Tagged: HIGHWAY

HIGHWAY + ANIMALIZE + VALLIS CLAUSA : Live Report @ Show Case Recording de Pérols (34) – 17 février 2022

Highway @ Show Case recording – Pérols

Live Report by Ti-Rickou

Dans le monde d’aujourd’hui, arriver à trouver des concerts qui vous intéressent et qui ne sont pas annulés relève du tour de force. J’avais dans mon collimateur la date du 18 février au Rock‘n’Eat Live de Lyon avec HIGHWAY, ANIMALIZE et OVERDRIVERS. Une date s’est ensuite rajoutée à coté de Montpellier dans une salle que je ne connais pas mais sans OVERDRIVERS. Choix cornélien ! Finalement, quand OVERDRIVERS s’est désisté de l’affiche lyonnaise, l’idée d’aller faire un concert au bord de la mer est devenue encore plus alléchante. Et puis, il faut bien que j’explore mon nouveau territoire !!

Plus rapide que d’aller au Rock’n’Eat ! J’arrive sans encombres ou presque (qui connait Montpellier me comprendra, lol !) à quelques minutes de la salle. J’ai le temps de manger le plat local, c’est-à-dire une pizza. Je ne savais pas si la salle proposait de quoi manger, maintenant, je sais : il y a un food truck avec des burgers maison qui ont l’air drôlement sympas. Bon à savoir pour la prochaine fois.

Contrairement au Secret Place, le Show Case Recording est facile à trouver et comble de bonheur, il y a un bon parking devant. C’est une salle récente d’une capacité de 200 personnes. D’entrée de jeu, c’est une salle où tu te sens bien. Après, reste à voir si le son et les lights vont être à la hauteur. Mais bon, j’ai quand même une très bonne première impression.

Le truc quand tu changes de terrain de jeu, c’est que tu te retrouves en terrain inconnu sans tes copains. Comme dirait ma fille : « Papa, tu connais personne ! ». Pas faux mais pas forcément vrai, hi, hi. Déjà je connais le chanteur et le guitariste d’ANIMALIZE ainsi que les membres d’HIGHWAY. Le seul groupe que je ne connais pas ce soir, c’est VALLIS CLAUSA, le groupe qui ouvre la soirée…. Sauf que le bassiste et moi on s’est déjà rencontrés… au Pyrenean Warriors Open Air en septembre dernier. Eh oui, on est partout ! Du coup, j’espère encore plus que ça va me plaire sinon je suis dans la daube.

Vallis Clausa @ Show Case Recording – Pérols

Je vais être fixé très vite, les hostilités commencent ! Déjà, VALLIS CLAUSA est un power trio. Ils jouent plutôt un hard-rock 70, limite doom stoner. Vous vous doutez bien que je suis client. En plus, visuellement, ça le fait et musicalement eh ben c’est très bon. J’en connais même qui ne sont pas forcément aficionados du style et qui apprécient – et en soit, c’est déjà un exploit !

Mais bon, il y a de quoi apprécier : les morceaux sont très bons et, même si le groupe n’a pas trop joué en live, ça ne se voit pas. La soirée commence vraiment très fort car on se prend une bonne baffe de bienvenue.

Le temps est passé mega vite. J’ai été étonné quand ils ont dit que c’était le dernier morceau. Dommage qu’ils n’aient pas encore sorti de CD (ce qui va être réparé très vite). En tout cas, très bonne découverte pour ma part et je les reverrai avec plaisir en mars en première partie de TENTATION à Lyon. Un groupe à suivre.

En ce qui concerne la question que je me posais sur le son, il est juste  parfait et les lights sont très beaux. Je sens que je vais venir souvent ici !

