Tagged: LE BRIN DE ZINC

ADAM BOMB + HARSH : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 03 septembre 2022

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

Report by SEB 747 – Photos : STEVE*74

Et voilà une nouvelle année de rentrée de concerts qui commence ! Et c’est encore une fois  au Brin de Zinc de Barberaz. Et pour voir qui, me demanderez-vous ? ADAM BOMB bien-sûr !! Encore, seriez-vous tenté de me dire ! Je ne vous cache pas que j’ai tout de même hésité à faire le déplacement, l’ayant vu un nombre incalculable de fois. D’ailleurs, je ne suis pas le seul, étant donné que mon copain de concert a autant chipoté que moi. Cependant, comme le dit si bien l’expression, quand on aime, on ne compte pas. De plus, comme avec ADAM BOMB il y a toujours une surprise qui nous attend au tournant, que ce soit pendant, ou après le show, je ne peux définitivement pas faire l’impasse. Et puis ce soir, ce sont les Parisiens de HARSH qui font la première partie et j’adore leur album « Out of Control » sorti en mars dernier. Ca promet une soirée dantesque !

Allez c’est parti ! Direction la Savoie voisine, non sans passer récupérer mon copain Steve *74 qui, comme toujours, fait le photographe, ce qui me permet plus aisément de vous raconter le show de ce soir. Pas de problème pour la route qu’on fait les yeux fermés maintenant. Comment ça, il faut les laisser ouverts ? C’est mieux pour la conduite même si on connaît la route par cœur ? Ah oui, effectivement, c’est beaucoup plus facile, lol !!!

Arrivés sur place, on dit bonjour aux copains qu’on n’a pas vu depuis plusieurs mois, et ce coup-ci, non à cause d’une épidémie mais à cause des vacances. Faut bien faire un break de temps en temps. Ça repose les oreilles.

HARSH @ le Brin de Zinc

Trève de bavardage, il est temps de rentrer dans l’antre du Brin de Zinc ! Les HARSH sont en place pour attaquer leur show et j’ai hâte de voir ce que ça va donner.

Dès le premier titre « Make the law », le ton est donné. Ce sera rock’n’roll à fond les ballons.

ALBERT, au chant et à la guitare, démarre sur des chapeaux de roues, sous les frappes agressives de LEO, le ronronnement de la basse de JULIEN et les riffs de tueurs de SEVERIN. Ce soir c’est un condensé d’énergies brutes, issu du fruit de leurs différentes influences qui dégoulinent dans une énergie contagieuse dans laquelle s’engouffre le groupe. Il ne faut que l’entame du deuxième morceau pour que le public commence à s’intéresser de plus près au groupe en se rapprochant de la scène.

Juste après « The Sound She Does », titre remarquablement interprété à la guitare, SEVERIN échange avec le chanteur ALBERT pour jouer et chanter parfaitement « Born To Be Wild » le classique de STEPPENWOLF. Complètement étourdissant de technicité et de justesse, cette reprise a le don de chauffer le Brin de Zinc. Le public réagit à nouveau avec les deux guitaristes qui se lancent dans un combat intense avec leurs six cordes.

Les titres défilent et c’est « Fire at will », un autre morceau de leur album, qui est joué ce soir. C’est l’occasion pour ALBERT de faire chanter le public. Et ce dernier n’hésite pas une seconde à reprendre les airs que le chanteur lui fait entonner !  

Histoire de calmer l’intensité du Brin de Zinc, HARSH nous joue la power ballade « Believe Me I’m Alive » qui se trouve également sur leur album. Celle-ci est loin de sombrer dans le sirupeux. Le mélange d’harmonies et de mélodies entrelacées apporte une couleur US rutilante que ne renieraient pas un SKID ROW.

Après un « Maniac » de folie, la deuxième cover façon HARSH, qui faisait suite à un « Tease Me » incendiaire, le chanteur nous annonce le dernier morceau de la soirée.

« Good Lovin » le premier titre de leur album, termine donc le set des Parisiens.

Contrairement à un copain qui reste mitigé sur la prestation des musiciens, attendant un petit plus qui semblait lui manquer, moi j’ai bien apprécié leur show. Pendant que le groupe plie bagage pour laisser la place à la vedette de ce soir, j’en profite pour discuter avec SEVERIN et lui proposer une interview que vous pourrez voir sur le webzine dans peu de temps.

