WHITESNAKE 10

WHITESNAKE

Report de STEVE*74

Après les concerts de juillet et avant de partir en vacances loin de l’agitation et du bruit des concerts, quoi de mieux pour terminer la saison qu’un WHITESNAKE à Pratteln ? Je vous le demande. Oui, c’est loin et il faut partir longtemps à l’avance pour éviter les péripéties de la route.

Un bouchon de plus d’une heure entre Genève et Lausanne me fait apprécier ma décision de partir tôt.

Quand j’arrive enfin devant la salle celle-ci n’est pas encore ouverte, mais déjà pas mal de monde attend sagement et sans resquiller dans la file (nous sommes en Suisse, il ne faut pas l’oublier). C’est plus qu’agréable.

THE ANSWER 5

THE ANSWER

Pour débuter la soirée, WHITESNAKE a emmené dans ses valises les anglos-irlandais de THE ANSWER. Ce n’est pas une nouveauté, lors de la tournée Purple Tour nous avions déjà eu la même affiche. Il faut dire que le rock-hard bluesy de THE ANSWER se marie bien avec WHITESNAKE.

Déjà 10 ans que le premier album « Rise » est sorti. Depuis le groupe a monté progressivement mais surement les marches du succès. Contrairement à plein d’autres formations, ils n’hésitent pas à sortir des galettes très régulièrement. S’appuyant déjà sur 6 disques studio, les musiciens ont matière à enchanter les auditeurs.

Ce soir nous n’aurons malheureusement qu’un petit aperçu de leur musique faute de temps. CORMAC NEESON, le chanteur nous dira à la fin du concert qu’ils reviendront dans cette salle en tête d’affiche cette fois ci en novembre. Alors si vous aimez ces gars là, surveillez les dates de leur prochaine tournée.

CORMAC arrive avec un beau chapeau sur scène tandis que ses comparses ont un look assez sobre. D’entrée l’on comprend que CORMAC possède une belle voix. Son timbre rappelle les plus grands chanteurs du genre comme ROBERT PLANT ou PAUL RODGERS par exemple. Elle est puissante, haute et éraillée à souhait. PAUL MAHON à la guitare passe sans souci d’un riff heavy et lourd à des sonorités blues. La rythmique assure une base sans failles.

La musique est ancrée dans les seventies. Leurs parents ont du les bercer au son des groupes de l’époque. L’influence de LED ZEPPELIN ou AEROSMITH sur certains titres planent au dessus d’eux, mais ils ont su adapter le style avec un son plus actuel pour notre plus grand plaisir.

C’est avec « Solas » tiré du dernier album éponyme que se termine leur prestation. Nous avons assisté à un bon show mais il souffrait à mon humble avis d’un petit manque de niaque. Un peu plus de mordant aurait été le bienvenu, mais je chipote, car quand on aime on désire toujours le meilleur.

WHITESNAKE 4

WHITESNAKE

Après un entracte court c’est maintenant à la bande de COVERDALE d’investir la scène. En me retournant je m’aperçois que la salle est archi-pleine. Elle déborde même, les portes de la salle étant restées ouvertes, des spectateurs sont dehors. Je n’ai jamais vu autant de monde ici. Par contre j’aurais eu les boules si j’avais dû rester dehors pour le concert après avoir fait tant de kilomètres….

WHITESNAKE, tout le monde connait mais tout le monde sait aussi que DAVID COVERDALE à des problèmes de voix depuis quelques années déjà. Il suffit d’écouter « The Purple Album » pour s’en convaincre. La voix est on ne plus trafiquée et pour être franc, je n’ai guère apprécié ce disque à cause justement du chant. Alors maintenant aller à un concert du groupe, cela relève un peu d’un jeu de roulette. Un peu à la manière d’un OZZY OSBOURNE, il faut croiser les doigts et espérer tomber sur un bon jour.

Mais notre homme a de la bouteille et il sait parfaitement gérer et ménager son chant. Après l’intro de « My Generation » des WHO, le groupe attaque le concert avec des mid-tempos sur « Bad Boys » suivi de « Slide it in ». Pendant que DAVID chauffe sa voix, ses musiciens excellent déjà. Ca swingue et le son est parfait.

WHITESNAKE 2

WHITESNAKE

DAVID COVERDALE à l’air dans un bon soir. Sa voix est fatiguée, il a perdu de la puissance et ne monte plus comme avant sur certains morceaux. En bon professionnel, il délègue à ses acolytes les chœurs et même certaines parties lead à MICHAEL DEVIN, le bassiste. Mais dans l’ensemble DAVID va donner un concert correct.

S’il y a bien un sujet où tout le monde est d’accord, c’est sur le choix des musiciens qui l’entourent. COVERDALE a toujours su dès le début de sa carrière s’entourer de grands musiciens. Pour cette tournée, le groupe est au top de sa forme. REB BEACH est présent depuis 14 ans déjà et TOMMY ALDRIDGE, après une pause, depuis plus longtemps encore. Cela donne une cohérence et une assise au groupe incomparable et cela se ressent.

De plus, ils sont contents d’être là et de jouer devant une salle pleine à craquer.

La tournée a pour nom « The Greatest Hits Tour 2016 », alors forcément toute la salle connait les titres que le groupe joue comme « Fool for your loving » par exemple.

A la fin de « Judgement day », REB entame un solo de guitare virtuose, suivi ensuite par celui de son alter-ego JOEL HOEKSTRA (ex-NIGHT RANGER), l’autre guitariste engagé en 2014. Pour ne pas faire de jaloux après « Slow an’ easy », c’est maintenant au tour de MICHAEL pour un solo de basse.

Le show continue avec « Crying in the rain » avec au milieu un solo de batterie du revenant TOMMY. Son jeu n’est pas forcément subtil mais il est puissant et sa frappe est métronomique. Il termine son solo avec une touche chère à JOHN BONHAM, c’est à dire sans baguettes, juste avec les mains.WHITESNAKE 13

Tout cela, je l’admets volontiers, fait beaucoup de solos !!! Trop même et pas toujours d’un intérêt primordial pour le public. Alors d’accord les musiciens y prennent du plaisir mais cela permet aussi à DAVID de se ménager des plages de repos. Il profite aussi de ces répits pour changer de chemises. Elles sont d’ailleurs très classes ses chemises avec le nom et le logo du groupe écrit dessus.