Animalize @ Show Case Recording – Pérols

Bon allez, le temps de s’hydrater et c’est au tour d’ANIMALIZE de monter sur scène. Heu… ils ont tellement changé que maintenant ils sont 4. Il y a un deuxième guitariste. Non chérie, ce n’est pas un mini STEVE VAI !! Pour ma part, il me rappelle plutôt le guitariste de SORTILEGE. En tout cas, d’entrée de jeu, visuellement, ça le fait grave car les deux guitaristes et le bassiste chanteur ont le look parfait du petit hardos des années 80. J’ai même entendu certains qui disaient que ça leur faisait penser à SATAN JOKERS. Moi, il faudrait juste que je demande au guitariste qui porte le T-shirt avec le drapeau japonais où il a réussi à l’avoir parce que moi, ça fait des lustres que j’en cherche un !

En tout cas, ça matche grave… et pas que visuellement ! Musicalement, le second guitariste apporte un vrai peps en plus. J’ose à peine vous dire que c’est leur premier concert ensemble car c’est une putain de tuerie !! Les morceaux tapent fort et ANIMALIZE a réellement gravi un échelon. La salle est en délire surtout quand le bassiste fait tomber le T-Shirt pour ne garder qu’une sorte de harnais à la LIPS (bassiste d’ANVIL).

Pour ceux qui pensent que ça fait cliché, je répondrai juste : je m’en tamponne le coquillard. C’est frais, c’est pêchu et ça fait un putain de bien !  Et ce n’est pas le public présent ce soir qui dira le contraire, surtout les filles présentes en grand nombre. On va avoir droit aux morceaux de leur EP plus à d’autres titres que je ne connaissais pas. En tout cas, leur prestation s’achève en laissant le public tout feu tout flammes.

ANIMALIZE confirme là tout le bien que je pensais d’eux et même plus. Ce groupe a sans conteste un énorme potentiel.

Highway @ Show Case Recording – Pérols

Je ne connaitrais pas HIGHWAY, et je ne saurais pas que ce sont les locaux de l’étape, j’aurais dit qu’ils vont avoir du boulot en passant après ANIMALIZE. Mais bon, il ne faut pas déconner, c’est HIGHWAY !! En plus, c’est la première fois que je les vois jouer à domicile.

Quand ils montent sur scène, il y a encore plus de personnes dans la salle. Tout est prêt pour faire un putain de concert. Et c’est parti ! Même si eux ils œuvrent plus dans un style hard-rock à la « AC/DC est mon copain », l’entame donne le ton : les HIGHWAY sont en mode « les freins, c’est pour les lâches » ! Et comme une grande partie de la salle connait les paroles de leurs chansons, ça tape encore fort. Alors c’est vrai que je ne suis absolument pas objectif. J’adore leurs morceaux, la voix du chanteur, bref, je suis un peu fan quand même.

Je suis super content car on va avoir droit ce soir à des morceaux de leurs futurs deux nouveaux albums. Non, je ne déconne pas, ils vont nous sortir un album acoustique et un album électrique, oui, oui, oui ! Et au vu de ce quoi on a droit ce soir, je suis vraiment impatient. On a de grands moments avec de l’électrique qui ressemble à un acoustique et qui a des faux-airs d’un T-REX moderne, un morceau en partie a capella, sans oublier de nous réveiller par un brûlot qui nous met en headbanguing automatique.

Quelle soirée, je vous dis, quelle soirée ! Je suis donc un peu dépité quand ils nous annoncent que c’est leur dernier morceau mais je suis quand même heureux car c’est mon morceau préféré : « Brootherhood », un véritable hymne où on reprend le refrain à tue-tête avec eux. De toute façon, on n’a pas le choix vu que le chanteur a fait éclairer la salle pour voir ceux qui jouaient le jeu ou pas !

      

Allez, c’est fini… ou pas car ils appellent sur scène les deux premiers groupes pour venir faire un bœuf. Et c’est tout ANIMALIZE sauf le batteur qui les rejoint sur scène pour une reprise. Et comme dirait ma femme : avec les milliers de groupes et de morceaux qui ont fait un carton dans notre style musical, c’est toujours sur du AC/DC ou du MOTORHEAD que les groupes font les bœufs ! C’est normal chérie, tous les musiciens connaissent ces morceaux, c’est plus pratique.

Et c’est du pur délire ! Ils s’éclatent. Ils s’éclatent même tellement que c’est à deux morceaux d’AC/DC qu’on va avoir droit : « Whole Lotta Rosie » et « Let there be rock ».

