Tagged: WORRY BLAST

WORRY BLAST, la relève de la garde suisse : Interview Vidéo

Worry Blast

Heu, c’est bizarre, je ramène toujours des interview du M Fest !!!

Et là encore, je n’ai pas pu résister à interroger WORRY BLAST, le groupe suisse qui monte, qui monte !!!!

 

Interview réalisée au Marnaz Metal Fest 2018

BLACKRAIN + WORRY BLAST + JC JESS : Live Report @ le MFest de Marnaz (74) – 02 mars 2018

BLACKRAIN @ MFest 2018

Bon, lorsque j’hésite à faire un truc, je fais une balance imaginaire et je mets d’un côté le négatif et de l’autre le positif. A partir de là, je vois de quel côté ça penche. Et pour aller à Marnaz, le négatif c’est les vacanciers sur la route donc risque de bouchon, c’est loin, risque  de neige. En positif, c’est facikle : j’adore le MFest, le chili maison, JC JESS, les suisses de WORRY BLAST et en plus, il y a les copains de BLACKRAIN !!! Donc évidement, direction la montagne !!!

Sauf que voilà, les vacanciers sont bien là, les bouchons aussi, le sel sur mon pare-brise aussi… de même qu’une imprévue régulation de vitesse à 70 km/h sur la plus grande partie du parcours !! En clair, ça m’amène déjà à un bon 1h30 de retard. Et ça continue avec les travaux dans Marnaz, les routes verglacées et le parking blindé ! Là, je commence à flipper grave car il y a cinq groupes à l’affiche ce soir. Je me rassure en me disant que les trois que je veux vraiment voir doivent être plutôt à la fin et qu’en plus mes deux acolytes, Steve*74 et Seb 747, devraient déjà être sur place.

Ca y est, je suis enfin garé. Un peu loin mais pas grave, j’ai besoin de me dégourdir les jambes. Sauf que…. ça glisse !!! Eh oui, j’avais déjà oublié que le sol était verglacé !!!…. et je vous le dis tout net, le verglas sous la neige, c’est carrément un sport à risque !

Hourra, je suis enfin dans la salle… et ça joue. C’est le deuxième groupe qui finit. Yes, Steve 74* est là ! Perdu, il vient juste d’arriver lui-aussi et donc il n’a rien vu non plus des deux premiers groupes… et Seb 747 a déclaré forfait. Du coup, le premier truc à faire, c’est de se ruer… sur le chili bien-sûr !!

WORRY BLAST @ MFest 2018

Et de le finir avant l’arrivée de WORRY BLAST !! J’aurais eu trop les boules de les louper. Déjà que normalement j’aurai du les revoir en première partie de NASHVILLE PUSSY mais que, comme ils enregistraient leur prochain bébé, ça ne c’est pas fait.

Allez, je suis aux taquets. Yes, c’est parti ! Pour ceux qui n’ont pas la chance de les connaître, on va dire que musicalement on est dans la famille kangourou. Bref, du hard-rock à l’australienne élevé à AC/DC, AIRBOURNE, dans la famille KROKUS, SIDEBURN… en mangeant du chocolat suisse, of course. Moi, j’adore !! J’ai les cheveux qui bougent tout seuls !!

En plus, les nouveaux morceaux ramonent grave les esgourdes et niquent bien la nuque. C’est frais, jeune, moderne mais avec ce côté boogy que j adore. En plus, les musiciens sont eux aussi jeunes et ils en veulent. Ils jouent sans prise de tête mais ils n’oublient pas que le live, c’est aussi un spectacle car ils font le show.

On a droit à un lâché de faux dollars siglés WORRY BLAST pour que les gens ramènent un souvenir du concert. Wouah, ça fait du bien… et ça réchauffe la salle ! Même le bar au fond de la salle est en surchauffe, en mode pétage de plombs. Les COYOTES BOYS sont en place sur le bar, ça danse, ça bouge, bref, ça vit !

Bon c’est la pause. Je file goûter à la spécialité locale les Crozets aux pommex (miam, miam) avant d’aller faire une interview des WORRY BLAST. Je dois faire vite car je ne veux pas louper BLACKRAIN, moi !

BLACKRAIN @ MFest 2018

Et c’est gagné. Quand je sors, BLACKRAIN n’a pas encore commencé. Trop fort ! Même s’il n’y a plus, comme aux débuts du groupe, les blackrainettes au premier rang, il y a toutefois toujours pas mal de copines pour les accueillir.

