Tagged: BARBERAZ

JIVE MOTHER MARY : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 18 octobre 2022

Report et Photos by SEB 747

En ce mardi 18 Octobre une question me taraude : “Être ou ne pas être… “ à ce concert, évidement ! Comme le disait Moïse Maïmonide un théologien du 12ème siècle, « Le risque de prendre une mauvaise décision n’est rien comparé à la terreur de l’indécision », alors, ne voulant ni l’un ni l’autre, je me décide à retourner une fois de plus au Brin de Zinc de Barberaz. Ce soir, un groupe de south rock, portant le doux nom de JIVE MOTHER MARY, venus de Burlington en Caroline du Nord, viennent remuer les chambériens.

JIVE MOTHER MARY, c’est deux copains d’enfance, MASON KECK et SETH ALDRIDGE qui, en 2005, ont décidé de se lancer dans la musique. Ils avaient treize ans à l’époque. Cinq ans plus tard, un autre pote de récré, TYLER SCHULZ les rejoint. Ils écument les clubs enfumés de plus de trente états pendant quelques années et tournent dans huit pays en compagnie des plus grands du genre. En 2018, ils sortent leur second album et dans la foulée, le power trio devient un quatuor car ils récupèrent un autre de leurs copains, KEITH INGALLS, au passage. Leur dernier LP créé pendant la pandémie, est sorti l’an passé.

Mon binôme de concert ne pouvant venir, je pars en couple, histoire de ne pas faire la route en solo. Il faut dire que depuis qu’elle a appris que je faisais la route les yeux fermés, elle ne veut plus me laisser rouler tout seul, mdr !

Arrivés à bon port, je suis surpris de voir si peu de monde. Il est vrai que nous sommes un mardi et que ce n’est pas évident de faire un concert quand on doit se lever de bonne heure le lendemain matin pour aller travailler. Et puis, je suis largement en avance. L’explication vient peut-être de là.

Sur place, j’en profite pour discuter avec des copains venus de Voiron, que j’avais déjà croisés lors du show d’ADAM BOMB, des concerts passés et futurs.

Une fois dans l’enceinte du Brin de Zinc, nous faisons un tour au merch’ où les CDs du groupe ainsi que quelques T-Shirts sont posés sur le comptoir. Nous sympathisons avec le vendeur, plus ou moins manager du groupe, qui m’interpelle en Français sur SAXON, en me demandant où je les ai vus la dernière fois. Il connaît bien l’ingénieur du son et me demande si ce n’était pas trop fort, étant donné le personnage. Il nous raconte, quand même aussi, un peu l’histoire des JIVE MOTHER MARY et de leur tournée actuelle.

Au fur et à mesure, le temps passe et le Brin de Zinc se remplit peu à peu. C’est une bonne nouvelle. Même s’il n’est pas plein, loin s’en faut, il est tout de même bien chargé.

Une bonne demi-heure plus tard que l’horaire prévu, les JIVE MOTHER MARY montent sur scène. MASON, le leader guitariste et vocaliste, TYLER l’autre guitariste, KEITH le bassiste et SETH le batteur, s’installent sur scène. MASON règle ses pédales de distorsion avec sa guitare, puis 3, 2, 1 go !

C’est parti avec « Let me in », un titre issu de « All fall down » suivi sans tarder par « Keep Between » et enchaîné avec un « Save My Soul ». Dès la fin de ce triptyque, je suis agréablement surpris par le niveau technique des musiciens. C’est incroyable, ils ont à peine la trentaine et sont déjà hyper pro !

Le south rock venu de Caroline du Nord sent le sud à plein nez. MASON, SETH, TYLER et KEITH sont décidés à livrer tout ce qu’ils ressentent au plus profond d’eux-mêmes et cela se ressent sur scène. Leur style musical est une bouffée d’air pur qui côtoie sans problème plein de groupes de classic rock déjà bien connus.

« Hi, Chambéry ! nous dit MASON avec son accent américain très prononcé, vous passez un bon moment ? ». Euh… comment dire… un super moment, tu veux dire !! Surtout techniquement parlant. Parce que musicalement, c’est plutôt mid tempo, très soul, country, parfois bluesy et groovy à la fois. Certes, la musique de JIVE MOTHER MARY ne fera pas péter le dentier de votre grand-mère, ne vous attendez pas à une déflagration sonore qui vous fera coller au mur, mais elle est de toute beauté et empreinte d’une musicalité sublime toute en subtilité. En bref, elle est géniale.

