Tagged: metal moderne

RADAR FESTIVAL (part. 2) : Live Report @ la Villa Tachinni de Petit Lancy (ch) – 03 novembre 2018

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

Report by SEB 747

C’est le deuxième jour du Radar Fest et, après une super soirée la veille, je ne sais toujours pas si je me décide à bouger ou pas. Le matin même, ma femme me demande de faire une journée shopping. Je lui suggère : « Pourquoi pas à Genève ? Nous pourrions finir la soirée à la Villa Tachinni, pour voir le deuxième jour du festival ? » Et du coup, me voilà parti pour assister au deuxième jour du Radar. J’ai une femme au top !

Comment ça, c’est de la manipulation ? Même pas vrai ! Bon d’accord, un petit peu. Mais que ne ferais-je pas pour assister à un concert. Et puis, non seulement c’est gratuit, mais il y a aussi des groupes de qualité. Le problème, quand je suis en famille, c’est que souvent, j’arrive à la bourre.

VITAL BREATH @ Radar festival 2018

Du coup, le syndrome Ti-Rickou me rattrape, et je suis en retard pour assister au show complet de VITAL BREATH. Le temps qu’une place se libère à quasiment cent mètres de la Villa et qu’on nous mette un joli bracelet jaune fluo pour rentrer, les lyonnais en sont déjà à la fin de leur set ! Enfin pas totalement puisqu’il leur reste trois à quatre morceaux à jouer.

En tout cas, sur ce que j’entends, ils me font forte impression. Leur rock metal alternatif est séduisant. Beaucoup plus que ce que je n’avais vu au Metal Grésifest en 2016. Il faudra que je les revoie un jour, pour me faire une meilleure idée.

RASH @ Radar festival 2018

Le G.O. du Radar, prend la parole pour nous annoncer le prochain groupe.
« C’est un nouveau groupe » nous dit-il. « C’est des p’tits jeunes qui font des reprises de RASH PANZER »… Ah merde ! Un tribute band ! Je ne vais pas pouvoir chroniquer, moi !
Meuh non, c’était une blague ! En fait c’est le groupe mais ils ont raccourci le nom. Du coup, ils ne s’appellent plus RASH PANZER mais RASH. Ouf, j’ai eu peur !

Dans la bio du Radar, il était dit : « Nul besoin de les présenter, qui ne connaît pas le power rock band légendaire du bout du lac… »… Euh… ben moi, je connaissais, mais juste de nom. J’en avais entendu parler depuis pas mal d’années mais je n’avais jamais eu l’occasion d’écouter ce qu’ils faisaient. Pourtant, depuis 1979, date de leur création, dans un train de banlieue, j’aurais dû les voir en live ! 

Alors, pour moi, c’est une découverte. Et quelle découverte ! Je n’en crois pas mes oreilles. Moi qui, d’après le nom, m’attendais à un truc bourrin au possible (je vous rappelle que je n’avais jamais vu ni entendu le groupe – mauvaises langues !), j’en tombe des nues. C’est super bon, mélodique à souhaits, entraînant. Ma tête fait des mouvements de bas en haut, mes pieds tapent le sol sans que je puisse les contrôler, c’est totalement dément !!

Les morceaux parfois politiques « Uncle Sam Is Gone », ou simplement parlant rien qu’au titre « Naughty Woman », contribuent à faire remuer un Radar en pleine forme. Le son est aux petits oignons et cela rend bien dans le pit. Le public est tout acquis à la cause du parolier JAY GUERTCHAKOFF. Il faut expliquer que, même s’il est moins démonstratif que certains frontmen, il n’en est pas moins un excellent chanteur. J’adore le groove qui sort de sa voix rocailleuse.

RASH @ Radar festival 2018

Les riffs de JEROME PANIGONI et PASCAL TOSO à la guitare, sont hyper cools. La rythmique tenue par STEPHANE GAILLARD à la batterie et FRED GERNONIMO à la basse porte l’ensemble des autres musiciens. En bref, j’aime bien ce qu’ils font.

