UGLY KID JOE

C’est marrant, il y a des groupes que tu veux absolument voir en live mais que, pour des raisons diverses, ça ne se fait pas. UGLY KID JOE pour moi, par exemple, il y a une vingtaine d’années, lors de leur apogée. Je n’ai ensuite jamais pu les voir lors de leurs différentes dates en France ces dernières années, mais là, ça sent bon !! Et, même si je suis conscient que le temps à passer, je suis aux taquets. Donc direction Lyon et plus précisément le Kao!!

Heu… même un dimanche, c’est compliqué à Lyon et donc quand j’arrive, j’entends de la musique. Ce qui veut dire un truc : eh oui, je suis à la bourre ! Pas pour UGLY KID JOE mais pour les lyonnais de R.A.B. (RIEN A BRANLER, pour les intimes) qui ont commencé sans moi. Alors, on n’attend pas Ti-Rickou ??!

 

 

R.A.B.

Heureusement, ça vient juste de commencer. Je les ai déjà vu en live au Moulin de Madiba à Givors et au Brin de Zinc de Barberaz et j’avais bien aimé. Et donc, je voulais les voir sur une plus grande scène… Bon, là du coup, ils sont sur une grande scène mais ils sont en mobilité réduite à cause du matos d’UGLY KID JOE, lol !

Pour ceux qui n’ont pas suivi, R.A.B., c’est on va dire du rock stoner qui a et donne la pêche. Encore une fois, je rentre dans leur univers très facilement. Leurs morceaux rentrent facilement en tête et font bouger les cheveux. Les musicos ont une vraie énergie communicative à laquelle le public bien présent du Kao (balcon ouvert soit environ 400 personnes) adhère bien. En plus, les bougres savent bien communiquer avec eux ! Parfait comme entrée en matière !! Voilà une première partie comme je l’aime.

Bon, c’est la pause hydratation. Les R.A.B. ont commencé tôt et joué pas trop longtemps, du coup, on ne devrait pas se coucher tard.

UGLY KID JOE

Allez, c’est parti ! Les salles gosses débarquent et putain, ça part fort ! Si j’avais pu avoir des doutes sur leur capacité scénique, maintenant je n’en ai plus ! Ils font d’entrée de jeu montre d »une putain d’énergie et leur entame est très pêchue. Ouah, quelle entrée en matière ! Et en plus, le chanteur a le bras dans le plâtre !! Ce qui ne l’empêche pas de bouger comme un beau diable sur scène ! C’est contagieux, le Kao s’est aussi mis à bouger. Les femmes, les enfants et les photographes aux abris ! Slamms et plongeons à partir de la scène activés !!!

Il faut dire que les morceaux d’UGLY KID JOE donnent la pêche et l’envie de bouger. Je suis en train de mourir de soif. A chaud !! Mais je m’en fous, je suis heureux ! Je chante des morceaux que j’adore.

Sur scène, ça joue à donf’, ça fait participer le public – public composé d’une bonne partie de copines, on voit qu’on est dans du rock festif. I’m happy ! Il y a une méga ambiance au Kao.

UGLY KID JOE

Je suis méga heureux et je vais l’être encore plus. La cerise sur le cake, le string sur la blonde, leur morceau bombe interplanétaire arrive, « Every thing about you » !!! Allez, on ré-ouvre toutes les attractions, le plongeoir, la piscine humaine, la piscine à vagues !!! Les copines sont aux taquets, carrément déchaînées. Un vrai feu d’artifice à lui tout seul, le bouquet final pour t’achever !!!

Et ce morceau, ils le font méga bien. Ils font monter un gars du public pour la clôturer… mais euh… il a du mal à se concentrer sur sa mission ! Lui, il veut serrer les mains des musiciens, il kiffe trop. Heu… la tape sur l’épaule côté bras cassé du chanteur, pas l’idée du siècle, lol !! Allez, après une tentative infructueuse, il arrive tout de même à traduire « you » par « toi ».

Ouah, trop bon ! Allez, maintenant il faut redescendre d’à peu près une heure et demie de show à 100 à l’heure.

