HIGH-SCHOOL MOTHERFUCHERS @ le Rock’n’Eat Live (69)

Report by Seb 747 – Photos : Steve*74 et Ti-Rickou

« Je me moque de savoir beaucoup de choses : je veux savoir des choses que j’aime », disait Jules Renard. Alors forcément, aller à des concerts pour voir des groupes que j’aime, ça coule de source. Ce soir, direction Lyon et plus précisément le Rock’n’Eat pour aller voir un groupe que j’apprécie particulièrement : les RAKEL TRAXX. En plus de ça, il y a deux autres groupes qui se sont greffés à l’affiche : les parisiens de HIGH-SCHOOL MOTHERFUCKERS et les hauts-savoyards de DOUBLE UP SHOT.

Je récupère sur la route mon ami Steve*74 et en voiture Simone ! Le temps pluvieux qui dure depuis plusieurs jours nous oblige à partir relativement tôt… Ce qui n’est pas plus mal, lorsque l’on considère les kilomètres à parcourir. Ce serait tout de même un peu bêta (pour être poli) d’arriver en retard étant donné l’affiche.

Heureusement pour nous, les sempiternels bouchons lyonnais ne nous empêchent pas d’arriver à l’heure devant la salle. C’est cool ! Le temps de saluer les copains venus comme nous s’éclater sur de la bonne musique et nous apprenons que ce sont les RAKEL TRAXX qui vont jouer les premiers. En effet, LESTE, le batteur fou, a eu un accident de voiture le matin même et il va devoir jouer avec une main en moins. Cela ne l’empêchera pas de martyriser ses fûts, malgré une difficulté qu’on imagine facilement.

RAKEL TRAXX @ le Rock’n’Eat Live (69)

Il est 20h30 et c’est parti pour le show ! A peine le temps de dire ouf que les RAKEL sont d’ores et déjà pieds au plancher. Rien ne semble pouvoir les arrêter. Les classiques que sont devenus “Can’t you see” qui entame ce set ou encore “Hey !!! Hey !!!” n’ont de cesse de conquérir le public.

Malheureusement, comme l’on disait dans les années 40, il y a des jours avec et des jours sans. Ce soir, j’ai l’impression que c’est plutôt un jour sans pour le groupe. Non seulement LESTE s’est blessé à la main, mais le son du Rock ‘n’ Eat ne met pas en valeur la musique des marseillais. Ca n’empêche de toute façon pas les RAKEL TRAXX de jouer à fond. Les copines agglutinées devant les planches sont, elles-aussi, aux taquets ! Nous avons même avoir droit à un inédit qui s’appelle “ Wild Dream”. Tout un symbole.

SHANNON DOLLZ, le chanteur, est, comme souvent, plein d’énergie. Campé sur son pied de micro, il chante comme si sa vie en dépendait. C’est trop bien ! SWYLDE à la basse, semble avoir stoppé la malédiction des bassistes au sein des RAKEL TRAXX car ça fait maintenant un moment qu’il joue avec eux. En plus, il reprend régulièrement les chœurs et fait le show avec SHANON, bien évidemment. SQUALL, planqué, comme d’habitude, sous sa casquette et ZANTOLO sous son épaisse tignasse font toujours autant de malheur avec leurs grattes.

Ce qui est fort appréciable et qui, pour moi, est essentiel, c’est que même s’ils n’ont que très peu de place pour se mouvoir sur scène, ils la prennent d’assaut, comme si elle faisait deux fois sa taille ! Sur les planches ça le fait grave et je passe, comme toujours d’ailleurs, un bon moment en compagnie de nos amis marseillais.

RAKEL TRAXX @ le Rock’n’Eat Live (69)

Après un petit medley, c’est la reprise du “Come On Feel The Noize” de qui vous savez (SLADE pour les plus anciens ou QUIET RIOT pour les plus jeunes), qui annonce la fin du show. Nos copains de la Canebière quittent la scène, contents d’avoir joué, même si toutes les conditions requises n’étaient pas franchement réunies ce soir. Et puis, comme dirait MICK JAGGER des ROLLING STONES : “It’s only rock’n’roll, and I like it” ! Saluons LESTE qui se souviendra longtemps de cette soirée… sa main aussi (lol). A revoir au plus vite et dans de meilleures circonstances !!

