Tagged: PUNK-ROCK

THE FOXY LADIES + T.T. TWISTERZ : Live Report @ le Ninkasi Gerland de Lyon – 05 décembre 2017

THE FOXIES LADIES @ Ninkasi Gerland – Lyon

Vu que j’avais un petit peu loupé leur release party pour la sortie de leur nouvel album, j’avais vraiment envie de me rattraper et donc quand j’ai vu cette date au Ninkasi de THE FOXY LADIES, j’étais bien sûr aux taquets. En plus, j’adore les soirées au Ninkasi, ça commence pas trop tôt et je sais y aller. Trop bien !

… Sauf qu’à 18h30, je reçois un coup de téléphone d’un copain qui me dit qu’ils sont déjà sur place ! Moi : <<Mais ça ne commence pas avant 20h !>>. Lui : <<Ca commence à 19h, magne-toi !>>. Bon, Ti-Rickou plus rapide que l’éclair, téléportation dans la voiture et on the road to Gerland.

19h30 et des brouettes, je suis garé, je rentre dans le Ninkasi, je retrouve les copains et bien sûr… ça n’a pas commencé !!! Ha ha ha ! Bon, même pas véner, ça me donne l’occasion de papoter. Parfois ça fait du bien !

T.T. TWISTERZ @ Ninkasi Gerland – Lyon

Et tant mieux parce qu’on va avoir un peu de temps devant nous vu que le premier groupe ne doit démarrer que vers les 20h. C’est une nouveauté pour moi car depuis qu’ils ont refait le Ninkasi Kafé, je n’avais pas vu de concert dans cet espace. Et c’est aussi une nouveauté car je ne connais absolument pas le groupe qui va monter sur scène : les T.T. TWISTERZ.

Allez, ils vont commencer. Je regarde autour de moi, vérifie où est l’issue de secours, prêt à voir arriver SALMA HAYEK avec un serpent géant autour du cou et à ce que tout le monde se transforme en monstres. Non, je n’ai pas fumé de l’herbe qui fait rigoler, je fais juste allusion au bar, le TT TWISTER du film « Une nuit en enfer » de TARANTINO. Bon, la comparaison avec le film s’arrête là. On n’est pas dans du rock horreur ni métissé mexicano. Ils font du rock.

C’est bien fait, la voix est agréable, les morceaux aussi. Il manque peut-être un poil de folie sur scène, mais bon c’est ce que j’aurais attendu par rapport à leur nom : je m’étais déjà fait mon film, moi ! Sinon, ce n’est pas du tout désagréable, même si on peut regretter un manque de refrains qui te restent dans la tête.

Quoiqu’il en soit, en découverte pour un groupe de première partie, c’est plutôt pas mal. En tout cas, leur show se termine, tout le monde est vivant et c’est déjà le principal ! Mais je trouve qu’ils ont quand même franchement déconné : ils auraient pu faire venir SALMA !!!

Allez, c’est la pause. J’en profite pour dire bonjour aux copains, copines qui sont bien présents ce soir, tout comme le public lyonnais. Il y a pas mal de monde ce soir à Gerland.

THE FOXIES LADIES @ Ninkasi Gerland – Lyon

Mais bon, je suis venu pour voir les quatre folles furieuses de FOXY LADIES. Et c’est parti ! J’avais un souvenir bien précis des filles et, de suite, je vois que ce soir encore, ça va être raccord ! Ouah, c’est clair que d’entrée de jeu, les filles déboîtent leurs grand-mères en hoverboard dans la cage d’escalier.

GABI, la chanteuse attaque comme un jack in the box. Elle a une putain de présence ! Elle est soutenue par LUCIANNE, la guitariste, qui elle aussi a une pure présence, un vrai charisme et EMILIE, la batteuse, qui est impressionnante.  Il y a juste CHLOE, la bassiste, qui est un petit poil en retrait par rapport à ses copines, plus concentrée sur sa basse. Mais bon, ça ne choque pas.

Les morceaux du petit dernier que je découvre en live sont très percutants et te font bouger les cheveux sans décoller tes doigts de pieds ! Le son est très bon, le public qui, pour une partie découvre les LADIES ce soir, est tout de suite dans le bain. Il y a une méga bonne ambiance dans la salle.

