_COVERPALACE

Master of the Universe

Label : Frontiers Music
Sortie : 28 août 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Venus de Suède pour nous ravir les oreilles avec du hard-rock mélodique, Palace nous arrive avec 11 titres qui devraient plaire aux amateurs du genre : de belles mélodies, du clavier, des choeurs et un putain de chanteur.

Et c’est vrai que ce « Master of the Universe » est très réussi dans le style. On pourrait très bien l’imaginer en B.O. d’un film de Van Damme ou d’un Rocky.

Moi perso, je craque pour cet album et je me le repasse en boucle. Heu, je devrais d’ailleurs arrêter si je ne veux pas mourir jeune, hein chérie ?

Vous l’avez compris, moi Palace, j’aime et je lui mets un coup de cœur obligatoire !!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

DGM-The-passageDGM

The Passage

Label : Frontiers Music
Sortie : 28 août 2016

Autant le dire d’entrée, DGM fait dans le métal prog… mais dans du métal prog tendance hard-rock !! C’est-à-dire couillu en clair.

Ce « Passage » est très réussi. Les morceaux ne sont pas chiants de démonstrativité. Ca joue grave et j’aime la voix du chanteur. En plus, Michael Romeo et Tom Englund apparaissent comme guest chacun dans un morceau ! Bref, les cerises sur le cake.

Un album à conseiller aux fans de Symphony X et consorts !!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

salhem la fin d un mondeSALHEM

La fin d’un monde

Label : Brennus Music
Sortie : juillet 2016

Le nouveau Salhem est arrivé ! Eh oui, l’attente prend fin. Il faut dire que leur précédent opus « Connexion animale » date de 2007… donc les bressans ont pris leur temps !

Ca donne déjà un packaging recherché qui nous ouvre la porte de leur univers musical.

Et leur univers musical, c’est… heu, je suis toujours embêté moi, car s’ils sont en général classés en heavy métal, je trouve personnellement que c’est une case qui ne leur correspond pas trop car trop restrictive. Oui Salhem a été bercé au heavy métal 80 mais il recrée sa propre vison de ce style en 2016.

Une vision sombre, métallique mais avec une voix parlée/chantée avec de l’effet. La musique est métal, oui, avec parfois des touches heavy.

Pour ce second album, le son est bon, la prod’ efficace. Les textes sont lucides et pertinents. Après, l’ambiance musicale de ce cd est plutôt sombre. En tous cas, une chose est sûre, Salhem n’a pas fait dans la facilité, leur but étant de faire leur musique, sans calculs, ni pour plaire aux uns et aux autres. Alors évidement, on est libre d’y adhérer ou pas.

Ce qui est certain, c’est que ce « Fin d’un monde » est un album qui ne rentre pas dans un moule… Et ça, c’est déjà très rare à notre époque !

A signaler, la présence de 2 guests sur deux des morceaux de l’album (oui, oui, c’est ça, un chacun !) : Chris Holmes, ex-WASP et Fabienne Shine de Shakin’Street. Mais même là, Salhem ne joue pas dans la facilité puisque Fabienne Shine fait les choeurs.. et en français !

Bref, Salhem, c’est un groupe français à part, à découvrir pour ceux qui trouvent qu’on n’innove plus de nos jours et bien-sûr un album à découvrir pour ceux qui ont aimé leur premier opus. Ceux qui avaient trouvé le son et la prod’ légère sur ce premier album vont être ravis avec celui-ci. Alors évidement, ceux qui n’ont pas adhéré au premier album à cause de la voix, pas sûr que vous changerez d’avis car ce second CD est musicalement dans la continuité du premier… En peut-être plus sombre et avec un peu plus d’effet.

En espérant ne pas avoir à attendre 9 ans pour le prochain !

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

shoeilager veuve noireSHOEILAGER

Veuve Noire

Label : Brennus Music
Sortie : 28 mai 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Allez bande de petits hardos, on ressort sa veste à patches pour accueillir dignement la sortir du dernier Shoeilager « Veuve noire ».

Le groupe de Châlons-en-Champagne nous revient avec, bien-sûr, un album de heavy métal chanté en français dans la grande tradition des Sortilège, Blasphème, H-Bomb.

Et autant buter le suspect de suite, ce « Veuve noire » ne fera pas tâche, loin de là même, dans votre collection !

On est dans du heavy métal de haut-vol avec un putain de chanteur, puissant mais audible, des morceaux qu’on a envie de reprendre en chœur, des harmonies qui n’altèrent pas la puissance et des riffs qui te font bouger les cheveux sans bouger la tête (si, c’est possible !).

Enfin bref, avec « Veuve noire », Shoeilager confirme si besoin en était que la scène heavy métal française doit compter sur eux.

Pour ma part, c’est évident. Tellement évident que j’ose à peine dire à quel point je lui mets un coup de cœur à cette « Veuve noire » !!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

SEPTEMBRE 2016

 

GUNS OF GLORY

GUNS OF GLORY

Strafing Run

Label : Pure Rock Records
Sortie : 09 septembre

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

D’entrée de jeu, c’est parti pour une séance de grosses baffes de high rock’n’roll à la manière des copains de Sticky Boys.

On a la touche made in le pays des kangourous sauf que c’est du putain de funkin’rock’n’roll made in Finlande !

Bref, le genre de morceaux qui non seulement ne te prennent pas la tête mais qui en plus te la remettent en place ! Et mon Dieu, qu’est-ce que ça fait du bien !… Même presque trop quand ils flirtent avec Motorhead version bush.

Ces mecs sont dingues et Ti-Rickou aime les dingues. Méga coup de cœur à déclencher un défibrilateur !

Putain Jack, ça donne soif ! Appelle Daniel !!!!

Vidéo à venir

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

cover rakel traxx - blancRAKEL TRAXX

Dirty Dollz

Label : Autoproduit
Sortie : 11 septembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Réjouissez-vous, braves gens ! Le nouveau bébé des glam-rockeurs marseillais arrive ! Il s’appelle « Dirty dollz » et la famille glam, sleaze-hard va l’accueillir à bras ouverts… Même si à cause de lui, ils vont passer des nuits blanches à se faire des torticolis à force de headbangings festifs !

Ce « Dirty dollz » est un méchant garnement comme on les adore, chargé de bombes sleaze qui font pousser les hauts-talons et le rouge à lèvres dans les rues sombres de L.A.

Et le fourbe n’a pas de points faibles ! Ce sont 10 brûlots dans ta tronche à toi, et ça fait du bien !!

Rakel Traxx n’a pas faibli, bien au contraire. Pas de compromis, du pur sleaze-rock, hard’n’roll festif et sale à la fois.

Allez, à vous de succomber au charme de ce sleaze du soleil !! Moi, c’est déjà fait et c’est bien-sûr, un méga putain de coup de cœur pour cet album !

