EXISTANCE @ Leym’Fest 2019

Report et Photos by Ti-Rickou

A quoi voit-on que c’est la rentrée ? Eh bien facile, c’est quand tu te rends au Leym’Fest !!! Depuis quelques années déjà, ce fest est mon rendez-vous de rentrée. Un immanquable organisé par AMM et programmé par une figure de la région : Christophe Ginet. Bien-sûr, l’avantage de venir tous les ans c’est que je ne me perds pas, que ça roule pour y aller et qu’on se gare finger in the noze.

Je retrouve ce magnifique site avec plaisir, un ancien casernement. Pas d’énormes changements par rapport à l’année dernière sauf que la scène est un peu plus petite (j’apprendrai plus tard que malheureusement ils n’ont pas pu avoir la grande scène habituelle cette année) et que quelques stands sont différents, mais bon j’ai mes repères… Et plein de gens que je connais, des copains, des musiciens, bref pas deux pas sans dire bonjour ! C’est aussi ça le Leym’Fest.

Oups, en revanche, moi qui croyait être à l’heure, j’apprends que j’ai loupé le premier groupe, SKINX. Dégoûté ! J’avais bien aimé ce groupe la seule fois où je les ai vus en live. Sniff ! OK, c’est de ma faute, je n’avais qu’à lire le running order que j’avais (en plus) posté sur la page Facebook du webzine et du coup arriver plus tôt. Désolé les gars, je me rattraperais une autre fois !

HROTHGAR @ Leym’Fest 2019

Là, c’est au tour de HROTHGAR de monter sur scène. Heu, je ne connais pas et j’ai un petit peu la trouille que ce soit un peu violent pour moi car ils sont étiquetés « mélodic death metal » (et ce n’est pas le mot mélodique qui me fait peur, lol !!).

Allez, je vais être vite fixé. Tiens, mais je connais le guitariste, c’est FLORIAN LAGOUTTE, le guitariste de KINGCROWN ! Finalement, c’est plutôt du metal viking. C’est mélodique, puissant. Ca j’aime ! Bon d’accord la voix est bien death, c’est-à-dire growl saturé où on ne comprend rien et ça, comme vous le savez tous, je déteste. Dommage car les morceaux sont très bons.

Le groupe est très efficace scéniquement mais ce type de voix, ça me gâche tout. Mais bon, encore une fois au risque de me répéter, ce n’est que mon goût perso. En plus, c’est quand même supportable pour mes oreilles et je n’ai aucune envie de courir sur la première autoroute jouer à cache-cache.

Je vais plutôt tranquillement au fond du site où se trouve l’unique stand de « c’est bon ». Comme j’aurais du m’y attendre, le stand est pris d’assaut et je m’installe dans la longue queue pour me restaurer.

Bon allez, j’ai du passer le relais dans la queue car HROTHGAR a fini et je me dirige vers la scène pour l’arrivée des franco-belges MAX PIE. Changement d’ambiance. Là, on est dans du metal prog’. C’est plus ma came. En plus, je suis mega content de les revoir en live car j’apprécie beaucoup leurs compos.

Et je ne vais pas être déçu. Comme d’hab’, ils sont mega heureux de jouer leurs morceaux, d’être là et de partager avec le public qui commence à bien arriver. J’adore leur univers, leurs morceaux mega recherchés mais pas prise de tête, leur sens de la mélodie mais pas au détriment de la puissance, la voix du chanteur qui colle parfaitement aux titres.

Bref, je passe un excellent moment et je profite de ces versions live. En clair, je ne suis présent que physiquement car mon esprit est pleinement dans leurs morceaux. Je ne suis d’ailleurs pas le seul à craquer pour eux, même des allergiques comme ma chérie au prog’ metal fondent.

Waouh !! Encore une grosse prestation de MAX PIE qui confirme tout le bien que je pense d’eux !!

Allez, je récupère mon tacos (merci chérie !) et je vais faire un tour au merch’ pour papoter un peu avec les exposants.

