Tagged: STEEVE ESTATOF

STEVE ESTATOF : Live report @ les Arts dans l’R de Peronnas (01) – 22 novembre 2017

STEVE ESTATOF

Allez, aujourd’hui je suis vachement content car premièrement je vais revoir STEVE ESTATOF en live et deuxièmement je retourne à la case Les Arts dans l’R à Péronnas. Ceux qui ont suivi le webzine et le report de SILVERTRAIN savent que j’y suis allé il n’y a pas très longtemps et que j’adore ce lieu. Sans compter que retrouver RAPH et LOETITIA, les patrons de l’endroit, est toujours un pur bonheur.

Pour se garer aux Arts dans l’R, c’est toujours les doigts dans le nez et même si, aujourd’hui, je ne risque pas de louper la première partie de ce soir vu qu’il n’y en a pas, j’aime toujours arriver un peu en avance pour papoter avec les copains et les copines, m’installer tranquillement autour d’une table et boire un verre en attendant le début.

STEVE ESTATOF

Tiens, MARKUS FORTUNATO est attablé avec les copains ! Je le charrie en lui demandant pourquoi il n’est pas dans les loges et là j’apprends qu’il n’est pas dans le groupe ce soir… Ce qui est bien avec les concerts de STEVE, c’est qu’il est comme un Kinder, il y a toujours des surprises.

La deuxième surprise du soir, ça va être le bassiste. Je ne le connais pas. A la batterie, MIKE le frère de STEVE a repris sa place. A part STEVE, rien à voir avec le groupe que j’avais vu à Rillieux-la- Pape la dernière fois. En plus, d’entrée de jeu, je vois que le concert ne va rien à voir non plus avec le dernier. STEVE est sur le mode punk rockeur et ce soir ça va déménager gravement sa mère-grand. Effectivement, les morceaux joués sont axés punk-rock.

STEVE ESTATOF

STEVE est déchaîné. Il a décidé en plus de continuer à nous la jouer Kinder et en plus un Kinder en mode poisson d’avril !

Allez, il passe à la guitare tout seul sur scène. On calme un peu le tempo avant qu’il nous explique que ce soir, il va rejouer avec les musiciens d’un de ses tout premiers groupes, les PACEMAKER. Ils n’ont pas joué ensemble depuis trente ans. L’un va passer à la guitare et au chant, MIKE cède la batterie, STEVE ESTATOF prend quant-à lui la basse. Et c’est parti pour des morceaux de l’époque avec STEVE au choeurs. Donc là, on rentre dans un monde que je ne connaissais pas. STEVE s’éclate, enlève son T-Shirt. Il est heureux comme un poisson dans l’eau.

STEVE ESTATOF

La partie du show avec les PACEMAKER se termine, STEVE repasse tout seul à la guitare pour nous interpréter un ou deux morceaux avant d’être rejoint à nouveau par son frère à la batterie et d’appeler MARKUS FORTUNATO pour faire un boeuf sur un bon vieux rock ‘n’ roll. Eh oui, quand je vous disais que c’était la soirée des surprises !

Et ça ne va pas s’arrêter là. Sous l’insistance du public, il y a un rappel. Pour la fin du show, STEVE demande à RAPH de venir sur scène. Pour ceux qui ne le savent pas, RAPH, en plus d’être le patron des Arts dans l’R, est aussi le guitariste de DIESEL DUST. 

STEVE ESTATOF

STEVE va se mettre lui à la batterie et MARKUS FORTUNATO revient prendre la basse pour les accompagner. On va encore avoir droit à de l’inédit ! Tout ce beau monde est heureux de jammer ensemble. Le public bien présent ce soir est bien-sûr trop heureux de vivre ce moment.

Un concert un peu à la Scoubidou de STEVE ESTATOF mais surtout un concert fait avec le coeur et une grosse dose de rock’n’roll. En tout cas, si vous pensiez que ce n’était pas la peine d’en être et que vous l’aviez déjà vu sur scène, sachez que les concerts de STEVE sont tous forcement différents. Ce soir, il avait envie de se la jouer comme ça et il l’a fait… Et moi, j’y étais !

