Tagged: HEAVY METAL

BASTET : Live Report @ l’Epicurial de Chambéry (73) – 27 octobre 2022

Report et Photos : STEVE*74

Ce soir, comme souvent, direction Chambéry mais cette fois pour un nouveau lieu, l’Epicurial, un bar situé dans le centre-ville pour voir et écouter un groupe italien, les BASTET.

Si un groupe a réussi son entrée dans le milieu du heavy-metal underground, nul doute que BASTET, originaire du nord de l’Italie, en est un très bon exemple. Vous ne les connaissez pas encore… alors voici un  bref aperçu du groupe. Signé par Steel Shark Records fin 2021 pour son premier album « Bastet », ce groupe a d’entrée montré tout son potentiel et sa faculté à nous sortir des titres qui, dès la première écoute, se retiennent et qui, pour beaucoup, peuvent être qualifié de « Hits » (Lights Out, Heavy Changes, Don’t Look Back, Beyond The Fight …).

BASTET, c’est plus de 40.000 vues sur la chaine Youtube NWOTHM avec que des commentaires positifs, 500 CDs sold out en 8 mois et une version vinyle qui en deux mois a vu se vendre 200 des 300 exemplaires tirés. Bref, avoir l’opportunité de voir ce groupe à Chambéry, même dans un bar, un soir de semaine était l’occasion de se faire un avis plus précis sur les qualités du groupe.

Un groupe qui apporte sa bonne humeur, son humilité et son professionnalisme (une balance faite en 10 minutes pour un son très bon au final), voici ce que j’apprends en arrivant sur place.

Avec le fameux quart d’heure savoyard de retard, les festivités du soir débutent. D’entrée on remarque NICOLETTA (NICO) la chanteuse, qui reste naturelle, spontanée et efficace ! Certes ne n’est pas ce que l’on appelle une chanteuse au sens  commercial du terme, mais elle possède cette rare qualité de rester dans son style de hard rocking girl » à la voix éraillée, toujours en rupture mais toujours juste et à la hauteur des compositions du début à la fin. BASTET est une déesse égyptienne qui  prend l’aspect d’une lionne guerrière, elle est à la fois douce et sauvage, c’est tout à fait l’image renvoyée par NICO ce soir.

L’autre membre qui dès le premier solo m’a marqué, c’est MIKE PETRONE, un niveau qui est digne des plus grands sans aucun doute ! Une dextérité et une aisance à en déconcerter plus d’un ! Mais attention, toujours de façon humble, naturelle et pleine de passion ! MIKE ne triche pas et ne joue pas un rôle, il vit le heavy-metal !  Je vous invite à vite regarder des vidéos du Festival de Vouziers où ils ont joué le samedi suivant ! Impressionnant ! Le patron de l’Epicurial a avoué après le concert que c’était le meilleur des guitaristes qu’il ait vu jouer en live ! Et il en a vu plus d’un ! Pour moi, c’est vraiment lui l’élément moteur de la formation, son leader !!

BASTET a joué 12 titres, 9 titres de son répertoire et trois reprises ; et pas n’importe lesquelles :  “Stand Up And Shout” (DIO), “Kickstart My Heart” (MOTLEY CRUE) et “Painkiller” (JUDAS PRIEST) !  Avec une mention particulière pour “Painkiller” qui a mis des frissons à toute la salle !!!!  Les soli étaient plus vrais que les originaux ! Ce MIKE est un vrai maestro de la guitare !!

Il faut saluer les autres membres sans qui le groupe ne serait rien. Le bassiste LEO BAYO,  le plus âgé du groupe, fort de son expérience a géré parfaitement la section rythmique avec ALESSANDRO,  le batteur de 24 ans, métronome déjà aguerri. Et je n’oublie pas le jeune guitariste rythmique LORENZO qui assure vraiment sans fausse note du début à la fin !  

Musicalement, on navigue sur ce soir dans les eaux d’un registre très heavy métal inspiré par les années 80 avec, c’est ce qui fait son charme, des petites incrustations de hard rock mélodique. C’est avec l’épique morceau « Beyond The Fight » que le show se termine.

