Tagged: RADAR FESTIVAL

RADAR FESTIVAL (part. 2) : Live Report @ la Villa Tachinni de Petit Lancy (ch) – 03 novembre 2018

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

Report by SEB 747

C’est le deuxième jour du Radar Fest et, après une super soirée la veille, je ne sais toujours pas si je me décide à bouger ou pas. Le matin même, ma femme me demande de faire une journée shopping. Je lui suggère : « Pourquoi pas à Genève ? Nous pourrions finir la soirée à la Villa Tachinni, pour voir le deuxième jour du festival ? » Et du coup, me voilà parti pour assister au deuxième jour du Radar. J’ai une femme au top !

Comment ça, c’est de la manipulation ? Même pas vrai ! Bon d’accord, un petit peu. Mais que ne ferais-je pas pour assister à un concert. Et puis, non seulement c’est gratuit, mais il y a aussi des groupes de qualité. Le problème, quand je suis en famille, c’est que souvent, j’arrive à la bourre.

VITAL BREATH @ Radar festival 2018

Du coup, le syndrome Ti-Rickou me rattrape, et je suis en retard pour assister au show complet de VITAL BREATH. Le temps qu’une place se libère à quasiment cent mètres de la Villa et qu’on nous mette un joli bracelet jaune fluo pour rentrer, les lyonnais en sont déjà à la fin de leur set ! Enfin pas totalement puisqu’il leur reste trois à quatre morceaux à jouer.

En tout cas, sur ce que j’entends, ils me font forte impression. Leur rock metal alternatif est séduisant. Beaucoup plus que ce que je n’avais vu au Metal Grésifest en 2016. Il faudra que je les revoie un jour, pour me faire une meilleure idée.

RASH @ Radar festival 2018

Le G.O. du Radar, prend la parole pour nous annoncer le prochain groupe.
« C’est un nouveau groupe » nous dit-il. « C’est des p’tits jeunes qui font des reprises de RASH PANZER »… Ah merde ! Un tribute band ! Je ne vais pas pouvoir chroniquer, moi !
Meuh non, c’était une blague ! En fait c’est le groupe mais ils ont raccourci le nom. Du coup, ils ne s’appellent plus RASH PANZER mais RASH. Ouf, j’ai eu peur !

Dans la bio du Radar, il était dit : « Nul besoin de les présenter, qui ne connaît pas le power rock band légendaire du bout du lac… »… Euh… ben moi, je connaissais, mais juste de nom. J’en avais entendu parler depuis pas mal d’années mais je n’avais jamais eu l’occasion d’écouter ce qu’ils faisaient. Pourtant, depuis 1979, date de leur création, dans un train de banlieue, j’aurais dû les voir en live ! 

Alors, pour moi, c’est une découverte. Et quelle découverte ! Je n’en crois pas mes oreilles. Moi qui, d’après le nom, m’attendais à un truc bourrin au possible (je vous rappelle que je n’avais jamais vu ni entendu le groupe – mauvaises langues !), j’en tombe des nues. C’est super bon, mélodique à souhaits, entraînant. Ma tête fait des mouvements de bas en haut, mes pieds tapent le sol sans que je puisse les contrôler, c’est totalement dément !!

Les morceaux parfois politiques « Uncle Sam Is Gone », ou simplement parlant rien qu’au titre « Naughty Woman », contribuent à faire remuer un Radar en pleine forme. Le son est aux petits oignons et cela rend bien dans le pit. Le public est tout acquis à la cause du parolier JAY GUERTCHAKOFF. Il faut expliquer que, même s’il est moins démonstratif que certains frontmen, il n’en est pas moins un excellent chanteur. J’adore le groove qui sort de sa voix rocailleuse.

RASH @ Radar festival 2018

Les riffs de JEROME PANIGONI et PASCAL TOSO à la guitare, sont hyper cools. La rythmique tenue par STEPHANE GAILLARD à la batterie et FRED GERNONIMO à la basse porte l’ensemble des autres musiciens. En bref, j’aime bien ce qu’ils font.

Tous les titres font mouche. « No Pain No Game », un nouveau titre, je crois, « Heavy Leaders » et son refrain qui te trotte dans la tête une fois qu’il est terminé, ou « The Last Ride » et son énorme solo de guitare. J’en aurais bien repris un peu mais ils doivent laisser la place aux autres groupes de ce soir. Ils finissent donc par « Dance to Death », un excellent morceau de leur dernier album en date.

Il est temps pour moi de passer au stand rafraîchissements… Ou pas, vu que je découvre que deux de mes copains de HEADLESS CROWN (Steph et Manu) sont là. Ils sont venus voir le groupe vedette de ce soir parce qu’il comporte en son sein le frère de leur nouveau batteur. Et nous voilà en pleine discussion sur leur prestation de la veille et sur leur future tournée dans les pays de l’Est. Mais ceci est une autre histoire.

