Tagged: LE WEBZINE DE TI RICKOU

LOOKING FOR MEDUSA + ARCHANGE + URGENT : Live Report @ le Rock ‘n’ Eat Live de Lyon (Rhône) – Vendredi 14 juin 2024

Il y a à peine un mois, j’ai reçu un message de ma chère et tendre : « Vendredi 14 Juin, nous allons à Lyon. ». « Ah bon ? Pourquoi ? Je voulais aller au Brin de Zinc, moi ! ». « Oui, mais il y a LOOKING FOR MEDUSA qui passe au Rock ‘n’ Eat et ils jouent avec URGENT et ARCHANGE. ». Ah ben dans ce cas-là, je n’ai pas le choix. Comme je me suis très bien entendu avec certains membres de LOOKING FOR MEDUSA que j’ai vus l’an dernier à Largentière et au Brin de Zinc, et qu’à chaque fois j’ai pris une claque, je ne peux que me réjouir de ce concert. En plus, il y a ARCHANGE que j’ai beaucoup apprécié la dernière fois (voir le récent report) et URGENT, un groupe que je connais de réputation mais que je n’ai pas encore eu l’occasion de voir… ou alors, c’était il y a très longtemps. En tout cas, j’ai hâte de les (re)découvrir.

Comme vous vous en doutez, c’est en famille que je me rends dans la capitale des Gônes, mon binôme de concert étant occupé ailleurs. Arrivés relativement tôt, nous trouvons de la place facilement, et nous nous dirigeons tranquillement vers le Rock ‘n’ Eat. Une fois à l’intérieur, je croise OLIVIER, le leader des LOOKING FOR MEDUSA et BASTIEN, le bassiste ainsi que MARKUS FORTUNATO et les guitaristes de son groupe.

Après une petite demi-heure d’attente durant laquelle nous avons un peu tapé la discute avec OLIVIER (qui nous a expliqué vouloir faire une pause côté concerts afin de se concentrer sur le nouvel album de LOOKING FOR MEDUSA), URGENT fait résonner le Rock ’n’ Eat. Je me déplace donc vers la scène pour assister au concert.

Dès le début, la musique des Grenoblois me séduit. Ce mélange de Heavy Metal à l’ancienne et de Hard-Rock proche de l‘AOR est vraiment sympa. Dès le second titre, ils s’attirent toutes les faveurs du public avec un excellent cover d’ALICE COOPER “House of Fire”.

Celle-ci aurait pu être la conclusion du set, mais ils ont eu la bonne idée, selon moi, de la mettre en second. S’ensuit toute une série de titres plus attirants les uns que les autres. Leurs chansons passent toutes seules sur scène.

YVAN, le chanteur, est plutôt charismatique, DIDIER à la basse est la force tranquille, STEPH et PIERRE qui tiennent les grattes et sont en feu sous les frappes, toutes en nuances d’YVES.

Je suis agréablement surpris par leur musique et me laisse entraîner par les mélodies. Le groupe conclut une dernière fois par un autre cover : le “Fear of the Dark” d’IRON MAIDEN qui fait son effet dans un Rock ’n’Eat qui s’est rempli peu à peu. Une très bonne prestation malgré – comme d’habitude dans cette salle serais-je tenté de dire – le manque de lumière. Le son n’était pas trop mal. J’ai connu pire ici.

Après la pause habituelle nourriture et hydratation, c’est au tour d’ARCHANGE. Que dire de ce groupe que je n’ai pas déjà dit lors de mon dernier report. Déjà, pas de “Paco à poil !” demandé, Lol. La musique du groupe est toujours aussi bonne, et je l’apprécie toujours autant.

La set list est peu ou prou exactement la même que celle du Brin de Zinc. J’ai bien aimé. Cependant, les samples qui ressortent beaucoup ce soir, me hérisse un peu plus les poils que la dernière fois.

D’autant plus que le son, qui s’est dégradé et laisse à désirer, nous empêche d’entendre correctement la superbe voix du chanteur, les samples, prenant, une fois encore, le dessus. Dommage. Les deux covers ont fait leur surprenant effet et m’ont confirmé l’impression que la version d’ARCHANGE est bien meilleure que les originales. Mais c’est mon côté rocker qui parle. Dans tous les cas, la prestation a été impeccable. Malgré le manque de place sur scène, notamment pour WINCE qui a dû éviter de marcher sur les pieds de ses coéquipiers, le groupe s’en est tiré avec les honneurs.