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

A peine le temps de tout ranger, que voilà celui que tout le monde attend et pour qui les spectateurs se sont déplacés. D’ailleurs, ça se voit, il ne reste plus beaucoup de places devant la scène. J’ai nommé ADAM BOMB !! Première constatation et qui fait plaisir à voir, ADAM a gardé le line-up avec lequel il était venu nous voir il y a trois ans déjà. Souvenez-vous, il y avait eu un report (Vous devriez le savoir si vous suivez un temps soit peu le webzine… Et sinon, vous n’avez aucunes excuses) ! Cerise sur le gâteau, il a ramené dans ses bagages, un autre guitariste, VIC JONES. Et le peu qu’on puisse dire c’est qu’il assure !

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

Lorsque vous venez assister à un show d’ADAM BOMB, vous savez que vous allez en voir de toutes les couleurs. Aussi bien musicalement que physiquement, notamment avec ses guitares éclairées aux néons et sa pyrotechnie. Et ce soir, ne vas pas faire exception à la règle. ADAM qui porte, tel un pirate, un cache-oeil est comme souvent en pleine forme. La preuve, les titres de l’acabit d’un « I Want my Heavy Métal » ou encore « Pure S.E.X », un incontournable tiré de son deuxième LP datant de 1990, enchaînés l’un derrière l’autre, sont interprétés avec une conviction intense. Tout comme « Crazy Mother Fucker » qui suit tout de suite après. Quel enchaînement ! Le public est aux anges.

KOZZY, le bassiste, est exactement le même qu’il y a trois ans, Il en fait des tonnes. Il s’accroche au plafond, saute de partout, n’arrête pas de faire des allers-retours devant la scène, et enchaîne les pauses. Peut-être un peu too much d’ailleurs, mais dans ce contexte, ça le fait. C’est limite s’il ne vole pas la vedette à ADAM. Mais les regards sont tout de même tournés vers le guitariste. Je pense que d’avoir plein de lumières sur sa guitare, ça aide quand même à attirer l’attention, lol !

LEO, surnommé affectueusement « KID LEO » par ADAM, nous fait un solo renversant, se levant derrière ses fûts pour faire participer le public, pendant qu’ADAM BOMB met le feu à ses cymbales. Je suis vraiment impressionné par le jeune batteur qui a pris une assurance incroyable depuis la dernière fois où je l’ai vu.

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

Il est l’heure pour l’incontournable « Je t’aime Bébé » qui fait toujours son effet dans un auditoire blindé et les spectateurs s’en donnent à cœur joie pour reprendre le refrain.

Adam nous fait une petite démonstration de guitare en nous jouant un petit « Éruption » de qui vous savez. Eddie Van Halen pour ceux du fond qui n’ont toujours rien compris ! Par ce biais, il nous démontre qu’il n’a rien perdu de son talent.

Cependant, ce morceau annonce aussi, le moment des reprises. On se dit qu’avec la discographie du musicien, plus d’une dizaine d’albums, en plus de trente-six ans de carrière, cela ne devrait pas durer. Oui, mais c’est sans compter sur le personnage et sa longue histoire de musicien. Le groupe rend hommage aux anciens du genre, VAN HALEN, KISS, qu’ADAM BOMB a failli rejoindre à ses vingt ans. Il nous fait même un cover des SEX PISTOLS joué juste après « Pissed », un titre de l’album « Get Animal ». Certes, ses morceaux ressassés à foison, maintes et maintes fois, traînent sur la longueur et, en tant que fan, nous aurions aimé qu’il y en ait un peu moins, mais ADAM a toujours ce côté rock’n’roll en version street punk qui fait qu’on lui pardonne aisément. Et puis, comme il le dit lorsqu’il reprend le fameux morceau « It’s m’y Life » de THE ANIMALS : « C’est ma vie et je fais ce que je veux, pense ce que je veux ».

Le groupe interprète aussi certains de ses mémorables titres tels que « S.S.T. » qui date de 1986, durant lequel ADAM ne peut s’empêcher de faire une petite incartade aux DOORS.