Tous les titres font mouche. « No Pain No Game », un nouveau titre, je crois, « Heavy Leaders » et son refrain qui te trotte dans la tête une fois qu’il est terminé, ou « The Last Ride » et son énorme solo de guitare. J’en aurais bien repris un peu mais ils doivent laisser la place aux autres groupes de ce soir. Ils finissent donc par « Dance to Death », un excellent morceau de leur dernier album en date.

Il est temps pour moi de passer au stand rafraîchissements… Ou pas, vu que je découvre que deux de mes copains de HEADLESS CROWN (Steph et Manu) sont là. Ils sont venus voir le groupe vedette de ce soir parce qu’il comporte en son sein le frère de leur nouveau batteur. Et nous voilà en pleine discussion sur leur prestation de la veille et sur leur future tournée dans les pays de l’Est. Mais ceci est une autre histoire.

RANDOM.PLAY @ Radar festival 2018

C’est au tour de RANDOM PLAY de monter sur les planches. L’an passé, je m’étais promis d’aller les revoir, étant donné que ce que j’en avais aperçu m’avait séduit. Je me place donc idéalement devant la scène, pour ne pas en rater une minute. Tiens, c’est bizarre, je ne reconnais pas la chanteuse. ISA est partie dans d’autres contrées et c’est JESS qui reprend le flambeau ? D’accord, je comprends mieux. Lol.

La première chose qui frappe par rapport à l’an passé, c’est le changement de look. JESS, la nouvelle frontwoman à un look dantesque, avec un petit côté gothique qui sert parfaitement la musique de RANDOM PLAY. Ce n’est pas Mr BONES, la mascotte du groupe, qui trône en laisse devant la batterie, qui dira le contraire ! Vous me direz aussi qu’il est compliqué pour un chien, d’autant plus squelettique, de parler.

L’attitude scénique de JESS est séductrice et sa bonne humeur fait plaisir à voir. C’est une sacrée chanteuse qui a une belle voix chaude et harmonieuse, ne partant pas dans le lyrique. Et c’est tant mieux pour moi, étant donné que je ne suis guère friand de ce genre de timbre haut perché.

Musicalement, RANDOM PLAY distille un rock puissant, original et mélodique. La section rythmique étonnante est toujours composée de DENIS, le frappeur déjanté, à la batterie et de BLAISE, aussi massif que le son qu’il tire de son instrument, à la basse. Les riffs c’est JEAN-LOUIS qui continue à s’en charger. En bref, rien de nouveau sous le soleil…  sauf la nouvelle chanteuse, évidemment.

RANDOM.PLAY @ Radar festival 2018

J’aime bien leurs compositions assez originales et sympathiques et leur univers intéressant. Le pied de micro de JESS (une épée avec un crâne à sa base) est super cool et donne un petit côté sombre au groupe. En plus, Mr BONES à un copain maintenant (même si ce n’est qu’une tête). Lol.

Le charisme de JESS remue encore une fois le Radar festival. Les spectateurs sont tout ouïes devant sa prestation. Les morceaux sont super bien faits et coulent de source. Le titre « Beer and Tears » fait plaisir aux leveurs de coudes et, pendant « Gone Wild », STEPHANE sort un os de mammouth et frappe ses fûts comme un damné, avant d’être rejoint par JESS qui s’y met aussi. C’est étonnant et marrant à la fois. Nous passons un super moment, avec un son toujours aux petits oignons. Les titres passent à une vitesse folle et le show s’achève sur le titre « One way to Hell ».

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

Bon, c’est bien beau tout ça, mais il faut faire place au groupe vedette de la soirée : SPIT RECKLESS. Comme je ne connais le groupe ni d’Eve, ni d’Adam, je me renseigne auprès de mes copains. Ils me disent que c’est un groupe de rock tout récent formé à Genève en 2015. Il paraîtrait que c’est l’un des nouveaux groupes suisses à suivre.

Tiens ? C’est bizarre. Le devant de la scène s’est rempli de copines, qui jusqu’à présent, étaient plutôt en retrait. Dès l’arrivée des musiciens, je comprends mieux. Ils sont jeunes (à part peut-être le bassiste) et beaux gosses !

Les premiers accords de « Easy come easy go » joués, je me rends compte que ce n’est pas ma came. Mais alors pas du tout. C’est tout ce que je n’aime pas dans le rock moderne… Et en même temps, en voyant le nombre de musiciens des groupes précédents devant les planches, je me dis que cela doit être pas mal.