Allez, cerise sur le cake, ils font se rapprocher le public pour la photo finish.

Là, sniff, c’est vraiment fini. Ou pas car j’ai encore une interview programmée par Rock City Agency pour HIGHWAY. Si vous êtes gentils, je la posterai bientôt ! Juste, ne pas oublier qu’elle a été faite après minuit, lol !

PS : Long Live rock’n’roll les copains, c’était trop bon !!!!!!!!!!

HIGHWAY @ Le Moulin Rouge de Genève

Report by Seb 747

Ce soir, comme les enfants, je fais ma rentrée. Mais, celle-ci, n’est pas scolaire (quoique) mais de concerts ! Hier, mon ami Steve*74, est venu me rendre visite et m’a demandé si ça me brancherait de faire un concert le lendemain Je me suis rappelé qu’un copain m’avait donné la date mais que je l‘avais oubliée. J’avoue que je ne connais aucun des groupes – si ce n’est de nom – et je me dis que ça me fera une belle découverte… d’autant plus que pour un barbecue ce soir, c’est un peu râpé, étant donné que la pluie tombe depuis ce matin et qu’elle a sérieusement rafraîchi l’atmosphère !

Nous prenons donc la direction de Genève pour aller au Moulin Rouge. Oui, je sais qu’il y en a un à Paris, mais je vous assure qu’il y en a bien un dans Genève ! Situé dans le quartier de Plainpalais, ce n’est pas du tout le petit-frère du cabaret parisien. Même s’il est lui aussi centenaire ! La programmation offre des concerts, des chorégraphies burlesques, des spectacles inspirés de la magie du cirque ou encore des danses en tous genres. Pour nous ce soir, ce sera concert, évidemment.

HIGHWAY @ Le Moulin Rouge de Genève

Comme c’est la première fois que nous allons assister à un show dans ce lieu mythique, nous partons relativement tôt afin de ne pas avoir à marcher des kilomètres à pieds. Il faut bien que je ménage Steve, lol !!

Arrivés sur place, je remarque une simple façade d’immeuble où une enseigne annonce « Night-Club Moulin Rouge Dancing » avec, je vous le donne en mille, un moulin rouge. Nous ne pouvons pas nous tromper. Et qui je croise devant la salle ? Le fameux pote qui m’avait annoncé le concert quelques jours avant. Pour une surprise, c’est une surprise !

Aussi humble soit-t-il, le Moulin Rouge est tout de même bien vaste. Une fois entré, nous remarquons que la scène est tout simplement un cercle, avec des fauteuils tout autour. Si nous en doutions, cette fois-ci, nous sommes certains d’être dans un night-club. Et ce n’est pas la charmante tenue de la serveuse qui nous fera dire le contraire !

HIGHWAY @ Le Moulin Rouge de Genève

Passons-là les formalités d’usage et revenons au concert. Étant donné que les CA VA CHIER sont assez connus en Romandie, ce sont les sétois de HIGHWAY qui commencent les hostilités. Venus présenter à nos copains suisses “IV”, leur dernier album explosif sorti l’an passé, ils ont posé leurs flightcases au Moulin Rouge de Genève. Après un show à Narbonne le 23 août dernier en première partie de NASHVILLE PUSSY, ils ont repris la route en début de mois, pour jouer tous les soirs, dans différentes salles de France et de Navarre… et de Suisse !

BEN CHAMBERT le guitariste, ROMAIN CHAMBERT le batteur et SAM MARSHAL à la basse, accompagnent BENJAMIN FOLCH la figure de proue du groupe, chanteur de son état.

HIGHWAY @ Le Moulin Rouge de Genève

Après une petite intro, “Pole Dancing Song”, les musiciens arrivent sur le plancher des vaches et nous démontrent, s’il en est, qu’ils ne sont pas là pour plaisanter. Les hostilités débutent avec “I Like It” extrait de leur album “United States Of Rock ‘n’Roll”. Le groupe se sent vraiment dans son élément et prend son pied. BENJAMIN est un véritable frontman et ne tient pas en place. Il prend la pause pour les photographes et séduit le public présent – certes peu nombreux, mais composé de fans avant tout.