RANDOM.PLAY @ Radar festival 2018

C’est au tour de RANDOM PLAY de monter sur les planches. L’an passé, je m’étais promis d’aller les revoir, étant donné que ce que j’en avais aperçu m’avait séduit. Je me place donc idéalement devant la scène, pour ne pas en rater une minute. Tiens, c’est bizarre, je ne reconnais pas la chanteuse. ISA est partie dans d’autres contrées et c’est JESS qui reprend le flambeau ? D’accord, je comprends mieux. Lol.

La première chose qui frappe par rapport à l’an passé, c’est le changement de look. JESS, la nouvelle frontwoman à un look dantesque, avec un petit côté gothique qui sert parfaitement la musique de RANDOM PLAY. Ce n’est pas Mr BONES, la mascotte du groupe, qui trône en laisse devant la batterie, qui dira le contraire ! Vous me direz aussi qu’il est compliqué pour un chien, d’autant plus squelettique, de parler.

L’attitude scénique de JESS est séductrice et sa bonne humeur fait plaisir à voir. C’est une sacrée chanteuse qui a une belle voix chaude et harmonieuse, ne partant pas dans le lyrique. Et c’est tant mieux pour moi, étant donné que je ne suis guère friand de ce genre de timbre haut perché.

Musicalement, RANDOM PLAY distille un rock puissant, original et mélodique. La section rythmique étonnante est toujours composée de DENIS, le frappeur déjanté, à la batterie et de BLAISE, aussi massif que le son qu’il tire de son instrument, à la basse. Les riffs c’est JEAN-LOUIS qui continue à s’en charger. En bref, rien de nouveau sous le soleil…  sauf la nouvelle chanteuse, évidemment.

RANDOM.PLAY @ Radar festival 2018

J’aime bien leurs compositions assez originales et sympathiques et leur univers intéressant. Le pied de micro de JESS (une épée avec un crâne à sa base) est super cool et donne un petit côté sombre au groupe. En plus, Mr BONES à un copain maintenant (même si ce n’est qu’une tête). Lol.

Le charisme de JESS remue encore une fois le Radar festival. Les spectateurs sont tout ouïes devant sa prestation. Les morceaux sont super bien faits et coulent de source. Le titre « Beer and Tears » fait plaisir aux leveurs de coudes et, pendant « Gone Wild », STEPHANE sort un os de mammouth et frappe ses fûts comme un damné, avant d’être rejoint par JESS qui s’y met aussi. C’est étonnant et marrant à la fois. Nous passons un super moment, avec un son toujours aux petits oignons. Les titres passent à une vitesse folle et le show s’achève sur le titre « One way to Hell ».

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

Bon, c’est bien beau tout ça, mais il faut faire place au groupe vedette de la soirée : SPIT RECKLESS. Comme je ne connais le groupe ni d’Eve, ni d’Adam, je me renseigne auprès de mes copains. Ils me disent que c’est un groupe de rock tout récent formé à Genève en 2015. Il paraîtrait que c’est l’un des nouveaux groupes suisses à suivre.

Tiens ? C’est bizarre. Le devant de la scène s’est rempli de copines, qui jusqu’à présent, étaient plutôt en retrait. Dès l’arrivée des musiciens, je comprends mieux. Ils sont jeunes (à part peut-être le bassiste) et beaux gosses !

Les premiers accords de « Easy come easy go » joués, je me rends compte que ce n’est pas ma came. Mais alors pas du tout. C’est tout ce que je n’aime pas dans le rock moderne… Et en même temps, en voyant le nombre de musiciens des groupes précédents devant les planches, je me dis que cela doit être pas mal.

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

Alors, je tends une oreille, puis l’autre. Et dès le troisième titre « Say », je ne peux plus me décrocher du devant de la scène ! Non pas que je ne puisse pas me retirer, mais il m’est impossible de résister à ces hits. Tous ces morceaux sont des tubes en puissance ! « Miracle » et son côté bluesy, les balades « Bloodstain » et « Cryin For The First Time » qui te prennent aux tripes, « You make me happy » l’incontournable hit qui ce soir va retourner la Villa, tous sont aussi excellents les uns que les autres !!

Du coup, je deviens complètement accro et, apparemment, je ne suis pas le seul ! Le nombre de spectateurs devant la scène a considérablement augmenté. Les fans sont aux taquets ! Ils reprennent en cœur tous les morceaux.

RUFIN, le second guitariste, est un riffeur de première et arpente la scène de long en large. La section rythmique n’est pas en reste, GIBS à la basse, et VG, le batteur, sont super carrés. Cela renforce la dynamique du groupe.