Et voilà, maintenant c’est fait, le sleaze qui tape à un nouveau porte-drapeau et son nom c’est Rakel Traaaaxxxx !!![/tab]

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

airbourne-outta hellAIRBOURNE

Breaking outta Hell

Label : Spinefarm Records
Sortie : 23 septembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Il fait un beau soleil et le nouveau album d’Airbourne est enfin là !
Ca sent la bonne journée pour un petit hardos… Enfin si tout l’album est du même acabit que les deux singles que je connais déjà !

Je ressens donc une légère angoisse avant d’appuyer sur la touche play.

Mais cette angoisse ne va pas durer bien longtemps. Déjà l’effet Airbourne se fait sentir : mes cheveux bougent tout seuls, mes pieds battent la mesure. Ti-Rickou en mode headbanguing automatique, oh putain que ça fait du bien !

Ce « Breaking outta Hell » est une putain de méga bombe de hard-rock australien, du style qui te fait voir des kangourous volants. Un album du calibre de « High Voltage » ou de « Highway Hell » d’AC/DC, de « Rock’n’roll Outlaw » de Rose Tatoo.

Un album plein de riffs, de couplets que tu hurles à tue-tête. Un mélange de hard binaire mid tempo et de brûlots hard-boogie comme le pratiquait AC/DC à l’ère glorieuse de Bon Scott quand leur hard boogie sentait le rock, la bière et le whisky.

Sur ce « Breakin outta Hell », tout ça transpire par tous les pores avec cette force de la jeunesse, cette envie de rock’n’roll, de sex’ et d’abus de tous genres. Pas de calcul, juste du putain de hard-rock boogie qu’on ne peut pas oublier car il s’incruste en toi. Cet album en est bourré plein la gueule comme « Breakin outta Hell », « Rivalry », « I’m going to Hell for this », « Never been rocked like this », etc.

Ce disque est une tuerie qui va rajeunir ceux qui ont connu la période glorieuse du hard de la fin des 70. Airbourne frappe méga fort avec cet album. Et, n’en déplaise aux détracteurs qui les considèrent encore comme un ersatz d’AC/DC, Airbourne fait du Airbourne, c’est-à-dire du hard boogie australien sur-vitaminé, inspiré et vrai !!

Et au moment où AC/DC sent le sapin, ce « Breakin outta Hell » arrive comme pour nous rappeler l’évidence : quand le roi est mort, il y a un nouveau roi. Ne soyez pas tristes, notre musique n’est pas morte car Airbourne reprend le flambeau !!! Ils ne sont pas les nouveaux AC/DC, ils sont Airbourne.

Au cas où vous ne l’auriez pas compris, ce n’est plus un coup de cœur cet album, c’est un infarctus !

A voir en live par vous-même très bientôt !!!
Long live rock’n’roll !!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

width-250ICY STEEL

Throught the Ashes

Label : Autoproduit/Pure Steel
Sortie : 23 septembre 2016

Avant d’appuyer sur la touche « play », j’avais pris la précaution de me préparer pour l’écoute – c’est-à-dire que j’ai décrocher ma hache de guerre et mon bouclier – car les italiens de Icy Steel font dans du heavy métal épique. Du genre à te faire combattre les ogres aux milieux de steppes enneigées (j’aurais bien mis mes affaires d’hiver mais pas sûr que les après-skis se marient bien avec la hache et le bouclier, surtout quand on est en maillot de bain !).

Bon c’est parti. C’est parti pour une longue intro qui dure tout le premier morceau. Allez, je passe au 2e. Cà y est, c’est vraiment parti, et oui on est bien dans du epic-métal !

Tout y est, la voix, la mélodie, la pêche. J’accroche bien avec cette voix qui est parfaite pour le style : puissante et mélodique. Les morceaux sont efficaces avec leurs chœurs puissants et entraînants. Je me laisse aller au gré des aventures, parcourant des contrées explorées naguère par Manowar !

Au final, un voyage bien dépaysant où je n’ai pas eu trop à batailler.

Mais je suis prêt à les retrouver pour une prochaine quête !!

Heu, comment chérie ? J’ai du temps avant Halloween !!

Vidéo à venir

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

cry_of_dawnCRY OF DAWN

Cry of dawn (feat. Goran Edman)
Label : Frontiers Music
Sortie : 23 septembre 2016

Bon avant tout un avertissement : si vous êtes comme ma femme allergique au rock FM AOR, aux belles mélodies, au prog’ très léché, passez votre chemin car vous allez trouver cet album trop sucré, voire guimauve.

Si au contraire vous êtes fans de Survivor, Dare, Bon Jovi et de hard FM tendance AOR bien fait, cet album est pour vous car les morceaux passent tout seul et s’écoutent facilement.

La voix et les mélodies sont superbes (comme la pochette d’ailleurs). Typiquement le style de CD qu’on écoute en voiture ou en fin de soirée.

Comment chérie ? Quand tu n’es pas là ?!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

raveneyecover1RAVENEYE

Nova

Label : Frontiers Music
Sortie : 23 septembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Ca y est, l’album des anglais de Raveneye arrive ! Et vu que leur EP tourne encore sur ma platine, je dirais qu’il était temps !

Même la pochette donne très envie.

D’accord, je vais directement dans le vif du sujet : ce « Nova », en un mot, c’est une tuerie ! Raveneye a tout compris : ils font du hard 70 / 80 en le malaxant, en le remodelant et en le modernisant. En clair, on est sur du métal moderne avec des fondations hard sans hurlements ni voix d’homme de Néanderthal inaudible.

La voix est claire, belle et puissante. Les morceaux sont superbes, avec des changements de rythme, des montées de voix, des harmonies. La prog’ est méga bonne. Bref, tout ce que j’aime !

Avec « Nova », Raveneye fait plus que confirmé tout le bien que j’avais pensé d’eux avec leur EP.

Cet album devrait plaire à ceux qui aiment des prog’ léchées et qui aime la modernité dans la continuité… Comme moi, quoi !

Bien sûr, coup de cœur obligatoire.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

688_evilinvaders_cmykEVIL INVADERS

In for the Kill

Label : Napalm Records
Sortie : 30 septembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

EP 4 titres.
Attention, Evil Invaders est de retour et ils ne sont pas venus pour rigoler mais bien pour nous bastonner les oreilles avec deux nouveaux morceaux de thrash métal des familles qu’ils font débouler à fond la caisse !

Et putain, c’est efficace ! Je dois être maso car j’aime ça. Whaou, ça réveille mais ça fait du bien ! Et pour nous tenir éveillés, deux titres live qui continuent le travail.

Voilà comment j’aime le thrash : bien fait, efficace… et sur une courte période ! En tout cas, Evil Invaders confirme tout le bien que je pensais de ce groupe.

