Category: Live reports

FIREMASTER : l’évènement !

Chez W.T.R., on n’a pas l’habitude de faire du copier coller de texte mais là, le dossier de presse est tellement beau et bien ficelé qu’on a eu envie de vous le faire partager.

Le FIREMASTER, qu’est-ce que c’est ?

C’est l’évènement qui va te faire rester devant ton ordi les 30 avril, 1er et 2 mai ! C’est une convention entièrement digitalisée et complètement GRATUITE (et quand on voit le programme, on ne peut que dire “chapeau aux orga” !). Bref, le FIREMASTER va te changer de la journée de la marmotte en mode confinement !!!

THE PRIZE : Live Report @ Le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 28/08/20, 19 et 21/10/20

Report by Hi’Twist

Nous sommes fin août pour la première date et peu avant le deuxième confinement pour les deux dates suivantes. 40 privilégiés et adeptes de THE PRIZE ont rendez-vous au Brin de Zinc.

Privilégiés et adeptes vous dis-je puisque, moins de deux heures après la mise en ligne de cet évènement sur la billetterie de cette fameuse salle de l’agglomération chambérienne , il ne restait plus une place !

Les initiés le savent : THE PRIZE, c’est le nouveau projet de MAGGY LUYTEN/chant (AYREON, BEAUTIFUL SIN et ex-NIGHTMARE) et de CHRSITOPHE GODIN/guitare (de MORGBL’,  ex-GNO) avec en renfort la grosse artillerie de MORGBL’ en les personnes d’IVAN « le Terrible » ROUGNY à la basse et d’AUREL OUZOULIAS (également batteur de SATAN JOKER) aux fûts.

Une collaboration et une belle complicité étaient nées entre MAGGY et CHRSITOPHE, confirmées par leur duo AKOUSTIC THRILL. Ce dernier revisitait les classiques du heavy metal dans des adaptations quelque peu décalées (jazzy, loungy, funny…). Ce premier soir, ce concert clôt une semaine de résidence et de répétitions au Brin de Zinc.

Sur place, on se connaît presque tous ! Joie des retrouvailles après des mois de frustration. Plaisir à retrouver Thomas, le tôlier des lieux, Seb son fidèle associé et le staff féminin.

Tout le monde est dans la place, sagement assis sur des bancs ou debout au bar, avec un masque – les consignes étant scrupuleusement respectées.

MAGGY arrive sur scène, suivi  des trois musiciens. Et c’est parti pour 1h15 de rock vitaminé ! Après « Blood red ink », le premier morceau, bien heavy , dévoilé, MAGGY dialogue avec le public en disant tout le bonheur qu’ils ont à retrouver un auditoire et qui plus est un auditoire où ils connaissent presque chaque personne présente !

Ca repart de plus belle avec « Gardens of bones », pêchu mais avec de beaux passages mélodiques. S’ensuit « Where rivers flow 2 » qui démarre par un riff de guitare et explore un univers très seventies, dans un contexte d’opéra rock.  « Every scar tells a story » et son côté lourd, lorgne dans l’ombre du dirigeable et met en valeur la voix puissante de MAGGY. Elle va clore le titre, de sa mélodie et avec la guitare de CHRSITOPHE, tout en douceur. « Backstreet chronicles » donne toute son énergie avec son côté heavy alternant avec le mélodique « Fence of life » (quelle rythmique avec le duo IVAN/AUREL !). 

CHRISTOPHE GODIN, à la guitare, s’est posé sur la scène avec MAGGY d’une manière qui n’est pas sans nous rappeler leur sympathique duo dans ACOUSTIC THRILL.

Mais pas de répit car déjà AUREL à la batterie entame ce qui pourrait être le début d’une procession indienne et qui annonce le vitaminé « Out of the grave ».

Et  c’est « I swear » qui finira de convaincre le public quand MAGGY
LUYTEN s’adresse à lui en lancant un « I swear, I swear in you », si convaincant !  On a envie de se lever avec ce titre si jubilatoire et ce super refrain. Toutefois, vu le contexte sanitaire, on est bien obligés de revenir à la raison !

