Tagged: METAL

RIOT CITY + SEVEN SISTERS + RAKEL TRAXX + LOCO MUERTE – Live Report @ Rock’n’Eat Live de Lyon – 30 avril 2022

RIOT CITY @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Report by TI-RICKOU

Il y a presque deux ans que je n’ai pas fait un concert à Lyon, moi ! Oui, oui, je vous assure ! Donc, quand j’ai vu cette affiche, je me suis dit : « Yes, ça c’est une date à ne pas louper ! “.  Et, en effet, outre les copains glam-rockeurs de RAKEL TRAXX, on a aussi deux groupes de heavy – l’un anglais et l’autre canadien – que je n’ai jamais vus en live. L’occasion est trop belle, surtout que je pensais que l’affiche avec KINGCROWN à Montpellier était le même soir alors que c’était la veille en fait (désolé les amis de vous avoir loupés pour une raison aussi stupide, sniff !). Bref.

Donc direction Lyon et le Rock’n’Eat Live où, pour une fois, je me gare les doigts dans le nez. Et, dès l’entrée, je constate qu’il y a plein de copains que je n’avais pas revus depuis Mathusalem. La soirée s’annonce très bien ! En plus, je suis en avance car le premier groupe n’a pas commencé. La soirée va être plus longue que prévu car un quatrième groupe s’est joint à l’affiche ; ce sont les parisiano-mexicains de LOCO MUERTE. Je ne connais pas du tout mais le minuscule bout que j’ai entendu d’eux m’a semblé un peu violent.

En attendant, papotage avec les copains et j’ai aussi la joie de retrouver la fine fleur de W.T.R., Steve 74* et Seb 747. W.T.R. est en force ce soir !! Si on foire le report, je les mets sur un rail avec du goudron et des plumes !!

LOCO MUERTE @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Allez tiens, une petite musique folklorique mexicaine… Attention, c’est un piège !! Ca part direct en metal, punk hardcore et ça déboîte sa mère-grand à la Croix-Rousse. Du coup, dans la salle, ça bouge bien.

Ce qui me fait un choc, c’est que j’avais oublié que de prendre des photos sans pit avec un public déchainé, c’était coton, lol.

Le deuxième morceau commence et hop ! Steve et Seb ne sont plus là. Etonnant, lol. LOCO MUERTE, ce n’est pas forcément mon style et ma zone de confort, mais bizarrement j’aime bien. Ils ont leur style à eux et ils y vont à donf’. Je dois dire que quand la voix est plus douce, c’est même vraiment bien.

Et ils savent mettre le feu sur scène les parisiens ! Allez le plongeoir est ouvert ! Putain, c’est bouillant au Rock’n’Eat ! Je prends un tractopelle dans la tronche. Vraiment étonnant. En tout cas, les LOCO MUERTE ont ouvert les hostilités de belle manière.

RAKEL TRAXX @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Un petit gloug et je retrouve de Steve et Seb planqués sous les tables. Heu, les copains, c’est fini ! Vous pouvez sortir car c’est maintenant au tour de RAKEL TRAXX de monter sur scène. Là, en terme de style, on fait le grand écart car les RAKEL TRAXX, c’est du glam sleaze pêchu.

Et d’entrée de jeu, nos copains marseillais nous font savoir qu’ils ne sont pas venus pour une dégustation de beaujolais. Ca fait deux ans qu’ils n’ont pas pu faire de scène et ils lancent direct la distribution de grosses baffes. Putain que c’est bon !! Le public, qui est bien arrivé et dans lequel on retrouve pas mal de fans des RAKKEL est aux anges, ça chante, ça reprend les couplets et les refrains à tue-tête, ça saute, bref il y a une  mega ambiance dans la salle. Les copains sont déchainés sur scène. Je les ai vus des dizaines de fois en live mais ce soir, ils donnent clairement un de leur meilleur show, ils font mega fort !

Leurs morceaux, qui sont de purs brûlots glam, explosent et reçoivent l’accueil dû aux vraies pépites qu’ils sont. On a droit à leurs titres fétiches qui vont réchauffer un max le Rock’n’Eat, si besoin en était. Là, je n’ai pas perdu Seb et Steve, ils sont comme moi, aux taquets.

Comment c’est fini ? Même pas en rêve !! Il reste un morceau et pas n’importe quel morceau ! Tout le public est en train de hurler : ” Come on, feel the noise – Girls, rock your boys – We’ll get wild, wild, wild – Wild, wild, wild !!!!”. Heu les mecs, juste pour info, c’est SLADE qui l’a fait ce « Cum’on feel the Noize « et pas QUIET RIOT, lol. Le set se termine en pure folie avec comme d’habitude toutes les filles qui sont invitées à monter sur scène. Putain, la tarte aux pralines qu’on a prise !!

Je récupère comme je peux la set list de ZANTO et là, je m’aperçois que chacun des musicos a une set list imprimée avec sa photo ! Oui, il y a les mêmes morceaux dessus, bande de bananes, sinon ça aurait été mega compliqué pour jouer, lol.

On débriefe avec les copains du webzine et là, on est tous d’accord pour dire que les RAKEL TRAXX ont encore évolué et qu’on a tous hâte de les revoir en tête d’affiche. Une pensée pour Cyril qui, comme chacun le sait, est le 6e RAKKEL, chauffeur, roady et surtout leur brother et qui à cause d’un genou abimé n’a pas pu être présent.

