Tagged: WHITESNAKE

WHITESNAKE + THE ANSWER : Live Report @ Z7 de Pratteln (Suisse) – 09 août 2016

WHITESNAKE 10

WHITESNAKE

Report de STEVE*74

Après les concerts de juillet et avant de partir en vacances loin de l’agitation et du bruit des concerts, quoi de mieux pour terminer la saison qu’un WHITESNAKE à Pratteln ? Je vous le demande. Oui, c’est loin et il faut partir longtemps à l’avance pour éviter les péripéties de la route.

Un bouchon de plus d’une heure entre Genève et Lausanne me fait apprécier ma décision de partir tôt.

Quand j’arrive enfin devant la salle celle-ci n’est pas encore ouverte, mais déjà pas mal de monde attend sagement et sans resquiller dans la file (nous sommes en Suisse, il ne faut pas l’oublier). C’est plus qu’agréable.

THE ANSWER 5

THE ANSWER

Pour débuter la soirée, WHITESNAKE a emmené dans ses valises les anglos-irlandais de THE ANSWER. Ce n’est pas une nouveauté, lors de la tournée Purple Tour nous avions déjà eu la même affiche. Il faut dire que le rock-hard bluesy de THE ANSWER se marie bien avec WHITESNAKE.

Déjà 10 ans que le premier album « Rise » est sorti. Depuis le groupe a monté progressivement mais surement les marches du succès. Contrairement à plein d’autres formations, ils n’hésitent pas à sortir des galettes très régulièrement. S’appuyant déjà sur 6 disques studio, les musiciens ont matière à enchanter les auditeurs.

Ce soir nous n’aurons malheureusement qu’un petit aperçu de leur musique faute de temps. CORMAC NEESON, le chanteur nous dira à la fin du concert qu’ils reviendront dans cette salle en tête d’affiche cette fois ci en novembre. Alors si vous aimez ces gars là, surveillez les dates de leur prochaine tournée.

CORMAC arrive avec un beau chapeau sur scène tandis que ses comparses ont un look assez sobre. D’entrée l’on comprend que CORMAC possède une belle voix. Son timbre rappelle les plus grands chanteurs du genre comme ROBERT PLANT ou PAUL RODGERS par exemple. Elle est puissante, haute et éraillée à souhait. PAUL MAHON à la guitare passe sans souci d’un riff heavy et lourd à des sonorités blues. La rythmique assure une base sans failles.

La musique est ancrée dans les seventies. Leurs parents ont du les bercer au son des groupes de l’époque. L’influence de LED ZEPPELIN ou AEROSMITH sur certains titres planent au dessus d’eux, mais ils ont su adapter le style avec un son plus actuel pour notre plus grand plaisir.

C’est avec « Solas » tiré du dernier album éponyme que se termine leur prestation. Nous avons assisté à un bon show mais il souffrait à mon humble avis d’un petit manque de niaque. Un peu plus de mordant aurait été le bienvenu, mais je chipote, car quand on aime on désire toujours le meilleur.

WHITESNAKE 4

WHITESNAKE

Après un entracte court c’est maintenant à la bande de COVERDALE d’investir la scène. En me retournant je m’aperçois que la salle est archi-pleine. Elle déborde même, les portes de la salle étant restées ouvertes, des spectateurs sont dehors. Je n’ai jamais vu autant de monde ici. Par contre j’aurais eu les boules si j’avais dû rester dehors pour le concert après avoir fait tant de kilomètres….

WHITESNAKE, tout le monde connait mais tout le monde sait aussi que DAVID COVERDALE à des problèmes de voix depuis quelques années déjà. Il suffit d’écouter « The Purple Album » pour s’en convaincre. La voix est on ne plus trafiquée et pour être franc, je n’ai guère apprécié ce disque à cause justement du chant. Alors maintenant aller à un concert du groupe, cela relève un peu d’un jeu de roulette. Un peu à la manière d’un OZZY OSBOURNE, il faut croiser les doigts et espérer tomber sur un bon jour.