CHRISTOPHE plaisante avec le public et vante le talent de sa protégée. MAGGY se place alors aux synthés pour un « Where rivers flow 1 » de toute beauté. Mélodie gorgée d’émotion où elle nous transporte de par sa voix qui nous laisse rêveur.

« Scarier than you » et « Funhouse mirror » nous dévoilent un monde heavy où je découvre encore chez MAGGY une grande variété d’intonations ; quelle palette vocale ! Il m’arrive parfois, aussi bien scéniquement que dans le timbre de sa voix, de ne pouvoir m’empêcher de penser à une chanteuse « barrée » et si créative ; j’ai nommé : LISA DALBELLO.

Pour « Cirkus », MAGGY prend alors une petite voix. Univers original ! Elle parle en anglais sous des aboiements de chien. Solo de guitare superbe de CHRISTOPHE, voix lyrique de MAGGY…. S’enchaîne alors une étrange musique de cirque. MAGGY tape dans ses mains, poussant le public à de longs applaudissements. Elle disparaît alors de scène pour mieux réapparaître quelques minutes plus tard en rampant sur scène.

Rappel avec une intro dans l’esprit de MANSON, tempo heavy et refrain accrocheur. Il n’en faut pas plus pour que cela finisse en apothéose ! Le public est aux anges !  Le groupe, radieux, salue et s’échappe de la scène.

Un bon quart d’heure est passé lorsqu’ils reviennent dans la salle pour rejoindre le stand de merchandising. C’est la dernière date de leur trio gagnant. Maggy passe dans le public, me salue et me dit : « Je kiffe ce groupe, qu’est-ce que je m’éclate ! ». Pour les avoir vus trois fois sur cette série de quatre concerts, je peux dire : « moi aussi ! »

Nota 1 : Vous aurez compris, je pense, que j’ai fait une chronique groupée des trois concerts !!!

Nota 2 : Pour la dernière soirée, je reconnais des gens venus de l’Ain, de la Savoie, de la Yaute et même de Genève. Comme cet apprenti batteur de 12 ans, accompagné de son papa et qui sévit dans Métal on Stage, groupe des petits protégés de Christophe Godin et élèves à l’ETM de Genève.

GALAAD @ Les Citrons Masqués – Yverdon les Bains

Report et Photos : Hi ‘Twist

Fort de l’incertitude des concerts et festivals cet été, je me réjouissais de me rendre en Suisse, voir mon premier concert d’après-confinement tout en retrouvant GALAAD.

Ma décision fût prise définitivement quand le groupe annonça qu’il allait jouer en avant-première, des morceaux du nouvel album à venir. Ecoutez bien, nous sommes en juin 2020 et l’album à venir : en mars 2021 !!! C’est si rare que je tenais à le souligner ! Je n’ai pas eu le temps de me faire confirmer par PYT (le chanteur), si cette abondance d’inspiration avait été trouvée durant le confinement… Les aléas de la balance, divers enchaînements, la fatigue d’après-concert des musiciens, ont eu raison de mon interview !

Les Citrons Masqués – Yverdon les Bains

Bon, mars 2021, c’est encore loin et nous aurons bien l’occasion de nous revoir pour faire la promo de l’album d’ici-là ! Pour une fois, j’ai prévu large pour rejoindre la belle ville d’Yverdon les Bains et la salle complètement inconnue à mes yeux. Les Citrons Masqués ! Rien que le nom m’amuse ; fans de BD, vous aurez compris le subtil et amusant clin d’œil. Et puis j’avais du trajet : Annecy/Genève/Lausanne/Yverdon ! A quinze minutes près, « c’est la panade ! » (comme on dit en Provence). Un ralentissement sur Genève puis à l’entrée de Lausanne, peut engendrer au final, plus de deux heures de retard !