SEVEN SISTERS @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Allez, ce n’est pas tout mais il reste deux groupes qui ne sont pas encore passés. Cette fois-ci, direction l’Angleterre et le heavy metal old school avec SEVEN SISTERS. Echarpe de leur club de foot préféré sur le pied de micro, le ton est donné. Les Anglais sont dans la place et nos oreilles vont être copieusement avoinées. Les fans de heavy old school comme moi sont aux taquets. Ca commence fort !

Les morceaux de leur dernier album défilent et ce pour mon plus grand plaisir car, outre que j’adore ce groupe,  j’adore aussi leur nouvel opus. Et ça ne va pas changer ce soir ! Leurs morceaux sont mélodiques, beaux, puissants, en mode 80 revisitées. Les musicos sont impériaux et, il faut le dire, ce sont des putains de musiciens ! Ils entraînent un Rock’n’Eat bien rempli dans leur monde.

Voilà un putain de groupe fin prêt pour assurer la relève !!

Yes, je suis mega content de les avoir vus sur scène et d’avoir eu la chance de les rencontrer avant et après le concert. Ces mecs sont de vrais good guys, adorables et curieux des fans qu’ils rencontrent. Trop heureux de faire des photos et de signer leurs albums. Débrief avec mon Seb et mon Steve, ils ont bien aimé. Ca tombe bien, on est raccord.

RIOT CITY @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Allez, le dernier groupe commence et il est déjà tard. Place aux canadiens de RIOT CITY !!!! Eux aussi, je veux les voir, je les adore et leur dernier album est juste une tuerie. Et c’est parti en mode « les freins, c’est pour les lâches », place au heavy thrash.

Et putain, c’est fort, que dis-je, c’est mega trop fort – et non, je ne suis pas mega trop vieux. C’est dommage car ça gâche la fête. Bon, pour moi et les copains car pour le reste du public, ça n’a pas l’air très grave. Ca bouge grave dans la fosse et faire des photos sur ce coup-là, c’est carrément du sport, et du sport violent parfois, lol, mais ça fait du bien de retrouver ces sensations.

En revanche, le son est désagréable. La voix est déjà bien dans les aigues, mais quand il les pousse ces aigues à la façon d’un JUDAS PRIEST ou d’un KING DIAMOND, là ça devient difficilement supportable. Steve a déjà été se réfugier dans la salle de billard et Seb ne va pas tarder à le rejoindre.

Moi, je résiste, déjà parce que c’est mega bien scéniquement et musicalement et qu’ils bottent des culs grave. Et puis, les oreilles de Ti-Rickou ayant été élevées à TED NUGENT, MOTORHEAD, JUDAS et METALLICA, sans limitation de puissance (sauf quand la solidité du plafond a été mise à l’épreuve). Je me marre. Je tourne un peu dans la salle et je finis par trouver un endroit sur le côté gauche de la scène dans le couloir où ça va mieux et où le son est supportable.

Heureusement car je prends une mega baffe avec ce groupe. Non seulement ça joue grave, mais leurs morceaux sont une tuerie pure. Eux aussi, en parfait petits fils d’ANVIL, sont prêt pour prendre la relève du metal !

Bon, c’est fini. Il est très, très tard et les murs du Rock’n’Eat sont imbibés de sueur. Le temps de faire signer leur album à RIOT CITY, de voir avec mes deux copains qui fait le report (OK, c’est pour moi !), de dire au revoir à tous les copains et copines et là, il me faut bouger si je veux être rentrer à l’heure pour le petit-déjeuner, lol.

En tout cas, je suis mega heureux d’avoir pu être présent à cette soirée. Long Live Rock’n’Roll, putain ! Et vive les lives et le Rock’n’Eat !!!

RAKEL TRAXX @ Rock’n’Eat Live – Lyon

Chroniques – Juin 2021

VAN CANTOTo The Power Of Eight

Label : Napalm RecordsSortie : 04 juin 2021

Coup de cœur W.T.R.

Allez c’est parti pour le nouveau bébé de Van Canto, « The Power Of Eight ». Pour ceux qui ne connaissent pas les Allemands, ils font dans l’a capella metal. Si, si, je ne déconne pas ! Les voix sont à l’honneur dans leurs albums. Avant de partir dans leur énergie Rakkatakka-power, je suis déjà sous le charme de leur pochette. Moi, j’adore. C’est déjà un bon début.

On passe à l’écoute. Après l’intro qui donne envie, les morceaux sont… comment dire, un mélange de metal symphonique à plusieurs voix et d’ambiances bien à eux. Pas évident à décrire. Mais bon, on s’en fout, les morceaux t’emmènent très loin.

C’est à la fois original, mélodique, puissant et bien-sûr les voix sont magnifiques.

Après, c’est sûr que pour les allergiques au chant lyrique il vaut mieux aller voir votre grand-mère dans un Hepad. C’est dommage car vous loupez un grand moment. Moi, ça me met les poils des bras au garde à vous, des frissons partout.

Une franche réussite que ce « Power of eight ». Les fans du genre, n’hésitez pas et ruez-vous sur cet album. Je n’ai même pas besoin de vous dire que c’est un coup de cœur WTR.

FLOTSAM & JETSAMBlood In The Water

Label : AFM RecordsSortie : 04 juin 2021

Coup de cœur special thrash

Les vétérans du thrash speed, Flotsam & Jetsam sont de retour et ce n’est pas pour faire de la dentelle. On est dans du thrash speed mélodique pas bourrin et tiens j’aime bien du coup !

J’avais des a priori. Alors oui, c’est speed mais ça passe plutôt bien et pour une fois je suis d’accord avec ma chérie. Très bonne surprise que ce « Sang dans l’eau » qui devrait ravir les amateurs du style et ne pas faire peur aux allergiques du genre.