Comme je l’ai dit au début du report, j’avais des doutes par rapport au nombre d’années passées sur leur capacité à faire encore des live qui déboîtent sa grand-mère, eh bien, j’ai eu tort. UGLY KID JOE, ça le fait encore grave ! 

Une mention spéciale au chanteur qui, même avec un bras plâtré a carrément assuré.

Un grand merci au Ninkasi pour cette date et un grand merci à FRANCK CARDUCCI de m’avoir permis de les rencontres après le show !! Et, comme dirais JULES, « Veni, vidi, vici »… sauf que là, c’est UGLY KID JOE qui m’a vaincu ! Toujours des sales gosses, mais on les aime !!!

HELLECTROKUTTERS : Live Report @ BDM Live à Esbarres (21) – 04 juin 2017

HELLECTROKUTTERS

L’an dernier, j’ai découvert ce fest un peu par hasard.. Heu par hasard, je veux dire que les STICKY BOYS y jouaient ! J’ai tellement apprécié ce fest en plein milieu d’un village, juste derrière l’église, que cette année j’ai suivi leur programmation. C’est un fest sur deux jours et ce dimanche, il y a HELLECTROKUTTERS ! Donc, pas de discussions, en route pour le Doubs.

C’est encore plus facile quand tu connais. Tu sais où c’est et où te garer. Bon, j’avoue, même avec tous ces atouts, j’arrive à la bourre pour le premier groupe… Ou pas car eux aussi sont un peu en retard. Je suis donc raccord ! Trop bon sur ce coup-là !! Les gars, déposez un brevet, vous allez faire fortune avec des mecs comme moi ! En plus, je tombe sur les HELLECTROKUTTERS qui montent leur stand de merch’. Ils me rassurent en me disant que d’après le running order, ils passent avant-derniers sur scène. Ouf, je ne vais pas partir comme l’an dernier à 2h du mat’.

PDF

Je les laisse tranquille et pendant que le premier groupe se prépare, je me dirige vers la buvette. Ben quoi, il faut bien prendre des forces avec la potion magique des fest !!! Heu non, pas la bière bien que (la Bellenium quel régal)… la merguez frites, le régal des diététiciens !!

Allez, c’est parti pour les PDF. Du punk de chez eux une avec des textes rigolos (quand tu n’as pas de 4×4, of course – mais allez écouter ce qu’ils font et vous comprendrez). C’est jeune, c’est punk mais bon, ça fait passer la merguez !!

Première pause hydratation et le second groupe de la soirée arrive déjà. Découverte totale pour moi les VENDANGERS. C’est du fucking rock’n’roll et c’est bien ! Les morceaux sont cool et dépotent bien, la voix est parfaite pour ce genre de compos. Le groupe a la pêche et une bonne présence scénique. Leur set n’est composé que de compos en plus ! C’est ça que j’aime dans les fest : découvrir des jeunes groupes qui n’ont pas encore de LP. Et là, c’est bonne pioche ! Un groupe à suivre.

VENDANGERS

Bon le set fini, arrive le moment où je me réfugie au bar. Comme l’an dernier, c’est le moment du tribute band de la soirée. Et les heureux gagnants sont un tribute aux ROLLING STONES. Heureux ou pas d’ailleurs car même si on ne fait pas de report sur les cover bands, là je vais trouver le temps long, voire très, très long !!! C’est plutôt du niveau baptême du petit dernier que grande scène d’un fest !! Comme l’an dernier, l’attente va être longue. Je souffre. J’hésite à aller jouer sur l’autoroute mais elle est trop loin !!!

Bon, mon calvaire prend fin. Et maintenant la question qui tue : qui passe maintenant ? Yes, les HELLECTROKUTTERS se préparent ! Ouf ! Il est plus de minuit et j’aurais eu du mal à tirer une plombe de plus.

HELLECTROKUTTERS

La musique se fait plus forte, les HELLECTROKUTTERS montent sur scène, yes !! Et ça part plein pot. Ils ne sont pas là pour faire bonne figure mais pour nous délivrer leur putain de fucking rock’n’roll !!! 

Ils sont déchaînés et démarrent comme un Jack in the box.