Et elles ne vont pas attendre longtemps. Comme toujours lorsque BLACKRAIN joue dans leur région, c’est l’hymne haut-savoyard qui ouvre leur set. Et c’est parti ! Je m’étais déjà fait la réflexion la  dernière fois où je les avais vus en live, visuellement – à part MATT le bassiste – ils ont bien changé. FRANCK F. le batteur et MAX 2 le guitariste n’ont plus la coupe de cheveux en l’air à la glam rock. SWAN lui est de plus en plus tatoué, il a le nez percé et il arbore ce soir un bandana sur la tête, très sleaze. BLACKRAIN est en train de changer.

BLACKRAIN @ MFest 2018

Après, musicalement, ce soir c’est une set list sans surprise pour ceux qui suivent le groupe. On va avoir droit comme la dernière fois au superbe morceau de MAX 2 en acoustique, ce qui permet à ses copains de souffler un peu. On va finir par leur putain de cover de TWISTED SISTER chanté par MATT. Tiens, c’est seulement aujourd’hui que je me rends compte qu’ils ont trois chanteurs BLACKRAIN !

C’est la fête. Tout le monde chante avec eux. Il faut dire qu’à Marnaz, ils jouent presque à domicile et sont très entourés par leurs copains et leurs familles. Moi, comme d’hab’, je suis très heureux de les revoir. OK, j’en conviens, je ne suis pas objectif sur ce coup car je suis un fan de longue date. Maintenant, je suis un peu frustré de ne pas avoir eu droit à de nouveaux titres car je suis sûr que ça va être à leur image plus sleaze. Et que ça va être terrible, en plus ! Je les sens prêts et impatients de les jouer et de passer à une nouvelle étape.

Bon, dernière pause. Je sors faire un tour dehors pour regarder le ciel. Ca sent la neige… pas bon !

JC JESS @ MFest 2018

Mais je n’ai pas trop le temps de me poser de questions car JC JESS  attaque pour la fin de cette première soirée du Marnaz Metal et Rock Fest. J’avais loupé la releaze party du groupe à cause du truc froid glissant et blanc qui tombe du ciel et je suis bien content de les revoir en live. En plus, ça fait longtemps que je n’ai pas vu ABEL CABRITA à la basse !!

JC est à la guitare et au chant. Il est comme toujours impérial. Bon là dessus, je ne suis pas forcément impartial, j’aime sa voix et j’apprécie son touché de guitare. En plus, il a l’habitude de jouer live, il aime ça et ça se ressent.

Eux-aussi sont du coin et ils sont mega contents d’être là, de jouer au MFest devant leurs copains !! Leur style musical est nettement plus heavy. Moi, j’aime bien. En plus, ça joue grave et les nouveaux morceaux sont très bien en live. C’est cool. 

Je suis vraiment content de les revoir live mais bon, là il est très tard – ou très tôt – et il faut vraiment que je trace avant la neige. Déjà que ça glisse bien comme il faut…

Je ne regrette pas d’être venu une nouvelle fois au MFest. C’est un festival top, avec une super équipe de bénévoles et il y a toujours une super ambiance. Petite suggestion aux orgas : en mai ou en juin, ça ne serait pas plus cool… et moins glissant surtout ?!

Allez, on the road again et long live au MFest de Marnaz !

JC JESS @ MFest 2018

FESTIVERBANT : Live Report (Part. 1) @ Bardonnex (Suisse) – 26 août 2016

WORRY BLAST 3-

WORRY BLAST

Bon, les vacances d’été tirent à leur fin et pour faire passer la pilule les copains suisses ont une solution : des fests gratos avec une méga programmation ! Cool !! Ce qui l’est moins, c’est que deux des ces fests aux alentours de Genève sont prévus à la même date : l’Octopode Fest et le Festiverbant.

Déjà l’an dernier, le choix avait été compliqué. J’avais fini par opter pour l’Octopode car il y avait les CRUCIFIED BARBARA en tête d’affiche mais cette année, il n’y a que SONATA ARCTICA qui soit dans mes goûts. Et pour les groupes d’avant, il y a plutôt des brutos et du punk… En fait, je crois que j’ai vraiment envie de revoir les suisses de WORRY BLAST qui sont en tête d’affiche sur la soirée du vendredi du Festiverbant ! Et comme Seb 747, lui, a décidé d’aller à l’Octopode, ce sera Bardonnex pour moi et le Festiverbant !

Et c’est parti ! Je trouve facilement le site du fest  et en plus, il y a un grand parking gratuit dans un champ tout à côté. Trop bien !

