Tagged: ROCK N EAT LIVE

LOOKING FOR MEDUSA + ARCHANGE + URGENT : Live Report @ le Rock ‘n’ Eat Live de Lyon (Rhône) – Vendredi 14 juin 2024

Il y a à peine un mois, j’ai reçu un message de ma chère et tendre : « Vendredi 14 Juin, nous allons à Lyon. ». « Ah bon ? Pourquoi ? Je voulais aller au Brin de Zinc, moi ! ». « Oui, mais il y a LOOKING FOR MEDUSA qui passe au Rock ‘n’ Eat et ils jouent avec URGENT et ARCHANGE. ». Ah ben dans ce cas-là, je n’ai pas le choix. Comme je me suis très bien entendu avec certains membres de LOOKING FOR MEDUSA que j’ai vus l’an dernier à Largentière et au Brin de Zinc, et qu’à chaque fois j’ai pris une claque, je ne peux que me réjouir de ce concert. En plus, il y a ARCHANGE que j’ai beaucoup apprécié la dernière fois (voir le récent report) et URGENT, un groupe que je connais de réputation mais que je n’ai pas encore eu l’occasion de voir… ou alors, c’était il y a très longtemps. En tout cas, j’ai hâte de les (re)découvrir.

Comme vous vous en doutez, c’est en famille que je me rends dans la capitale des Gônes, mon binôme de concert étant occupé ailleurs. Arrivés relativement tôt, nous trouvons de la place facilement, et nous nous dirigeons tranquillement vers le Rock ‘n’ Eat. Une fois à l’intérieur, je croise OLIVIER, le leader des LOOKING FOR MEDUSA et BASTIEN, le bassiste ainsi que MARKUS FORTUNATO et les guitaristes de son groupe.

Après une petite demi-heure d’attente durant laquelle nous avons un peu tapé la discute avec OLIVIER (qui nous a expliqué vouloir faire une pause côté concerts afin de se concentrer sur le nouvel album de LOOKING FOR MEDUSA), URGENT fait résonner le Rock ’n’ Eat. Je me déplace donc vers la scène pour assister au concert.

Dès le début, la musique des Grenoblois me séduit. Ce mélange de Heavy Metal à l’ancienne et de Hard-Rock proche de l‘AOR est vraiment sympa. Dès le second titre, ils s’attirent toutes les faveurs du public avec un excellent cover d’ALICE COOPER “House of Fire”.

Celle-ci aurait pu être la conclusion du set, mais ils ont eu la bonne idée, selon moi, de la mettre en second. S’ensuit toute une série de titres plus attirants les uns que les autres. Leurs chansons passent toutes seules sur scène.

YVAN, le chanteur, est plutôt charismatique, DIDIER à la basse est la force tranquille, STEPH et PIERRE qui tiennent les grattes et sont en feu sous les frappes, toutes en nuances d’YVES.

Je suis agréablement surpris par leur musique et me laisse entraîner par les mélodies. Le groupe conclut une dernière fois par un autre cover : le “Fear of the Dark” d’IRON MAIDEN qui fait son effet dans un Rock ’n’Eat qui s’est rempli peu à peu. Une très bonne prestation malgré – comme d’habitude dans cette salle serais-je tenté de dire – le manque de lumière. Le son n’était pas trop mal. J’ai connu pire ici.

Après la pause habituelle nourriture et hydratation, c’est au tour d’ARCHANGE. Que dire de ce groupe que je n’ai pas déjà dit lors de mon dernier report. Déjà, pas de “Paco à poil !” demandé, Lol. La musique du groupe est toujours aussi bonne, et je l’apprécie toujours autant.

La set list est peu ou prou exactement la même que celle du Brin de Zinc. J’ai bien aimé. Cependant, les samples qui ressortent beaucoup ce soir, me hérisse un peu plus les poils que la dernière fois.

D’autant plus que le son, qui s’est dégradé et laisse à désirer, nous empêche d’entendre correctement la superbe voix du chanteur, les samples, prenant, une fois encore, le dessus. Dommage. Les deux covers ont fait leur surprenant effet et m’ont confirmé l’impression que la version d’ARCHANGE est bien meilleure que les originales. Mais c’est mon côté rocker qui parle. Dans tous les cas, la prestation a été impeccable. Malgré le manque de place sur scène, notamment pour WINCE qui a dû éviter de marcher sur les pieds de ses coéquipiers, le groupe s’en est tiré avec les honneurs.

Bon, assez de lamentations, il est temps de faire parler la foudre. Les Clermontois de LOOKING FOR MEDUSA sont attendus ce soir. Je constate que le public du Rock’ n’ Eat n’est plus dans la salle annexe et s’est installé devant la scène en attendant les vedettes de ce soir. Tout le groupe est au charbon ce soir pour installer correctement leur matériel sur scène. Les balances se font devant un public nombreux venu parfois de loin pour assister au concert. Nous sommes aux premières loges et attendons avec impatience le début.

Je constate que MANU, le guitariste que j’avais vu en Ardèche et qui était absent au Brin de Zinc est de retour et qu’AUREL, le premier guitariste absent en Ardèche et présent au BDZ est toujours là. C’est qu’il y a du mouvement chez les LOOKING, Mdr !

Trêve de galéjades, le groupe va commencer.