EXISTANCE @ Leym’Fest 2019

Il est temps pour moi de me positionner pour l’arrivée sur scène du groupe que j’attends – tout comme une grande partie du public si j’en crois la multitude de gens portant des T-Shirts à leur effigie – EXISTANCE. Et c’est parti en mode « on est heureux d’être là, dans cette région et on vous a fait une set list spéciale ». Eh oui car c’est à une set list spéciale anniversaire de leur premier album que nous allons avoir droit ! Whaouh !! Avec en plus des titres peu ou pas joués en live !!

Et putain, ça le fait mega grave ! Bien-sûr, ils n’oublient pas leurs titres plus récents non plus. C’est du délire dans le public très présent devant la scène. On en prend plein le oreilles et plein les yeux aussi car EXISTANCE, c’est un groupe qui fait aussi sa réputation sur ses prestations live. Putain, ils donnent tout, c’est vrai ! Du coup, le public le reçoit pleinement. C’est magique.

C’est clair aussi que les nombreux concerts qu’ils ont donné dans toute l’Europe leur ont encore apporté en maturité et en présence scénique. Qu’est-ce que c’est bien et qu’est-ce que ça fait du bien ! Rien à jeter, une putain de prestation et un putain de groupe. Heu, comment je ne suis pas objectif ? Bah si, ils sont tout simplement un des meilleurs jeunes groupes de heavy, un des groupes sur qui on devra compter pour reprendre le flambeau de notre musique, et je ne parle pas qu’au niveau français ! J’en connais un qui doit être vraiment très fier d’eux. Une énorme pensée pour DIDIER IZARD, chanteur de H-BOMB et père de JULIAN le chanteur d’EXISTANCE, qui aurait tout donné pour voir ça. R.I.P. mon ami, je te dédie ce report.

Allez, je me reprends. Malheureusement c’est déjà fini. La tarte !! Tout le monde est sur le cul. Vivement le prochain album. Je laisse passer un peu de temps avant de les rejoindre au stand merch’ car il est pris d’assaut, Et ça, c’est la preuve irréfutable que le public a aimé. J’en profite pour papoter avec des copains, tout le monde est d’accord pour dire qu’EXISTANCE est LE groupe à voir en live !!!

Bon, le temps de faire des délires avec les copains et c’est au tour du dernier groupe de la soirée de monter sur scène. Eh oui, il y a encore un groupe à passer. Et c’est retour à la case brutal avec XAON. Mon copain Philippe de Kaosguards m’avait dit que ça pouvait me plaire mais rien qu’avec l’intro double grosse caisse, j’ai un doute. C’est du symphonic death metal.

Le chanteur a deux types de voix à son registre, la claire – la normale – et la saturée – la voix cro-magnon avec une angine. La voix claire est très bien et j’avoue que la saturée ne l’est encore pas trop.

Visuellement, ça le fait grave. Les musicos sont impressionnants, à l’image du chanteur qui est un putain de frontman. Je comprends pourquoi mes potes photographes adorent les groupes d’extrême, pour les photos c’est top ! Musicalement, c’est bien fait, il y a de la mélodie même si c’est parfois très speed. Le contraste entre les deux voix fonctionne bien, même si perso je déteste.

Ils se donnent à donf’ et pourtant je n’ai pas le zizi tout dur comme l’avais promis le chanteur en début de set. Je n’accroche pas à leurs compos et même à ce point de vue, j’ai préféré HROTHGAR (malgré le chant, of course !). Le public est encore bien présent devant la scène et visiblement, lui il apprécie, ce qui est comme vous vous en doutez, le principal.

Bon allez, il commence à faire un peu froid, le temps menace et je vois des éclairs au loin, Même si j’avais prévu de rester jusqu’au bout pour voir tous les groupes sur scène avec l’orga – ce qui est une tradition au Leym’Fest (et c’est cool) – je prends congés des nombreux copains présents ce soir. Partir de ce fest c’est toujours le moment le plus dur pour moi car je m’y sens toujours bien, que j’y découvre toujours des groupes (que j’aime ou pas, mais l’important c’est de pouvoir le savoir, lol !).

Encore une fois, très bonne édition de ce fest à part qui programme des groupes qu’ils aiment et puis c’est tout. Bien-sûr, un grand merci à toute l’équipe d’AMM, à Christophe Ginet, à Mag, à Markus et à tous les autres. Rendez-vous à l’After Leym’Fest et à la soirée Sur la route du Leym’Fest 2020… J’espère ! See You soon my friends !