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

SPIT RECKLESS vient de sortir leur premier album “Heat Maker” cette année et ils n’en ont quasiment plus à vendre. C’est dire l’engouement de la Suisse envers ce jeune groupe ! La bonne humeur de WALL, le guitariste chanteur à la voix sensible et écorchée et celle de ses musiciens est telle qu’on ne peut qu’accrocher. Leur plaisir de parcourir la scène, de remuer le public totalement acquis à sa cause, voilà ce qui fait qu’un groupe, au-delà de sa musique, fédère un public.

WALL n’est pas seulement guitariste, il est aussi harmoniciste. Et lorsqu’il pose sa guitare, pour prendre le micro et se diriger vers le public. Les copines sont aux anges.

La musique de SPIT RECKLESS se définit par des chansons hyper efficaces aux refrains mémorables dès la première écoute. Ces mélodies ne vous quittent plus. Ces hits rentrent dans votre crâne et poussent vers la sortie tous ceux que vous connaissiez pour prendre leur place, c’est phénoménal ! Ce groupe casse tout simplement la baraque.
Le combo délivre des précieuses pépites et n’offre aucun répit à un public conquis.

Moi qui n’aimais pas trop le style au début, j’avoue m’être fait entraîné sans pouvoir m’en sortir. J’ai adoré ! C’est tellement bien fait que tous leurs morceaux feraient un carton sur les radios. Bon, évidemment, il ne faut pas rêver, c’est beaucoup trop hard pour lesdites radios !! Et un peut-être un peu trop pop pour les métalleux aussi, il faut bien l‘avouer. En bref, ils sont entre deux eaux puisque leur univers est orné de blues, de hard, de pop et de punk. Mais cette formation a un potentiel énorme et des atouts puissants.

Nous avons même droit à un inédit du nom de « Growin Up ». Ce titre, est un nouveau tube en puissance. Le son en jette toujours autant et les morceaux sont frappants de mélodie pour s’incruster au plus profond de notre cortex cérébral. « Rock’n’roller coster » et « Last Action Hero »,  sonnent le glas des spectateurs qui en veulent encore. Du coup, le groupe, histoire d’achever son public, reprend son hymne « You Make Me Happy ». La foule n’est plus en délire, elle est incontrôlable ! Les copines, et les copains, deviennent fous, voire hystériques ! On se croirait à un concert de K POP ! C’est de la folie !

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

Cette fois-ci, il est l’heure pour SPIT RECKLESS de rendre les armes. Mais pas sans un dernier morceau. Et c’est sur une cover de NEIL YOUNG, « Cryin in a free world », qui verra des membres de RANDOM PLAY investir la scène pour chanter le refrain en cœurs, que se termine ce set.

Lorsque le groupe termine son show, je regarde autour de moi et je contemple les bouches bées de mon entourage et du public. Tout le monde a l’air d’avoir été conquis par cet excellent groupe qui possède un sens de la mélodie impressionnant. Les musiciens ce soir, ont gagné leurs lettres de noblesse. Il est certain que nous en entendrons parler à l’avenir. Du coup, je n’ai qu’une hâte, retourner les voir en concert.

C’est donc sur ce super groupe qui a atomisé la Villa Tachinni, que se termine ce deuxième jour de festival. Vivement l’an prochain avec d’autres protagonistes !

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

RADAR FESTIVAL : Live Report @ la Villa Tachinni de Petit Lancy (ch) – 02 novembre 2018

HEADLESS CROWN @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

Report by SEB 747

L’année passée, lorsque je m’étais rendu à ce festival, nous fêtions l’armistice. Cette année, c’est le lendemain de la fête des morts. Alors, quoi de mieux que d’aller à un festival rendre hommage à nos chers disparus ? Je veux parler, évidemment, de nos rockeurs préférés, LEMMY KILLMISTER, RONNIE JAMES DIO, WARREL DANE, etc, partis trop tôt.

Comme l’an passé, le Radar Festival est gratuit. C’est ce qu’il y a de bien avec nos voisins suisses c’est que, souvent, les concerts sont gratis et avec des groupes de qualité.

Pour ce soir, il y a deux groupes que je connais. Ca facilite les choses. Et en plus, c’est deux groupes que j’aime bien, ça tombe bien ! Mon collègue de concerts Steve*74 n’a pas voulu venir « parce que c’est les mêmes groupes qui jouent tout le temps… ». Sur ce point de vue, je ne suis qu’à moitié d’accord avec lui, étant donné que ce soir, il n’y a qu’un seul groupe qui a déjà joué l’an passé. Et puis, comme je m’entends comme un larron en foire avec les HEADLESS CROWN, je ne peux pas faire l’impasse, ils m’en voudraient. Lol !