Eh si, Ti-Rickou est ouvert ! Et même que je leur mets un coup de cœur !!! Na.

couleur-fixe_pt-308

687_skalmold_rgbSKALMOLD

Vogguvisur yggdrasils

Label : Napalm Records
Sortie : 30 septembre 2016

Et c’est parti, on ressort sa hache double tranchant, son casque et son bouclier et on embarque pour la gloire d’Odin avec les finlandais de Skalmold et leur métal viking pour explorer d’autres horizons.

Notre guide a une voix.. on va dire, très virile. Et parfois, il prend de l’hélium. Mais ça reste compréhensible. La musique est folk métal et c’est très fréquentable, même pour des esgourdes sensibles.

Ici, on n’est quand même pas dans du festif mais bien dans du coups d’épée dans la tronche. Mais, bizarrement, je reste tout le voyage car il y a bien-sûr des arrêts dans des tavernes mal famées pour le repos du guerrier !

Bon, le voyage est terminé et il faut redescendre… Et surtout ne pas oublier d’enlever son casque !

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

Legion "Warbeast" cover art

Legion « Warbeast » cover art

LEGION

War Beast

Label : Pure Steel Records
Sortie : 30 septembre 2016

En provenance du New Jersey, Legion vient nous distiller la bonne parole… heavy metal, of course.

Mais du heavy à l’ancienne, mélodique comme on l’aime ici, avec des envolées lyriques, des riffs bien saignants, une touche de Iron Maiden par ci, une touche de Judas Priest (pour la voix) par là.

Ca donne des titres qu’on écoute avec plaisir.

Bien-sûr, ils ne ré-inventent pas le style mais ils lui apportent quand même un coup de frais et c’est déjà bien suffisant pour mettre une oreille sur ce « War Beast ».

Vidéo à venir

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

OCTOBRE 2016

 

2016-09-19_57dfa07c39e64_joystix_hsmf_splitHIGH-SCHOOL MOTHERFUCKERS + THE JOYSTICKS

Skulls out !

Label : Shotgun Generation Records
Sortie : 1er octobre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Heu… tiens, c’est quoi ce CD ? OK, la pochette est cool mais c’est quel groupe ? Les hongrois de The Joysticks ou les parisiens de High-school Motherfuckers ?

Les deux messires ! Ce « Skulls out » est en fait un CD split. Bref, un peu comme un groupe sur une face A d’un 33t et l’autre groupe sur la face B. Sauf que comme c’est un CD, les deux groupes sont à la suite… Donc en gros, un EP de chaque groupe !!

Vous allez me dire : « Quel intérêt ? ». Ben, déjà tu achètes un seul CD ! Et surtout, s’ils ont fait ça, c’est que les deux groupe sont très proches musicalement. L’un comme l’autre sont dans du hard-rock glam, même si les Joysticks sont plus près des New Yorl Dolls et que les High-School Motherfuckers sont eux plus près de Hanoï Rock.

Donc chacun des groupe a produit un EP de 5 titres. Et ? Et le vainqueur est… roulement de tambour… match nul ! Egalité. Les 2 EP sont excellents et en plus forme même un tout. Bien évidemment, on entend la différence mais il n’y a pas de fracture énorme musicalement.

Les morceaux des High-school Motherfuckers sont peut-être un peu plus  » dansants  » comme dirait ma femme et ceux des Joysticks plus metal. Mais l’un comme l’autre sont excellents et ont un putain de goût de reviens-y.

OK, j’avoue, j’étais déjà fan des 2 groupes mais du coup, je suis doublement content !… sauf que pour le classement par ordre alphabétique dans ma CDthèque perso, ça va être coton !

Mais ça n’empêche que c’est un putain de coup de coeur !!!

Vidéo à venir

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

Cover1 copyALTER BRIDGE

The last Hero

Label : Napalm Records
Sortie : 07 octobre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Les américains d’Alter Bridge nous livrent leur petit dernier, « The last hero », qui est le 5e album du band.

Dès le premier morceaux, on se rend compte qu’ils n’ont pas versés hard FM. Whaou, ça part fort ! Du hard rock métal avec une touche moderne, une grosse prod’, un gros son. Yes, c’est bon dans les esgourdes ça !

« Show me a leader » donne vraiment envie de continuer l’écoute. Et il n’y a pas à dire, ce « Last hero » est vraiment très bon. Les morceaux sont excellents et inspirés. C’est varié tout en formant un tout très cohérent.

Pour ceux qui les attendaient au tournant, vous n’allez pas être déçus : Alter Bridge is back, et de quelle manière !!

Quel bonne surprise pour bien faire passer le début de l’automne et quel plaisir de regarder les feuilles tomber tout en écoutant l’album à fond la caisse. En tout cas moi, je donne évidement un coup de cœur à ce « The last hero ». C’est comme ça que j’aime le hard metal moderne, quand il est mélodique et méga bien fait.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

cropped-buzzard-canyon-hellfire-whiskey-flattenedBUZZARD CANYON

Hellfire and Whiskey

Label : Salt on the Earth Records
Sortie : 07 octobre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Tiens, un groupe avec un nom sympa, Buzzard Canyon, un titre hard- rock’n’roll, « Hellfire and whiskey », une pochette délirante avec un alien qui conduit une décapotable dans le désert. Il n’y a pas, il faut que j’écoute ça dès maintenant !

Oh ouais, c’est du stoner, hard-rock 70 délire ! Et putain, c’est méga bon !

Le chant est assuré par une fille ou un garçon suivant les morceaux où le moment des morceaux. Il y a des putains de riffs, des méga belles mélodies et une putain d’énergie dans cet album. Ca sent bon les feux de l’enfer et le whiskey !

Mais ils sortent d’où ces fous furieux ? Du fin fond du Connecticut. Et comme qui dirait, ils ont méga bien fait d’en sortir !

Quel plaisir, et quelle tarte !!

Evidemment, c’est super un coup de cœur. Allez, j’y retourne, trop bon !!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

sweet-needles-broken-bonesSWEET NEEDLES

Broken Bones

Label : Autoproduit
Sortie : 08 octobre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

EP 4 titres
En provenance de Paris, les Sweet Needles nous reviennent avec un EP 4 titres et ce sont nos petites oreilles qui vont être heureuses !

Ce « Broken Bones » nous délivre des titres très heavy doom stoner de très bonne facture. On est bien dans du hard heavy influence doom. On retrouve la lourdeur du doom mais aussi un côté hard-rock plus boogie. Heu, je ne sais pas si c’est clair, en tout cas, c’est méga bon ! J’en ai les cheveux qui bougent tout seuls (Si, si, c’est possible !).

En plus, j’adore la voix du chanteur, la mélodie des morceaux (on pense parfois à du Thin Lizzy..).

Bref, voilà. A vous de les découvrir. D’urgence !!

Quant-à moi, je leur mets directement un coup de cœur en pensant : « Vivement l’album ! ».