Et bien, les problèmes commenceront juste avant l’entrée d’Yverdon.  Après avoir fait trois fois le tour du même rond-point, j’arrive enfin à destination ! Je reconnais la tête de PYT (le chanteur) sur le perron. Ca y est, on est arrivés à bon port (qu’il dit l’ancien marin !) ! Petite discussion comparative franco-suisse pour parler de notre confinement vécu et je rejoins le groupe en pleines balances.

Une autre discussion mais cette fois avec le taulier au sujet de la salle. Elle peut accueillir cent personnes bien tassées mais vues les préconisations sanitaires du canton, les recommandations sont de quatre-vingt personnes. Objectif presque atteint puisque soixante-dix auront fait le déplacement !

GALAAD @ Les Citrons Masqués – Yverdon les Bains

Je découvre alors le GALAAD nouveau cru ; prometteur vous dis-je ! L’heure des festivités a sonné ; PYT déboule sur scène, affublé de ses peintures de guerre sur le visage. « La machine »  démarre les hostilités, calme puis montée en puissance et sous les solos de guitare limpides de SEBASTIEN. J’y retrouve des envolées très marillionesques.

Nous avons droit à un premier set d’une heure, ponctué de trois titres de « Paradis posthumes », titre provisoire du nouvel album à paraître : « Le rêve d’unité », « La douleur » et “Voir” . Ce dernier est une réflexion sur le deuil. Ces nouveaux titres présagent le meilleur ! Au premier abord, leur côté progressif semble moins présent mais les textes de PYT sont toujours aussi percutants ! Mais cet avis ne semble pas partagé par les différents chroniqueurs présents.

GALAAD @ Les Citrons Masqués – Yverdon les Bains

Grand moment avec ce splendide combiné « La loi de Brenn » (tiré du second album « Vae Victis ») et  un « Stone » (de Frat3r)  de plus de neuf minutes : un bon quart d’heure de pur bonheur !  Déjà « Voir » clôt le premier set (une heure d’évasion est passée et nous a conquis) !

Quinze/vingt minutes d’entracte à passer en sirotant une bière locale au bar. Je le quitte rapidement car le deuxième set démarre sur les chapeaux de roue !

« Apocalypse », nouveau titre, subtil mélange de complexité et ambiance basique propre à leur premier opus « 1er février »

GALAAD @ Les Citrons Masqués – Yverdon les Bains

Puis ce brave PYT nous annonce « Sablière », tiré de leur premier album, du moins EP. Petit historique de ce morceau qui fait ressortir de vieux souvenirs et encore la douloureuse histoire de la bassiste de l’époque, trop tôt disparue.

Après ce moment gorgé d’émotion,  voilà encore un nouveau titre « Moments ». Déjà je reconnais l’intro de « Merci pur » avec ses percus et sons indiens : cythare… Superbe voix qui débute doucement pour exploser. Choix judicieux qu’enchaîner sur “Encore”, toujours tiré du troisième album « Frat3r ». « Ton ennemi » explore les terres du nouvel album et le groupe finira en beauté avec leur désormais grand classique « l’Epistolier » .

GALAAD @ Les Citrons Masqués – Yverdon les Bains

Communion totale du public ; il faut dire que les fans se sont déplacés (Genève, Lausanne, Jura côté français : Morteau…).

Nous avons eu droit à deux heures de pure magie et surtout nous avons pu communier avec le groupe. Et comme le dit si bien le final de « Merci pur » : « Une aventure de musique et de FRAT3Rnité ! “.

Et pour une aventure, c’en fût une ! Au retour : accident monstre sur l’autoroute, autour de Lausanne avec balade balisée par des plantons ; votre serviteur essaiera de rester calme…

NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ CCO de Villeurbanne

Report et Photos by Ti-Rickou

«Attends ! Ca fait des mois que j’attends cette affiche et je te fais remarquer que seul les concerts de plus de mille personnes sont interdits. Là, la jauge est à six cent et, vue l’ambiance actuelle, on risque malheureusement de ne pas être nombreux. […] Heu non, ils ne sont pas moins bêtes que moi ! Bon, je respecte les consignes, pas de bises et pas de poignée de main. Pas débile non plus ! Et je te fais remarquer que si c’était dangereux, le gouvernement aurait déjà interdit tout rassemblement depuis pas mal de temps !»