Mais notre homme a de la bouteille et il sait parfaitement gérer et ménager son chant. Après l’intro de « My Generation » des WHO, le groupe attaque le concert avec des mid-tempos sur « Bad Boys » suivi de « Slide it in ». Pendant que DAVID chauffe sa voix, ses musiciens excellent déjà. Ca swingue et le son est parfait.

WHITESNAKE 2

WHITESNAKE

DAVID COVERDALE à l’air dans un bon soir. Sa voix est fatiguée, il a perdu de la puissance et ne monte plus comme avant sur certains morceaux. En bon professionnel, il délègue à ses acolytes les chœurs et même certaines parties lead à MICHAEL DEVIN, le bassiste. Mais dans l’ensemble DAVID va donner un concert correct.

S’il y a bien un sujet où tout le monde est d’accord, c’est sur le choix des musiciens qui l’entourent. COVERDALE a toujours su dès le début de sa carrière s’entourer de grands musiciens. Pour cette tournée, le groupe est au top de sa forme. REB BEACH est présent depuis 14 ans déjà et TOMMY ALDRIDGE, après une pause, depuis plus longtemps encore. Cela donne une cohérence et une assise au groupe incomparable et cela se ressent.

De plus, ils sont contents d’être là et de jouer devant une salle pleine à craquer.

La tournée a pour nom « The Greatest Hits Tour 2016 », alors forcément toute la salle connait les titres que le groupe joue comme « Fool for your loving » par exemple.

A la fin de « Judgement day », REB entame un solo de guitare virtuose, suivi ensuite par celui de son alter-ego JOEL HOEKSTRA (ex-NIGHT RANGER), l’autre guitariste engagé en 2014. Pour ne pas faire de jaloux après « Slow an’ easy », c’est maintenant au tour de MICHAEL pour un solo de basse.

Le show continue avec « Crying in the rain » avec au milieu un solo de batterie du revenant TOMMY. Son jeu n’est pas forcément subtil mais il est puissant et sa frappe est métronomique. Il termine son solo avec une touche chère à JOHN BONHAM, c’est à dire sans baguettes, juste avec les mains.WHITESNAKE 13

Tout cela, je l’admets volontiers, fait beaucoup de solos !!! Trop même et pas toujours d’un intérêt primordial pour le public. Alors d’accord les musiciens y prennent du plaisir mais cela permet aussi à DAVID de se ménager des plages de repos. Il profite aussi de ces répits pour changer de chemises. Elles sont d’ailleurs très classes ses chemises avec le nom et le logo du groupe écrit dessus.

Sur scène il y a aussi un clavier, mais il est juste là pour diffuser des ambiances, il n’a pas un rôle essentiel ce soir. Il restera d’ailleurs en retrait pendant tout le concert.

Les morceaux défilent à la vitesse d’un TGV lancé à pleine vitesse. Tellement vite que je n’ai pas vu le temps passer et que nous approchons déjà de la fin. Et c’est avec « Here I go again » que se termine un show qui ne m’a pas déçu.

WHITESNAKE 9

WHITESNAKE

Bien entendu c’est une fausse fin, puisqu’ils reviennent pour un « Still of the night » dantesque en rappel. DAVID a compris que le public conquis est en fusion et qu’il ne demande qu’à participer à la fête. Au lieu de faire les montées sur le refrain, il fait chanter la foule. Tout le monde participe à cette demande et le set se termine dans la liesse.

Comme vous l’avez compris, j’étais un peu septique en arrivant, mais le doute s’est rapidement envolé grâce notamment au talent des musiciens qui accompagnent COVERDALE. J’ai assisté à un excellent concert qui m’a replongé avec certains titres à plus de 30 ans en arrière. Maintenant j’attends avec impatience un nouvel album pour confirmer cet avis.