Vidéo à venir

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

tyketto-reachTYKETTO

Reach

Label : Frontiers Music
Sortie : 14 octobre 2016

J’avoue que j’ai découvert Tyketto sur le tard grâce – ou à cause – d’une copine qui me bassinait avec ce groupe et qui cherchait partout leur premier album. Comme je suis curieux, je me le suis procuré et j’ai moi aussi craqué pour leurs trois premiers albums de hard FM et sur la voix de Danny Vaugh.

Et voilà, plus d’une décennie après, je ne vois plus la copine mais j’aime toujours Tyketto, donc je suis impatient d’écouter « Reach », leur dernier opus.

Heu… le premier titre est comment dire… très AOR. Merdum ! Ils ont basculé vers le côté FM.

Le deuxième morceau commence et… c’est un putain de morceau de hard-rock comme on l’aime ! Un morceau qui déboîte et un putain de riff.

Troisième titre : re-yes ! Du hard-rock à la Tyketto. Bon, c’est vraiment parti.

Les autres morceaux alternent les passages plus hard et les passages plus FM. Bref, c’est très bon et c’est ce que j’attendais en fait. Bon, bien-sûr il y a des ballades, « Letting go », « Scream » mais elles sont belles. Donc normal pour le style.

Au final, on a un très bon album de hard-rock mélodique et Tyketto n’a pas à rougir de ce « Reach ».

La seule chose que je ne comprends pas, c’est le choix de « Reach » en ouverture. Pour moi, ça reste le morceau le plus faible de ce CD.

Mais bon, ça ne doit pas vous empêcher de découvrir l’album.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

hardline_hn_cover_hi

HARDLINE

Human Nature

Label : Frontiers Music
Sortie : 14 octobre 2016

Hardline, le groupe de hard américain qui avait dans ses rangs Neal Schon, nous revient avec un nouvel album. Exit Neal Schon.

Le groupe est désormais composé de Josh Ramos à la guitare, de Johnny Gioeli au chant, de Alessandro Del Vecchio aux claviers et de Anna Portalupi à la basse. Et tout ce beau monde nous arrive avec un nouveau CD : « Human nature ».

C’est clair, on n’est pas dans les hauteurs d’un must comme « Eclipse », mais cela aurait été méga dur.

Non, ce « Human nature » n’est pas – loin de là – un mauvais album. On est toujours dans du hard-rock mélodique qui flirte parfois avec de l’AOR. Il y a des morceaux qui sont pêchus, d’autres plus calmes mais, comment dire, il manque ce petit plus qui fait la différence entre un bon album et un must.

… Mais peut-être que j’en attendais trop.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

kee_marcello_su_cover_hiKEE MARCELLO

Scaling up

Label : Frontiers Music
Sortie : 14 octobre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Kee Marcello, le guitariste suédois du groupe Europe, nous revient avec un nouvel album solo. Et il n’est pas venu pour rien ! Ce « Scaling up », du cover de la pochette au contenu, est superbe.

Pour le contenu, c’est du hard-rock mélodique de toute beauté. Très varié avec des morceaux pêchus, des ballades pas mollassonne, des ambiances différentes selon les morceaux. Du fun, du feeling et bien-sûr des guitares.

Il y a même la participation de Mattias Eklundh de Freak Kitchen sur « Good men gone bad ».

Allez, foncez ! Cet album fait du bien au corps et à l’âme !!!

Evidemment un gros coup de cœur pour un putain de grateux !

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

16370IRON CURTAIN

Guilty as charged

Label : Pure Steel Records
Sortie : 14 octobre 2016

Vous aimez le heavy speed thrash à la Motorhead, Tank et Exciter avec des touches Accept, Riot ? Eh bien les petits graisseux et les petites graisseuses, jetez-vous comme des boit-sans-soif sur ce troisième album des espagnols de Iron Curtain !

« Guilty as charged », c’est des morceaux qui déboîtent sa mère-grand, qui bastonnent les loups dans les bois, qui te décollent les oreilles ! Bref, du speed thrash mélodique.

Heu, ça fait drôle mais c’est un bon résumé de cet album qui réduirait en cendres un petit hardos FM dès les premiers riffs mais qui, en revanche, fera le bonheur d’un fan de Metallica.

Bon, je voulais me le remettre encore une fois mais je ne remets plus la main dessus. Bizarre…. Chériiiiiee ?!!!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

secret_sphere_onit_cover_hiSECRET SPHERE

One night in Tokyo

Label : Frontiers Music
Sortie : 14 octobre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Dire que Secret Sphère est aimé au pays du soleil levant est un euphémisme. Il est donc totalement logique que ce soit à Tokyo que le groupe a décidé d’enregistrer son live. Live qui va évidement s’appeler « One night in Clermont-Ferrand »… Non, bananes ! « One night in Tokyo », bien-sûr !

Comme c’est un live, parlons d’abord du son. Il est bon.
Après, regardons la track-list. Elle donne bien les morceaux les plus marquants du groupe. Et en plus, sur l’un des titres, il y a Anette Olzon, la chanteuse de Nightwish. Et ce morceau est particulièrement bon. Il vaut à lui seul l’achat du CD !!

Un live à avoir à côté de vos « Live Budokan » de MSG, du « Tokyo Tapes » de Scorpions et de bien d’autres qui ont déjà célébré le public nippon.

Bien-sûr, c’est un coup de cœur de Ti-Rickou… qui aurait bien aimé être là-bas !!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

14264807_1230433173662886_7735121030610295366_nEXISTANCE

Breaking the Rock

Label : Black Viper Records
Sortie : 15 octobre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Yes !!! Existance, le combo français de jeune loups élevés à la forge hard and heavy 80 est de retour pour une nouvelle aventure discographique ! Et vu comme leur premier album m’avait régalé les esgourdes, j’ai hâte d’écouter ce petit nouveau.

Donc, c’est avec une vraie impatience et une avidité non dissimulée que je mets ce « Breaking the rock » dans ma platine CD.

Et ? Et ? Bon, on bute le suspect directement. On est toujours dans du hard-rock NWOTBHM avec des influences diverses comme Tygers of Pan Tang, Praying Mantis et consorts. Mais tout ça est passé dans un putain de mixeur avec un ingrédient secret : la patte Existance qui fait que l’alchimie fonctionne.

Et ça fonctionne admirablement bien ! Les nouveaux morceaux sont vraiment bons et inspirés, c’est musical et puissant à la fois. La ballade « Sinner of love » est particulièrement terrible et s’intègre bien avec des morceaux plus pêchus comme « Marilyn » ou « In the name of revenge ».

La voix de Julian est toujours superbe, efficace et mélodieuse, les guitares riffent comme j’aime et l’album s’écoute en headbanguant à mort !

Alors oui, Existance n’a pas inventé le style, on est d’accord, mais ils le font continuer à vivre. Et de quelle manière !! Malgré les différents changements de line-up que le groupe a subi, Existance a non seulement gardé le cap mais le groupe a en plus franchi un palier.