J’ai bien fait d’écouter, moi ! Comment chérie, tu ne comprends pas que je ne leur mette pas un coup de cœur ?? Bah allez, pour toi, coup de cœur spécial thrash power !!!

HAMMER KINGHammer King

Label : Napalm RecordsSortie : 11 juin 2021

Coup de cœur W.T.R.

Heu, là c’est sûr, rien qu’avec la pochette je peux dire qu’on va être dans du power metal ! Eh oui, un guerrier avec un gros marteau, c’est un signe !! Sans compter le nom du groupe « le roi des marteaux », les Allemands annoncent la couleur : on va combattre des méchants et leur péter la gueule à coups de Hammer.

Pour l’écoute, prévoir son bouclier, son marteau géant, sa corne à houblon. Eh oui, le combat donne soif !

Allez, vous êtes prêts à retrouver l’ancien chanteur de Ross The Boss, Titan Fox V et ses copains ? Vous n’allez pas être déçus si vous aimez le style. Les morceaux sont inspirés et sonnent comme des hymnes qui auraient pu résonner sur des champs de bataille ou dans des tavernes. C’est bien lourd, c’est rapide, c’est entrainant. La voix est, en plus, sublime.

C’est clairement un album à posséder, que ce soit en CD ou en vinyl. Je leur mets un coup de marteau, heu… un coup de cœur W.T.R. C’est mon copain Serge qui va être content, lol !!!

ONE DESIREOne Night Only – Live In Helsinki

Label : Frontiers MusicSortie : 11 juin 2021

Coup de cœur W.T.R.

Normalement, je ne suis pas enthousiaste pour chroniquer des albums live, mais One Desire, a été mon dernier concert avant le premier confinement. C’est donc particulier car ce CD me fait remonter ce superbe moment au CCO de Villeurbanne où, même en n’étant que la première partie, ils nous ont donné un putain de concert.

Et ce live « One Night Only » nous renvoie vraiment à ce que ce groupe est en live. Bref, énorme !! Grosse set list, gros son et bonne ambiance dans le public.

Un live à avoir pour les fans et également pour tous ceux qui voudraient découvrir One Desire et leur hard-rock classieux. Bon, j’arrête de pleurer,  les concerts debout ne sont plus loin maintenant. Du coup, je me réécoute le CD à donf’ en attendant. Ah oui, j’oubliais : coup de cœur W.T.R. !!!

NEONFLYThe Future, Tonight

Label : Noble Demon RecordsSortie : 18 juin 2021

Coup de cœur W.T.R.

Je suis content, les Anglais de Neonfly sont de retour avec un nouveau CD et, comme j’aime beaucoup Neonfly, je suis comme un gamin le jour de Noël, j’ai hâte de le découvrir mais j’ai peur d’être déçu.

Allez go to play. Putain, putain, c’est énorme ! Des putains de mélodies, un gros son, des morceaux qui te rentrent en tête et ne veulent plus en sortir, du hard-rock moderne, mais du hard-rock quand même. C’est frais mais on reste quand même dans notre zone de confort.

Un groupe a fortement conseiller aux fans de hard classieux style Gotthard et consorts. Heps, c’est déjà fini ? Trop court cet album ! Allez, même joueur rejoue. Je suis amoureux de cet album et même ma fille qui n’est pas branchée hard-rock m’a dit : « Papa, ça j’aime bien ». Ca veut dire que c’est vraiment excellent !

Donc évidemment mega coup de cœur W.T.R., of Course !! Merci messieurs.

P.S. : je ne m’étais pas trompé en leur faisant une interview il y a quelques années !!!

CROWNE Kings in the North

Label : Frontiers MusicSortie : 18 juin 2021

Coup de cœur Ti-Rickou

On part en suède les copains ! Sans vaccin ni test PCR et le port du masque n’est pas obligatoire. On y va pour retrouver Crowne pour son « Kings in the North ».

On ne va pas être déçus du voyage car là on est en première classe avec ce super groupe composé du vocaliste Alexander Strandell (Art Nation), du guitariste/clavier/producteur Jona Tee (H.E.A.T.), du bassiste John Levén (Europe), et du batteur Christian Lundqvist (The Poodles).

Ces messieurs vont se lâcher et nous pondre un mega putain d’album de hard mélodique (eh oui, j’assume). Cet album est vraiment un bijou de hard-rock mélodique.

Les morceaux sont top, les musiciens aussi et cette voix…. juste parfaite. L’album est mélodique mais puissant avec un son très bon et une prog’ énorme. Bref, que du bonheur !

Bon, je dis plus rien à part que si vous êtes clients du style, foncez vous le procurer ! Forcément coup de cœur Ti-Rickou. Allez, je me le refais !!!

En plus, j’aime bien la pochette. Sobre mais efficace.

PHIL MANCADancing Spirit

Label : Tremolos EditionsSortie : 01 décembre 2020 (chronique tardive)

Coup de cœur Ti-Rickou

Vous aimez le blues quand il est rock, limite metal, le blues-rock à la Garry More et consorts ? Phil Manca aussi et ce « Dancing Spirit » nous le prouve grave : des morceaux qui sont de purs brûlots de blues survitaminés avec des putains de solos et des rythmiques bien efficaces. Et, bien-sûr, une voix mega chaude.

Phil est un guitariste tout en feeling, pas d’esbroufe. J’adore son style en plus bien raccord avec les morceaux. Ce CD va combler de bonheur les fans du style et prouver qu’on peut être français et faire du blues-rock de qualité.