Sinon, quand je vois la programmation du Z7, je me demande : « Pourquoi cette salle est-elle aussi loin ?!! ». J’envie les mulhousiens ou les bâlois d’habiter à côté. J’en ferais bien ma deuxième maison si j’habitais dans le coin. Dans un rêve, j’aimerais bien en avoir une vers chez moi en France… Mais c’est une utopie, malheureusement.

WHITESNAKE 7

WHITESNAKE

STEAMROLLER : Live Report au Zoe Live Bar de Genève (10 septembre 2014)

STEAMROLLER 11

Allez, les concerts ont bien repris et ce soir c’est destination Genève ! Pas pour l’Usine comme d’hab’ mais pour un nouveau lieu pour moi : le Zoe Live Bar.

Bon, ouverture des portes à 21h. On va y arriver. Si, si !! Pas de risque de louper la première partie, de toute façon y’en a pas. Et bien sûr, comme ce n’est pas important que j’arrive bien à l’heure, je suis en avance. Trop fort !

En plus, contrairement à d’autres salles qu’on galère à trouver, là il faudrait être aveugle. Non seulement, il y a du monde sur le trottoir mais en plus un affichage géant du concert de ce soir est placé derrière une des vitrines. Et en plus, il est lumineux ! Classe !

Je vais mettre un peu plus de temps pour trouver une place pour me garer, mais me voilà finalement dans la file d’attente.

Dès l’entrée dans le bar, je me rends compte que ça va être différent des concerts habituels car le Zoe Live Bar est le bar hype de Genève. Un endroit très classe avec deux bars et, ce qui nous intéresse au premier chef, une belle scène en contrebas. Et, très bonne surprise, Le Zoe Bar se révèle un endroit très chaleureux.

STEAMROLLER 13

Et heureusement ! Parce que moi qui pensais que ça n’allait pas s’éterniser – vu qu’on est en semaine et qu’on est en Suisse où toute chose commence et finit à l’heure – j’ai commis une petite erreur. Eh oui, il me manquait des éléments : on est bien en semaine mais pour les genevois, demain c’est férié ! Donc le concert initialement prévu entre 21h30 et 22h ne va pas commencer avant 23h et des brouettes.

Avant de venir, j’avais un peu peur qu’il n’y ait pas grand monde ce soir ; encore une erreur ! Le bar se remplit petit à petit. Mélange hétéroclite entre le public qui est venu uniquement pour le concert et le cercle d’habitués des lieux qui vient boire des cocktails ou des bouteilles d’alcool haut de gamme. Le cohabitation se passe très bien entre les habitués qui posent des questions sur le groupe qui va se produire et les métalleux qui respectent les tables VIP.

Bref, tout est prévu pour qu’on soit bien. En plus, même pas la peine d’aller se geler sur le trottoir, il y a un fumoir.

STEAMROLLER  1

Bon, c’est peut-être le moment que je vous dise quel groupe je suis venu voir ?

C’est STEAMROLLER qui m’a attiré ici. Bon, ça ne vous en dit pas plus… 

STEAMROLLER, c’est MICHAEL DEVIN au chant et à la basse, BRIAN TICHY à la batterie et… DOUG ALDRICH à la guitare !!!!

Pour les non-initiés, on a là le haut du panier des musiciens de hard-rock. Et s’ils ont formé un groupe ensemble, c’est qu’ils jouaient dans le dernier line-up de WHITESNAKE… Sans compter que DOUG ALDRICH a été entre autres lead guitar de DIO, de LION et bien sûr de WHITESNAKE pendant des années et qu’il est incontestablement l’un des guitaristes les plus doués de sa génération.

Bon, l’attente se termine et le groupe entre sur scène.

STEAMROLLER 6

Et c’est parti ! On va avoir droit à des morceaux de WHITESNAKE, de JIMMY HENDRIX, de BLACK SABBATH, de DIO, de DEEP PURPLE mais aussi de POLICE et d’ERIC CLAPTON…

Heu comment ça chérie, je suis allée voir un groupe de cover ? Pas du tout. Quand c’est fait par des musiciens de ce calibre ça s’appelle une jam !