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

Alors, je tends une oreille, puis l’autre. Et dès le troisième titre « Say », je ne peux plus me décrocher du devant de la scène ! Non pas que je ne puisse pas me retirer, mais il m’est impossible de résister à ces hits. Tous ces morceaux sont des tubes en puissance ! « Miracle » et son côté bluesy, les balades « Bloodstain » et « Cryin For The First Time » qui te prennent aux tripes, « You make me happy » l’incontournable hit qui ce soir va retourner la Villa, tous sont aussi excellents les uns que les autres !!

Du coup, je deviens complètement accro et, apparemment, je ne suis pas le seul ! Le nombre de spectateurs devant la scène a considérablement augmenté. Les fans sont aux taquets ! Ils reprennent en cœur tous les morceaux.

RUFIN, le second guitariste, est un riffeur de première et arpente la scène de long en large. La section rythmique n’est pas en reste, GIBS à la basse, et VG, le batteur, sont super carrés. Cela renforce la dynamique du groupe.

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

SPIT RECKLESS vient de sortir leur premier album “Heat Maker” cette année et ils n’en ont quasiment plus à vendre. C’est dire l’engouement de la Suisse envers ce jeune groupe ! La bonne humeur de WALL, le guitariste chanteur à la voix sensible et écorchée et celle de ses musiciens est telle qu’on ne peut qu’accrocher. Leur plaisir de parcourir la scène, de remuer le public totalement acquis à sa cause, voilà ce qui fait qu’un groupe, au-delà de sa musique, fédère un public.

WALL n’est pas seulement guitariste, il est aussi harmoniciste. Et lorsqu’il pose sa guitare, pour prendre le micro et se diriger vers le public. Les copines sont aux anges.

La musique de SPIT RECKLESS se définit par des chansons hyper efficaces aux refrains mémorables dès la première écoute. Ces mélodies ne vous quittent plus. Ces hits rentrent dans votre crâne et poussent vers la sortie tous ceux que vous connaissiez pour prendre leur place, c’est phénoménal ! Ce groupe casse tout simplement la baraque.
Le combo délivre des précieuses pépites et n’offre aucun répit à un public conquis.

Moi qui n’aimais pas trop le style au début, j’avoue m’être fait entraîné sans pouvoir m’en sortir. J’ai adoré ! C’est tellement bien fait que tous leurs morceaux feraient un carton sur les radios. Bon, évidemment, il ne faut pas rêver, c’est beaucoup trop hard pour lesdites radios !! Et un peut-être un peu trop pop pour les métalleux aussi, il faut bien l‘avouer. En bref, ils sont entre deux eaux puisque leur univers est orné de blues, de hard, de pop et de punk. Mais cette formation a un potentiel énorme et des atouts puissants.

Nous avons même droit à un inédit du nom de « Growin Up ». Ce titre, est un nouveau tube en puissance. Le son en jette toujours autant et les morceaux sont frappants de mélodie pour s’incruster au plus profond de notre cortex cérébral. « Rock’n’roller coster » et « Last Action Hero »,  sonnent le glas des spectateurs qui en veulent encore. Du coup, le groupe, histoire d’achever son public, reprend son hymne « You Make Me Happy ». La foule n’est plus en délire, elle est incontrôlable ! Les copines, et les copains, deviennent fous, voire hystériques ! On se croirait à un concert de K POP ! C’est de la folie !

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

Cette fois-ci, il est l’heure pour SPIT RECKLESS de rendre les armes. Mais pas sans un dernier morceau. Et c’est sur une cover de NEIL YOUNG, « Cryin in a free world », qui verra des membres de RANDOM PLAY investir la scène pour chanter le refrain en cœurs, que se termine ce set.

Lorsque le groupe termine son show, je regarde autour de moi et je contemple les bouches bées de mon entourage et du public. Tout le monde a l’air d’avoir été conquis par cet excellent groupe qui possède un sens de la mélodie impressionnant. Les musiciens ce soir, ont gagné leurs lettres de noblesse. Il est certain que nous en entendrons parler à l’avenir. Du coup, je n’ai qu’une hâte, retourner les voir en concert.