TOXIC GASOLINE @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

Bon, trêve de plaisanteries, il est temps de parler musique. Le temps de tourner un peu pour trouver de la place, j’arrive légèrement à la bourre. À peine entré dans la salle que TOXIC GASOLINE a déjà attaqué.

Euh… Vous êtes sûr que nous sommes au bon endroit ? Parce que, sur scène, je ne vois que des rednecks sortis tout droit du fin fond des U.S.A. ! Oui ? Ah bon. Ben heureusement qu’on me l’a dit, je croyais m’être perdu. 

En fait, la musique jouée par ces mecs habillés comme des vrais die-hard (salopette en jean de rigueur, chapeau de cowboy  ou casquette américaine vissée sur la tête), c’est du blues-rock. Celui du Bayou qui suinte le rock‘n’roll. Il déborde de tous les côtés de la scène d’ailleurs.

C’est vachement bon ! J’adhère facilement à leur univers. J’ai l‘impression de me retrouver sur une route déserte du sud des USA. Vous voyez, la fameuse route où il n’y a pas âme qui vive à part un bar adossé à une station-service avec tout plein de rednecks à l’intérieur. C’est trop cool !

Bon, le backdrop à l’arrière de la scène, représentant une station-service dans le désert, amplifie ce sentiment. D’autant plus, que relégué sur le côté gauche des planches, trône une pancarte d’une pompe à essence. On ne peut pas faire plus roots !

TOXIC GASOLINE @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

Du coup, bien que je ne les connaissais pas, j’ai vraiment apprécié leur prestation. Après m’être renseigné sur leur pedigree, j’ai su qu’ils avaient écumé les scènes genevoises et des alentours dans les années 90… Et que ce sont des ex-EARLY MORNING et RATTLESNAKE. Tout se fait en famille du coup !

PHILIPPE ABBET à la slide guitare et au chant, possède une voix rocailleuse à souhait, jouant du bottleneck sur ses cordes. L’autre PHILIPPE (MIKES), batteur dans son état, est tout et en groove. La basse de FRANCOIS BASTA relie une rythmique parfaite pour le style et l’harmonica d’ALAIN HEINZEN renforce encore plus cet aspect bluesy marécageux du Bayou.

En bref, je me suis fait intoxiquer par l’essence musicale des genevois. Trop bon !! ZZ TOP, quand tu nous tiens…

RATTLESNAKE @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

Il est l’heure de la pause. J’en profite un peu pour retrouver les quelques copains et copines de l‘an passé, GERARD FOIS d’ETERNAL FLIGHT qui distribue des flyers pour son festival avec GALDERIA et Suzi la femme du guitariste de RATTLESNAKE. Pourquoi ais-je ce sentiment de déjà vu, moi ? Peut-être parce que les mêmes protagonistes étaient déjà présents l’an passé. Mdr !

La foule s’est amassée devant la scène. Il est temps d’aller voir si le Serpent à sonnettes est toujours prêt à mordre !

Je le confirme, RATTLESNAKE distribue toujours autant son venin musical. Nos copains suisses perpétuent la tradition d’un hard-rock graisseux, direct et sans fioritures.

DYLAN, derrière ses fûts, gardés par ANIMAL, le batteur du Muppet Show, est toujours autant un coupeur de bois. Ses frappes font encore résonner un Radar bien rempli.
INDY et ses riffs venus de nulle part sont inlassablement aussi piquants (normal pour un serpent) et RAPH, dont la voix semble sortir des rocailles dans lequel le crotale s’est tapi, est toujours aussi charismatique. Son timbre vocal parait plus vibrant que jamais, distillant son poison à un public acquis à sa cause.

Seul changement au tableau par rapport à l’an passé, BASTI le bassiste. Celui-ci étant souffrant, c’est un certain Mister BOURREAU qui le remplace. Nous ne perdons rien au change et l’impression d’osmose entre les musiciens opère bien.

L’avantage avec RATTLESNAKE, c’est que tu sais à quoi t’attendre. Les morceaux te font ostensiblement dodeliner de la tête et tu t’éclates sur tous les titres.

RAPH, la figure de proue du groupe, au jean noir troué et veste totalement vintage du même ton, tient le devant de la scène. Son interprétation est solide et sans compromis. Il prend son public à bras le corps et ne le lâche que de temps en temps afin qu’INDY les emmènent sur son terrain. C’est une attitude que j’aime bien. Il faut dire aussi que le groupe existe depuis pas mal d’années et qu’ils sont donc rodés à la scène. Bref, ils savent comment gérer un public !