“Est-ce que vous êtes chaud patate ?”,  demande OLIVIER. “Ok, c’est parti pour le voyage !”. Et une intro démarre avant que le groupe attaque avec “Colisee”. Il n’y a pas à dire, ils sont motivés comme jamais !

Comme lors des précédents concerts que j’ai fait, OLIVIER est toujours aussi chaud et descend dans la fosse puis fait le tour du quartier. Il est temps de faire venir la Comtesse de sang, j’ai nommé “Erzebeth Bathory”. Ce superbe titre voit arriver sur scène la Duchesse en chair et en os. Elle ensorcelle le public, et les musiciens, faisant même monter ma fille sur scène (qui n’en revient pas), puis redescend dans le public pour trouver de la chair fraîche. Heureusement, le titre se finit et la Comtesse disparaît. Ouf, sauvés ! Mdr.

OLIVIER qui met, comme toujours, ses tripes et son âme dans son interprétation, est toujours à fond. Il lâche les cheveux et aussi les chevaux avec “Contact”. S’ensuit un triptyque de morceaux encore inédits avec “Hades”, le fameux titre que j’adore et qui me reste toujours en tête, “Odyssée”, un morceau totalement inédit pour moi, sur lequel les membres de FORTUNATO sont invités à reprendre les chœurs. Nous avons même droit à quelques growls à la fin (décidément, OLIVIER a un registre vocal impressionnant) et “Strangers”.

BASTIEN, qui annonce avoir des problèmes pour accorder sa basse, en cordes de nylon, à cause de la chaleur qui règne sur scène, fait marrer ces coéquipiers. “C’était le dernier concert de notre bassiste”, plaisante OLIVIER.

Les morceaux qui déchaînent les passions des spectateurs, “Alcatrazz” et “Looking for Medusa”, font mouche à chaque fois. Les guitaristes s’éclatent comme des fous pendant que BASTIEN galère toujours planqué à côté d’UGO, même s’il s’en amuse et vient devant les planches.

Scéniquement parlant, le groupe est toujours aussi bon et tous les musiciens se donnent à 200%. L’ambiance sur scène et dans le public est vraiment au top. Il faut dire qu’à cause de la chaleur qui règne dans le Rock ‘n’ Eat, les bières, alimentées par les membres de FORTUNATO, sont rapidement sifflées.

Alors que “Land of my father” conclut le set, le public du Rock ’n’ Eat se met à faire comme au BRIN DE ZINC et en réclame encore. C’est donc au tour de “Hells Parade” d’être joué. Et là, ça devient de la folie complète ! Les LOOKING FOR MEDUSA font monter le public sur scène et tout part en vrille. Les membres de FORTUNATO chauds comme la braise montent sur les planches pour chanter avec les LOOKING. Du coup, AUREL et MANU descendent de scène, suivis par BASTIEN qui veut jouer avec ses copains, et OLIVIER qui va chanter au milieu du public. Je me demande si UGO derrière ses fûts n’est pas un peu jaloux de ses potes vu qu’il ne peut pas sortir de sa batterie, mdr ! Pendant que les musiciens jouent dans un public médusé et conquis, ce sont les membres de FORTUNATO qui sont restés sur scène et font les chœurs.

Et c’est la fin. Dommage que certains titres que j’adore n’aient pas été interprétés par manque de temps. Cependant, le concert étant absolument génial, je ne suis pas mécontent quand même.

L’heure tournant beaucoup plus vite que prévu, et ayant encore de la route à faire, nous prenons congé des Clermontois en souhaitant les revoir bientôt. Vivement le prochain album qui devrait sortir bientôt, ou en 2035, comme l’a annoncé en rigolant OLIVIER pendant le show. Enfin, on n’espère pas, lol !

Pour tirer un petit bilan de la soirée : URGENT, excellente prestation. J’irais les revoir avec des meilleures lights. ARCHANGE,  super set, mais peut-être envisager de limiter les samples, et LOOKING FOR MEDUSA encore meilleur. Un groupe qui semble se bonifier au fil du temps.

TENTATION + MEUTRIERES + CABARET FANTOME + CRAZY NIGHT KILLERS : Live Report @ le Rock’n’Eat Live de Lyon (Rhône) – Samedi 09 décembre 2023

Ce samedi 9 décembre, je suis de retour à Lyon pour une journée shopping en famille et, le hasard faisant bien les choses, un concert a lieu le soir même au Rock ‘n’ Eat. Comment ça,  ce n’est pas un hasard que le jour où je décide de faire un tour sur Lyon, un concert ait lieu ? Meuh non, je t’assure chérie, je ne l’ai pas fait exprès ! Mdr.

C’est donc après une après-midi éreintante, que je me rends au Rock ‘n’ Eat, en pleine Fête des Lumières. Avouez qu’il y mieux pour se rendre à un concert, mais même pas peur, j’y vais quand même ! Comme je suis déjà sur Lyon, je pense que je n’aurais pas de mal à trouver de la place pour me garer. Grosse erreur, évidemment. Heureusement que la journée shopping n’a pas duré plus longtemps. C’est donc après plus de vingt minutes de galère que je réussis enfin à me garer pas trop loin. Une fois descendu dans l’antre du Rock ‘n’ Eat, je fais découvrir les coursives de la salle et son originalité à mes zamours.