C’est donc sur ce super groupe qui a atomisé la Villa Tachinni, que se termine ce deuxième jour de festival. Vivement l’an prochain avec d’autres protagonistes !

SPIT RECKLESS @ Radar festival 2018

ENSIFERUM + ULTRA VOMIT + LES TAMBOURS DU BRONX : Live Report @ le Plane’R’Fest de Colombier-Saugnieu (69) – 07 juillet 2018

ENSIFERUM @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Je rêvais de dire ça un jour : « Ce soir, c’est destination Montcul ». Et, même si ce n’est pas le Montcul immortalisé par Pierre Bonte, ça le fait quand même ! Et qu’est-ce que je vais faire à Montcul (bon là, je vous promets, je n’en fais plus) ? Je vais au Plane ‘R’ Fest, qui se situe à Montcul, sur la commune de Colombier-Saugnieu, pas loin de l’aéroport de Saint-Exupéry, en fait.

Bon le Plane ‘R’ Fest je connais, j’ai fait la première édition, je sais où c’est. Nickel. René, tu ne vas pas me chambrer cette fois-ci ! Heu… je ne pensais vraiment pas me perdre à Montcul… Ce n’est pas de ma faute, l’emplacement du site à changé ! Si, si, René, je te jure !

Alors là le temps de tourner dans les champs, dans les prés et de trouver le parking, pour le premier groupe – vainqueur du tremplin – c’est mort. 

GOATFATHER @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Maintenant, le challenge, c’est de ne pas louper GOATFATHER. Mission accomplie ! Bon en fait, ils ont quand même un peu commencé, faut pas déconner. Mais l’important, c’est qu’ils n’aient pas fini ! Et même si j’arrive en plein milieu de leur show, je rentre directement dans leur univers : du stoner burné, j’adore ça ! Grosse rythmique, grosse voix, humm un régal pour moi.

En plus, je suis là pour le morceau dédicacé à TOF de CHEMICAL WEDDING. Un bel hommage qu’ils lui rendent. Séquence émotion.

Bon, pour ceux qui ne connaissent pas, les GOATFATHER, ça déménage sa grand-mère sérieux dans les champs. D’ailleurs, je suis sûr que c’est elle qui a piqué les panneaux d’indication pour accéder au fest !

Je suis désolé car évidement ça va faire un peu court mais bon dès que je peux, je vous fais un report complet, je vous le promets.

En tout cas, bon début de fest pour moi.

ZE GRAN ZEFT @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Allez, maintenant c’est au tour de ZE GRAN ZEFT un groupe que je ne connais ni d’Eve ni d’Adam, bref que je ne connais pas du tout. J’ai encore bien bossé mes fiches, moi ! Heu, déjà visuellement c’est étrange. Un look un peu à la SPARKS sans moustaches, habillés tout en blanc. Le batteur porte une casquette et des lunettes bizarres. Il me fait penser à un Muppet. Je ne sais pas pourquoi mais déjà je ne la sens pas forcément bien l’histoire.

Ils commencent à jouer. Et personnellement, je ne la sens pas forcément mieux, l’histoire. Comment dire ? Ce n’est pas que c’est mal fait mais on a affaire à un croisement entre les RATM et les RED HOT CHILI PEPPERS avec un couche de metal moderne et une voix parfois rapée.

Alors effectivement, il peut y avoir plusieurs angles de vue, totalement différents. Le premier, c’est de dire que c’est hyper original et adorer. Le second – et je suis plutôt là-dedans – c’est d’aller se réfugier très loin au bar. Ce qui est intéressant avec ce groupe, c’est qu’il ne laisse personne indifférent… même si du coup, ils vont laisser chacun sur ses positions.

LES TAMBOURS DU BRONX @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Allez, la case découverte est faite. Maintenant je me prépare pour les TAMBOURS DU BRONX. Non, je ne déconne absolument pas, les TAMBOURS DU BRONX, les mecs qui tapent sur des bidons ! On m’aurait dit à leurs débuts que je les verrais en live, je ne l’aurai pas cru. Mais là, ils sont en formation métal avec le renfort de mecs de LOFOFORA, de FLAYED et du cogneur en chef, maître de la foudre, le bien-nommé FRANKIE COSTANZA. Enfin un groupe dans lequel il joue et où je vais pouvoir rester jusqu’au bout, lol !!