Allez, il est temps pour moi de faire ripaille, pendant que d’autres vont jouer au baby-foot. C’est qu’assister à une telle prestation, ça creuse !

HIGH-SCHOOL MOTHERFUCHERS @ le Rock’n’Eat Live (69)

C’est donc complètement rassasié que je vais à la découverte du second groupe : les parisiens de HIGH-SCHOOL MOTHERFUCKERS – ou HSMF en plus court. STUFFY, le guitariste et lead vocal, CARVIN à la lead guitar, FUZZY à la basse et PAMY, le batteur, constituent l’ossature du groupe.

Musicalement, le groupe joue sur la facette punk dans un mélange personnel de hard, de glam et de punk. Pas trop étonnant lorsqu’on sait qu’ils ont débuté en tant que tribute aux RAMONES. C’est efficace, énergique et bon esprit. L’accent est mis sur le fun et la bonne ambiance. Le Rock‘n’Eat s’est d’un coup bien rempli et les HSMF ont décidé de casser la baraque !

Les titres s’enchaînent avec plaisir et les musiciens sont ultra-motivés. STUFFY sous sa casquette de camionneur, hurle à tout va. Avec sa voix rocailleuse travaillée au houblon et accompagné de sa superbe Gretsch Broadcaster rouge, il fait se secouer le public. CARVIN est le plus dynamique ce soir, se déplaçant de long en large sur la scène, explosant la salle de riffs meurtriers. FUZZY lui, est plus posé. Mais ce n’est pas pour autant qu’il laisse ses comparses s’occuper des chœurs. Les RAKEL, qui sont restés dans le public, n’en perdent pas une miette, de même que RYFF RAFF le chanteur du groupe suivant.

Même si les HSMF n’ont pas inventé la poudre, ils connaissent bien la formule afin d’arriver à l’explosion sonore. Avec eux, ce n’est pas “Marche ou Crève” mais plutôt “Rock or Die” ! Ça bourre, ça va tout droit, ça dégaine des solos pas dégueu et ça hurle la sueur du rock. C’est fou ça, ils ont le chic pour te faire bouger ton popotin et ta tignasse en cadence.

HIGH-SCHOOL MOTHERFUCHERS @ le Rock’n’Eat Live (69)

Certains titres, tels que « Motherfucker go » ou bien « Celebrity » passent bien le chemin de la scène et se retiennent facilement. De même que « Ride into the blue » et son côté punk avec des riffs. Oui, oui, vous m’avez bien lu, du punk avec des riffs !! On croit rêver. Mais c’est ça l’effet HIGH-SCHOOL MOTHERFUCKERS : les mélodies sont simples et efficaces et ça ne se prend pas la tête. Perso, j’apprécie le moment présent et je m’éclate, de même qu’une bonne partie du public.

« Like a Ramones », un morceau très prenant, annonce la fin du set qui se termine sur « RAMONES » un cover des… RAMONES évidemment !

Il est l’heure de faire une pause en jetant un œil sur les parties de baby-foot qui vont bon train.

DOUBLE UP SHOT @ le Rock’n’Eat Live (69)

Ca y est, des riffs aigus retentissent dans le Rock‘n’Eat ! C’est le moment pour les hauts-savoyards de DOUBLE UP SHOT d’arpenter la scène. Deux, trois tours de balances afin de tester le son et c’est parti avec « Enemy ».

RYFF RAFF, le chanteur, ancien SLEEKSTAIN, fait, comme à son habitude, le show. Même si avec l’âge il semble s’être un petit peu assagi, il tient le public sous sa coupe. Musicalement, MIKE, batteur à la frappe lourde qui joue torse nu, et VAL sous son épaisse crinière qui joue derrière la basse, assurent une bonne rythmique sous les riffs de tueurs joués par MARTIN, le guitariste.