CRAZY NIGHT KILLERS

Les CRAZY NIGHT KILLERS, venus du Jura, sont le premier groupe à arpenter la scène. Ils font du Heavy Metal des années 80 avec du chant en Français. Avec un look typique des premières années de notre musique préférée et dans le style des premiers albums de SORTILEGE.

La musique est très bonne, avec une petite voix de fausset qui détonne un peu. J’aperçois même deux membres d’ANIMALIZE qui, venus en voisins, s’éclatent à fond. J’aime bien, même si tout cela me parait un peu jeune. Avec 6 titres interprétés ce soir, le groupe a bien chauffé la salle. J’irais bien les revoir dans quelques années lorsque la maturité sera au rendez-vous.

CABARET FANTOME

Une petite pause hydratation s’impose, puis c’est au tour du second groupe CABARET FANTOME de prendre d’assaut les planches. Changement de registre pour le second groupe. Beaucoup plus calme que CRAZY NIGHT KILLERS avec un chanteur. Ils pratiquent un genre de Dark Rock légèrement grunge. Le quatuor nous vient de Nantes. Il entame son set avec un chanteur déjà au bord de la scène dès le premier titre.

Cependant, c’est un peu trop mélancolique pour moi et je préfère passer mon tour en attendant la suite. Ce n’est pas vraiment mon style, même si c’est sympathique. Personnellement, je trouve le temps un peu long et je n’ai pas l’impression d’être le seul étant donné le nombre important de spectateurs dans l’arrière-salle. Cependant, il reste une bonne partie des spectateurs à soutenir le groupe. Il est vrai que c’est aussi l’heure pour se restaurer, ceci expliquant peut-être cela.

MEURTRIERES

De plus en plus de monde vient remplir le Rock ‘n’ Eat. Après la pause hydratation, c’est l’heure de la restauration. Du coup, je me mets à faire comme le rédac’ chef, chercher partout un food truck. Heureusement, je n’ai pas à aller bien loin, il y a déjà de quoi manger dans l’enceinte de la salle. Je serais à l’heure et ne risque pas de rater le show de MEURTRIÈRES. Lol.

Tiens d’un coup l’arrière-salle se vide, il est temps d’aller voir ce que les locaux ont dans le ventre. Personnellement, n’ayant jamais eu l’occasion de les voir en live, je n’ai aucune idée de ce que cela peut donner, mais voyant le devant de la scène bondé, je me dis que cela ne peut être que bon.

Et effectivement, je ne me suis pas trompé, dès le premier titre, ça envoie du bois. La chanteuse FIONA prend déjà la scène d’assaut et le public avec. Nous sommes dans du Heavy Metal traditionnel sur une voix aiguë. De suite, l’ambiance dans le public change. Les fans headbanguent de partout. Ils sont à fond ! Il faut dire qu’avec un chant en Français et une chanteuse ultra-motivée, il y a de quoi enthousiasmer un public déjà aux taquets. Les morceaux issus de leur tout premier album sont joués avec frénésie et passent à merveille en live.

A peine ai-je le temps de prendre la température que c’est déjà terminé. Le set est passé à une vitesse ! J’en aurais bien repris une dose, moi ! Une très bonne prestation d’un groupe que j’aurais plaisir à revoir.

TENTATION

Il est bientôt l’heure pour TENTATION de prendre les planches d’assaut mais avant il faut se dégourdir les jambes. Tiens, mais qui voilà ? SHANON DOLLZ des RAKEL TRAXX venus soutenir ses copains de Torreilles ! “On a fait un aller/retour juste pour aller soutenir les copains”, me dira-t’il. Complètement fadas, ces Marseillais !

Euh… C’est moi ou ça commence ? Ah ben, il n’y a plus de places devant la scène, c’est bien ma veine. Lol ! Heureusement, je me débrouille pour être pas trop mal placé. Une première constatation s’impose : TENTATION joue à trois au lieu de quatre suite à l’absence du chanteur habituel pour raisons professionnelles. C’est GUILLAUME « GUIX » PASTOR, le bassiste qui assure le chant lead. LAURENT « LOLE » METIVIER le suit à la batterie et  GUILLAUME DOUSSE prend la guitare comme d’habitude.

Dès le premier titre, je me rends compte que c’est le groupe le plus attendu de la soirée. Les bras sont levés, les Horns Up sont de sortie, le public est à fond. Il reprend en chœur les paroles dès le refrain du deuxième titre. C’est complètement dingue ! L’ambiance est brûlante.

Le bassiste prend la parole pour annoncer l’absence du chanteur principal. “Je vais préciser un truc : normalement pour ceux qui ne nous connaissent pas, on est quatre. Y’a une espèce de truc au milieu, là”, dit-il en mimant avec son bras et son doigt l’emplacement. “Pour des raisons professionnelles, il n’a pas pu être là ce soir. Mais comme pour nous, il était hors de question d’annuler cette date, nous avons travaillé d’arrache-pied pour vous faire un set digne de ce nom !”. Evidemment, c’est une ovation des nombreux fans.

Musicalement, nous sommes, une fois de plus dans du Heavy Metal Français interprété dans la langue de Molière. Je pencherais d’ailleurs pour un style s’approchant d’ADX et de SORTILÈGE (encore une fois). Traditionnel, quoi. GUIX nous annonce qu’il a même un prompteur pour ne pas oublier les paroles. Nous sommes vraiment de retour quarante ans en arrière car c’est un cahier ouvert en grand qui trône devant lui. Les musiciens font preuve d’humour et ne se prennent pas au sérieux, même si leur musique, elle, l’est.