Bon, assez de lamentations, il est temps de faire parler la foudre. Les Clermontois de LOOKING FOR MEDUSA sont attendus ce soir. Je constate que le public du Rock’ n’ Eat n’est plus dans la salle annexe et s’est installé devant la scène en attendant les vedettes de ce soir. Tout le groupe est au charbon ce soir pour installer correctement leur matériel sur scène. Les balances se font devant un public nombreux venu parfois de loin pour assister au concert. Nous sommes aux premières loges et attendons avec impatience le début.

Je constate que MANU, le guitariste que j’avais vu en Ardèche et qui était absent au Brin de Zinc est de retour et qu’AUREL, le premier guitariste absent en Ardèche et présent au BDZ est toujours là. C’est qu’il y a du mouvement chez les LOOKING, Mdr !

Trêve de galéjades, le groupe va commencer.

“Est-ce que vous êtes chaud patate ?”,  demande OLIVIER. “Ok, c’est parti pour le voyage !”. Et une intro démarre avant que le groupe attaque avec “Colisee”. Il n’y a pas à dire, ils sont motivés comme jamais !

Comme lors des précédents concerts que j’ai fait, OLIVIER est toujours aussi chaud et descend dans la fosse puis fait le tour du quartier. Il est temps de faire venir la Comtesse de sang, j’ai nommé “Erzebeth Bathory”. Ce superbe titre voit arriver sur scène la Duchesse en chair et en os. Elle ensorcelle le public, et les musiciens, faisant même monter ma fille sur scène (qui n’en revient pas), puis redescend dans le public pour trouver de la chair fraîche. Heureusement, le titre se finit et la Comtesse disparaît. Ouf, sauvés ! Mdr.

OLIVIER qui met, comme toujours, ses tripes et son âme dans son interprétation, est toujours à fond. Il lâche les cheveux et aussi les chevaux avec “Contact”. S’ensuit un triptyque de morceaux encore inédits avec “Hades”, le fameux titre que j’adore et qui me reste toujours en tête, “Odyssée”, un morceau totalement inédit pour moi, sur lequel les membres de FORTUNATO sont invités à reprendre les chœurs. Nous avons même droit à quelques growls à la fin (décidément, OLIVIER a un registre vocal impressionnant) et “Strangers”.

BASTIEN, qui annonce avoir des problèmes pour accorder sa basse, en cordes de nylon, à cause de la chaleur qui règne sur scène, fait marrer ces coéquipiers. “C’était le dernier concert de notre bassiste”, plaisante OLIVIER.

Les morceaux qui déchaînent les passions des spectateurs, “Alcatrazz” et “Looking for Medusa”, font mouche à chaque fois. Les guitaristes s’éclatent comme des fous pendant que BASTIEN galère toujours planqué à côté d’UGO, même s’il s’en amuse et vient devant les planches.

Scéniquement parlant, le groupe est toujours aussi bon et tous les musiciens se donnent à 200%. L’ambiance sur scène et dans le public est vraiment au top. Il faut dire qu’à cause de la chaleur qui règne dans le Rock ‘n’ Eat, les bières, alimentées par les membres de FORTUNATO, sont rapidement sifflées.

Alors que “Land of my father” conclut le set, le public du Rock ’n’ Eat se met à faire comme au BRIN DE ZINC et en réclame encore. C’est donc au tour de “Hells Parade” d’être joué. Et là, ça devient de la folie complète ! Les LOOKING FOR MEDUSA font monter le public sur scène et tout part en vrille. Les membres de FORTUNATO chauds comme la braise montent sur les planches pour chanter avec les LOOKING. Du coup, AUREL et MANU descendent de scène, suivis par BASTIEN qui veut jouer avec ses copains, et OLIVIER qui va chanter au milieu du public. Je me demande si UGO derrière ses fûts n’est pas un peu jaloux de ses potes vu qu’il ne peut pas sortir de sa batterie, mdr ! Pendant que les musiciens jouent dans un public médusé et conquis, ce sont les membres de FORTUNATO qui sont restés sur scène et font les chœurs.