Une soirée vraiment réussie pour un groupe en devenir et à découvrir. Pour cela (je fais un peu de pub ), vous pouvez commander un exemplaire du vinyle 8 titres auprès du label en écrivant sur steelsharkrecords@gmail.com

D’après mes sources, un second album est déjà dans les tuyaux et pourrait sortir fin 2023… si le planning est respecté. On l’attend avec impatience !

En conclusion, BASTET est un groupe à revoir pour savourer et confirmer un peu plus le potentiel affiché ce soir par mes nouveaux amis transalpins. Je peux retourner chez moi avec la satisfaction d’avoir assisté à l’éclosion d’une future grande formation de notre musique favorite.

BLACKRAIN – Demon (feat : Laly Meignan, Philippe Vasseur et Tom Schacht)

“Chez BlackRain, on n’est plus étonné que le groupe nous amène dans des situations complètement improbables… et les rencontres qui ont précédé la réalisation de cette dinguerie font partie de ces moments que jamais nous n’aurions cru vivre. Et pourtant !
Nous voici réunis pour la vidéo du 4e single de notre nouvel album #untamed avec les acteurs du sitcom qui berçait notre enfance. Aux frontières de l’absurde, hors du temps, mélange, rencontre, dépassement, union de ces deux familles que la convention des genres voudrait incompatible. Nous avons tellement adoré ce délire que l’aventure ne s’arrêtera probablement pas là !!”
BLACKRAIN

Incoming search terms:

  • https://lewebzinedeti-rickou com/video/blackrain-demon-feat-laly-meignan-philippe-vasseur-et-tom-schacht/

SAXON + DIAMOND HEAD : Live Report @ les Docks de Lausanne (CH) – 23 octobre 2022

Saxon @ les Docks de Lausanne

Report by SEB 747 – Photos : DAVIDE GOSTOLI

L’écrivain Jules FERRY disait : « Je sais pourquoi je déteste le dimanche : c’est parce que des gens, occupés à rien, se permettent d’être oisifs comme moi ». Eh bien moi, j’avoue que, pour une fois, j’apprécie mon dimanche qui ne sera certainement pas oisif ! En effet, ce soir, je vais revoir mon groupe préféré : SAXON ! Ceux qui me connaissent, le savent, j’ai une profonde adoration pour cette formation de la New Wave of British Heavy Metal. Elle est, en effet, un peu la cause de mon goût prononcé pour notre musique préférée… Et dire que ça a commencé il y a déjà plus de quarante ans ! Allez, petit check up avant de partir : T-shirt du groupe ? Check. Veste avec le logo ? Check. Caleçon du groupe ? Heu… faut pas exagérer quand même ! En plus, ça n’existe même pas ! SAXON, ce n’est pas KISS, lol. C’est bon, je crois que je suis paré. Je vous ai déjà dit que j’étais fan ?

Mon copain Steve*74 ayant décliné, je pars chez nos voisins helvétiques avec plein d’autres copains. La voiture pleine, nous prenons le chemin de Lausanne pour aller assister à ce concert qui s’annonce phénoménal. Non seulement SAXON est en live, mais ils ont amené un autre dinosaure de la NWOBHM dans leur valise, j’ai nommé DIAMOND HEAD ! La route se passe bien, sous un temps automnal mais sans pluie, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Nous partons relativement de bonne heure, histoire d’être dans les temps. Heureusement d’ailleurs, puisque nous avons compté sur notre mémoire pour retrouver l’emplacement mais que nous nous sommes plantés ! Malgré tout, nous arrivons à l’heure aux Docks de Lausanne .

Le temps de récupérer mon accréditation et je retrouve les copains dans la salle. C’est fou, je ne me souvenais plus de sa structure (il faut dire qu’il y a quelques années que je ne suis pas venu ici) ! Les Docks sont relativement petits mais possèdent un balcon, ce qui est idéal pour voir les groupes. Pas besoin d’être au premier rang, serrés comme des sardines, pour assister au concert, même si vous êtes au début de la salle, vous pouvez voir la scène en entier, ce qui est assez cool. En plus, ladite scène est plutôt longue, ce qui permet aux musiciens d’avoir de la place pour se mouvoir. Peu profonde, nous pouvons aisément voir le batteur, même si sa batterie est surélevée.