Bref, vous allez pouvoir ranger ce CD à côté de vos Saxon, Maiden, Tygers, Sortilège ou H-Bomb sans qu’il y ait à en rougir car ce « Breaking the rock » en plus de me donner une cure de jouvence est un putain de très bon album !

Vous aimez le hard heavy 80 ? Vous allez adorer ce « Breaking the rock ». Pour ma part, c’est un énorme coup de cœur amplement mérité !! Je suis vraiment content de retrouver Existance avec un album de cette trempe.

En tous cas, le coq peut faire « cocorico », on a un putain de représentant de cette nouvelle vague heavy et il s’appelle Existance !!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

the-answer-solas-28-octobre-napalmTHE ANSWER

Solas

Label : Napalm Records
Sortie : 28 octobre 2016

C’est toujours avec un grand plaisir que je reçois un nouvel album des irlandais de The Answer. Et donc, je me précipite sur leur petit nouveau : « Solas ».

Cà commence tout en douceur avec l’éponyme « Solas ». Ca continue par un « Beautiful world » qui me désarçonne un peu. Très beau mais pas ce que je m’attendais à entendre… Et ça ne va pas changer lors des morceaux suivants ! Heu… c’est presque folk leur histoire !

Pris d’un doute, je vérifie : c’est bien le bon disque ? C’est bien le bon groupe ? Ben oui, c’est ça. Mais alors, c’est quoi le délire ? Rien à voir avec le rock-hard qu’ils faisaient avant !

Putain, pas bon le délire !!

Qu’est-ce qui s’est passé ? Ils se sont mis à l’eau ? Ils ont été touchés par la grâce ? Pas moi. Je ne voulais pas de folk-rock ! Même très bien fait.

Please, rendez-moi mes The Answer à moi !! Putain, pas drôle leur trip. Pour le coup, pour moi c’est carrément un bad trip.

Je tente quand même une ré-écoute en faisant abstraction du fait que c’est un album de The Answer.

Ce « Solas » est un album de rock-folk moderne et plutôt sympa avec des morceaux très beaux et tout et tout. A conseiller aux gens qui aiment ce style de musique. Trop beau pour moi.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

5b1b638c827588f23c7a212e99f4e74bCHAINER

Orgasmo Mechanic

Label : Autoproduit
Sortie : 18 décembre 2015

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Rien que la pochette – où figure une hard-rockeuse avec une chaîne dans la main et un chopper en fond – donne envie de se plonger dans le CD du trio suisse Chainer.

Et la pochette nous à indiqué la direction : du putain de hard-heavy 80 avec des rythmiques qui font bouger la tête toute seule, des solos qui nous font ressortir la guitare magique, des refrains qui nous font chanter à tue-tête (pour le plus grand bonheur de nos voisins).

Et il y a cette putain de voix qui nous rappelle le bon vieux W.A.S.P. !!

Chainer avec cet « Orgasmo mechanic », c’est tout ça, du heavy metal avec une touche de hard, une pincée légère de glam pour les choeurs et un soupçon de W.A.S.P. pour la voix.

Et le résultat est un super album où il n y a rien à jeter… et où on peut faire péter les watts ! Mention spéciale à « Burn the city » et à « You are not alone » que j’aime particulièrement.

Allez les copains, on ressort les cartouchières et les bracelets à clous et on fonce se procurer cet album. Album qui est bien évidement un coup de coeur pour votre serviteur. Qui ? Ben moi, bananes !!!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

alex cordo origamiALEX CORDO

Origami

Label : M & O Music
Sortie : 30 septembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Tiens, je fais les choses à l’envers, moi… J’ai découvert les morceaux de cet album « Origami » d’Alex Cordo en live et maintenant j’écoute l’album CD. D’abord dans la voiture en rentrant du concert, évidement !

Et putain, c’est vrai que les morceaux sont très bons, très beaux, très fluides. C’est méga bien fait. On n’est pas dans la démo style descente de manche. C’est tout en touché, en harmonie. En plus, en voiture c’est nickel, ni trop violent, ni trop mou. Parfait. La route m’a parue beaucoup plus courte !

Deuxième et troisième écoute tranquille à la maison et là, même impression. Avec en plus une vraie sensation de bien-être.

Eh oui, ce disque ce n’est que du bonheur.

Bien-sûr, on pense à Joe Satriani mais du Satriani de l’époque « Surfing with the alien ». Bref, la crème de la crème pour moi !

ALEX CORDO réussit ça : faire un CD très balaise techniquement et qui glisse comme une glace à la vanille. Et quand tu l’a fini, tu en reveux vraiment du « c’est bon » ! En clair, je ne m’en lasse pas de cet  » Origami ».

Ce CD est un must. Merci Alex Cordo ! Il est très très rare que je craque pour un CD instrumental mais là, c’est fait ! Et c’est fait grave, je suis complètement addict !

Maintenant, à vous de craquer sur cet album. Un méga disque d’un putain de guitariste. Et donc un énorme coup de coeur, of course !!!!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

NOVEMBRE 2016

 

graham_bonnet_tb_cover_hiGRAHAM BONNET BAND

The Book

Label : Frontiers Music
Sortie : 04 novembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Une bonne nouvelle pour ce mois de novembre pour tous les fans de hard-rock mélodique avec le retour de Graham Bonnet et son nouveau CD ! Heu, comment ça, ça ne vous dit rien ? Vous étiez où dans les 80 ?… Dans les couilles de votre père ?! OK, d’accord, bonne excuse.

Donc rattrapage : pendant ce temps-là, le monsieur a été chanteur de Rainbow, de MSG, de Yngwie Malmsteen et il a fait avec eux des putains d’album ! Après, il a tout simplement continué à faire des disques mais sous son nom, mais des disques à vous ravir les cages à miel.

Et, avec ce « Book », ça continue ! Le CD 1 nous donne 11 nouveaux morceaux de ce hard-rock mélodique dont nous sommes friands avec cette voix si particulière que j’adore. Ces morceaux sont très inspirés Rainbow. Of course. Yes, ça fait un putain de bien de le retrouver !

Et pour continuer sur la lancée et pour notre plus grand plaisir,k le CD 2 nous offre 16 morceaux des différents groupes auxquels Graham Bonnet a participé (voir plus haut) ré-enregistrés. On a donc bien-sûr « All night long », « Night games », « Assault attack », « Hiroshima mon amour », etc. Trop bien !

Ce double album devrait permettre aux spermato des 80 de le découvrir et au ados des 80 de prendre une cure de jeunesse… en souvenir du temps où Graham Bonnet chantait avec une veste de costume rose (si, si, c’est vrai !).

Pour cette page nostalgie et pour ce nouveau CD, je suis obligé de mettre un coup de coeur ! Qui en aurait douté ?

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

pretty_maids_kingmaker_coverPRETTY MAIDS

Kingmaker

Label : Frontiers Music
Sortie : 04 novembre 2016

On va faire un tour au Danemark pour retrouver un groupe qu’on connaît depuis le début des 80 si on aime le heavy metal : Pretty Maids. Eh oui, ils sont encore là ! Enfin, Ronnie Atkins et Ken Hammer.