Et c’est la fin. Dommage que certains titres que j’adore n’aient pas été interprétés par manque de temps. Cependant, le concert étant absolument génial, je ne suis pas mécontent quand même.

L’heure tournant beaucoup plus vite que prévu, et ayant encore de la route à faire, nous prenons congé des Clermontois en souhaitant les revoir bientôt. Vivement le prochain album qui devrait sortir bientôt, ou en 2035, comme l’a annoncé en rigolant OLIVIER pendant le show. Enfin, on n’espère pas, lol !

Pour tirer un petit bilan de la soirée : URGENT, excellente prestation. J’irais les revoir avec des meilleures lights. ARCHANGE,  super set, mais peut-être envisager de limiter les samples, et LOOKING FOR MEDUSA encore meilleur. Un groupe qui semble se bonifier au fil du temps.

IRON KINGDOM + BASTET : Live Report au Brin de Zinc de Barberaz (Savoie) – 13 juin 2024

IRON KINGDOM @ Le Brin de Zinc

Après avoir fait ce qu’il me plaît en Mai, et quasiment un mois de disette côté concerts, il est temps pour moi d’en refaire un. Aujourd’hui je retourne, une fois de plus, au Brin de Zinc de Barberaz avec mon binôme habituel Steve*74. C’est donc en duo que nous partons pour un show de la New Wave Of Traditional Heavy Metal, soit le retour des années 80. Si vous êtes un fidèle de W.T.R, ce dont je ne doute absolument pas, vous savez que mon copain Steve*74 a déjà vu les deux groupes une fois. Personnellement, pour moi, ce sera une première et j’avoue avoir un peu hâte. Des Italiens et des Canadiens qui viennent faire bouger le Brin de Zinc, quoi de mieux, me demanderez-vous? Eh bien, ce n’est ni plus ni moins que deux groupes amenés à devenir majeur très rapidement, qui vont jouer ce soir !  

En premier lieu, nous avons les Canadiens de IRON KINGDOM qui viennent au BDZ pour la seconde fois et, venus du nord de l’Italie, plus précisément de Bologne, les BASTET qui posent, eux, leurs valises en Savoie pour la troisième fois. Ils avaient déjà fait un show en Octobre 2022 dans la capitale Savoyarde et un deuxième quasiment jour pour jour au même endroit. Ce soir, changement de lieu et de salle pour nos cousins transalpins avec le Brin de Zinc de Barberaz.

Une fois arrivés devant la salle, nous papotons un peu avec un des copains du label français de BASTET avant de faire notre entrée dans l’antre de la bête. On tape la discute avec les autres copains en attendant le début. Sur la scène, sont présentes, outre une batterie, les setlist de BASTET et un joli backdrop de IRON KINGDOM. En parlant d’eux, j’aperçois les musiciens qui s’échauffent un peu. C’est bizarre, est-ce qu’ils vont jouer en premier alors que tout est en place pour les Italiens ? En plus, je n’ai encore vu aucun membre du groupe transalpin. Tout ça porte à confusion.

BASTET @ Le Brin de Zinc

Le doute est vite levé lorsqu’à 21h19 ce sont bien nos copains de Bologne qui sont sur scène. NICO, la chanteuse, bras en croix, est dos à la scène, ainsi que ses musiciens. Une petite intro et c’est parti !

Dès le premier morceau  « Heavy Changes », je suis saisi par l’impressionnante capacité de la chanteuse. Cette voix éraillée est vraiment cool, et le titre rentre tout de suite dans le dur. Pas de transition, on tape direct dans le second morceau « Reckless » suivi, toujours sans temps mort, par « Don’t Look Back ». « Thanks you », remercie NICO après ce troisième titre. « Let me know if you are with us ? », demande-t-elle avant de faire participer le public du BDZ. « Do you want to hear something new ? », continue-t-elle, « This is Madness ! ». C’est donc un premier titre totalement inédit que BASTET nous fait l’honneur de jouer ce soir et qui n’a qu’un seul but : secouer les chevelures des spectateurs.