DOUBLE UP SHOT @ le Rock’n’Eat Live (69)

Le groupe joue un glam à tendances punk. C’est frais, musical et comme on dit en savoyard : « Dre dans le pentu ». C’est-à-dire, sans concessions, rock’n’roll à fond les ballons ! Les titres des DOUBLE UP SHOT sont virulents, tout en ayant un attrait mélodique. « Marry me fuckin’ bitch » en est d’ailleurs le parfait exemple.

VAL et MARTIN font l’essentiel du boulot, à savoir jouer dos à dos, tête contre tête, allant se frotter au public sous les hurlements de RYFF et les accélérations de MIKE. Décidément, la soirée n’en finit pas d’être aussi bonne !

Les titres défilent à une vitesse folle : « Millions miles away » qui nous fait partir sur la route, « Kill me » et son refrain assassin… Et toujours avec notre ami RYFF qui harangue les spectateurs avec fougue. On s’éclate comme des fous !

Le groupe n’ayant, pour le moment, qu’un seul petit album dans leur besace, nous avons droit à un premier cover. C’est le « We will rock you » de QUEEN. Sauce DOUBLE UP SHOT évidemment ! Et, comme par hasard, voilà que RYFF, qui ne peut pas s’en empêcher, va pogoter avec le public ; public trop content de participer à la fête avec le chanteur.

En ces temps où MÖTLEY CRÜE a le vent en poupe avec la sortie du film « The Dirt », c’est l’heure pour DOUBLE UP SHOT – après avoir joué « Downtown Money » – de nous faire son deuxième cover de la soirée. Celles des Saints de L.A., à savoir “Kick Start My Heart”.

DOUBLE UP SHOT @ le Rock’n’Eat Live (69)

Et voilà que les RAKEL TRAXX et les HSMF montent sur scène pour chanter tous ensembles et reprendre à cœur joie les refrains ! SHANNON et SWYLDE des RAKEL s’emparent de micros et chantent à l’unisson le classique du groupe culte avec RYFF RAFF. Les HIGH-SCHOOL MOTHERFUCKERS se contentent des refrains mais rigolent bien. Quelle jam ! C’est excellent ! Et tout ça dans un esprit de grande camaraderie. On se rend bien compte à ce moment-là, que le rock‘n’roll est une grande famille.

DOUBLE UP SHOT @ le Rock’n’Eat Live (69)

Tout le monde descend de la scène et c’est le moment pour les DOUBLE UP SHOT de terminer leur show. « Binge of clowns », un morceau rentre-dedans au possible clôt ce set. Moi, connaissant bien les habitudes du chanteur, j’attends le moment où il va faire un crowdsurfing et je m’éloigne tranquillement du devant de la scène. Malheureusement pour lui, le public s’étant un peu clairsemé, il n’a pas pu aller bien loin. Qu’à cela ne tienne, le chanteur remonte comme un fou furieux sur scène pour conclure ce show absolument génial !

Encore une fois, nous avons passé une excellente soirée avec ces trois groupes qui ont littéralement enflammé le Rock’n’Eat !

IRON BASTARDS + MAMA’S GUN + PARANOID CATS : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 08 mai 2019

Report et Photos by Ti-Rickou

Tiens, ça fait un bon moment que je ne suis pas allé faire un tour au Brin de Zinc, moi. Je commence à être en manque. Et ça tombe bien car ce soir, il y a IRON BASTARDS qui y passe. Heu si chérie, on les a bien vus à Besançon mais il y a longtemps (note de ladite chérie : le 16 mars 2019, c’est sûr, c’est loin ! Pfff…), leur nouvel album n’était même pas sorti ! Ok, je suis un tout petit peu de mauvaise foi !!!

En tout cas, c’est parti direction Chambéry !!! J’arrive bien-sûr en… avance ! J’ai même le temps d’aller manger un bout au K7 juste à côté, trop cool ! Je m’aperçois juste maintenant que je n’ai même pas cité le nom des deux groupes qui doivent passer avant les strasbourgeois. Mea Culpa, pas bien. Donc, il y a MAMA’S GUN que je ne connais absolument pas et PARANOID CATS qui me parle.