Tout de suite, nous rentrons dans le jeu des sétois et hochons la tête en cadence sur ce hard-rock‘n’roll hyper entraînant. C’est génial ! La motivation des musiciens venus nous offrir un vrai show est palpable. Les spectateurs en prennent – comme nous – plein les oreilles… et les yeux sur cette scène ronde qui permet de voir tous les musicos d’un seul coup d’œil. Face à nous se tient un groupe carré au possible.

HIGHWAY @ Le Moulin Rouge de Genève

Nous passons un excellent moment en compagnie de ces compositions léchées et modernes. Les musiciens ne tiennent pas en place et font le show. Comme le disait Aristote « Il n’y a point de génie sans un grain de folie », et BEN, le guitariste nous en fait voir de toutes les couleurs. Il se frotte régulièrement à son vocaliste, glisse entre ses jambes et part au-devant de la scène affronter les fans présents. Il saute de l’estrade de la batterie, se déplace à droite, puis virevolte à gauche, histoire que tout le monde le voit. En bref, il a la bougeotte.

Son copain chanteur, lui, nous enchante avec sa voix rocailleuse et mélodique qui rappelle par moments les chanteurs australiens.

HIGHWAY @ Le Moulin Rouge de Genève

C’est à une prestation très rock ‘n’roll, chaleureuse et sympathique à laquelle nous sommes soumis. Les morceaux de HIGHWAY vous rentrent dans la tête pour ne plus en sortir. Quel sens de la mélodie ! Le groupe nous assène des titres aux refrains imparables.

“Leave me Alone” obtient la palme du dressage de poils pour Steve* 74. Moi, je lui préfère le titre “Brotherhood”. Est-ce parce qu’il parle de fraternité dans le rock ? Il y a de fortes chances mais c’est un sacré morceau qui m’a remué les tripes. 

C’est d’ailleurs sur ce dernier titre que les HIGHWAY nous quittent, laissant la place aux vétérans de CA VA CHIER.

CA VA CHIER @ Le Moulin Rouge de Genève

Comme son nom l’indique, CA VA CHIER… c’est très simple. Ce sont des covers de rock plutôt hard, un look inhabituel (slips kangourous à bretelles), cinq musiciens qui ne se prennent absolument pas aux sérieux, le tout mélangé et bien secoué sur une scène, donnant un mélange des plus volcaniques. Le groupe existe depuis 1989, ses membres ont tous œuvré dans des formations telles que SIDEBURN, RATTLESNAKE, etc.

Les membres du groupe disent avoir fait un concert à Berlin le 11 novembre 1989 et que le mur s’est écroulé après à un solo trop tapageur, c’est vous dire si ça envoie du bois ! Mais c’est un groupe de reprise et la politique du webzine étant ce qu’elle est, je ne développerai pas plus. 

En tout cas, nous avons passé un sacré moment avec ces musiciens complètement déjantés. Dommage qu’ils ne composent pas, ça devrait donner !

Un grand merci à HIGHWAY pour ce concert mémorable et aux CA VA CHIER pour nous avoir remémoré notre adolescence boutonneuse.

 

CA VA CHIER @ Le Moulin Rouge de Genève

HIGHWAY 3

..

Ils étaient au Rising Fest de Dijon. Moi aussi.

Ils étaient à la cabane à frites. Moi aussi !

Ils étaient dans les rues de Dijon. Moi aussiiiii !!

Bon du coup, pour éviter que je ne les poursuive à Sète, ils m’ont accordé, devinez quoi ? Une in-ter-view !!!!!  

Merci HIGHWAY !!!!!!

imagesBon allez, direction Dijon. Heu oui, c’est un petit peu en dehors de mon terrain de jeux, mais je m’en tamponne : le Rising Fest, je ne le loupe pas, na ! En plus, la soirée du vendredi est un spécial groupes français et ça se passe à la Petite Vapeur.