TYLER est celui qui s’éclate le plus. Même sur les morceaux les plus calmes. On dirait qu’il est hanté par sa guitare et que c’est elle qui lui fait faire tous ses gestes. Avec SETH qui martyrise ses fûts et ses cymbales. En fond de scène, ni vu, ni connu, il donne le tempo, grimaçant à chaque solo, s’éclatant sur les sonorités de son charismatique leader et de ses comparses. KEITH, lui, joue plutôt au père tranquille, tout en faisant ronfler sa basse pendant que TYLER joue et chante souvent les yeux fermés. Personnellement j’ai vraiment l’impression que sa musique coule dans ses veines.

Sans crier gare, le voici qui décide de descendre de scène pour montrer aux spectateurs tout son talent. L’attroupement qui se fait autour de lui, prouve qu’il est très doué !

Les titres passent avec une douceur qui vous enveloppe dans un cocon musical, plongeant le Brin de Zinc dans un cocktail magique de sang, de sueur et d’âme qui vous colle aux tripes comme un dîner dominical. Groovy, bluesy, sentant les odeurs du sud des USA, que du bon.

Me voilà complètement accro ! J’en reste comme deux ronds de flancs, complètement ébahi par la prestation de ces musiciens.

J’ai l’impression que cela fait plus d’une heure que JIVE MOTHER MARY a commencé son set, alors que nous n’en sommes même pas à la moitié. La setlist est longue comme le bras, au figuré comme au réel, et pas une seule fois nous ne sentons la lassitude nous envahir. C’est tellement fort musicalement que même les morceaux les plus calmes, comme « Big City Blues », une chanson qui parle d’Hollywood, Californie, comme nous la présente MASON – et qui verra une fois de plus les deux guitaristes jouer côte à côte – font que vous en restez complètement baba d’admiration.

« Est-ce que vous passez un bon mardi soir ? nous demande Mason. Merci d’être venus pour nous voir ! ». Le leader n’hésite pas à faire participer son public en le faisant taper des mains et chanter les refrains à chaque moment judicieux. Il va se frotter au public sur le devant de la scène et redescend encore une fois dans la fosse. Excellent !
Evidemment, le public du Brin de Zinc est ravi.

« Ce titre, je l’ai écrit alors que deux ouragans étaient censés nous frapper l’un après l’autre et que tout le monde s’inquiétait de la quantité de pluie que nous étions censés recevoir. ». « Hope It Ain’t That Bad » (j’espère que ce n’est pas trop grave en Français) retentit dans l’antre de Barberaz. Les guitaristes se rendent coup pour coup sur chaque riff. MASON décide de monter sur un retour et Tyler s’empresse de faire de même à l’opposé. Le public n’en perd pas une miette. Pour terminer son morceau, MASON s’assoit sur le retour penché sur sa guitare, faisant pleurer son instrument. Quelle claque nous venons de prendre ! Aïe, ça fait mal !

Le groupe quitte la scène sur « Home Is Where The Heart Is » et ses plus de huit minutes. MASON a vraiment une voix dans la pure tradition du rock sudiste, chaude, ardente, moelleuse à souhait.

Est-ce la fin du set ? Non, les JMM reviennent vite pour nous jouer leurs deux derniers titres, en terminant sur un de leur titre favoris « Move on Home ».

Une heure et quarante-cinq minutes plus tard, après avoir joué dix-huit titres, dans une prestation inoubliable, le groupe quitte définitivement la scène en remerciant le public d’être venu un mardi soir.

Malheureusement, l’heure tardive nous empêche de rester trop longtemps après leur prestation, il faut aller bosser demain. Mais nous repartons avec des étoiles plein les yeux. Le temps de dire au revoir aux copains, nous croisons MASON et le félicitons pour son concert. Tout content de nous voir, il nous interpelle avec un grand sourire : « What’s your name ? », me demande-t-il. Je lui réponds : « Seb ». « Hi, Seb, I am Mason, nice to meet you and thank you to comin to see us on tuesday night ! ». Un musicien qui vient à notre rencontre, et non le contraire, c’est du jamais vu !