Grosse découverte pour ma part d’un super guitariste qui a su faire un CD pas chiant, bien au contraire !! Bien-sûr, l’ombre de Garry More plane sur cet album mais bon, il y a pire comme inspiration.

En tout cas, cet album est une réussite. Ah oui, j’ai oublié de vous dire que c’est David Jacob, excusez du peu, à la basse.

Coup de cœur Ti-Rickou sans aucun doute.

THE JEKYLLSRed Line

Label : AutoproduitSortie : 30 juin 2021

Coup de cœur Ti-Rickou

Je me rappelle très bien avoir découvert les Jekylls à Clermont-Ferrand en même temps que Looking for Medusa (et Silvertrain en tête d’affiche). A l’époque, j’avais pris une grosse baffe en voyant la prestation de ce groupe. Et depuis, je guette un nouveau CD. Du coup, là, je suis super heureux car il vient enfin de sortir ce CD et il répond au nom de « Red Line ».

Ce « Red Line », disons-le tout net, est un petit bijou de hard-rock comme je l’aime. C’est efficace, sans prise de tête, mélodique mais puissant avec un chanteur qui a un vrai accent anglais et une putain de voix. Les morceaux te font taper du pied et bouger les cheveux en mode heabanguing automatique. Les riffs sont trop bons !

Bref, c’est un album à s’offrir absolument pour Noël pour faire danser les rennes, à défaut de mamie. Un groupe à découvrir et à faire découvrir. Et c’est à 200 % un album coup de cœur Ti-Rickou ! En plus, la pochette est de Stan W. Decker.

Chroniques – Mai 2021

ROBIN McAULEYStanding On The Edge

Label : Frontiers Music – Sortie : 07 mai 2021

Coup de cœur W.T.R.

Après un retour avec M.S.G. Et un superbe album avec Black Swan, Robin Mc Auley nous revient avec un album solo, « Standing on the Edge ».

Encore une fois, il nous prouve si besoin en était quel chanteur il est… et qu’il n’a pas perdu sa voix.

Apres musicalement, on est dans du hard-rock mélodique de toute beauté. On se surprend à taper du pied machinalement. Les refrains te restent en tête et tu as envie de chanter avec lui. Et même quand il est en mode « je fais une ballade love », ce n’est pas niais du tout. OK, je ne suis pas trop objectif, j’adore sa voix. Je lui ai même fait une interview avec MSG lors du festival Guitare en Scène 2019. A l’époque, il m’avait carrément bluffé avec sa performance, bien supérieure à celle de Garry Barden ou de Graham Bonnet.

Robin est comme le bon vin, il se bonifie avec le temps ! Ce « Standing On the Edge » devrait ravir les fans du genre et de Robin. Un CD fait en plus pour l’été, pour rouler vers la plage, le son à donf’. Forcément album coup de cœur !!!!

SAVE THE WORLDTwo

Label : Frontiers MusicSortie : 07 mai 2021

Coup de cœur W.T.R.

C’est parti pour la découverte du second album de Save the World appelé tout simplement « Two » avec leur univers hard-rock mélodique empli de touches de prog’ et une approche moderne du style.

C’est très réussi. Les morceaux sont terriblement efficaces, mélodiques, variés et pas mous. C’est mega bien fait, bien produit. OK, il n’y a pas de gros riffs mais ce n’était pas le but non plus.

Les fans de hard FM qui a quand même la pêche vont être heureux. Tout est parfait sur ce CD, la musique, la voix, les mélodies, le gros son. Ca donne un superbe album à écouter fort dans son jardin – ou en voiture pour aller à la plage.

L’avantage de ce « Two », c’est qu’on peut l’écouter en famille sans stresser personne ou avoir des réflexions comme « C’est trop fort » ou « J’aime pas ce style ». Là, c’est tout doux et ça passe très, très bien. On n’a pas envie de zapper ces 12 morceaux.

La touche moderne est bien trouvée. Bref, je suis conquis et donc coup de coeur obligatoire. Pour le coup, je ré-appuie directement sur la touche play. Quel plaisir d’écouter ça dans mon hamac avec une boisson fraîche !

METHADONE SKIES – Retrofuture Caveman

Label : Haywire RecordsSortie : 07 mai 2021

La musique nous permet de voyager sans test ni quarantaine, allons profitons-en et direction la Roumanie pour l’album de Methadone Skies, « Retrofuture Caveman ».

On est dans du psyché doom, post-rock. 5 morceaux dont un de 18 minutes. Et c’est de l’instrumental, les copains. Si, si, c’est vrai.

Pour ceux qui n’ont pas fui lâchement, bah c’est très planant quand même. Bien fait mais pas trop doom avec un petit côté stoner pour moi. C’est le CD que tu mets en fin de soirée quand tout le monde a besoin de finir calmement. A éviter en voiture, risque de somnolence quand même ! Voilà, c’est beau et relaxant mais bon facilement écoutable… et facilement oubliable.

TOMMY’S ROCKTRIP Beat Up By Rock N’ Roll

Label : Frontiers MusicSortie : 07 mai 2021

Coup de cœur Ti-Rickou

Tiens, çà ce n’est pas courant ! Un batteur qui fait un CD solo ! TommyClufetos  (Ozzy Osbourne, Black Sabbath) a franchi le pas et le bougre il se lâche et il est bien barré les copains !

Tommy nous délivre du hard-rock, influence Black Sabbath, Ted Nugent, Alice Cooper avec côté barré à la Rob Zombie. Ca fonctionne très bien, les musicos qui jouent avec lui sont top et les morceaux s’écoutent avec plaisir. C’est du pur hard-rock ‘n’ roll allumé.