Un grand merci aux Arts dans l’R, on remet ça quand vous voulez les copains ! J’espère sincèrement y passer encore beaucoup d’autres grands moments comme celui de ce soir !!

Et en cadeau, une belle galerie photos !!!!

Steeve ESTATOF, rock rebellion : Interview

C’est au cours d’une ballade au coeur de Lyon, entre deux prises pour son troisième album, que STEEVE ESTATOF nous a accordé une interview sans prise de tête.

STEVE ESTATOF 9

 

Ti-Rickou
Pour beaucoup de gens, tu es le candidat fou furieux qui a gagné la deuxième saison de la Nouvelle Star. J’aimerai faire un peu plus connaissance avec toi. Est-ce que tu te souviens du premier album de rock ou de punk-rock que tu as écouté ?

Steeve Estatof
Le premier album que j’ai eu dans les mains et que j’ai écouté, c’était l’album de Queen, où la pochette c’était un gros robot en pierre qui détruisait tout le monde et qui avait les Queen dans la main. Mais avant ça, quand j’étais en voiture avec mes parents, j’écoutais à la radio des groupes comme les Beach Boys, les Beatles, les Rolling Stones, Black Sabbath, tous ces gens-là. Il y avait aussi Kiss avec Gene Simmons qui me faisait carrément flipper. Je me rappelle, je devais avoir quatre ans et je me cachais derrière les fauteuils, mais j’adorais ça, j’adorais flipper avec ce bassiste de fou !

STEEVE ESTATOF 6-Ti-Rickou
Quels sont les groupes qui t’ont influencé ?

Steeve Estatof
Queen, les Sex Pistols, Guns ’n’ Roses, Nirvana et Alice in Chains pour ne citer qu’eux… Parce qu’ensuite, j’ai une liste d’enfer ! Ils m’ont tous plus ou moins influencé mais ces groupes-là m’ont non seulement influencé mais ils m’ont même carrément appris à jouer !

 

Ti-Rickou
Tu es un passionné de glam sleaze et de Guns ’n’ Roses en particulier, quelle période préfères-tu ?

Steeve Estatof
Même si je suis un gros fan de rock’n’roll parce que pour moi le rock’n’roll c’est une religion et que je suis fan de quasiment tous les styles tant qu’ils sont magiques dans le rock, la période que je préfère dans le sleaze et le hard-rock, c’est la période entre 1987 et 1991. C’est là que j’ai vraiment pris un pied total avec quelque chose de roots, de magique. Dans ce style précis, c’est là là où j’ai vraiment vécu les plus grands trucs.

STEEVE ESTATOF 5-

Ti-Rickou
Avant de participer à l’émission, tu as joué dans plusieurs groupes, c’était quel style musical ?

Steeve Estatof
Des groupes, j’en ai eu des tonnes. J’ai été tour à tour batteur, guitariste, bassiste.. Mais on va dire que réellement, ceux qui  comptent pour moi, ceux avec qui j’ai fait mon apprentissage musical, avec qui j’ai fait mes premières scènes, mes premiers enregistrements, il y a quatre groupes. Le premier groupe, c’est les Pacemaker avec qui j’ai fait les « 24h du Rock » à Grenoble. C’était un festival. C’était aussi une première télé. C’était un groupe plutôt de punk-rock, rock alternatif dans l’esprit (à l’époque déjà en avance) un peu des Green Day. En même temps, j’avais aussi un groupe qui s’appelait les Flesh to Flesh qui était plutôt un groupe de hard-rock sleaze… et heavy-métal aussi ! C’était ça le style et d’ailleurs sur le « Poison Idéal », j’ai repris un titre qu’on faisait à l’époque qui s’appelle « l’Ange Noir » et qui est dans un esprit hard-rock et glam aussi. Ensuite, j’ai monté un groupe avec mes petits frères qui à l’époque devaient avoir quatre et sept ans, un truc comme ça. Je joue toujours avec mes frères, mais là c’est quand ils ont débuté. D‘ailleurs à l’époque, mes frères étaient inversés : Cliff était à la batterie et Mike à la basse. Et là, on faisait plutôt du punk-rock grunge.. hard-rock. Et ensuite, j’ai monté un nouveau groupe qui s’appelait Frénégonde. Là, je faisais le même style que ce que je fais maintenant, plutôt axé punk-rock.