En rentrant, les yeux grands ouverts (obligé, mdr), nous passons en boucle « 8 Tracks »  le dernier album des JIVE MOTHER MARY. Encore une fois, un grand merci à Thomas et au Brin de Zinc pour cette soirée et pour la découverte !

THE LORDS OF ALTAMONT : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 17 octobre 2022

THE LORDS OF ALTAMONT @ le Brin de Zinc

Report et Photos par MAGIC CEDRIC

Ce lundi 17 octobre, THE LORDS OF ALTAMONT est au Brin De Zinc, après une date à Genève et avant un concert à Bruxelles, pour nous délivrer un furieux concert de rock’n’roll.

Ce soir, la salle n’est pas bondée mais elle est quand même bien remplie de vrais connaisseurs et les filles ne sont pas en restent. J’ai la surprise de voir des têtes absolument inconnues de moi, donc très probablement des gens qui viennent de loin.

Le groupe monte sur scène. On a JACK au chant et à l’orgue, DANI à la guitare et une rythmique de tueurs assurée par ROB à la basse et BARRY à la batterie. Et, comme à l’accoutumée, ils brassent grave !

THE LORDS OF ALTAMONT @ le Brin de Zinc

Jack agite son orgue Farfisa dans tous les sens, il monte même dessus par deux fois et, perso,  je me demande comment il tient le coup. Miracle, il ne se ramasse pas la gueule par terre – je surveille pour ne pas me le prendre dans la tronche, pas fou ! En tout cas, il est partageur car le public peut même, de temps en temps, venir pianoter sur l’engin.

Les titres s’enchaînent à une vitesse supersonique dans un mélange de STEPPENWOLF et de MC5 auxquelles serait mêlée l’énergie de MOTORHEAD. Ça décoiffe grave, ce son bien 70’s !

L’ambiance est festive et les gens sont clairement dedans, en communion avec le groupe. Pour preuve, ça continue à brasser grave dans la salle. De mon côté, je dois faire gaffe au bassiste qui s’agite pas mal lui-aussi pour ne pas recevoir un coup de pied dans ma pinte. Bref, le concert de tous les dangers… pour ma bière !!

A un moment, JACK fait monter la nana que j’ai vu au merch’ sur scène pour assurer un morceau à l’orgue. C’est sympa.  

Perso, j’accroche vraiment sur « Evil » dont je connaissais la mélodie et le refrain car c’est une reprise dynamitée et jouée à la sauce heavy d’une reprise de CACTUS, que l’on peut entendre dans l’album « Restrictions », album datant de 71. Pour la petite histoire, le morceau original est, en fait, un vieux blues créé par WILLIE DIXON et interprété en son temps par HOWLIN’ WOLF en 54. Je ne suis pas le seul à me régaler avec ce titre et le photographe à côté de moi semble lui-aussi bien apprécié le morceau.

THE LORDS OF ALTAMONT @ le Brin de Zinc

A la fin du set, le groupe a joué une bonne heure cinquante. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on n’a vraiment pas eu un show au rabais !

Comme souvent au BDZ, certains membres du groupe viennent dès la fin du show pour les traditionnelles photos et séances de dédicace. C’est toujours cool pour le public. On peut regretter qu’il n’y ait pas eu sur cette date les danseuses qui accompagnent parfois le groupe mais bon, c’était classe quand même !

Bref, les LORDS OF ALTAMONT nous ont délivrés ce soir un fabuleux concert de rock’n’roll énergique comme on les aime !

THE LORDS OF ALTAMONT @ le Brin de Zinc

LITTLE CAESAR : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 17 septembre 2022

LITTLE CAESAR @ le Brin de Zinc

Report by SEB 747 – Photos : STEVE*74

Les week-ends se suivent mais ne se ressemblent pas. Ce soir, je retourne au Brin de Zinc pour assister au concert des CRUZADOS. Euh.. non, je me trompe, c’est les LITTLE CAESAR que je vais voir. Remarquez, je ne me trompe pas trop, étant donné que les ¾ des musiciens jouent avec les CRUZADOS. Comment ça, vous ne savez pas quel est ce groupe ? Suivez un peu les reports du webzine, enfin !

Trève de plaisanterie, et revenons à nos moutons. Comme vous vous en doutez, la route se fait les doigts dans le nez, à force, et nous arrivons à bon port. Évidemment, mon binôme de concerts Steve *74, m’accompagne comme souvent. Depuis le temps que, moi comme lui, nous voulions voir le groupe à l’œuvre, ce soir c’est chose faite.