Bon, je suis prêt et si eux ils ont changé et que moi j’ai changé… Stop, on n’est pas dans Rocky ! On se concentre Même s’il fait très  chaud !

Tiens, les organisateurs montent sur scène. Pas sûr que ce soit pour nous annoncer qu’on va avoir METALLICA en plus, moi… Et malheureusement, c’est gagné. ENSIFERUM ne pourra pas jouer ce soir, leurs bagages étant en train de visiter l’Allemagne sans eux. Le problème, c’est qu’il y a dedans du matériel important pour le show. Petite compensation, ils viendront après le show des TAMBOURS DU BRONX faire une dédicace. La seule bonne nouvelle, c’est qu’on va se coucher moins tard.

Allez, c’est parti. LES TAMBOURS DU BRONX montent sur scène et là, visuellement, eh ben ça le fait. Ils ont des vraies têtes, un clavier masqué et notre FRANKIE national. Et là, ça part vraiment très fort ! Franchement, je suis impressionné. Ca le fait grave ! L’ensemble dégage une puissance incroyable et en plus ça donne un sentiment de festif. C’est bizarre, voire étrange comme sentiment, mais en tout cas, là aussi ça déboîte sa grand-mère tout au fond du trou… de Montc… Noooon !!!!!

Alors là, je ne vous explique pas, les petits sauvageons vont se faire plaisir. Ca remue sec sur le terrain. On a même un wall of death !!

C’est clair que je n’avais pas pensé que j’apprécierai autant, moi ! Je n’irai peut-être pas acheter l’album mais en tout cas, en live, c’est très recommandable. Je ne m’enfuis même pas, je profite carrément du spectacle.

Comme je l’ai déjà dit, l’ensemble est très visuel et les musiciens outre d’avoir de vraies têtes sont très expressifs. Ils ont une façon de taper sur leurs fûts qui est vraiment impressionnante.

Allez, c’est fait. J’ai vu LES TAMBOURS en live et j’en suis content.

Du coup, j’ai le temps de me ravitailler car la pause va être assez longue, vu que c’est le dernier concert de la soirée. Il va y avoir un changement de plateau assez long.

ULTRA VOMIT @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Ah, les gentils organisateurs reviennent sur scène ! J’espere que cette fois-ci ce n’est  pas ULTRA VOMIT qui annule ! Là, je vais faire la gueule. Eh non, ils viennent au contraire nous annoncer une bonne nouvelle : ENSIFERUM a décidé de jouer quand même…  même si du coup, ils vont nous le faire en acoustique. Heu… j’analyse deux secondes l’info… Ils vont nous faire un concert folk métal acoustique ? Je ne vais pas le dire trop fort mais je suis sûr que je vais préférer à une version électrique, moi ! Bon, du coup on est reparti pour se coucher très tard ! Même pas grave, quand on aime, on ne compte pas.

Pendant ce temps-là, les roads sont en train de tester le matos d’ULTRA VOMIT avec leurs belles casquettes et leurs sweats noirs. Ca c’est pour les non-initiés car nous on sait que le show a déjà commencé. Eh oui, ce sont les ULTRA VOMIT qui font les clowns et testent eux-même leur matos !

Allez, ils repartent. L’écran balance un visuel identique à un cartoon de Warner Bross mais qui représentent tous les membres du groupe avec leurs surnoms. Les licornes, les gros pandas peuvent sortir, le cartoon va commencer ! Eh oui, ULTRA VOMIT c’est bien plus qu’un simple concert, c’est vraiment un cartoon 3D en réel qui met pleinement en valeur leurs morceaux carrément délirants. Alors on aime ou on n’aime pas mais c’est clair que vue la réaction du public, ça fonctionne grave ! Comme d’hab’.