STEEVE ESTATOF 4Ti-Rickou
Dans quelle optique t’es-tu rendu à l’audition de la Nouvelle Star ?

Steeve Estatof
Je m’y suis rendu avec plusieurs idées en tête. La première, c’était déjà d’essayer de me faire connaitre du grand public et de montrer qu’il y avait autre chose que de ne chanter qu’un style. A l’époque, je galérais vraiment, j’avais quitté tous mes groupes et je me retrouvais solo. Je me suis dis : « Je vais tenter ma chance et essayer de me faire remarquer par une maison de disques, un producteur, voire les deux ! ». Et aussi, voir si j’étais capable de  chanter  en  prime-time  dans une  émission  énorme   devant des millions de télé spectateurs… Je ne savais pas si j’étais capable de faire ça. Je me disais : « Je vais peut-être m’évanouir… Il va peut-être se passer un truc.. ». Et puis finalement, j’ai eu tout ça !!! J’ai pu chanter devant les gens et j’ai pu avoir une maison de disques, des producteurs et faire des tournées.

Ti-Rickou
Est-ce que ça n’a pas été compliqué de faire du hard-rock en prime-time ?

Steeve Estatof
C’est toujours compliqué de toute façon en France de faire de la musique rock’n’roll quoiqu’il arrive… rock ou hard-rock ! Donc oui, c’était super compliqué parce qu’il fallait en gros que je négocie. Si j’essayais d’imposer un titre comme AC/DC, Nirvana, Guns’n’Roses ou Sex Pistols, en échange il fallait que je chante un truc de variété. C’était ça le deal… Bien que là je simplifie parce que c’était beaucoup plus compliqué que ça. Plusieurs fois, j’ai failli me faire virer de l’émission ou bien moi-même partir parce qu’on ne s’entendait pas du tout là-dessus. J’ai donc été obligé de trouver des trucs, des excuses du genre : « Oui, mais c’est les dix ans de l’anniversaire de la mort de Kurt Cobain… Ah oui, mais les Sex Pistols, c’était super in… ou… AC/DC, c’est fédérateur »! Il fallait que je parlemente pendant des semaines en général pour vraiment arriver à placer un titre comme ça. Et en échange j’étais obligé de chanter des titres qui ne me plaisaient pas du tout et qui étaient assez atroces !

STEEVE ESTATOFF 8-

Ti-Rickou
Le fait de gagner l’émission t’as ouvert des portes, mais du coup pour le premier album, tu as pu faire ce que tu voulais ?

Steeve Estatof
Ben, c’est exactement pareil. Oui, ça m’a ouvert des portes, ça m’a fait connaitre du grand public et ça m’a permis de signer avec une maison de disques. Mais là aussi, il a fallu négocier parce qu’en général, quand tu sors de ce genre d’émission, on t’impose ce que tu dois faire. Point barre. Sauf que moi, j’étais le premier à vouloir à tout prix imposer mes titres. Enfin c’est pareil, c’est un compromis. Si j’avais cinq titres qu’on m’imposait à peu près (même si j’ai pu choisir les gens que je préférais dans le milieu), j’ai dû imposer la moitié de l’album de trucs à moi. C’était une contrepartie comme pendant l’émission.

Ti-Rickou
Et tu es content du résultat musical ?