Les musiciens sont à fond. Les deux guitaristes, MIKE et LORENZO shredent à tout va tout en sortant des riffs assassins. LEO, le bassiste, soutient la rythmique sous les incessantes frappes mortelles d’ALESSANDRO. Mais c’est bien NICO qui fait le show. Depuis le premier titre, elle n’arrête pas de danser, de secouer la tête de droite à gauche. S’ensuit un petit « Lights Out » et un « Angers in Your Eyes » un peu speedé. On ne tient plus NICO qui se met dos à dos avec LORENZO et se love contre MIKE. Son grain de voix fait merveille avec son caractère galeux qui me fait penser parfois à la légendaire WENDY O. WILLIAMS  (R.I.P.).

« Thanks you so much ! », remercie la chanteuse, « Let’s do Fucking Heavy Metal Tonight !! »,  invective t-elle avant de faire le seul et unique cover de la soirée. Et quelle reprise mes aïeux ! Un petit « Painkiller » de JUDAS PRIEST. C’est vraiment bon, nous n’en perdons pas une miette, de même que la guitariste d’IRON KINGDOM qui prend même des photos des Italiens. La performance de BASTET sur cette reprise est vraiment chouette, d’autant plus que ce n’est pas le titre le plus facile de la discographie du PRIEST à reprendre.

Et on repart sur une toute nouvelle chanson avec « Breathless » qui annonce la couleur de leur futur album. « Merci beaucoup mes amis », nous dit NICO, en Français dans le texte, « This is the last song ».  Et BASTET termine son set par « Beyond the Fight ».

Mon copain Steve*74 avait conclu son report comme ceci : « BASTET est un groupe à revoir pour savourer et confirmer un peu plus leur potentiel affiché ». Effectivement, pour moi, qui ne les avais pas vus à l’époque, j’avoue avoir pris une belle claque !

IRON KINGDOM @ Le Brin de Zinc

Allez, passons à la suite ! J’ai nommé les IRON KINGDOM, qui sont venus de Vancouver et dont la particularité est d’avoir en son sein, non pas une chanteuse mais bel et bien une guitariste. Tiens, les copains se sont déplacés à droite de la scène. Du coup, ça se bouscule un petit peu, lol. Composé de CHRIS OSTERMAN, guitariste et chanteur, LEIGHTON HOLMES à la basse et aux chœurs, MAX FRIESEN à la batterie et MEGAN MERRICK à la guitare et aux chœurs, le groupe possède le look typique années 80. Pantalon rayé noir et rouge pour CHRIS, look à la HALFORD (qui a dit BDSM ?) pour LEIGHTON, T-Shirt KING DIAMOND pour MAX et legging de STRIKER, excellent groupe de Power Metal Canadien, pour MEGAN. De quoi rappeler les bonnes vieilles années pour certaines personnes dont je fais partie.

Il est 22h25 et le groupe est dans le noir complet. Une intro démarre et c’est CHRIS, le leader naturel des Canadiens qui se retourne le premier suivi par ses coéquipiers. Et c’est tambour battant que le combo commence son set !

“Tides of désolation”, le premier titre est saisissant de puissance. La présence scénique est ultra travaillée et les musiciens sont déjà à fond. Euh… les gars… vous devriez peut-être en garder un petit peu pour la suite… Que nenni ! Ils enchaînent déjà le second morceau “Sheathe the Sword” encore plus à fond. C’est dingue, j’ai l’impression d’entendre “Y rompt mes dents”, ah non, c’est pas ça,  IRON MAIDEN, ah ouais c’est mieux. Les twin guitares chères au groupe britannique sont de sortie ce soir et nos copains Canadiens s’en sortent à merveille. Ce qui me surprend le plus dans la musique d’IRON KINGDOM, c’est cette impression d’entendre un vieux groupe de Heavy Metal des années 80, même si les Canadiens revisitent à leur manière cette nouvelle vague. Mon cœur balance entre cette façon de jouer assez surprenante et tellement classique à la fois. Je ne sais qu’en penser.

« We are IRON KINGDOM from Vancouver, Canada », nous rappelle CHRIS au bout du troisième morceau. Et c’est à ce moment-là que je prends enfin conscience de la puissance de feu d’IRON KINGDOM, surtout avec l’attaque du superbe « Road Warrior ».

IRON KINGDOM @ Le Brin de Zinc

Que ce soit CHRIS et sa voix suraiguë qui enchaîne les poses, ou MEGAN et LEIGHTON  qui changent de place toutes les trente secondes et headbanguent en cœur, les musiciens sont toujours aussi motivés sous les incessantes frappes de MAX, ne l’oublions pas.