EXISTANCE @ Leym’Fest 2019

BARRAKUDA + B.E.Y.O.N.D. BIZARRE + GOYA : Live Report @ le Rock ‘n’ Eat Live de Lyon (69) – 30 août 2019

BARRAKUDA @ Rock ‘n ‘Eat Live de Lyon (69)

Report et Photos by Ti-Rickou

En cette toute fin de mois d’Août, c’est direction Lyon et plus précisément le Rock ‘n’ Eat ! Comme j’adore les bouchons, je prie très fort les Dieux du Hard-Rock pour que tous les lyonnais ne soient pas encore rentrés de vacances. Bon, de toute façon, je vais essayer de prévoir large car à priori le groupe pour lequel je me déplace ce soir a de très fortes chances de commencer les hostilités.

BARRAKUDA @ Rock ‘n ‘Eat Live de Lyon (69)

Allez, on the road again ! Je me gare finger in the noze et j’arrive juste sur le fil. Au poil, ils commencent juste à jouer. Mais qui ? Mes copains parisiens de BARRAKUDA bien-sûr !!! Pas le temps de dire bonjour à qui que ce soit, ni à Paul, ni à Jacques (de toute façon, ils ne sont pas là et en en plus, je ne les connais pas ! ) et je rentre direct dans le show des copains.

Tiens, il manque un guitariste ! Formation réduite à quatre ce soir. Pas grave, même avec un seul guitariste, BARRAKUDA en live c’est de la dynamite. Putain, qu’est ce que ça fait du bien ! Ca faisait trop trop longtemps que je ne les avais pas vus en live et ça me manquait. Leur puissance, leurs paroles (en français) et leur charisme en font un des plus performants groupes de hard-rock qui tournent à l’heure actuelle.

Bon c’est vrai j’avoue, je suis fan de LUKA, d’EPHRAIM, de son frère ADOLPHE, de JYPE et de NIKO (même s’il est absent ce soir). Et il n’y a pas que moi ! Même si à cette heure-ci le Rock ‘n’ Eat ne déborde pas, ceux qui sont présents vont en prendre plein leurs oreilles et leurs yeux.

LUKA fait comme d’habitude son show. Il va se frotter avec le public dans un slamm pas piqué des vers, il remue, il saute… En bref, il s’adapte et se rajoute de l’espace !

On va avoir droit aux morceaux de leurs EP. Dommage qu’il n’y en ait pas un nouveau. En tout cas, encore une fois les BARRAKUDA nous offrent une putain de prestation qui va bien-sûr paraître trop courte à tout le monde.

Bon allez, le show est fini, je retrouve les copains. Je vais pouvoir papoter avec eux et c’est vrai qu’on a plein de trucs à se dire depuis le temps qu’on ne s’est pas vus !

B.E.Y.O.N.D. BIZARRE @ Rock ‘n ‘Eat Live de Lyon (69)

Tiens, B.E.Y.O.N.D. BIZARRE commence à jouer. Comment dire ? Le style musical est en partie identifié dans le nom du groupe : bizarre. Un peu fusion – les RED HOT ont du être bien écoutés – mais pas que, ils ont plein d’influences. Au moins, ils font de la musique comme ils le sentent. Mais c’est clair qu’après le poisson fou furieux, ça ne me donne pas forcément envie de poursuivre l’expérience. Je retourne donc papoter avec mes copains de BARRAKUDA.

GOYA @ Rock ‘n ‘Eat Live de Lyon (69)

Et c’est maintenant le troisième groupe de la soirée qui commence : GOYA. La salle qui s’était tout de même étoffée pendant BEYOND BIZARRE est maintenant pas mal remplie. Alors là, c’est encore autre chose. C’est très clair, c’est du rap metal ! Putain, le mec rappe ! Voilà tout ce que j’aime dans la musique…. Je ne m’étalerai pas sur « c’est bon, c’est pas bon », ce n’est juste pas du tout pour moi.

Ca me fait rappeler que demain j’ai un putain de festival à Leyment avec les copains d’EXISTANCE et qu’il faut que je m’économise un petit peu. EPHRAIM et les autres sont dégoûtés de n’apprendre qu’aujourd’hui que leurs potes jouent demain. Allez, il est temps de se dire au revoir. Une chose est claire, j’ai très envie de revoir BARRAKUDA très vite.