Ils nous sortent un nouvel album « Kingmaker ». On est évidement dans du heavy metal, hard-rock, mélodique avec des morceaux rapides et des ballades, dont la très belle « Last beauty on the earth ».

Un album sympa, qui s’écoute facilement. Mais je ne suis pas sûr que dans deux trois mois, je ne me rappelle plus que de la pochette, très sympa et un peu morbide comme je les aime.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

689_civilwar_cmykCIVIL WAR

The last Full Measure

Label : Napalm Records
Sortie : 04 novembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Dire que j’avais pris une grosse baffe avec le dernier album des Civil War est encore loin de la vérité. La preuve, le CD tourne encore sur ma platine ! Alors quand j’ai reçu leur petit dernier et que j’ai vu la pochette, j’ai compris de suite que ça allait être encore une fois un grand moment.

Est-ce que je me suis trompé ? Ben non.

Dès le début, ça bastonne sec tout en étant mélodique. Mélodique et puissant. Des morceaux épiques qui te plonge dans une guerre fratricide, dans ces combats titanesques où chacun lutte pour sa survie. La musique de Civil War est de composée de véritables tableaux sonores.

J’adore la voix, les harmonies. Les morceaux sont des mégas brûlots. Bref, encore une grosse baffe dans ma tronche et une confirmation : Civil War est un méga groupe !!!

Je pense que vous vous en doutez mais ce « The last full measure » est CD coup de coeur. En fait, je frôle carrément l’infarctus !

A posséder d’urgence !!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

hammerfallbuilttolastcoverHAMMERFALL

Built to Last

Label : Napalm Records
Sortie : 04 novembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Yes, les suédois de Hammerfall sont de retour !! Je peux ressortir mon casque, mon bouclier et ma hache de combat ! Ca va saigner !!!

Et c’est parti pour du power metal comme je l’aime, puissant et festif à la fois. Eh oui, on peut batailler et festoyer, faut pas déconner non plus ! Les couplets tapent, les refrains se chantent à faire hurler le chien des voisins. Une vraie plongée dans un monde d’heroic fantasy.

Encore une fois, Hammerfall réussit son coup parfaitement avec leur musique méga festive.

Et quand le CD est fini, tu te retrouves avec un sourire banane sur le visage et une envie de sangliers à croquer à pleine dents et une cervoise pour faire passer le tout !

Donc évidement, c’est un putain de coup de coeur pour cet album !

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

glenn_hughes_res_cover_hiGLENN HUGHES

Resonate

Label : Frontiers Music
Sortie : 04 novembre 2016

Petits hard-rockeurs nostalgiques du bon vieux temps, voilà le retour de l’homme à la voix d’or et à la basse magique : Glenn Hughes. Eh oui, LE Glenn Hughes qui a joué avec Trapèze, Deep Purple, Black Sabbath, Black Country Communion et tant d’autres !

Il nous revient en solo et, bien-sûr, c’est pour nous faire du hard-rock à sa manière, du hard teinté de blues saupoudré de funk et de groove avec une basse qui tape et une voix chaude. Il a un style incomparable.

Ce « Resonate » ne déroge pas à la règle. Ses 11 morceaux regorgent de tout ça jusqu’à la gueule.

Après, il faut être ouvert d’esprit, comme on dit.

Pour ma part, j’ai plutôt apprécié cet album même si j’ai trouve la prod’ un peu trop froide et l’ambiance un peu trop moderne.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

width-250TYRON

Rebels shall conquer

Label : Iron Shields Records
Sortie : 04 novembre 2016

Quoi de mieux pour se réveiller après un concert de métal symphonique que d’écouter un groupe de metal speed ? C’est très, très efficace ! Tu as déjà les pieds au sol avant même que tu ne t’en rende compte !

Voilà ma première rencontre avec Tyron, groupe de heavy thrash allemand, petit enfant de Metallica, Megadeth et consorts.

Ils pratiquent très bien la recette. Des gros riffs rapides, des morceaux qui pulsent ton coeur et te font dresser les cheveux sur la tête, bref une bonne vielle recette remis au son d’aujourd’hui.

Ma chérie bouge sa tête dans tous les sens et headbangue comme une folle furieuse. Moi, j’ai toujours du mal à faire redescendre mon rythme cardiaque… Je dois être trop vieux pour ces trucs-là, moi ! Comment ça, j’ai toujours du être trop vieux ?!!! Bon, pas faux, je n’ai jamais été franchement fan du style. Mais pour ceux qui le sont, pas de problèmes, Tyron vous comblera certainement.

Moi, je retourne à du glam-rock, na !!!

Vidéo à venir

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

roth_brock_prj_cover_hiROTH BROCK PROJECT

Roth Brock Project

Label : Frontiers Music
Sortie : 04 novembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Quand Terry Brock (Strangeway, Giant) et John Roth (Winger, Starship) collaborent pour un disque, on sait normalement que ce n’est pas la peine de sortir sont armure et sa hache, qu’ils ne vont pas nous faire du heavy metal ou du black metal. Après, la question est : « Est-ce que ça va être du AOR, du FM, du hard-FM mou du genou ou du hard-FM musclé ? ».

La réponse est : du hard-FM pas mou du genou du tout ! Et en plus très inspiré et très bon.

Les morceaux te font bouger la tête, les rythmiques rentrent entre tes deux oreilles, les refrains tiennent bien en tête et ont un méchant goût de reviens-y. Les guitares sont superbes, la voix magnifique.

C’est une très bonne surprise que cet album ! Il devrait combler tous les fans du style.

Pour ma part, du hard-FM comme ça, j’en reprends quand ils veulent ! Trop bon… Et bien-sûr, un coup de coeur obligatoire !!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

658_sirenia_cmykSIRENIA

Dim Day of Dolor

Label : Napalm Records
Sortie : 11 novembre 2016

Les norvégiens et norvégiennes de Sirenia nous reviennent avec un nouveau bébé qui se nomme « Dim day of dolor ». En regardant la pochette de l’album, on peut avoir une idée de ce qui nous attend : du metal symphonique avec un côté gothique.

Comment, dit comme ça, ça fait peur ? Ben, il ne faut surtout pas car c’est méga bien fait. C’est très beau et pas chiant du tout. C’est puissant et mélodique. La chanteuse a une méga voix et le côté lyrique n’est pas dérangeant. En plus, le monsieur a la grosse voix n’est pas là souvent ! Les morceaux sont sympas et du coup on se laisse très facilement emporter… sauf bien-sûr si on est allergique aux voix féminines lyriques. Ce qui n’est heureusement pas mon cas !

En tous cas, un bien bon album des norvégiens !