Sur scène il y a aussi un clavier, mais il est juste là pour diffuser des ambiances, il n’a pas un rôle essentiel ce soir. Il restera d’ailleurs en retrait pendant tout le concert.

Les morceaux défilent à la vitesse d’un TGV lancé à pleine vitesse. Tellement vite que je n’ai pas vu le temps passer et que nous approchons déjà de la fin. Et c’est avec « Here I go again » que se termine un show qui ne m’a pas déçu.

WHITESNAKE 9

WHITESNAKE

Bien entendu c’est une fausse fin, puisqu’ils reviennent pour un « Still of the night » dantesque en rappel. DAVID a compris que le public conquis est en fusion et qu’il ne demande qu’à participer à la fête. Au lieu de faire les montées sur le refrain, il fait chanter la foule. Tout le monde participe à cette demande et le set se termine dans la liesse.

Comme vous l’avez compris, j’étais un peu septique en arrivant, mais le doute s’est rapidement envolé grâce notamment au talent des musiciens qui accompagnent COVERDALE. J’ai assisté à un excellent concert qui m’a replongé avec certains titres à plus de 30 ans en arrière. Maintenant j’attends avec impatience un nouvel album pour confirmer cet avis.

Sinon, quand je vois la programmation du Z7, je me demande : « Pourquoi cette salle est-elle aussi loin ?!! ». J’envie les mulhousiens ou les bâlois d’habiter à côté. J’en ferais bien ma deuxième maison si j’habitais dans le coin. Dans un rêve, j’aimerais bien en avoir une vers chez moi en France… Mais c’est une utopie, malheureusement.

WHITESNAKE 7

WHITESNAKE

QUIET RIOT 1

QUIET RIOT

Report by Seb 747

Lorsqu’un bon ami à moi me parle de cette date, je me pose des questions ; plus de 6 heures de routes aller/retour de chez moi, ça fait une trotte. Mais quand on aime on ne compte pas… Et que ne ferais-je pas pour faire plaisir à mon Ti-Rickou préféré, lol !! Et puis, je suis en vacances, alors…

BRIENZERSEEFESTJe sacrifie donc ma journée du vendredi pour faire la route jusqu’à Brienz, en Suisse, où sce tient ce festival qui dure 3 jours. Malheureusement je ne peux faire qu’une seule journée sur les 3, mais quelle journée ! Il y a les suisses de BACKFACE, puis les Suédois de DYNAMITE et ceux d’ECLIPSE (avec le guitariste de W.E.T.) puis les américains de QUIET RIOT (avec JIZZY PEARL – ex-LOVE/HATE et RATT – au chant, CHUCK WRIGHT à la basse, FRANKIE BANALI à la batterie et ALEX GROSSI à la guitare) pour finir par les suisses de TIMELESS. Bref que du bon !

Le temps n’est malheureusement pas au beau fixe, ce qui semble être le cas pour beaucoup de festivals cet été. Malgré cela, et après une longue route à travers les paysages helvétiques, j’arrive sur le site. Quelle vue mes aïeux ! Ils sont incroyables ces suisses ; un festival rock à l’autre bout du pays dans une ville située entre 2 lacs et au bord d’une plage, il fallait oser le faire !

BRIENZDès mon arrivée, on nous oblige moi et mes copains, à nous garer dans un champ plus que boueux moyennant un petit billet de 10 CHF. Dur retour à la réalité, on est en Suisse alémanique ici et malheureusement pour nous, tout se paie. Ils ont même une navette qui passe toutes les 10 minutes pour nous emmener sur le site. Mais comme nous sommes d’excellents marcheurs et que le site est à 5 minutes, nous décidons de nous y rendre à pied. Il faut dire que même si apparemment la navette est gratuite, je me méfie un peu !

Là, je me dis qu’on va pouvoir rentrer facile, qu’il suffira de montrer nos tickets et qu’on nous laissera rentrer. Eh non, il faut changer son billet par un joli bracelet fluo de couleur orange, histoire de ne pas se perdre, mdr ! 

Du coup, on rate la fin de la prestation des suisses de BACKFACE. Bah, on est plutôt venus pour les autres groupes alors… La pluie fait son apparition mais, ouf, le concert se déroule sous un immense chapiteau blanc. Même pas peur ! C’est devant une imposante foule attablée (restauration oblige !) sur d’immenses tables en bois que nous découvrons la scène.

DYNAMITE 1

DYNAMITE

A peine le temps d’observer les lieux que les hostilités démarrent avec DYNAMITE. Ce groupe issu de la ville de Växjö en Suède, et composé de MATTIS KARLSSON au chant et à la guitare, SEBASTIEN HED-PLIKAS à la guitare rythmique, JONAS HAGSTROM à la batterie et ADAM BUTLER à la basse, s’est formé en 2012 et a déjà 2 albums dans sa besace.

Lorsqu’ils démarrent, je constate qu’il y a une forte communauté de fans suédois sur le devant des barrières. Composé de copines de tous âges (de 20 ans à 60 ans en gros) avec leurs compagnons respectifs (sniff, impossible de draguer !), ils sont à fond sur le groupe. Portant des vestes sans manches à son effigie, ils manifestent d’entrée de jeu leur enthousiasme et affichent un drapeau de la Suède sur la barrière devant de la scène.

Ne connaissant pas les efforts musicaux du groupe, j’y vais sans appréhension. Aïe ça fait mal ! Bon sang ! Quel style ! C’est très similaire à AC/DC mais avec une légère touche suédoise (forcément). Le beau MATTIS avec ses yeux verts nous démontre qu’il aurait largement pu remplacer BRIAN JOHNSON sur la dernière tournée d’AC/DC. C’est un grand frontman, de par sa taille et de par son talent.