Et rien que pour la version du « Space Truckin » de DEEP PURPLE ça aurait valu le déplacement car ça fait bien longtemps que GILLAN et les siens ne sont plus, à mon sens,  à la hauteur de ce morceau. Quand j’entends DOUG ALDRICH jouer sur des morceaux de DEEP PURPLE, je suis convaincu qu’il aurait été le guitariste parfait pour eux. Son style hard blues aurait été mieux adapté au groupe que celui d’un STEVE MORSE branché jazz.

DOUG ALDRICH n’en fait jamais de trop. A chaque fois que le vois, je suis émerveillé par sa technique toute en feeling, son jeu de guitare très soft, si naturel pour lui, son toucher de cordes… Il ne change pas vingt fois de guitare, il n’est pas dans l’esbrouffe à deux balles.

Et même s’il est l’un des tout meilleurs guitar-hero du genre, quand il est sur scène, c’est juste un musicien et sa Gibson.

Steamroller (45)

© Photo by Stéphane Harnisch – www.concerts-live.ch

Sur « War Pigs » de BLACK SABBATH, c’est terrible aussi ! Et que ce soit sur « I Shot the Sheriff » ou « Stairway to Heaven », DOUG ALDRICH fait des merveilles.

Les musiciens sont comme des gamins qui prennent plaisir à s’amuser. Ils jouent des morceaux qu’ils aiment. Il faut quand même dire qu’il y a des morceaux qu’ils ont interprétés pendant des années avec le groupe original.

Ils s’amusent aussi bien entre eux qu’avec le public. DOUG ALDRICH profitant de l’arrivée d’un seau à champagne avec des mini-feux d’artifice fait même semblant de mettre le feu à sa guitare !

Je suis scotché par le chanteur qui, non seulement d’être très efficace à la basse, a en plus une putain de voix capable de s’adapter à tout le répertoire ! Et il faut bien dire que malgré son double job, il fait le show sur scène.

Le batteur n’est pas en reste et va nous exécuter un méga solo de batterie. En plus, pas chiant du tout !

Steamroller (148)

© Photo by Stéphane Harnisch – www.concerts-live.ch

Le concert gagne en intensité jusqu’à l’arrivée de brûlots comme « Smoke on the Water », « Still of the night ». Là, le public n’y tient plus et tout le monde descend entre la scène et les premières tables !

Des versions allumées et magiques de « RoadHouse Blues » et « War Pigs » mettent littéralement le feu à la salle ! Et, bien sûr, sur du WHITESNAKE ça frôle l’hystérie. En bref, il ne manque que COVERDALE !

On a droit à un moment d’émotion spécial sur un « Holy Diver » dédicacé à RONNIE JAMES DIO, et sur le « Eyes of the Tiger » de SURVIVOR où tout le monde va avoir une pensée pour JIMI JAMISON.

Super bonus pour nous, à chaque fois que le groupe annonce que c’est fini, Hedi la personne intelligente qui a booké les STEAMROLLER (!!!!) intervient et nous demande si on en veut encore….

Et c’est reparti !!! …. Et là on sait qu’on ne va pas être couché ! 

Mais on s’en fout, on est méga bien. Et putain, le son est méga bon.

Encore une fois, il y en a qui vont regretter de ne pas s’être déplacé car peu importe le morceau que ces trois énergumènes jouent, c’est toujours grand !

Ca y est, là il est vraiment très tard et c’est vraiment fini. Un moment rare donc exceptionnel vient de se terminer. Il faut vraiment que je parte mais perso, j’ai vraiment du mal car ce n’est malheureusement pas souvent que je vis ce genre de moment. J’ai vécu un moment unique avec des musiciens exceptionnels qui jouaient à un mètre de moi ! Pendant un moment, le temps s’est arrêté, plus rien n’avait d’importance. J’étais avec la musique. Dans la musique.