Le guitariste ne tient pas en place, c’est un vrai dingue. Une fois sur scène, il se livre à 200% ! BUTCHO est, comme toujours, royal. Que ce soit scéniquement ou vocalement. Le batteur et le bassiste sont eux aussi à donf’.

Leurs morceaux font oublier au public, encore présent en bon nombre, l’heure tardive. Comment penser à l’heure qu’il est quand tu as les cheveux qui bougent tous seuls et que tu fais le kangourou ?!! Les morceaux te pénètrent des pieds aux cheveux et te font chanter les refrains. Ca valait le coup d’attendre ! Leur show est vraiment top. Le public est aux anges et moi je prends encore une fois une grosse, grosse baffe.

HELLECTROKUTTERS

Ouah, je n’ai pas vu le temps passé. Le trou noir du concert tueur a frappé.

Allez, c’est déjà fini. Il est au moins 1h30 du mat’. Je suis désolé pour le dernier groupe mais là, je ne suis plus en état… d’autant plus que j’ai encore pas mal de route à faire. Donc le temps de dire au revoir aux copains et de remercier HELLECTROKUTTERS pour ce concert et hop, même plus là !!

Conclusion 

Ce fest est méga sympa mais mettre un tribute band en plein milieu de l’affiche, ce n’est vraiment pas une bonne idée. En début ou en fin, ce serait plus pertinent. C’est bêta de faire venir des groupes de loin pour que la majorité du public n’en profite pas car ils commencent trop tard… Encore que cette fois, les gens sont bien restés pour HELLECTROKUTTERS.

Voilà, maintenant c’est « long way to the top if you want rock’n’roll » !!!

HELLECTROKUTTERS

MONSTER MAGNET + COSMOSONIC : Live Report @ l’Usine de Genève – 01 juin 2017

MONSTER MAGNET

Report by Seb 747

Et encore une fois, direction l’Helvétie voisine pour assister à un concert qui s’annonce déjà anthologique. Eh oui, les MONSTER MAGNET, le groupe de DAVE WYNDORF, ont décidé de poser leurs valises chez nos cousins genevois. Pour une fois que ça ne se passe pas à perpète les oies, je ne vais pas me plaindre !

En plus, en ce moment, mes concerts se passe sous un soleil radieux. C’est que ça deviendrait presque une habitude ! A quand les trajets interminables sous des temps apocalyptiques, qui font de nous des métalleux fiers et courageux ? Euh, non, en fait, je préfère le soleil moi, lol !!

COSMOSONIC

Trop content de ne pas partir de bonne heure, je rate une partie du set des suisses de COSMOSONIC. Tiens ? Le syndrome Ti-Rickou serait-il de retour ? Bon, qu’à cela ne tienne, je me faufile vite devant la scène, laissant mes copains à l’entrée. Pas bien grave, je les retrouverai… au bar, mdr.

Du coup, à peine le temps de sortir l’appareil photo que je me prends un coup de massue en pleine tronche. Quelle puissance ! Quelle lourdeur ! Le son des helvètes est massif pour ne pas dire écrasant. Nous sommes ici en présence d’un groupe de stoner rock super lourd. Et je ne parle pas de la densité présente sur la scène, mais bien du son de COSMOSONIC.

DADA le chanteur qui, par ailleurs, porte un T-shirt de TURBONEGRO que je lui aurais volontiers piqué, possède une voix mélangeant PHIL ANSELMO de PANTERA et PEPPER KEENAN de C.O.C. C’est vous dire le pédigrée ! BISON à la basse est un furieux. Les sons qui sortent de son instrument sont tout bonnement incroyable de puissance. BARBARA, la guitariste, n’est pas en reste non plus. Ses rythmiques sont pesantes et robustes. MOUSSU, le batteur rasta, a une frappe groovy et écrasante à la fois. Le second guitariste, au sacré nom de scène – ZUCKIGNOLE – est un riffeur de première.

COSMOSONIC

Quelle énergie ! Quelle puissance de feu ! Les murs de l’Usine résonnent ! On est en présence d’un groupe genevois qui mérite amplement de faire cette première partie.