Nous croisons quelques têtes connues, notamment le chanteur de ETERNAL FLIGHT, venu faire un peu de promotion pour son futur concert à la Barakason de Thônex et même notre ami Hi’ Twist, un autre chroniqueur de W.T.R. Un grand backdrop de DIAMOND HEAD trône au fond de la scène, ce qui veut dire que le groupe est bien présent ! C’est marrant, sur les quatre protagonistes que nous sommes, aucun de nous n’a déjà vu ce groupe en concert. Ca va être notre première. Avant qu’il ne soit pris d’assaut, je fais un tour au merchandising, où les prix sont relativement élevés pour ma bourse. Du coup, je vais me limiter plus que je ne le pensais au départ. Petite surprise, aucun article de la première partie n’est disponible. Deux réflexions me viennent à l’esprit : soit le stand de SAXON est trop imposant, soit ils ont tout vendu la veille aux Messins.

Diamond Head @ les Docks de Lausanne

Mais stoppons le bla-bla et revenons à ce qui nous intéresse ce soir, le concert. La musique de fond s’arrête et les lumières faiblissent. Il est l’heure pour les DIAMOND HEAD d’arpenter la scène !

BRIAN TATLER, le seul membre historique, guitariste de son état, est le premier à monter sur les planches suivis des autres musiciens. Ils entament « The Prince» sans le chanteur londonien d’origine danoise, RASMUS BOM ANDERSEN, dans le groupe depuis huit ans. Celui-ci débarque en furie peu de temps après et d’entrée de jeu appelle le public à chanter avec lui, et en Français s’il vous plaît ! Comment ne pas se mettre le public directement dans la poche ?!

ANDY « Abbz » ABBERLEY, le guitariste rythmique, dernier venu de la bande est déchaîné. Il harangue le public en s’avançant au plus près de lui supportant les solos de BRIAN, un peu plus discret. DEAN ASHTON l’impressionnant bassiste fait ronfler son instrument accompagné par les frappes de folie de KARL WILCOX. Ce dernier porte un T-Shirt marqué carpe diem (un hommage au dernier album de SAXON ?). En tous cas ce soir, il est certain qu’il cueille le jour présent sans se soucier du lendemain, tellement il frappe fort et vite sur ses fûts !

Pas de temps mort, le groupe est à fond. C’est littéralement une explosion de riffs et de hits qui déboule dans la salle. « Lightning to the Nations », « Bones », « The Messenger » tiré de « The Coffin Train », le dernier album du groupe. RASMUS continue de faire plaisir au public, en prenant le devant de la scène et sortant quelques « Merci beaucoup Lausanne » en Français à chaque fin de titre. C’est très professionnel musicalement et nous en prenons plein les yeux et les oreilles. C’est vraiment très bon.

« S’il vous plaît, je voudrais vous dédicacer cette chanson », nous dit RASMUUS avant d’entamer la superbe ballade « Helpless ». Quel superbe morceau ! Il a le don de calmer un peu l’intensité des Docks. Si je voulais critiquer un peu, je dirais que c’était un peu trop rentre-dedans depuis tout à l’heure mais c’est juste histoire de râler parce qu’on le sait bien, le Français est râleur.

Diamond Head @ les Docks de Lausanne

Passé cette accalmie, le chanteur annonce le dernier titre : « Voici le morceau que vous attendez tous : Am I Evil ! » Ce titre, popularisé par les Four Horsemen de METALLICA, est une véritable tuerie. Et ce soir, il a le don de mettre à genoux le public. Le groupe salue son public avant de quitter la scène.

Quelle première partie ! Trois quarts d’heure passés plus vite qu’un TGV sur les rails ( qui a dit : quand ils ne sont pas en grève, lol ? ). Au vu des regards du public dans la salle, j’ai bien l’impression de ne pas avoir été le seul à avoir apprécié le show de nos copains Anglais.

Petite pause hydratation avant le début des hostilités, et petite visite au merch’ qui, je m’en rends compte de suite, est pris d’assaut. J’ai bien fait de me précipiter tout à l’heure !