Bon, on va bientôt être fixé, le BDZ a ouvert et MAMA’S GUN ouvre les hostilités. Déjà, c’est un trio. Ils sont fortement influencés 70, rock psyché, blues, hard, « HENDRIX est mon tonton et LED ZEPP sont mes parrains ».

C’est bien fait et c’est une bonne découverte, d’autant plus que les musicos assurent en live. Du coup, on ne s’ennuie pas du tout. Même mieux : mes cheveux bougent tous seuls, mes pieds battent la mesure.

Bref, c’est très bien ! Voilà une première partie qu’il ne fallait pas louper.

Allez, il est temps de faire une pause avant PARANOID CATS. Heu, je ne me rappelais pas que c’était juste un groupe composé uniquement par un bassiste et un batteur. C’est le bassiste qui chante. Heu… comment dire, là ?

On est dans du garage, grunge, punk qui envoie le bois. Les deux musiciens sont impressionnants  par leur débauche d’énergie. Le bassiste m’impressionne vraiment.

Après, au bout d’un moment les morceaux tournent malheureusement toujours un peu pareil et, à vrai dire, c’est un peu trop punkisant pour moi. En plus, même si c’est très bien fait, putain la guitare me manque !! Minimaliste d’accord, mais on ne vire pas le guitariste !

Allez, dernière pause et c’est le moment de retrouver les IRON BASTARDS. Le Brin de Zinc est déjà sous influence MOTORHEAD et l’esprit de LEMMY est là pour accueillir comme il se doit les trois fous furieux venus de Strasbourg exprès pour nous.

Et c’est parti à donf’ en mode ta grand-mère en short sur des skis. Allez hyper vitesse Mr Spock, sors le Jack et les amphèt’ ! Amis du fuckin’ rock ‘n’ roll, vous allez être servis. Les cheveux ont déjà décollé ! La cohésion et la puissance du power trio vous coiffe gratos. Ambiance de dingue au BDZ !!! Oui, LEMMY est mort mais grâce à IRON BASTARDS, il avoine encore ! Et les BASTARDS sont vraiment dans ça, pas de la copie mais du spirit.

Et putain, encore une fois ça fonctionne grave ! Les nouveaux morceaux, même s’ils ont des touches de STATUS QUO et consorts sont de purs brûlots de fuckin’ rock ‘n’ roll qui te bastonnent la tête pour te remettre le cerveau à l’endroit !!!

Et cette voix passée au papier de verre et au Jack !!! Allons bon, voilà grand-mère qui veut arrêter ! Vas-y, mamie, le sapin c’est bien ! Les freins c’est pour les lâches… et donc l’arrêt est brutal. Et oui le set est fini, sniff, trop triste !!

Bon allez, on papote un peu,  histoire de redescendre avant de reprendre la route  avec MOTORHEAD et IRON BASTARDS comme compagnons de route. Il faut quand même que je fasse gaffe à ne pas ramener une photo souvenir du voyage, quand même !!!!

SYMPHONY X + SAVAGE MESSIAH : Live report @ le Kao de Lyon (69) – 07 mai 2019

SYMPHONY X @ le Kao de Lyon (69)

Report et Photos by Ti-Rickou

Allez direction le Ninkasi Kao de Gerland. Je suis content de revoir les américains de SYMPHONY X, il y a trop longtemps que je ne les ai pas vus, moi !! Et ce soir, il y a du monde. C’est même full. Ils jouent à guichets fermés. Je suis bien content même si pour les photos c’est forcément plus compliqué.

SAVAGE MESSIAH @ le Kao de Lyon (69)

Comme je suis large en temps, je prends le temps de bien me positionner pour la première partie, les anglais de SAVAGE MESSIAH. D’entrée de jeu, j’aime bien : bon look, bonne attitude. Ca pète bien sa mère-grand dans le Rhône. Leur heavy thrash est bien foutu, plus heavy que thrash. Parfait pour moi. C’est mélodique et puissant, frais. Nickel. Les morceaux passent super bien en live et les musicos communiquent avec le public. Parfait pour chauffer le Kao.