RATTLESNAKE @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

Une figurine pop de JOHNNY RAMONE trône au pied de micro d’INDY et lui donne l’inspiration qu’il se doit. Ses riffs suppurés font résonner un Radar Fest complètement hypnotisé. En plus, ils jouent le morceau que j’adore « Rattlesnake Girl ». Bon, même si, sur ce morceau, RAPH fait un petit impair en invitant les filles à se ruer devant la scène, surtout les jeunes. Ce n’était peut-être pas une bonne idée, surtout par les temps qui courent. Mais, bon, c’est rock‘n’roll tout ça !  

Passez ces petits déboires, les titres s’enchaînent. Le serpent est toujours aussi rapide pour attraper ses proies (en l’occurrence, son public) et nous passons un super moment « kick ass rock’n’roll ».

Cependant, comme il faut conclure, les RATTLESNAKE nous quittent sur « I’ve got to rock to stay alive ». Mais, comme à son habitude, le Radar ne veut pas en rester là et rappelle le groupe qui finit sur le « Paranoïd » de BLACK SABBATH.

HEADLESS CROWN @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

Après une prestation aux petits oignons sans aucune faute, c’est au tour de HEADLESS CROWN de prendre d’assaut la scène du Radar Festival. C’est pour moi, l’occasion de les voir avec leur nouveau batteur CHRIS RICHARDS remplaçant de CARLOS.

Dès l’entame de « Century Of Decay », on sent un groupe aux taquets. STEPH est, comme à son habitude, le meneur de scène et sait sans coups férir, séduire son public. Les frappes de CHRIS sont plus sèches que celles de CARLOS qui était plus en groove, ce qui sied bien à la nouvelle tournure musicale du groupe. D’ailleurs celui-ci portera l’accent sur son dernier album, inspiré de l’univers sombre de Georges Orwell, en en jouant une grosse partie.

MAC, le bassiste, prend les chœurs, ce qui est une nouveauté par rapport aux nombres de fois où je les ai vus. CED et MANU les gratteux, bougent toujours autant et en font des tonnes… mais pas de doute, ils excellent toujours autant.

Le son des deux premiers morceaux est un peu trop fort et le côté « y’a plus de freins sur mon vélo alors je lâche tout », surprend une bonne partie du public. Il est vrai que c’est le groupe de la soirée qui joue le plus fort. Ca dénote un peu par rapport aux autres groupes de la soirée. Mais moi, connaissant par cœur le groupe et ses chansons je suis à donf ! D’ailleurs je ne suis pas le seul, je remarque quelques groupies qui sont également aux taquets.

La prestation de nos couronnes sans têtes, est sans faille. Et le fait que STEPH anime la scène en changeant de tenues, amène le groupe sur d’autres contrées. Le spectacle est autant visuel que musical.

HEADLESS CROWN @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

 

HEADLESS CROWN @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

« Listen », qui voit l’arrivée du chanteur, vêtu de noir, masque sur le visage et lunettes sur les yeux, casquette militaire vissée sur le crâne (comme dans le clip « Century Of Decay » https://www.youtube.com/watch?v=TGMVgbLYzhc) et les musiciens qui reprennent en cœurs la litanie « Listen To the Voice !! », fait forte impression. STEPH donne le sentiment que ce n’est plus lui qui chante, mais bien le personnage inquiétant du clip, toisant ses camarades guitaristes pendant qu’il ne chante pas. Petit bémol, le filtre du masque nous empêche de bien entendre les paroles du morceau. Mais cela n’empêche pas le chanteur de nous troubler.

Les titres s’enchaînent les uns derrière les autres, secouant le reste des spectateurs du Radar. C’est le tour de « Men Or Machine » ; malgré l’heure tardive, je prends mon pied ! Mes copains suisses sont à fond, continuant d’interpréter leur show sans prendre de gants. STEPH est monstrueux de justesse ce soir et tout le monde semble s’éclater. 

Mais, il est temps pour notre couronne sans tête de finir ce set. Le groupe brûle sa dernière cartouche en jouant le tonitruant « The Worlds Scream ». Et c’est donc sur ce dernier titre que se clôt cette première journée du Radar Festival.

HEADLESS CROWN @ la Villa Tachinni – Le Petit Lancy

 

NOW OR NEVER : Live Report au Radar Festival de Grand-Lancy (Suisse) – 01 octobre 2016

now-or-never-14

NOW OR NEVER

Un jour, un imbécile heureux a prétendu que « L’abondance de biens ne nuit pas ». C’était peut-être vrai à l’époque romaine quand ce proverbe a vu le jour, mais pour moi aujourd’hui il est source d’embarras. Le même soir à quelques kilomètres de distance il y a un concert où ma fille désire aller alors que moi j’ai envie de retourner au Radar Festival pour le deuxième soir du festival. Choix cornélien !!