Saxon @ les Docks de Lausanne

Il est 21 heures lorsque retentit une petite introduction. BIFF et ses acolytes montent sur scène dans le noir complet. Le son de « Carpe Diem », premier titre de ce soir, nous détruit déjà les tympans. La double grosse caisse, comme les deux guitares, arrache le plancher de la salle. Le chanteur PETER RODNEY BYFORD, BIFF pour les intimes, est en pleine forme pour son âge (bientôt 72 ans en janvier prochain)… même s’il semble avoir pris un peu de rondeurs. En redingote bleu pétrole, il a toujours ce timbre de voix si spécifique et cette prestance qui ne le quitte pas.

PAUL QUINN, le compère de BIFF depuis le début en 1971, est toujours efficace, de même que DOUG SCARRATT le second guitariste dans le groupe depuis 1996. Celui qui m’impressionne toujours autant, c’est NIBBS CARTER le bassiste, dans le groupe depuis 34 ans maintenant. Il joue tous les morceaux avec les doigts, pas de médiator, même pour les morceaux les plus violents. Et en plus, c’est le seul avec NIGEL GLOCKLER, le batteur, l’autre pilier des Anglais, à faire les chœurs. Il headbangue comme un damné, parcourt la scène de long en large et pique la vedette à BIFF.

Enchaînant hits sur hits, « Sacrifice », « I’ve Got to Rock (To Stay Alive) », « The Thin Red Line », les SAXON sont venus défendre leur dernier album en date « Carpe Diem (Seize the Day) » et interprètent pas moins de quatre de ses titres. Mais ce n’est que trente cinq minutes plus tard, qu’ils séduisent leur public en jouant – enfin, serait-on tenté de dire – un « Dallas 1 pm » dantesque qui met la foule en liesse.

Saxon @ les Docks de Lausanne

Le son est absolument titanesque, et les lights rendent bien service à la musique de nos copains de la perfide Albion. Histoire de continuer de prendre les spectateurs par les sentiments, le groupe repart rapidement à l’assaut avec « Heavy Metal Thunder » et un titre de 1999, « Metal Health ».

BIFF regarde le public : « Il y a des jeunes kids ici ? Quel âge as-tu ? 9 ans ! Faites du bruit pour lui !! ». En voyant un autre enfant : « Et toi ? 11 ans ? Toi ? 10 ans ! Quelle belle génération de fans ! ». Une chose est certaine, ils pourront dire à leurs futurs enfants dans une quinzaine d’années qu’ils ont vu SAXON quand ils étaient jeunes… Comme quand Steve*74 et Ti-Rickou nous racontent qu’ils ont vu AC/DC avec BON SCOTT en concert (Grrr !).

BIFF laisse les musiciens prendre la lumière. Lui, reste souvent en fond de scène lorsqu’il ne chante pas. Ses attitudes n’ont pas changé et il est toujours aussi vif. Ses interventions font mouche à chaque fois. « Qu’est-ce que vous voulez ? », demande le chanteur au public. « Broken Heroes ? », « The Eagle has Landed ? ». Evidemment, c’est le second qui a l’approbation du public et qui déclenche l’hystérie des fans. Perso, je suis déjà à fond !

Saxon @ les Docks de Lausanne

Dès la fin de « Black is the Night », un autre titre de « Carpe Diem », BIFF remercie le public en Français, puis en Allemand et en Italien… puis dans toutes les langues qu’il semble connaître, lol. Très affable, il prend souvent la parole pour haranguer les spectateurs.

S’ensuit un « And the band Played On », autre titre séculaire qui fait le bonheur du public. Le chanteur fait des tours sur lui-même, va au bord de la scène et se penche sur ses fans pour chanter, avant de laisser la lumière à DOUG et PAUL qui assomment les Docks avec leurs solos dantesques, pendant que NIBBS continue de headbanguer comme un damné et de courir sur les planches.

« Vous êtes fantastiques ! », nous dit BIFF. « C’est notre dernier show en Europe. Après une petite pause, nous irons en Angleterre jusqu’à la fin de l’année. Alors, je vais appeler à la maison pour leur montrer à quel point vous êtes fantastique ! ». Il prend son téléphone et filme la foule. C’est l’hystérie collective dans le public !!

Les morceaux sont percutants et le show est réussi. Que demander de plus ? Un petit « Wheels of Steel », par exemple ! Il est 22h06 quand SAXON le joue. Je suis aux anges. Nos têtes n’arrêtent pas de faire des hauts et des bas. Et je ne vous parle même pas des cordes vocales !