STEAMROLLER 2

Bon avant de partir, je vais quand même essayer de faire une interview. Désolé de vous faire une fausse joie, mais vu l’heure – il est près de 2h30 – ça n’a pas été jouable. Bon, je vais me consoler en faisant signer quelques petits CDs à DOUG et en faisant une ou eux petites photos avec lui. Na !!

Allez, cette fois-ci c’est bon. Je dis au revoir au staff du Zoe Live Bar qui, en plus de faire passer régulièrement des groupes de qualité, a été adorable avec nous toute la soirée. Bref, c’est un endroit où j’espère vraiment revenir car des concerts comme celui que je viens de vivre dans des conditions pareilles, c’est vraiment du pur bonheur.

Un grand merci aux STEAMROLLER pour leur prestation et leur gentillesse et bien sûr au Zoe Live Bar pour cette soirée.

Long Live Rock’n’roll !

STEAMROLLER 10

 

Et pour finir, une petite vidéo !

Un grand merci à l’ami Stéphane Harnisch, photographe de nous autoriser à publier sa vidéo !!!

 

© vidéo by Stéphane Harnisch – www.concerts-live.ch

Hard-rock 70, les pionniers : Sélection

Les pionniers. Les CDs indispensables sans lesquels la musique que j’aime n’aurait pas été pareille !!!

 

DEEP PURPLE IN ROCKDEEP PURPLE – In rock
Bon, « Speed king », « Child in time » étant vraiment des monstres magiques de morceaux hard-rock, on ne peut vraiment pas être déçu par ce disque : c’est une bombe atomique !!! Gillian est au top, Blackmore aussi. Un monument du rock !

 

 

 

DEEP PURPLE MACHINE HEADDEEP PURPLE – Machine head
Bon, « In rock » est une bombe atomique et… « Machine head » est encore plus monstrueux si c’est possible. « Highway star », « lazy », « Space truckin » et bien sûr l’hymne suprême : « Smoke on the water ». Bref le CD à avoir en hard-rock et en rock tout court. A écouter sans modération !

 

 

LED ZEPPELIN IILED ZEPPELIN – II
Avec le premier album, le groupe avait donné le ton : du blues durci. Avec cet album-ci, on va loin. La voix de Robert Plant, la guitare de Page, un gros son bien lourd. Un disque à avoir !

 

 

 

LED ZEPPELIN IIILED ZEPPELIN – III
Putain ! « Immigrant song » d’entrée pour un must du hard-rock tout simplement !!!

 

 

 

 

LED ZEPPELIN IVLED ZEPPELIN – IV
Heu, « Black dog », « Rock and roll », « Starway to Heaven »… Au même titre que le « Machine head » de Purple, un putain de chef d’œuvre hard-rock ou rock tout court !! A écouter très fort !

 

 

 

ALICE COOPER SCHOOLS OUTALICE COOPER – School’s out
Un hard-rock à lui avec un titre qui frappe comme un coup de fouet.

 

 

 

 

ALICE COOPER BILLION DOLLARSALICE COOPER – Billion dollar babies
Des titres qui sont devenus des classiques d’Alice Cooper. Un méga « No more Mr Nice guy ». Un CD délire !!

 

 

 

 

BLACK SABBATH IDEMBLACK SABBATH – Black Sabbath
Du hard-rock lourd, très lourd. Le premier Black Sabbath met les bases du doom,  du métal. Bref un album à posséder obligatoirement et à écouter dans le noir très fort ! La voix de Ozzy et la guitare de Tommy font froid dans le dos !!!

 

 

BLACK SABBATH SABBATH BLOODYBLACK SABBATH – Sabbath bloody sabbath
J’adore cet album et particulièrement « Sabbra cadabra » !!