Et voilà, fin du report.

Quoi ? Vous en voulez plus ? Bon, d’accord, mais c’est bien parce que c’est vous, hein ? Lol.

LITTLE CAESAR @ le Brin de Zinc

Cà fait une bonne demi-heure que nous sommes arrivés et le Brin de Zinc se remplit de plus en plus, ce qui est bon signe. Le temps passe et, pendant que nous papotons avec les copains, nous nous faisons gentiment bousculer par RON YOUNG, le chanteur du groupe qui traverse le public en catimini pour monter sur scène.

Il est 21h15 lorsque les LITTLE CAESAR envahissent les planches au grand complet.

Et d’entrée de set, le groupe montre les crocs avec « Pièce of The Action », un titre tiré de leur deuxième album « Influence ». Sans autres fioritures, ils enchaînent avec l’excellent « Rock’n’roll State Of Mind », du tout premier album, sorti il y a déjà 32 ans – ce qui ne nous rajeunit pas.

LITTLE CAESAR @ le Brin de Zinc

Le groupe ne nous laisse à peine le temps de reprendre nos esprits, et enchaîne avec « American Dream ». Ultra groovy, et mega bluesy, ces titres, qui se retiennent comme une chanson populaire, comble le Brin de Zinc bien complet.. RON prend enfin le temps de nous parler pour nous présenter « Holy Roller ». C’est fou comme notre arrière-train n’arrête pas de bouger au son de ces morceaux. C’est très bon et tout le monde semble prendre son pied.

L’ambiance sur scène est bon enfant. RON plaisantant régulièrement avec son guitariste MARK TREMALGIA. Voire même avec LOREN MOLINARE, le second guitariste, complice de toujours, qui ne tient pas en place. Il fait presque autant le show que RON, il bouge dans tous les sens, et se frotte régulièrement au public.

LITTLE CAESAR @ le Brin de Zinc

ROB KLONEL derrière ses fûts reste le métronome du groupe. C’est lui qui donne le tempo en rythme avec PHAROAH BARRETT, l’impressionnant bassiste. Celui-ci prend de temps en temps le chant lead et fait groover sa basse comme jamais.

LITTLE CAESAR continue sur sa lancée. Et vas-y que je te joue un petit « Hard Time » pour enchaîner sur l’émotion avec « Johnny », et un « Turn My World Around » qui embrase le BDZ. Des pépites sorties tout droit de l’empire du petit CAESAR. C’est tout simplement monstrueux d’efficacité.

Et paf ! C’est l’incontournable hit du premier album « Chain Of Fools » qui finit de consumer le public. Tout bonnement imparable. Notre niveau de satisfaction commence à surchauffer autant que la chaleur intense de la salle.

RON nous explique qu’un soir, après qu’il se soit disputé avec LOREN, celui-ci l’appelle vers trois ou cinq heures du matin pour se réconcilier, et ce soir-là, ils ont écrit « Rhum & Coke », un morceau au refrain de tueur, même si le titre en lui-même peut-être porté à controverses.

Les titres tous aussi magistraux les uns que les autres se bousculent en file indienne. Un petit « Straight Shooter », issu du dernier LP du groupe en date, puis un « Vegas », toujours de l’album « Eight », pour continuer sur « Motown », un excellent hommage à la maison de disques de Détroit, poursuivi par un « Stand Up » et un sale « Down & Dirty ».

LITTLE CAESAR @ le Brin de Zinc

RON remercie chaleureusement son public en Français dans le texte. Comment ne pas résister devant le charisme de cet excellent chanteur. Malgré une chaleur ultra-condensée – RON est surpris de voir ses bras tatoués plein de sueur – le groupe continue de mettre le public dans sa poche, en continuant avec les morceaux « Mama Tried » daté de quatre ans déjà, prolongé par « Every Pictures Tells a Story ».

Fin du spectacle. Les LITTLE CAESAR quittent la scène après un salut aux spectateurs. Mais pas pour longtemps, car ils reviennent sous les sollicitations du public toujours aussi nombreux.