Et moi, je l’aime tellement ce fest que je suis en avance ! Et oui, je ne vais pas louper le premier groupe, bande de mauvaises langues !! J’ai même le temps de prendre mon bracelet pass deux jours et de papoter avec des malheureux imprudents qui n’avaient pas de place pour ce soir. Je dis “malheureux imprudents” car ce soir, c’est sold out. Mauvaise nouvelle pour les retardataires mais bonne nouvelle pour les organisateurs et pour les groupes ! Moi, j’aurai bien revendu la place de ma femme le double du prix mais elle n’a pas voulu. La harpie, elle peut être hargneuse !

ELECTRIC SHOCK 5

ELECTRIC SHOCK

En parlant de groupe, je rentre dans la salle pour l’arrivée sur scène des grenoblois d’ELECTRIC SHOCK que je voulais absolument voir en live tellement leur EP m’avait enthousiasmé. 

Et putain ! j’avais bien raison. Le fest débute bien car ELECTRIC SHOCK, ça joue. On est dans du hard-heavy à l’ancienne avec un putain de chanteur à la voix puissante et mélodique et des musicos qui jouent grave, trop heureux de jouer dans un fest où la plupart des spectateurs ont eux-aussi des vestes à patch, des cartouchières et des clous. En plus, ce n’est pas souvent qu’on voit une fille en lead guitar et elle ne laisse pas sa part aux chiens !

ELECTRIC SHOCK 2

ELECTRIC SHOCK

Les morceaux du EP tapent vraiment en live. Le public ne s’y trompe pas et ne veut pas les laisser partir de scène ! Ils vont donc être obligés de nous faire deux covers à la fin de leur set list, dont un de MANOWAR – à la grande joie de la présidente de la Phoenix Rising Asso, grande fan de ce groupe.

Très bonne entrée en matière. En plus, le son est bon ; c’est de bonne augure pour la suite.

Allez, petit tour en extérieur pour dire bonjour au camion de nourriture et goûter un sandwich dijonnais au pâté de tête et à la confiture d’oignons. Pour ceux qui ne connaissent pas, dommage, c’est une pure tuerie !

EXISTANCE 2

EXISTANCE

Requinqué et réhydraté, je retourne dans la salle pour ne surtout pas louper EXISTANCE. Et boum ! Comme aux Poul’Hard de Bresse il y a quinze jours, je prends une claque d’entrée de jeu.

Malgré une scène plus petite, EXISTANCE fait le show et au Rising, le style NWOBHM, on aime ! Des musicos qui jouent comme ça, forcément ça fait réagir la Petite Vapeur qui monte en puissance.

EXISTANCE 6

EXISTANCE

Quitte à me répéter, leurs morceaux sont particulièrement efficaces et les garçons sont à donf. J’ai les mêmes impressions que la dernière fois : ils sont vraiment en place et savent déjà tenir une scène. Leurs morceaux sont taillés pour le live et bien sûr, c’est trop trop court.

Bon ça y est, c’est fini. Tout le monde a pris une grosse tarte… Et mes copines du premier rang n’ont pas eu à me le confirmer : elles m’ont vrillé les oreilles pendant le show ! Merci les gars, grâce à vous je suis à moitié sourd maintenant !

HIGHWAY 2

HIGHWAY

Je profite de la pause pour aller faire une petite interview d’ELECTRIC SHOCK.. Bon rapide l’interview car HIGHWAY monte déjà sur scène.

Heu, avec la baffe que je viens de prendre, je vais mettre un peu de temps à rentrer dans leur univers hard-rock classique mais les HIGHWAY savent jouer. Leurs morceaux sont bien puissants et les refrains rentrent bien en tête.Tout ça est bigrement efficace ! En plus, eux aussi sont à l’aise sur une scène et visiblement heureux d’être là donc évidement la salle rentre à fond dans leur concert.

HIGHWAY est en train de faire un carton ! La Vapeur les a adoptés. A la fin de leur show, je sais qu’ils vont repartir plus légers : leurs CD se vendent très   bien !