Personnellement, je suis agréablement surpris par la voix de GUILLAUME. Et dire qu’il nous annonce qu’ils vont faire de leur mieux, que ce ne sera pas parfait mais qu’ils ont bossé dur pour nous faire une prestation digne de ce nom. Si ce n’est pas parfait, je n’ose même pas imaginer ce que cela pourrait être lorsque ce sera le cas.

LAURENT accompagne très souvent le chant de GUILLAUME et a une frappe de malade qui s’entend bien dans le Rock ‘n’ Eat malgré le son un peu écrasé. Les deux GUILLAUME changent de place régulièrement, ce qui permet à tout le monde de les observer. Les titres sont joués à la vitesse d’un TGV sur les rails. J’en prends plein les yeux et les oreilles. J’adore. Après “Conquérant”, GUIX remercie les fans et nous dit : “C’était un super stress pour nous mais, grâce à vous, il s’est envolé en un instant !”. On s’en serait douté, le groupe reçoit une énorme ovation du public. Mais quelle claque je viens de prendre ce soir !

Malheureusement, l’heure devenant de plus en plus tardive et ayant de la route à faire, je ne peux assister à la fin du set et je vais rater les trois derniers morceaux.

Un petit bilan quand même : les CRAZY NIGHT KILLERS sont vraiment cool avec leur look 80’s à fond, CABARET FANTOME, ce n’est pas ma came, mais d’après ceux qui ont assisté complètement à leur prestation, c’était bien. MEURTRIERES, c’est un groupe à ne pas rater si vous aimez le Heavy des années 80. Quant à TENTATION, depuis le temps que j’en entends parler, je suis content de les avoir vus ce soir, même si c’est en version tronquée. D’ailleurs, ça ne m’a donné qu’une seule envie, les revoir en version complète. Par contre, je vous déconseille le shopping avant un concert, c’est éprouvant. Lol.

OVERDRIVERS + ELECTRIC SHOCK + SOUNDROOTS : Live Report @ Rock ‘n’ Eat Live de Lyon (69) –  Samedi 02 septembre 2023

OVERDRIVERS @ le Rock’n’Eat de Lyon

Report et Photos by TI-RICKOU

Qu’il est loin le temps où le Rock ‘n’ Eat Live était mon annexe ! Pas que je n’aime plus y aller mais la distance a doublé pour moi. Et, malheureusement, je ne rajeunis pas. Si, si ! J’avais noté la date de ce soir sur mon calendrier du parfait petit hard-rockeur car à la place de SOUNDROOTS, c’était les copains de BARRAKUDA qui devaient jouer. Je suis dégouté de ne pas les voir ce soir mais il reste quand même deux groupes que j’aime à l’affiche… plus un à découvrir du coup.

Bon, pas besoin de pousser ma chérie bien longtemps et donc destination Lyon. Heu, c’est le dernier week-end des vacances ! Ca va être chaud ! Heureusement, on a une grosse marge !! Allez un stop chez mon copain Billy et direction Ti-Rickou maison, le Rock ‘n’ Eat !!! Je ne devrais pas revoir trop de copains ce soir car au même moment, à quelques bornes,  dans l’Ain, il y a le Leym’Fest… Et même si cette année – à part WISKY OF BLOOD – l’affiche est un tantinet trop brutale pour moi, le fest et l’orga ont leur fan base.

Heu… je n’ai rien dit ! Devant le Rock ‘n’ Eat, il y a plein de copains !!! « Heu… Ephraim, tu sais que tu ne joues pas ce soir ??! » «  Bah, me répond-il, ce n’est pas parce que je ne joue plus que je ne peux pas venir voir jouer les copains ! ». De Paris ? Chapeau bas, mon copain !

Le temps de faire une donation et je retrouve encore plein de copains qui,  comme moi, on choisit cette affiche plus hard ‘n’ heavy. Quel bonheur de les retrouver, pour certains, cela fait plus de 4 ans que je ne les avais pas vus ! Quelle joie de retrouver Cédric, Pedro et toute l’équipe du Rock’n’Eat. Bref, je retrouve une partie de ma famille.

ELECTRIC SHOCK @ le Rock’n’Eat Live Lyon

Et c’est déjà parti pour ELECTRIC SHOCK ! Les Grenoblois ne sont pas là pour la déco mais bien pour distribuer des baffes à coups de heavy metal. Ils sont aussi là pour nous présenter leur nouvel album « Off ».

Comme d’hab’, le groupe met d’entrée de jeu le feu aux poudres en mode : « Tu veux du heavy metal ? Bah en voilà en plein dans tes esgourdes !! ». Déjà qu’il faisait chaud dans la salle mais vu comme ils font bouger le public, la moiteur s’installe.

ELECTRIC SHOCK @ le Rock’n’Eat Live Lyon

Whoua, c’est de mieux en mieux ! Le groupe cartonne et ce line-up tient vraiment très bien la route. Ils semblent en plus très soudés. ANTOINE, qui est pour moi l’un des 5 meilleurs chanteurs du milieu metal français, est monté d’un cran vocalement et scéniquement. Il tient superbement la scène et malgré sa grande taille, il réussit à ne pas se payer le plafond (on apprend tous de ses erreurs, lol !).