Tiens ? Ils ont un invité sur scène. Mais je le reconnais, c’est l‘harmoniciste de THE TRAP ! Waouh, c’est un super morceau qui nous est joué là ! La présence du musicien est un plus dans l’interprétation de ce titre. Il rajoute un côté bluesy et rafraîchissant.

Le set se finit, toujours sur cette sensation de pesanteur sans nom. Les musiciens quittent la scène avec la banane en remerciant chaleureusement leur public. Ils ont assuré une première partie énorme !

MONSTER MAGNET

Histoire de me remettre les idées en place, je retrouve, comme je l’avais pressenti, mes copains au bar. Il est évident, qu’avec une telle chaleur, rien de tel qu’une bonne bière pour se rafraîchir les idées, pendant que les roadies de MONSTER MAGNET règlent le son.
C’est la première fois que je vais découvrir le groupe et je suis trop content d’être là, moi.

Les lumières se font faiblardes et le public se rue devant la scène. Pas le temps de déguster mon verre qu’il me faut prendre place. Les MONSTER MAGNET sont en place et ne vont pas tarder à commencer.

MONSTER MAGNET, pour ceux qui ne le sauraient pas, est un groupe de stoner rock américain, originaire de Red Bank dans le New-Jersey. Il est mené par DAVE WYNDORF, un chanteur à la personnalité excessive, qui fut un temps le porte-parole d’un mouvement réclamant ironiquement la légalisation des drogues dures. C’est dire le personnage… 

Il est accompagné depuis 1999 par PHIL CAVAINO le guitariste et BOB PANTELLA arrivé, lui, en 2004 à la batterie. Les deux autres complices sont GARRETT SWEENY à la seconde guitare depuis 2010 et CHRIS KOSNICK qui tient la basse depuis 2013.

« Dopes to Infinity », le premier morceau nous plonge dans l’ambiance. Puis « Radiation Day » est enchaîné sans temps mort. A peine le temps de digérer ces premières sensations que déjà le groupe attaque le morceau suivant. DAVE est à fond, penché sur son pied de micro, gratte en bandoulière, hurlant ses mélodies à tout va.

MONSTER MAGNET

Ici, pas de décors chiadés, juste le logo du groupe qui sert de backdrop et des images psychédéliques qui tournent en boucle. Simple et efficace, tout simplement.

Et voici qu’arrive « Powertrip ». Le son colossal qui écrase le devant de la scène oblige les fans à secouer la tête dans tous les sens. Les lumières sont blafardes et l’atmosphère est suffocante. Idéal pour le style, mais pas top pour les photos, lol… ou pas ! 

En tout cas, le set est excellent. Les américains nous refilent un orgasme auditif. On prend tous notre pied ce soir !

Les compos s’enchaînent et le temps passe très vite. « Mindfucker », un tout nouveau titre qui tout en te retournant le ciboulot te met une grosse baffe à travers la face puis « Look to your Orb for the Warning » sont envoyés coup sur coup. Les musiciens se montrent dynamiques et engagés, voire même parfois enragés.

Une chape de plomb s’abat sur le public. Il fait de plus en plus chaud. Les ventilateurs tournent à plein régime. DAVE tout en sueur, se frotte régulièrement sur le public, allant même jusqu’à se pencher dangereusement sur eux. Sa voix se fait quelquefois caverneuse et enflamme l’Usine. Des tonnes de réverb sont utilisées, ajoutant un gros côté psychédélique aux morceaux.

C’est un voyage à travers l’espace et les galaxies auquel nous avons droit ce soir. Ces titres volent votre souffle et électrisent l’atmosphère. Le pit se retrouve K.O. par le jeu abyssal de DAVE. La légende est toujours en marche ! 

Après avoir terrassé ses fans avec « Twin Earth », c’est le splendide morceau « I want more » qui sort des baffles de l’Usine. DAVE, à genoux, électrise son public. Le son est absolument monumental, massif, et ténébreux. Votre chroniqueur en reste stupéfait ! 