Les filles alternent des morceaux de leur premier album qui eux- aussi sont des petites perles.

Ce soir, on va avoir droit à une grosse prestation des FOXY LADIES qui confirment ma première impression :  c’est vraiment le groupe de filles à suivre. Elles ont un putain de potentiel ! Elles ont vraiment tout compris, leurs morceaux te restent dans la tête et te donnent envie de chanter avec elles. Elles ne se contentent pas d’interpréter en live leurs titres, elles les font vivre et elles arrivent à transmettre cette énergie au public. Scéniquement, c’est béton. C’est pareil, elles vivent vraiment leurs morceaux et ça, forcément, le public le ressent.

…Et forcément aussi bien sûr quand ça s’arrête, tu trouves que ça a été trop court !

Allez, petit tour au stand merch’ pour papoter avec les filles. Je ne regrette vraiment pas d’avoir fait le déplacement. Une chose est sûre, c’est que si l’occasion m’en est donnée, ce sera toujours avec grand plaisir que je les reverrai. Je crois que mon année 2017 n’aurait pas forcément été aussi réussie si je n’avais pas pu les revoir !

Et maintenant on the road again avant que la neige ne me tombe sur la tête !

THE MERCY KILLS : Live Report @ Le Thunderbird Lounge de Saint-Etienne – 24 novembre 2017

THE MERCY KILLS @ Thunderbird Lounge de Saint-Etienne

Bonne nouvelle ! Les MERCY KILLS débarquent d’Australie pour jouer chez nous. Oups, c’est à Saint-Etienne que ça se passe, chez mon copain James au Thunderbird. Ce n’est pas que je n’aime pas y aller mais en ce moment les conditions atmosphériques ne sont pas favorables… surtout par là-bas ! Mais bon, pas de neige à l’horizon, en plus ils passent tard (pas avant 22h). On est rock’n’roll ou pas ? On the road again, direction l’antre des Verts !!!

Cool, j’arrive un peu en avance et j’ai même le temps de manger une putain de galette de tueur à l’annexe en face. Et ? Eh ben, j’ai en fait loupé un groupe et la moitié d’un autre. Sérieux, je croyais qu’il n’y avait pas de première partie ! Mais vraiment, hein…

THE MERCY KILLS @ Thunderbird Lounge de Saint-Etienne

Heu bon, je descends… et je remonte très vite. On va dire que j’ai loupé les deux groupes… J’en profite pour papoter avec les MERCY KILLS de l’Australie, des groupes australiens. Je suis content, ils sont étonnés que je connaisse les DEADTHINGS ! On va pouvoir papoter un long moment car du coup, pour les voir live, je suis très en avance. Finalement, quand on descend dans la salle pour le début du concert, il est déjà l’heure des sorcières !

En tout cas, je m’en fous, je suis aux taquets. Je suis content car il y a pas mal de monde et ça c’est une méga bonne nouvelle !

THE MERCY KILLS @ Thunderbird Lounge de Saint-Etienne

Les MERCY KILLS vont tout de suite nous réveiller car ils ne sont pas venus d’Australie pour enfiler des perles. Et si j’avais pu à un moment donné regretter d’avoir fait le déplacement, ça va s’envoler dès les premiers accords ! Pour ceux qui ne connaissent absolument pas ce groupe, ils ont la parité totale : un garçon (JOSH BLACK) à la batterie et un garçon (MARK E.) à la guitare et au chant plus une fille (NATHALIE GELLE) à la guitare et une fille (JEN X.) à la basse.

Et les copines ne sont pas là pour faire tapisserie ni pour jouer les faire valoir. Elles sont là, comme leurs copains, pour faire du rock !

THE MERCY KILLS @ Thunderbird Lounge de Saint-Etienne

Les MERCY KILLS bien qu’ils viennent du pays des kangourous ne donnent pas dans le hard boogy. Leur musique est un résultat des diverses influences des membres du groupe. Selon les morceaux c’est plus new wave, plus sleaze, plus metal ou plus rock. En tout cas, leurs morceaux donnent envie d’imiter les kangourous et de sauter partout ! Et ce n’est pas une corde cassée qui va les perturber. Pendant que le guitariste la change, le groupe nous fait une anim’. Tout ça dans une bonne humeur qui ne fait pas retomber l’ambiance, bien au contraire !