Un grand merci au Rock ‘n’ Eat pour cette affiche hétéroclite mais qui a donner l’occasion à BARRAKUDA de venir secouer les lyonnais.

BARRAKUDA @ Rock ‘n ‘Eat Live de Lyon (69)

JESSIE LEE AND THE ALCHEMISTS + CRYSTAL BALL + SPIT RECKLESS : Live Report @ Festiverbant de Landecy (ch) – 23 août 2019

JESSIE LEE AND THE ALCHEMISTS @ Festiverbant 2019

Report et Photos by Ti-Rickou

Bon, pas de pluie à l’horizon, il fait même presque beau donc direction le pays du fromage à trous pour la nouvelle édition (23ème déjà) du Festiverbant. Je suis super content car l’an dernier je n’y avais pas participé vu que – malheureusement – CHINA avait été annulé. Là, ce soir, pas de problèmes, les groupes que je veux voir seront bien là.

Le truc d’aller souvent à un fest, c’est qu’on sait y aller. C’est peut-être un détail pour certains d’entre vous, mais pour moi c’est vachement important. Il ne faut quand même pas que je me goure et que j’atterrisse à l’Octopode Fest car ce soir, c’est plutôt du métal énervé ! Finger in the noze, j’arrive à mon parking…. Heu, comment, il est déjà blindé !!!? Putain, je suis en avance et il est déjà complet donc soit je suis plus en retard que d’habitude soit c’est juste qu’il y a plus de monde que les autres années. Bon pas grave, les parkings, ils en ont plein les champs mais il va quand même falloir que je fasse cinquante mètres de plus, lol !!!

Pas trop de surprises sur le site, toujours la grande scène au fond, le disquaire est présent sur son stand cette année, bref si on rajoute à ça plein de copains présents, je suis en terrain connu !

SPIT RECKLESS @ Festiverbant 2019

Je ne suis finalement pas si en avance que ça car j’ai juste le temps de récupérer mon accred’ photo que les suisses de SPIT RECKLESS attaquent le premier set. Alors honnêtement, ça m’aurait vraiment fait chier de les louper. En effet, Seb 747, m’avait un report assez dithyrambique sur eux et moi je suis comme Saint-Machin, je veux surtout voir et entendre par moi-même.

Musicalement, on va dire que c’est du rock-hard moderne. C’est bien fait, c’est mélodique et d’entrée de jeu, effectivement, moi aussi, j’accroche. En plus, les musiciens assurent très bien le show ! C’est à la fois bien rôdé et très énergique. Ils sont du côté langue française de la Suisse donc au niveau communication avec le public c’est quand même très pratique.

Evidemment, ils jouent devant une grande partie d’un public déjà acquis à leur cause. On le voit, les gens connaissent les paroles et donc l’ambiance dans le public est méga cool. Et pour un groupe d’ouverture, il y a quand même beaucoup de monde !

Les SPIT RECKLESS donnent au public matière à s’amuser en leur lançant d’énormes ballons noirs ou blancs. (les fans de METALLICA, ça vous rappelle quelques chose) que le public va bien sur s’empresser de ré-expédier. Les gamins quant-à eux deviennent dingues et courent partout pour les choper.

Sinon leur set list est très sympa. J’aime bien leurs morceaux un peu cool. A un moment, le chanteur fait entonner « You make me happy » a capella au public et il y a une vraie ferveur, une vraie émotion qui circule. J’ai un bref moment l’impression de me retrouver avec le GOTTHARD de l’époque ou le CORELEONI de maintenant.

Bref, un bon moment et une bien bonne découverte live pour moi. Je vais essayer de leur faire ma petite interview.

Premier groupe fini. Entracte pour le changement de plateau avec le petit bonhomme en mousse et sa cornemuse. Cette année le Festiverband a fait appel à CELTIC et Rock’n’ROLL pour mettre un peu de musique pendant que les gens se ruent sur le risotto, les hamburgers ou la raclette.