Steeve Estatof
Je m’en suis bien sorti. Et oui, je suis très content de mon premier album dans le sens où c’était mon premier vrai album professionnel distribué dans toute la France, voire en Europe. J’étais content parce que cet album montrait ce que j’étais capable de faire dans tout le panel de la musique rock.

STEEVE ESTATOF 10Ti-Rickou
Tu as remis le couvert avec un deuxième CD, « Poison Idéal », plus glam-rock. C’était pour tirer un trait sur ton image de télé-réalité ou vraiment un besoin de faire ce que tu voulais ?

Steeve Estatof
Je n’ai jamais voulu tirer un trait sur mon image parce que j’assume ce que je fais. Je le fais et puis c’est tout. Je pense surtout à la musique avant tout… Et en plus, ce n’était pas une télé réalité mais un télé-crochet. C’était plus sympa on va dire. La télé réalité, je ne l’aurais pas fait, c’est pas trop mon truc, même si je n’ai rien contre. Non, mon deuxième album, c’était vraiment un retour aux sources. Je voulais montrer au public qui aimait ma musique ce que moi j’aimais et qui m’avait construit en fait.

Mon rêve était de faire un super album complètement hard-rock sleaze à Los Angeles pour aller au bout du rêve de l’adolescent que j’étais. Adolescent, j’avais une chambre remplie de posters de tous ces groupes, de Guns ’n’ Roses et de tout ça. J’avais 14/15 ans, et dans ma tête je rêvais. Je faisais des rêves comme ça, magnifiques. Je disais à tous mes potes : « Un jour, j’irai enregistrer à Los Angeles dans le studio des Guns ’n’ Roses ! ». Et ils mes répondaient : « C’est ça, oui… ». Alors quand j’en ai eu l’opportunité, je n’ai pas hésité. Pour moi, la boucle était bouclée et je pouvais enfin être libre. J‘ai enregistré avec le mec qui a enregistré les Guns, AC/DC, Poison ! Je me suis retrouvé avec Mick Fraser !!! En plus, je rencontrais des mecs comme Brian Adams… J’ai même joué sur un piano qui avait servi à enregistrer « November Rain » des Guns’n’Roses !!! Je me suis éclaté et j’ai été au bout de mon rêve ! Quand j’avais 14 ans et que j’étais dans la région de Grenoble, ça paraissait impossible. Donc c’était vraiment fou. Après, je me suis dis : « C’est fait, maintenant je peux passer à autre chose. ». C’est quelque chose dont je suis super content. J’ai assouvi mes rêves d’ado, je suis allé au bout de mon trip. Voilà.

Ti-Rickou
Comment ta maison de disques a pris ce choix musical ?

Steeve Estatof
C’était pareil. C’est très difficile de faire accepter ça parce qu’en France tout simplement c’est très difficile. Après ça dépendait des personnes. Il a fallu que je me batte pendant quatre à cinq ans pour aller au bout de mon truc. Il a fallu que je sorte des arguments pas possible. Ensuite ce qui a vraiment emporté la décision, c’est quand ils ont vu que c’était sérieux, que j’enregistrais avec Mike Fraser. Ca a tenu à une ou deux personnes qui m’ont vraiment suivi. Le reste, c’était : « Non ! Tu ne vas quand même pas mettre des collants ! » ou ce genre de clichés que les gens font. Je me suis battu. Les gens ne le savent pas parce qu’ils pensent que c’était plutôt facile, alors que pas du tout. C’est pour ça que je suis fier de ça, parce que j’ai réussi à aller au bout de mon trip, parce que ce n’était franchement pas gagné. J’ai failli même ne jamais sortir cet album pour dire la vérité parce qu’on m’a mis beaucoup de bâtons dans les roues. C’est grâce à une ou deux personnes qui étaient à fond avec moi et qui avaient compris mes arguments qu’on a pu aller jusqu’au bout.

STEEVE ESTATOF 2

 

Ti-Rickou
Tu es en train d’enregistrer un troisième album, est-ce que tu peux nous en parler un petit peu ?