LITTLE ANGUS prend elle-aussi une place de choix sur la scène. C’est une vraie de vraie, une hardos pur jus et elle le fait savoir. Rassurez-vous les autres musiciens ne sont pas en reste et ils assurent le show eux-aussi ! Et le public ne s’y trompe pas. On est désormais serrés comme des saucisses devant la scène et l’air est devenu très chaud !

La bande d’ELECTRIC SHOCK va nous jouer un mélange de titres de leurs EP, de leur premier album et, bien-sûr, de leur nouvel opus. Que dire de ces nouveaux titres ? En live, ça matche grave ! J’ai hâte d’écouter et de chroniquer cet album. Bon sur ce coup-là, je vais devoir attendre un peu parce que ma chérie a légèrement merdé et m’a racheté l’avant-dernier. Heureusement qu’on doit se voir au Pyrenean Warriors la semaine prochaine pour faire l’échange !

Alors c’est vrai que le temps passe vite quand on s’amuse et que c’est bien mais il est temps pour ELECTRIC SHOCK de rendre la scène car il reste encore deux groupes à venir. En tout cas, ils nous ont vraiment offert une très belle prestation ce soir !

Re-papotage avec des copains et des copines. Je revois même la fille de l’un des chroniqueurs du webzine, sans son père qui couvre la date de LOOKING FOR MEDUSA au Brin de Zinc.

Je discute un peu avec mon pote Serge qui est aux taquets pour OVERDRIVERS. Il est très étonné quand je lui apprends qu’ils ont joué à Lyon au CCO pour le Metal Thunder Jackets avec TYGERS OF PAN TANG. OK, très tôt en début d’aprèm puisqu’ils avaient ouvert le fest. Serge est du coup dégouté d’être arrivé un peu plus tard ce jour-là… Enfin, ce soir, il ne va pas les louper.

SOUNDROOTS @ le Rock’n’Eat Live Lyon

Mais avant que les OVERDRIVERS montent sur scène, place au groupe qui remplace BARRAKUDA ! Ce n’est évidemment pas un tribute à CLAUDE FRANCOIS mais un groupe du nom de SOUNDROOTS absolument inconnu au bataillon pour moi. Mais je suis confiant, d’abord parce qu’ils ont une bonne tête et ensuite parce que c’est Ephraim qui les a recommandés à la place de son groupe. Je pense que ça va me plaire.

Allez, action ! Et c’est direct in the face ! Du hard-rock, du fuckin’ rock’n’roll qui déboîte sa mère-grand dans les traboules. J’ai les cheveux en mode headbanguing automatique. Putain, c’est mega bon ! J’adore ce genre et les musicos sont loin d’être des perdreaux du jour vues les premières parties qu’ils ont assuré (CRUCIFIED BARBARA, GIRLSCHOOL, CHRIS SLADE, SOULFLY, etc).

Et putain, ça joue grave, c’est excellent pour décaper tes cages à miel. Le chanteur a une putain de présence, je suis littéralement hypnotisé. En plus, il a une voix géniale pour ce style de musique.

La salle est bien pleine, il fait de plus en plus chaud (même trop) mais je m’en tamponne le coquillard !

SOUNDROOTS @ le Rock’n’Eat Live Lyon

Dès que leur set est fini, je fonce sur leur stand merch’. Je veux leur album !

Je m’aperçois alors que j’ai faim parce que j’ai un peu oublié de manger (si, ça m’arrive !) mais ma chérie a assuré le ravitaillement, un mega top hamburger made in Rock’n’Eat m’attend sur une table. Miam, toujours aussi bon !

OVERDRIVERS @ le Rock’n’Eat de Lyon

A peine le temps de finir qu’il est l’heure pour le plus Australien des groupes Français, OVERDRIVERS, de monter sur scène pour clôturer cette putain de soirée.

La salle est désormais blindée et chaude comme la braise, tant par l’ambiance que par l’air ambiant. Mon pote Sergio et ses copains sont devant la scène. Tout le monde est prêt ? On lâche les kangourous ! J’attache solidement mon appareil photo car d’entrée ça remue grave.

OVERDRIVERS @ le Rock’n’Eat de Lyon

D’entrée, les fils spirituels d’AIRBOURNE et d’AC/DC partent à donf’ en mode « les freins, c’est pour les lâches » et « J’espère que tu t’es bien reposé au Camping des Flots Bleus car tes cervicales vont morfler » ! Et vu l’envolée de tiffs en tous genres, c’est les kinés qui vont être contents !! Dans la fosse, LITTLE ANGUS d’ELECTRIC SHOCK est complètement déchaînée et, si devant la scène ça dépote, sur scène ça bouge sévère aussi. Putain, ça bastonne !!

OVERDRIVERS @ le Rock’n’Eat de Lyon

Le groupe a – depuis la première fois où je les ai vus en live – pris une autre stature. Je vous l’ai dit, je suis fan ! Et je ne suis pas le seul, ma chérie fait le kangourou, mais vers le bar c’est moins dangereux.

Je découvre en live certain morceaux de leur dernier Cd et je ne suis pas déçu.

Allez, dans la grande tradition des groupes australiens, on a droit à un  solo de guitare qui enflamme un peu plus (comme si c’était nécessaire) le public. La salle tendue vers ce groupe qu’elle adore s’embrase comme une allumette.