Scéniquement, ça le fait. Malgré la taille de la scène, eh ben ils bougent ! MARK E. en profite pour aller au milieu du public prendre son bain de foule et ledit public est emporté dans leur univers où l’on ne s’ennuie jamais. Les morceaux sont dans le pur esprit punk rock : courts. Les filles chantent aussi sur certains morceaux. Ca se marie admirablement avec la voix du chanteur.

NATHALIE GELLE tente plusieurs fois de nous parler en français et ça le public français l’apprécie.

Les titres défilent à la vitesse de ma grand-mère en surf sur la barrière de corail. Moi je me prends une méga tarte ! J’adore les nouveaux morceaux qu’ils nous font. Un album doit sortir bientôt et d’après ce qu’on a entendu il devrait être très bon !

Leur set malheureusement va être très intense mais court car il est très tard et le Thunder doit arrêter de diffuser de la musique. Bon du coup, je suis encore plus dégoûté que le groupe précédent ai fait durer son set si longtemps. Enfin bref. Je vais quand même prendre le temps de faire des photos,. Je repapote avec eux car ils sont tous les quatre vraiment adorables. J’ai du mal à redescendre du concert et encore plus de mal à partir !…

Encore une fois, my friend James a eu le nez fin en faisant jouer les MERCY KILLS car malheureusement il y a peu d’endroits en France pour ce genre de groupes ou de musique. Et vue, encore une fois, la prestation du groupe, on se demande vraiment pourquoi.

THE MERCY KILLS @ Thunderbird Lounge de Saint-Etienne

STEVE ESTATOF : Live report @ les Arts dans l’R de Peronnas (01) – 22 novembre 2017

STEVE ESTATOF

Allez, aujourd’hui je suis vachement content car premièrement je vais revoir STEVE ESTATOF en live et deuxièmement je retourne à la case Les Arts dans l’R à Péronnas. Ceux qui ont suivi le webzine et le report de SILVERTRAIN savent que j’y suis allé il n’y a pas très longtemps et que j’adore ce lieu. Sans compter que retrouver RAPH et LOETITIA, les patrons de l’endroit, est toujours un pur bonheur.

Pour se garer aux Arts dans l’R, c’est toujours les doigts dans le nez et même si, aujourd’hui, je ne risque pas de louper la première partie de ce soir vu qu’il n’y en a pas, j’aime toujours arriver un peu en avance pour papoter avec les copains et les copines, m’installer tranquillement autour d’une table et boire un verre en attendant le début.

STEVE ESTATOF

Tiens, MARKUS FORTUNATO est attablé avec les copains ! Je le charrie en lui demandant pourquoi il n’est pas dans les loges et là j’apprends qu’il n’est pas dans le groupe ce soir… Ce qui est bien avec les concerts de STEVE, c’est qu’il est comme un Kinder, il y a toujours des surprises.

La deuxième surprise du soir, ça va être le bassiste. Je ne le connais pas. A la batterie, MIKE le frère de STEVE a repris sa place. A part STEVE, rien à voir avec le groupe que j’avais vu à Rillieux-la- Pape la dernière fois. En plus, d’entrée de jeu, je vois que le concert ne va rien à voir non plus avec le dernier. STEVE est sur le mode punk rockeur et ce soir ça va déménager gravement sa mère-grand. Effectivement, les morceaux joués sont axés punk-rock.

STEVE ESTATOF

STEVE est déchaîné. Il a décidé en plus de continuer à nous la jouer Kinder et en plus un Kinder en mode poisson d’avril !

Allez, il passe à la guitare tout seul sur scène. On calme un peu le tempo avant qu’il nous explique que ce soir, il va rejouer avec les musiciens d’un de ses tout premiers groupes, les PACEMAKER. Ils n’ont pas joué ensemble depuis trente ans. L’un va passer à la guitare et au chant, MIKE cède la batterie, STEVE ESTATOF prend quant-à lui la basse. Et c’est parti pour des morceaux de l’époque avec STEVE au choeurs. Donc là, on rentre dans un monde que je ne connaissais pas. STEVE s’éclate, enlève son T-Shirt. Il est heureux comme un poisson dans l’eau.