A découvrir d’urgence les copains ! Vous n’allez pas le regretter et vous pourrez presque le ranger à côté du dernier Alice Cooper. Allez tiens, à lui aussi je vais mettre un coup de cœur bien allumé, oh yeah !!!!

SONIC HAVENVagabond

Label : Frontiers MusicSortie : 07 mai 2021

Besoin d’un coup de pêche ? Je vais me mettre « Vagabond «, le CD de Sonic Haven. Rien de tel que du hard mélodique made in Allemagne pour retrouver la forme.

Là, c’est un mélange symphonique heavy et heavy metal mélodique. Un CD pour les fans du style. L’album a été mixé et masterisé par Sascha Paeth  (Avantasia, Kamelot, Beyond the Black, etc) avec des musiciens comme André Hilgers (Bonfire, Rage, Silent Force), Carsten Stepanowicz (Radiant) et Dominik Stotzem (Beyond the Bridge).

On n’est pas déçus parce qu’on sait où on va. Les morceaux sont efficaces, la voix est bien raccord et la batterie fait le job. Les hymnes sont là et pourtant, il me manque un petit quelque chose pour vraiment accrocher.

MARK SPIRO Traveling Cowboys

Label : Frontiers MusicSortie : 07 mai 2021

Avant de commencer la chronique de ce « Traveling Cowboys », je voudrais prévenir les fans de heavy metal, thrash et même hard-rock : fuyez cette chronique, elle n’est pas pour vous !

Mark fait dans le rock mélodique, voire AOR et ce « Traveling Cowboys » ne varie pas à la donne. L’homme aux  45 disques d’or et de platine avec pas moins de neuf albums solo au compteur, l’homme qui a composé pour Heart, Cheap Trick, Giant, Bad English, Kansas, Reo Speedwagon, Winger, Julian Lennon (ce dernier apparait d’ailleurs sur un titre en duo, « 7 Billions People »), etc, cet homme fait dans la compo belle et efficace, calibrée FM.

Pour moi, ce n’est pas péjoratif du tout. En revanche, pour certains ça peut se révéler un peu trop guimauve à leur gout. Perso, j’aime bien ce « Traveling Cowboys », ça me détend. Heu, comment chérie ? Il faut que je baisse le son parce que ça stresse ma fille et qu’elle ne peut pas dormir ? Ah, elle me demande si je n’ai pas un petit Airbourne à chroniquer ?!!

FORTUNATOInsurgency

Label : Rock City Music LabelSortie : 14 mai 2021

Coup de cœur W.T.R.

Yes, le nouveau Fortunato arrive et il a pour nom « Insurgency ». Et pour la petite histoire, il est la première signature du nouveau label français, Rock City Music Label.

Pour ceux qui ne connaissent pas Fortunato, c’est le groupe de Markus Fortunato, bassiste virtuose (MZ, Kingcrown, Archange, etc).

On est bien-sûr dans  du  métal néo-classique, hard-rock mélodique chanté en Anglais avec Markus à la basse et au chant. Cet «  Insurgency » est encore une évolution pour Fortunato qui a remanié son line-up. En plus, la prod’ est vraiment bonne.

Les morceaux sont bons, les textes recherchés tout comme le sujet de l’album. Markus prouve une fois encore qu’il est un bassiste d’exception. Après, en ce qui concerne la voix, bah tu accroches ou pas. Ca reste subjectif, mais je trouve qu’elle est bien raccord avec la musique.

Content de retrouver Fortunato à nouveau et de noter une grosse montée en puissance.

A noter la présence de David Amore (Nightmare, Kingcrown, Archange) derrière les futs et dans un autre registre, la pochette de Stan W. Decker, sublime comme d’habitude.

On en profite pour souhaiter longue vie à Rock City Music Label et le succès pour cet « Insurgency ». A qui je vais mettre un coup de cœur W.T.R., moi ?!!! En espérant les voir bientôt en live !!

SEVENTH CRYSTAL Delirium

Label : Frontiers MusicSortie : 14 mai 2021

Let’s go, en route pour la Suède car nous allons y retrouver Seventh Crystal pour leur album « Delirium ».

Bon, on ne va pas être stressés car là on est dans du hard-rock mélodique, voire  même du rock mélodique, FM. Heu non chérie, ce n’est pas une manière de dire tout mou !

OK, c’est bien bien mélodique quand même. C’est bien fait, très beau… A éviter quand même en conduisant car il y a un risque d’endormissement certain. En revanche, pour se décontracter avant de se coucher, c’est parfait. Un CD pour fans de hard FM ou de AOR de qualité. Non chérie, ce n’est pas Toto !

ANTIOCH – V

Label : Pure Steel RecordsSortie : 14 mai 2021

Coup de cœur Ti-Rickou

Fans de la New Wave of Traditional Heavy Metal, je vais vous parler d’un de ces fers de lance canadien, Antioch, et de son petit dernier qui a pour nom « V »,  comme leur nombre d’albums.

Vous aimez Judas Priest, Alice Cooper, Wasp et consorts ? Eux-aussi. Et ça s’entend à l’écoute de cet opus. Moi, j’accroche direct  à leurs morceaux et je me paye gratos un retour dans les années bénies des 80s.

Ca fait du bien de retrouver ce style surtout quand c’est fait comme ça ! Ma tête bouge toute seule, c’est un signe ! Les refrains me restent en tête et ça aussi c’est bon signe. J’ai même envie de me le ré-écouter quand il est fini, c’est pour dire ! Même la voix un peu aigue à la Udo ne me dérange pas. Allez, je leur mets un coup de cœur W.T.R. Voilà, c’est tout. Vivement le « VI » !!