DYNAMITE 2

DYNAMITE

SEBASTIAN, quant-à lui est plus discret, contrairement à son compagnon ADAM qui bouge de partout. Jonas, lui, en grand nounours qu’il est, semble prendre un plaisir sans fin à tourmenter sa batterie.

Les rythmiques à la AC/DC font mouche à tous les coups et le public, très hétéroclite répond aisément aux sollicitations du groupe. Nos amis suédois nous montrent l’étendue de leurs talents avec des refrains qui s’incrustent dans votre tête pour ne plus en sortir sur des titres comme « Hail Rock‘n’Roll », « Midnight Lady » ou « Dynamite ».

C’est vraiment excellent, je ne regrette pas mes 3 heures de route.

Tiens ? Le groupe s’arrête au bout d’une demie-heure. Quoi, déjà ? Non, en fait ils font une pause car tous les groupes présents ce soir jouent 1h30. Oui, j’ai bien dit tous. Pas de groupes vedettes ce soir, tout le monde est logé à la même enseigne… Et c’est tant mieux pour le rock !

DYNAMITE 3

DYNAMITE

On en prend plein la tête. Et paf, un petit « Blackout Station » dans les dents. Et boom, c’est « Burn it Down » qui déboule. Quelle claque mes aïeux ! Un petit blues avec « Streetfighting Blues », inquiétant de groove. C’est du pur AC/DC ! Que d’excellents titres !

Après un « Lock‘n’load » et une seconde pause de quelques petites minutes, le groupe redémarre sur les chapeaux de roues pour finir par trois excellents titres. Et c’est sur « Gone Wild » que DYNAMITE nous fait ses adieux. Un groupe à revoir c’est certain !

Nous faisons un petit tour sur les bords du lac afin de voir les différents stands et d’apprécier la vue… Même si la pluie à décider de nous mouiller ! Décidément, les « open air » sont humides cet été ! Après avoir entraperçu CHUCK WRIGHT et ALEX GROSSI qui se baladent comme nous, on se dirige vers le stand des DYNAMITE histoire de les saluer et de remercier ADAM de m’avoir donné sa setlist. Quand on leur dit qu’on a fait plus de 3 heures de route pour venir les voir, eux nous rétorquent qu’ils en ont fait 21 et qu’ils ont un peu mal au dos. Respect !

ECLIPSE 3

ECLIPSE

Changement du kit de batterie qui est sur roulettes – c’est plus pratique – et voilà que ECLIPSE débarque sur scène. Le groupe fondé en 1999 par ERIK MARTENSSON et son copain d’enfance (comme il nous le dira plus tard) MAGNUS HENRIKSSON possède déjà 6 albums à son actif. Avec leur titre « Runaways », ils ont même participé aux qualifs de l’Eurovision suédois en février 2016. Bon, ils ont fini 5e et n’ont pas été retenus…

Dès que les premières notes commencent, on monte d’un cran. Le niveau musical des suédois de Stockholm est nettement plus élevé. DYNAMITE était très bon dans son style, mais musicalement ECLIPSE, c’est tout autre chose !

Producteur de W.E.T. (WORK OF ART ECLIPSE TALISMAN), GIANT, JIMI JAMISON (SURVIVOR) pour n’en citer que quelques-uns, ERIK le beau chanteur blond qui joue également avec ni plus ni moins que JEFF SCOTT SOTO au sein de W.E.T., nous démontre qu’il est aussi un excellent compositeur. Ces compos sont tous autant de brûlots qu’on ne peut l’imaginer ! Non seulement ils rentrent dans votre tête pour ne plus en sortir, mais il suffit d’une seule écoute du refrain pour que vous vous surpreniez à le reprendre en chœur. Et ce, même si vous ne connaissiez même pas les chansons ! Impressionnant.

ECLIPSE 5

ECLIPSE

ECLIPSE 4

ECLIPSE

Et que dire de MAGNUS HENRIKSSON son grand copain guitariste si ce n’est qu’il est lui aussi un super gratteux. Il nous abat de super solos qui n’ont rien à envier à personne. Il jouera même à genoux et n’hésitera pas à utiliser une bouteille de bière en guise de bottleneck.

Le registre melodic-rock dans lequel ECLIPSE évolue est tout simplement monstrueux. Ce qui étonne le plus, c’est qu’ils ont l’air très jeunes mais qu’ils ont une maîtrise impressionnante de leur art.

PHILIP CRUSNER batteur du groupe depuis 2015 qui avait remplacé MAGNUS ULFSTEDT est devenu depuis le nouveau bassiste (on ne peut pas faire plus compliqué ?) est un taureau furieux. Malgré la forte dose de mélodicité du groupe, il fait pulser les morceaux avec ses frappes ce qui permet de donner une sacrée énergie aux titres.

MAGNUS ULFSTEDT, lui, prend souvent les chœurs. Il est le pilier zen du groupe.

Petit coup d’œil sur les spectateurs où nos copains suédois de tout à l’heure, sont toujours à fond. Ils ne sont qu’une petite dizaine, mais font un barouf d’enfer !

ECLIPSE 2

ECLIPSE

ECLIPSE 1

ECLIPSE

« Les suédois aiment le rock mais pas autant que vous aimez le rock » nous dit ERIK en nous rappelant leur amère participation à l’Eurovision. Les titres menés à bâtons rompus sont repris en chœurs par le public présent. Il y a du monde sous le chapiteau, les mélodies et les rythmes saisissants du groupe entraînent les spectateurs dans une magique mélopée mélodique. « Vous savez, Stockholm c’est beau mais pas aussi beau que chez vous » rappelle Erik au public. Et la foule hurle son bonheur. C’est vrai qu’en réfléchissant bien, même si je ne connais pas Stockholm, je crois qu’il n’a pas tort.

C’est vraiment très bon et je suis de plus en plus séduit par leur musique. Leurs titres n’arrêtent pas de trottiner dans mon crâne. Je headbangue comme un fou (ma nuque ne me remercie pas, bouh !), je fais comme tous les autres, je reprends en chœurs les refrains alors que je ne connaissais aucun morceau du groupe auparavant. Ils sont très forts. Les quatre musiciens se donnent à 1000 pour cent. Je me demande comment ils tiennent encore debout après tout ce temps… Surtout ERIK qui nous offre un sacré spectacle en tournoyant sur lui-même avec son pied de micro lorsqu’il n’a pas sa guitare en mains.