JESUS VOLT 2

JESUS VOLT

Heu, j’ai quand même trouvé moyen de me tromper sur l’heure et je rate la quasi intégralité du premier groupe ! Mais je suis juste à l’heure pour JESUS VOLT, un groupe français, qui ouvre les hostilités sur la scène, le premier groupe ayant joué sous le chapiteau du bar.

Tout de noir vêtus, les JESUS VOLT attaquent avec du rock teinté de blues et moi j’aime ça. Je voulais voir si en live c’était aussi bien que sur CD et je ne vais pas être déçu. Leurs morceaux sont très efficaces en live et les musicos assurent le spectacle. On a droit à des morceaux de leurs différents albums  et perso, ça me donne plutôt l’envie d’acheter ceux qui me manquent ! Leur set passe très vite et c’est déjà la pause.

J’ai le temps de faire le tour du site. Bon, il y a un disquaire mais il n’ouvre pas son stand. Si, si ! Je ne sais pas pourquoi, mais le monsieur a sorti ses disques en grande partie et pffft, il a disparu.

Du coup, je pars en quête de ravitaillement. Là, il y a du monde. Tiens il y a une raclette ! Par 35 degrés ?!!! Oui mais en même temps, c’est cinq francs suisses, donc bien moins cher que le reste. Banzaï !!! Hum, on aurait du se méfier : une petite portion de fromage fondue qui recouvre à peine le quart d’une petite pomme de terre, un cornichon et deux petits oignons blancs, je me sens arnaqué !! Et j’ai la dalle !

GRAINNE DUFFY 5-

GRAINNE DUFFY AND BAND

Bon allez, retour devant la scène pour le prochain groupe qui sera une prochaine car c’est l’irlandaise de GRAINNE DUFFY & BAND qui monte sur scène. Et c’est parti pour du blues à la sauce ballade irlandaise. Et là hop, magie : disparition de ma femme ! Je n’aurais pas du dire « blues », moi ! A part ma femme, c’est devant un public nombreux que le groupe commence à jouer.

D’entrée de jeu, je suis content d’être là car la miss a non seulement une putain de voix et un putain de feeling à la guitare mais qu’en plus elle est accompagnée de musicos qui sont loin d’être manchots. Le répertoire est très varié même si, bien-sûr, la prédominance est sur le blues.

Mais GRAINNE DUFFY nous distille un blues bien à elle, parfois teinté de reggae, le tout à la sauce irlandaise, of course. Cette sauce spéciale qui était dans la musique de RORY GALLAGHER, THIN LIZZY, cette touche qui fait la différence. En plus, elle aime jouer en live et ça se voit.

Elle possède un énorme charisme et dans la nuit chaude du canton genevois, c’est vraiment top ! Je suis vraiment rentrer dans son univers. Whoua ! Une bonne claque. Enorme découverte pour moi.

Bon, je redescends. Heu, est-ce que quelqu’un a vu ma femme ? Je vais voir du côté des disques et lui n’a toujours pas réapparue, sniff !!

WORRY BLAST 4-

WORRY BLAST

Allez, c’est au tour des WORRY BLAST et leur hard-rock boogie de monter sur scène. Tiens, j’ai dit « hard-rock »… Retour de ma femme ! Trop fort ! Malgré l’heure tardive, c’est devant pas mal de monde que le groupe commence à jouer.

Et là, changement de décor total. On est dans du hard-rock qui te fait headbanguer à te niquer les cervicales et joué par une bande de jeunes qui a tout compris. Leur hard-rock’n’roll est puissant et distribué sans compter, sans calcul. Juste du fun et de l’énergie. Et putain, ils en ont à revendre ! Ils montent sur les piles d’amplis, courent, sautent partout, ça déménage !

A un moment du concert, et comme lors de la première fois où je les avais vus en première partie de NASHVILLE PUSSY, une pluie de dollars aux noms de leur album nous tombe dessus… ou pas car le crash barrière entre la scène et le public est assez large et lesdits billets décident de ne pas aller au-delà !

Les morceaux des deux CD de WORRY BLAST sont des mégas tueries etr le public ne s’y trompe pas. C’est l’ambiance hard-rock’n’roll des grands soirs. Bien qu’il soit plus d’une heure du mat’, on en redemande ! Et on l’obtient notre rappel ! Ni eux ni nous ne voulons que ça s’arrête mais bon, il faut bien une fin.

Whaou ! Mais quelle fin de soirée ! Encore meilleure que la première fois !

Bon maintenant, c’est l’heure de reprendre la route pour aller faire dodo si je veux être en forme pour revenir demain. Comment chérie, s’il y a encore du blues, tu as piscine ?!!!