En plus, les morceaux du groupe se prêtent merveilleusement bien au lieu. MANAR et les siens vont bien-sûr user et abuser de Montcul et en profitent pour le placer à toutes les sauces. En même temps, difficile de résister à demander : « Comment ça va, Montcul ? » !!! Et un « Pipi versus caca » en wall of death comme délire, à Montcul on ne pouvait pas trouver mieux.

ULTRA VOMIT @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Comme d’habitude, le public présent en très grand nombre entre à la perfection dans leur délire. ULTRA VOMIT, c’est une immense récréation pour les fans de métal qui ont toujours leurs âmes d’enfants. Les grincheux qui trouvent que c’est vraiment n’importe quoi, l’autoroute est au fond de … Montcul, bien sur !

Bref, le groupe est vraiment en grande forme. Le show est encore plus rôdé mais il laisse toujours une part à l’impro du moment. Moi je suis fan, c’est clair et perso, je suis mega content qu ils remplissent encore une fois l’Olympia plusieurs mois à l’avance (ça c’est encore pour le banc des grincheux).

Bon allez, encore une tarte énorme par Nicolas « Fetus », Emmanuel « Manard », Fabien « Flockos » et Matthieu !

ENSIFERUM @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Maintenant, c’est l’heure de la dernière pause de la soirée. L’attente ne va pas être tellement longue, le temps de sortir les tabourets, lol !

Allez, c’est parti pour ENSIFERUM en acoustique. J’en étais sûr, ça me plait vraiment, l’histoire ! C’est festif et super cool ! En plus, ils sont heureux comme des gamins. Ils nous expliquent qu’ils n’ont jamais fait ça ailleurs qu’en Finlande mais qu’ils sont là parce qu’ils aiment la musique et que jamais à ce jour ils n’ont annulé un concert.

Du coup, ça donne une intensité énorme au concert. L’ensemble du public encore présent en très grand nombre malgré l’heure tardive comprend qu’on est en train de vivre un moment qui ne se reproduira pas forcément. Et quitte à me répéter, c’est mega bon leur truc ! Là, on sent vraiment le folk metal festif. Je ne regrette absolument pas d’être là.

ENSIFERUM en acoustique c’est génial ! L’acoustique, est un exercice qui ne cache pas les défauts et là, eh ben on s’aperçoit que ça joue vraiment ! Le public participe, il est heureux.

ENSIFERUM @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

Une fin de fest superbe pour cette édition 2018 du Plane ‘R’ Fest !

Le temps de dire au revoir aux copains et je m’en vais, en jurant bien que l’année prochaine je jetterai un coup d’oeil avide à la programmation du festival de Montcul !

Un grand merci aux organisateurs et vivement le prochain Plane ‘R’Fest !

ENSIFERUM @ PLANE’R’FEST in Montcul 2018

TRANSPORT LEAGUE + CLOUDFALLS : Live Report @ le Rock’n’Eat Live de Lyon – 06 mai 2018

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Quand j’ai vu que les suédois de TRANSPORT LEAGUE, groupe de stoner doom, passaient à Lyon, j’étais déjà aux taquets Mais quand en plus, je me suis aperçu que c’était CLOUDFALLS, un groupe lyonnais que je veux découvrir, qui ouvrait, j’étais déjà parti, garé et devant la scène pour ne pas louper le début du set !

Et c’est parti pour du… heu… on va dire du metal moderne ou plutôt metal alternatif avec voix claire. Il y a plein d’influences dans leur musique, NICKELBACK entre autres, influences qu’ils ont bien mélangées. Il en ressort des compos agréables à écouter. La voix de THEO est pile poil nickel pour le style.

CLOUDFALLS @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Je passe un petit moment à comprendre le sens des différents panneaux placés derrière chaque musicien. Ce sont des symboles stylisés et chaque musicien en a un rappel inversé (ou un truc de ce genre) sur son T-shirt. C’est très conceptuel mais c’est rigolo, ça fait un peu ambiance Power Rangers : Force Rouge ! Force Bleue !!! Lol. 

En tout cas, ils sont plutôt pas mal à l’aise sur scène et ils ont l’air de s’éclater, contents d’être là et de jouer. Le guitariste blessé est obligé de jouer assis mais le bassiste, lui, s’en donne à coeur joie. Il chante aussi sur quelques morceaux et sa voix heavy à souhait rehausse bien les compos.