Ils ont déjà joué bien une heure et demie quand même et ils ne sont même pas essoufflés, moi par contre… Ce soir, ECLIPSE nous a prouvé qu’ils ne sont pas les plus brillants espoirs du hard rock mélodique mais bel et bien une solide valeur du melodic rock et que dans l’avenir, il va falloir compter sur eux.

QUIET RIOT 2

QUIET RIOT

Le temps de récupérer de ces deux concerts intenses que QUIET RIOT installe son matériel. Ça y est, voilà pourquoi j’ai fait plus de trois heures de route !

Evidemment, il n’y a plus les célèbres membres originaux, CARLOS CAVAZZO (qui a arrêté sa carrière il y a deux ans après avoir joué avec RATT en 2010), RUDY SARZO (qui a récemment rejoint le groupe DEVIL CITY ANGELS) et évidemment KEVIN DUBROW, le chanteur charismatique (malheureusement décédé). Mais qu’à cela ne tienne, FRANKIE (batteur des débuts) et CHUCK (bassiste sur l’album « Metal Health » de 1984 ainsi qu’ALEX (qui a tourné avec QUIET RIOT entre 2004 et 2006) ont décidé de continuer le groupe pour rendre hommage à KEVIN, disparu tragiquement en novembre 2007 suite à une overdose de cocaïne. Après plusieurs essais de chanteurs, ils se sont focalisé sur JIZZY en 2010 et personnellement, je pense que c’est celui qu’il fallait tellement sont timbre est proche du sieur DUBROW.

Et c’est partit pour plus d‘1h30 de show. Et quel spectacle ! QUIET RIOT, c’est des hymnes du hard-rock interprétés à la perfection par un JIZZY remonté comme une horloge helvétique.

QUIET RIOT 7

QUIET RIOT

QUIET RIOT 6

QUIET RIOT

Dès « Run for Cover », on sent qu’on va avoir droit à un super show. JIZZY anime la scène et ne tient pas en place. Ça va être coton pour prendre des photos, teins ! D’autant plus qu’après un « Slick Black Cadillac » c’est « Mama we’re all Crazee Now », la fameuse reprise de SLADE qui débarque. Et on n’en est qu’au troisième morceau !

D’un seul coup, je remarque que la foule est devenue massive. J’avais repéré tout à l’heure un groupe de jeunes adultes atteints de trisomie qui s’éclatait pendant les prestations d’avant. Sur les barrières, ils headbanguent à tout va, au grand étonnement du groupe qui les salue humblement. Evidemment, les baguettes sont pour eux et les médiators aussi. Respect.

Trois titres s’ensuivent avant le hit « Condition Critical ». La foule est en délire. Ça secoue la tête de tous les côtés. Et dire que ça va être comme ça pendant une heure et demie !

C’est alors que FRANKIE décide de sortir de derrière son kit de batterie afin de rendre hommage à RANDY RHOADS (1er guitariste du groupe avant d’intégrer le OZZY OSBOURNE BAND) et KEVIN DUBROW. Il nous parle de ses deux anciens amis et demande une minute de silence en leur honneur. Devant la scène tout le monde s’est tu. Impressionnant ce calme.

QUIET RIOT 4

QUIET RIOT

QUIET RIOT 5

QUIET RIOT

Passer ce moment de recueillement, c’est « Party all Night » qui nous arrive en pleine poire. Et c’est reparti à fond la caisse pour les hits des 80’s ! FRANKIE nous en fait des tonnes derrière son kit, CHUCK et ALEX s’éclatent à fond et profitent de ces moments en accumulant l’énergie que leur donne le public. « It Sucks to be You » nous chante un JIZZY hyper heureux d’être là.

Deux tires plus tard, c’est la ballade « The Wild and the Young » qui est jouée. Enfin un moment de calme ! «  Do you wanna be crazy ? » nous demande JIZZY ? Hein ?… Moi qui pensais pouvoir me reposer un peu ! C’est « Let’s go Crazy » qui nous arrive, et justement, c’est de la folie côté public. Quasiment toutes les tables sont vides.

Et c’est la fin du show. Déjà ? Evidemment non ! JIZZY revient sur scène et nous demande « Do you wanna make some noise ? ». La seconde reprise de SLADE arrive avec « Cum’on Feel the Noize » qui sera suivi d’un « Metal Health (Bang your Head) » de folie.

Ça y est, c’est fini ! Le groupe salue la foule, serre des mains et s’en retourne dans les loges, content d’être venu. Seulement voilà, le public en redemande, et pas qu’un peu ! Normalement, le show est fini, mais devant tant de ferveur, le groupe revient pour nous jouer un « Highway to Hell » de toute beauté. Tout le monde est aux anges, ébahi par ce show du groupe. Et tous sont unanimes : ce soir, QUIET RIOT a mis le feu au lac !

QUIET RIOT 3

QUIET RIOT

Comme il n’est déjà pas loin d’une heure du matin et qu’il nous reste plus de trois heures de route, nous décidons de ne pas assister au concert de TIMELESS, même si le camping à l’air de bien se remplir. Perso, passer la nuit dans la boue, très peu pour moi. D’autant plus que la pluie a décidé de redoubler d’efforts !

En tout cas, je ne regrette en rien le trajet pour venir ici, j’ai pu assister à un concert de folie sur un site à couper le souffle.

Vivement l’année prochaine !

PANIC FEST 2016 : Live Report @ Saint-Félix – 23 juillet 2016

IRON BASTARDS 1

IRON BASTARDS

Report by Seb 747

Cette fois-ci, afin de ne pas faire comme l’an passé et rater complètement le festival, j’ai bien coché la date sur mon agenda. Sur la programmation affichée, il n’y a que quatre groupes sur neuf qui m’intéressent réellement. Les autres, même si je ne les connais pas,  ne devraient pas trop me tenter d’après les explications données sur le site. Mais qu’à cela ne tienne, et même si comme dit mon ami Steve*74, trois des quatre groupes « on les a déjà vus », j’ai le sentiment que ça vaut le détour.