MONSTER MAGNET

« Take me to the sunspot », now I wanna go home !”, nous hurle Dave. C’est « Dinosaur Vacuum » que le groupe se décide à jouer. Ce titre est fortement influencé par HAWKWIND, groupe de space-rock des 70’s. Du coup, je suis aux anges ! J’adore ce groupe ! Le morceau me met carrément la chair de poule ! C’est trop bon. Que de classiques qui enragent le pit crescendo. Le concert est vraiment d’excellente facture.

Et c’est sur « Spine of God » que le groupe quitte la scène. Les lumières s’éteignent sous les larsens des guitares. C’est déjà fini ? C’est que j’en reprendrais bien une dose, moi ? Sur la set liste en face de moi, il manque encore des titres. Donc on aura droit à un rappel. Cool !!

Les gars de Red Bank se font désirer puisque l‘Usine hurle depuis une bonne dizaine de minutes. Mais, ça y est, les revoilà qui redescendent l’escalier qui donne sur la scène. C’était pour mieux atomisé l’usine que les MONSTER MAGNET se sont fait attendre. Dès l’entame de « Negasonic », le public genevois, jusqu’ici relativement sage – nous sommes en Suisse – se met à pogoter devant la scène. Mais sans excès. Et surtout sans grosses bousculades. Une brutalité toujours contrôlée. Suisse oblige.

La fin du show donne l’occasion d’écarquiller les yeux devant une formation qui pulvérise les classiques devant un auditoire sonné. Tout bonnement ahurissant de qualité. Toute l’attention des spectateurs est focalisée sur DAVE, et ce malgré l’incontournable talent de ses musiciens. C’est vraiment un incroyable frontman.

MONSTER MAGNET

« Tractor » de l’album « Powertrip » est joué maintenant. Et voilà que l’Usine explose. Exactement ce qu’il fallait pour élever nos esprits à un niveau jamais atteint. Pendant un court instant, je me laisse tracter par le morceau. Oh miracle, je suis en train de discuter avec LEMMY et RONNIE DIO. Et voilà que CHRIS CORNELL se mêle à la conversation ! Alléluia !!! Oups, je m’égare, là ! MONSTER MAGNET me fait tourner le cerveau ! Redescendons sur terre, il faut conclure ce report !

Les premières notes de « Space Lord » résonnent dans la salle. « Hey Mother fuckers everywhere ! », interpelle Dave. « Brother and Sister, Ladies And Gentlemen’s, Mother Fuckers Everywhere ! », continue-t-il. « You will sing with me ! ». Et le public de hurler le refrain en chœur « Space Lord Mother Fucker ! » pendant plus de cinq minutes. Quelle fin de set ! Toute en puissance et en psyché.

Dave décide de prendre plein de photos du public. Quel délire ! C’est complètement dingue ce concert ! J’ai l’impression que le gros truck que j’ai vu à l’entrée tout à l’heure, est en fait un vaisseau spatial. Il va emmener tout le groupe vers d’autres horizons pour d’autres scènes. 

Bon, je crois qu’il est temps de rentrer, la chaleur me fait délirer – ou est-ce l’abus de bière ? – d’autant plus que la sécurité à l’air de s’être levée du mauvais pied. Il faut dire aussi que dès la fin du set, des spectateurs se sont jetés sur le pied de micro de DAVE pour piquer les médiators. Du coup, la set list que je voulais récupérer a été chiffonnée manu militari par un roadie et jetée de l’autre côté de la scène.

Pas grave, je vais rentrer dans mon vaisseau spatial en écoutant les récentes rééditions des albums cultes de MONSTER MAGNET.

MONSTER MAGNET

Bilan de la soirée

COSMOSONIC : Encore un groupe suisse inconnu pour moi, qui devient une grosse découverte. À revoir rapidement.

MONSTER MAGNET : Tout simplement SPACIAL !!!!!

Un grand merci à Post Tenebras Rock, l’organisateur de cette sublime soirée !!

 

LIFE OF AGONY : Live Report @ le CCO de Villeurbanne – 31 mai 2017

LIFE OF AGONY

La destination du soir est Villeurbanne et plus précisément le CCO. Et même en ayant prévu large et en tenant compte de la galère pour se garer là-bas et ben, je suis à la bourre ! Si, si, c’est vrai.