CRYSTAL BALL @ Festiverbant 2019

Le temps passe méga vite. les gens sont arrivés bien en nombre et les T-Shirts CRYSTAL BALL sont légion sur le site. Il faut dire que CRYSTAL BALL en Suisse, c’est un groupe qui comme KROKUS, GOTTHARD ou SIDEBURN fait partie du paysage hard-rock et il a donc une fan base très présente. Ca saute aux yeux – et aux oreilles – avec la réaction du public quand ils arrivent sur scène.

Moi je suis méga content de les revoir car sauf erreur la dernière fois ça devait être à Guitare en Scène et ça date de quelques années déjà.

Donc bien-sûr, moi je fais partie de ceux qui rentrent directement dans leur univers. J’adore leurs premiers albums, leur hard-rock méga mélodique (non chérie, ce n’est pas mou c’est mélodique – Putain, j’aurais mieux fait de l’envoyer à l’Octopode avec Hi’Twist !). Bon ma chérie ne va pas me gâcher mon concert, moi j’adore leurs morceaux, j’adore la voix du chanteur, j’adore les chœurs.

Sur la set list, ben effectivement je préfère surtout les premiers albums mais les morceaux du petit dernier passent quand même très bien en live. Le groupe essaie de communiquer avec le public…. bon en Allemand, donc…..

Le son comme sur SPIT RECKLESS est excellent. Les lights sont très beaux. Il y a juste la température qui commence réellement à se rafraîchir, c’est bêta. Sinon, c’est vraiment un concert sans fausse note, même quand le chanteur se prend pour AXL ROSE avec changements de costumes et bandeau. Perso, j’aime bien parce qu’il se passe toujours quelque chose visuellement.

Les autres zicos ne sont pas en reste sur le côté scénique. On voit qu’on a affaire à des vieux briscards. Je suis aux anges et je ne regrette absolument pas d’avoir fait le déplacement. Bon bien sûr, comme toujours dans ces cas là, le seul problème c’est que c’est trop court. Sauf pour ma chérie qui commençait à reposer ses yeux discrètement. Heu… je ne lui ai pas encore dit que le groupe d’après c’est du blues, c’est là qu’on va rigoler !!!

CRYSTAL BALL @ Festiverbant 2019

Allez, petit papotage avec Seb 747, plein de copains suisses ou français qui ont fait le déplacement et qui comme moi adorent ce fest.

On attend tous le début du dernier groupe en patientant avec la cornemuse… ou pas, parce que moi perso, je vais me réfugier chez la masseuse qui assure pour le fest des massages plantaires. Et c’est complètement gratuit ! J’hallucine !

Et bon Dieu, qu’est-ce que ça fait du bien. Ti-Rickou tout zen après. Je n’ai pas l’habitude de faire de la pub mais là je poste sa carte de visite et sa photo parce qu’en plus elle est adorable et qu’elle vous explique plein de choses.

JESSIE LEE AND THE ALCHEMISTS @ Festiverbant 2019

Bon, zen zen zen, il faut maintenant que je rejoigne le pit photos à toute vitesse car JESSIE LEE AND THE ALCHEMISTS commence à jouer. Oh, je sens que ma chérie va apprécier car en plus il y a un clavier, mdr ! Donc c’est du blues saoul ; sauf erreur, ma chérie devrait déjà chercher l’autoroute la plus proche.

Et là, JESSIE LEE commence à chanter. Et putain, le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle a une voix terrible ! Je jette un oeil derrière moi et je me rend compte que ma femme est littéralement hypnotisée par les charmes vocaux de cette sirène ! Alors là, je n’en reviens pas. Elle est complètement envoûtée.

JESSIE LEE assure à tous niveaux. Si on rajoute à ça que son guitariste solo est vraiment excellent, que les autres musicos jouent grave, que leurs compos tiennent plus que la route, que les covers effectués le sont magnifiquement, c’est un moment assez magique. La preuve, malgré l’heure tardive et le froid qui commence vraiment à se faire sentir, les gens sont encore très très nombreux sur le site.