C’est fun, bien fait, c’est frais. Parfait pour commencer un concert. Un petit groupe à suivre.

Bon, une petite pause sandwich au poulet du Rock’n’Eat (une tuerie !) et c’est reparti.

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Là, changement d’ambiance. Les suédois montent sur scène et quelque chose change dans l’air, l’ambiance devient plus pesante, il y a comme une odeur de soufre pour célébrer l’arrivée de TRANSPORT LEAGUE et de leurs morceaux très « Satan est notre copain ».

Ils nous balancent d’entrée de jeu leur doom renforcé au stoner. Woauh ! Ca bastonne sa mère-grand dans la cave !! Ces mecs ne sont pas là pour manger des bugnes mais pour les distribuer ! Gros riffs, voix passée au Jack. Tu as les cheveux qui bougent tous seuls mais ça passe d’abord par tes pieds. Ca monte, les vibrations t’envahissent jusqu’aux oreilles. La transe peut commencer.

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Les musicos sont à donf dans leur musique, leur univers… Limite de me foutre la trouille ! Et putain, je dois être maso mais j’aime ça ! Au moins, ils ne font pas semblant !

En plus, ça joue grave et comme il y a du stoner dans leur doom, ce n’est pas monotone du tout. Leur set list très variée pioche dans leurs différents albums et ça donne une variété musicale… enfin, dans le style, of course !

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Bon, la grand-mère n’a pas survécu mais moi je suis aux anges, même si là on est dans le côté obscur de la force. Whaou, je vais mettre un peu de temps à redescendre dans le monde réel, moi ! Heureux de les avoir vus en live car, si en CD c’est bon, en live c’est une tuerie !

Incroyable que les fans de CLUTCH et de SAINT-VICTUS ne soient pas venus car c’était un concert à ne pas louper !

Allez, le temps de papoter des prochaines affiches avec Mike et Pedro et je quitte le Rock’n’Eat Live heureux. Bizarre, j’ai la désagréable sensation qu’on me guette… Je ne suis peut-être pas encore bien redescendu, moi ! Le doom est une drogue vachement puissante !!Heureusement, Saint-Christophe veille sur moi dans la voiture, lol !!!!

TRANSPORT LEAGUE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

SLEEKSTAIN + STIFF NECK : Live Report @ La Fabrique d’Amancy (74) – 18 novembre 2017

SLEEKSTAIN

Report by SEB 747

Mauvaise nouvelle : sur les réseaux sociaux, on annonce la mort de MALCOLM YOUNG. Peu de temps après son frère, voilà qu’il nous quitte lui aussi. Alors, quoi de mieux que faire un concert pour oublier sa peine ?

Ce soir à la Microbrasserie d’Amancy, il y a SLEEKSTAIN qui passe avec STIFF NECK ! Alors je fais le plein mon char et je prends la direction la vallée de l’Arve, en écoutant du AC/DC à fond les manettes. Comme je connais bien la salle pour y avoir mis les pieds plusieurs fois, je connais le chemin et en plus, il y a un grand parking pour se garer. C’est trop bien !

Heu, c’est bizarre, il y a plein de places. Ben ça alors ! Je rentre dans la salle et il n’y a pratiquement personne. Je suis super en avance, les musiciens n’ont pas encore fini de manger. Après DUEL, lundi dernier, ça devient une habitude maintenant. Lol. Du coup, je m’installe tranquillement sur l’un des nombreux canapés pour boire un coup. Au fur et à mesure, je me rassure en voyant la micro brasserie se remplir petit à petit.

STIFF NECK

Il ne faudrait pas que je commence à m’endormir parce-que le premier groupe est annoncé pour 20h. Sauf qu’il est déjà 21h30 quand STIFF NECK s’installe sur scène. C’est pire que le quart d’heure savoyard ça ! Mdr. Bon, en tant que savoyard, je suis habitué et puis ça permet de prendre du temps pour discuter avec les copains et les copines.