Allez, pause réhydratation obligatoire et papotage avec les copains que je croise.

SYMPHONY X @ le Kao de Lyon (69)

Retour devant la scène pour l’arrivée de SYMPHONY X. Et c’est parti ! Les fans sont aux taquets, les musiciens se débrouillant pour être dans les premiers rangs pour ne rien louper de la technique de leurs musiciens préférés. Les bassistes ne quitteront pas MICHAEL LEPOND des yeux, les chanteurs/chanteuses, c’est RUSSELL ALLEN  qui sera le centre de leur intérêt et pour les guitaristes ou les fans de guitare, c’est bien-sûr MICHAEL ROMEO, guitariste de l’école YNGWIE MALMSTEEN, le héros du soir ! Pour les autres, c’est tout le groupe et les morceaux qui sont importants.

Et SYMPHONY X a des morceaux plus que béton ! Leur style prog’ métal malmsteennien est bigrement addictif et pas chiant pour un sou. Si, si !! La set list fait un passage sur les différents albums du groupe. Voyage intéressant dans leur discographie.

Malgré des problèmes de son au début – son qui s’est amélioré peu à peu – le groupe fait une fois de plus une grosse prestation mais comme vous devez vous en douter, je ne suis pas objectif sur certains groupes que j’adore. La set list m’a comblé, j’ai trouvé RUSSELL bien en voix et voir MICHAEL ROMEO en live, ce n’est forcément que du bonheur. En plus, ils clôturent le concert sur un des morceaux que j’adore : « The Odyssey » !

Alors bien-sûr heureux. Un grand merci à la prod’ pour cette date qui a comblé les amateurs de métal prog’ pas chiant !! Heu, petite question : quelqu’un aurait-t-il vu ma femme ? Elle a disparu dès le début du concert. Bizarre !!!

SYMPHONY X @ le Kao de Lyon (69)

BACKYARD BABIES + AUDREY HORNE + THUNDERMOTHER : Live Report @ Kao de Lyon (69) – 02 mai 2019

BACKYARD BABIES @ le KAO de Lyon

Report et Photos by Ti-Rickou

Alors là, vu les groupes à l’affiche, il est hors de question que j’arrive en retard ! Même le périf’ lyonnais qui vient de passer à 70 km/h ne me fera pas manquer le début du show des suédoises de THUNDERMOTHER, non mais !

Et je suis même un peu en avance. Heu, rien à voir avec le fait que le premier groupe est un groupe de filles et qu’elles sont suédoises de surcroît. Bon, tout le monde n’a pas ma chance. Le Kao est très clairsemé (il est un peu tôt certainement) pour l arrivée des filles sur scène. Mais pour le public présent ça va être d’entrée la grosse claque in the face.

THUNDERMOTHER @ le KAO de Lyon

Les THUNDERMOTHER attaquent d’entrée de jeu très fort avec leur hard-rock influencé par nos kangourous préférés (AIRBOURNE, bien-sûr !! lol). Leur musique fait taper du pied, bouger les cheveux. Bref, tout le monde est direct en mode headbanguing. Ultra Vitesse Mr Spock !!!!

En plus, visuellement, ça le fait grave. Elles bougent, vivent leurs morceaux, communiquent avec le public qui arrive petit à petit, juste à temps pour s’éclater avec elles.

Tiens, la bassiste à changer. Eh oui, depuis que je les ai vues au Rock ‘n’ Eat Live il y a quelque mois, il y a eu du changement. Bon, elle s’est parfaitement intégrée ; tellement bien d’ailleurs que j’ai des copains qui ont mis un moment à s’en rendre compte ! Mais ils l’ont très vite adoptée. Il faut dire qu’elle est très très bonne…. bassiste bien-sûr !!