« Rock Like Fuck » déclenche les pogos et le dernier feu d’artifice de la soirée. Encore une fois, les flammes sont de sortie sur les cymbales et réchauffent l’atmosphère. Et comme s’il ne faisait pas déjà assez chaud, ADAM met le feu à sa guitare et KOZZY, tout comme GENE SIMMONS de KISS, crache du feu sur une torche… Torche qu’il aura d’ailleurs du mal à étouffer, ce qui l’oblige à sortir de la salle pour l’éteindre. Carrément explosif cette fin de morceau !!

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

La fumée persistante voit KOZZY donner sa basse au second guitariste et s’éclipser pendant deux titres avant de reprendre sa place. Cela n’a pas l’air de plaire à ADAM qui se pose la question de son absence. Mais tout rentre dans l’ordre pour les tout derniers titres de la soirée. En observant d’un peu plus près le musicien, je sens qu’il a souffert de la fumée persistante dans le Brin de Zinc, malgré les ventilateurs présents.

A peine descendu de scène, ADAM prend des photos avec les fans, pendant que Pip son caniche râle après tout le monde. Il semble nous dire « Maintenant ça suffit, laissez mon maître tranquille et occupez-vous de moi ! ». Du coup, après avoir fait une caresse quasi obligatoire au chien, et avoir félicité « KID LEO » de sa prestation, moi je vais faire l’interview de HARSH, laissant mon copain Steve*74 veiller sur le merch’ des Parisiens.

Bref, une fois de plus ADAM BOMB nous a éblouis par son charisme et son talent de guitariste et sur ce coup-là nous sommes vraiment contents d’être venus !  

Un grand merci au Brin de Zinc et à Thomas, son patron, pour cette excellente soirée et nous avoir fait découvrir HARSH en live !

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

THE SWEET NEEDLES + JC JESS + ANIMALIZE : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 02 juillet 2022

THE SWEET NEEDLES @ le Brin de Zinc

Report by SEB 747 – Photos : STEVE*74

Les Parisiens de SWEET NEEDLES sont actuellement dans la région savoyarde. Ils ont joué vendredi soir au Rock ‘o Marais à quelques minutes de chez moi et évidemment, je suis allé les voir. J’y ai croisé mon copain Steve*74 et nous nous sommes demandés, en sachant qu’ils sont le lendemain au Brin de Zinc, si nous faisions le déplacement.

La nuit portant conseil, c’est le lendemain que je me décide à aller à Barberaz. Et, comme il y a deux groupes de plus qui m’intéressent, je passe chercher Steve et c’est donc à deux que nous prenons la route en direction de Barberaz, tout près de Chambéry.

Arrivés sur place, nous croisons certains membres des SWEET NEEDLES, très contents de voir des têtes connues, et une partie des JC JESS que nous n’avons plus croisés depuis plusieurs années. Ils nous annoncent qu’ils vont jouer en dernier, leur batteur ayant des obligations professionnelles.

ANIMALIZE @ le Brin de Zinc

Ce sont donc les Lyonnais d’ANIMALIZE qui auront l’honneur de démarrer le concert de ce soir, les SWEET NEEDLES jouant du coup en second, et JC Jess en dernier.

Un premier constat s’impose, il n’y a pas encore beaucoup de monde en ce samedi soir. Avec une affiche comme celle-ci, c’est vraiment dommage. Il faut dire aussi, que la date, hormis sur W.T.R., n’est annoncée quasiment nulle part et qu’il y a aussi le Plane ’R Fest qui se déroule non loin de là. Ceci explique peut-être cela. « Pardonnez-leur mon Père, ils ne savent pas ce qu’ils font », aurait dit un certain personnage biblique, lol. Bah nous, nous allons en profiter à fond !

Ayant découvert le groupe ANIMALIZE après la publication de deux titres de leur nouvel album sur la toile, je suis curieux de voir ce que cela peut donner en concert. Contrairement au rédac chef, je n’ai jamais eu l’occasion de les voir en live.

Les musiciens montent sur scène et tout de suite, une remarque s’impose : un look, une attitude, devenus rares de nos jours. En fait, ANIMALIZE a tout l’attirail du parfait hardos des années 80 (c’est comme ça qu’on s’appelait à l’époque, le terme “metalleux” n’arrivant que bien plus tard).