 

 

 

 

 

BOSTONBOSTON – Boston
Un régal. Du hard-rock racé qui ammènera pour moi le hard-FM, mais qui possède des pépites comme « Smokin », et bien sûr le super « More than a feelinge.. un peu de douceur dans ce monde de brutes !

 

 

 

KISS ALIVE IIKISS – Alive 2
Une bombe !! Les titres de Kiss en live, c’est une pure tuerie ! En plus, ce live c’est un best of fabuleux !!!

 

 

 

 

BLUE OYSTER CULTBLUE OYSTER CULT – Blue Oyster Cult
Un indispensable de hard-rock à leur sauce. Des morceaux qui restent en tête.
Un disque à part d’un groupe à part. Un must !!

 

 

 

LUCIFER S FRIENDLUCIFER’S FRIEND – Lucifer’s Friend
Attention, chef d’œuvre du hard-rock !! Pour amoureux de Led Zeppelin, Deep Purple. Cet album est fabuleux : des changements de rythme, des grandes envolées !! A posséder.

 

 

 

CARGOCARGO – Cargo
Un album fabuleux de hard-rock mélodique mais pas mou ! Dur à trouver, mais vraiment très très bon !!

 

 

 

 

JERICHOJERICHO – Jericho
Vous aimez les morceaux qui changent de rythme ? les belles mélodies ? les riffs qui vont bien ? une voix hargneuse ? Bon, j’arrête. Ce CD est une tuerie à avoir obligatoirement dans sa collec !!

 

 

 

JERICHO JONESJERICHO JONES – Junkies monkeys & donkeys
Bon ça commence comme de la pop et ça part dans du hard-rock 70. Inspiré, hallucinant. Un must. Que dis-je, un chef d’œuvre !!

 

 

 

INCREDIBLE HOGINCREDIBLE HOG – Volume 1
Du hard-rock 70 qui va bien pour fans de Led Zep et consorts. Rien que la pochette est délirante !!

 

 

 

 

GRANICUSGRANICUS – Granicus
Un putain de CD à avoir. Un must de hard-rock inspiré. Et putain ça joue grave ! Pas de clavier ici !! Voilà. A avoir bien sûr !

 

 

 

GRANMAXGRANMAX – Kiss Heaven goodbye
Dans la famille « albums méconnus », il se pose là. C’est du hard-rock inspiré. A découvrir !!

 

 

 

 

MOTORHEAD BOMBERMOTORHEAD – Bomber
Dans cette fin 70, Motorhead avec son « Bomber » tape fort et monte en puissance. C’ est fort, c’est Motorhead !! Ils ne se doutaient pas à l’époque, du nombre de groupes qu’ils allaient influencer !!

 

 

 

TED NUGENT 1TED NUGENT – Ted Nugent
Premier album du guitariste fou des Amboy Dukes, et whaou ! ça décoiffe !! Une vraie pépite cet album !!

 

 

 

 

TED NUGENT CAT SCRATCHTED NUGENT – Cat scratch fever
Bon la fièvre de la chatte qui gratte.. Tout un programme pour ce fou furieux de guitariste. Un putain d’album de hard-rock qui décoiffe.

 

 

 

RAINBOW RISINGRAINBOW – Rising
Bon après avoir créé des chefs d’œuvre avec Deep purple, Blackmore continue avec Rainbow. Ce CD est magnifique. La voix de Dio, la guitare de Blackmore, les montées d’orgue…. Bon voilà un de mes disques préférés, tout simplement !!!!

 

 

RAINBOW LONG LIVERAINBOW – Long live rock ‘n’ roll
Dans la catégorie petit bijou, il a sa place. Même si je préfère « Rising », c’est quand même une bombe cet album !!

 

 

 

 

WHITESNAKE TROUBLEWHITESNAKE – Trouble
La voix de Coverdale, toujours aussi blues avec des morceau très inspirés et la guitare de Bernie Mandersen et de Nicky Moody!! Avec en plus John Lord au clavier, c’est mortel !!!!!!