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

diabol-boruta_widziadlaDIABOL BORUTA

Widzadla

Label : Pure Underground Records
Sortie : 11 novembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Dans la famille folk métal festif du genre « Korpiklaani est mon père », je voudrais les polonais de Diabol Boruta et leur album « Widzadla ». Ils me font effectivement penser à Korpiklaani pour le côté festif.

Ils peuvent aussi être combatifs dans des morceaux qui déboîtent ta tête mais c’est très musical et leurs morceaux sont de purs moments de bonheur dans un style plutôt assez rare.

Moi, je suis vraiment client de cette musique lorsqu’il n’y a pas de monsieur à la voix d’outre-tombe qui hurle à la mort. Je suis donc très heureux de les avoir découvert

Et, allez tiens, je vais même leur mettre un coup de coeur pour avoir mis un sourire banane sur mon visage et m’avoir donner envie de manger un sanglier !!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

670_drescher_-erntezeitDRESCHER

Ernestezeit

Label : Napalm Records
Sortie : 18 novembre 2016

Lorsque ma vie est calme et morose, je peux compter sur Napalm Records pour m’amener du piquant. Et là, c’est un groupe de folk métal autrichen qui chante dans leur langue qu’ils m’envoient pour mes frêles petites oreilles. Mais bon, même pas peur !

Alors ? Alors ? Ben… spécial au premier abord. Surtout la voix. Mais passée la surprise, c’est bien fait. Le dosage entre metal et folk est parfait, la voix et la langue amènent un côté à part mais qui se marie parfaitement bien avec la musique. La guitare et l’accordéon se marient bien eux aussi.

Non, je n’ai pas bu ! On est bien dans du folk métal, c’est normal qu’il y ait des instruments folk.

En plus, ils nous gratifient de quatre covers dont un Maiden et un Stone. Et tiens, juste pour jouer, je ne vais rien vous dire pour les deux autres. A vous de deviner de quels morceaux et de quels groupes il s’agit ! Et oui, c’est la question du jour.

Bien entendu, les morceaux sont dans leur langue et dans leur style.

Je terminerai pour dire que si vous aimez le style Korpiklaani et consorts, il vous faut ce disque !

Sinon, l’autoroute c’est tout droit à gauche.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

690_dim_rgb

DIABULUS IN MUSICA

Dirge for the archons

Label : Napalm Records
Sortie : 18 novembre 2016

Je vous présente les espagnoles de Diabulus in Musica. Elles oeuvrent dans un mélange de musique classique et de métal avec une chanteuse plutôt lyrique. C’est donc une sorte de métal symphonique avec chanteuse.

Hey, ne partez pas ! Ce n’est vraiment pas mou ! C’est en plus très bien fait, très moderne. Et la chanteuse a une voix superbe. Revenez, c’est juste que ce n’est pas dans un style convenu.

Bon… il n’y a plus personne… Dommage, un groupe et un album à découvrir !

  • « Ça dépend, si tu veux qu’il y ait un suicide de masse sur l’autoroute !! »
  • « Heu, c’est aux personnes ouvertes d’esprit que je m’adresse, chérie !! »

Bon bien-sûr, il faut aimer le style !!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

tygersalbumjulyTIGERS OF PAN TANG

Tigers of Pan Tang

Label : Mighty Music
Sortie : 21 octobre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

Je dois avouer que j’adore ce groupe. Ses trois premiers albums sont des must du hard-rock 80. Je me suis même mis avec le temps à apprécier leur quatrième album « The cage », plus FM et que je n’avais pas du tout aimé lors de sa sortie. Après, à toutes les reformations, à toutes les sorties d’albums, je me précipite quand même mais honnêtement, je n’ai plus retrouvé le truc qui me faisait adoré ce groupe.

Maintenant, du groupe d’origine il ne reste plus que Robb Weir, le guitariste.

La pochette du nouvel album est top et rappelle les anciennes. Qui sait, peut être que le fait que le nom de l’album soit éponyme est un signe ?

Heu, ça l’était effectivement ! Il est bon cet album, vraiment ! Je retrouve mon Tygers of Pan Tang, du moins dans l’esprit des morceaux. En plus, j’aime bien la voix du chanteur. Les morceaux sont très bons.

On a là un très bon CD de hard-rock et un bon album de Tygers of Pan Tang avec un son moderne mais le même esprit.

I am Happy, Tygers of Pan Tang is back !!!

Allez, je ne pensais pas faire ça en 2016 sur un album de ce groupe mais je le fais de bon coeur : un coup de coeur nostalgique mais bien dans le présent !!!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

DECEMBRE 2016

 

enuff_znuff_cl_cover_hiENUFF Z’ NUFF

Clowns Lounge

Label : Frontiers Music
Sortie : 02 décembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

La bonne nouvelle pour tous ceux qui aiment des choses différentes du rock-hard avec des touches de pop et de glam, c’est que les américains de Chicago Enuff Z’ Nuff sont de retour.

La pochette est méga délirante et fun à souhait.

Sauf que en regardant bien la fiche de l’album, celui-ci est composé de chutes de studio, de raretés pas utilisées. Du coup, je suis un peu perplexe. Mais bon, laissons parler mes oreilles.

Et le verdict c’est que l’album est très réussi avec des morceaux qui fleurent bon le glam pop délire et qui est bizarrement très homogène. Un CD qui donne envie de se l’écouter en boucle, quoi.

OK, je ne suis pas objectif, mais je m’en balance. C’est trop bon et donc un coup de coeur pour ces troublions qui viennent mettre de la chaleur dans cet hiver très froid !

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

nightranger_35_yaanic_cddvd_cover_hiNIGHT RANGER

35 years and a night in Chicago

Label : Frontiers Music
Sortie : 02 décembre 2016

Depuis 35 ans, Jack Blades, Brad Gilis, Kelly Keagy and friends ont vendu 17 millions d’albums. Eh oui, ça étonne ! Mais bon, c’est surtout aux Etats-Unis bien-sûr.

Et donc, pour fêter leurs 35 ans, ils nous sortent un double live et un Blue Ray. Les fans vont être comblés car la setlist couvre bien leur carrière et le son est très bon. Pour les autres, ceux qui ne les connaissent pas, eux et leur hard-rock FM classieux, c’est un bon moyen de faire connaissance.

Une bonne idée de cadeaux pour Noël pour tous les fans de FM.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

eternal_idol_tus_cover_hiETERNAL IDOL

The Unrevealed Secret

Label : Frontiers Music
Sortie : 02 décembre 2016

Je viens vous parler de Eternal Idol, le groupe de l’excellent chanteur Fabio Lione (Angra, Rhapsody of Fire, etc). Comme vous devez vous en douter, il n’oeuvre pas dans du black extrême mais bien dans du métal symphonique.

C’est méga bien fait, méga bien chanté. Après effectivement, ça ne va pas révolutionner le genre. Mais ce n’est pas le but non plus.

Leur but c’est juste de livrer un bon CD de métal symphonique et en ce sens, ils l’ont largement atteint. Que demander de plus ?