JESSIE LEE AND THE ALCHEMISTS @ Festiverbant 2019

Moi, je suis un peu dégoûté car non seulement il est très tard et qu’on a vraiment froid mais en plus je me trouve face à un dilemme : je sais qu’à la fin du set, il va y avoir une surprise et que la surprise n’est autre que le pensionnaire de tous les fest d’un côté ou de l’autre de la frontière, j’ai nommé JOHNNY GALLAGHER. J’avais d’ailleurs été méga étonné de ne pas le voir traîner à Guitare en Scène cet été.

Mais bon, j’ai vraiment trop froid et après une heure de show, c’est la mort dans l’âme que je quitte le site. Sniff.

Bon, encore une fois le Festiverbant s’est avéré un incontournable des fest de fin d’été, autant dans son organisation que dans sa qualité de programmation. Malheureusement, je sais qu’il me sera impossible d’être présent les deux derniers jours et donc je leur dis « See U next year my friends » !!!

JESSIE LEE AND THE ALCHEMISTS @ Festiverbant 2019

PS : Message subliminal pour Michel….. CORELEONI !!!!!!!!!

Re-PS : l’interview des SPIT RECKLESS se fera mais lors de la release party d’EXXCITE le 21 septembre…

BULLET FOR MY VALENTINE + SCIENCE OF DISORDER : Live Report @ l’Usine de Genève (ch) – 20 août 2019

BULLET FOR MY VALENTINE @ L’Usine – Genève (ch)

Live Report and Pictures by par GRM

Hello à tous ! Première sortie pour W.T.R. et non des moindres ! Direction « Chez nos amis Suisses », pour le concert de BULLET FOR MY VALENTINE à l’Usine de Genève. Cela fait près de quatorze ans que je rêve de les voir en live, donc ce soir, c’est grand soir !

Premier ressenti : tout d’abord sur l’ambiance extérieure : une horde de métalleux de tous âges déjà présents devant la salle, tous armés de T-shirts de divers groupes. Le ton est donné.

Je me dirige vers le staff super sympa qui me fait rentrer dans la salle. A ma grande surprise, une énorme ambiance pub métal et devant moi une scène prête à recevoir les bûcherons !

SCIENCE OF DISORDER @ L’Usine de Genève (ch)

21h. Les gars de SCIENCE OF DISORDER (Suisse) font irruption sur la scène, nous envoyant une set list de fous furieux pour le plus grand plaisir d’un public conquis.

Enchaînant d’une main de maître des morceaux de style death, punk en passant par des morceaux plus thrash, le groupe joue à domicile et cela se sent ! J’ai toujours une crainte sur les premières parties mais là, je dois avouer qu’à ma grande surprise j’ai adoré !

21h30. Le groupe quitte la scène sous les applaudissements. Les mecs ont fait le taff. Ils quittent la salle chauffée à blanc, prête à recevoir MATT TUCK et sa bande !

BULLET FOR MY VALENTINE @ L’Usine – Genève (ch)

22h. Les Monstres arrivent dégainant toutes leurs armes pour le plus grand plaisir des fans présents. Démarrant avec un « Don’t need you » qui met tout le monde directement d’accord, les mecs originaires du Pays de Galles sont bel et bien là pour tous nous mettre à genoux ! Chaque chanson est travaillée, les riffs de guitare explosent tout ! Pas de doute, les années passent mais ils sont toujours au top de leur forme !

Les membres enchaînent les morceaux les uns après les autres, « Your betrayal », « 4 words to chock upon » chanté à l’unisson , « Scream aim fire », etc. Il y en a pour tous les fans que ce soit du premier jour ou les nouveaux. MATT a même quelques mots pour les fans, expliquant qu’il aime faire de grandes scènes mais que les concerts qu’il préfère ce sont, comme ce soir, ceux qu’il fait dans les petites salles.

Les six albums sont visités. Rien n’est laissé au hasard ! Le groupe est en totale communion avec son public. JAMIE MATHIAS (basse, chœur) est survolté donnant la réplique à MATT ! JASON BOWLD, inépuisable derrière sa batterie, et surtout le grand MICHAEL PADGET qui lâche des solos de folie, jouent avec la foule toute la soirée. Le groupe fait le taff, aussi aucun regret.

Ils mettent tout le monde d’accord en finissant par un « Waking the demon » diaboliquement orchestré !

Après près d’1h30 de régal auditif, je quitte le concert des étoiles plein les yeux, pensant déjà aux prochaines aventures !