NIELS, le bassiste chanteur, tel un LIPS d´ANVIL, torse nu, cartouchière en bandoulière, est impressionnant de justesse et de qualités. Son chant ultra-aigu par moments, redevient grave dans la seconde, exactement comme à l’époque bénie du heavy metal traditionnel qu’ils représentent vaillamment. En plus, il ne tient pas en place, prenant la scène à lui tout seul, descendant dans le public, basse en mains pour faire bouger les spectateurs. Un véritable showman.

ANIMALIZE @ le Brin de Zinc

Chaque chanson me fait penser à un groupe connu des années 80, mais pas moyen de mettre le doigt sur lequel. Tout bonnement incroyable ! Il me semble entendre du DIO, non, du JUDAS PRIEST ! Punaise, du SKID ROW maintenant. Aargghh, je n’en peux plus tellement c’est bon !!!!!

Avec ANIMALIZE, c’est : retour vers le futur. C’est à la fois futuriste et fermement enraciné dans le passé. Ils arrivent à faire fusionner le speed metal avec le power-thrash et le metal traditionnel, dans un mélange hyperbolique et tellement addictif, avec une facilité folle.

Des morceaux chantés en Français, tel que « Samouraï de l’univers », un titre de leur nouvel album, me font penser à un croisement entre ADX et SATAN JOKERS première période. C’est tout bonnement excellent. « Pigs from outer Space » et son refrain entêtant où bien « Eternal Second » sont encore des titres qui vous font penser à un ancien groupe, mais sans arriver à le nommer. C’est tout simplement génial. Les deux guitaristes que sont JESSY et GABRIEL se rendent coup pour coup sous les frappes incessantes de DAMIEN, le batteur.

ANIMALIZE @ le Brin de Zinc

Que ce soient les titres en Anglais ou ceux en Français, tous me font penser à l’âge d’or de ma jeunesse (et l’adolescence de mon copain Steve. Mdr). Un peu comme le rédac’ chef, j’ai une petite préférence pour les titres en Français. « L’Aigle de la route » ou « Sous l’œil du charognard » par exemple sont vraiment excellents.

Superbe mise en bouche avant le plat de résistance, les SWEET NEEDLES.

Petite pause fraîcheur, en sortant du Brin de Zinc où l’on discute âprement de la petite claque que nous venons de prendre.

Les discussions sont animées et le temps passe très vite. Du bruit sort du BDZ, mais ce ne sont que les balances. Retour donc dehors pour reprendre là où nous en étions restés.

THE SWEET NEEDLES @ le Brin de Zinc

C’est OSCAR, le chanteur, qui vient sonner le tocsin, quelques minutes plus tard, en ameutant tout le monde à l’intérieur. Dès le premier titre, pas de répits. Tel un volcan en éruption SWEET NEEDLES laisse jaillir toute sa maîtrise et sa puissance musicale. Les cinq gaillards ne font pas dans la dentelle, ça se saurait. Personnellement c’est la cinquième fois que je les vois et j’adore toujours autant leurs hymnes fédérateurs toujours aussi explosifs en live.

Cerise sur le gâteau, ils ont sorti un album en fin d’année dernière et nous allons avoir droit à plusieurs titres ce soir.

THE SWEET NEEDLES @ le Brin de Zinc

Comme à son habitude, le frontman se cache dans le public pour les accords du premier titre pour remonter, tel un taureau furieux, sur scène pour chanter. Évidemment, si vous connaissez le personnage, vous n’êtes pas vraiment surpris, en revanche, si c’est la première, c’est d’enfer !

Plusieurs titres de leur premier et nouvel album sont joués ce soir, tels que « Headache », ou bien  « Better late than never », ou bien encore le morceau que j’adore, le puissant « Not The Only One ».

SWEET NEEDLES tabasse à la puissance XXL ce soir. OSCAR, à peine fatigué de la veille, fait une fois de plus le show, descendant à plusieurs reprises de la scène pour entraîner les spectateurs dans son trip.

Mais, et les musiciens dans ce cas-là, ils font quoi ? Eh bien, ils assurent. C’est une véritable secousse sismique, qui engrange les morceaux sur les chapeaux de roue. HIPPOLYTE est aux taquets derrière sa batterie accompagné par la basse d’ARTHUR, qui headbangue comme un damné. L’autre ARTHUR, guitariste de son état et frère d’OSCAR sorts des riffs d’on ne sait où, avec son comparse Simon qui donne tout ce qu’il a pour séduire le public.