Les amateurs du style vont fêter Noël avant l’heure. Moi perso, j’adore la voix de Lione donc je ne suis pas déçu.

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

dario_mollos_crossbones_cover_hiDARIO MOLLO’S CROSSBONES

Rock the Craddle

Label : Frontiers Music
Sortie : 02 décembre 2016

Pour tous ceux qui sont en manque de hard-rock à la Deep Purple, Rainbow et consorts, il vous faut cet album ! Vous allez être en terrain connu, du hard comme on l’aime, puissant et mélodique, de beaux solos de guitare, une superbe voix et des morceaux inspirés.

Bref, tout pour faire le bonheur d’un petit hardos qui ne veut pas vieillir. En plus, il y a un très beau slow… Eh oui, ça se fait toujours !

Ce nouveau CD est une bien bonne surprise.

– Heu, comment chérie, c’est de la musique de vieux ?!
– Femme de peu de foi, n’oublies pas que c’est dans les vieux pots qu’on fait le bon hard-rock !!

couleur-fixe_pt-308

 

 

 

 

 

 

 

 

a1959739559_10WORKHORSE III

Closer to Relevance

Label : Clawhammer
Sortie : 09 décembre 2016

♥ Coup de coeur Ti-Rickou

En regardant la pochette, j’avoue que j’ai eu un peu peur car premièrement je ne connais pas du tout le groupe et que secondo, d’instinct, j’ai le pressentiment que ça va être violent… voire très violent ! Mais bon, je suis courageux et donc même pas peur et en avant la touche « play ».

Et ? Et bien, j’ai putain de bien fait de passer outre mes doutes car ce power trio de Philadelphie vaut le détour !

Et pourtant, décrire leur musique c’est coton : du hard mélangé avec du punk, de l’énergie à la Motorhead, une fougue à la Hellacopters avec une grosse dose de fucking rock’n’roll !! Putain, ils sont barges, mais qu’est ce que c’est bon !

La reprise de Waysted est terrible et le reste de l’album aussi. Et dire que j’ai failli passer à côté ! J’en suis dingue !!! C’est vraiment trop bon !

En plus, je trouve qu’il y a un petit côté Triumph dans la voix…

Bref, si vous n’avez rien compris, ce n’est pas grave, vos boîtes à miel vont se régaler ! Un CD à mettre absolument dans la lettre au Petit Papa Noël d’urgence !!!

… Et un coup de coeur limite infarctus pour moi.

Enfin un superbe album pour décembre ! Je commençais à désespérer.

couleur-fixe_pt-308

..

PARADISE LOST + PALLBEARER : Live Report @ L’Usine de Genève – 21 octobre 2017

PARADISE LOST

Bon, quand deux jours avant la date, tu es en train d’hésiter sur trois concerts auxquels tu pourrais aller et que tu reçois un mail te disant que tu es accrédité pour un quatrième, le choix redevient forcément plus simple. En plus, ça fait un bout de temps que je n’ai pas mis les pieds chez nos voisins suisses à Genève et plus précisément à l’Usine. Bon d’accord, je ne vais pas vous refaire sempiternellement la blague sur  » Ti -Rickou à l’usine » ou celle où je vous dis que je suis obligé d’y aller car je n’ai plus de chocolat à la maison ! Mais si je ne vais pas voir PARADISE LOST à Genève, ce sera à Grenoble et pour se garer à Grenoble, c’est encore bien plus compliqué qu’à Genève !

Oups, vu qu’il y a trois groupes, l’ouverture est prévue plus tôt que d’habitude là-bas… Et ce n’est pas forcément la bonne heure pour y accéder facilement. Comme je suis un petit garçon prudent, je me prends une marge de trois quart d’heure, ça devrait être tout bon…

Heu… c’était sans tenir compte de la pluie diluvienne, des feux bicolores, de mon GPS qui décide de me faire visiter le centre-ville et des suisses taquins qui ont mis des blocs en béton là où j’ai l’habitude de me garer ! Du coup, j’arrive juste quand le deuxième groupe – sur une affiche de trois – se prépare à commencer.

PALLBEARER

A peine dans la salle, je me souviens que pour les photos, ça va être coton car la lumière, ce n’est pas forcément le truc que PARADISE LOST apprécie…

Et PALLBEARER me le confirme ! Bon, c’est une découverte pour moi. Je ne les connais absolument pas – le premier qui me dit que je n’ai pas travaillé mon dossier, je l’envoie jouer avec sa grand-mère sur une piste de bobsleigh, lol –  et donc, c’est la surprise totale. Le style, on va dire que c’est plutôt doom stoner. C’est bien fait, plutôt agréable et musicalement et visuellement, mais c’est le genre de groupe dont  je ne suis pas sûr de me rappeler dans quinze jours que je les ai vus en live. Mais bon, je ne regrette pas le moment et j’apprécie leur prestation tout comme le public de l’Usine, bien remplie ce soir.

Bon allez, c’est l’entracte. Comme d’hab’ à Genève, vous savez que pour nous, les français, c’est un peu « expensive ». Tu consommes donc forcément avec ton copain « modération ».

PARADISE LOST

Ce que j aime ici, c’est que l’attente entre les groupes est courte et donc, PARADISE LOST ne tarde pas à monter sur scène.

Le fait que je vienne voir PARADISE LOST doit en étonner quelques uns, mais je dois vous dire que j’ai toujours aimé ce groupe. Bon bien évidement plus sur certains albums que sur d’autres !! Je les ai vus à plusieurs reprises et je n’ai jamais été déçu.

Et là, ça fait pas mal de temps que je ne les ai pas vus en live. D’ailleurs, je suis très surpris du look qu’ils ont maintenant ! Le guitariste a carrément une coupe iroquoise et le NICK HOLMES, chanteur s’est coupé les cheveux !! Sinon au niveau lights et ambiance scénique, pas de surprise.

PARADISE LOST

Les morceaux de « Médusa », leur dernier album passent très bien en live. La set list est bien équilibrée entre anciens morceaux et nouveaux. J’ai bien sûr mes préférences. Par exemple, je n’aime pas trop leurs morceaux un peu modernes et limite dansants avec un côté death, mais bon il en faut pour tous les goûts.

Le public de l’Usine est conquis et l’ambiance est méga bonne ; pas d’énergumènes qui slamment. Tout le monde s’éclate sans mettre ses voisins sur les nerfs.

Le groupe évolue sous des lumières et des fumigènes qui donnent une ambiance très tamisée. Cette ambiance convient parfaitement à leur musique très doom métal, goth, death.

Le voyage dans leur monde va se terminer d’un coup. Allez, c’est fini. Moi, je ne regrette pas du tout d’être venu ce soir. Très bon set des anglais avec un son très bon dans une salle que j’aime.

Bon, pas sûr qu’à cette heure, je vais trouver du chocolat, moi !

PS : merci à l’Usine pour cette soirée.

PARADISE LOST