Saxon @ les Docks de Lausanne

Dès la fin du morceau, le groupe quitte la scène pour la première fois. Deux trop longues minutes plus tard, c’est sur « The Pilgrimage », un titre aux fortes connexions « Crusader » que revient SAXON. Quel morceau épique qui continue d’achever le public ! Le groupe est toujours aussi bon musicalement et on passe un super moment. Et voilà que BIFF nous redemande de choisir entre « Strong Arm of the Law » et « Solid Ball of Rock ». Arghhhh ! Quel dilemme ! Mais en fait, ce n’est même pas la peine de choisir, nous avons droit aux deux, mon Général !

BIFF profite de « 747 (Stranger in the Night) » pour faire chanter le public. Comme tout le monde, je hurle les paroles qu’on me demande de reprendre. C’est génial, je suis au top !!

Et c’est déjà la fin du set ? Pour la seconde fois de la soirée, SAXON sort de scène. A peine trente secondes plus tard, sous les « SAXON ! SAXON ! SAXON ! » du public, BIFF revient seul sur les planches. « Vous ne voulez pas rentrer à la maison, n’est-ce pas ? ». PAUL, DOUG, NIBBS et NIGEL reviennent derrière leurs instruments pour finir d’achever la foule avec deux classiques. On a d’abord « Denim & Leather » que le public connaît sur le bout des doigts et dont il reprend les chœurs sans laisser au chanteur le temps de reprendre son souffle – à tel point que BIFF, impressionné par cet engouement, place le micro face au public qui s’époumone sur le refrain, et enfin « Princess of the Night », un titre cher au chanteur.

Une heure et quarante minutes plus tard, le groupe quitte définitivement les planches, non sans avoir salué chaleureusement son public.

Quel show encore une fois ! Les dinosaures sont toujours présents et, n’en déplaise à certains, ils sont toujours aussi bons. Contrairement à d’autres chanteurs de son âge, BIFF a su garder sa voix. Hâtez-vous d’aller les voir s’ils ne passent pas trop loin de chez vous car ils ne sont pas éternels, et vous risqueriez de louper quelque chose !

Il est l’heure pour nous de retourner dans notre doux foyer, avec des étoiles plein les yeux. Des trombes d’eau de pluie se sont invitées sur notre trajet de retour. Bah, comme dirait le titre du dernier album de SAXON : Carpe Diem, Seize the Day (Mdr).

Un grand merci aux Docks de Lausanne pour ce superbe concert et un grand merci également à DAVIDE GOSTOLI pour le dépannage photos. A la prochaine, j’espère !

ADAM BOMB + HARSH : Live Report @ le Brin de Zinc de Barberaz (73) – 03 septembre 2022

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

Report by SEB 747 – Photos : STEVE*74

Et voilà une nouvelle année de rentrée de concerts qui commence ! Et c’est encore une fois  au Brin de Zinc de Barberaz. Et pour voir qui, me demanderez-vous ? ADAM BOMB bien-sûr !! Encore, seriez-vous tenté de me dire ! Je ne vous cache pas que j’ai tout de même hésité à faire le déplacement, l’ayant vu un nombre incalculable de fois. D’ailleurs, je ne suis pas le seul, étant donné que mon copain de concert a autant chipoté que moi. Cependant, comme le dit si bien l’expression, quand on aime, on ne compte pas. De plus, comme avec ADAM BOMB il y a toujours une surprise qui nous attend au tournant, que ce soit pendant, ou après le show, je ne peux définitivement pas faire l’impasse. Et puis ce soir, ce sont les Parisiens de HARSH qui font la première partie et j’adore leur album « Out of Control » sorti en mars dernier. Ca promet une soirée dantesque !

Allez c’est parti ! Direction la Savoie voisine, non sans passer récupérer mon copain Steve *74 qui, comme toujours, fait le photographe, ce qui me permet plus aisément de vous raconter le show de ce soir. Pas de problème pour la route qu’on fait les yeux fermés maintenant. Comment ça, il faut les laisser ouverts ? C’est mieux pour la conduite même si on connaît la route par cœur ? Ah oui, effectivement, c’est beaucoup plus facile, lol !!!

Arrivés sur place, on dit bonjour aux copains qu’on n’a pas vu depuis plusieurs mois, et ce coup-ci, non à cause d’une épidémie mais à cause des vacances. Faut bien faire un break de temps en temps. Ça repose les oreilles.