STEVE ESTATOF

La partie du show avec les PACEMAKER se termine, STEVE repasse tout seul à la guitare pour nous interpréter un ou deux morceaux avant d’être rejoint à nouveau par son frère à la batterie et d’appeler MARKUS FORTUNATO pour faire un boeuf sur un bon vieux rock ‘n’ roll. Eh oui, quand je vous disais que c’était la soirée des surprises !

Et ça ne va pas s’arrêter là. Sous l’insistance du public, il y a un rappel. Pour la fin du show, STEVE demande à RAPH de venir sur scène. Pour ceux qui ne le savent pas, RAPH, en plus d’être le patron des Arts dans l’R, est aussi le guitariste de DIESEL DUST. 

STEVE ESTATOF

STEVE va se mettre lui à la batterie et MARKUS FORTUNATO revient prendre la basse pour les accompagner. On va encore avoir droit à de l’inédit ! Tout ce beau monde est heureux de jammer ensemble. Le public bien présent ce soir est bien-sûr trop heureux de vivre ce moment.

Un concert un peu à la Scoubidou de STEVE ESTATOF mais surtout un concert fait avec le coeur et une grosse dose de rock’n’roll. En tout cas, si vous pensiez que ce n’était pas la peine d’en être et que vous l’aviez déjà vu sur scène, sachez que les concerts de STEVE sont tous forcement différents. Ce soir, il avait envie de se la jouer comme ça et il l’a fait… Et moi, j’y étais !

Un grand merci aux Arts dans l’R, on remet ça quand vous voulez les copains ! J’espère sincèrement y passer encore beaucoup d’autres grands moments comme celui de ce soir !!

Et en cadeau, une belle galerie photos !!!!

Incoming search terms:

  • ARTS DANS L R 01 PERONNAS PROGRAMMATION

MANITOBA NYC (ex-DICTATORS) : Live Report @ le Clapier de Saint-Etienne – 15 novembre 2017

MANITOBA NYC (ex-DICTATORS)

Il y a des groupes que tu adores depuis des lustres mais dont tu sais que malheureusement tu ne les verras pas en live. Les DICTATORS de Manitoba et ROSS THE BOSS en font partie. J’étais trop jeune quand ils tournaient et après, ils ne jouaient plus. Et voilà que depuis quelques années, ils rejouent, sortent des albums et font des concerts ! Alors forcément, même si ce n’est plus exactement le line up original, je veux les voir ! Donc à chaque fois qu’ils tournent en Europe, je regarde s’il y a une date jouable pour moi. Et la je vois une date en France et à Saint-Etienne en plus ! C’est clair, j y vais !! Heu… à moins que les Dieux du Rock en décident autrement et m’envoient la neige !!

Bon, ils ont été cléments. Pas de neige à l’horizon, donc direction le pays des Verts et plus précisément le Clapier, une salle récente qui a bon goût car avant les DICTATORS, ils ont déjà fait jouer les FLAMIN GROOVIES.

MANITOBA NYC (ex-DICTATORS)

Heu… elle n’est pas du tout où je croyais cette salle ! Heureusement que les Dieux du rock ont créés le GPS pour qu’on trouve nos concerts, lol !! 

Méga facile pour se garer. Le bâtiment ressemble à une ancienne gare. C’est un ancien resto transformé en salle de concert. Putain, ça a de la gueule ! Et quel cachet ! C’est chaleureux et on s’y sent bien. Il y a même un étage avec des tables et des canapés avec une partie en mezzanine qui donne sur la salle… et donc sur la scène. Méga cool pour les photos ou pour se reposer tout en ne perdant rien du concert !

Bon, il n’y a pas énormément de monde mais ça continue à arriver. 

La première partie commence et… à leur demande expresse, je ne vais pas en parler. C’est dingue ça, même quand je suis à l’heure, je ne peux pas faire un report sur la première partie ! Je dois être maudit ! La seule chose que je vais dire c’est qu’avec leur punk-rock trio énergique, ils ont bien remonté la température ! 