Allez, les filles continuent à chauffer la salle et à se faire de nouveaux fans. A part un ou deux grognons qui trouvent que si ce n’était pas des filles sur scène, on trouverait ça moyen. Mais bon, ça on ne saura pas car ce sont bel et bien des filles !! Et moi, je ne boude pas mon plaisir car des groupes de filles, il n’y en a malheureusement pas beaucoup.

Si les THUNDERMOTHER n’ont pas inventé le hard-rock, elles le font très bien !! La preuve, je n’arrive pas à contrôler mes cheveux !!!!

AUDREY HORNE @ le KAO de Lyon

Allez, petite pause et c’est au tour de AUDREY HORNE de monter sur scène. Je n’arrive pas à croire que j’ai la chance de les revoir après si peu de temps !!! Et là, en plus, c’est sur une grande scène avec un gros son. Yep !

Et c’est parti en mode les freins c’est pour les lâches ! Putain, ils attaquent très fort. Le public est cueilli à froid mais réagit comme un seul homme aux brûlots de AUDREY HORNE. D’entrée de set, je sais que ça va être dantesque. Le choix de la set list est super et l’énergie dégagée par le groupe met tout le monde d’accord. Ils bougent, sautent, descendent dans le public – comme les THUNDERMOTHER l’avaient fait un peu plus tôt, d’ailleurs.

TOSCHIE, le chanteur est toujours un putain de frontman et il le prouve au public du Kao qui est aux anges. Le groupe balance ses hits qui font des dégâts aux cervicales. Ils sont heureux. En plus, ce soir c’est leur dernière date. Ils quittent la tournée après Lyon (putain on a du bol grave !!) et donc c’est à fond les trottinettes électriques que les musicos terminent le set. Ouah, c’était juste énorme ! Quel set et quel putain de groupe !

Bon allez, dernière pause. Je n’aimerais pas être à la place des BACKYARD BABIES car AUDREY HORNE a placé la barre très haut.

BACKYARD BABIES @ le KAO de Lyon

Bon, on va voir ça tout de suite car même pas le temps de trop papoter avec les THUNDERMOTHER que c’est au tour des BACKYARD BABIES de venir nous asséner les esgourdes à grands coups de décibels !! Et vlam, ils attaquent eux-aussi bille en tête. Putain, ça part mega bien avec en entame un morceau sleaze à souhait. Et ça continue ! On a le BACKYARD des grands soirs sur scène. Attitude glam punk rockeur, set list qui arrache sa mère-grand de son bistro. Ils sont en mega grande forme et ça pulse grave.

Bon, ils ralentissent quand même un peu le rythme en milieu de set. Il y a même un petit acoustique mais c’est pour mieux repartir mon enfant ! Les morceaux du petit dernier en live ça pète son grand-père dans les traboules.

Dans le public, c’est du délire surtout sur « People like people like people like you » ou c’est presque de l’hystérie. Ca bouge grave dans la foule mais l’ambiance reste bon enfant.

Ouah ! Autant la dernière fois que je les avais vus en live – à l’Usine de Genève – j’avais trouver ça un peu mollasson autant là, rien à dire. Que du bonheur bien rock ‘n’ Roll.

Quelle mega soirée mes aïeux ! Trois groupes d’enfer dans un style cohérant. THUNDERMOTHER, la confirmation de tout le bien que je pense du groupe. BACKYARD BABIES, un grand retour en forme et en inspiration, Et AUDREY HORNE, tout simplement magique. Ils ont tout : les morceaux, le charisme, l’attitude. Comment ne pas craquer pour ce groupe ? C’est ma découverte des dix dernières années, tout simplement.

Quoi demander de plus à un concert ? Des photos avec les THUNDERMOTHER, bananes !! Bon, ça c’est encore fait ! Heu chérie, j’en ai fait aussi avec TOSCHIE ! Heu là, je crois que je l’ai énervée grave, vu que pour la seconde fois en quelques mois, elle n’a pas pu venir voir AUDREY HORNE, sniff !!!!

Un grand merci à l’organisateur pour cette mega soirée qui restera dans les anales !!!!