SUNBOMB Evil and Divine

Label : Frontiers MusicSortie : 14 mai 2021

Coup de cœur Ti-Rickou

Voilà un CD que j’attendais vraiment ! Heu… vous ne connaissez pas ? Normal, c’est le nouveau super groupe de Tracii Guns (guitare) avec Michael Sweet au chant, Adam Hamilton à la batterie, Mitch Davis à la basse et même Johnny Martin (à la basse sur « We Fought »). Que du beau monde pour un projet voulu et créé  par Serafino Perugino, le Président de Frontiers Records.

Musicalement ? Bah on est assez loin de L.A Guns. On est plutôt dans du hard-rock heavy bien pesant, presque doom. Et parfois, on ressent bien l’influence de Black Sabbath et de Judas Priest.

Ca envoie le bois grave ! Tes petites oreilles de hardos vont être aux anges. Il n’y a pas à dire, le hard-rock 80, c’est toujours efficace quand c’est fait comme çà. Et cette voix, putain c’est grand !

Allez Président, je mets un coup de cœur à cet album qui fait remonter plein de bonnes choses.

MONSTER MAGNETA Better Dystopia

Label : Napalm RecordsSortie : 21 mai 2021

Coup de cœur W.T.R.

Heu… on m’aurait dit à la fin des 80 que je chroniquerai en 2021 un album de Monster Magnet et que je serai en plus impatient de le faire, j’aurais bien rigolé car j’ai eu beaucoup de mal avec leur premier album (alors qu’aujourd’hui, avec le temps, je l’adore. Eh oui). Si je les détestais, c’est que je n’y arrivais pas avec leur style barré metal, stoner, psyché. Mais comme je le disais plus haut, maintenant j’apprécie ce style et donc je me jette sur ce « A Better Dystopia ».

La pochette est toujours bien barrée et superbe… comme leur musique d’ailleurs. Du Monster Magnet pur jus, délirant et complètement barré et génial. Putain, c’est trop bon, ils n’ont pas changé et me surprennent encore… mais en bien.

Cet album est énorme. Et cette voix fabuleuse ! Alors oui, il faut aimer les morceaux barrés stoner psyché mais si on aime, on craque sur ce CD. Ces mecs sont barges, ça tombe bien, j’adore les barges qui donnent tout dans leur musique sans faire semblant.

Heu… c’est déjà fini ? Bah non, même joueur rejoue again and again and… C’est évidemment un énorme coup de cœur pour cet album qui devrait être remboursé comme anti-dépresseur par la Sécu !!!!

HERMAN FRANKTwo For A Lie

Label : AFM RecordsSortie : 21 mai 2021

Coup de Cœur W.T.R

Après avoir reçu la vidéo, c’est l’album qui arrive. Je suis mega content car j’adore le style de guitare de Herman dans Accept ou Victory. En plus, le morceau qui avait été lancé en avant-première m’avait beaucoup plus.

Les autres morceaux sont dans la même lignée, du pur heavy metal teuton qui dépote sa mère-grand dans le houblon à coups d’hymnes heavy metal à reprendre en cœur ! Les fans d’Accept et de Victory ne devraient pas être perdus.

Les compos tiennent la route et la prod’ est très bonne car elle met en valeur les compos. Tout est parfait : la voix, les solos de guitares…

Bref, un superbe album qui va faire du bien dans nos cages à miel et qui me file un coup de jeune grave ! A écouter très fort et sans modération. Evidemment, c’est un album coup de cœur ! A posséder d’urgence dans sa collection !!!

ALESTORMLive In Tilburg

Label : Napalm RecordsSortie : 28 mai 2021

Coup de cœur festif

En temps normal, je ne suis pas fan de chroniquer des live car cet exercice n’est franchement pas évident. A part dire si le son est bon, si l’ambiance du public est là, si la set list est cohérente… bref, rien de bien excitant.

Sauf que là, c’est un album live de Alestorm, les pirates metalleux fous furieux, et eux, le live, c’est mega délire.

Regardez la pochette avec un gros canard gonflable jaune dans le bateau. Alors imaginez en live, le public fou qui communie avec le groupe sur des morceaux 100 délire metal pirate…

Ce « Live in Tilburg » est juste énorme par sa set list et dans le public, il y a une ambiance de barge. Un live pour rompe avec l’ambiance morose et l’absence de concerts physiques.

Allez moussaillon ! On part en virée avec eux et hauts les cœurs !! Pour ceux qui ne les connaissent pas, c’est le moment de les découvrir et de venir chanter ho, ho, ho avec eux. Alors pour une fois, un gros coup de cœur à un live ! Une pensée pour les copains allergiques au style… Dommage les gars, vous loupez un truc énorme !!!

DOG TEMPERAmerican Tales

Label : Brennus RecordsSortie : décembre 2020

Découverte tardive mais coup de cœur WTR

Quand je reçois un message me disant en gros : « Bonjour, on est un groupe de la région parisienne, les Dog Temper, on a sorti un album de hard-rock, « American Tales », veux-tu y jeter une oreille ? », je regarde dans un premier temps la pochette. Et là, j’ai soudainement très envie de les écouter ces Dog Temper !

Putain, c’est mega bon ! Du hard-rock américain, pêchu, avec des refrains que tu veux reprendre avec eux. Plein de références me viennent, un petit côté Great White, XYZ et consorts mais avec leur touche. Ca donne un hard-rock comme je l’adore avec une voix bien râpeuse et des morceaux qui donnent la pêche. Un premier album bigrement réussi ! Ca fait du bien d’avoir un nouveau groupe français dans ce style.