Durant « Rock‘n’roll Queen » la seule cover de ce soir, une chanson popularisée par THE SUBWAYS, qui fait un malheur parmi les spectateurs, OSCAR s’en va compter fleurette à la barmaid qui joue bien le jeu.

La place laissée devant la scène permet au chanteur de s’exprimer comme il l’entend, c’est-à-dire à fond ! Il est intenable, allant réveiller les spectateurs trop attentifs et lancant les pogos.

SWEET NEEDLES, c’est une intense chevauchée sans demi-mesure dans le hard-rock et le metal old school mais en version moderne. Un chant rageur, une section rythmique détonante et des guitares frénétiques aux solos intenses qui prennent un malin plaisir à brouiller les cartes à la moindre occasion. Sur scène, les cinq musiciens savent faire bouger le public au rythme de leurs chansons où puissance, lourdeur et mélodies se croisent dans une homogénéité maîtrisée.

En bref, nous avons encore pris une bonne petite claque, même si, personnellement j’ai préféré le show de la veille. Cependant, les copains parisiens ont su donner tout ce qu’ils ont pu au public chambérien qui a, une fois de plus, été séduit par leur prestation.

En attendant que le dernier groupe s’installe, nous discutons avec les SWEET NEEDLES de leurs différentes prestations entre celle de la veille, et celle de ce soir. Effectivement, je leur signale que j’ai préféré celle de la veille, mais qu’il y a très peu de différences entre les deux, si ce n’est le nombre de spectateurs.

JC JESS @ le Brin de Zinc

JC JESS, le dernier groupe de ce soir, s’installe sur scène. C’est bizarre, ce n’est pas la première fois que je les vois en concert, mais c’est là première fois que je fais un report sur leur passage. Le rédac’ chef en a fait une ou deux, et mon copain Steve aussi. Mais moi, jamais. Je ne vous explique pas la pression ! D’autant que j’ai eu le malheur de leur dire que c’était moi le scribe. Lol.

JEAN-CHRSITOPHE, le guitariste-chanteur, fondateur du groupe, producteur à ses heures (ça en fait des étiquettes) accompagné par son fidèle serviteur, depuis ses tout débuts, DICK à la seconde guitare, et l’excellent batteur SEB (avec un prénom comme ça, il ne peut qu’être excellent. Comment ça je ne suis pas partial ? Mdr) ne sont pas venus à Chambéry pour enfiler des perles.

Dès le début du show, le groupe tape dur. JC penché sur son micro enchaîne les morceaux sous le regard fasciné des spectateurs restants. Leur bassiste ERWIN étant appelé à d’autres activités, c’est avec Cédric le bassiste de ETERNAL FLIGHT (entre autres) que le groupe joue ce soir.

Malgré l’heure bien avancée de la soirée, l’ambiance est toujours à la fête dans la chaleur étouffante du BDZ. Tous les membres des deux groupes précédents sont venus assister au show de nos copains haut-savoyards. C’est vous dire s’il semble attendu !

Personnellement, je suis agréablement surpris par leur prestation. Le mélange power metal, speed et thrash devenu plus mélodique qu’à leur début n’est pas pour me déplaire. Les solos de JC sont toujours efficaces et intéressants techniquement. Il prend le reste du public dans ses mains pour ne plus le lâcher. C’est fou ce qu’il arrive à tirer comme sons de son instrument ! J’avais beaucoup d’appréhension avant leur prestation mais elles se sont vite envolées au fur et à mesure de leur show.

Les spectateurs restants sont à fond derrière le groupe, headbanguant régulièrement sous les impulsions de JC. Un petit peu de thrash, un peu de metal traditionnel (la fameuse NWOTHM), les titres du groupe cartonnent. Et toujours les membres des groupes précédents sont régulièrement là. NIELS d’ANIMALIZE, est à fond et n’en perd pas une miette, ses autres comparses sont aussi présents, tout comme certains membres des SWEET NEEDLES, qui s’éclatent comme des bêtes.

JC JESS @ le Brin de Zinc

C’est vraiment cool de voir une ambiance comme celle-là. Franchement, nous passons un excellent moment et comme dit le proverbe, les absents ont toujours tort.