WORRY BLAST 2-

WORRY BLAST

BILAN DE LA SOIREE

JESUS VOLT 

Pas mon genre habituel mais très bien fait et vraiment l’envie de découvrir leur dernier CD.

GRAINNE DUFFY 

Pas sûr que j’écouterai le CD souvent mais en live, ça le fait et, quitte à me répéter, quelle voix ! Vraiment à suivre.

WORRY BLAST

Encore une méga baffe !! Vu leur très jeune âge, ça promet !

LE FESTIVERBANT 

Bon, je ne vais pas jouer les vierges effarouchées, la Suisse c’est cher, ça c’est acté. Mais là, c’est vraiment abusé sur le prix des boissons et de la nourriture (et même les suisses le disent !). Et en plus pour cette dernière, c’est vraiment méga light. Je déplore l’absence de stands sur le fest (à part le stand disques qui n’a jamais ouvert de la soirée et un stand de bijoux). 

On finit sur le positif : parking à dix mètres et gratuit, un son méga bon, une affiche de qualité et bien-sûr, c’est free entrance !!

NASHVILLE PUSSY + WORRY BLAST : Live Report à la Cave à Musique de Mâcon – 25 mars 2016

nashville pussy 1

NASHVILLE PUSSY

Ti-Rickou content. Ca fait un petit bout de temps que je n’ai pas remis les pieds à la Cave à Musique de Mâcon et la Cave à Musique, moi j’aime bien. En plus c’est vrai que j’y vais rarement mais à chaque fois je ne fais pas le déplacement pour rien, je prends toujours une grosse tarte. En plus je sais y aller et on peut se garer facilement. Je sais, ça peut paraître un détail pour vous mais pour moi ça veut dire… que je suis à l’heure !

Et même en avance. Bon d’accord, l’ouverture des portes à 21h ça m’arrange ! Mais d’un autre côté ça veut dire début du concert à 21h30 et comme il y a trois groupes, tout de suite je vous donne ma prédiction : on n’est pas couchés !

Bon, je suis un peu étonné qu’il ne soit pas marqué complet sur la porte car pour les derniers concerts de NASHVILLE PUSSY dans la région, y’en a qui ont essayé d’y aller et ils ont eu des problèmes… C’était full !

DEAF DEAD BOYS

DEAF DEAD BOYS

Bon même si ce n’est pas complet, il y a quand même pas mal de monde qui rentre dans la salle et on ne va pas attendre longtemps avant que le premier groupe, les locaux de DEAF DEAD BOYS montent sur scène. Et là… je ne suis pas le seul à être perplexe. Et perplexe, c’est gentil ! Déjà le chanteur a des dreads (si, si) et en plus ils ont commencé à jouer ou pas. Je m’explique : on se demande tous si c’est l’intro ou s’ils ont commencé à jouer.

Et d’un seul coup, c’est parti. Esprit de RAGE AGAINST THE MACHINE sors de ces corps ! On est dans une soirée de fuckin’ rock ‘n’ roll et là ils sont en train de nous faire du métal fusion avec chant limite rappé. Il faut dire à ma décharge que je ne m’attendais pas à ça et que même de RATM je suis carrément et j’ai toujours été allergique. Alors là, vu que je ne m’y attendais pas, je vous laisse imaginer ma tête !

Alors bien sûr, ne me demandez pas si c’est bien fait ou pas bien fait, ça je ne peux pas vous le dire. J’ai les poils tout hérissés, la sueur qui me colle au front, bref, j’ai peur ! Maintenant que je suis à l’extérieur, je peux parler.

Non, dans son style, le chanteur est à fond dans son truc, il bouge beaucoup, il est communicatif mais vous l’avez compris non seulement c’est pas le mien de truc mais en plus ils m’ont eu par surprise.

worry blast 2

WORRY BLAST

C’est bizarre comme dans ces cas-là le temps passe lentement jusqu’à ce qu’une partie des gens qui étaient dans la salle commencent à sortir en nombre. Là, on sait que je vais pouvoir rentrer à nouveau dans la salle.

Eh oui, quand la salle est bien blindée comme c’est le cas ce soir, il faut prévoir à l’avance. Donc je me positionne pour l’arrivée du second groupe WORRY BLAST, qui nous vient tout droit de la Suisse pas lointaine, la suisse romane – pour les parisiens celle où ils parlent français. Bon, j’ai un seul souhait, qu’ils ne me fassent pas du black death métal eux ! Non, je déconne, même pas peur, j’ai travaillé mon sujet alors là je sais à quoi m’attendre.