Steeve Estatof
Le troisième album pour moi, c’est un petit peu comme le véritable premier album quelque part, dans le sens où c’est beaucoup plus rock’n’roll, dans le sens roots enregistré en trio avec l’essentiel. J’ai vraiment hâte de le sortir. J’ai enregistré depuis quelques années une trentaine de titres. Il va falloir les trier pour faire un premier album. Mais bon, ça va être super cool. Je suis content car ce sont des morceaux qui me tiennent à cœur. On l’enregistre avec mes frères Mike et Cliff. On va vraiment pouvoir être nous-mêmes. Basse, batterie, guitare. Voilà. C’est roots, sans tricherie. C’est quelque part ce que j’ai toujours fait mais cette fois-ci je peux aller jusqu’au bout du truc. C’est mon petit frère qui réalise l’album et il joue aussi dessus !

Ti-Rickou
Tu fais cet album avec tes deux frères, l’un à la basse, l’autre à la batterie (tu as de la chance, ils auraient pu être banquier ou poissonnier !). C’est important pour toi de le faire en famille ?

STEEVE ESTATOF 13Steeve Estatof
Je ne me suis jamais posé la question parce qu’on est trois frères et qu’on a exactement les même goûts musicaux. Mes frères, ils avaient encore le biberon dans la bouche qu’ils jouaient  déjà  de  la batterie sur « Paradise City » des Guns’n’Roses ou « Anarchy » des Sex Pistols !! Mes frères sont des artistes à part entière. Ils ont des groupes aussi de métal chacun. Et donc, on ne s’est pas posé la question parce qu’on s’entend, tout simplement. On n’a pas besoin de se parler, quand on joue, c’est inné. D’ailleurs, je ne cherche pas à avoir d’autres groupes parce que je me suis aperçu avec le temps que finalement on n’a qu’à faire « One, two, three, four ! » et ça part ! En général, il suffit d’un regard pour savoir où on veut aller. Et quand mes frères enregistrent leurs parties basse et batterie, c’est exactement ce qu’on aime. Donc, ça c’est fait sans réflexion, naturellement.

Ti-Rickou
Quel est ton regard sur la scène rock métal française ?

Steeve Estatof
Mon regard ? Cà dépend parce que j’ai décroché. Pour moi, les seuls groupes que j’ai vraiment adoré en France, c’était genre Trust. En général, j’ai un regard plutôt bienveillant. Je trouve ça cool et j’espère que ça ira de mieux en mieux. Je pense qu’il y a un défaut en France, c’est qu’on n’est pas assez solidaires. Ca serait mieux pour que le rock en France puisse avancer. Parce qu’il avance dans tous les autres pays sauf dans le notre. Et pourquoi ? Je vais donner un exemple tout bête : quand je voyais avant les Guns à la télé, eh ben Slash il n’hésitait pas à porter les T-Shirts des copains, comme le T-Shirt des Metallica par exemple et vice-versa. Pareil quand Nirvana portait le T-Shirt des Soundgarden. Du coup, ça devenait une grande famille… qu’ils s’apprécient bien ou pas. Mais finalement, ça servait le milieu rock, punk-rock, métal et tout ce qu’on veut. Il y avait une meilleure ambiance et c’est pour ça qu’ils ont pu être fort, parce qu’ils étaient ensemble contre le monde ! J’espère vraiment qu’en France on devienne plus solidaires. Faut pas faire de concours à celui qui pisse le plus loin, ça sert à rien.

STEEVE ESTATOF 12

 

Ti-Rickou
T’as raison ! En plus c’est toujours moi qui gagne !