Après réflexion, j’opte pour une solution plutôt bâtarde, j’emmène ma fille à son concert et ensuite je me hâte d’aller au mien. Avaler aussi vite que possible les 24 kilomètres qui séparent les deux endroits en évitant les radars même si je me rends au Radar Festival ! Je sais que certains ont déjà tenté l’expérience et qu’ils ont échoué. Et bien, je confirme, il est impossible de faire ou d’aller à deux concerts le même soir !

Résultat des courses, j’arrive très très en retard pour le premier groupe de la soirée. Oui, en Suisse, ils commencent à l’heure !!

now-or-never-18

NOW OR NEVER

Pour les RANDOMPLAY, je n’en ai pas assez vu pour vous faire un report sur eux. Je peuxsans risque vous dire qu’ils sont cinq sur scène et qu’il y a une chanteuse qui répond au prénom d’ISABELLE. A priori ils opèrent dans un rock puissant flirtant avec le hard et à tendance mélodique. J’espère les revoir prochainement pour écouter un concert entier.

Place ensuite, sans vouloir faire insultes aux autres groupes, aux vedettes de la journée, les NOW OR NEVER. C’est véritablement un super groupe qui s’est formé ici. Avec dans ses rangs, deux anciens membres de PRETTY MAIDS, plus JO AMORE l’ancien chanteur de NIGHTMARE, et de RANZO ex-batteur de SULTAN. Avec un tel pédigrée et une telle maturité, l’ensemble ne va pas sonner amateur. On pourra reprocher ce que l’on veut à ces musiciens mais certainement pas un manque de technicité ou de professionnalisme.

Formé en 2012 autour de RICKY MARX (guitares) et de RANZO, le groupe n’est vraiment pas du genre inactif avec déjà deux albums dans sa besace. Ce soir, c’est un concert un peu spécial pour eux car ils jouent un peu à la maison. Avec deux membres qui habitent à Genève et de nombreux amis,

now-or-never-15

NOW OR NEVER

musiciens pour certains, qui assistent au gig de ce soir, ils ne sont pas en territoire hostile, loin de là !

Après une belle intro (ce qui n’est pas toujours le cas), le concert débute par « Sonic ecstasy », un morceau extrait du dernier album. Titre phare pour le groupe puisqu’ils ont décidé de sortir ce titre en clip officiel pour leur promo. A peine le temps de respirer et c’est « I shall remain » toujours extrait du dernier album. Le répertoire va naviguer sans surprise entre les deux disques. Sauf erreur de ma part, il n’y aura pas d’inédit dans la set-list de ce soir.

Le groupe évolue dans des eaux allant du métal mélodique au hard rock plus traditionnel. Si vous cherchez des nouveautés dans ce style, vous pouvez passer votre chemin, car il n’y en a pas. C’est peut être le seul reproche qu’on peut leur faire.

Vis-à-vis du concert que j’avais vu à Chambéry il y déjà quelques mois, les musiciens ont durci le ton. Le côté heavy power est plus présent sur scène qu’auparavant et c’est à mon avis un plus non négligeable.

now-or-never-12

NOW OR NEVER

KENN JACKSON, le bassiste, a la stature d’un viking blond comme on les imaginait durant les conquêtes et invasions de la Normandie à l’époque. Il est aussi le métronome, celui qui sans vraiment bouger insuffle aux autres une énergie contagieuse. RANZO, n’est pas en reste. Voici, mesdames et messieurs un très bon batteur. Et comme il est sympathique et avenant, que désirer de plus ??

Les solos de RICKY sont aiguisés et font mouche à chaque fois mais ils sont toujours courts. Cet homme ne cède pas à la tentation d’en faire des tonnes et d’étaler son talent. Il joue juste et pour le service des autres et du morceau.

Juste un aparté pour préciser que durant tout le concert, les lights seront de couleurs bleues.

Soit le régisseur lumière a eu un problème de table, soit il a opté en toute conscience pour ce choix un peu étrange après avoir lu l’intégrale des Schtroumpfs. Visuellement ce n’est pas traumatisant, mais un peu de variété n’aurait pas nuit à l’ensemble.

Après le slow « An angel by my side », ils interprètent une reprise de « Red, Hot & heavy » des incontournables PRETTY MAIDS. C’est l’occasion pour JO AMORE de faire chanter un public qui n’attend que cela. Un JO qui depuis NIGHTMARE a su changer son registre vocal. Fini le temps où l’ombre d’un DIO planait de façon trop présente au-dessus de notre chanteur. C’est toujours aussi puissant et mélodique mais il a su évoluer au fil du temps et NOW OR NEVER y a gagné.

now-or-never-22

NOW OR NEVER

C’est avec « Wind of freedom » que se termine un show rondement mené. Un excellent concert maîtrisé de bout en bout par d’excellents musiciens. Je vous conseille vivement de les écouter afin de vous faire une idée.