La veille, le temps était à l’orage, et le matin même nous avons droit à de grosses averses. Que faire ? D’autant plus que c’est en plein air ! Bah, même pas peur ! C’e n’est pas la météo orageuse qui va m’empêcher d’aller au festival. Non mais ! Et pour une fois je suis super en avance et le beau temps est revenu. Trop cool !

Première constatation, il n’y a pas foule qui attend devant l’entrée. Est-ce la perspective d’attentats ou le mauvais temps annoncé qui refroidit les métalleux ? Que nenni, c’est que tout simplement nous ne sommes qu’en début d’après-midi et que les métalleux ne sont guère habitués à arriver si tôt !

Après, la scène. Certes, elle est beaucoup moins bien que celle du Roche‘n’Roll Fest, mais elle tout de même bien conséquente. Et le son ! Que de belles résonnances avec les montagnes toutes proches ! En plus, le paysage est très beau.

SLEEKSTAIN 1

SLEEKSTAIN

Mais revenons à la musique. C’est SLEEKSTAIN qui a l’honneur d’ouvrir les hostilités. Malheureusement pour eux, le vent a décidé d’être de la partie et il emmène le son avec lui. Résultat, c’est un peu une bouillie sonore auquel nous avons droit.

Mais de cela, les spectateurs s’en tamponnent le coquillard. Ils sont là pour faire la fête et la font bien… même s’il est un peu tôt ! D’ailleurs, une masse de gens imposante s’est arrêtée devant la scène et les hard-rockeurs présents s’éclatent comme des bêtes. C’est ça aussi SLEEKSTAIN, une énergie communicative qui emmène tout le monde. Evidemment, RAFF qui en fait des tonnes (comme à son habitude) est impressionné par ce monde. Il remercie chaleureusement le public venu si nombreux en ce début d’après-midi. Il ne s’y attendait pas.

Et c’est reparti « comme en 40 », comme dirait ma grand-mère.
Le show remue dans tous les sens les métalleux qui commencent à pogoter comme des fous. Forcément devant la ferveur des SLEEKSTAIN qui se donnent à fond (mis à part le nouveau guitariste plus en retrait), on ne peut pas rester indifférent.

Durant ce show, nous avons droit à deux inédits et à une fin dantesque sur « Call me God ».

Pause musicale et début de la pluie. Durant DREAD UNION BLOOD, le premier groupe local, le vent a redoublé d’efforts et amené les grosses averses avec lui. C’est sur une scène détrempée que le groupe entame son show. Mais ça tombe bien parce que vu ce qu’ils jouent, je préfère m’éloigner de la scène. Beaucoup trop bourrin pour moi.

HAPPENING

HAPPENING

S’ensuit le groupe HAPPENING. Dans un registre metalcore légèrement mélodique (oui, j’ai bien dit légèrement), leur musique est un peu redondante. C’est bien exécuté, les spectateurs sont conquis mais pour moi, c’est trop linéaire. Donc je regarde de loin, car même si la pluie a décidé d’être moins forte, elle mouille quand même ! Lol !

En plus, ça me donne l’occasion de taper la discut’ avec les copains présents à cette journée, même si on ne s’entend pas trop à cause de la musique. « Peuvent pas faire un peu moins de bruit ?! Y’a des gens qui essaient de discuter, ici ! ». Qu’est-ce que c’est bruyant, on ne s’entend pas beaucoup. Lol !

TRY AGAIN

TRY AGAIN

Mais voilà que le second groupe qui m’intéresse s’installe sur scène. Ce sont les TRY AGAIN, le second groupe local – ils sont de Rumilly, à quelques km de Saint-Félix. C’est leur denier show sous cette forme. Renseignements pris auprès de RICO, le chanteur, ce sont les éloignements des différents membres qui expliquent ça et non les sempiternelles divergences musicales. Cependant le groupe continuera avec une toute nouvelle formation.

Bon musicalement, c’est plus ou moins toujours la même chose, avec leurs morceaux keupons rentre-dedans mais pour une fois, avec un son de qualité. Et en plus, la pluie s’arrête, que demander de plus ?

Eh bien, ils font monter sur scène GABIN, un de leur copains afin d’assurer quelques chœurs et de chanter avec eux. Les morceaux prennent alors une autre dimension. Moins mélodiques, ils sont surpuissants. « Ça dépote grave ! », comme dirait un spectateur à côté de moi. Et puis, comment ne pas se marrer en écoutant les paroles des titres tel que « Bébé Congèle », « Guerrier de l’Espace » ou bien encore « Top Budget » !

Bon set et surtout beaucoup de délires avec une fin toute en émotion. Bonne surprise à la fin de leur passage, je m’aperçois que sur leur stand merch’, leur CD est en vente au prix qu’on veut. Jamais vu ça, moi !

IRON BASTARDS 2

IRON BASTARDS

Pendant que beaucoup de spectateurs partent se restaurer et s’hydrater, les strasbourgeois de IRON BASTARDS s’installent sur scène. Malin comme le renard (que je croiserai plus tard sur la route), je m’installe devant la scène.

Lorsqu’ils démarrent leur set, pas grand monde ne bouge. Mais dès les premières notes de « Jungle Speed », leur premier morceau, la foule se masse en abondance. Et là, comment dire… Le ciel a décidé d’être clément avec nous et nous laisse apprécier le spectacle. Car avec un son pareil, c’est un sacré spectacle !

Comme d’habitude, on est dans une grosse influence MOTORHEAD, mais qu’est-ce que ça pulse avec ce son ! Le public qui découvre le groupe n’en revient pas. Ils sont impressionnés par la technique de ces trois strasbourgeois… et surtout par la prestation du batteur ANTHONY qui frappe ses fûts comme s’il était possédé. « Philty ! Arrêtes de posséder ce corps, ça commence à se voir !! ».