LITTLE CAESAR @ le Brin de Zinc

« Wrong Side of the Tracks » suivi d’une belle balade, pour atomiser le Brin de Zinc avec « Real Rock Drive ». Que d’énergie déployée dans cette succession de morceaux intenses. Après plus d’une heure trente d’un show ultra-chaud, le groupe quitte les planches, tout comme le public, complètement lessivé.

Ils reviennent pour faire les photos et signer les autographes après être allé se rafraîchir dans les loges. Pour nous, malheureusement, nous n’aurons pas le temps d’attendre. Il est l’heure de retourner retrouver notre doux foyer, étant donné l’heure tardive… non sans avoir fait un petit tout au merch’, pour soutenir le groupe en achetant T-Shirt et de vieux albums.

Comme d’habitude, nous remercions vivement Thomas et le Brin de Zinc pour cette superbe soirée !

Et un peu de rab’ de photos et c’est cadeau !

PASCAL VIGNE BAND + VOODOO SKIN : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 09 septembre 2022

VODOO SKIN @ le Brin de Zinc

Report et Photos : Hi’ Twist

Retour au BDZ, une salle que connaissent bien les musiciens de VOODOO SKIN, puisque la plupart sévissent dans HIGH VOLTAGE et ont RDV chaque fin d’année dans ce lieu si chaleureux, dédié à la culture.

Je parlerai peu de PASCAL VIGNE BAND car je n’ai vu que 4 titres de son concert. J’admire la dextérité de PASCAL VIGNE, alliée à une rythmique soutenue qui tient la route puisque nous retrouvons les mercenaires du rock CHRISTOPHE BABIN (basse du PAT O’MAY BAND) et AUREL OUZOULIAS (batterie de SATAN JOKERS, MORGBL). Le tout est exécuté dans un registre guitare instrumentale et dans le sillon d’un SATRIANI ou d’un VAI.

VODOO SKIN @ le Brin de Zinc

Petit intermède au bar et déjà les tauliers du BDZ montent sur scène. J’ai nommé VOODOO SKIN. Plus de 3 ans et demie se sont écoulés depuis la sortie de leur premier opus. Une intro guitare jouée par JC. LAFARGE annonce “Get out”, 1er titre du tout nouvel album du groupe, album du même nom. Rythmique puissante pour un titre qui accroche, tout comme “Wherever you go”qui démarrent sur les chapeaux de roues et qui nous gratifie de belles harmonies vocales.

Retour au premier album avec “Sweet fallin’ angels” qui opère dans un registre classic rock avec de belles envolées ledzeppeliniennes. Arrive “Better man”, suivi de “Alibis” et sa rythmique soutenue. De ce premier opus, “Addicted to pain” surprend par sa montée en puissance, appuyé par la voix de FRANCOIS ROTA qui donne tout ce qu’il a. Grand moment… tout comme les nouveaux titres issus de “Get out”.

VODOO SKIN @ le Brin de Zinc

Je ne peux faire l’impasse sur un “Dont’ tell me”, dans l’esprit d’un DEAD DAISIES avec un refrain accrocheur qui te rentre dans la tête ou d’un “Lost” qui débute par une douce ligne de basse de GUILLAUME GIAZZI, avec la voix posée de “FRANSCOTT” et qui sera l’intermède calme du concert. Quand “Scared” commence, sur les chapeaux de roue toujours, nous sommes surpris par sa rythmique ska.

Les musiciens ont plaisir à jouer et leurs petites taquineries donnent l’ambiance de la soirée.

VODOO SKIN @ le Brin de Zinc

Un rappel verra le retour des VOODOO SKIN avec “Breaking in two” et sa grosse rythmique.

Le moment phare du concert se produit avec “The leaving”. Avec son intro basse/batterie et la voix mélodique, le groupe nous emmène dans un beau voyage. La construction et les envolées de ce titre me font penser à MUSE. Le rythme s’accélère vers la fin. Splendide !

Exit, même si on est encore dans le move et dans l’ambiance de cette si belle soirée. Au moment de cette publication, beaucoup de souscripteurs au crowfunding de “Get out” auront reçu ce nouvel album. pour les autres, patience. Et pour les plus curieux, vous avez tout le loisir d’aller les écouter sur les plateformes de téléchargement !

Incoming search terms:

  • https://lewebzinedeti-rickou com/pascal-vigne-band-voodoo-skin-live-report-le-brin-de-zinc-de-barberaz-73-09-septembre-2022/
  • voodoo skin band