Malheureusement, mes soucis de planning vont cruellement reprendre vie. Alors que CHAINER monte sur les planches et attaque son concert, il déjà l’heure pour moi d’aller récupérer ma fille. Oui, dans la vie il y a des priorités à respecter !! Mais ne vous en faites pas amis lecteurs, ce n’est que partie remise car le 15 octobre prochain, CHAINER jouera à nouveau et là vous aurez un report complet de leur prestation avec des photos. C’est promis !

 

Bilan de la soirée

Malgré deux groupes aux prestations tronquées, j’ai assisté à une très bonne soirée avec un groupe promis à un grand avenir s’ils continuent sur cette voie et ne se perdent pas dans les méandres du business.

Report by Steve 74

now-or-never-20

NOW OR NEVER

 

RADAR FESTIVAL : Live Report @ Le Grand Lancy (Suisse) – 30 septembre 2016

rattlesnake-5

RATTLESNAKE

Report par STEVE*74

Ce qu’il y a de bien avec internet, c’est qu’au dernier moment vous pouvez trouver une date de concert et ainsi modifier votre planning de la soirée. Il faut dans ce cas être hyper-réactif et partir le nez au vent pour une nouvelle aventure musicale.

Ce soir, direction le Grand-Lancy dans la proche banlieue de Genève pour un festival programmé sur deux soirs.

Pour une fois se garer devant la salle est un jeu d’enfant. Ouf ! car je suis limite au niveau du timing… La faute à un monde fou sur la route et aux trop nombreux feux tricolores entre la douane et la salle.

La première chose que j’aperçois en arrivant devant la salle est un stand où l’on peut découvrir et goûter gratuitement la Trooper, la célèbre bière d’IRON MAIDEN. Chose que je m’empresse de faire illico presto ! La soirée débute bien !!

rebel-duck-2

REBEL DUCK

Juste le temps ensuite de dire bonjour à quelques connaissances que déjà retentissent les premières notes de REBEL DUCK, le premier groupe de la soirée. Je découvre devant une salle modestement remplie un groupe totalement inconnu pour moi.

Renseignements pris, le quatuor vient de Neuchâtel et a déjà sorti fin 2015 un CD intitulé « Hard rock city ». Avec un tel titre nous savons où nous allons, pas de souci. Tout un programme en sorte !

Dès le premier titre, »Wolf under the moonlight », le décor est planté. Ils pratiquent bien un hard-rock mélodique et plus les morceaux défilent et plus l’influence sous-jacente d’un AC/DC apparaît. Des titres faits pour la scène et plein d’énergie. Bon, il faut dire qu’ils sont jeunes, donc plein d’allant et débordant d’une énergie propre à leur âge !

FLO le guitariste chanteur possède une belle voix et essaye de faire participer un public un peu amorphe. NICOLAS, le bassiste et RAPHAEL le batteur, assurent une bonne rythmique sur laquelle ALIX le guitariste, tisse des solos incisifs.

rebel-duck-1

REBEL DUCK

Comme souvent lors des concerts gratuits, les spectateurs quittent la salle pour aller dehors, fumer, parler ou rejoindre la buvette située elle-aussi à l’extérieur. C’est dommage, mais le phénomène va se répéter toue la soirée, quelque soit le groupe.

Les REBEL DUCK eux s’en fichent et continuent de convaincre ceux qui restent avec des titres toujours aussi percutants. Seul petit bémol à ce show, le dispensable slow « Snow white » qui, pour moi, est assez insipide et n’apporte pas grand chose d’original. Le suivant « Long time Rock’n’Roll » manque lui aussi de personnalité.

Heureusement la fin est nettement plus rock avec les OH OH OH de rigueur chanté par le public lors de « On stage tonight ». Pour finir en beauté, ils interprètent un percutant « Black pumpkin ».

Avis aux amateurs de ce genre, voici un groupe plein de promesses et à suivre.

rash-panzer-2

RASH PANZER

Place ensuite aux RASH PANZER. Pour vous les situer, un flash-back s’impose.

Le groupe a connu son heure de gloire à Genève et ses environs dans la deuxième partie des années 80. Formé en 1979 autour de J. JAY GUERTCHAKOF, le chanteur emblématique, le groupe a connu de nombreux changements de personnel au cours de son histoire. Son point d’orgue arriva quand NONO et FARID de TRUST décidèrent de produire le groupe pour un 45T. Mais pour différentes raisons, le disque ne parut pas en 45T mais uniquement en K7 auprès d’un public restreint. C’est ce qu’on peut appeler une bonne opportunité de ratée !!! Finalement un EP sortira bien plus tard en 88 avec une autre formation autour de J. JAY.