HARSH @ le Brin de Zinc

Trève de bavardage, il est temps de rentrer dans l’antre du Brin de Zinc ! Les HARSH sont en place pour attaquer leur show et j’ai hâte de voir ce que ça va donner.

Dès le premier titre « Make the law », le ton est donné. Ce sera rock’n’roll à fond les ballons.

ALBERT, au chant et à la guitare, démarre sur des chapeaux de roues, sous les frappes agressives de LEO, le ronronnement de la basse de JULIEN et les riffs de tueurs de SEVERIN. Ce soir c’est un condensé d’énergies brutes, issu du fruit de leurs différentes influences qui dégoulinent dans une énergie contagieuse dans laquelle s’engouffre le groupe. Il ne faut que l’entame du deuxième morceau pour que le public commence à s’intéresser de plus près au groupe en se rapprochant de la scène.

Juste après « The Sound She Does », titre remarquablement interprété à la guitare, SEVERIN échange avec le chanteur ALBERT pour jouer et chanter parfaitement « Born To Be Wild » le classique de STEPPENWOLF. Complètement étourdissant de technicité et de justesse, cette reprise a le don de chauffer le Brin de Zinc. Le public réagit à nouveau avec les deux guitaristes qui se lancent dans un combat intense avec leurs six cordes.

Les titres défilent et c’est « Fire at will », un autre morceau de leur album, qui est joué ce soir. C’est l’occasion pour ALBERT de faire chanter le public. Et ce dernier n’hésite pas une seconde à reprendre les airs que le chanteur lui fait entonner !  

Histoire de calmer l’intensité du Brin de Zinc, HARSH nous joue la power ballade « Believe Me I’m Alive » qui se trouve également sur leur album. Celle-ci est loin de sombrer dans le sirupeux. Le mélange d’harmonies et de mélodies entrelacées apporte une couleur US rutilante que ne renieraient pas un SKID ROW.

Après un « Maniac » de folie, la deuxième cover façon HARSH, qui faisait suite à un « Tease Me » incendiaire, le chanteur nous annonce le dernier morceau de la soirée.

« Good Lovin » le premier titre de leur album, termine donc le set des Parisiens.

Contrairement à un copain qui reste mitigé sur la prestation des musiciens, attendant un petit plus qui semblait lui manquer, moi j’ai bien apprécié leur show. Pendant que le groupe plie bagage pour laisser la place à la vedette de ce soir, j’en profite pour discuter avec SEVERIN et lui proposer une interview que vous pourrez voir sur le webzine dans peu de temps.

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

A peine le temps de tout ranger, que voilà celui que tout le monde attend et pour qui les spectateurs se sont déplacés. D’ailleurs, ça se voit, il ne reste plus beaucoup de places devant la scène. J’ai nommé ADAM BOMB !! Première constatation et qui fait plaisir à voir, ADAM a gardé le line-up avec lequel il était venu nous voir il y a trois ans déjà. Souvenez-vous, il y avait eu un report (Vous devriez le savoir si vous suivez un temps soit peu le webzine… Et sinon, vous n’avez aucunes excuses) ! Cerise sur le gâteau, il a ramené dans ses bagages, un autre guitariste, VIC JONES. Et le peu qu’on puisse dire c’est qu’il assure !

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

Lorsque vous venez assister à un show d’ADAM BOMB, vous savez que vous allez en voir de toutes les couleurs. Aussi bien musicalement que physiquement, notamment avec ses guitares éclairées aux néons et sa pyrotechnie. Et ce soir, ne vas pas faire exception à la règle. ADAM qui porte, tel un pirate, un cache-oeil est comme souvent en pleine forme. La preuve, les titres de l’acabit d’un « I Want my Heavy Métal » ou encore « Pure S.E.X », un incontournable tiré de son deuxième LP datant de 1990, enchaînés l’un derrière l’autre, sont interprétés avec une conviction intense. Tout comme « Crazy Mother Fucker » qui suit tout de suite après. Quel enchaînement ! Le public est aux anges.