Enfin je ne pensais pas que ça allait être aussi… aussi bon !!! Les petits suisses ils font dans du hard-rock à l’australienne EN filiation directe d’AIRBOURNE, SIDEBURN et consorts et putain, ils le font bien ! Ouais, j’ai retrouvé l’esprit de Noël !! Euh… l’esprit d’une soirée fuckin’ rock’n’roll..

worry blast 1

WORRY BLAST

Leurs morceaux font bouger mes cheveux tout seuls jusqu’à mes orteils. En plus, scéniquement ils envoient vraiment le bois et, tout en étant fun, c’est hyper carré. Rien n’est laissé au hasard. Ils vont même finir par nous faire tomber une pluie de billets de cent dollars (eh oui, c’est des suisses, ils ont de l’argent !), mais des billets de cent dollars à leur effigie, of course !

Whaouh, ça fait méga du bien. On n’a pas fini la soirée et j’ai déjà pris une bonne tarte bien comme je les aime. J’ai découvert un groupe qui bien qu’il ait déjà deux CD à son actif m’était inconnu avant et je n’arrive pas à comprendre comment j’ai pu passer à côté d’eux.

Bon maintenant choix cornélien : soit j’essaie de retraverser la foule pour aller m’hydrater, soit je reste à ma place. Je ne sais pas pourquoi mais je crois que je vais rester ! Je vais donc rester papoter avec mes voisins avec qui j’ai, bien-sûr, une passion commune pour le hard-rock qui envoie le bois.

nashville pussy 3

NASHVILLE PUSSY

Allez, la sono diffuse la bande originale de « Rawhide » et là on sait que NASHVILLE PUSSY va arriver ! Et c’est Ti-Rickou qui gagne une tringle à rideau ! Bon alors même s’il y a un moment que je ne les ai pas vus en live, je peux vous dire que la bassiste a changé. Elle a tellement changé qu’elle s’est transformée. Ah, ce n’est encore plus la même ? Si mes comptes sont bons, c’est la quatrième bassiste que je vois dans cette formation !

Mais bon la guitariste, elle, est bien là et elle n’a pas changé. Elle bouge toujours comme un diable hors de sa boite. C’est marrant, j’ai toujours la comparaison d’un ANGUS au féminin.

Sinon, le chanteur a toujours sa voix taillée au Jack et les morceaux envoient toujours le bois.

nashville pussy 4

NASHVILLE PUSSY

Après je trouve que cette setlist composée de pas mal de morceaux d’albums plus récents me percute un peu moins sur ce coup-là. Mais bon, le public est chaud, voire bouillant…

Même trop bouillant pour certains. Malheureusement, ça commence à être une mauvaise habitude dans les concerts de hard-rock que certains oublient qu’ils ne sont pas dans des concerts de brutos et que le slam et le pogo ne sont pas forcément les bienvenus. Ce n’est pas une question de fun mais juste une question de respect. Et celui qui a eu l’idée saugrenue de monter sur scène avec le groupe l’a appris à ses dépens ! Je pense qu’il aura compris le message ! En tout cas, le guitariste chanteur de NASHVILLE le lui a fait rentrer via un bon coup de latte dans le cul et vu comment il marchait après, il va s’en souvenir un petit moment !

Moi je pense que c’est le moment que je batte en retrait au fond de la salle. Comme je dis toujours dans ces cas-là, je suis trop vieux et pas suffisamment patient pour ces conneries-là. Mais bon, mis à part ça, l’ambiance est vraiment rock’n’roll et bon enfant.

nashville pussy 10

NASHVILLE PUSSY

Bon bien sûr, on ne va pas se quitter sans un petit rappel. Allez, deux morceaux et là c’est vraiment fini… D’un autre côté, vous allez me dire, il est plus d’une heure et demie du matin !

Mais bon je ne vais quand même pas partir comme ça sans aller faire un petit peu de papotage avec mes copains suisses qui sont bien occupés avec leur stand merchandising, preuve qu’ils ont récupéré de nouveaux fans !

Bon allez, là on va finir par nous mettre dehors, il faut y aller. Heu.. c’est pas le chanteur de NASHVILLE qui vient au bar ? Eh si ! Donc bien-sûr, petit papotage et photos. Eh oui, je laisse sortir la groupie qui est en moi ! Mais bon, là il faut vraiment y aller sinon ils ont finir par lâcher les chiens… ou alors nous servir un petit-déjeuner !

Allez, comme diraient les NASHVILLE PUSSY : « Let’s go to hell » !

nashville pussy 6

NASHVILLE PUSSY