HIGHWAY 1

HIGHWAY

On va avoir une pause un petit peu plus longue car pour le dernier groupe, il y a un changement total de plateau.

Ca me donne le temps de papoter avec les potes. Et des potes il y en a pas mal. Ils sont venus d’un peu partout : Grenoble, Chambéry, Bourg-en-Bresse, Chalon, Besançon car il faut dire que le Rising Fest devient une institution. C’est vrai ça, y’a même France 3 qui vient nous filmer ! Bon, faut pas non plus que ça grandisse de trop parce qu’après on sera obligés de regarder les concerts sur des écrans géants !

Aller un petit tour en loges pour une interview d’EXISTANCE que je n’avais pas eu le temps de faire il y a quinze jours.

VULCAIN 1

VULCAIN

Réhydratation et prêt pour accueillir le Dieu de la Foudre : VULCAIN ! 

Dire qu’ils étaient attendus est un euphémisme : VULCAIN à Dijon, on aime et on voulait les voir ! D’entrée de jeu, on sait que la set list va être basée sur “Rock’n’Roll Secours” leur premier album et sur “V8” le petit dernier.

Le trio parisien est particulièrement en forme ce soir et c’est donc un putain de concert que nous délivre VULCAIN. Et c’est sûr qu’avec les brûlots de “Rock’n’Roll Secours”, la salle qui était déjà chauffée à blanc explose.

On va avoir droit à deux surprises : un “Blueberry Blues” des familles et le rare mais très apprécié “Soviet Suprême”. Bien sûr, un concert de VULCAIN ne serait pas un concert de VULCAIN sans l’inévitable “Digue du Cul”. Euh, y’en a même qui croient que ce sont eux qui l’on écrit maintenant. C’est malin !

VULCAIN 4

VULCAIN

VULCAIN réussit à faire mouche aussi bien avec des fans du début qu’avec des gens qui n’étaient même pas en conception quand l’album est sorti. DANIEL, VINCENT et MARC s’éclatent comme des fous, trop heureux de faire partager leur musique.

Et c’est fini. Il est tard, on a très chaud.. mais on est heureux !

Bon, c’est pas tout mais il faut reprendre des forces car on remet ça demain et que ça recommence à 15h. Je me dirige donc vers la voiture. Au moment de monter dans ladite voiture, je croise des touristes allemands : “Salut les gars ! Vous êtes qui ? Les musicos de MAJESTY ? Euh, vous êtes perdus ? Vous savez que vous ne jouez que demain ?” Ben oui…

J’en connais qui ne sont pas couchés, moi !

 

BILAN DE LA SOIREE

ELECTRIC SHOCK 1ELECTRIC SHOCK
Une confirmation pour moi en live. Un groupe à gros potentiel. Des morceaux efficaces, un super chanteur, des musiciens doués et passionnés. Un groupe à suivre, quoi. Vivement le CD !

 

 

 

EXISTANCE 4EXISTANCE
Encore une fois une bonne tarte in my face. En plus, le son était encore meilleur qu’aux Poul’Hard de Bresse. Donc que du bonheur ! Un bonheur partagé par une très grande partie du public présent. Pas de doute, ils viennent de récupérer de nouveaux fans. A voir et à revoir sans modération !

 

 

HIGHWAY 4HIGHWAY
Une très bonne surprise. Très bonne découverte que ce groupe qui distille un hard-rock de très bonne facture. Des fans de hard-rock qui font la musique qu’ils aiment – et que j’aime – et qui prennent plaisir à jouer sur scène. Bref, à revoir en live avec plaisir.

 

 

VULCAIN 3VULCAIN
Sans problème le meilleur concert que j’ai vu de VULCAIN depuis la réformation. Ils étaient très en forme et ont fait un très bon choix de set list.
Bref, VULCAIN c’est comme du bon vin, ils se bonifient en vieillissant.

 

 

 

Un grand merci à toute l’orga de la Phoenix Rising Asso pour cette soirée spécial groupes français de ce niveau. Merci aussi pour le beau billet collector deux jours et merci bien sûr pour leur joie de vivre et leur gentillesse !