Heu, j’aurais lu leur bio avant, j’aurais vu qu’un des membres du groupe officiait précédemment dans Panama, un excellent groupe parisien que j’adorais ! J’ai encore une fois bien fait d’être curieux et d’aller découvrir ce groupe.

Je vous encourage à faire comme moi, d’être curieux et d’aller découvrir cet album vous aussi ! Vous ne le regretterez pas. Mega bonne découverte à qui je mets un gros coup de cœur WTR, of course.

KILLING JOKE @ l’Usine – Genève (ch)

Report by SEB 747

Il n’y a pas loin de deux ans de ça, je me trouvais au même endroit que ce soir, pour assister au show apocalyptique de KILLING JOKE. Aussi, lorsque j’ai appris qu’ils fêtaient leur quarantième anniversaire, je me suis dit qu’il fallait que j’y retourne ! D’autant plus que c’est TURBOWOLF qui les accompagne et que j’adore leur dernier album.

Je pousse mon pote de concerts Steve*74 à venir avec moi, même s’il n’est absolument pas fan de ce genre de musique. Je le convaincs en lui disant qu’il faut au moins voir KILLING JOKE une fois dans sa vie, surtout qu’ils ne sont plus très jeunes (58 ans pour JAZ COLEMAN et MARTIN “YOUTH” GLOVER, 60 ans pour KEVIN “GEORDIE” WALKER et PAUL FERGUSON). Je le charrie un peu en lui disant qu’ils sont de la même génération que lui, mdr !

Arrivés un peu en avance, nous faisons un petit tour dans le magasin de disques attenant à l’Usine. Nous apercevons un musicien qui joue de l’acoustique dans un coin. Comme ce n’est pas pour ça que nous sommes venus ce soir, nous apprécions de loin… D’autant plus qu’il a déjà fini ! C’était tout de même sympa.

Bon, ce n’est pas tout mais il va falloir rentrer maintenant. La queue, quasi inexistante tout à l’heure, a pris de l’ampleur. Je pense que ça va être bien rempli ce soir. Euh, il y a maintenant deux queues qui se sont formées et celle qui rentre en premier ce n’est évidement pas la nôtre. La loose… Si ça continue, nous allons rater la première partie.
C’est enfin à notre tour. Le temps de trouver nos noms sur la liste et nous voilà dans le ventre de l’Usine. C’est cool, le premier groupe n’a pas encore commencé. Nous avons le temps de dire bonjour aux copains. Nous sommes bien en avance et cela nous laisse le temps de nous installer tranquillement devant la scène.

TURBOWOLF @ l’Usine – Genève (ch)

Je constate vite que les fans de KILLING JOKE sont bien présents et, dans la foulée, je  remarque même quelques T-Shirts de métalleux. Hourra, nous ne sommes pas seuls !

Les lumières se font sombres et c’est un groupe de Bristol, TURBOWOLF qui se présente à nous. Dès le début du set commencé par “Cheap Magic”, tiré du dernier album “The Free Life”, le stoner des anglais nous attrape par le col.

« Hello, Geneva ! », nous interpelle le fantastique claviériste chanteur CHRIS GEORGIADIS « We are TURBOWOLF from Bristol, UK ».

Tandis que résonnent les riffs du second titre joué tambour battant par ANDY GHOSH derrière sa guitare, BLAKE DAVIES le batteur fait vibrer l’Usine sous des coups de butoirs. La formation de Bristol ne lâche rien. Elle joue son stoner psychédélique d’une telle manière qu’il vous rentre dans le crâne pour ne plus vous lâcher.  

CHRIS, vague sosie de FRANCK ZAPPA, harangue le public et se pose en véritable leader du groupe. Ne laissant que quelques rares moments de répit à l’auditeur pour reprendre son souffle.

La machine à fog qui fonctionne à fond, renforce l’atmosphère psychédélique dans laquelle le groupe nous emmène. Pour les photos en revanche, ce n’est pas franchement génial mais nous avons l’habitude de faire avec.

Le chanteur est en interaction avec son public. Il semble s’amuser sur scène tandis que ses compères semblent plus sérieux. Il arpente le peu de scène dont il dispose comme s’il disposait de toute sa largeur. Affalé sur son clavier, il en fait des tonnes et souvent joue avec le public. Il saute dans tous les sens, c’est un fou furieux !

Ses compères ne sont pas en reste non plus. La frappe de mule avec laquelle BLAKE nous assomme permet à ANDY d’aller se frotter sur les amplis pour faire résonner les riffs de sa guitare. Lui aussi, finalement pas si calme que ça, bouge dans tous les sens et headbangue comme un damné.

Quelle première partie ! Nous en prenons plein les oreilles. Le groupe est bourré de bonnes énergies et particulièrement créatif. Nous sommes aux anges.

TURBOWOLF @ l’Usine – Genève (ch)

CHRIS relance le public en criant dans son micro : « Who are we ? » demande-t-il. « TURBOWOLF ! » répond le public. « I don’t understand ! Who are we ? ». « TURBOWOOOOOOLLLLLFFFFF !!!! », hurle encore plus fort les spectateurs. Cette litanie, il nous la fera répéter tout le long du concert, histoire que nous n’oublions pas qui ils sont. C’est certain qu’après tout ça, il faudrait faire fort pour oublier leur nom.