MANITOBA NYC (ex-DICTATORS)

En attendant, je papote avec des gens et je m’aperçois encore une fois que ceux qui sont venus sont, pour la plupart, venus de loin – voire de très loin, genre Bretagne – et que si ce n’est pas full, c’est une fois de plus parce que les locaux ou pas trop loin comme Lyon ne sont pas légion en ce mercredi glacial à avoir fait le déplacement. J’ai même le temps de goûter leur hamburger-frites maison pas cher et très bon avant que ça ne bouge sur scène.

Yes, ils arrivent ! En provenance de New York City : les DICTATORS !!!!!

A gauche de la scène, ROSS THE BOSS et au centre HANDSONE DICK MANITOBA, bonnet marqué Bronx sur la tête, bague à tous les doigts, bracelets au poignet et chaînes au cou. Ils sont là avec leurs copains pour nous, pour un unique passage en France. Et ils commencent fort ! Ils sont en forme et contents de jouer. Ils nous font une putain de set list avec des morceaux assez récents et bien-sûr des morceaux de leurs premiers albums.

MANITOBA NYC (ex-DICTATORS)

Je suis aux anges. J’avais peur d’être déçus. Que nenni ! ROSS THE BOSS est impérial et s’amuse vraiment avec ses potes. Il délire et fait le clown quand DICK parle trop. Et c’est vrai qu’il communique juste beaucoup ! Surtout quand il nous parle de NYC !! Les autres musiciens sont raccord, en parfaite osmose. Mention spéciale au batteur qui frappe comme un métronome forcené et au bassiste qui fait le show aussi.

Bon, moi je ne suis plus là. Le temps s’est arrêté, je chante, je m’éclate comme un fou… Comme le public présent d’ailleurs qui crée une méga bonne ambiance. Pas de lourdingues qui pogotent. On profite du moment tout simplement.

Quoi ? Comment ? C’est fini ?!!! On en reveut du « c’est bon », nous !!!

MANITOBA NYC (ex-DICTATORS)

Allez, les MANITOBA reviennent pour nous asséner un « Kick of the jams » du MC5 au vitriol, à la mode DICTATORS. Et là, l’ambiance ! La foule chauffée à blanc par leurs morceaux se lâche, c’est de la folie ! Tout le monde bouge et chante le refrain !!

Whaou, quelle tarte ! Non, n’arrêtez pas ! On en veut encore du c’est bon dans non oreilles, nous ! 

Et on les rappelle tellement fort qu’ils reviennent pour un second rappel ! Ils sont adorables, je vous dis. DICK nous montre sa montre et nous dit qu’il est tard en rigolant. La batterie commence et je sais qu’on va avoir « California girl ». Yeeeees ! Je suis méga happy car j’adore leur version fun et jouissive. Encore une fois on part avec eux au quart de tour, on chante, on participe, bref on est heureux. Vidés mais heureux.

Bon, là c’est bel et bien fini. ROSS THE BOSS nous dit qu’ils arrivent au merch’. R-yes ! Papotage, photos, signatures, c’est la cerise sur le cake recouvert de chantilly. On ne mérite pas, on est petits, lol !!

MANITOBA NYC (ex-DICTATORS)

Allez, il est tard et j’ai pas mal de route mais j’ai du mal à prendre congé du band et à clôturer cette soirée. Je suis sur mon nuage et j’ai du mal à redescendre. Et dire que j’ai eu peur d’être déçu, que ce soit mou, moins bon… La tarte a été violente, les DICTATORS ça envoie encore du bois, et de quelle façon !!

Si vous avez encore une fois l’occasion de vivre ça, foncez car les absents de ce soir ont vraiment loupé un truc.

Bien-sûr, un méga merci à la Tattoo Convention Saint-Etienne qui a organisé cette soirée et aux bénévoles de la salle qui sont adorables. Une méga soirée et un super lieu découvert ce soir.

Et comme décidément je n’ai pas envie que cette soirée s’arrête, c’est avec le premier DICTATORS à fond dans la voiture que je reprends la route. Le bonheur ! 

P.S : heu, HANDSOME DICK MANITOBA, pourrais-tu donner l’adresse du fournisseur de ton bonnet à un certain chanteur de hard français pour remplacer son bob ridicule ? Ton bonnet, il a la classe !!!