Re-putain de soirée ! Top jusqu’au bout. Je suis mega content d’être venu, moi. Malheureusement, on the road again Ti-Rickou car j’ai pas mal de route à faire et je dois y aller. Le temps de dire au revoir et c’est fini. Mon petit doigt me dit quand même que je ne devrais pas attendre trop longtemps pour revenir au Rock’n’Eat.

Long live rock’n’roll, my friends !!!

H.E.A.T. + TEMPLE BALLS + REACH : Live Report @ le Rock’n’Eat Live de Lyon – 18 mai 2022

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Double report !!! Report 1 : Steve*74 – Report 2 : Seb 747 – Photos : Steve*74

Le 18 mai est pour ceux qui ne le savent pas un jour spécial pour le créateur et rédacteur en chef de W.T.R. Ce jour-là, on fête la Saint-Eric et cerise sur le gâteau l’anniversaire de sa progéniture. Alors inutile de vous dire que le concert du jour était noté depuis longtemps sur son éphéméride. Seulement le destin, comme souvent, en a décidé autrement en le laissant alité dans une chambre d’hôpital. C’est donc Seb et moi qui sommes chargés de faire un report du concert du jour. Chose que je fais volontiers car j’avais prévu d’y aller de toute façon !

Après un trajet sans histoire et en évitant presque tous les bouchons lyonnais on arrive en avance au Rock‘n’Eat, la salle où se tient le concert du soir.

TEMPLE BALLS @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Le temps de croiser quelques connaissances et c’est parti pour une bonne dose de rock‘n’roll !! Les finnois de TEMPLE BALLS sont les premiers à fouler les planches et à chauffer un nombreux public qui ne demande qu’à s’enflammer.

Une formation que j’ai déjà eu l’occasion de voir en première partie de SONATA ARCTICA en décembre 2019, quelques mois avant l’arrêt des concerts… A l’époque, j’avais bien aimé ces jeunes pousses en devenir et je suis impatient de confirmer – ou non – mon jugement.

Entre temps, un troisième album a fait son apparition et c’est un peu comme le veux la tradition, avec « Thunder from the north », issu de cet opus, que les festivités débutent. Un morceau qui d’entrée met le feu, un hit en puissance. Première constatation, ce sont toujours les mêmes cinq musiciens qui officient ce qui n’est si courant que ça… Autre détail ARDE TERONEN porte la même veste  jaune qu’il y 2 ans (lol). Et ANTTI HISSA, le batteur, joue sur la batterie de H.E.A.T.

Pour être plus sérieux, le répertoire n’a pas vraiment évolué et c’est, pour ma plus grande satisfaction, toujours du hard-rock mâtiné à la sauce sleaze comme les scandinaves savent si  bien le faire depuis quelques années.

Les retrouver ce soir sur la tournée n’est pas une surprise quand on sait que leur dernier disque « Pyromide » est produit pas JONA TEE le clavier de H.E.A.T. !! L’influence du sieur est palpable sur certains titres notamment avec des refrains entêtants. Les guitaristes sont à la fête et nous gratifient de solos énergiques mais toujours mélodiques.

Les petits gars ont pris de l’assurance avec de nombreux concerts dont certains en première partie de grands groupes comme les DEEP PURPLE ou encore URIAH HEEP. La sauce rythmes puissants et refrains accrocheurs fait mouche auprès des spectateurs. Quel bon début de soirée !

REACH @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Après une petite pause salvatrice, c’est maintenant au tour de REACH de monter sur scène. Une formation que je ne connais absolument pas. Jamais entendu parler d’eux ni écouter la moindre note avant ce soir. La découverte va être totale.

Ce sont eux aussi des gens du nord de l’Europe, de Suède pour être précis. C’est un power trio avec le guitariste qui assure le chant.  Le groupe existe depuis 2012 et a 4 albums à son actif, ce qui est pas mal du tout. JONA TEE, toujours lui, a produit le deuxième album du groupe. On comprend mieux avec ces renseignements comment on organise une tournée avec ses connaissances de travail !!

REACH @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Difficile de cerner la véritable identité musicale des musiciens. Après des albums plutôt tournés vers du bon vieux hard-rock, nos gaillards ont évolué vers d’autres sphères. Ce soir la set-list navigue dans des eaux rock, pop rock à la MUSE ou COLDPLAY. A certains moments, on note aussi la présence de samples. On change pratiquement de registre et d’ambiance à chaque morceau. Le changement avec les TEMPLE BALLS est pour le moins radical et me désarçonne un peu. Je ne sais pas si un tel groupe a sa place sur l’affiche du jour si l’on n’a pas une large ouverture musicale…

C’est bien fait et techniquement il n’y a rien à redire mais, dans ce contexte, j’ai du mal à accrocher. Ce rock alternatif comme on le nomme est certainement à réécouter dans d’autres circonstances pour en apprécier toutes les subtilités.

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Place maintenant à H.E.A.T., ceux que je suis venu voir et écouter ce soir. Une affiche programmée depuis assez longtemps déjà mais toujours repoussée au diable vauvert à cause d’un satané Covid résistant et coriace. Comme personne ne sait s’il ne va pas repointer le bout de son nez dans un futur proche alors autant ne pas rater celui-ci !!