Quoi ? C’est déjà fini ? Je n’ai pas vu le temps passé, moi ! J’en reprendrai bien un peu ! D’ailleurs, je ne suis pas le seul, étant donné qu’une fois n’est pas coutume, le public du Brin de Zinc, même s’il n’est plus très nombreux en réclame encore.

JC prend la parole : « Je sais pas là. Il est tard. Que dit la patronne ? On peut continuer ? On veut pas se faire engueuler non plus. D’accord. On va vous en jouer une autre ». « Breaking The Law » de JUDAS PRIEST et un cover de METALLICA plus tard, JC JESS met les spectateurs du BDZ sur les genoux.

JC JESS @ le Brin de Zinc

Ayant suivi le groupe en live depuis plusieurs années, je me rends compte qu’il s’est bonifié avec le temps. JC à l’air d’avoir trouvé la combinaison parfaite entre son côté thrash, limite death, qui le caractérisait à ses débuts, et le côté heavy power metal qu’il semble privilégier aujourd’hui.

Excellent concert ce soir, avec trois très bons groupes en devenir, même si l’on peut penser que JC JESS est déjà bien installé, mais ceci est un autre débat. Un grand merci au Brin de Zinc pour avoir organisé cette soirée !

RAKEL TRAXX : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 11 juin 2022

Report by SEB 747 – Photos : STEVE*74

Aujourd’hui, c’est la Saint-Barnabé, et c’est la journée mondiale du tricot. Vous vous doutez bien que je ne vais pas me lancer dans cette activité quoique, il y a quelques mois, on avait quasiment que ça à faire, étant donné qu’on était cloîtrés à la maison. Heureusement, c’est enfin fini et on reprend les concerts qui sont programmés à foison maintenant.

Voilà pourquoi, ce soir, je file une fois de plus vers la Savoie. En effet, le Brin de Zinc, reçoit les glam-rockers marseillais de RAKEL TRAXX.

Je passe, là aussi, un peu comme d’habitude, chercher mon copain de concert Steve*74, et nous partons à Barberaz.

En première partie, HELLFIRE KLUB, un tribute à Edguy doit chauffer la salle. Comme la politique du webzine étant ce qu’elle est, nous ne pourrons pas en parler. Cependant, force est de constater que PACO, le leader du groupe et organisateur de la soirée se démène comme un beau diable pour organiser des concerts dans la région.

Pendant que le groupe joue devant un Brin de Zinc bien rempli, dehors un accordéoniste – qui semble avoir un peu abusé d’eau ferrugineuse – met l’ambiance. SWYLDE, SQUALL et ZANTOLO n’en perdent pas une miette et s’amusent comme des petits fous. Un bon moment de détente pour les RAKEL avant de prendre d’assaut la scène du BDZ.

Trêve de plaisanterie, il est l’heure d’aller s’installer sur scène pour les Rakel. Le public toujours aussi présent remplit bien correctement le Brin de Zinc.

SHANON, le chanteur, lance les hostilités avec l’incontournable hit « Quicksand ». Et tout de suite, les Marseillais mettent le feu au Brin de Zinc. Nous n’en attendions pas moins de leur part, évidemment ! Il n’empêche que les spectateurs qui ne connaissaient pas sont agréablement surpris. La setlist est exactement celle du Rock ‘n’ Eat Live, au mois d’avril dernier. Tout est en place pour qu’on passe une excellente soirée.

Cependant, il y a un je-ne-sais-quoi de plus, si je veux comparer aux nombreuses fois où je les ai vus. Peut-être une énergie due à un nombre de concerts conséquents depuis ces dernières années. Enfin, bref, les Marseillais ne sont pas venus enfiler des perles et nous le démontrent dès le second titre « Sexy Town », un inédit, et « I Need You Honey » qui débouche juste après.

Le sleaze rock teinté de métal des copains est interprété dans un esprit fun et rock à la Guns’n’Roses des premiers temps, et ça fait plaisir à voir ! C’est normal, on est fans.

Les copains et les copines qui sont devant la scène pour supporter nos amis, sont les mêmes que ceux qu’on croise régulièrement aux concerts des RAKEL. Mais il y a aussi des nouvelles têtes, qui prennent leur première dose du glam efficace et rentre-dedans de nos copains de la Canebière.