KOZZY, le bassiste, est exactement le même qu’il y a trois ans, Il en fait des tonnes. Il s’accroche au plafond, saute de partout, n’arrête pas de faire des allers-retours devant la scène, et enchaîne les pauses. Peut-être un peu too much d’ailleurs, mais dans ce contexte, ça le fait. C’est limite s’il ne vole pas la vedette à ADAM. Mais les regards sont tout de même tournés vers le guitariste. Je pense que d’avoir plein de lumières sur sa guitare, ça aide quand même à attirer l’attention, lol !

LEO, surnommé affectueusement « KID LEO » par ADAM, nous fait un solo renversant, se levant derrière ses fûts pour faire participer le public, pendant qu’ADAM BOMB met le feu à ses cymbales. Je suis vraiment impressionné par le jeune batteur qui a pris une assurance incroyable depuis la dernière fois où je l’ai vu.

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

Il est l’heure pour l’incontournable « Je t’aime Bébé » qui fait toujours son effet dans un auditoire blindé et les spectateurs s’en donnent à cœur joie pour reprendre le refrain.

Adam nous fait une petite démonstration de guitare en nous jouant un petit « Éruption » de qui vous savez. Eddie Van Halen pour ceux du fond qui n’ont toujours rien compris ! Par ce biais, il nous démontre qu’il n’a rien perdu de son talent.

Cependant, ce morceau annonce aussi, le moment des reprises. On se dit qu’avec la discographie du musicien, plus d’une dizaine d’albums, en plus de trente-six ans de carrière, cela ne devrait pas durer. Oui, mais c’est sans compter sur le personnage et sa longue histoire de musicien. Le groupe rend hommage aux anciens du genre, VAN HALEN, KISS, qu’ADAM BOMB a failli rejoindre à ses vingt ans. Il nous fait même un cover des SEX PISTOLS joué juste après « Pissed », un titre de l’album « Get Animal ». Certes, ses morceaux ressassés à foison, maintes et maintes fois, traînent sur la longueur et, en tant que fan, nous aurions aimé qu’il y en ait un peu moins, mais ADAM a toujours ce côté rock’n’roll en version street punk qui fait qu’on lui pardonne aisément. Et puis, comme il le dit lorsqu’il reprend le fameux morceau « It’s m’y Life » de THE ANIMALS : « C’est ma vie et je fais ce que je veux, pense ce que je veux ».

Le groupe interprète aussi certains de ses mémorables titres tels que « S.S.T. » qui date de 1986, durant lequel ADAM ne peut s’empêcher de faire une petite incartade aux DOORS.

« Rock Like Fuck » déclenche les pogos et le dernier feu d’artifice de la soirée. Encore une fois, les flammes sont de sortie sur les cymbales et réchauffent l’atmosphère. Et comme s’il ne faisait pas déjà assez chaud, ADAM met le feu à sa guitare et KOZZY, tout comme GENE SIMMONS de KISS, crache du feu sur une torche… Torche qu’il aura d’ailleurs du mal à étouffer, ce qui l’oblige à sortir de la salle pour l’éteindre. Carrément explosif cette fin de morceau !!

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc

La fumée persistante voit KOZZY donner sa basse au second guitariste et s’éclipser pendant deux titres avant de reprendre sa place. Cela n’a pas l’air de plaire à ADAM qui se pose la question de son absence. Mais tout rentre dans l’ordre pour les tout derniers titres de la soirée. En observant d’un peu plus près le musicien, je sens qu’il a souffert de la fumée persistante dans le Brin de Zinc, malgré les ventilateurs présents.

A peine descendu de scène, ADAM prend des photos avec les fans, pendant que Pip son caniche râle après tout le monde. Il semble nous dire « Maintenant ça suffit, laissez mon maître tranquille et occupez-vous de moi ! ». Du coup, après avoir fait une caresse quasi obligatoire au chien, et avoir félicité « KID LEO » de sa prestation, moi je vais faire l’interview de HARSH, laissant mon copain Steve*74 veiller sur le merch’ des Parisiens.

Bref, une fois de plus ADAM BOMB nous a éblouis par son charisme et son talent de guitariste et sur ce coup-là nous sommes vraiment contents d’être venus !  

Un grand merci au Brin de Zinc et à Thomas, son patron, pour cette excellente soirée et nous avoir fait découvrir HARSH en live !

ADAM BOMB @ le Brin de Zinc