« It’s good to be back », annonce avec un grand sourire le musculeux leader des habitants de la plus grande ville de Colombie-Britannique, avant de commencer « Queen of the Crystal Crown ». Tout le public est en communion avec le groupe. LEIGHTON se donne à 100% tout en continuant de jouer avec les doigts, même sur les morceaux hyper rapides. Il harangue le public, monte sur les retours, et pourrait presque prendre la vedette à CHRIS. D’autant plus que MEGAN aussi fait son show, monte sur les retours aussi, joue dos à dos avec le leader. Mais c’est sans compter sur le chanteur guitariste d’IRON KINGDOM qui multiplie les grimaces et va au-devant la scène pour montrer tout son talent.

« Hunter and Prey », un titre de leur dernier album en date multiple les cavalcades à la IRON MAIDEN, avec en son milieu un petit solo de batterie. La fin du morceau voit le public reprendre les « oh, oh, oh » sur le refrain. « Nous avons des nouveaux morceaux », nous dit CHRIS au moment d’attaquer « In the grip of nightmares », un excellent nouveau titre, de 2022 quand même, très influencé années 80, mais avec une petite touche canadienne qui fait son petit effet. Alors que pendant le premier groupe, c’était MEGAN qui prenait des photos, cette fois-ci j’aperçois LEO qui n’en perd pas une miette. Comme quoi, même les musiciens qui sont en première peuvent être des fans du groupe principal. Son contraire étant aussi possible.

Plus le set défile, plus j’apprécie la musique d’IRON KINGDOM qui vient se loger dans une partie du mon cortex cérébral. Et notamment avec cette superbe chanson qui suit : « White Wolf ». Cette fois-ci tout le public reprend le refrain « White Wolf, White Wolf… », c’est complètement dingue. Ce titre est totalement addictif. « One more song ? », demande une nouvelle fois CHRIS toujours aussi enthousiaste. « Voodoo Queen », un de leurs premiers titres, datant de 11 ans déjà, continue de faire bouger en cadences le Brin de Zinc. Une fois de plus, c’est LEIGHTON qui harangue le public pendant que MEGAN décoche riffs sur riffs et que CHRIS s’époumone.

IRON KINGDOM @ Le Brin de Zinc

« Vous voulez plus ? », demande t’il en Français. Nous avons donc droit à un dernier titre.  Un cover de HELLOWEEN, j’ai nommé « Victim of Fate », un titre tiré du « Walls of Jericho ».

Une fois le cover terminé et la traditionnelle photo de fin de show prise, les musiciens retrouvent leurs fans au stand de merch’. J’en profite pour leur faire signer ma setlist et discuter un peu avec CHRIS très affable avec tout le monde. Des musiciens très sympas qui sont à l’écoute de leurs fans. En sortant nous recroisons dehors les musiciens de BASTET en pleine discussion et notre copain de Steel Shark Records qui nous parle des groupes qu’ils cherchent à signer, et notamment nos nouveaux copains d’IRON KINGDOM. L’avenir nous dira s’il a réussi !

IRON KINGDOM @ Le Brin de Zinc

Archives Chroniques Metal : Août 2023

Label : Frontiers Music

Sortie : 11 août 2023

Spécial coup de cœur Ti-Rickou – En piste pour l’album de l’année

Sixième album (déjà) pour les Italiens de Hell in the Club, et bien-sûr je suis impatient de l’écouter car je suis un grand fan du groupe. Que ce soit sur album ou en live, ils ne m’ont jamais déçu.

Donc go to the « F.U.B.A.R » ! Voilà, ça recommence, j’ai les cheveux qui bougent tout seul et j’ai un sourire banane plaqué sur le visage !! J’adore leur hard sleaze.

Et encore une fois, ils sont en forme : Les morceaux sont top, funs, mélodiques et pêchus. Je veux écouter ça en live, moi, ça devrait être une pure tuerie car déjà en Cd, c’est putain de bon !

Allez, c’est reparti pour un tour mais plus fort ! Et c’est encore meilleur. « Papa ? » « Oui, ma puce. C’est trop fort ? » « Non, j’aime bien. C’est quoi ? » « Le groupe de glam hard italien qu’on avait été voir au Réservoir de Belley dans l’Ain. » « On retourne les voir quand, papa ? » « Quand un gentil orga voudra bien les faire rejouer en France (ceci est bien un message non subliminal !!) ».