Surtout que depuis le line-up du groupe a évolué. ERIK GRONWALL a quitté ses compagnons de jeu pour rejoindre SKID ROW après la parenthèse NEW HORIZON. Pour le remplacer, ils ne sont pas torturés les méninges et se sont tournés vers KENNY LECKREMO, le premier chanteur du groupe. Oui celui qui officie sur les deux premiers opus des scandinaves ! Un retour en force après en gros 10 ans d’absence.

La question principale le concerne. Comment va-t-il pouvoir remplacer son illustre prédécesseur ? ERIK avait une présence scénique énorme et monopolisait à lui tout seul l’attention du public. Je sais que dans la vie rien n’est impossible mais parfois c’est difficile… car ERIK est un showman extraordinaire.

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Première constatation, le public est maintenant nettement plus nombreux qu’au début, c’est bon signe. A peine le show débuté que KENNY se met à sautiller sur place sans discontinuer. Il a l’air visiblement heureux d’être présent et nous le montre sur « One by one «, le premier titre joué. Le dernier opus du groupe est aussi mis en avant avec le suivant  « Rock your body «. Un morceau qui porte bien son nom car KENNY saute toujours autant… Ce qui est une gageure car la scène du Rock ‘n’ Eat n’est pas très grande et le clavier JONA TEE Tee est coincé dans le fond  à côté de la batterie de CRASH.

D’entrée, le groupe embrase la salle avec des tubes en puissance qui donnent envie de chanter les refrains avec eux ou de battre la mesure avec les pieds ou la tête. KENNY arrive dans un registre un chouille différent à chanter les anciens morceaux d’ERIK sans souci et à faire les montées sans coup férir. C’est un grand soulagement pour moi. Chapeau bas, Monsieur !

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

La set-list est variée et couvre toutes les périodes avec forcément des vieux morceaux – jamais entendus en live depuis des lustres – qui resurgissent. Après un petit solo de batterie exécuté par un solide frappeur viking, nous aurons droit à un inédit « Back to the rhythm ». C’est toujours aussi mélodique, les solos sont inspirés, mordants et la rythmique est sans faille. Que demander de plus ?? Du hard-rock mélodique à tendance FM sur certains passages et toujours une énergie débordante.

KENNY va sautiller sur place pendant tout le concert sans paraître trop essoufflé !!  Je ne sais pas à quoi il carbure mais il faut le faire et avoir une constitution robuste ! Quel que soit l’angle d’attaque, force est de constater que ça envoie du feu de Dieu !! C’est une grande déflagration qui va droit au but.

« A shot at redemption «  est le seul titre extrait de « Tearing down the walls » qui est à mon avis le meilleur disque du groupe, ce sera ma seule déception de la soirée. Prévu en août, j’attends avec impatience la sortie du nouvel album pour valider mon impression du soir.

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Un dernier « There for you » pour clôturer un set sans faille. Les spectateurs des premiers rangs ont plus transpiré que dans un sauna, c’est finalement plus économique et surtout plus festif comme activité.

Encore un excellent concert comme je les aime. Je ne regrette pas mon déplacement vers l’ancienne capitale des Gaules. Vivement le prochain !!

STEVE*74

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Ce soir, nous voilà, mon copain de concerts Steve*74 et votre serviteur en direction des bouchons lyonnais (pas les restos, les vrais !) pour nous rendre au Rock‘n’Eat Live car aujourd’hui, les Suédois de H.E.A.T. avec leur ancien, redevenu nouveau, chanteur sont venus déboucher les oreilles des spectateurs lyonnais.

Partis ni trop tôt ni trop tard, à l’heure quoi, nous arrivons au bord de la Saône après une bonne heure et demie de trajet. Et pour une fois, nous trouvons de la place pas très loin du Rock ’n’ Eat Live. Que demander de plus ?

Mais avant tout, il nous faut récupérer nos places. En effet, le rédac’ chef étant souffrant, j’ai un peu traîné pour acheter une place. Je ne suis pas le seul, puisque sur les quatre que nous sommes ce soir, un seul a déjà la sienne. Autant vous dire que c’est un peu chaud comme histoire ! Heureusement pour nous, le Rock‘n’Eat n’est pas sold out et il reste encore quelques places. Ouf !!

Etant donné la chaleur ambiante, nous décidons de rester un moment à l’extérieur pour discuter. Un de nos covoitureurs étant déjà dans l’antre de la bête, je me décide à rentrer à l’intérieur pour le retrouver. Quoi ? Mais ils ont déjà commencé ? Ils auraient pu nous attendre quand même ! C’est pas cool. Lol. Je remonte vite fait bien fait chercher mes deux camarades rester dehors.

TEMPLE BALLS @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Je rate du coup une partie du show de TEMPLE BALLS, mais heureusement, le premier titre “Thunder from the North” vient à peine de débuter.

Les Finlandais sont à fond. Le chanteur, ARDE TERONEN, lunettes noires sur les yeux, est ultra motivé, tout comme ses copains musiciens, NIKO VUORELA & JIRI PAAVONAHO, les guitaristes, JIMI VALIKANGAS, le bassiste, et ANTTI HISSA le batteur.