Enfin, STIFF NECK attaque. STIFF NECK, c‘est un groupe de party punk rock haut-savoyard de La Roche sur Foron. Les premières notes sont sympas, mais malheureusement, je me rends vite compte que ce n’est pas ma came. Leurs influences se retrouvent chez GREEN DAY, BLINK 182 et consorts. Leurs compos sont cool et les reprises aussi, mais je ne suis pas fan de leur style de musique. Je dois bien être le seul, vu le nombre de spectateurs qui se pressent devant la scène !

Au bout d’une bonne heure et demie et une dernière reprise de « Pipi vs caca » d’ULTRA VOMIT, le groupe quitte la scène. 

SLEEKSTAIN

C’est maintenant au tour des SLEEKSTAIN d’investir la scène. Je me rue sur le devant afin de ne rien rater, comme d’habitude. Je les avais quittés en février dernier au même endroit où leur prestation m’avait, comme d’habitude aussi, laissé sur le cul.

Comme par hasard, voilà que le front est envahi par les copines. Est-ce dû au charme des musiciens ou à leur musique ? Tel Sherlock Holmes, il va falloir que j’éclaircisse ce mystère. Lol. En tout cas, se faire une place devant le groupe devient de plus en plus compliqué au fur et à mesure des années. Leur popularité, n’ayant pas fini de grandir à mon humble avis.

SLEEKSTAIN

Les premières notes de « My Friend Jack » démarrent sur un CHARLY survolté. Il n’en faut pas plus pour que la microfabrique s’enflamme. Le public est survolté. Les pogos sont de sorties et donc il vaut mieux se déplacer sur le côté afin de ne pas se faire embarquer sur un truc qu’on ne maîtrise plus. On n’a pas tous les jours vingt ans comme le dit si bien la chanson.

VANS à toujours cette frappe si particulière et DEG fait vrombir sa basse sous les riffs que BENJI décoche. Tout est excellent. On s’éclate sur les morceaux devenus classiques. « Dead Til U Live », « Call me God » ou bien évidemment « Hard Rain ».

Le groupe se donne à fond et nous sort des inédits. C’est le morceau « Dickhead » qui résonne dans la microbrasserie. Ce titre risque fort, lui aussi, de devenir un incontournable en concert. La guitare se fait cinglante et les riffs de plus en plus mordants. BENJI a pris sa place et cela se remarque. Il se frotte au public, prend le devant de la scène sans compter. CHARLY se donne toujours entièrement et va pogoter, comme souvent, avec ses fans.

SLEEKSTAIN

Les divers covers, au nombre de trois ou quatre ce soir, sont joués à la sauce SLEEKSTAIN, bien sûr. Perso, j’aurais préféré qu’ils nous fassent plus de morceaux de leur répertoire, mais on ne peut pas tout avoir. Le groupe joue en harmonie et cela s’entend. Il fait même preuve d’une mélodie que je pensais perdue à jamais.

Ah, voilà que CHARLY se fait enlever par des fans pour aller faire du crowdsurfing. Il est mort de rire. Mais cela ne l’empêche pas de chanter comme un damné dans son micro. Il n’a rien perdu de son charisme.

Impressionnant de voir à quel point les musicos ont grandi ! Jusqu’à devenir aujourd’hui une véritable machine de guerre scénique. CHARLY jouant avec son pied de micro, parcoure la scène de long en large tandis que DEG fait les chœurs et a un jeu de basse toujours impressionnant. VANS m’impressionne par ses frappes rapides et intenses. BENJI lui, c’est avec ses solos qui font mal.

Nous passons d’agréables moments. Les refrains sont repris en chœurs par les spectateurs qui ne se tiennent plus. Filles comme garçons se lancent dans des pogos qui font s’écarter les derniers die hard de devant de la scène.

Comme on ne rassasie pas un chameau en le nourrissant à la petite cuillère, SLEEKSTAIN finit son show en rendant hommage au regretté guitariste en interprétant un « Whole Lotta Rosie » du feu de Dieu. CHARLY en profite encore pour aller surfer sur le public qui le promène de long en large de la salle. Tout simplement excellent.

« Nous sommes SLEEKSTAIN, et nous faisons du ROCK ‘N’ ROLL ! du ROCK ‘N’ ROLL ! Merci, bonsoir ! ».

Une bien belle soirée que ce concert où SLEEKSTAIN a encore mis le feu !