Steeve Estatof
C’est toujours toi qui gagne ? Ah ah !.. Du coup, j’ai arrêté. J’ai envie de m’éclater juste dans une bonne ambiance et qu’on soient de plus en plus fort parce que le boss aura toujours raison tant qu’on n’est pas tous ensemble. Il faut arriver à faire entendre notre musique qui est plus qu’une musique ; c’est un monument ! C’est le rock ! C’est quelque chose qui ne vieillira jamais, qui sera toujours rebelle. Ca sera toujours là, avec du plaisir. Ca ira toujours à fond. Faut pas se tirer dans les pattes ; tirer dans les pattes des ennemis, oui, mais pas entre nous !

Ti-Rickou
Bon, tu vas probablement faire une tournée après la sortie de l’album, est-ce qu’il y aurait un groupe que tu aimerais avoir en première partie ?

STEEVE ESTATOF 1Steeve Estatof
En général, c’est toujours délicat d’avoir des groupes de première partie, mais si je devais en avoir… Ben… y’a pleins de gens que j’aimerais bien… Même si je ne considère pas que c’est une première partie mais plutôt quelque chose où on jouent tous ensemble dans un live… Tu vois, j’aimerais bien des groupes de rock ‘n’ roll complètement féminins. Ce qui me ferait vraiment triper, ça serait d’avoir Becky Lee et Molly Gene. J’adorerais ça ! J’aimerais une soirée un peu éclectique avec des one-women bands qui jouent du white trash blues. Je trouve ça super. Oui, j’adorerais  faire  une  soirée  avec ces  deux artistes-là en particulier.  Ce  sont de  super  musiciennes, de vraies instrumentistes. Elles font une super musique avec une super voix et une énergie de ouf ! C’est quelque chose de roots sans fioriture et j’aime vraiment ça… Surtout dans une époque où on vit dans le surfait, le bien entendu.

Ti-Rickou
Tu as fait un duo pendant l’émission avec Sting, avec quel groupe tu rêverais de jouer, voire de faire la première partie ?

Steeve Estatof
Avec des tonnes de groupes ! J’ai des rêves absolus.. Déjà, j’aurais aimé jouer avec tous les groupes que j’ai déjà cité… Guns’n’Roses, Sex Pistols, Alice in Chains, Presidents of the USA… Y’a aussi Molly Gene ou Becky Lee. Evidemment Queen… C’est plus possible mais j’aurais rêvé de ça ! …Faster Pussycat… Tous ces groupes, ou tous les groupes qui sont dérivés de ces groupes-là, quoi ! Les Steven Adler Company, les Foo Fighters… Y’a des tonnes de groupes… Trust pour les groupes français…

Ti-Rickou
Tu pourrais postuler avec Nono pour remplacer Bernie !

Steeve Estatof
Ce serait génial !! Pour moi, c’est comme des grands frères. Je les adore tellement que je me dis pourquoi pas ?!! Pour moi, ce serait carrément magique !!

STEEVE ESTATOF 7

 

Ti-Rickou
Bon, la question con du webzine : est-ce que faire du rock et passer à la télé ça aide avec les gonzesses ?

Steeve Estatof
Pour savoir ça, ce qu’il faut faire, c’est que tu ailles toi-même à la télé et ensuite tu verras bien !

Ti-Rickou
Ca aide au début et c’est la galère ensuite ?

Steeve Estatof
Ca dépend. Mais en général, les gens ne viennent jamais gratuitement vers toi. Ils ont toujours un truc derrière la tête.. Evidemment, ça aide pour la sympathie. Les gens ont l’impression de te connaître alors c’est plus simple. C’est toujours plus sympa mais c’est aussi plus délicat… Mais je te laisse te faire ta propre opinion !!!

Ti-Rickou
Merci Steeve de m’avoir accordé un peu de ton temps. A très bientôt pour ton nouvel album et sûrement pour un concert !

Steeve Estatof
Merci à toi aussi et à bientôt !

*Interview réalisée le 13 mars 2014
Merci aux lieux qui nous ont accueillis à l’improviste, notamment Rock ‘n’ Eat et Dangerhouse.

Incoming search terms:

  • steeve estatof
  • steeve estatof 2014