Nous assistons à un grand show de TEMPLE BALLS, ce soir. Quasiment tous les hits du groupe sont joués. Inutile de vous dire qu’ils ont déjà conquis le public. D’ailleurs, je suis surpris qu’il soit aussi clairsemé. Il me semblait avoir entendu dire qu’il ne restait plus beaucoup de places lorsque nous sommes arrivés. Bizarre… Pourtant, le hard-rock du groupe, teinté de heavy metal, avec ses mélodies et ses riffs imparables devrait attirer du monde.

Qu’à cela ne tienne, nous profitons à fond. “Strike Like a Cobra”, “Fallen Youth”, “What Is Dead Never Dies”… Que des tueries ! Le public qui remplit petit à petit la salle n’en perd pas une miette. Le groupe n’a pas l’intention de lâcher prise et enchaîne avec un “T.O.T.C.” du feu de Dieu. Quel titre imparable ! “Let’s Get It On” puis “Bad Bad Bad”, avec là aussi, un refrain qu’on ne peut s’empêcher de chanter à tue-tête ! Que des hits !

Les deux derniers titres s’empareront du public aux taquets. Tout le monde est d’accord pour dire que les TEMPLE BALLS ont mis la barre très haut.

Direction le stand de merch’ relativement bien rempli avec les des T-Shirts des trois groupes, des CD, des vinyles… il y a même des casquettes et des masques H.E.A.T., sans oublier leur futur nouvel album, en précommandes limitées sur le stand de merch’ !

REACH @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Le deuxième groupe, REACH, démarre son show devant une salle bien remplie. Je jette une oreille, puis une autre, et au deuxième titre, je m’éclipse doucement. J’avoue que leur musique n’est pas trop ma tasse de thé. Elle est un peu trop molle pour moi, trop atmosphérique.

Je retourne au stand merch’ et je discute un peu avec le vendeur. On se moque gentiment de la prestation de REACH. Je constate que, comme moi, il n’aime pas trop. C’est vrai qu’après l’énergie qu’on mise les TEMPLE BALLS, il m’est un peu difficile de me mettre dans le bain d’un groupe plus rock que hard et un peu trop atmosphérique à mon goût.

REACH @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Une reprise de MUSE me fera revenir un peu sur le côté de la scène, constatant qu’une bonne partie du public est restée, ce qui est cool pour le groupe. Personnellement, je préfère me retirer et retourner voir mon nouveau copain Suédois, pour lui parler de hockey sur glace. Et oui, quand on parle sport avec un scandinave, le foot ce n’est pas son truc.

Une bonne partie des TEMPLE BALLS (il ne manquera que ANTTI), arrive au stand de merch’ dès la fin de la prestation de REACH. Ils sont très affables et se prêtent naturellement aux selfies et autres photos. Ils discutent volontiers avec les fans, et signent les set-list récupérées sur la scène. J’en profite pour leur demander leur avis sur le championnat du monde de hockey qui se déroule actuellement en Finlande. ARDE me dit qu’ils adorent tous ce sport et qu’évidemment, leur pays va gagner ! L’avenir lui donnera raison puisque la Finlande est devenue championne du monde.

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Allez, il est temps de revenir devant la scène, les H.E.A.T. ne vont pas tarder à commencer. N’ayant jamais eu l’opportunité de les voir en live, je suis impatient. Tout comme une bonne partie du Rock‘n’Eat désormais blindé, le peu de présence durant TEMPLE BALLS ne restant qu’un mauvais souvenir.

C’est avec « One by one » que les Suédois commencent leur set. KENNY LECKREMO, le chanteur, saute partout, il est intenable. On est sûr qu’il est Suédois ? Il n’aurait pas des ancêtres kangourous par hasard ? DAVE DALONE, le guitariste, chapeau de cowboy sur la tête sort des riffs d’on ne sait où. Qui a dit de son chapeau ? JONA TEE, derrière ses claviers, est relégué sur le côté gauche de la scène à côté de CRASH le batteur, qui aura son petit moment de gloire avec un solo vraiment intéressant. Il fera bien bouger le Rock‘n’Eat. JIMMY JAY, le bassiste, ne se contente pas de rester en retrait, il prend aussi les chœurs et bouge autant que KENNY, qui ne tient plus en place.

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon
H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Le chanteur s’arrose la tête avec une bouteille d’eau tellement il fait chaud. C’est normal, H.E.A.T. met le feu et leur musique fait mouche sur chaque titre. Les spectateurs reprennent tous les refrains en chœur, c’est vous dire comment nos copains Suédois envoûtent le public lyonnais ! On passe un moment génial. Tous les morceaux des premiers albums sont interprétés ce soir et c’est l’éclate totale, sur scène avec KENNY qui continue de s’éclater comme un fou, et dans la foule qui, serrée comme des sardines, en prend plein les oreilles et les yeux.

C’est sur « There for you » que se termine le show des Suédois.

Nous irons refaire un petit tour au merch’ pour essayer de voir nos copains Suédois, mais malheureusement pour nous, ils ne viennent pas tout de suite et, comme nous avons de la route à faire, nous repartons en direction de notre contrée, avec le sentiment d’avoir passé une sacrée soirée, comme aurait dit Michel Drucker.

SEB 747

H.E.A.T. @ le Rock’n’Eat Live de Lyon

Incoming search terms:

  • https://lewebzinedeti-rickou com/h-e-a-t-temple-balls-reach-live-report-le-rockneat-live-de-lyon-18-mai-2022/