Ce soir, les classiques que sont devenus « Lady got a gun », « I had a dream » « Red n’ hot » sont interprétés, mais nous avons droit aussi à des inédits : « 19 Nights », le single qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux et « Mexico », interprétés juste avant. Ce sont des morceaux explosifs qui promettent pour leur futur EP qui devrait sortir en septembre, nous a-t-on dit.

Le public est à fond derrière les Marseillais et la chaude ambiance que met le groupe dans le BDZ, est intense. La musique des RAKEL TRAXX est toujours aussi efficace : si vous fermez les yeux, vous vous projetez soniquement en 1990, en plein dans la période phare du glam-rock au Forum de Los Angeles !

LESTE, derrière ses fûts, est toujours aussi efficace. La rythmique qu’il tient avec SWYLDE, qui a pris une place considérable dans le groupe, puisque, avec SHANON, c’est lui qui motive le public et prend les chœurs, est métronomique. Nos deux guitaristes, dignes des plus grands guitaristes de ce style de musique, ne sont pas en reste, et donnent le change avec leurs riffs entêtants.

« Where are the Girls ? » demande SHANON. « The Wild Girls ! », rectifie le bassiste. Et c’est encore à un nouveau titre auquel nous avons droit ce soir : « Wild Girls ». Vivement le nouvel EP !! Notre patience va être mise à rude épreuve cet été en attendant cette sortie.

SQUALL monte sur les retours, ZANTOLO se met en retrait, SWYLDE aussi, et SHANON demande à tout le monde de monter sur scène pour l’indispensable « Give me your Love ». Evidemment, personne ne se fait prier pour monter sur les planches, et l’ambiance est de plus en plus fun sur scène.

Et c’est, comme d’habitude encore une fois, sur la reprise de QUIET RIOT, euh, pardon, SLADE (c’est juste pour faire rager mon copain Steve), que se finit le show des RAKEL.

Les voilà qui quittent la scène, non sans avoir fait la photo de groupe. Oui mais voilà, là aussi, un peu comme d’habitude, le BDZ ne l’entend pas de cette oreille et réclame encore un titre avec tellement de conviction, que, même s’ils semblent sur les rotules, les membres du groupe reviennent sur scène pour nous jouer un dernier morceau, non inclus sur la setlist, qui termine de dévorer les spectateurs chambériens.

Quel concert mes aïeux ! Encore meilleur que celui de Lyon, qui était déjà énorme. C’est vous dire !

Les RAKEL on fait brûler le Brin de Zinc de plaisir et les spectateurs ont pris leurs pieds.

De longues et intenses discussions plus tard, notamment avec SHANON, sur le futur festival Glam-Slam qui les attend en Belgique le samedi 11 Septembre, et il est temps pour nous de retrouver nos chaumières avec un sentiment d’avoir, une fois de plus, vécu un super concert.

Un grand merci à Thomas, le patron du BDZ, qui nous permet de vivre de tels moments !

THE MOCHINES : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 10 mai 2022

Report by Seb 747 – Photos : Steve 74*

“Au mois de mai, fais ce qu’il te plaît” dit le dicton. Ben tiens, on va s’ gêner ! Ce soir, nous partons, mon copain de concert Steve*74 et moi, en direction du département voisin de chez nous, la Savoie. Plus ou moins comme d’habitude, nous allons au Brin de Zinc de Barberaz pour assister à un concert de THE MOCHINES.

De qui ? THE MOCHINES !! Un groupe de garage rock créé à Cape Town durant les années 2000.

Mais avant, petit tour chez un copain qui vient de monter un petit label afin de promouvoir des groupes de heavy metal qui n’ont pas pignon sur rue. Underground quoi. Discussions abondantes sur les dernières découvertes qu’il vient de signer et de celles à venir et voilà que le temps passe comme un train de la SNCF (qui à dit ; “en retard” ?!!). Allez, c’est bien beau de parler chiffons, mais faut qu’on aille au concert. On nous attend.

Est-ce le fait que nous soyons un mardi soir, ou est-ce parce qu’il fait beau, mais j’ai bien l’impression que les MOCHINES semblent attirer moins de monde que d’habitude au BDZ ce soir. Ce qui est certain, c’est que ce ne sont que des passionnés qui viennent assister à ce concert.