Allez, go to Villeurbanne ! Il ne faut pas être en retard car le premier groupe c’est ONE DESIRE et je ne veux pas les louper. Bon, je me gare fastoche, finger in the noze donc je suis même en avance. Ambiance bizarre. Les copains et les copines pratiquent le bonjour de loin. La salle se remplit tout, tout doucement. C’est clair qu’à quelques minutes de l’intervention du Président de la République, l’heure n’est pas trop au concert.

ONE DESIRE @ CCO de Villeurbanne

Mais nous, on est là et ONE DESIRE aussi. C’est parti pour du hard-FM, AOR de qualité ! Et putain, en live, ça pète sa mère-grand dans les traboules. Oui, c’est FM mais pas mou du genou. En plus, ils sont déchaînés, le chanteur est à donf’. Fuck the Coronavirus !!!! Ca joue grave ! Le hard-rock des finlandais fait mouche.

Le public est bien-sûr aux taquets dans une salle qui continue à se remplir petit à petit. Le son est mega bon. Les titres de ONE DESIRE sont parfaits pour le live, tout le monde chante, c’est top. Bon, moi j’adore ce groupe et je suis mega heureux d’être là ce soir. Putain de set, trop bien !

Allez, un petit tour au merch’ et papotage (à distance réglementaire avec les potes). Bon voilà, les infos sont tombées, à partir de demain les rassemblements de plus de cent personnes sont strictement interdits. Eh oui, le virus est gentil ce soir mais demain à plus de cent il sera très méchant !! J’ai du mal à comprendre mais bon, je n’ai pas fait l’ENA. En revanche, ce que nous comprenons tous bien, c’est que ce soir on assiste au dernier concert avant Mathusalem… peut-être même le dernier avant la fin de notre façon de vivre, alors putain, on va en profiter un max !

NIGHT FLIGHT ORCHESTRA @ CCO de Villeurbanne

C’est donc dans une putain d’ambiance que NIGHT FLIGHT ORCHESTRA entre sur scène. Je suis aux taquets parce que je ne les ai jamais vus en live. Et d’entrée de jeu, je sais que je vais prendre une grosse baffe ! Le son est énorme, ça pète grave son grand-père dans les quenelles. Qui a dit que c’est tout mou en live ? C’est juste énorme !!

En plus, il y a du monde sur scène. Outre les musiciens, il y a deux choristes qui font aussi le show, habillées en hôtesses de l’air. Il y a aussi plein de trucs à voir sur scène et cerise sur le cake, on en prend plein les oreilles. Je ne sais pas si c’est à cause du béret mais je leur trouve un côté Survivor, moi.

En tout cas, putain c’est bon ! J’adorais déjà leurs titres mais là en live, c’est encore meilleur !

En plus, l’ambiance est vraiment top. On est tous aux taquets à donf’ dans la musique. Et quelle musique ! Leurs mélodies sont énormes. Le chanteur a une putain de mega voix. Bref, les NIGHT FLIGHT ORCHESTRA nous délivrent un set magnifique et je ne voudrais pas qu’il finisse. Mais malheureusement, comme tout le monde le sait tout a une fin… sauf la banane qui en a deux !!!

Allez, je pense que les groupes ne viendront pas en dédicace et il vaut mieux y allez. On se dit au revoir et en espérant que les prochains concerts seront maintenus. Mais bon, on n’y croit pas. En tout cas, on a passé une mega soirée grâce aux Sounds Like Hell !! Merci les filles !

PS : bien-sûr, ce concert s’est fait quelques jours avant le confinement. J’espère que tous ceux qui étaient présents sont en bonne santé et j’espère vous retrouver bien vite mes copains ! Prenez bien soin de vous, surtout ceux qui sont seuls, et en attendant, écoutez du hard-rock sans modération ! Long live rock’n’roll !!!!!