Allez, qu’est-ce qu’on dit ? Mega coup de cœur et gracie mille les Hell in the Club.

PS : un seul défaut à cet album, il n’a que 11 titres. C’est trop, trop court !!!

Label : Frontiers Music

Sortie : 11 août 2023

Streetlight ? Heu, je ne connais pas. Bon, d’un autre côté, c’est des Suédois et l’album sort chez Frontiers, ça peut valoir le coup de l’écouter…

On est dans la famille Toto, Kansas, Journey, je voudrais voir les fils. C’est du hard FM à la limite de l’AOR. Vous avez compris ? Pas de gros riffs, pas de chanteur qui vomit, que des belles mélodies et une voix superbe. OK c’est calibré FM mais c’est calme et relaxant, bien fait, bien produit, agréable à écouter en fin de journée… « Papa, mon papa ! » « Tu veux que je baisse le son ? » « Non, je veux juste que tu arrêtes, ça m’endors et j’ai des devoir à faire ! »… CQFD…

Donc, si vous, vous aimez l’A.O.R, les belles mélodies, les « …trucs mous du genou !! » « Heu, tu es bien la fille de ta mère… » « Bon, je te mets un Cd de Massacre Records juste après, ça va ? ».

THE DEVILS : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (Savoie) – Dimanche 12 mai 2024

A peine ai-je eu le temps de me remettre de mes émotions de la veille que me voilà de retour au Brin de Zinc. Cette fois-ci, mon binôme de concert n’est pas de la partie, alors j’emmène ma moitié avec moi. Que voulez-vous, depuis qu’elle a su que je faisais la route les yeux fermés, elle ne me fait plus confiance pour m’y rendre en solo, mdr ! Et puis l’avantage indéniable, c’est qu’elle prend aussi des photos et me donne un coup de main pour le report.

Ce soir, c’est un duo Italien, composé de GIANNI “BLACULA” VESSELLA (voix, guitare) et d’ERIKA “SWITCHBLADE” TOLADO (voix, batterie) qui nous vient de Naples et fait dans le Garage Rock.

Le Brin de Zinc est assez clairsemé mais ce soir, ce ne sont que des fans qui, un dimanche soir, se sont déplacés pour venir voir le duo Napolitain. 45 personnes, ce n’est peut-être pas énorme, mais c’est une bonne moyenne tout de même pour un dimanche soir. Il y en a qui bossent le lendemain, contrairement à d’autres (suivez mon regard, mdr). Je rencontre quelques copains que j’ai vu la veille, et quelques autres qui n’y étaient pas.

La batterie comprend un tom basse, une caisse claire, une seule et unique cymbale, et une grosse caisse avec un superbe dessin sur sa peau, il n’en faut pas beaucoup plus pour faire du bruit.

Il est 20h quand je remarque que deux personnes en perf’ noir et lunettes de soleil sur les yeux sont sur la scène. Un petit quart d’heure après les voilà qui démarrent leur set. Euh… excusez-moi de vous demander pardon, mais il n’y aurait pas quelqu’un qui aurait oublié d’allumer la scène par hasard ? Vous ne savez qu’il n’y a pas que le rouge et noir comme couleurs ? Ce n’est pas JEANNE MAS, celle qui chantait « En rouge et noir », qui joue ce soir ! Bon d’accord, quand on s’appelle « Les diables », le rouge et le noir sont les couleurs principales de l’enfer. Cependant, il y a le jaune aussi, voire même le bleu et parfois le vert ! Mais à priori ce soir, ces couleurs ne sont pas de sortie. Je pense sincèrement que c’est une décision du duo mais je n’aime pas demander. Pour les photos, ça va être compliqué. Lol.

Deux, trois coups de baguettes et c’est parti pour la première explosion sonore qu’est “Divine is the Illusion”. THE DEVILS, c’est l’incarnation du chaos, l’incarnation de plusieurs péchés capitaux. Ben oui quoi, ils sont sortis de l’enfer depuis neuf ans maintenant ! La preuve, les lumières sont toujours sur fond rouge comme si elles venaient du plus profond de la terre. Et cette déflagration sonore qui ne s’arrête pas. Après un “Killer’s Kiss” second titre de la soirée tiré, lui aussi, de leur récent nouvel album sorti en février dernier, c’est le premier ‘Roar” qui est suivi par le diabolique “I Appeared To The Madonna”.