Après un “Rabbit Foot” qui remue une Usine – sous le charme des bristoliens – il est l’heure de clore ce show. “The Big Cut” est joué tambour battant. CHRIS s’absente 30 secondes et revient à quatre pattes de derrière la batterie, un keffieh sur la tête pour finir de chanter le morceau. On croirait voir un fantôme. Ce type est complètement barré ! Et c’est donc sur ce morceau que se termine la prestation des TURBOWOLF.

KILLING JOKE va devoir faire fort pour passer après les soixante-quinze minutes de show de ces anglais déjantés !

KILLING JOKE @ l’Usine – Genève (ch)

C’est enfin au tour de la KILLING JOKE d’entrer dans la fosse aux lions. Il y a deux ans, la foule avait su rester sage et je ne m’étais quasiment pas fait bousculer dans les premiers rangs. Aussi, c’est avec une conscience aveugle que je me tiens devant la scène. Un gentil roadie (déjà repéré en 2016) nous explique qu’il ne faut pas toucher aux deux néons qu’il vient de brancher au bord de la scène. Ceux-ci reflètent une couleur jaune orangée qui révélera les grimaces d’un JAZ COLEMAN aux taquets. Et il ne mentait pas quand il nous disait qu’ils étaient très chauds ! Je sue déjà comme un bœuf et le groupe n’a pas encore commencé ! Il faut dire que dans le public, nous sommes serrés comme des sardines.

Les balances finies, voici REZA UHDIN, le claviériste que je n’avais pas reconnu la dernière fois qui s’installe le premier, suivi de PAUL et de YOUTH. Le roadie, qui se tient sur le côté droit de la scène (gauche quand nous lui faisons face) garde dans ses mains la guitare de GEORDIE en attendant son arrivée. Celui-ci la récupère et arpente la scène pour entamer les premières notes de “SO36”, tiré de leur premier album daté de 1980.

KILLING JOKE @ l’Usine – Genève (ch)

KILLING JOKE @ l’Usine – Genève (ch)

JAZ, lui, débarque enfermé dans son grand manteau noir (qu’il ne quittera pas du concert) et dès qu’il prend le micro, nous savons que la soirée va être au top. Le chanteur géant est toujours aussi en voix et c’est frappant à son âge.

Le son est puissant et précis à la fois. Les infrasons de la basse de YOUTH sont impressionnants de régularité et les frappes de PAUL se confirment dans une précision chirurgicale.

Le groupe est aux petits soins avec son public et le caresse dans le sens du poil en interprétant coup sur coup les titres les plus mémorables de son répertoire. Que ce soit avec des titres datant de la période récente du répertoire “European Super State” (2010), “Autonomous Zone” et “New Cold War” (2015) ou encore – datant des années 80 – le bien nommé “Eighties” (1985), “Butcher” (1982).

Habillé à la one again, YOUTH ne paie pas de mine mais il sait indéniablement mettre les petits plats dans les grands pour séduire son public, bien soutenu par GEORDIE et ses riffs cinglants. En tout cas, le flegme typiquement britannique ne le quittera pas de tout le long du concert.

JAZ COLEMAN, comme à son habitude, semble carrément hanté par ses morceaux. Ses yeux se révulsent régulièrement, sa bouche se crispe. Il a une sensibilité d’écorché vif. Sa façon d’interpréter ses morceaux, de jouer la comédie (ou pas) m’impressionne. D’ailleurs, je pense qu’il devrait demander à ALICE COOPER de lui prêter sa camisole de force. Lol !

KILLING JOKE privilégie son premier album éponyme avec pas moins de quatre autres titres interprétés ce soir : “Requiem”, “Bloodsport”, “The Wait” et “Wardance”.

KILLING JOKE @ l’Usine – Genève (ch)

Écrasé comme je le suis par une foule en délire, je me dis que je ne vais pas faire long feu et j’envie mon ami Steve*74 parti dans la mezzanine faire les photos. Mais, faisant fi de ma santé, je tiens le coup afin de continuer à œuvrer pour le webzine et ainsi vous transmettre un report qui tient la route. Qu’est-ce que je ne ferais pas pour notre rédac chef adoré. Lol !

C’est sur “Pssyche”, tiré de l’album “Ha” (1982) que nous quittent les KILLING JOKE.

Après avoir jeté un coup d’œil sur la set list se trouvant devant moi, je me dis que c’est la fin et que je vais pouvoir respirer un peu. Mais, bizarrement, les lumières ne se rallument pas. Les sifflements du public, remonté comme jamais, leurs hurlements « KILLING JOKE ! KILLING JOKE ! » font revenir le groupe sur scène. J’ai comme l’impression que je vais encore passer un sale quart d’heure, moi. Mdr !

KILLING JOKE @ l’Usine – Genève (ch)

Le groupe revient donc sur scène pour un rappel. JAZ COLEMAN, après avoir rendu hommage à PAUL RAVEN, entame le tube “Love Like Blood”. Je suis aux anges, ils jouent mon morceau préféré !! … Même si je suis toujours autant écrasé contre le devant de la scène. Trois autres titres, non présents sur la set-list “Wardance” et “Pandemonium” entre autres se succèdent, toujours joués avec autant d’énergie.

Le set de KILLING JOKE a été intense et très chaud. Moi, j’ai beaucoup aimé la prestation des deux formations anglaises de ce soir, et j’en suis sorti vivant ! C’est un exploit !

En sortant de la salle, nous croisons CHRIS de TURBOWOLF qui distribue aux spectateurs dehors des autocollants au nom de son groupe. En plus du chant, il assure aussi la promo. C’est un vrai couteau suisse, cet homme !!

KILLING JOKE @ l’Usine – Genève (ch)

Incoming search terms:

  • killing joke geneve