Pas de beaucoup, dix minutes, mais c’est déjà suffisant pour m’avoir fait louper le début de la soirée (je le sais car j’entends jouer au loin).

BLOOD RUNS DEEP

Bon, c’est confirmé, j’ai loupé le début du groupe de première partie,  les suisses de BLOOD RUNS DEEP. Je me précipite dans la salle pour en rater le moins possible et prendre des photos.

Heu… ambiance très stoner doom, très lourd, pesant. Des lights qui renforce cette impression. C’est bien fait, les musicos sont bons, la voix est claire et pourtant je n’arrive pas à rentrer dans leur univers. Ca m’oppresse même, pourtant je résiste parce que c’est très bien.

Enfin, je résiste, je résiste… pas jusqu’au bout quand même. Trop noir pour moi.

Allez, un petit tour en zone fumeur (heu… pour prendre l’air frais, bien-sûr !) et dire bonjour aux copains présents. En même temps, je repense aux BLOOD RUNS DEEP, c’est quand même bizarre, c’est dans un style que j’aime habituellement en plus c’était bien fait et je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas accroché. Il faudra que j’écoute tranquillement leur CD. Pendant que je réfléchis (si, si, ça m’arrive !!), j’ entends à nouveau de la musique.

SECOND FUNCTION

Je n’y crois pas !!!! Je suis en train de louper le début du deuxième groupe SECOND FUNCTION ! Le changement de plateau a été méga rapide. 

Bon, même si eux-aussi sont suisses, le point commun avec le groupe précédent s’arrête là. Eux, ils sont plutôt dans le rock métal méga mélodique. Métal léger. Je rentre de suite dans leur musique. C’est mélodique, les morceaux passent tout seuls, les musicos sont bien scéniquement. Le public présent (200 personnes à vue de nez) apprécie. Ca passe tout seul. J’aime bien la voix du chanteur qui colle parfaitement à leur univers. Du coup, je me laisse porté par leur musique tout au long du set qui sera, comme pour les BLOOD RUNS DEEP, court.

LIFE OF AGONY

Bon, là je reste dans la salle. Je ne veux pas louper le début de la tête d’affiche, na ! L’attente ne sera pas longue. Le changement de plateau est rapide et donc c’est au tour de LIFE OF AGONY de rentrer sur scène. Et c’est parti à fond les manettes ! Putain, ça déménage grave ! Heu, tiens, c’est bizarre, c’est bien la voix du chanteur mais c’est une fille qui a le micro… J’ai du manquer un épisode, moi !! Ah oui, c’est ça, le chanteur s’est fait opérer et est devenu NINA (en clair, c’est un transexuel !).

En tout cas, NINA elle à la pêche ! Elle bouge et se démène comme une diablesse. Le public est aux taquets et, même si la salle n’est pas blindée, ce n’est pas faute des fans qui ont fait le voyage de très loin pour ce one shot en France. Et ils vont être servis ! Les morceaux du groupe sont des bombes en live et les morceaux du dernier LP trouve naturellement leur place dans la set list.

Moi qui avais peur de ne pas trop trouver mon compte du côté des anciens titres, mais non. Ceux qu’ils jouent ne sont pas trop typés hardcore. Bon, ça bouge mais même quand ça dépote, ça reste musical. Sauf que dans le public, certains en profitent pour se lâcher sans faire gaffe à rien, même à un gentil photographe qui finira le concert avec un gros cocard !! Il y a aussi le sempiternel spectateur qui prend la scène pour un plongeoir bien-sûr !

L’ambiance est super, le groupe méga en forme, le son méga bon, je ne regrette pas d’être là, moi ! LIFE OF AGONY en live, c’est énorme ! Court mais intense.

Voilà, c’est déjà fini. C’est passé à la vitesse de mère-grand en rollers électriques dans une descente ! Mais le truc cool, c’est qu’il est tôt et que je ne vais pas me coucher trop tard moi… pour une fois !!

Allez, un grand merci à toute l’équipe de Mediatone pour cette soirée ! Long live rock’n’roll, les gars  !!!