 

 

 

WHITESNAKE LOVE HUNTERWHITESNAKE – Love Hunter
Encore un album de toute beauté. Hard-blues. Un méga disque à avoir dans sa collection !!!

 

 

 

 

VAN HALEN 1VAN HALEN – Van Halen
Et oui, fin 70 arrive un putain d’O.V.N.I. avec un guitariste prodige, un chanteur fou. Attention : chef d’œuvre.

 

 

 

 

JUDAS PRIESTJUDAS PRIEST – Unleashed in the east
Fin 70, un live qui va propulser  Judas Priest sur le devant de la scène heavy-métal qui arrive. Ce live est monstrueux. Les morceaux fracassent tout sur leur passage, la voix de Rob Halford est hallucinante. Bref, un de mes CD favoris. A écouter très fort !!!

 

 

UFO LIVE 71

UFO – Live 71
Du blues-rock passé à la moulinette hard. J’adore ce disque, période avant Schenker !!!

 

 

 

 

UFO NO HEAVYUFO – No heavy petting
« Natural thing » est un hit. La guitare de Michael Schenker explose littéralement. Un CD à avoir.

 

 

 

 

URIAH HEEP DEMONSURIAH HEEP – Demons and wizzards
Du hard 70 avec de l’orgue et de grandes envolées lyriques. Avec « Easy livin » que j’adore vraiment.

 

 

 

 

SCORPIONS IN TRANCESCORPIONS – In trance
Un hard-rock tendance « Hendrix est mon copain », avec un putain de chanteur à la voix magique, des riffs qui tuent sur place. Un méga album des allemands de Scorpions !!!

 

 

 

SCORPIONS LOVEDRIVESCORPIONS – Lovedrive
Les 70 se terminent et ce « Lovedrive » lorgne vers les 80 et un hard plus musclé. N’oublions pas non plus les ballades sublimes à l’image de « Always somewhere ». Tout simplement magnifique !!!

 

 

 

ORANG UTANORANG-UTAN – Orang-utan
Du hard avec de grosse basses, de grosses rythmiques, des guitares magnifiques, une voix à la Plant.. bref, un must. Obligatoire !

 

 

 

DUSTDUST – Dust
Un méga CD de hard-rock 70 pas prog., bien hard-rock !! Et tout ça début 70 !!! Bien sûr à avoir.

 

 

 

 

DUST HARD ATTACKDUST – Hard attack
Tout comme le premier, du hard rock. Gros son, belles guitares, belle voix. Et non, vous ne rêvez pas, on est en 72 !

 

 

 

FUZZY DUCKFUZZY DUCK – Fuzzy Duck
Eh oui ! Malgré le canard rigolo c’est du hard-rock et putain c’est dans un style hard subtile et original. C’est vraiment très bien fait.

 

 

 

THIN LIZZY FIGHTINGTHIN LIZZY- Fighting
Le hard-rock made in Irlande avec la voix chaude de Phil Lynott, de belles mélodies, des riffs présents comme sur « Suicide ». Trop bon !!!!

 

 

 

THIN LIZZY BADTHIN LIZZY – Bad réputation
Allez ! Encore un mélange de belles ballades et de morceaux plus hard avec toujours de très belles mélodies et des guitares magnifiques. Bien sûr, un must !!!

 

 

 

THIN LIZZY BLACKTHIN LIZZY – Black rose
Comme les copains, ce « Black rose » sent la fin d’une époque. Les 70 se terminent,  le son se durcit encore plus, même si bien sûr les ballades sont encore là. Ce CD est un peu plus hard et toujours très très bon !!!

 

 

 

CORPUSCORPUS – Création a child
Du putain de hard-rock  70 qui fait du bien. Des changements de rythmes, des morceaux fabuleux, du hard mélodique qui swingue !!