Le bassiste DAVID courre dans tous les sens, monte sur la batterie pour sauter en l’air dès qu’il en a l’occasion. Les IRON BASTARDS ont lâché les freins pour ne plus s’arrêter et les pogos reprennent de plus belle. La foule est en délire. A côté de moi, ça headbangue de tous les côtés. Les métalleux s’accrochent même à la barrière pour secouer leur têtes. C’est totalement démentiel cette ambiance !

Et c’est sur « Pancho Villa » que se clôt ce set intense, non sans que le groupe ait rendu un petit hommage à LEMMY KILLMISTER avec « Iron Fist ».

VINTAGE CARAVAN 2

VINTAGE CARAVAN

Atteint par le syndrome Ti-Rickou qui consiste à se désaltérer pendant qu’un groupe s’installe sur scène, je m’éloigne de la scène, persuadé que c’est au tour d’ALEA JACTA EST de jouer. Mais en regardant mieux la scène, je m’aperçois qu’un backdrop de toute beauté est installé derrière la scène. Et que ce n’est pas du tout ressemblant au groupe prévu à sur le running order de ce soir ! En fait, ils ont échangé leur place avec les islandais de VINTAGE CARAVAN !

En voilà une bonne nouvelle, le bourrin c’est pour plus tard ! Ce qui pour moi, étant donné les groupes restants, me parait logique.

Le groupe, qui en cette fin d’après-midi fait sa deuxième et dernière date estivale en France nous fait son show. Nos trois péninsulaires d’Álftanes sont de vrais fanfarons. Ils s’éclatent sur scène. ÓSKAR LOGI le guitariste chanteur, ALEXANDER ÖRN le bassiste fou qui assure les backing vocals et STEFAN ARI le métronome batteur, nous touchent avec leur bon vieux rock’n’roll des familles.

Ce sont vraiment des islandais ? Ils sont roux comme des irlandais, mdr ! En tout cas, ils jouent super bien. Les métalleux présents en prennent plein les mirettes ! Il faut dire qu’ALEXANDER est vraiment celui qui tient le public en haleine. Il ne tient pas en place, virevoltant de partout, nous assénant des coups de basse dans tous les sens ! Et les pogos reprennent de plus en plus vite, de plus en plus forts. On a même droit à un slammeur, mais toujours dans une bonne ambiance.

VINTAGE CARAVAN 3

VINTAGE CARAVAN

Les trois compères, qui ne nous en veulent pas trop de les avoir battus au foot, comme nous le rappellera ÓSKAR un peu plus tard, sont en osmose totale avec le public. Celui-ci le lui rend bien en reprenant les chansons en chœur lorsque le guitariste chanteur leur fait reprendre les « ohohoho » habituels. Il n’hésite pas, quand il lâche son pied de micro à aller au-devant des spectateurs en se hissant sur les enceintes. Tout comme son compère ALEXANDER qui headbangue comme s’il était hanté par un obscure Dieu Nordique ! STEFAN le batteur n’en rate pas une miette, se mettant régulièrement debout derrière ses fûts pour haranguer la foule.

Ça y est, leur set prend fin et les VINTAGE CARAVAN nous invitent à les rejoindre tous au stand de merchandising pour signer des autographes et boire une bière ensemble. Heuh… Tout le monde ? Euh… ça va pas faire un peu de monde au stand ? En tout cas, vive l’Islande ! Un sacré groupe à voir absolument sur scène au moins une fois dans sa vie. Quelle claque ils nous ont mis !

S’ensuit le groupe qui était censé jouer à leur place, les toulousains d’ALEA JACTA EST. Comme c’est tout de même loin d’être ma tasse de thé, je préfère divaguer le long des stands. Non sans bien sûr aller serrer la main des trois hommes venus du froid et de leur faire signer leur set list !

Ayant eu ma dose de bourrin pour cette journée, je décide de partir durant le set des marseillais de DAGOBA, d’autant plus qu’ils ont pris leur temps pour s’installer. Du coup, je n’assiste pas non plus au set des thrasheurs espagnols d’ANGELUS APATRIDA. Tout comme dirait le proverbe « Trop de bourrin tue le bourrin. Hi Han ! » et puis no entiendo español !

VINTAGE CARAVAN 1

VINTAGE CARAVAN

BILAN DE LA SOIREE

Une ambiance bon enfant, des bénévoles très sympathiques, un système de jetons pour les boissons et la bouffe (pas si bête que ça puisqu’on peut les garder pour l’année suivante) et un site super-chouette (juste le terrain un peu cabossé, mais c’est juste pour chipoter). Une chose est sûre : j’ai bien fait de venir moi !

 

 

 

EUROPE + STATUS QUO + SHAKRA : Live Report @ Guitare en Scène de St-Julien en Genevois – 16 juillet 2016

Comme Seb 747 et Steve*74 sont un peu les Tango et Cash du live report chez W.T.R, ils vous proposent une nouvelle fois, un concept bien à eux pour vous rapporter les événements de cette dernière journée de Guitare en Scène… Carrément incontrôlables, ces deux-là ! Bref, tout ce qu’on aime ici ! 

shakra 5

SHAKRA

Seb 747 pour la Part One

C’est un peu sonné que je me rends à ce qui, pour moi, est le deuxième jour du festival. Il est vrai qu’après la prestation de TWISTED SISTER le jour de la fête nationale et d’avoir appris de la voix de DEE SNIDER himself ce qui est arrivé entre temps à Nice, on est un peu dans un état second. Comment ne pas se rappeler ce qui est arrivé quelques mois auparavant à Paris… Mais comme aurait dit FREDDIE MERCURY : « Show must go on ». Et puis c’est pas des p’tits cons qui m’empêcheront d’aller m’éclater et d’aller voir mes groupes de rock favoris. Donc direction Saint-Julien en Genevois pour la deuxième fois en trois jours !

A peine ai-je le temps de passer les barrières que le speaker nous annonce déjà l’arrivée de SHAKRA. C’est pire qu’en Suisse ici, ils ont carrément un quart d’heure d’avance (au grand détriment de mon ami Steve*74 coincé dans les bouchons. lol) ! Comme dirait le proverbe : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ». D’ailleurs cet adage, notre Ti-Rickou devrait peut-être le retenir, non ?