Le duo dépouille son rock de toutes ses fioritures et le vit à fond. A tel point que, chacun son tour, le duo dépose le cuir, mais pas les lunettes noires, que GIANNI gardera tout le long du set. C’est vrai qu’il commence à faire chaud. Nous ne sommes peut-être pas nombreux, mais on s’éclate avec cette musique venue tout droit des rives du Styx.

L’ambiance sur la scène est sulfureuse. ERIKA, qui tient ses baguettes à l’envers pour faire encore plus de bruit, est complètement déchaînée. Tel POISON IVY, elle chante comme une damnée et frappe ses fûts comme si sa survie en dépendait. Et c’est sans compter sur GIANNI, le LUX INTERIOR de la guitare, et ses riffs méphistophéliques qui déchirent les murs. Les titres sont hyper rapides et diaboliques de mélodies et de sons furieux. Vous êtes sûr que l’enfer et ses démons ne sont pas venus envahir le Brin de Zinc ? C’est moi où je sens comme une odeur de soufre ?

L’ambiance, très intime, est peu orthodoxe, et présente un caractère d’hérésie. Elle paraît diabolique, douteuse, risquée, tendue, et elle pourrait bien prendre une mauvaise tournure… Maman, j’ai peur ! Ah ben non, c’est juste une illusion, mdr. Il faut dire que “Life Is A Bitch“ et “Time Is Gonna Kill Me” sont des titres puissants tirés de “Beast Must Regret Nothing”, le précédent album. Les deux musiciens se répondent à grands coups de riffs sales, de frappes démentielles et de voix sensuelles.

GIANNI passe derrière ERIKA, va se mettre à côté d’elle pendant qu’elle continue de taper sur sa batterie comme si elle était possédée. Il se met à genoux pour décocher ses riffs en les faisant traîner sur les amplis. C’est absolument démentiel, bruyant et sexy à la fois. Ils enchaînent les titres comme on enfile des perles, sans bla bla inutiles. Et vas-y que j’enchaîne les brûlots avec “Til Life Do Us Part” suivi par “Roar II”.

ERIKA qui est la principale chanteuse parle peu et GIANNI, qui chante aussi parfois, non plus d’ailleurs. J’ai l’impression qu’ils laissent la musique parler pour eux.

“Satan Balls” et “The Last Rebel”, un véritable mur de distorsion, une lente mouture de Garage Rock, continuent de fracasser le BDZ. Ces fameuses couleurs rouge et noir toujours aussi intenses, renforce le côté sulfureux du concert et nous emmerde toujours autant pour les photos, lol. Après “Teddy Girl Boogie” (une reprise adaptée de Teddy Boy Boogie par CRAZY CAVAN N’ THE RYTHM ROCKERS) très accrocheur et complètement dément avec son air inquiétant de malveillance, c’est “Guts is Enough”.

A peine une heure plus tard et c’est déjà le dernier morceau. Incroyable, je n’en reviens toujours pas ! “Vous en voulez encore ?”, demande ERIKA tout sourire. Et c’est carrément tout à fond que le groupe joue “Coitus Interruptus (From a Priest)” suivi sans interruption par “The Devil’s Trick Is Not A Treat”, le tout dernier titre de la soirée.

Et c’est fini. Mais quelle déflagration sonore venons-nous de prendre en pleine face ! On est complètement lessivés. Certes ce fut court, mais qu’est-ce que ce fut bon ! On en aurait bien repris un peu… mais, malheureusement pour nous, le duo en a décidé autrement. Eux aussi ont l’air HS. Le groupe plie bagages et se rend au stand de merch’ pour parler un peu avec ses fans, même si j’ai le sentiment qu’ils sont plutôt discrets.

Une fois la set list signée, je regarde l’heure et je me rends compte que, pour une fois, nous allons rentrer de bonne heure dans notre doux foyer, histoire de récupérer de cette incroyable, dans tous les sens du terme, soirée. Chouette, demain je ne serais pas crevé pour aller au boulot ! Lorsque j’arrive chez moi, je prends conscience, que c’est la première fois, que j’ai passé plus d’heures sur la route que dans un concert. Complètement dingue ! Lol.