 

 

 

YESTERDAYS CHILDRENYESTERDAY’S CHILDREN – Yesterday’s children
Un album de hard-rock hallucinant. Pour fans de Led Zeppelin et consorts. Attention, ce CD est magique !!

 

 

 

 

WARHORSEWARHORSE – Warhorse
Dans un style  proche de Deep Purple. Du hard-rock avec orgue. Une véritable perle du hard-rock. Indispensable dans le genre.

 

 

 

WARHORSE RED SEAWARHORSE – Red sea
Bon, ce 2e album est un peu plus hard, mais il va bien sûr dans la même direction que le premier ; c’est-à-dire que c’est encore une tuerie ! A posséder aussi évidemment !!

 

 

 

LEAF HOUNDLEAF HOUND – Grower of mushroom
Bon, ne pas se fier à la pochette très hippy. La musique c’est du hard-rock avec de belles mélodies et de belles guitares. Une voix qui va bien aussi. Bref, un CD rare à avoir.

 

 

 

BODKINBODKIN – Bodkin
Une pochette avec une tête de bouc en flamme, une pochette qui se déplie pour formée une croix… Le ton est donné : du hard-rock avec orgue, des  changements de rythme. 5 morceaux de tueur. Un putain de disque injustement méconnu. Une bombe atomique.

 

 

BIRTH CONTROLBIRTH CONTROL – Hoodoo man
Pochette de très mauvais goût pour un putain de CD d’enfer. Un hard 70 avec clavier et changement de rythmes. Une belle pièce pour une collection hard 70.

 

 

 

QUATERMASSQUATERMASS – Quatermass

Un album fabuleux de hard 70 avec clavier !!!! Chef d’œuvre !!!! Voilà : j’adore.

 

 

 

 

QUEENQUEEN – Live killers
Encore une fois un disque de la fin 70 et quel disque ! Queen en live c’était vraiment magique. Ce live, de part les morceaux joués et de part la manière dont ils sont joués est vraiment un indispensable.

 

 

 

ARMAGEDDONARMAGEDDON – Armageddon
Un des must du genre. un album méconnu – je ne comprends toujours pas pourquoi, moi ! – des morceaux magnifiques, une pochette sobre mais efficace. Une perle.

 

 

 

NAZARETHNAZARETH – Play ‘n’ the game
Pas le plus connu mais perso je l’aime beaucoup. Un vrai disque de hard-rock original.

 

 

 

 

CHEAP TRICKCHEAP TRICK – Live at Budokan
Un hard-rock de fou, joué par des fous. Un disque à avoir pour savourer tout le talent et la folie du groupe. En plus, il y a le fabuleux « I want you to want me » !!!

 

 

 

ATOMIC ROOSTERATOMIC ROOSTER -In hearing of
Du hard-rock 70 avec clavier. Des morceaux qui restent en tête, des riffs puissants, une voix chaude et puissante. Des morceaux magnifiques. Un petit bijou. En plus sur ma version, il y a « Devil’s answer » en bonus !!

 

 

 

AEROSMITH MAKEAEROSMITH – Make it
Du hard blues fabuleux avec des ballades qui tuent.. « Dream on ». Des morceaux qui fritent.. « Mama kin ». Bon, j’arrête, c’est un putain de chef d’œuvre !!!

 

 

 

AEROSMITH ROCKSAEROSMITH – Rocks
Avec un début apocalyptique signé « Back in the saddle ». Le reste de l’album est terrible avec un « Rats in the cellar » qui passe le mur du son. Bon, je ne vais pas faire les titres un par un, c’est de la bombe ce CD !!

 

 

 

MONTROSEMONTROSE – Montrose
Un putain d’album produit par Ted Templeman avec Sammy Haggar au chant et bien sur Ronnie Montrose à la guitare. Un des tous meilleurs albums du hard-rock ’70. Une véritable perle !!

 

Incoming search terms:

  • groupe hard rock 1970
  • groupe hard rock années 70