Après avoir vu le groupe au Métal Grésifest quelques semaines auparavant, je sais déjà à quoi m’attendre avec SHAKRA. D’autant plus que MARC FOX l’ancien nouveau chanteur – « C’est un peu compliqué », nous dira t-il plus tard, « mais c’est comme ça » – est revenu au sein de la formation. Il est plus que certain que c’est le chanteur qu’il faut à ce groupe. Ils ont de l’énergie à revendre et nous le prouve dès l’entame d’un « Hello » qui commence un set survolté.

Malgré le soleil qui a tendance à les éblouir sur scène (trois membres sur cinq ne quitteront pas une seule fois leur lunettes noires), ils sont heureux d’être de retour. Le show qui -contrairement à ce qui avait été annoncé – n’est pas sous chapiteau mais sur la petite scène, est excellent. Les spectateurs qui rentrent au fur et à mesure, n’en perdent pas une goutte.

shakra 7

SHAKRA

Le soleil tape de plus en plus fort, il commence à faire de plus en plus chaud, mais nos amis suisses nous montrent l’étendue de leurs talents. ROGER TANNER le batteur est en pleine forme. Il frappe ses fûts avec une intensité qui met en avant la basse de DOMINIK PFISTER. Celui-ci, en place depuis 2011, n’hésite pas à se montrer au bord de la scène et à headbanguer autant que ses copains. THOM BLUNIER, le brun ténébreux à la lead guitar nous décoche des riffs sensationnels. Et même si, à cause de sa maladie (il finira le concert éreinté soutenu par ses comparses), il bouge moins que son compère THOMAS MUSTER à la rythmique, le bernois se montre un excellent musicien.

D’ailleurs, c’est un peu THOM qui mène la troupe, même si les regards des copines vont vers son blond comparse et vers MARC évidemment. Après un « Wild & Hungry » qui dépote, les SHAKRA quittent la scène.

Ils reviennent pour nous faire un rappel à décorner les bœufs avec « Now Or Never » et « Rising High ». Salutations de rigueur au public, non sans un « Merci ! Vous êtes formidables ! » de MARC FOX au public et je me dirige sous le chapiteau. En tous cas, bonne entrée en matière pour ce festival.

status quo 7

STATUS QUO

Arrivé sous le chapiteau, le monde est beaucoup plus conséquent que ce à quoi je m’attendais. Les quinquas – et âges supérieurs – avec des vestes à patches aux couleurs de STATUS QUO sont devant les barrières. Euhhh, si j’avais des doutes sur le remplissage du concert, là je n’en ai plus. C’est blindé !

Bon, STATUS QUO, je les avais pas revu depuis 2010. Ca remonte déjà à six ans. A l’époque j’avais apprécié le concert alors je m’attends à quelque chose de fort.

Peu de temps avant le début de ce show, RICK PARFITT, l’excellent second guitariste du groupe après FRANCIS ROSSI, a été victime d’une crise cardiaque et n’a pu finir la tournée. Qu’à cela ne tienne, les STATUS QUO ont décidé d’honorer leurs contrats avec FREDDIE EDWARDS, le fils du bassiste JOHN. Et d’après les dires du présentateur, ce serait donc son premier gros concert avec le groupe.

Et là, ben… il y a comme un manque. Mais il est vite rempli par cette ardeur qu’à FREDDIE. Il attaque ses cordes comme RICK et malgré sa timidité (il faut le comprendre, jouer avec de telles légendes, il y a de quoi être intimidé), il n’hésite pas à aller au-devant de la scène. Episodiquement certes, mais comme c’est FRANCIS qui tient comme d’habitude le public, ça peut se comprendre. Ce dernier plaisante souvent et charrie régulièrement le père et le fils. Il y a une très bonne ambiance. Aussi bien sur scène que sous le chapiteau.

Ils nous font même un medley comprenant « What you’re Proposing / Down the Dustpipe / Wild Side of Life / Railroad », des titres qu’ils n’avaient pas joués depuis longtemps.

Un peu plus tard dans la soirée, c’est le hit « In the Army Now » qui est repris en chœur par la foule de Guitare en Scène. Très impressionnant. Et c’est sur « Rockin all over the world » qu’ils nous quittent, faisant sauter en cadence les nombreux spectateurs, jeunes et vieux.

status quo 4

STATUS QUO

Mais voilà qu’ils reviennent pour nous sortir deux derniers titres, dont une cover de CHUCK BERRY !

Sans contexte, un super show. Certes l’absence de RICK est importante, et beaucoup de fans venaient sans grande conviction, mais après le set des anglais, tout le monde est enthousiaste. Oui, le QUO peut exister sans PARFITT (même si mon ami Steve*74 ne serait pas d’accord avec moi).

Le set fini, je me dirige vers les nombreux stands de bars et de restauration afin de me réhydrater après ces deux concerts.

SPACE CADETT

THE SPACE CADDETS

Pendant ce temps, sur la scène village, les SPACE CADDETS jouent. C’est dans un rockabilly endiablé qu’ils font leur prestation.

Comme ce n’est guère ma tasse de thé et même si ce n’est pas désagréable à l’oreille (on n’est pas dans du black ou du death, lol !), je me redirige sous le chapiteau afin de me placer au mieux pour EUROPE.

Evidemment, il y a déjà foule. Du coup, je reste assis en attendant que le concert commence et j’en profite pour taper la discut’ avec un couple lausannois, surpris de voir une ambiance aussi tranquille dans un festival à taille humaine.

europe 8

EUROPE

Les lumières s’éteignent, la scène s’illumine sur un backdrop de l’album « War of Kings ». C’est MIC MICHAELLI le claviériste, suivi de JOHN LEVEN le bassiste et IAN HAUGLAND le batteur qui montent sur scène les premiers. Viennent ensuite JOHN NORUM, le guitariste – pour ceux qui ne le savait pas déjà – et JOEY TEMPEST, chanteur de son état.

Beaucoup de personnes sont venues pour écouter ce que le groupe jouait dans les années 80… Sans jamais avoir écouté ce qu’ils font maintenant. Evidemment, ils sont plus que surpris lorsque dès le début du set, JOEY attaque – guitare en mains, s’il vous plait – un « War of Kings » d’anthologie.