Après une longue période d’hibernation, le virus refait surface et le groupe se reforme autour de J. JAY et RENATO, le guitariste présent lors de la sortie de l’EP. Après des répétitions et plusieurs mois de composition, un album voit le jour en 2013 : « Back on the rocks ». La machine est remise sur rails et fonce tête baissée vers de nouvelles aventures.

rash-panzer-1

RASH PANZER

Maintenant que vous connaissez un peu leur histoire, faisons place à la musique et au concert de ce soir. C’est devant un public plus conséquent que pour les REBEL DUCK que les premières notes de « Do you really know » se font entendre. Je sens d’entrée que je vais rajeunir de quelques années avec un répertoire naviguant entre les anciens et les nouveaux titres. 

J. JAY rend très rapidement un hommage aux anciens membres du groupe aujourd’hui disparus. Oui, J. JAY et RENATO ne sont pas nés avec la dernière pluie et les années passent vraiment trop vite. Outre RENATO et J. JAY, la formation compte ce soir PHIL CARRUPT (basse) et BERNARD WIDMER (batterie) dans ses rangs. Les petits nouveaux se sont bien intégrés et font sans souci oublier leurs prédécesseurs.

rash-panzer-3

RASH PANZER

Les bougres n’ont rien perdu de leur énergie et ils naviguent entre heavy-rock et hard-rock traditionnel. Ils ne renient pas leurs influences très 80’s.

Le second morceau « More and more » délaisse un peu le hard-rock pour des sonorités plus rock. A noter sur ce titre un beau solo de RENATO.

Les titres défilent et les influences restent. Ce n’est pas honteusement pompé, c’est même savamment distillé. Mais l’ombre d’AEROSMITH, par exemple, plane au-dessus de RASH PANZER. Il y a pire comme référence me direz-vous ! Après « Gimme some light » et comme son nom l’indique, les lumières de la salle se rallument à la fin de ce titre.

Bonne prestation d’ensemble, mais je pense qu’ils peuvent mieux faire en modernisant un peu le style musical.

rattlesnake-10

RATTLESNAKE

Place maintenant au troisième et dernier groupe de la soirée. Les RATTLESNAKE sont eux aussi une référence dans le coin. Formés dans les années 90, ils écument les scènes de la région avant de disparaître comme tant d’autres. Mais en 2012, DYLAN, âgé alors de 17 ans, convainc son père de reprendre le micro pour reformer le groupe. Là encore, après de nombreux changements de line-up autour de Raph (le père) et Didi (le fils), le groupe se stabilise avec maintenant BASTI (à la basse) et INDY (à la guitare).

La musique est festive et ne prend absolument pas la tête. Tout est prétexte à la fête et à l’éclate. Le premier titre « Rattlesnake girl » annonce bien la couleur. Du pur hard-rock’n’roll où l’ombre d’AC/DC n’est jamais très loin. D’ailleurs un peu plus tard, ils nous feront un « Shot down in flames » pour confirmer leur attirance pour les anglo-australiens. Ecoutez aussi le très bluesy « Hell to pay » et vous ne pourrez plus nier cette filiation.

Pendant que BASTI garde souvent les yeux fermés, enfermé dans sa bulle, RAPH et surtout INDY descendent de la scène pour aller rencontrer le public. INDY, lui, s’arrêtant le plus souvent devant les personnes du sexe opposé ! Comme c’est bizarre !!

rattlesnake-9

RATTLESNAKE

rattlesnake-2

RATTLESNAKE

En vieux routiers qu’ils sont, ils ont de la bouteille. Pour confirmer cette affirmation, ils ont sur leurs pieds de micro un petit cercle où ils peuvent poser leurs gobelets de bière sans risque de la renverser. C’est la classe !!!

Le temps défile à toute vitesse, les morceaux passent comme une lettre à la poste et sans lasser les auditeurs que nous sommes. Pour le rappel RAPH demande à J. JAY de remonter sur scène pour chanter en duo un « Jumping Jack Flash » – des ROLLING STONES, pour les incultes – de toute folie. Cà swingue un max et tout le monde tape du pied sur ce riff imparable.

Cette journée de vendredi se termine sur un air de fête. Si vous avez envie d’écouter ces musiciens et de faire une agréable découverte, vous pouvez vous procurez leur CD pour les apprécier.

En conclusion, une excellente soirée avec une bonne découverte et deux confirmations. Vivement demain pour la suite !

rattlesnake-1

RATTLESNAKE