Pas de première partie, les Californiens – ils habitent maintenant tous là-bas – tapent directement dans le dur avec le titre “Petrified”, surprenant les spectateurs du BDZ qui ne s’attendaient pas à un tel démarrage. Les deux premiers morceaux me donnent l’impression que le groupe joue en mode répèt. Puis, petit à petit, les Californiens prennent le rythme et chauffent le Brin de Zinc. Le côté garage punk commence à ressortir des instruments des musiciens.

Ça y est, le public devient plus réceptif et commence à se rapprocher de la scène. Il faut aussi expliquer que le frontman ROSS RICHARD KERSTEN (ex-LaDONNAS) a un style bien à lui pour séduire son public, planqué derrière sa guitare et son micro. Sa voix unique est un mélange d’accents américains et sud-africains entretenue au Bourbon, ou plutôt au vin rouge ce soir, étant donné le contenu de son verre. Sacré mélange !

Accompagné de son guitariste de toujours CURT FLORCZAK, il est toujours prêt à redéfinir les standards du rock and roll : Brut, inattendu et décomplexé. Les autres musiciens sont SEAN ANTILLON (GEARS, SKULLS, DUANE PETERS) derrière la batterie et HANS MOLNAR (HELLBENDERS, CANDY SNATCHERS, RINGLEADERS) à la basse. Ces deux derniers sont aussi impliqués que leur leader. C’est même SEAN qui lance tous les titres. Il est vrai que c’est le seul qui a la setlist. Ceci explique peut-être cela.

Un petit problème de câble défaillant chez CURT vient perturber le début du set de THE MOCHINES obligeant ROSS, HANS et SEAN à improviser un petit medley pour faire patienter le public.

Deux-trois petits coups de guitare, histoire de se raccorder, et c’est reparti ! Un petit “California”, histoire de remettre le public droit dans ses bottes, suivi des incendiaires “Backstage” et “Post Pop Crash Depression” qui finissent d’installer les spectateurs direct dans les poches du groupe.

Les quatres musiciens sont survoltés. Même HANS, derrière sa basse, joue comme un guitariste lead. Ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on sait que c’est le poste qu’il occupe généralement dans ses autres groupes.

Le combo joue une musique qui accroche l’oreille. Vous savez, ce genre de rock and roll sale qui frôle le punk et le garage rock, avec un fort mélange de riffs distinctifs, tandis que la batterie et la basse continuent de faire bouger l’auditeur.

Les titres s’enchaînent ou plutôt se déchaînent, notamment avec un “Catch Me” totalement incendiaire, dans un brin de Zinc qui bouillonne de plus en plus.

Durant “Kieth Black”, c’est CURT qui prend le chant. Sa voix est moins rugueuse que celle de son leader et un peu plus mélodique. C’est un titre très court, 2’30 environ, mais joué dans une urgence garage punk, où les musiciens se lâchent complètement ! Une voix sale, écorchée et quelques solos de guitare fougueux pour mettre une belle finition sur l’ensemble et le groupe repart sur les chapeaux de roues en enchaînant les morceaux. “Rock you All Night Long”, et “Hit or Miss”, assomment le Brin de Zinc.

Et voilà, terminé. Le groupe plie bagages. Comment ça ? Terminé ? Et puis quoi encore ? Non, le Brin de Zinc en veut encore et manifeste sa désapprobation de manière véhémente. D’accord, nous dit ROSS, nous avons un dernier titre pour vous : “Dog House” ! Les guitares acérées du titre déchirent le BDZ sous les hurlements de ROSS. Ce titre sonne la fin du set.

Après une heure trente de spectacle intense, le groupe retourne à l’extérieur, histoire de se rafraîchir un peu. Le temps de discuter un peu, beaucoup, avec HANS, qui tient le stand de merch’, et il est l’heure de rentrer. Il y en a qui bossent le lendemain ! Lol.

Le bilan de cette soirée est le suivant : un bon concert qui malheureusement n’a pas attiré beaucoup de monde un mardi soir. D’un autre côté, ça nous a bien arrangé pour pouvoir circuler le long de la scène.

A revoir bien volontiers, en souhaitant que ROSS, qui à la réputation de changer de musiciens comme de chaussettes, garde ce super line-up à l’avenir !