Forcément, ceux qui connaissent n’en perdent pas une miette et ceux qui s’attendaient à un EUROPE mou du genou et popisant comme dans les années 80 en prennent pour leur grade.

europe 4

EUROPE

C’est sur un fond bluesy à souhait que EUROPE nous accueille. Ils sont remontés comme un coucou suisse. JOHN NORUM reste très concentré sur son jeu de guitare, décochant quelques riffs dont il a le secret et régulièrement quelques sourires dont il n’est pas coutumier.

JOHN LEVEN qui fera la gueule tout le long du concert, est toujours dans son rythme impassible.

MIC MICHAELLI, qui s’est laissé pousser une barbe poivre et sel depuis la dernière fois où je les ai vus, donne l’impression d’être le chef de la soirée. A chaque fin de morceau, les lumières s’éteignent et il commence à jouer tout seul les intros. Ses camarades le rejoignent dès l’entame des riffs de guitare ou des coups de buttoirs de IAN HAUGLAND.

JOHN change régulièrement de guitare pour une Flying V noire de toute beauté. JOEY, lui, fait le show à lui tout seul, en véritable frontman qu’il est !

Après un « Hole in my pocket », second extrait de « War of Kings », c’est le hit « Rock the night » qui débarque et la foule répond présent aux sollicitations de JOEY. En revanche, lorsqu’ils attaquent « Scream for Anger », un titre de « Wings of Tomorrow » datant de 1984, je n’en reviens pas : la foule reste coite. C’est trop marrant !

S’ensuit un « Last look at Eden » de toute beauté, en mid tempo qui émeut le public. Puis la ballade « Carrie » arrive et là, c’est l’émeute. Les copines sont toutes en pleurs, lol.

Après un troisième titre de « War of kings », un de « Bag of Bones », c’est un autre hit qui débarque « Sign of the Times ». 1989, ça ne me rajeunit pas ! Après l’instrumental de « War of Kings » et un titre un peu moins connu « Girl from Lebanon », un autre hit débarque « Ready or Not ».

Ah, les lumières s’éteignent et IAN HAUGLAND nous fait son drum solo. C’est sur l’air d’ »Eine Kleine Nachtmusik »  de MOZART qu’il joue et pour une fois, on est loin de s’ennuyer.

europe 2

EUROPE

Revenu sur scène, le groupe jouent deux hits les uns derrière les autres « Superstisious » et « Cherokee » afin de finir sur « Days of Rock ‘n’ Roll ». Trop fort les EUROPE, ils sont capables de jouer tous leurs hits tout en incluant cinq titres de leur dernier opus en date, sans que cela choque le moins du monde !

Le set est fini. Réellement ? Non, bien sûr, ils ne peuvent pas finir sans qu’ils jouent leur dernier hit « The Final Countdown » que le public attendait avec impatience.

Et c’est sur un rappel de haute volée que se finit, pour moi, cette soirée. Il se fait un peu tard, et malgré le fait qu’il y ait encore un concert avec JOHNNY GALLAGHER, je décide de rentrer… Laissant le soin à mon ami Steve*74 de finir le report du concert.

GALLAGHER 1

JOHNNY GALLAGHER

Steve*74 pour la Part Two 

Bon, mon camarade de jeu ayant déclaré forfait, je reprends le flambeau pour terminer cette soirée. Il faut comprendre notre ami Seb 747, s’il n’a pas ses huit heures de sommeil, il passe ensuite une mauvaise journée… même si le lendemain est un dimanche ! Eh oui, il ne fait pas bon de vieillir, lol !!!

Pour revenir à des considérations plus musicales, il est vrai que nous sommes déjà à une heure tardive lorsque JOHNNY GALLAGHER foule le plancher de la petite scène.

Ce n’est pas une surprise de le voir ici, il doit même avoir un abonnement à ce festival car je ne compte plus le nombre de fois où il est venu y jouer. Quand on n’aime on ne compte pas, paraît il…

Le show débute avec un GALLAGHER qui a chaussé ses lunettes. Le rock blues distillé est prenant. Le bonhomme sait jouer et manie sa guitare comme un jouet trop petit entre ses mains.

Entre compos et reprises, la setlist défile sereinement mais cela ne va pas durer. JOHNNY enlève ses bésicles et là, tout va changer. On passe à la vitesse supérieure !

Premier invité sur scène ce soir, MARKY X, le guitariste des SPACE CADETTS.

Un petit tour puis s’en va. Ensuite c’est au tour de NONO, oui celui de TRUST, d’arriver. Pas de hard-rock à la TRUST ce soir, mais toujours ce bon vieux rock mâtiné de blues. Les morceaux sont prétextes à de grands bœufs. Les guitaristes s’en donnent à cœur joie et alternent les solos.  NONO restera sur scène jusqu’à la fin.

Ensuite, c’est au tour de PATRICK RONDAT d’arriver, suivi bientôt par ERIC GALES, un fabuleux guitariste blues américain. Et pour finir, JACQUES VALDA, un des gentils organisateurs du festival.

GALLAGHER 10

ERIC GALES

Maintenant, il y a un monde fou sur les planches de la petite scène. Les spectateurs qui sont restés admirent le spectacle. Nous assistons à un méga bœuf qui s’éternise dans le temps pour notre plus grand plaisir.

Ils n’arrêterons qu’à 3h du matin, une heure où Seb 747 dort déjà depuis longtemps !!! Mais quel plaisir d’écouter ces talentueux guitaristes s’amuser sans problème d’égo et transmettre leurs passions pour notre plus grande satisfaction.. On en redemande !

En principe, quoi de mieux pour terminer en beauté une excellente journée ? Rien, si ce n’est qu’un plouc mal intentionné a essayé de forcer ma serrure de voiture côté conducteur et que depuis je dois passer de l’autre côté pour entrer. C’est ça le rock‘n’roll…

Vivement l’année prochaine tout de même !!!

GALLAGHER 11

PATRICK RONDAT, JOHNNY GALLAGHER ET NONO